Mystery In Space [Jessica Cruz]

Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Inscription : 20/11/2017
Messages : 161
DC : Wonder Woman ; Red Hood ; Starfire
Localisations : Secteur 2814
New Titans
MessagePosté le: Lun 21 Mai 2018 - 23:23

Mystery in spaceRay PalmerJessica ne se rendit compte de son erreur que trop tard.

Quand elle releva les yeux, ce fut pour se rendre compte que le combat s’était arrêté et que les regards étaient tournés vers le visage haineux d’Onimar Synn. Et que ses yeux à lui étaient posés… sur elle.

Son cœur bondit dans sa poitrine alors qu’elle s’arrêtait, prenant seulement conscience à cet instant de la distance de sécurité que ses collègues avaient tous adoptés instinctivement – et qu’elle n’avait absolument pas respectée. Elle se tenait seule, dans l’espace vitale du despote, entourée par un cercle de Green Lanterns, tous témoins de son erreur de débutante. Et pourtant… pourtant, elle fit face. Elle leva les yeux vers Onimar Synn alors que le discours condescendant et tyrannique de ce dernier résonnait dans sa tête, et elle fit face, presque avec obstination et entêtement. Elle avait peut-être échoué, et peut-être était-elle la disgrâce du Green Lantern Corps – heureusement Kilowog ne semblait pas être dans les spectateurs directs de sa stupidité… - mais elle tiendrait bon, et elle ferait face malgré tout. Rann était sous sa protection, et elle ne les laisseront pas tomber.

Coûte que coûte.

Alors quand Onimar Synn leva sa main crépitante de pouvoir, Jessica serra son propre poing dans une moue déterminée. Tout se passa presque trop vite pour elle. Le Dieu braqua sa main sur elle et la pulsion incroyable qu’il avait rassemblé vola vers elle à toute vitesse. Elle se recroquevilla derrière le boulier le plus fort qu’elle put invoquer en si peu de temps, mais se prépara malgré tout au choc qui s’ensuivrait, le choc qui validerait son échec et officialiserait sa chute.

Sauf que le choc ne vint jamais.

Confuse, Jessica releva la tête juste à temps pour voir John Stewart prendre place à ses côtés, le regard si brûlant de… volonté. Elle se redressa et abaissa son bouclier, bouche bée de l’entendre parler d’elle de cette façon. John Stewart. Le John Stewart. Elle s’humidifia les lèvres et reporta son attention sur Onimar alors qu’elle s’efforçait d’ignorer le sang qui battait à tout rompre dans ses oreilles et le feu qu’elle sentait embraser ses joues. Mais si elle n’avait pas baissé le regard juste avant, elle le ferait encore moins maintenant, et c’est avec détermination et une énergie renouvelée qu’elle serra de nouveau son poing pour défier le tyran du regard.

Et c’est à cet instant, juste avant l’action, juste avant que John ne se tourne vers elle pour lui communiquer son prochain ordre, qu’elle pensa la chose la plus étrange et déplacée qu’on pouvait penser dans un tel moment. Elle pensa à Ray. Elle pensa qu’elle était soulagée que Kilowog ne soit pas là pour relever ses erreurs, mais qu’elle aurait voulu que Ray, lui par contre, soit là pour partager ça avec elle. John Stewart lui parlait. Comme si elle était une égale. C’était étrange de presque croire en ses propres capacités sans être poussée par Ray, sans être menée par ce dernier. C’était étrange de vivre un moment si spécial sans lui. Elle voulait le chercher du regard, mais ce n’était pas le moment. Pas tout de suite. Pas encore.

Elle leva la tête vers John quand ce dernier s’adressa directement à elle et acquiesça brièvement. Elle fit volte-face et s’envola à la suite de Guy, qui s’était déjà lancé en duel contre Onimar Synn.

« Ray, » souffla-t-elle, dans son système de communication. Elle était consciente que tous ceux reliés à leurs réseaux pourraient l’entendre, mais si c’était le prix à payer… et bien, elle le payait sans hésiter. « Le reste des Lanterns vous rejoint au sol. Je suis avec Onimar Synn et Guy Gardner. Je… sois prudent. »

Elle aurait voulu pouvoir dire plus. Lui dire qu’elle comprenait ce qu’il avait fait, qu’elle voyait les conséquences – c’est-à-dire la sécurité des civils – et qu’elle appréciait qu’il ait pu assurer cette partie du plan. Elle voulait aussi lui dire tout le reste également, même si elle ne savait pas comment, et quels mots utiliser. Elle voulait dire qu’elle comprenait, vraiment, mais qu’elle avait peur. Elle avait toujours peur. Elle n’était pas comme lui.

Relevant les yeux juste à temps, elle évita de justesse un coup d’Onimar Synn alors que ce dernier cherchait à se débarrasser de Guy. L’image n’était pas sans rappeler celle d’un géant contre un moustique, un moustique qui se ferait rapidement écrasé s’il n’était pas plus prudent. Ses attaques étaient nombreuses et violentes, mais il ne prenait même pas la peine de se défendre.

Aide-le, avait dit John Stewart. Et elle savait exactement comment.

Elle ne perdit pas de temps à essayer d’invoquer une construction complexe qui lui ferait perdre un temps précieux – le rythme du combat étant dicté par la frénésie de Guy. Au lieu de ça, elle se contenta de lasso épais et informes – mais solides, suffisamment, en tout cas, pour pouvoir arrêter les bras d’Onimar Synn en pleine course. Partout où Guy passait et où le tyran voulait frapper, elle intervenait. Elle fermait des menottes d’émeraude autour des larges poignets du Dieu, et elle tirait, l’obligeant à écarter ses mains de Guy et à ouvrir le chemin à ce dernier.

Le Dieu s’impatienta rapidement de leurs manœuvres et se mit bientôt à générer une impulsion électro-magnétique de puissance, mais Jessica y était préparée. Elle avait commis cette erreur une fois. Elle ne le ferait pas une deuxième fois. Dès qu’elle vit les immenses doigts de l’envahisseur s’écarter, elle bondit sur l’occasion et généra deux boules qui se refermèrent avec un claquement aux sonorités métalliques sur les mains du Dieu, les maintenant ainsi fermées et bloquant tous mouvements de ses doigts.

C’était elle contre un Dieu. Un Dieu.

Le poing crispé et son autre main serrée autour de son bras, si fort qu’elle sentait ses doigts laisser des marques à travers son costume, elle jeta un regard à Guy.

« Profite-en ! Donne tout ce que tu as ! Je le bloque ! »



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 964
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Mar 22 Mai 2018 - 13:13
Le chaos est total.
Des Thanagariens affrontent des Lanterns, tandis que Ray Palmer et Adam Strange semblent pouvoir frapper partout et nulle part à la fois ; en même temps, Champ Hazard contrôle les vaisseaux de Rann, pour bloquer au maximum les envahisseurs.
Et, bien sûr, il reste Onimar Synn.

Immense, puissant, extraordinaire, littéralement divin, mais despotique, il a promis la mort et bien pire à Jessica… qui y a échappé, du fait de l’intervention de John Stewart, puis de Guy Gardner ; mais, pour héroïque qu’il soit, le second est surtout une tête brûlée – qui peut aller bien trop loin, bien trop vite, pour sa propre sécurité.


« J’donne toujours tout c’que j’ai, baby ! C’est la méthode Gardner, approuvée par toutes les recrues du Corps, et surtout par toutes les chanceuses qui m’ont croisées sur Terre ! Ho, yeah ! »

Le Green Lantern ne cesse d’aller et venir autour d’Onimar Synn, telle une mouche insupportable et terrible ; mais l’ennemi est important, imposant… et impuissant.
S’il garde le silence depuis l’attaque de Gardner, s’il est désormais enfermé par les constructions de Jessica, le Démon apparaît soudain calme – bien trop calme.
Et, donc, suspect.


« T’en fais, p’tite tête, on en a bientôt fini ! On pourra rentrer peinards, et tu pourras m’dire pourquoi tu traînes avec mini-pouce ! Franch’ment, j’sais que Hal est pote et tout, mais bon sang… on a un standing, gamine ! Les Lanterns, c’est le haut du panier, on a du niveau ! »

Crispée, Jessica s’acharne à maintenir Onimar Synn enchaîné – mais quelque chose cloche, elle le sent.
Son instinct lui hurle le danger avant qu’il ne se réalise… et elle peut, alors, se protéger d’une sorte d’impact-retour, provoqué par le Démon lui-même.

Une terrible onde de choc électro-magnétique s’échappe de lui – et anéantit, littéralement, les constructions des Lanterns.
Mais alors que Jessica est repoussée, violemment, Guy est trop près… et est happé par le géant !


« Tu t’es bien trop avancé, crétin arrogant ! Tu seras le premier nuisible à être écrasé ! »

Onimar Synn lève Gardner, et se prépare à, littéralement, le couper en deux, l’écarteler avec ses mains immenses.
Le Lantern tente de se défendre, mais Onimar s’entoure d’une aura d’énergie qui trouble l’anneau le plus proche… et Guy lui-même ne semble rien pouvoir faire pour se protéger !


« Ha… p’tain… enfoiré… »

« RANN EST A MOI, ET TU SERAS LE CADAVRE SUR LEQUEL JE BATIRAIS MON EMPIRE ! »

« Hey, il est p’têt relou, grande gueule et insistant… mais on n’en a qu’un, et on y tient ! »

Une voix se fait entendre aux côtés de Jessica – avant qu’elle n’aperçoive la silhouette filante d’Adam Strange, propulsé par son jet-pack vers Onimar Synn.

« Alors tu le lâches, okay ?! »

« INSECTE ! TU ES INDIGNE DE MA VUE ! TU ES TROP MISERABLE POUR PARLER EN MA PRESENCE ! »

Le Héros de Rann n’attend pas, et tire plusieurs salves d’énergie – mais aussi des balles, depuis son équipement.
En vain.
Onimar Synn n’est en rien blessé par les tirs, même ceux qui s’abattent sur son visage ; et un rire terrible s’échappe alors de sa gorge, qui se déploie entièrement.


« HA ! EST-CE LA TOUT ? EST-CE LA TOUT CE QUE VOUS PROPOSEZ ? CELA EST BIEN FAIBLE, BIEN MINUSCULE DEVANT MOI ! »

« Oh, minuscule ? »

Adam Strange s’arrête, en plein vol – puis esquisse un sourire plein de vice.

« Fallait pas dire ça, vieux… déjà que Guy l’a chauffé, là, ça va barder… »

« NUISIBLE, DE QUOI PARLAAAAAAAAAAAAAAAARGH !!! »

Un hurlement de pur douleur s’échappe de la gorge d’Onimar, jusque-là déployée pour rire ; il lâche de suite Gardner, pour poser ses mains immenses sur son cou, à priori rongé par la douleur.

« Je récupère Guy ! Il s’en occupe, il l’occupe plutôt, mais c’est à toi de le finir, okay ? C’est toi qui dois stopper Onimar – et sauver Ray ! Il ne tiendra pas longtemps, là-dedans ! »

Ray ; Ray Palmer.
Qui avait promis de ne pas faire de bêtise… et n’a pas suivi sa parole, encore une fois.


« Ce taré était sur mon arme, et a bondi sur une balle quand je tirais… pour profiter de la diversion, et foncer dans la gorge puis le corps de ce monstre ; mais ça ne durera pas ! »

Adam Strange file vers le Lantern blessé – et abandonne, malheureusement, Jessica Cruz.
Face à Onimar Synn ; face à Onimar Synn, affaibli par les coups d’un Ray miniaturisé, déjà en mauvaise posture face à son système immunitaire.
Ça ne durera pas, non ; ça ne durera pas plus d’une minute, hélas !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 20/11/2017
Messages : 161
DC : Wonder Woman ; Red Hood ; Starfire
Localisations : Secteur 2814
New Titans
MessagePosté le: Mar 22 Mai 2018 - 22:56

Mystery in spaceRay PalmerLe bras toujours tendu et les yeux rivés sur les menottes élaborées qu’elle maintenait sur les mains d’Onimar Synn, Jessica se sentait happée par l’effort que cela lui demandait. Si elle avait dû trouver une comparaison pour expliquer ce qu’elle ressentait, elle aurait utilisé l’image d’une horde de rhinocéros enragés qu’elle essayait de retenir avec un bête fil de pêche. Aussi dur que cela puisse être, elle ne pouvait pas lâcher puisque ce serait offrir au Dieu une chance de passer de nouveau à l’attaque. Elle le tenait – maintenant il fallait qu’elle le garde.

Elle laissa échapper un grognement alors qu’elle raffermissait sa prise sur son propre bras. Le fait de se tenir le bras alors qu’elle gardait son anneau rivé sur Onimar Synn ne changeait pas grand-chose à sa puissance, mais elle avait l’impression d’avoir un peu plus de contrôle de la sorte. Ses doigts s’enfonçaient dans la peau de son bras, et elle utilisait la tension, l’urgence de ce contact, comme fuel pour le reste. Il ne fallait pas qu’elle lâche - bon sang, Guy, un peu de concentration - il ne fallait pas qu’elle lâche, il ne fallait pas qu’elle lâche - plus vite, plus vite - il ne fallait pas qu’elle lâche, pas qu’elle lâche - sérieusement, Guy, PLUS VITE - il ne fallait pas qu’elle…

« GUY ! LA FERME » s’écria-t-elle.

Le temps sembla se ralentir, et elle comprit. Elle allait lâcher. Dans moins d’un battement de cœur, elle lâcherait, et le contrôle qu’elle aurait perdu, Onimar Synn le récupèrerait et s’en servirait immédiatement. Elle avait si peu de temps pour se préparer qu’elle n’eut le temps de formuler aucun pensée. Ce sont ses instincts qui se mirent en action et qui mirent en place le bouclier qui l’empêcha d’être heurtée de plein fouet par la vague éléctro-magnétique, et d’une puissance incroyable, qu’Onimar Synn lâcha sur eux.

Elle fut, cependant, propulsée en arrière. Elle lutta pour récupérer son équilibre, et quand elle put enfin se redresser, son cœur s’arrêta dans sa poitrine. Guy était au main du géant, et de toute évidence incapable de se défendre !

« Non, non, non, » grimaça-t-elle. « Guy ! »

Elle s’élança en avant, sans l’once d’un plan mais bien décidée à ne pas laisser mourir Guy. Heureusement pour elle – et très certainement pour Guy – Adam se joignit à son assaut désespéré avec bien plus d’efficacité qu’elle pour le moment. Même si, les salves de tirs qu’il lâchait sur le Dieu ne semblaient pas affecter ce dernier le moins du monde. Et pendant ce temps, Jessica avait les yeux rivés sur Guy, toujours prisonnier de cette immense main et toujours sans défense… Il était temps de se reprendre en main. Elle rassembla ses forces et imagina le plus gros missile qu’elle pouvait conjurer, prête à le matérialiser et à le lâcher sur Onimar Synn en espérant que cela lui offre le temps et la distraction nécessaire pour extraire Guy de sa mauvaise posture.

Sauf qu’elle n’eut pas besoin de passer à l’attaque. Car le Dieu se mit soudainement à hurler de douleur. Ses doigts s’écartèrent, et Guy bascula hors de sa prise. Perplexe, Jessica se figea dans les airs avant de se tourner vers Adam, confuse. Elle pensa d’abord que ce dernier avait utilisé une arme spéciale, mais quand leurs regards se croisèrent, elle comprit avant même qu’il ne le lui explique. Son cœur se changea en plomb et elle manqua d’air l’espace d’un instant.

Puis il parla, et il confirma.

« C’est pas possible, » gémit-elle dans un souffle en tournant la tête vers le dieu en proie à une douleur interne visiblement insupportable. « Non, il a pas fait ça… »

Mais, elle-même, elle n’arrivait pas à se persuader du contraire. Evidemment qu’il l’avait fait. Evidemment qu’il avait sauté directement dans le corps d’un tyran de l’espace aux pouvoirs divins, évidemment.

Elle serra les poings, si fort, que ses ongles s’enfoncèrent dans la peau plus tendre de ses paumes. Elle avait passé cette épreuve des dizaines de fois depuis qu’elle s’était retrouvée affublée d’un anneau magique. Même avant l’actuel, même à l’époque de Volthoom. Elle avait démontré au monde entier, à elle-même et à tous ceux qui la regardaient suffisamment longtemps, qu’elle était capable de sauver des vies, qu’elle était capable de ne pas laisser cette nuit dans la forêt se répéter. Et elle en avait assez de se retrouver toujours face à la même sensation de fatalité et d’urgence, marre de devoir danser sur cette corde raide encore et encore. Elle refusait qu’un dieu à l’égo surdimensionné ne la ramène à la case départ et ne lui prenne tout ce qu’elle avait si durement gagné.

Hors. De. question.

Elle s’élança en avant et gagna rapidement en vitesse, mais ne perdit pas un instant pour autant. Elle fit d’abord jaillir un énorme boulet de démolition qui alla se fracasser contre le visage de son ennemi. Elle ne s’arrêta pas là pour autant. Toujours tandis qu’elle volait vers lui, elle créa un mécanisme de pistons qui se refermèrent sur le visage d’Onimar Synn, l’écrasant entre deux grandes plaques.

« Ca suffit ! » cria-t-elle, en remontant directement vers le visage du dieu.

Elle prit son élan et lança son poing, qui se retrouva vite affublé de l’image d’un plus grand poing d’émeraude, à l’échelle du Dieu, pour aller frapper ce dernier à la mâchoire.

« LAISSE-LE SORTIR ! »

Elle bondit sur l’épaule d’Onimar Synn, délaissant ses capacités de vol pour le moment, et abaissa brutalement une énorme enclume sur le sommet du crâne de ce dernier.

« J’AI DIT. » Elle sauta sur sa tête puis se laissa tomber en arrière alors qu’une énorme chaîne d’émeraude jaillissait entre ses mains. « LAISSE. LE. SORTIR ! »

Emportée par sa chute, la chaîne se resserra autour du cou du dieu. Jessica se propulsa de nouveau dans les airs pour faire trois tours de plus autour du cou du géant avant de remonter sur son crâne, la chaîne toujours en main. Et elle tira. Aussi fort que possible. Si fort qu’un cri de colère lui échappa.

Et alors qu’elle tirait la chaîne sur son épaule, elle écarta sa main porteuse de l’anneau et la tendit sur le côté. De l’air jaillirent plusieurs immenses seringues qu’elle planta au niveau du cou - là où les doigts d’Onimar Synn s’étaient serrés de douleur quelques instants plus tôt – mais aussi plus bas, au niveau de ses bras et à travers son torse. Et elle les actionna, encore et encore.

Elle n’était même pas sûre de l’efficacité de ce qu’elle faisait. Elle ne savait pas où il était. Dans quoi il était. S’il était happé par le mouvement de ses seringues.

Ni même s’il était encore en vie.

Elle avait réussi cette épreuve tant de fois, mais ce n’était jamais de ses victoires dont elle rêvait, n’est-ce pas… ? C’était de cette fois unique où elle avait raté, la fois où elle avait échoué, et où ses amis étaient tombés, leurs corps brisés, percés… morts.

« Je t’en prie, Ray, » gémit-elle, tiraillée par la force de son effort, par le désespoir et la colère. « Je t’en prie, sors de là. Sors. »

Elle serra le poing et d’autres seringues vinrent se rajouter aux premières alors qu’elle continuait de tirer sur la chaîne, de pousser, de dépasser ses limites et de supplier. Elle ne sentait ni les larmes sur ses joues, ni ses muscles en feu.

« SORS ! » cria-t-elle de nouveau, dans un mélange de désespoir, de tentative pour rassembler encore plus de force et de peur – d’une peur animale et fatale. Un cri qui se changea en onomatopée déchirante.

Pas lui, je vous en prie. Prenez-moi. Tuez-moi. Mais pas lui. Pas lui.

Elle couperait la tête au dieu s'il le fallait. Elle l'écorcherait s'il le fallait. Lui ouvrirait les veines et tout ce qu'elle pouvait couper. Elle se moquait du prix à payer. Qu'on lui dise quoi faire et elle le paierait. Sans hésiter.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 964
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Mer 23 Mai 2018 - 14:26
Le chaos règne toujours dans la capitale de Rann – mais surtout dans ses cieux, où un affrontement abominable lie beaucoup d’acteurs majeurs de ce conflit.
Si Onimar Synn pensait pouvoir envahir aisément la planète, la résistance d’Adam Strange, mais aussi les arrivées fortuites de Jessica Cruz et de Ray Palmer permirent de changer l’équilibre ; et même l’arrivée de Thanagariens à la solde du Démon fut compensée par la venue d’une partie du Green Lantern Corps.

Reste le pire, donc.
Stopper Onimar Synn – et ne perdre personne.
Hélas, ça semble mal parti.

Si Jessica est parvenue à bloquer l’ennemi, Guy n’a pas su être assez efficace – et Onimar s’est libéré, avant de menacer d’écarteler Gardner, avant de s’occuper des autres ; et anéantir, littéralement, tous ceux qui se trouvent ici.
Mais la suite est source de déception pour Synn… et de stupéfaction, puis de peur pour la jeune femme.

Adam est arrivé, a tiré sur l’ennemi, et permit à la Green Lantern de préparer un immense missile, ultime tentative pour sauver un allié ; mais elle n’en aura pas besoin.
Onimar Synn hurle de douleur – et Strange explique pourquoi.
Plongeant, alors, Jessica dans le pire.

Guy Gardner est certes libéré, et Onimar Synn souffre, permettant à la jeune femme d’enchaîner et d’achever l’ennemi ; mais elle doit faire vite.
Car Ray Palmer se trouve dans le Démon, en train de lutter pour causer le plus de dommages… et Jessica doit alors encaisser la nouvelle, et aller de l’avant.
Au plus vite, bien sûr ; avant que l’ancien Atom ne succombe au système immunitaire de son adversaire…


**
*
**

Ailleurs.
Ray Palmer a plongé sans réfléchir ; encore une fois.
Mais il craint que cette fois-ci soit de trop.

Minuscule, il a profité des tirs d’Adam Strange pour pénétrer dans la gorge d’Onimar Synn – et commencer ses dégâts.
Mais si le plan paraît fou, lui-même n’est pas stupide ; pas entièrement, au moins.
Ainsi, alors qu’il a abandonné le titre, il a conservé sur lui un élément fondamental pour la suite…

… un uniforme d’Atom, qui lui permet de résister à l’environnement agressif autour de lui ; et il en a bien besoin.

Si, dès le début, le scientifique a frappé tout ce qui lui tombait sous la main, le système immunitaire n’a pas tardé à répondre ; brutalement.
Usant de ses formidables capacités de gestion de sa densité, Ray se défend en anéantissant tous les globules blancs possibles – mais ces derniers deviennent nombreux, et l’envoi des uns sur les autres ou contre les parois n’est plus une solution.

Palmer se sent isolé… submergé.
Et ignore, clairement, s’il va pouvoir continuer longtemps…


**
*
**

« Je… je suis désolé, Jessica. Je n’voulais pas, mais… ha, vous le connaissez… j’ai pas encore compris comment empêcher ce type de faire comme il le veut, et j… »

Mais les excuses et quelques mots bredouillés par Adam Strange, après son sauvetage d’un Guy Gardner vivant mais blessé, s’évaporent quand la Green Lantern s’échappe de la zone, pour filer vers Onimar Synn.

Elle se lance directement, en adressant un terrible coup dans le crâne du Démon, toujours rongé par une douleur absolue ; elle hurle ensuite, puis enchaîne avec un crochet brutal à la mâchoire.
Elle s’accroche ensuite à l’épaule du géant, s’acharne sur son crâne – puis tombe, avant de se retenir via une chaîne autour du cou de la créature ; elle tourne autour, puis hurle… au point de hurler, de se faire mal.
Elle continue en créant des seringues qui viennent se planter dans tout le corps d’Onimar Synn, afin d’en retirer… tout ce qu’elle pouvait trouver ; pour le retirer, oui. Pour le sauver, où que Ray Palmer soit.

Jessica Cruz s’acharne.
Et craint, au fond, que ça ne soit pas assez…


**
*
**

Avant.
Ray grimace, en activant encore ses pouvoirs pour rapetisser et frapper des Thanagariens ; les Lanterns en interceptent beaucoup, mais beaucoup parviennent à passer… et menacent, clairement, la capitale de Rann.
Ses blessures sont encore vives, et il se fatigue ; mais il ne va pas s’arrêter, surtout après le dernier message de Jessica.


« Bon sang, luciole… »

Ayant repris sa taille normale, le scientifique souffle et fixe les cieux, en tentant d’apercevoir la jeune femme entre les Thanagariens et les Lanterns ; en vain.
Il ne se retourne même pas, quand il sent Adam Strange se poser à ses côtés.


« Hey, ça va ? »

« Elle… elle est là, Adam. Avec ce crétin de Gardner, contre Onimar Synn. »

« C’est une Lantern. Elle sait gérer. »

« Ouais… mais… »

« Mais quoi ? Tu ne veux quand même pas la rejoindre ? »

« Mec. »

Palmer soupire, puis se tourne vers son ami – et plonge un regard terrible sur son casque.

« Si Alanna était là-haut, tu ferais quoi ? »

« C’est… c’est comme Alanna, pour toi ? Tu l’aimes ? Vraiment ? »

« Elle m’a sauvé, Adam. De la pire menace que j’ai eue à affronter, et qui m’a toujours vaincu. »

« Quoi donc ? »

« Moi-même. »

« Ho. »

L’ancien Atom secoue la tête, puis esquisse un sourire las… que son camarade reconnaît bien vite.

« Ho, non. Hoooo, non. Je connais ce visage, c’est le visage que t’as quand tu vas proposer une connerie… j’en serais pas, vieux. Franchement, quoi que tu dises, j’en serais pas ! »

**
*
**

Maintenant.
Jessica s’acharne, encore. Elle plante des seringues par dizaines, tire sur la chaîne, se bat autant que possible.
Elle hurle, encore et encore, et abat sur Onimar Synn une fureur et une puissance rarement vues ; et ce qui doit arriver… arrive.

Le Démon s’écroule.

Incapable de tenir, la créature perd conscience – et tombe.
Sa chute depuis les cieux est terrible, et il s’écrase violemment au sol ; amenant, avec lui, une Jessica qui refuse de le laisser… qui refuse de laisser quelqu’un tomber. Au propre comme au figuré.

L’impact est terrible, mais l’anneau de la jeune femme l’a protégée.
Et alors que la poussière retombe, les combats s’arrêtent : les Thanagariens ne comprennent pas ce qu’ils faisaient ici, et se rendent en voyant le nombre des Lanterns ; même ces guerriers acharnés savent reconnaître l’intérêt d’une trêve.

Onimar Synn, qui les contrôlait, est vaincu.
Par Jessica Cruz.


« Green Lantern 2814-6. »

John Stewart, au visage blesse par quelques coupures, vient se poser aux côtés de la jeune femme ; son regard va d’Onimar à elle – et exprime tant la surprise qu’une admiration réelle.

« Mon dieu… je n’ai jamais vu ça. Même Hal n’aurait pas réussi cela. Est-ce que tu vas bien ? Est-ce que tu te rends compte de… ce que tu as fait ? »

« Elle nous a tous torchés, ouais. »

Guy Gardner arrive depuis les cieux, aidé par Adam Strange ; le premier est blessé, mais refuse de s’évanouir. Pas de ça devant les jeunes.

« Bordel, c’est la bleusaille qui a fait ça ? »

Kilowog approche aussi, et réalise quelque chose de rare et de terrible : un sourire.

« Pas mal, p’tite tête. Pas mal du tout. »

Ces mots ne peuvent que flatter l’âme de Jessica qui, sûrement, n’a jamais espéré autant… mais, tout aussi sûrement aussi, il est fort à parier qu’elle ne les écoute guère ; ou pas vraiment.
Car il doit manquer quelque chose – quelqu’un.
Et ce n’est pas Onimar Synn, qui vomit lentement par deux minces filets au coin de ses lèvres, qui dira le contraire.


« Jessica, est-ce que… est-ce que tu l’as v… »

Adam Strange n’ose aller plus loin, conscient des risques en cas de réponse négative ; en cas de perte.

« Atom, hein ? C’était l’p’tit gars, hein ? Bordel, si on m’avait dit qu’c’branleur d’Atom nous sortirait d’là, j… »

« Guy, s’il n’y avait qu’une différence entre toi et moi, elle serait là. »

Une voix faible se fait entendre, alors que quelque chose semble apparaître sur le visage d’Onimar Synn – semble grandir.

« Vu mon bagage universitaire, mon expérience, ma gueule et, osons-le, mon charme… »

La forme se précise, et une silhouette humaine apparaît alors – grandit.

« … je n’ai vraiment rien d’un branleur. »

Ray Palmer apparaît ; avec la combinaison d’Atom rapiécée et endommagée par le système immunitaire d’Onimar, et en dessous sa nouvelle tenue d’aventurier.
Mais un immense sourire fatigué sur le visage.


« Salut. J’vois que vous vous êtes bien débrouillés en mon absence… j’ai loupé quoi ? »

Tous le fixent, alors.
Surpris. Stupéfaits. Et interdits, pendant quelques instants – avant que les réactions ne commencent à se déclencher.


« P’tain. Je hais ce mec. »

« Content de te revoir, Ray. »

Palmer adresse un signe à John Stewart – mais fixe, très vite, son regard sur Jessica ; et exprime, sans un mot, ses excuses, une nouvelle fois de plus, pour son comportement. Il se risque même à un sourire gêné, et à des épaules haussées.
Pas d’ma faute, semble-t-il dire ; c’était trop tentant.


« On a du travail. Suivez-moi. »

Stewart, bien plus fin que les autres, sonnent la retraite, et laisse ainsi Jessica et Ray seuls.
Mais, alors qu’ils se replient, Gardner glisse un dernier regard en arrière – puis soupire, en levant les yeux au ciel.


« Bordel. C’est c’p’tain d’Atom qui a fait ça. Qui a blasté Onimar Synn avec d’la bleusaille. Personne va m’croire… »

« Alors dis autre chose, Gardner. Dis la vérité. »

« Ha ouais ? Et c’est quoi, Strange ? »

« La meilleure espoir des Lanterns a tabassé Onimar Synn pendant que son mec le défonçait de l’intérieur ; et si certains en doutent, tu diras qui est son mec, alors. »

« Ouais… Atom. P’tain, Atom, quoi. »

« Nan. Pas Atom – Atom, c’était son nom de Héros, en costume ; c’est plus vraiment lui.
Là, c’est un type capable de mentir à la fille, de manipuler, de forcer ses pouvoirs alors qu’il en crève, pour agir pour les autres ; c’est un type capable de foncer dans le corps d’un Démon divin, pour y faire des dégâts, en sachant qu’il allait y rester. C’est un type capable de se sacrifier, mais aussi de faire mal, salement mal, à ceux qui s’en prennent aux innocents, et à ses proches.
Alors tu leur diras, Gardner, que ceux qui ont tapé Synn, c’est votre meilleure espoir pour le Futur – et Ray Palmer. »


Adam Strange s’arrête, et se tourne vers le duo, qui tente de communiquer après ces événements ; il soupire, et hausse les épaules.

« Et j’pense que, vraiment, faut pas le chercher. Surtout dans les vannes. Okay ? »

Guy Gardner ne répond pas, alors, et va s’occuper des Thanagariens.
Ce qui, vu son caractère, veut en dire beaucoup sur son rapport à Jessica et Ray, qui doivent maintenant tenter de discuter ensemble…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 20/11/2017
Messages : 161
DC : Wonder Woman ; Red Hood ; Starfire
Localisations : Secteur 2814
New Titans
MessagePosté le: Jeu 24 Mai 2018 - 0:26

Mystery in spaceRay PalmerLe cœur de Jessica bondit dans sa poitrine quand, finalement, Onimar Synn bascula en avant et, rattrapés par la gravité et les lois de la physique, ils tombèrent ensemble. Elle laissa échapper un grognement de rage et de frustration en s’accrochant à la chaîne. Non. Il n’avait pas le droit de s’évanouir et de fuir comme ça, alors qu’elle, elle était toujours là à exiger ses réponses, à exiger qu’il perde, mais qu’il perde d’une façon bien spectaculaire. Elle avait soif de son sang, soif de sa défaite, et surtout besoin qu’il cède, et qu’il libère Ray. Il pouvait s’évanouir, sombrer, et même mourir s’il le voulait – elle, elle n’abandonnerait pas. Peu importe la chute, le reste de l’invasion. Il comptait sur elle, elle le savait. Elle n’abandonnerait pas.

Jamais il n’aurait fait ce qu’il avait fait s’il n’avait pas cru qu’elle pourrait le sauver, n’est-ce pas… ? C’était à elle de terminer son plan. A elle.
A elle de ne pas échouer.

Elle s’agrippa plus fort aux chaînes qu’elle maintenait autour du cou d’Onimar Synn, mais elle passa de sa tête à son torse pour se protéger de la chute. Les seringues s’étaient évaporées, incapable de suivre leur vitesse et la concentration déjà en partie prise par les premières constructions que Jessica tenait toujours entre ses doigts crispés. Mais elle était prête à recommencer. Elle s’accrocha de toutes ses forces aux chaînes en préparation à l’impact, et ferma brièvement les yeux alors que le sol se rapprochait. Protégée par son anneau, elle ne sentit pas l’onde de choc qui se répandit dans le corps du démon de Thanagar, mais elle ne put échapper à la physique de leur chute exceptionnelle, et elle fut projetée sur le côté.

L’espace d’un bref instant, elle se retrouva allongée au sol, la tête levée vers un ciel qu’elle ne voyait plus à cause du nuage de poussière qui s’était levé autour d’elle. Elle avait l’impression d’en sentir les particules glisser dans ses poumons, et de pouvoir toucher ce mur au-dessus d’elle du bout des doigts, tant il semblait tangible. Et pendant cette très brève seconde qui lui semblait suspendue au-delà du temps et de l’espace, elle envisagea sérieusement la possibilité que Ray soit mort. Et aussi bref que cela fut, elle eut l’impression de se sentir mourir elle aussi. Son cœur se flétrit dans sa poitrine, son sang se figea et ses poumons se vidèrent pour ne plus jamais se remplir.

Puis la poussière commença à retomber, et elle reprit une profonde inspiration, avec l’impression que sa langue frottait contre du papier de verre. Elle ne pouvait accepter ça – elle ne pouvait même pas le concevoir. Elle se redressa brusquement et bondit sur le corps inanimé d’Onymar Sinn. Le poing serré, elle leva la main au-dessus d’elle et enchaîna le monstre au sol, juste au cas où. Parce qu’elle était loin, très loin d’avoir fini.

Elle entendit son matricule, vaguement, sur sa droite. Elle entendit les mots de John Stewart, et elle le vit s’approcher d’elle, mais elle n’enregistra pas ce qu’il disait, pas plus qu’elle n’avait envie de le voir si proche.

« Ce n’est pas fini, » murmura-t-elle en serrant les dents. Les jointures de ses doigts blanchirent alors qu’elle forçait, encore. « J’en n’ai pas fini, » rajouta-t-elle, d’un ton bien plus imposant.

Les seringues firent ainsi leur grand retour. Alors qu’elle était toujours à cheval sur le corps du dieu déchu, Jessica posa sa main libre sur la gorge de ce dernier et se pencha, doucement, au-dessus de sa tête, pour le garder à l’œil tandis qu’une dizaine de seringues – cette fois bien plus petite et à échelle humaine – jaillirent autour d’elle et s’enfoncèrent dans toutes les veines et artères principales.

« Allez… allez, Ray… viens à moi, reviens-moi… » dit-elle dans un souffle, le regard rivé sur le visage d’Onimar Synn. « Allez.. »

Elle osait à peine respirer. Chaque seconde qui passait l’écartait de la probabilité qu’il soit toujours là, quelque part, vivant. De tous les pouvoirs qu’elle possédait en tant que Green Lantern, pourquoi ne pouvait-elle pas changer sa taille ? Pourquoi ne pouvait-elle pas aller le chercher elle-même ? Pourquoi… Pourquoi n’était-elle jamais capable de sauver qui que ce soit ?!

Elle se mordit les lèvres jusqu’au sang quand Adam commença sa réponse, mais elle ne répondit pas. Pas clairement. Sa vue commençait à se brouiller, mais elle refusait ce qui s’imposait à elle de plus en plus violemment. Elle se pencha un peu plus en avant, étouffant ainsi dans ses poumons compressés le cri d’horreur et de désespoir qui ne demandait qu’à sortir, et serra un peu plus son poing en invoquant une nouvelle batterie de seringues.

C’est alors que ses yeux captèrent un léger mouvement sur le visage du démon. Elle se redressa légèrement avec un léger hoquet et cligna enfin des yeux pour chasser les larmes qui s’y étaient accumulées. Et la forme se précisa, le mouvement se confirma, jusqu’à ce que, finalement, le bouquet de couleurs habituel, et le corps qu’elle connaissait si bien surgirent du vide juste devant elle.

Elle leva doucement la tête, le souffle court et le bras toujours tendu derrière elle, vers les seringues qu’elle continuait d’actionner. Elle le voyait bouger les lèvres, elle entendait sa voix – sa voix, sa voix …- mais elle n’arrivait pas à enregistrer, à réaliser. Haletante, poussée à bout par les efforts qu’elle faisait, elle le regarda répondre et parler, puis se tourner vers alors que le reste s’éloignait pour gérer les restes d’une invasion ratée.

Et elle, elle ne parvenait pas à bouger. Les yeux levés vers Ray, elle n’arrivait même pas à lâcher le contrôle de ses constructions, tant la terreur qu’elle avait ressentie avait été violente. Elle avait l’impression qu’elle ne la quitterait plus jamais, que toute sa vie, elle serait bloquée dans cette seconde où elle avait été persuadée qu’elle avait perdu Ray, qu’elle avait tout perdu.

« J-Bird. »

La voix de son anneau sonnait étrangement inquiète, prudente. Les Gardiens pouvaient dire ce qu’il voulait sur les anneaux, elle, elle avait connu celui de Volthoom. Elle avait ressenti les différences. Son anneau avait une personnalité, et un certain humour. Et à cet instant, précis il luttait contre elle.

« Non. Non, non, arrête, attends. »

Elle détourna le regard de Ray pour reporter son attention sur son poing serré et constata avec surprise que ce dernier tremblait. Son anneau repoussait ses ordres et ses commande tout en attaquant ses constructions jusqu’à ce qu’elles perdent leur éclat brillant et s’effacent, finalement, presque transparentes. Soudainement épuisée, Jessica ramena ses bras contre son ventre, réalisant à peine qu’elle était toujours à genoux sur le torse d’un monstre galactique qui avait failli tout lui prendre.

Elle releva la tête vers Ray et prit finalement la parole.

« Je ne sais pas ce que je ferais si je venais à te perdre. »

Les doigts tremblants, elle essuya ses joues et se recroquevilla de nouveau sur elle-même. Elle ferma les yeux alors qu’elle reprenait, peu à peu, conscience de ce qui l’entourait, des détails de ce qui venait de se passer et de la réalité de laquelle elle s’était écartée sans même s’en rendre compte. Tout le Corps était là, et elle ne pouvait pas se laisser aller devant eux. Ils devaient continuer à penser qu’elle avait sa place parmi eux, elle devait rester forte et méritante. Tout ce qu’elle n’avait pas l’impression d’être à cet instant.

Elle se releva doucement et glissa du corps imposant du géant. Ses jambes menacèrent de céder quand ses pieds retrouvèrent le sol, mais elle se tint au bras massif d’Onimar Synn le temps de pouvoir s’assurer un équilibre un peu plus assuré.

Puis elle releva les yeux vers Ray et tout se mélangea dans sa gorge, tout ce qu’elle voulait dire, les mots, les phrases, les accusations, les supplications. Elle s’étouffa sur le tumulte de ses sentiments, la colère, la peur – non, la terreur - la panique, l’horreur, et la fureur – brûlante, dévastatrice et amère.

« Je t’avais demandé de gérer les civils, » reprit-elle, d’une voix ferme et tremblante à la fois. Elle pointa un index accusateur vers lui.

Son doigts heurta le torse de Ray, le costume rapiécé, et ses yeux glissèrent sur les égratignures, les balafres, le sang – encore – et les ecchymoses. Elle glissa sa main jusqu’à son épaule et crispa ses doigts sur la nuque de Ray.

« Les civils » répéta-t-elle, d’une voix décidemment plus tremblante que ferme. « Putain, Ray… »

Elle se laissa aller en avant, son front contre la poitrine de Ray. Elle tenta tant bien que mal de retenir le flot de larmes qui remonta à la surface en se mordant de nouveau les lèvres et en se concentrant sur le goût du sang dans sa bouche, mais ses paupières papillonnèrent et elle perdit pied. Frustrée, furieuse et terrifiée, elle frappa Ray sur le torse d’un coup de poing vain.

Frustrée, furieuse et terrifiée, elle noua presque avec violence ses bras autour de ce dernier et le serra de toutes ses forces contre elle.



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 964
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Jeu 24 Mai 2018 - 11:13
Jessica est choquée ; on le serait à moins.
Ayant mené un combat terrible contre Onimar Synn, contre l’équivalent d’un dieu, elle ne s’est pas arrêtée après sa chute – ni même quand ses camarades Lanterns lui ont offert le respect qu’elle espère tant ; son attention est ailleurs.
Vers autre chose. Vers un autre.

Elle s’acharne, encore, à utiliser son énergie pour récupérer Ray Palmer… sans savoir comment, sans savoir s’il est encore vivant ; mais elle s’acharne.
Elle ne le laissera pas tomber. Elle ne le laissera pas.
Elle le sauvera ; même s’il est mort, elle le ramènera.
Heureusement, elle n’aura pas à aller jusque-là… car l’ancien Atom s’échappe de la gorge du Démon, via son vomi, et reprend sa taille normale ; avant de glisser quelques mots sympathiques, comme si de rien n’était.

Comme s’il n’avait pas, une nouvelle fois, mis sa vie en danger, au mépris des risques.
Comme s’il n’avait pas failli à sa promesse… une nouvelle fois, oui.

Jessica ne réalise pas, de suite, ce qu’il se passe ; c’est compréhensible.
Il faut que son anneau lui parle – la calme, pour que la tension s’échappe de son corps. Au moins un peu.
Quelques mots s’échappent de ses lèvres, elle se rend compte de sa position sur Onimar… et se reprend, doucement ; en reprenant pied dans la réalité.

Les autres partent, bien sûr, et les laissent seuls.
Avec les choses à régler ; importantes.

Jessica chasse ses larmes, confirme son attachement puissant à l’ancien Atom, puis se redresse ; difficilement, mais elle se redresse.
Elle s’avance, alors, vers Ray – qui ne peut bouger.
En la voyant ainsi… en la voyant approcher si difficilement… en la découvrant si atteinte, si ravagée, si rongée, si anéantie par la perspective qu’il disparaisse… il comprend.

Il comprend qu’il a été trop loin ; une nouvelle fois.
Une fois de trop.

La voix de Jessica tremble, son corps est blessé, son âme est touchée ; elle répète, encore et encore, les ordres donnés, et qu’il a violés sans hésiter.
Il comprend, alors.
Elle se colle à lui, s’empare de son épaule, puis de sa nuque ; elle pose son front contre le corps du scientifique, puis le frappe – sans violence, mais pour signifier sa douleur, sa peur. Sa terreur.
Elle finit en l’enserrant de toutes ses forces… et il comprend, vraiment.


« Je… je suis tellement désolé. »

Sa voix se brise, sous une émotion qu’il n’avait pas anticipée – mais qui éclate en lui.

« Je… j’ai passé ces dernières années à me battre, et à mettre ma vie en danger… tout le temps… tout, tout le temps… parce que… parce que je me disais que je serais utile, comme ça… »

Elle le serre, fort ; il fait de même.
Et des larmes, aussi, naissent au creux de ses yeux.


« En te voyant en danger, contre ça… franchement, je… j’ai eu peur… pour toi. Et… et plutôt que de venir t’aider, j’ai… je… j’ai fait comme d’habitude… j’ai voulu être utile, en… en allant aussi loin que possible… mais j’avais tort. »

Un profond soupir s’échappe de sa gorge ; il maintient la jeune femme contre lui, et il sent son trouble, sa douleur… sa détresse.
Il comprend, encore.


« Je… je n’avais personne… pour moi. Personne, qui aurait compté… pour moi, et sur moi. Alors… alors je tentais tout, jusqu’au sacrifice, pour être utile ; mais j’ai eu tort. »

Lentement, Palmer laisse un de ses bras lâcher Jessica, puis plonge dans sa douce chevelure, avant de poser ses doigts sur son menton – pour faire remonter son visage, et pour croiser son regard ; pour plonger dedans.

« Depuis… depuis toi, j’ai… quelqu’un. J’ai quelqu’un qui compte pour moi. J’ai quelqu’un qui compte sur moi.
Je… je ne le ferais plus, Jess’. Plus comme ça. Plus aussi égoïstement.
Tu… je suis tellement désolé. J’ai été stupide, et crétin, et égoïste ; encore. Je… je sais que tu m’en veux, et je suis tellement désolé… je n’ai pas supporté de te savoir en danger, et j’ai été… con.
Je… je comprendrais que… »


Sa voix se brise ; il n’ose pas aller plus loin.
Sa voix se brise – car son cœur peut le faire, aussi, si Jessica finit sa phrase. Si elle veut aller plus loin.
Il comprendrait, bien sûr ; mais ça le dévasterait.
Il a brisé sa confiance, violé sa promesse, et elle en a été anéantie – car elle a cru le perdre ; il a été égoïste, et n’a pas pensé à elle… à ce qu’il était, pour elle.
Il a eu tort ; et Palmer espère, juste, que le cœur immense de la jeune femme sera assez grand pour le pardonner… encore une fois ; une dernière fois, tant il a réellement compris les choses. Enfin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 20/11/2017
Messages : 161
DC : Wonder Woman ; Red Hood ; Starfire
Localisations : Secteur 2814
New Titans
MessagePosté le: Lun 28 Mai 2018 - 23:42


Mystery in spaceRay PalmerCe n’était pas le moment idéal pour approfondir la discussion qu’ils avaient – et c’était encore moins l’endroit. Jessica n’était pas une grande romantique – elle ne l’était plus en tout cas. Mais être avec Ray avait… Il avait ravivé tellement de choses. Elle avait toujours eu conscience que leur relation, bien que puissante, était nouvelle, et encore hésitante. Elle avait consciente qu’il restait tellement à partager et à mettre au point. Et, malgré elle, elle avait toujours imaginé cette nouvelle intimité trouvée dans le secret de l’appartement qu’ils partageaient. Elle l’avait imaginée naître d’une playlist douce, de la lueur des chandelles, et de son incapacité à détourner les yeux de ceux de Ray. Loin, très loin de la scène de guerre encore fumante sur laquelle ils étaient actuellement. Mais elle était Green Lantern, et lui Ray Palmer – avec tout ce que ça impliquait comme bagages.

Elle ferma doucement les yeux quand les doigts de Ray glissèrent sur son menton. Elle sentait son émoi et la peur qui émanait de lui comme si c’était la sienne. Mais certaines choses devaient être dites avant qu’il ne soit trop tard. Elle pouvait le prendre dans ses bras, lui caresser les cheveux et le rassurer, et la prochaine fois, il ne s’en remettrait pas. La prochaine fois, il n’y aurait plus de miracle..

« Ray… »

Elle se racla le fond de la gorge et attrapa la main de ce dernier pour l’écarter de son menton. Elle ne la lâcha pas de suite pour autant, et l’amena d’abord à ses lèvres. Elle déposa un baiser sur les jointures de Ray puis laissa pendre leurs mains entre eux.

Elle prit une profonde inspiration puis leva les yeux vers lui.

« Il m’est déjà arrivé, pendant certaines missions de vouloir mourir. De me retrouver devant un problème et de finir à croire que je pourrais tout arranger par ma mort. Que ça serait au moins ça, au moins une chose positive à dire sur ma vie. »

Elle leva légèrement son autre main pour faire signe à Ray de garder le silence, devinant les protestations que ce dernier avait probablement déjà en tête.

« En toute honnêteté, j’ai longtemps voulu mourir, mais être Green Lantern… Ca m’a vraiment offert des dizaines et des dizaines d’opportunités. Mais je… j’adore ça. J’adore être une super-héroïne, et je veux croire en cette chance qu’on m’a donnée. Il m’a fallu beaucoup de temps pour le comprendre – et, crois moi, parfois je l’oublie encore – mais je suis… je suis tellement plus utile vivante. »

Elle leva son anneau pour attirer l’attention de Ray dessus.

« Tu as sauvé les Ranniens aujourd’hui. Ce que j’ai à dire sur ta décision ne change absolument rien à ce fait. Tu as sauvé toute une population aujourd’hui. Tu as sauvé beaucoup de gens et accompli tellement de bonnes choses. La seule chose que tu arrangerais en t’offrant en sacrifice, c’est ta propre douleur – ta culpabilité et tout ce que tu te traînes. »

Elle posa un regard déterminé sur Ray, un regard qui mit un battement de cœur ou deux de trop à prendre toute son ampleur, mais qui ne vacilla pas pour autant. Ce regard, elle l’avait répété encore et encore, dans son esprit, devant le miroir, à la moindre occasion. C’était un rite qui venait avec des paroles bien précises qui n’étaient rien de plus ni moins qu’un mantra. C’était son chant religieux.

« M’offrir en sacrifice ne soulagerait que ma douleur. Je suis Green Lantern. Vivante, j’aide les gens. Morte, je suis… je suis juste morte. »

Elle glissa sa main avec douceur sur la joue de Ray. Son pouce s’attarda sur sa pommette puis à la commissure de ses lèvres.

« Vivant, tu es capable de tellement plus, Ray. Vivant, tu m’as moi, tu as tous les mondes possibles et toutes les chances que tu désires de faire le bien. Tu es quelqu’un, si tu es vivant. » Elle écarta sa main de la joue de Ray et la posa sur l’épaule de ce dernier. « La mort n’apporte et ne donne rien. Elle ne fait que enlever. »

Elle détourna finalement le regard et écarta complètement sa main afin de pouvoir s’essuyer les joues. Ce n’était ni le moment, ni l’endroit, elle en était bien consciente. Mais ça aurait pu être leur dernière mission ensemble. Ca aurait pu être le dernier lieu visité par Ray. Ca aurait pu être la fin de tout. Pour cela non plus, ce n’était ni le moment ni l’endroit.

« Je ne vais pas te laisser tomber, » reprit-elle d’une voix un peu plus ferme, après avoir écarté ses mains de son visage. « Parce que je t’aime, Ray Palmer. Alors, ne me laisse pas tomber non plus. »

Elle le dévisagea un instant, sans vaciller ni plier sous le poids de ses paroles. Elle en pensait chaque syllabe, chaque intonation. La terreur qu’elle venait de ressentir n’avait pas sa place au milieu de toute cette obstination.

« Je dois aller parler à John à propos de l’infection des Ranniens. Quant à toi… » Elle marqua une pause, avant de reprendre sur un ton plus professionnel, destiné à leur canal de communication. « Adam ? Tu pourrais… tu pourrais venir faire un check-up médical à Ray, s’il te plaît ? »

Son regard croisa celui de Ray une nouvelle fois, et, comme c’était toujours le cas, ses traits s’adoucirent. Elle poussa un profond soupir avant de se rapprocher une nouvelle fois de lui et de le prendre dans ses bras pour le serrer contre elle avec force.



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 964
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Mar 29 Mai 2018 - 10:22
Le cœur de Ray est serré.
Après tous ces événements, tous ces rebondissements, ces blessures et difficultés, il échange avec Jessica, au milieu des ruines fumantes ; et son cœur est serré, car il attend désespérément les réponses de la jeune femme… en craignant le pire.
En craignant d’être allé trop loin ; en craignant d’en avoir trop fait.
En craignant de la perdre.

Ainsi, quand la voix rauque de Jessica s’élève, qu’elle retire ses doigts de son menton… il pense que c’est terminé ; qu’il a été trop dur, trop égoïste, trop égocentrique.
Mais elle le rassure – en embrassant ses doigts, puis en les gardant contre les siens ; un soupir, léger, s’échappe de lui… et il l’écoute, alors.
Il l’écoute parler. Il l’écoute répondre. Il l’écoute s’exprimer, clairement.

Jessica parle, donc.
Elle explique avoir elle-même eu les mêmes pulsions que Ray – celles de mourir en mission, de donner sa vie en Héroïne, pour donner un sens à cette vie qu’elle a parfois si peu goûté ; mais, aussi, elle l’informe que ces pensées disparaissent… car elle adore être Green Lantern, car elle aime aider, car elle est plus utile en accumulant les aides et les missions, que via un sacrifice durant une seule mission.
Si elle lui intime l’ordre de se taire, Palmer ne veut de toute façon rien dire ; il est subjugué, pendu aux lèvres si douces de Jessica… et il l’écoute. Il l’écoute réellement.

Même quand elle en vient à parler de lui. Même quand elle lui rappelle le sauvetage du jour qui, au-delà de son aspect polémique, a été utile.
Même quand elle tape fort, mais vise juste, en trouvant pourquoi il tient tant à se mettre en danger… pourquoi, au fond, il veut mourir ; par culpabilité. Par douleur.
Par complexe du survivant.

Si Ray demeure silencieux, toujours, son visage se décrispe – et les larmes coulent, silencieusement, le long de ses joues ; pendant que Jessica continue.
Avec un regard dur, mais sûr, elle continue, oui… et confirme ses paroles. Rappelle l’évidence, qui lui semble à lui si difficile à concevoir ; les vivants sont toujours plus utiles que les morts.
Et les morts… les morts n’ont rien ; et leurs proches non plus.

Les larmes touchent aussi Jessica, et l’ancien Atom ne retient pas les siennes ; il n’en a pas honte. Les paroles de la Green Lantern l’impactent, le touchent, l’atteignent au cœur… et il comprend.
Il comprend le mal qu’il fait. Il comprend le mal qu’il se fait.
Il comprend ses fuites, ses peurs ; sa douleur, absolue… d’avoir survécu. A Laëthwen. A Adam. A Sue. A son frère. A Jean. A… à tous les autres.

Un long soupir s’échappe de sa gorge – mais son regard, ému, demeure fixé sur elle.
Elle ; Jessica. Green Lantern. Luciole.
Sa lumière, définitivement. Sa lumière dans les ténèbres qu’il n’a cessé de favoriser, dans son âme ; et qui, enfin, sont repoussées par quelqu’un de bien plus fort que lui.

Touché, impacté, il ne parvient pas à répondre quand Jessica ponctue son discours par des mots qu’il n’a cessé d’espérer, dans les mois de leur rapprochement ; elle l’aime. Elle l’aime, et ne le laissera pas tomber… s’il ne le fait pas.
Il la fixe, alors, et la voit partir vers John ; elle s’arrête, néanmoins, demande à Adam Strange de venir l’aider – mais revient le serrer contre elle. Elle s’adoucit, et soupire.
Lui aussi ; et reparle, enfin.


« Je… ne te laisserais pas tomber. »

Leur étreinte est forte, émouvante ; puissante, comme les mots qui s’échappent lentement de ses lèvres.

« Je… ne me laisserais plus tomber, non plus. »

Il la lâche, finalement, mais fige son regard sur elle pendant quelques instants ; il sourit, timidement.

« Tu… tu l’ignores, mais… tu m’as ramené. Tu m’as ramené d’un endroit bien sombre, où je n’ai cessé de m’établir pendant des années ; mais tu m’as ramené. Tu m’as tiré des ombres, et tu m’as ramené. »

Lentement, il lève une main blessée et tremblante, qui glisse pourtant tendrement sur la joue de la jeune femme.

« Ma luciole. Tu m’as ramené. »

Le moment est pur – mais s’éteint, bien sûr ; ils ont des obligations.
Ils se séparent, et y vaquent alors.

Jessica rejoint John Stewart, qui finit d’enfermer Onimar Synn dans une cage de pure énergie émeraude, se tourne ensuite vers elle ; après quelques flatteries et remerciements, le débriefing se lance. Il l’interroge, cherche à comprendre, suit la pensée, comprend ; Kilowog participe également, et tous deux chargent un autre Lantern de détecter les émanations d’Onimar Synn.
Un bilan est rapidement réalisé : l’infection est terminée. Les Thanagariens sont libérés, les Ranniens doivent l’être aussi. La meilleure preuve est Aleea, la fille d’Adam Strange, qui a recouvré la vue dès que l’ennemi a été vaincue ; elle n’avait, en effet, pas été téléportée, car n’était pas pleinement Rannienne.

Son père, d’ailleurs, expédie rapidement l’analyse médicale de Ray, pour s’occuper de son peuple d’adoption. Il faut peu de temps au scientifique pour inverser l’effet du Rayon Zeta mâtiné d’étoile naine blanche – et tous les Ranniens reviennent, alors ; libérés, délivrés si l’on peut dire.

Les effusions de joie sont nombreuses, mais sobres ; Rann n’est pas une planète démonstrative, mais les quelques murmures et gestes entre Adam et Alanna confirment que l’amour peut être plus fort que les reproches.

Le temps passe, alors.
Onimar Synn est évacué. Les Ranniens se réorganisent. Les Thanagariens, fait rare, présentent leurs excuses – forcées, mais quand même ; le geste est clair, et touche.
Les Green Lanterns commencent à partir, Adam se détourne de ses alliés pour s’occuper de sa famille… et Ray finit par rejoindre Jessica. Celle-ci partage une étreinte amicale et professionnelle avec John, qui la félicite encore, avant d’obtenir un hochement de tête appréciatif de Kilowog – et un regard appuyé de Guy, qui demeure silencieux ; ce qui veut beaucoup dire.


« Hey. »

Un peu gêné, un peu gauche, Palmer approche, les mains dans les poches ; le costume ravagé par l’organisme d’Onimar Synn, mais bien vivant.

« Je… crois qu’il y a des pancakes et du jus pressé qui t’attendent, à des milliers de kilomètres d’ici. »

Quelques heures plus tôt, même si elles ressemblent à des années entières, le scientifique avait préparé le petit-déjeuner pour Jessica ; ils ont dû partir précipitamment… mais les plats demeurent. Dans leur cuisine. Chez eux.
Prêts.


« Ca… te dit d’emmener un pauvre type aux pouvoirs un peu nazes, et qui traîne une tonne de problèmes dont une saloperie de complexe du survivant… pour y goûter ? Il a une sale tête, a plein de mauvais réflexes, mais… il a bon fond, tu sais ; et il t’aime énormément.
Pis s’il est long à comprendre… il finit par saisir les trucs, tu sais. Même qu’il pourrait réussir à arrêter les bêtises… si on lui laisse une chance. »


Ray ose un petit clin d’œil – puis lève sa main, et la tend vers elle.

« T’as assuré, Jess’. T’as sauvé Rann. T’as stoppé Onimar Synn… tu l’as vaincue ; seule.
T’as assuré, et t’es une championne – et c’est John Stewart qui le dit, on contredit pas ! T’es une championne. Prête pour un petit-déjeuner/dîner de championne ? »


Un sourire timide glisse sur son visage, alors qu’il attend… qu’il l’attend.
Comme il le fera ; toujours, il le sait déjà.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 20/11/2017
Messages : 161
DC : Wonder Woman ; Red Hood ; Starfire
Localisations : Secteur 2814
New Titans
MessagePosté le: Mer 30 Mai 2018 - 14:41


Mystery in spaceRay PalmerAlors que ça avait semblé impossible plus tôt, finalement, tout semblait rentrer dans l’ordre. Les Ranniens respiraient de nouveau à l’air libre, l’infection avait été exterminée, et l’invasion de Rann n’était plus d’actualité. Debout à l’extérieur de toutes ces effusions et ces retrouvailles, Jessica se sentit soudain… exténuée. Elle avait beaucoup donné dans son combat contre Onimar Synn mais au-delà des forces qu’elle avait utilisées, c’était le choc émotionnel qui la laissait surtout démunie. Elle pouvait toujours goûter le goût ferreux de sa peur sur le dos de sa langue et la bile qui lui avait brûlé le fond de la gorge. Les compliments de John, et même les regards presque admiratifs de Guy lui étaient un peu passé par-dessus la tête. Elle reprenait pied, peu à peu, avec la réalité, et c’était presque surréaliste de voir les gens échanger, de voir toutes ces embrassades et d’entendre toutes ces voix presque posées alors que, quelques instants plus tôt, elle avait été plongé dans un tel chaos qu’elle aurait pu en perdre la raison.

Elle croisa les bras avec un léger soupir et ferma les yeux un bref instant. Elle n’avait qu’une hâte : rentrer.

Lorsqu’elle rouvrit les yeux, ce fut pour voir Ray se rapprocher d’elle, la démarche un peu hésitante et son costume complètement détruit par son voyage dans Onimar Synn, mais l’air de toute évidence vivant et entier. Adam avait quelque peu accéléré son examen, mais il avait donné à Jessica assez d’informations pour la rassurer – du moins, assez pour qu’elle décide juste de garder Ray à l’œil pendant les prochains jours, au lieu de l’amener directement à l’hôpital.

Et à le voir s’approcher d’elle de la sorte, elle se sentit emplie d’un calme paisible et rassurant. Elle ne put s’empêcher de sourire doucement.

« Un petit déjeuner-dîner, c’est tout ce dont je rêve actuellement, » répondit-elle avec douceur, son sourire toujours à ses lèvres.

Elle tendit la main à son tour et attrapa celle de Ray pour lier leurs doigts et le rapprocher un peu plus d’elle.

« Mais dis moi en plus sur ce type dont tu me parles. Il me plaît beaucoup, et il a l’air d’être le genre d’homme que je serais vraiment comblée d’avoir dans ma vie. »

Elle adressa un léger clin d’œil à Ray avant de le resserrer contre elle et de mettre en place une sphère d’émeraude autour d’eux.

« Je ne l’ai pas fait seule. On l’a fait ensemble. On est une équipe, tu te rappelles ? Je ne suis plus seule. » Elle serra la main de Ray dans la sienne. « Et toi non plus, tu ne l’es plus. » Elle marqua une pause, le temps de trouver le regard de Ray et de s’y accrocher, pour être sûr qu’il ne manque pas la sincérité profonde de chacune de ses paroles. « Je suis fière de toi, Ray. Si fière. Ca ira, je te le promets. »

Elle raffermit sa prise sur ce dernier, et après un dernier sourire, plus tendre qu’amusé, un sourire définitivement amoureux et impliqué, elle leva la tête vers l’atmosphère de Rann et se lança, en direction de l’espace.

Et de leur maison.




© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Mystery In Space [Jessica Cruz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Mystery In Space [Jessica Cruz]
» Jessica Cruz - La nouvelle Green Lantern de la Terre
» Mónica Cruz
» SPACE MARINE 1500pts
» [De la Cruz, Melissa] Les Vampires de Manhattan - Tome 1: Les vampires de Manhattan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: Espaces :: Les autres planètes :: Rann-