We Need To Talk ~ B.

Inscription : 21/09/2017
Messages : 222
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Mer 25 Juil 2018 - 14:20
We Need To Talk
feat. B.

Debout devant l'immense porte du Manoir Wayne, j'attend. J'attend quoi ? J'en sais rien... Un signe du ciel ? non je ne pense pas... Celui là, ça fait longtemps qu'il m'a laissée tomber. Qu'est-ce que je fais ici ? Je suis là seulement et uniquement pour parler de Jason... D'ailleurs, qu'on dise pas que je ne tiens pas à lui parce que je ne serai pas ici sinon... Je laisse échapper un soupir et je ramène une mèche de cheveux en arrière. Ces derniers ont quelque peu repoussé depuis et je peux maintenant les attacher. Pas de Catwoman aujourd'hui, juste Selina, juste moi. Je porte un jean, une chemise, une veste, des bottines. Pas de cuir, pas de fouet, pas de griffes... Aujourd'hui, si je viens ici c'est parce que je dois à tout prix voir Bruce pour lui parler d'un sujet qui m’inquiète. Depuis cette histoire avec le Joker, Jason a littéralement péter les plombs et je me fais énormément de soucis pour lui. D'ailleurs, il est tellement à l'ouest qu'il a filé un rencard à Harley... J'ai rien contre elle hein mais c'est dire l'ampleur du problème. Je sais que Bruce est au courant de toutes les actions de Red Hood et je ne comprend toujours pas pourquoi il n'a encore rien fait pour l'aider. A croire qu'il n'y a que moi qui suis préoccupée par l'état de Todd.

Je lève les yeux vers la petite caméra de surveillance qui a son oeil braqué sur moi. Oh je sais qu'il est déjà au courant de ma présence ici et je sais aussi que ce n'est pas lui qui va venir m'ouvrir. D'ailleurs, derrière la porte lourde, des bruits de pas pressants se font entendre. Après quelques bruits métalliques et un léger grincement, un battant de la porte s'ouvre sur un Alfred toujours aussi impeccable et souriant. Je sais qu'il a vécu l'enfer avec le Joker mais jamais je n'oserai lui demander directement si il va bien.

- Bonjour Mademoiselle Kyle.

Comme à son habitude, il me salue à la façon majordome et comme à chaque fois, je ne peux pas m'empêcher de le prendre doucement dans mes bras pour le saluer. Gêné, je suppose, il se racle la gorge avant de me laisser entrer et de refermer la porte derrière moi.

"Bonjour Alfred..."

Je lui adresse un sourire. Alfred a toujours été très gentil avec moi, malgré mon histoire et mes petites activités nocturnes. J'ai toujours aimé son attitude protectrice envers moi et je crois, qu'avec Bruce, c'est la personne qui me manque le plus ces derniers temps. Mais passons, je ne suis pas ici pour ressasser le passé et remettre en question la décision que le maître des lieux a pris il y a quelques temps maintenant.

- Que puis-je faire pour vous ?

"J'aimerai parler à Bruce... C'est assez urgent..."

Le ton que j'emploie est grave et le majordome comprend de suite que je ne suis pas là pour plaisanter. Il acquiesce silencieusement et d'un geste de la main, m'indique le petit salon où je vais devoir patienter. J'entre à peine dans la pièce que déjà il a disparu. Les mains dans les poches arrières de mon jean, je fais les cent pas dans le salon. Mes yeux vont et viennent sur les différents cadres qui décorent l'endroit... la décoration du manoir est à l'image de son propriétaire... froide. Je croise les bras et j'attend. J'espère que Bruce ne va pas mettre des heures avant d'arriver et j'espère surtout que je ne vais pas me heurter à un mur.
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 984
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor ; Tempest.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mer 25 Juil 2018 - 15:32
Alfred Pennyworth est un homme extraordinaire.
Doux, patient, attentionné, intelligent, doté de tous les talents, il est aussi l’être le plus gentil au monde, qui nourrit un amour filial infini envers son employeur et ses proches ; tous ses proches.
Y compris les plus polémiques ou distants – y compris Selina Kyle.

Si la relation entre elle et Bruce n’a jamais été simple, et ne l’est définitivement plus depuis le drame d’Helena, le majordome n’a jamais cessé de s’intéresser et d’aimer la jeune femme.
Même si son employeur, et fils de cœur, a récemment entamé un rapprochement aigu avec l’Amazone, Alfred a conscience que la voleuse a et aura toujours une place à part dans l’âme de Bruce… et tous deux nourriront à jamais des regrets sur ce qui aurait pu être.

Ainsi, quand les systèmes de sécurité identifient la jeune femme, quand les premiers mots sont échangés, sa décision est déjà prise ; elle rentre, bien sûr. Elle rentre, quoi qu’il arrive, et quoi qu’il advienne.
Avec douceur et dignité, le majordome sourit, invite Selina à le suivre, et tous deux évoluent rapidement à l’intérieur de ce Manoir qu’ils connaissent si bien – mais sous des contours et des raisons différentes.


« Nous y sommes. »

Alfred laisse la jeune femme s’avancer, et s’arrêter à destination…
… l’une des nombreuses salles du rez-de-chaussée, en l’espèce une des bibliothèques, à laquelle ils ont accédé après bien des errances au sein de couloirs richement décorés et agréables.

« Il ne va pas tarder. »

Il esquisse un sourire doux, en reculant lentement.

« Je vous amène des consommations. »

Pas besoin de l’interroger : Alfred dispose d’une mémoire infinie, lui permettant de se rappeler les goûts de la jeune femme.
Celle-ci se retrouve seule, alors, au sein de cette pièce si chargée, et si éloignée de l’âme même du maître des lieux. Ce dernier ne cesse de jouer, de tromper, de changer l’image qu’ont les autres de lui, ne laissant qu’à certains élus le plaisir de le connaître vraiment ; Selina en fait partie. Malheureusement.

Un crissement léger se fait entendre sur sa droite, et la jeune femme peut alors découvrir une paroi qui se bouge, et révèle une ouverture menant directement dans les profondeurs – dans la Batcave.
Une silhouette apparaît soudain, se dessine…

… et se précise comme celle de Bruce lui-même, au visage rongé par la barbe et la fatigue, au torse nu et malheureusement transpirant, et aux jambes recouvertes d’un bout de costume fort endommagé.

« Selina. »

Il s’avance, d’un pas lent, et jette nonchalamment sa ceinture sur un fauteuil. Il soupire, et esquisse un sourire las.

« Excuse mon état… je reviens de ronde. Et Alfred m’a dit que c’était urgent. »

La présence de Selina le trouble, bien sûr ; comme toujours.
Leur lien ne disparaîtra jamais vraiment, même s’il ne se reconstruira jamais non plus. Ses tentatives récentes avec Diana se sont complexifiées à cause d’Althea, et Bruce est littéralement perdu… une fois de plus.


« Que… puis-je pour toi ? »

Selina, pense-t-il. Selina.
Elle ne cessera de le hanter. Il ne cessera de penser à elle…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 222
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Mer 1 Aoû 2018 - 16:28
We Need To Talk
feat. B.

Alfred me guide dans une des nombreuses salle du Manoir. Je le suis en silence et une fois seule à l'intérieur de la pièce alors qu'il est parti chercher des boissons, je reste debout, immobile à contempler la décoration. Je n'ai pas pris la peine de retirer ma veste, je ne compte pas m'éterniser ici de toute façon.. Plus vite il sera là, plus vite je pourrai lui dire ce qu'il se passe, plus vite je pourrai partir et quitter cette endroit qui malgré tout, me rappelle de nombreux souvenirs... malheureusement....

Je pousse un soupir tout en me demandant pourquoi je suis venue ici... j'aurai sûrement peut-être dû lui dire de venir dans un endroit neutre... ici, je sens clairement que je n'y ai plus ma place... Je dois être sûrement complétement maso pour continuer de venir ici.
Nouveau soupir....
Alors que je suis à deux doigts de me laisser tomber dans un de ces fauteuils bien moelleux, j'entend, sur ma droite, un léger grincement qui me fait immédiatement comprendre que je ne serai plus seule d'ici quelques secondes. L'ouverture se fait et c'est sans surprise que je vois Bruce en sortir. Je sais qu'il a de nombreux passages secrets qui le mènent jusqu'à la Batcave et vu sa tenue et sa tête, c'est clair qu'il en arrive directement.

Il prononce mon prénom, je me contente seulement de prononcer un vague "salut". Pas de sourire rien, mon visage est fermé. Bruce s'excuse de son état, je me contente de hausser les épaules rapidement avant de faire en sorte de placer un fauteuil entre lui et moi et tout ça le plus discrètement possible. Il a pris une décision nous concernant tout les deux que je n'accepte pas et venir ici m'a demandé de faire un effort surhumain alors si en plus il vient se placer pas loin de moi... je vous passe les détails.

"Tu aurais au moins pu prendre une douche Bruce..."

Les bras croisés, un sourire narquois sur le visage, je ne change rien à mes habitudes. Je l'ai toujours taquiné alors pourquoi est-ce que je devrais arrêter ? Parce qu'il ne veut plus de moi ? Sûrement pas non... Puis il finit par me demander ce que je fais ici... Très bien, je vais enfin pouvoir me concentrer sur autre chose que sur mon envie de le serrer contre moi et de le frapper en même temps...

"Il faut qu'on parle de Jason.... Il a péter les plombs.... littéralement...."

Je sais qu'un froid plus que glacial les enveloppe en ce moment mais je sais aussi qu'en ayant eu un passé avec Red Hood, il ne peut pas rester sourd face à ce que je m'apprête à lui dire.

"Depuis cet épisode... Depuis le Joker... Je me fais du soucis pour lui..."

Avant d'être des collègues, on est aussi ami et en tant qu'amie, je me fais du soucis pour lui ce qui est plutôt rare puisque j'ai tendance à être ne penser qu'à moi en temps normal.
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 984
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor ; Tempest.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Jeu 2 Aoû 2018 - 8:46
Le premier contact est froid, évidemment.
Au-delà de leur histoire longue et compliquée, Selina et Bruce ont vécu, ces derniers mois, des événements terribles, qui ont mis un terme à ce qu’ils avaient tenté de construire, et surtout créé un fossé d’incompréhensions et de ressentiments ; ils ne se voient plus, et c’était mieux ainsi.
Qu’elle vienne ici est donc un acte fort, qu’il respecte… mais craint. Car ça ne veut rien dire de bon.

Bruce hoche, légèrement, la tête quand elle le salue à peine. Il conserve également un visage inexpressif et froid, alors qu’elle fait de même ; tous deux sont blessés, touchés, tristes et en colère… mais ils se contiennent, pour l’instant.
Néanmoins, la nature reprend rapidement ses droits, et Selina lui glisse une petite remarque ; fort juste, d’ailleurs.


« Alfred m’a informé de ta venue. Je n’ose l’imaginer autrement que pour une urgence. J’ai agi en conséquence. »

Mais hors de question de le reconnaître – de reconnaître une quelconque faute, ou une quelconque maladresse.
Il fait comme d’habitude, alors. Il fonce en avant, quitte à paraître comme un mufle arrogant et trop sûr de lui.


« Et… certaines me préfèrent ainsi. »

Son propre sourire narquois répond à celui de Selina ; le jeu peut aller dans les deux sens, même s’il regrette immédiatement cette réplique. Elle peut la blesser, et ce n’est pas ce qu’il souhaite ; de loin pas.
Heureusement, elle enchaîne, et évoque directement le sujet de sa venue ici – mais ça ne lui plaît guère. Tout le contraire, encore une fois.


« Humf. Jason. »

Son visage se referme encore plus, et ses bras se croisent ; par réflexe défensif.
Jason. Jason Todd.
Son fils. Son Robin. Mort, tué par le Joker, et qu’il n’a pas pu sauver ; et ressuscité, mais enragé et fou. Qu’il n’arrive pas à ramener. Qu’il n’arrive pas à calmer. Qu’il n’arrive pas à raisonner.
Jason. Celui dont le caractère ressemble le plus au sien. Celui qu’il gère le moins.
Celui qui lui fait le plus peur.


« Que… qu’est-ce qui t’inquiète ? Qu’a-t-il fait ? »

Une grimace glisse sur son visage : assumer son ignorance ne lui plaît guère, et n’est en rien une habitude ; mais, hélas, les circonstances récentes le poussent à s’impliquer moins ici… moins envers ses proches.
Une faute, bien sûr ; qu’il ne cesse de se reprocher.


« La… Justice League m’occupe beaucoup, en ce moment. »

Protéger l’Univers de Darkseid est chronophage – mais la douleur d’abandonner ses proches est plus terrible, encore.
Il y a peu, la ville a fait l’objet d’une attaque du Joker… une de plus. Mais l’ennemi a, cette fois-ci, visé directement la Batfamily – et est parvenu à retourner un proche de chacun des membres contre eux ; et quasiment tous sont morts, en crachant leur haine et leur dégoût.
Ses alliés le vivent mal, bien sûr. Tim se renferme encore plus sur lui-même. Stephanie est constamment en ligne. Et Jason… Jason…

Jason doit avoir libéré tous ses démons, Bruce s’en rend maintenant compte. Et, surtout, il prend conscience qu’il n’a pas une seule fois pensé à lui… pensé à l’aider, à prévenir tout ça ; une faute, encore.
Une faute de plus. Une faute de trop, surtout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 222
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Dim 2 Sep 2018 - 14:03
We Need To Talk
feat. B.

Jason... je dois me concentrer uniquement sur lui, c'est seulement pour lui que je suis venue ici... Les bras croisés, je ne quitte pas Bruce du regard mais je fais tout de même en sorte de ne pas croiser le sien. Je lui en veux terriblement encore pour ce qu'il m'a dit, pour m'avoir une nouvelle fois évincée de sa vie... mais aujourd'hui, si je suis ici c'est seulement parce que Jason a besoin d'aide... et je n'aime pas laisser mes amis dans le pétrin... Non je ne suis pas égoïste, du moins pas quand ça concerne des personnes que j'affectionne tout particulièrement et Jason fait partie du peu de personnes que j'ai envie de protéger.

J'ose un sourcil quand Bruce me sort que certaines le préfèrent dans cette tenue... Je lâche un soupir et je secoue la tête, quelque peu agacée par son comportement. Je sais très bien pourquoi il fait ça, c'est tout simplement de la provocation mais bon sang, je n'arrive pas à passer au travers et comme à mon habitude, je ne peux pas m'empêcher de lui répondre, sur un ton sec et froid.

"J'espère au moins, qu'elles savent qu'elles ont à faire à un handicapé des sentiments."

Je ne rajoute rien d'autre et je ne compte pas me lancer sur cette voie, même si il décide de se trouver, encore une fois, toutes les excuses du monde. Les bras toujours croisés, je fais en sorte de maintenir une distance assez suffisante entre nous. Il n'a pas tort quand il dit que certaines le préfèrent ainsi puisque c'est tout bonnement mon cas... Je secoue la tête et je ferme les yeux quelques secondes, juste histoire de me recentrer, de me concentrer sur la véritable cause de ma présence ici.

"Il a pété un plomb..."

Bon d'accord, Jason n'a jamais vraiment été un exemple d'esprit sain, ce qui est totalement compréhensible avec tout ce qu'il a vécu, le Joker, sa mort, le puits etc... Mais aujourd'hui, depuis cette nouvelle attaque du Joker, il est devenu plus déséquilibré et même à moi, il me fait peur... encore une fois, les quelques mots que Bruce vient à prononcer me déçoivent même si quelque part, je m'attendais à ce genre de réponse de sa part.

"Forcément... J'aurai du m'en douter..."

Je ramasse la veste que j'ai posé un peu plus tôt sur le fauteuil prés de moi et je l'enfile en essayant de ne pas perdre mon sang froid.

"Il n'y en a que pour ta famille de super héros...."

Je finis par lever les yeux vers lui et je fronce les sourcils.

"En venant ici, j'essayais de me convaincre que cette fois ça allait être différent, que cette fois tu allais accorder un peu d'intérêt à une personne qui, je pense, est plus proche de toi que toutes ces personnes en culotte et collants moulants..."

Je lâche un soupir... Je suis déçue... déçue parce que j'ai tenté de me convaincre qu'il allait faire ce qu'il faut mais encore une fois, je me suis trompée... Je m'en veux d'être aussi naïve et de ne pas avoir été capable de me douter que les choses n'ont pas changé.

"Je ne sais même pas pourquoi je suis venue en fait... T'en fais pas pour lui, je vais m'en occuper pour toi..."

J'ai envie de le gifler mais je ne fais rien... Je crois que je suis plus déçue qu'en colère en fait... Et la déception c'est le genre de sentiments qui, je crois, me fait beaucoup plus de mal.
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 984
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor ; Tempest.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Lun 3 Sep 2018 - 11:05
La discussion se crispe ; eux aussi.

Alors que Bruce a tenté une pirouette stupide, Selina réplique avec suffisamment de venin pour qu’il comprenne son erreur ; il ne renchérit pas.
Il l’a bien cherchée, après tout. A lui d’accepter et d’assumer.

Cependant, s’il demeure silencieux, et évidemment éloigné de quelques mètres, pendant une partie de la réponse de la jeune femme, il ne peut accepter la suite.
Ni le peu d’informations sur Jason. Ni les tacles sur la Justice League. Ni son projet de partir, elle qui reprend sa veste et se prépare à le quitter.


« Assez. »

La réplique est sèche, le ton l’est encore plus.
Mais moins que le regard noir qu’il lui adresse soudain.


« Tu ne quitteras pas ce lieu sans m’avoir dit ce que tu sais sur mon fils. »

Le terme peut surprendre, tant dans la bouche de Bruce, que pour parler de Jason ; c’est pourtant la vérité.
Dick, Jason, Tim et même Cassandra sont comme ses enfants, au même niveau que Damian… et même Althea. Et, évidemment, Helena et l’autre.
Il ne saurait accepter qu’il leur arrive quelque chose sans réagir ; il ne saurait supporter d’être ainsi mis de côté, même s’il a à se reprocher.


« Je ne vais pas réitérer mes excuses ou recommencer à assumer mes erreurs ; j’en fais, même si je le regrette, même si je ne l’accepte guère.
La Justice League lutte contre Darkseid, pour la survie de l’Univers – et, aussi fou que cela paraisse, elle a besoin de moi. Quand des milliards de vies sont menacées, je réponds, j’interviens, je m’en occupe. »


Le débit est rapide, martial ; comme une mitraillette.

« Mais cela ne veut pas dire que je me désintéresse du devenir de mes proches – de Jason. Ou de toi. »

Les trois derniers mots sont prononcés dans un souffle, presque honteux. Ils sont pourtant vrais.

« Parle, Selina.
Tu as fait l’effort de venir et de me voir malgré notre situation, car tu t’inquiètes pour Jason. Je t’en remercie, mais tu ne peux partir ainsi. Parle. Dis-moi ce qu’il a, et… et trouvons une solution pour lui. »


Il soupire, avant de tendre la main pour désigner le fauteuil qu’elle vient de quitter, comme une invitation.

« Ensemble. »

La main tendue est totale ; il espère qu’elle ne sera pas mordue…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 222
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Dim 16 Sep 2018 - 15:53
We Need To Talk
feat. B.

Je suis furieuse. Je boue littéralement de l'intérieur et je n'ai qu'une envie, lui sauter dessus pour essayer de lui remettre les idées en place mais je sais que de toutes façons, c'est une cause perdue... Qu'importe ce qu'on peut lui dire, rien ni personne n'a jamais réussi à faire entendre raison à Bruce et encore moins à Batman. Je m'apprête à partir, à quitter ce Manoir maudit et son occupant qui l'est tout autant mais je suis rapidement stoppée par Wayne qui me dit, qui m'ordonne même de ne pas bouger. Je me tourne vers lui, le regard noir et les poings serrés. Ne joue pas à ça avec moi Bruce... tu sais que je ne supporte pas qu'on se comporte comme ça avec moi... encore moins quand c'est toi... Je me mord l'intérieur des joues pour éviter de lui dire des choses qu'il ne pourrait pas entendre. Mais lorsqu'il m'ordonne de ne pas partir, là c'est plus fort que moi, j'explose littéralement.

"Sinon quoi ? Hein Bruce ?! Sinon quoi ?"

Je lui fais volte face pour bien lui comprendre que je n'ai pas peur de lui ni de ses grands airs supérieurs. Les poings toujours serrés et la mâchoire crispée, je le défie du regard sans bouger... Comme félin qui a ferré sa proie.

"Tu vas m'enfermer ? Tu vas me retenir ici en pensant que ça va résoudre tous tes soucis ? C'est mal me connaître Bruce..."

Je marque une pause, j'essaye de prendre sur moi mais c'est compliqué. Plus les mots sortent de sa bouche, plus je me rend compte qu'il m'agace, qu'il me rend littéralement folle. Je ne supporte plus de l'entendre se plaindre alors qu'il n'a même pas le cran de demander de l'aide alors que pourtant il a toute une équipe autour de lui. Ça me rend folle de le voir, tout le temps, s'enfermer sur lui et se fermer comme une huître. Il y a tellement de choses que j'ai envie de lui hurler à la figure à cet instant précis, tellement de choses qui me bouffent de l'intérieur mais que je garde pour moi depuis tellement d'années...

Je le laisse poursuivre, je le laisse parler et jouer encore la victime. Mais quand il prononce le mot "ensemble", je crois que c'est le déclic qui m'oblige à lui balancer tout ce que j'ai à lui balancer.

"Arrête..."

Arrête oui avant que j'ai envie de te sauter à la gorge... Arrête avant que j'ai envie de tout casser dans ton petit monde si parfait.

"Il n'y a plus d'ensemble depuis que tu m'as clairement fait comprendre que tu ne voulais plus de moi. L'hypocrisie ne te va pas Bruce sache le."

Etrangement vu mon état d'énervement avancé, les quelques mots que je viens de lui adresser sont prononcer sur un ton calme.

"Arrête de l'appeler Fils. C'est bien beau de l'avoir adopter mais quand on est incapable de gérer les choses jusqu'au bout, on ne prononce pas le mot Fils."

Je croise les bras sous ma poitrine et je fais quelques pas dans sa direction, jusqu'à m'arrêter à un petit mètre de sa position. Il veut mettre de la distance entre nous, qu'importe, moi je n'ai pas peur de l'affronter.

"Oui je suis venue te voir en pensant que tu allais m'apporter ton aide, mais encore une fois tu est bien plus préoccupé par tes soucis de justicier...."

Mon ton qui était jusque là très calme change peu à peu pour devenir sec et agressif.

"Arrête de croire que tu as toute la misère du monde sur tes épaules. Peut-être que lorsque tu te rendras compte que tu as une équipe prête à t'aider, les choses seront différentes !"

Je ferme les yeux, je prend une profonde inspiration, je tente de me calmer mais rien y fait. Lorsque Alfred rentre dans la pièce pour nous déposer à boire, il se rend compte sans trop forcer que l'ambiance dans la salle a littéralement changé. Nous sommes là, debout à quelques mètres l'un de l'autre, à nous défier du regard et à attendre un moment de faiblesse de la part de l'autre. Alfred prend juste le temps de déposer le plateau avant de disparaître aussi vite qu'il est apparu.

"Jason tue à tout va ! Il n'en fais qu'à sa tête et je ne suis plus capable de gérer ses crises ! Il a besoin d'aide et je n'ai plus assez de ressources pour le lui en apporter ! Voilà ce qu'il a ton FILS !"

Je reste plantée là, immobile. Je sais que tout ce que je viens de lui balancer ne lui plaît pas, je le connais mais étrangement, je me sens un peu plus soulagée de lui avoir sorti tout ça. Cependant, il y a un dernier point que je ne peux pas m'empêcher de mettre à jour.

"Je ne veux plus de ton aide Bruce... Je ne supporte plus de te savoir proche alors que tu es beaucoup trop loin..."
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 984
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor ; Tempest.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Lun 17 Sep 2018 - 15:09
La main tendue par Bruce n’a pas été saisie par Selina.
Ou, plutôt, elle l’a bien prise – pour la renvoyer, violemment et brutalement, dans le visage de son propriétaire ; au figuré.
Ce qui fait encore plus mal.

Alors qu’il s’est ouvert, alors qu’il s’est expliqué, alors qu’il a abaissé ses défenses et tenté de la solliciter pour qu’elle lui dise enfin ce qu’il se passe… il a réussi, mais pas comme il le souhaitait.
Ses mots n’ont pas réussi à percer la carapace de la jeune femme, et celle-ci s’est encore réfugiée derrière – même si elle a fini par révéler les raisons de son inquiétude ; en rajoutant, autour, tout ce qu’elle pense de lui, toute la haine – légitime – qu’elle éprouve à son encontre, et les jugements qu’elle nourrit à son endroit.


« … »

Il ne dit rien, alors ; il ne le peut pas.
La bouche ouverte, le cœur battant, il est bloqué… choqué par ce qu’il vient d’entendre ; ce qu’elle vient de dire.


« … »

Jason tue. Jason tue à nouveau.
Par sa faute.
Parce qu’il joue au justicier. Parce qu’il veut tout gérer seul. Parce qu’il ne s’en sort dans rien, finalement. Parce qu’il refuse toute aide. Parce qu’il se perd, dans tout ça.
Parce qu’il joue au chef, mais ne dirige rien – ne gère rien, définitivement.

Jason tue. Jason a replongé.
Par sa faute.
Et… il n’a rien vu venir. Il n’a rien senti. Il n’a rien anticipé.
Il a laissé faire ; il l’a ignoré. Comme il a ignoré les troubles de Tim, et sa consommation de drogues à Ivy Town.


« … »

Bruce a voulu tout faire, tout solutionner – mais il n’a rien fait.
Il n’a rien fait de bien… et ses proches en pâtissent ; et son fils a replongé.

Il ne s’en rend pas compte, mais ses mains se crispent, ses muscles se figent ; son visage se déforme sous la colère, sous cette fureur infinie qui explose dans son cœur et dans son esprit, après les paroles prononcées par Selina.
Il a échoué.
A protéger le monde. A protéger les siens. A… sauver ses proches ; ses enfants.
Helena.


« RAH ! »

Sans prévenir, sans même s’en rendre compte, Bruce hurle – et s’empare d’un fauteuil, qu’il envoie avec une colère absolue vers un angle de la pièce.
Le meuble se brise, sous l’impact ; et un tableau explose, aussi, sous sa frustration… sa colère. Sa douleur.


« Ha. Ha. Haaa. »

Il halète, sans s’en rendre compte.
Mais a suffisamment conscience de lui, et du danger qu’il peut incarner, pour se décaler – s’éloigner de Selina.


« HA ! »

Son hurlement est moins fort… parce qu’il est couvert, par un bruit terrible.
Celui de son poing, qui vient brutalement s’écraser sur un mur ; au point d’y faire une marque, terrible. Au point de saigner, terriblement, et de le faire souffrir.
Mais il s’en fiche – ce n’est rien.
Jason a replongé ; il a échoué. Encore.


« Tu… as raison. »

Dos à Selina, Bruce reparle ; sur un ton lent, presque un murmure.

« J’ai… j’ai fait les mauvais choix. Je l’ai… je vous… j’ai échoué. Pour tout. »

Lentement, Bruce lève ses mains, et cache un visage grimaçant entre ses doigts, certains endoloris et ensanglantés.

« Je… voulais les protéger. Vous protéger. J’ai… »

Un profond soupir s’échappe de sa gorge ; un sanglot.
Les larmes sont retenues, mais difficilement.


« … merci. Merci de me l’avoir dit. Et… je… »

Ses épaules s’abaissent. Il se tourne, lentement.
Et pose un regard d’une tristesse infinie, d’une lassitude totale sur elle.


« … je suis tellement désolé, Selina. Je… »

Assez, pense-t-il ; assez.
Elle mérite plus que cela, et il le sait. Ils le savent tous deux.


« Je ne suis pas celui que vous méritez, ni celui que j’aurais pu être. »

Bruce prend alors une grande inspiration – et une grande décision.
Cela va changer, pense-t-il ; cela doit changer… mais lui ne le peut pas, et il en a assez que les autres souffrent.
S’il ne peut évoluer, pour eux – car il l’a déjà fait et a échoué – qu’il en soit ainsi. Mais il refuse qu’ils souffrent encore, par sa faute. Il en a assez d’être ainsi.
Il en a assez… d’être. Ainsi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 222
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Lun 17 Sep 2018 - 19:01
We Need To Talk
feat. B.

Je ne vais pas revenir sur tout les mots que j'ai dis, sur toutes les paroles que j'ai prononcées. Je n'y reviendrai pas parce que j'avais besoin de les dire, besoin de faire savoir à quel point son comportement m'énerve... Je sais que ça ne lui a pas plu mais qu'importe après tout, nous ne sommes pas là pour nous faire des mamours et nous conter des jolies choses... Il y a bien longtemps que j'ai fais une croix sur ce genre de choses nous concernant. Ce sont des choses que j'essaye de mettre derrière moi et même si l'envie de le serrer contre moi était aussi présente que celle de mettre de la distance entre nous, j'ai préféré rester ferme et montrer que ses mots ne m'atteignent plus.

A chaque fois que je parle de Jason, de son fils, je le fixe du regard. Je veux voir ses réactions, je veux voir si tout mes mots ont un effet sur lui... Plus je parle, plus je le vois qui se crispe, son corps tout entier se tend et finalement, il réalise ce qui est en train de se passer. J'ai presque envie de lui dire qu'il était temps mais je n'en ai pas l'occasion. Bruce pousse un cri de rage, un cri de colère, le genre de cri que je n'ai entendu qu'une seule fois... Ce cri qui me ramène encore et toujours à mes vieux démons... Le jour où Helena nous a été arraché... Je ferme les yeux et je sursaute alors que le milliardaire s'empare d'un fauteuil qu'il va jeter à l'autre bout de la pièce. J'ai un mouvement de recul, juste pour ma sécurité. Je le connais assez pour savoir qu'il peut être un danger quand il est dans cet état.

A bonne distance, je le laisse se rendre compte de ce qu'il a fait, de ce qu'il est en train de se passer pour Jason. Il faut qu'il réalise qu'il n'est pas seul et que tout le monde a besoin de lui... Bruce fait quelques pas en arrière pour s'éloigner de moi. Je le laisse faire, je ne compte pas lui courir après. Il continue de hurler, son visage se déforme sous la colère et la tristesse... Et même avec tout ce que j'ai contre lui, toutes les rancoeurs que j'ai à son égard, je ne peux pas m'empêcher d'avoir le coeur serré lorsque je le vois dans cet état.

Je sursaute une nouvelle fois alors que son poing va violemment frapper le mur près de lui, laissant au passage une marque indélébile... Certainement pas la première et encore moins la dernière... Je grimace, j'ai mal pour lui alors que je vois le sang qui luit sur sa main. Bruce est complètement enfermé dans sa bulle, rien ne semble attirer son attention, il ne se rend même pas compte que Alfred vient d'arriver, ameuter par tout ce vacarme avec de quoi panser les plaies entre ses mains. Sans un mot, j'attrape le matériel médical et je lui souris avant de le laisser disparaître une nouvelle fois. Le matériel de soin dans les mains, je me tourne vers Bruce qui semble reprendre peu à peu conscience de la réalité.

Il réalise peu à peu que depuis le début, il s'y prend mal... J'ai envie de lui dire "je te l'avais dis" mais lorsqu'il je vois son regard emplit de tristesse et de mélancolie, je m'en sens complètement incapable. Il s’excuse une nouvelle fois, encore... Silencieuse je m'approche de lui et je pose délicatement ma main sur son bras pour le guider jusqu'au canapé.

Une fois qu'il y est installé, je fais de même et sans un mot, je prépare ce qu'il faut pour nettoyer et soigner ses doigts abîmés. Doucement, mes doigts frôlent les siens, blessés, et je lève les yeux vers lui, cherchant son regard.

"Les choses iront beaucoup mieux quand tu comprendras que tu as une famille Bruce..."

Ma voix est calme, rien à voir avec celle de toute à l'heure. L'heure n'est plus aux disputes, il a besoin d'aide et même si moi je refuse la sienne, j'ai envie de lui proposer la mienne.

"Il faut que tu apprennes à compter sur eux... ils t'aiment tellement qu'ils sont prêts à te suivre partout... et je..."

Je préfère couper court pour ne pas dire quelque chose qui peut me faire souffrir même si c'est déjà le cas. Mes yeux se baissent et je continue de m'occuper de ses plaies avec le plus de douceur possible.

"Que tu le veuilles ou non, tu as une famille... Une famille qui a besoin de toi et qui compte sur toi..."

Je prend une inspiration et ferme les yeux quelques secondes. Un pincement au coeur, je ne peux pas m'empêcher de penser que c'est une famille à laquelle je ne ferai jamais partie... J'ouvre de nouveau les yeux et les lèves vers ceux de Bruce.

"Aujourd'hui, c'est Jason qui a besoin de toi plus que jamais et je sais que tu es capable de lui apporter toute l'aide qu'il a besoin..."

Je marque une pause avant de rajouter avec un petit sourire.

"... même si ce crétin est persuadé que non."

D'ailleurs, si il sait que je suis venue ici pour demander le soutien de B. il va clairement me le faire payer.

"Et arrête de dire que nous ne te méritons pas... Tu en as déjà dis des idioties, mais celle là je crois qu'elle les dépasse toutes..."

Je baisse de nouveau les yeux sur sa main blessée et je continue les soins, en me murant dans le silence. Il ne s'en rend peut-être pas compte, mais je fais un effort surhumain pour ne pas le prendre dans mes bras et le serrer une nouvelle fois contre moi...
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 984
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor ; Tempest.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mar 18 Sep 2018 - 9:30
Ses mains tremblent ; ses muscles aussi.
Mais son regard est fixe, figé.

Bruce ne va pas bien. Bruce sent son cœur, son âme exploser alors qu’il se rend compte de tous ses échecs… de toutes ses défaites ; de tous ses torts.
Il a échoué.
Il a échoué, à protéger les siens. Il a échoué, à aider ses proches. Il a échoué, à aimer sa famille. Et plus rien ne compte, alors.

Du coin de l’œil, il entrevoit Alfred, qui laisse quelques éléments médicaux à Selina et s’efface ; non sans un dernier regard, plein de peine et d’inquiétude pour son fils de cœur. Bruce s’en veut de provoquer cela, de forcer son majordome à s’ouvrir ainsi, alors que tous deux partagent le goût de la réserve.
Il a échoué, encore ; à rendre fier celui qui l’a élevé.


« Hrm. »

Il grogne, à peine, quand il sent la main de Selina sur lui ; quand elle l’accompagne, vers le canapé, avec des gestes doux et tendres. Comme d’habitude.
Une partie de lui pourrait se réjouir de la voir ainsi. Une partie de lui pourrait être satisfait, qu’elle reste et l’aide. Une partie de lui pourrait en sourire, sincèrement.
Mais cette partie n’a pas droit de citer ; cette partie est rongée, étouffée par la culpabilité et la douleur qui explosent en lui, et qui emportent tout sur son passage.


« Humf. »

Bruce soupire, doucement, quand elle recommence à parler… et se lance dans les soins.
Lentement, il relève les yeux, et adresse un regard de pure souffrance – de quasi-désespoir ; mais aussi de reconnaissance.
Il ne la mérite pas. Il ne les mérite pas.
Définitivement.


« S… »

Il ne peut pas ; il n’y arrive pas.
Il n’arrive pas à parler, alors qu’elle y parvient… qu’elle se livre ; s’explique, et lui lance les arguments qu’il a entendus cent fois – mais qu’il n’a jamais vraiment écoutés.
Pour l’instant.

Bruce est perdu et perturbé, mais n’en perd pas son instinct, son sens de l’observation… et il voit, alors.
Il voit le trouble qui anime la jeune femme, il voit ses réactions, il voit ses hésitations, il voit ses manques – il voit ses sentiments, au fond ; et cela lui déchire encore le cœur, en lui rappelant tout ce qu’ils ont eu… tout ce qu’ils ont perdu.


« Je… je suis désolé. »

A nouveau, il souffle, murmure à peine.
Et ne retient pas l’émotion qui l’étreint – composée autant de la douleur et de la culpabilité d’avoir échoué, que du trouble né des démarches, conseils et paroles de Selina. Celle-ci a toutes les raisons de lui en vouloir, de le haïr ; mais elle l’aide, quand même.
Elle l’aide malgré tout. Quelle femme.


« Tu… ha. Tu es vraiment trop bien, Selina. Trop bien pour m… »

Il se tait, alors.
Non, pense-t-il ; non, pas ça.


« Tu es exceptionnelle. Merci. »

C’est mieux ; c’est mieux, oui.
Ils ont beaucoup perdu, ils ont tout perdu même – et il ne peut pas se permettre de se relancer, de rouvrir son cœur à… ça ; à elle.
Trop de peines. Trop de souffrances. Trop… trop, tout simplement.


« Je… dois apprendre, oui. A faire ça. A… faire confiance. »

Il soupire, secoue la tête, et passe lentement sa main intacte dans ses cheveux, mal coiffés ; un sourire mélancolique glisse sur ses lèvres.

« Il… il faut l’aider. Jason. Il faut l’aider. »

Sans s’en rendre compte, Bruce pose cette main intacte sur le genou de Selina, et sourit ; puis, rapidement, il voit ce qu’il fait… ce qu’il a fait.
Il retire ses doigts, alors. Gêné. Et reprend la parole, pour changer de sujet.


« Où… où est-il, en ce moment ? Que fait-il ?
Il… il faut le trouver, le stopper ; l’aider. Je… je vais le faire, mais… seul, je… »


Bruce soupire, puis se recule légèrement sur le canapé. Une grimace passe sur son visage fatigué.

« Seul, je n’y arriverais pas : il ne l’acceptera pas. Tim est à Ivy Town, Dick… est loin, Barbara est occupée, et… hum. »

Lentement, doucement, son regard glisse du vide, où il était figé pour réfléchir, vers les yeux de Selina ; ses doux, beaux, magnifiques yeux. Qui n’ont jamais cessé de le hanter… de le conquérir.

« Est-ce que… tu veux bien m’aider ? Pour… lui ? »

Bruce demande beaucoup, il le sait ; mais il n’a pas le choix.
Il faut sauver Jason.
Et, surtout… il faut que lui change. Il faut qu’il s’ouvre. Il faut qu’il demande de l’aide.
Même si, là, il s’adresse à l’une des personnes qui a le moins de raison de la lui accorder…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 222
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Mar 18 Sep 2018 - 22:00
We Need To Talk
feat. B.

Le souffle court, la respiration rapide, je fais de mon mieux pour me concentrer sur mon envie de le soigner et non pas sur autre chose. Ça a toujours été comme ça entre nous, ce jeu du chat et de la souris... c'était une sorte de petite habitude entre nous et on avait besoin de ça pour se sentir vivants... mais aujourd'hui, les choses sont différentes... Je sais qu'il faut qu'on mette de la distance entre nous, je sais qu'il faut qu'on reste les plus éloignés possible et pourtant je sais que tout comme moi, il ressent cette envie irrésistible de reprendre notre petit jeu...

Il s'excuse une nouvelle fois, je me pince les lèvres et je ferme les yeux. Je me concentre pour ne pas l'écouter, pour ne pas entendre ce qu'il me dit, ce qu'il a envie de me dire. C'est dur parce que je le connais... je le connais tellement bien que je sais ce qu'il veut me dire mais qu'il garde sous silence... L'ambiance est pesante presque électrique... comme à chaque fois que nous sommes dans la même pièce et ça aussi j'essaye de ne pas m'y attarder. Je sais que je devrai le détester, le haïr même mais pourtant, je ne peux pas m'empêcher de l'aider... Il est mon point faible et il le sait... Moi qui suis plutôt du genre à ne penser qu'à ma petite personne, dés qu'il s'agit de lui c'est plus fort que moi... cette bonté me perdra un jour, je le sais...

Alors que je m'empresse de terminer le pansement, mes doigts se crispent alors que j'entend le milliardaire me dire que je suis exceptionnelle... Bien entendu, je sais que ce n'est pas ce qu'il comptait dire en première intention mais je ne dis rien, je me contente de finir ce pansement le plus rapidement possible pour pouvoir quitter cet endroit... mettre de la distance entre lui et moi...

En venant ici, même si c'était pour Jason, je savais de toute façon que la discussion allait revenir inévitablement à ce qu'on a vécu tout les deux... Si ça ce n'est pas la preuve que Jason compte pour moi alors je ne sais pas ce que c'est... Le silence s'installe, le temps de quelques secondes jusqu'à ce que Bruce décide enfin de briser une nouvelle fois la glace et de parler, cette fois, de Jason... La seule et unique raison de ma venue ici au manoir.

"Oui..."

Je suis coupée dans mon élan par cette main qu'il vient de poser sur mon genou. J'ai un mouvement de recul presque instantanément alors que Bruce me sourit. A quoi il joue là ? Il estime ne pas m'avoir fait assez de mal ? Heureusement pour lui, pour nous, il se rend compte de son geste et retire sa main rapidement. Mon corps tout entier est crispé suite à ce contact entre nous et je prend sur moi pour reprendre mes esprits rapidement... Je sais que même si je fais de mon mieux pour cacher mon trouble, il le sent... Il me connaît trop bien pour que je réussisse à lui cacher quoi que ce soit et c'est la même chose pour lui... malheureusement...

Il a l'intelligence de reprendre la parole pour changer complètement de sujet et revenir sur le cas Red Hood. Je le laisse me poser toutes les questions qu'il a à me poser et c'est seulement une fois que le pansement est terminé que je lève les yeux vers lui. Je reste muette quelques secondes, secondes durant lesquelles je ne peux pas m'empêcher de me noyer dans son regard... Je me racle la gorge et après avoir reculé de quelques centimètres pour aller de mon côté du canapé, je croise les jambes et mon côté pro reprend le dessus.

"Aux dernières nouvelles il faisait les 400 coups avec Harley..."

Bon d'accord, je sais que mes fréquentations ne sont pas toujours recommandables mais c'est une amie et je compte bien faire savoir au justicier que c'est moi qui vais m'occuper de son cas à elle et pas lui...

"Avant que tu me dises quoi que ce soit, j'ai déjà prévu de m'occuper d'elle alors ne t'en mêle pas... s'il te plaît..."

Je sais qu'il a envie que je lui apporte mon aide mais mon côté trop fier préfère attendre qu'il me pose clairement la question avant de lui donner ma réponse. Question qu'il ne tarde pas à poser... J'affiche un petit sourire, quelque peu satisfaite de cet appel au secours.

"De toutes façons, je n'avais pas l'intention de le laisser tomber... que tu me demandes de l'aide ou non..."

Cette fois c'est moi qui prend sa main valide dans la mienne.

"A deux, on a plus de chances de réussir."

C'est à ce moment là que Alfred fait son entrée dans la pièce. Je retire rapidement ma main et je la pose sur ma jambe. Il jette un bref coup d'oeil à sa pupille et se tourne vers nous.

- Aurons nous le plaisir d'avoir Mademoiselle Kyle à déjeuner ?

Je baisse les yeux et je finis par me lever. Je tourne le visage vers Bruce.

"Ça serait avec plaisir Alfred... mais je ne sais pas si c'est une bonne idée..."

Est-ce que j'ai envie de partir ? Peut-être... Est-ce que j'ai envie qu'il me demande de rester ? Peut-être...
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 984
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor ; Tempest.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mer 19 Sep 2018 - 10:13
Le trouble est total, et se répète à plusieurs reprises, au fil des réponses et réactions.
Mais il est surtout partagé.

Alors que Selina s’occupe de sa blessure, qu’il s’est infligée lui-même, il sent ce sentiment monter en lui – et en raviver d’autres ; évidemment.
Leur histoire est compliquée, difficile, douloureuse, brutale, et injuste… mais, surtout, elle ne s’arrêtera jamais. Jamais vraiment.
Tous deux le savent. Tous deux essayent de vivre avec.

Ça ne veut pas dire qu’ils réussissent.
Surtout dans des situations comme ça. Surtout quand Selina trouve suffisamment de force, de courage et de noblesse pour faire fi de leurs difficultés, afin de l’alerter sur Jason. Surtout quand il se rend compte de ses errances, de ses erreurs.
Surtout quand tous deux sont dans un état de sensibilité extrême… et que certains regards, certains mouvements, certains gestes dérapent.


« Hem. »

Il grogne, et grimace légèrement – mais ne fuit pas.
Il partage le regard de Selina, il la regarde ; il la fixe, et il tient.
Par respect. Il lui doit au moins cela.

Bruce ne dit rien, cependant. Il ne dit rien alors qu’ils se regardent, qu’ils se jaugent, qu’ils plongent chacun dans l’âme de l’autre ; et cela n’a rien d’agréable… car cela rappelle leur historique. Leurs souffrances. Leurs échecs.
Leur défaite ; Helena.


« Humf. »

Un soupir s’échappe de ses lèvres, alors que le spectre de leur enfant assassiné rôde encore entre eux ; le sien, mais aussi les fantômes d’autres éléments… d’autres événements, liés à ce drame.
Ils auraient pu se remettre de la perte de leur fille – mais ils ne peuvent pas avancer ensemble, en ayant une vision aussi divergente de la sanction imposée à son assassin.
Harvey Dent a tué Helena, oui ; mais aussi leur couple.

Cependant, après ce regard, après ce moment de communion terrible et brutal, mais emprunt essentiellement de mélancolie, ils enchaînent… ils essayent.
Et embrayent sur Jason – ses actes, ses abus, et ses connaissances.


« Ha. Harley. »

Il se prépare à enchaîner, à émettre un commentaire… mais Selina va plus vite, et réplique avant lui ; il en sourit.
Elle le connaît bien.


« Je… te la laisse. Je te laisse t’en occuper. »

Son sourire demeure ; malgré les épreuves, les douleurs, les difficultés.
Il hoche ensuite la tête, quand elle confirme qu’elle aurait aidé Jason sans même qu’il le demande ; il n’en doutait pas. Mais il ne doute pas, non plus, qu’elle a apprécié son geste.


« Je… oui. A deux. On peut réussir. »

Il prend une grande inspiration, et garde son sourire.

« On va réussir. »

Et son coeur se gonfle d’espoir.
Avant d’être, à nouveau, troublé par ce qu’il se passe… par ce qu’ils font.

Sa main ; sa main est prise, et posée sur son genou.
A elle.
Ils se touchent, alors. Ils se touchent, encore. Ils se touchent, d’abord via leurs mains, liées, puis par ses doigts sur sa peau – si douce, si tendre, si… il se rappelle. Il se souvient. De tout. D’elle, surtout.
Toujours, d’elle.


« Ho. Alfred. »

Qui vient les interrompre. Qui vient proposer un déjeuner.
Qui vient bloquer cette avancée – et, en soi, vient les sauver ; le sauver, en tout cas.


« Je… »

Elle se lève, coupe le contact ; parle. Envisage de rester… et le laisse choisir.
La main est tendue, comme lui l’a fait avant. La main est tendue.
Et il serait dangereux d’accepter – mais il serait impoli, inacceptable, horrible de dire non ; ils sont… eux, après tout. Selina et Bruce.
Histoire compliquée. Histoire douloureuse. Histoire qui ne se termine jamais.


« Si. »

Il parle, et esquisse un sourire timide.

« Tu… devrais. »

Bruce se redresse, aussi, et recule d’un pas ; mais semble bien plus proche d’elle, que depuis des mois.

« Tu devrais rester. »

Il la fixe, encore. Et sourit.
Avant que, plusieurs secondes plus tard, Alfred Pennyworth reprenne la parole… en esquissant un sourire ironique.


« A la bonne heure. Veuillez rejoindre la salle à manger, je vous y rejoins rapidement. »

Ils communiquent à nouveau, pense-t-il ; enfin.
Il était temps. Il était temps que ces deux âmes perdues, brisées, commencent à reconnaître en l’autre un miroir. Le majordome doute qu’ils puissent reprendre ce qu’ils ont abandonné, mais… ils ne devraient pas se traiter ainsi, clairement ; ils ne devraient pas s’ignorer.
Ils ont besoin l’un de l’autre. Comme amis, au moins !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 222
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Jeu 20 Sep 2018 - 15:02
We Need To Talk
feat. B.

Le contact est rompu entre Bruce et moi lorsque Alfred rentre dans l'immense pièce. Il nous jette un regard qui en dit long sur ce qu'il pense mais ni son maître, ni moi avons le courage de l'en dissuader. En tout cas, même si venir ici m'a coûté et a rongé ma fierté, au moins il est au courant pour Jason et c'est à deux qu'on va essayer e résoudre ce qu'il se passe. J'apprécié qu'il m'ait demandé de lui apporter son aide parce que je sais parfaitement que Jason ne va pas se laisser convaincre très facilement, encore moins quand il saura que j'ai mis Bruce au courant de toutes ces petites embrouilles... Mais tant pis, que ça lui plaise ou pas, on va le tirer de là et si il faut l'enfermer pour lui faire entendre raison et bien je ne me gênerais pas de le faire. Je n'ai aucun soucis pour agir comme ça et c'est justement parce que je l'apprécie que je vais le faire.

J'essaye de passer outre l'ambiance qui s'est alourdie et le regard fuyant mais tout autant insistant d'Alfred et lorsqu'il me propose de rester déjeuner avec Bruce, je lui fais comprendre que ce n'est peut-être pas vraiment la meilleure chose à faire... J'ai besoin de temps en fait... J'ai besoin de me faire à l'idée que plus jamais il n'y aura quoi que ce soit entre Bruce et moi... qu'à présent nous ne sommes pas capables d'avoir une relation autre qu'amicale... Alors que je compte bien fuir le manoir et prendre la route, Bruce prend la décision de me demander de rester... et croyez moi, mon cerveau me crie de partir, j'ai envie de l'écouter, mais je n'obéis pas. Après quelques secondes d'hésitation, je me plie à la volonté du milliardaire... Je me pince les lèvres tout en priant fortement de ne pas avoir à regretter cette décision plus tard... Alfred quant à lui, a l'air totalement ravi de cette décision et je le soupçonne même d'avoir préparé tout ça...Le majordome quitte la pièce en nous précisant qu'il va nous servir dans la salle à manger et je me tourne vers Bruce. Je le fixe avant de lui poser une seule et unique question...

"Tu es sûr ?"

Il met quelques secondes avant de me répondre et de m'affirmer par un simple mouvement de la tête que oui... Je laisse le silence s'installer quelques secondes et lorsque je sens que l'atmosphère commence à devenir de nouveau pesante, je me racle la gorge et je croise les bras sous ma poitrine.

"Okay pour le déjeuner mais pitié, va te laver et t'habiller..."

J'esquisse un sourire et sans un mot de plus à son intention, je quitte la pièce pour rejoindre la salle à manger. Une fois dans le grand hall d'entrée, je me remet à penser à la période, aussi courte soit-elle, où je venais souvent ici... C'était au début de ma grossesse... On passait le plus clair de notre temps ensemble et Bruce m'avait même montré une partie des différents passages secrets du manoir. Bien entendu, je ne les connais pas tous, question de sécurité, mais je me souviens encore de ces petits moments qu'on ne partageait qu'à deux...

Je ne met pas longtemps avant de retrouver le chemin qui mène à la salle à manger et lorsque je me trouve devant l'immense porte en bois à doubles battants, je me demande encore si j'ai pris la bonne décision en acceptant... J'aurais très bien pu fuir... Je sais tellement bien le faire ça... mais non, je veux montrer ma bonne foi... chose plutôt rare venant de moi, je dois bien l'admettre. Je pousse un des lourds battants et j'entre dans la grande pièce toute en longueur. Au centre, une longue table que je connais bien puisque j'en ai déjà pris pas mal des repas ici. Sur le côté, une immense cheminée qui donne un côté chaleureux à cette pièce lorsqu'elle est allumée... C'est amusée que je constate que la décoration est toujours aussi austère ici... Tout semble figée dans le temps et rien ne bouge malgré les années qui passent.

Je reste là, debout et immobile, à fixer l'immense tableau qui trône au dessus de la cheminée. Je me perd dans les couleurs, dans le paysage... je me perd et je ne vois même pas les minutes qui passent et ne remarque pas les allers retours du majordome...

C'est seulement lorsque je l'entend m'adresser la parole que je sors de mes penser pour me tourner vers lui. C'est de nouveau avec son flegme légendaire qu'il m'adresse ces quelques mots.

- Maître Bruce ne devrait plus tarder à présent. Si Mademoiselle Kyle veut bien se donner la peine...

Pas un mot de plus, il se contente de tirer une chaise en bout de table pour que je m'y installe. Chose que je fais rapidement.

"Merci Alfred... Toujours aussi professionnel..."

Je lui souris, j'ai beau lui dire qu'avec moi il n'a pas à être comme ça mais c'est plus fort que lui... J'aurai tellement aimé avoir un "Alfred" dans ma vie... quelqu'un sur qui compter en cas de coups durs... malheureusement c'est le genre de personne qui se fait rare autour de moi...
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 984
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor ; Tempest.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Ven 21 Sep 2018 - 10:31
Bruce n’est pas sûr, évidemment, que demander à Selina de rester soit une bonne idée ; ou qu’il le veuille vraiment.
Comment l’être ?
Tous deux ont énormément partagé – et perdu encore plus ; mais ils ne peuvent, réellement, s’abandonner. Aucun ne peut laisser l’autre partir.

Il a confirmé, alors. En hochant la tête.
Elle restera ; ils déjeuneront.
Et… ils verront. Le reste, ils le verront.

La suite a été rapide, et classique.
Selina a disparu, suivant Alfred pour errer dans le Manoir ; Bruce s’est esquivé aussi, actant le besoin de nettoyage sur sa personne. Une demande légitime de Selina, qui permettra en outre de se changer… et de prendre une douche.
Froide. Il le faut.


**
*
**

Une dizaine de minutes plus tard, Selina s’installe dans une chaise de l’immense salle à manger.
Seule, avec Alfred ; mais cela ne dure pas.


« Il peut l’être, avec son salaire. »

Une voix vient interrompre les échanges entre la jeune femme et le majordome ; la sienne, évidemment.

« Hem. Je prends note, Monsieur Bruce. Je devrais, alors, vérifier ma fiche de poste, si elle comprend également toutes les tâches annexes que je réalise. »

« Vous les effectuez pour me permettre de revenir entier chaque nuit, ou de me relever entier ; vous veillez à ma santé. L’on pourrait considérer que vous vous contentez de préserver celui qui vous paye. »

« Ce serait envisageable, en effet. »

Les échanges sont calmes, mais les paroles paraissent dures.
Bruce se détache des ombres, se laisse entrevoir…

… sa nouvelle allure. Propre, lavé, en costume classique mais extrêmement bien porté ; l’illustration de la classe. Bruce Wayne !

« Hem. Enfant, vous me grondiez quand je disais des bêtises. Vous vieillissez. »

« Je grondais un enfant ; je laisse l’adulte se rendre compte de son erreur… mais vérifiez malgré tout vos plats, Monsieur Bruce. Un accident de cuisine est si vite arrivé. »

Les deux hommes se sourient, et se frôlent ; ils s’aiment. Comme un père et un fils.
Mais n’osent pas, réellement, le dire ; se le dire. Même si cela apparaît une évidence, pour quiconque les croise.

Finalement, Alfred Pennyworth se décale, et disparaît vers les cuisines.
Laissant Selina et Bruce… seuls.


« Hem. »

Il grimace, légèrement, grogne – puis va s’assoir.
En face de Selina.


« Tu… ha. Je… je ne sais pas quoi dire. »

Bruce esquisse un sourire gêné, puis soupire.

« Je… je sais qu’il y a encore beaucoup, entre nous ; beaucoup de… douleurs, et d’autres choses. Mais… je suis content, que tu sois là. »

Il pose les bras sur la table, et hausse légèrement les épaules ; les choses les plus simples sont toujours les plus dures à dire.

« Merci. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 222
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Jeu 27 Sep 2018 - 14:38
We Need To Talk
feat. B.

Assise sur ma chaise, je souris à Alfred une nouvelle fois. Alfred c'est le genre de personne que tout le monde aimerai avoir à ses côtés. Je ne sais pas comment il fait mais il est tout le temps d'un calme olympien, un calme à rude épreuve... Je crois que plus d'une fois j'aurai eu besoin de quelqu'un comme lui à mes côtés... Je n'ai pas le temps de le remercier que Bruce fait son apparition dans la pièce, juste derrière moi. Cette fois, il est bel et bien habillé et ne sent plus la transpiration. Alfred et lui échangent quelques taquineries. C'est le genre de chose qui les caractérise si bien tout les deux. Ils sont tout le temps là à se chercher mais pour rien au monde l'un laisserait tomber l'autre... Je m'enfonce dans ma chaise et je les laisse échanger entre eux. Le flegme d'Alfred me fait toujours sourire. Avec lui, on est incapable de savoir si il est sérieux ou non... Et après un dernier échange et un avertissement amusé sur un probable accident de cuisine, Alfred finit par quitter la pièce.

Je reste muette, je laisse le temps à Bruce de s'installer. L'ambiance a bizarrement changé depuis que le majordome est parti de la salle à manger... Elle est de nouveau pesante, électrique comme un peu plus tôt lorsque nous étions dans la bibliothèque. Il va s’asseoir, en face de moi, à l'autre bout de la longue table de la salle. Je croise les jambes et j'attend. Je ne sais pas trop ce que j'attend mais je sais qu'il ne va pas rester muré dans le silence indéfiniment. Je lui laisse donc le temps qu'il faut et comme je le connais par coeur, je ne suis pas étonnée qu'il prenne la parole de nouveau. Je lève les yeux vers lui, repoussant une mèche des mes cheveux noirs au passage. Je le fixe alors qu'il essaye tant bien que mal de me dire quelque chose. Là aussi, je le connais tellement bien que je ne suis pas étonnée de le voir mis à mal dans cette situation... mais je laisse faire... c'est tellement... comment dire... jubilatoire de le voir galérer à me dire des choses toutes simples.

Il esquisse un sourire, je fais de même et je patiente. Je finis par baisser les yeux quand il parle de ce qu'il y a entre nous... oui on a vécu beaucoup de choses tout les deux et franchement, je ne sais pas ce qui me fait plus mal... est-ce que c'est le fait d'avoir vécu tout ça ou de ne pas l'avoir surmonté ensemble ? Sûrement un peu des deux... Il est content que je sois là... d'accord mais je ne peux pas m'empêcher de rester sur mes gardes... Au bout de longues secondes, il finit enfin par sortir un mot, "merci"... un seul et unique mot... Je décide donc de prendre la parole à mon tour.

"Je ne sais pas pour quoi tu me remercie mais de rien..."

Nous sommes de nouveau interrompus par Alfred qui vient nous servir du vin rouge. Je le remercie d'un signe de la tête et je ne quitte pas Bruce des yeux alors que ce dernier se fait servir. Le majordome disparaît de nouveau et je me racle la gorge avant de reprendre la parole en désignant la main blessée d'un signe de tête....

"Comment tu te sens ?"

Je pose mes coudes sur la table et mon menton vient se caler sur mes mains. Je reste là sans rien dire, toujours en continuant de le regarder.

"Pourquoi tu as voulu que je reste ? Enfin je veux dire avec tout ce que je t'ai balancé au visage... pourquoi m'as tu demandé de rester ?"

Je n'attend pas grand chose de cette réponse, je ne me fais pas de faux espoirs mais je veux qu'il comprenne que je ne suis pas le genre de personne qu'on peut garder à ses côtés quand on ne veut plus d'elle... Alors oui mes questions peuvent sembler brutales mais j'ai besoin de savoir...
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 984
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor ; Tempest.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Jeu 27 Sep 2018 - 15:33
Les échanges avec Alfred sont tendres et rigolos.
Mais cette ambiance ne dure pas, en effet.

A peine le majordome a-t-il quitté la pièce que celle-ci se refroidit ; dramatiquement.
Heureusement, pour une fois, Bruce en prend conscience – et agit, contre cela. Et agit, pour s’ouvrir, pour communiquer… et pour se confier.
Même si tout ne fonctionne pas forcément comme il le voudrait.


« Ha. »

Il esquisse un léger sourire, quand Selina finit par réagir ; évidemment.
Evidemment que ce ne serait pas aussi facile. Evidemment que ce serait compliqué. Evidemment, qu’il allait falloir bien plus que cela pour qu’ils puissent évoluer.
Mais… il avance ; ils avancent. C’est déjà bien.


« Je te remercie… d’être qui tu es. »

Sa voix est calme, mais grave.
La révélation est importante, mais surtout sincère ; donc, sérieuse.


« Je te remercie… d’agir comme tu le fais, malgré tout. Donc… merci. »

Il hoche la tête, et confirme son léger sourire.

« Vraiment. »

Alfred Pennyworth, craignant certainement que les échanges s’enveniment, les rejoint pour servir, efficacement et silencieusement, du vin ; Bruce le remercie d’un geste.
Rapidement, le majordome disparaît encore – et Selina embraye, en évoquant sa main blessée ; qu’il lève, pour la fixer, bandée et aux pansements légèrement sanguinolents.


« Elle… ça va. J’ai vu pire. Ça cicatrisera. »

Il hausse les épaules, puis la redescend lentement ; c’est vrai, il s’en remettra.
Même si les années passent – et même si la cicatrisation est de plus en plus longue, il doit bien l’avouer.


« Je… »

La suite est plus difficile ; la réponse est compliquée à sortir.
Car elle est ardue, et peu claire.

Bruce ouvre la bouche, puis la referme ; hésite, réfléchit.
Puis se lance. D’une voix calme et posée, avec son regard sombre figé dans les yeux, les beaux yeux de Selina.


« Je t’ai demandé de rester, malgré ce que tu m’as dit… car tu l’as fait. »

Il se penche en avant, croise les bras sur la table, et se repose dessus.
Il pousse un long soupir, et enchaîne.


« Les autres… n’osent pas, toujours. Ils essayent, ils me disent quand… je suis dans l’erreur, mais… ils n’osent pas, toujours ; même Alfred, même Dick. Ils n’osent pas, car… je suis moi, et ils sont eux. Il y a un historique, lourd, et une relation, où ils ne se sentent pas toujours… légitimes, pour ça.
Bref. Ils n’osent pas, et… ha. Parfois, quand même, je pense que je mériterais d’entendre ça ; de subir ça. »


Bruce esquisse un léger sourire, puis continue.

« Alors… je t’ai demandé de rester pour ça – car tu me dis ce que je dois entendre. Même si je n’aime pas ça. Même si je ne veux pas l’entendre.
Mais parce que je dois l’entendre. »


Il soupire, et fige un regard long et mélancolique sur elle.
Selina, pense-t-il ; Selina.
Ils auraient pu… ils auraient dû… faire plus ; être plus. Mais… la vie en a décidé autrement. Hélas.


« Mais… toi. Pourquoi ? Pourquoi es-tu restée… malgré ce que tu m’as dit, et ce que j’ai fait pour… le mériter ? »

Les questions difficiles donnent des réponses difficiles, mais franches ; mais en provoquent d’autres, aussi. Qu’il faut savoir assumer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 222
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Ven 28 Sep 2018 - 14:48
We Need To Talk
feat. B.

Je sais parfaitement que le papotage ce n'est pas du tout la tasse de thé de ce cher Monsieur Wayne mais avec tout ce qu'il vient de se passer, il est curieusement assez ouvert pour un dialogue. Les questions que je lui pose sont, je pense, totalement légitimes et j'ai besoin de savoir ce qui lui passe à l'heure actuelle, dans sa tête. Je porte délicatement mon verre de vin rouge à mes lèvres et j'en avale une gorgée. J'ai toujours aimé le vin rouge... on ne dirait pas mais sous mes airs de cambrioleuse et de fille qui vit dans un quartier mal famé, je sais reconnaître un bon vin quand j'en vois un... et là, encore une fois, Alfred a tapé fort. Je pose mon verre avec délicatesse sur la table et je me redresse alors que Bruce prend la parole. Il me remercie d'être celle que je suis et d'avoir agi malgré tout notre historique... Je préfère ne pas relever et je me contente simplement d'afficher un petit sourire de façade. Les hommes, toute une contradiction...

Vient ensuite le moment, gênant, où je lui demande pourquoi il m'a demandé de rester manger alors qu'entre nous, en ce moment, ce n'est pas la plus folle des ententes. Je lui laisse le temps, le temps de réfléchir, de trouver les mots et de tourner ses phrases. Je sais que ce n'est pas quelque chose qu'il a l'habitude de faire mais va vraiment falloir qu'il s'y habitue... si il veut que les choses s'arrangent pour lui et pour ses équipiers, il n'a pas vraiment le choix. Au bout de longues minutes que je trouve presque interminables, Bruce reprend finalement la parole et m'explique pourquoi il m'a demandé de rester. A l'écouter, je suis la seule qui ai osé lui parler comme ça, remettre les pendules à l'heure et le secouer pour qu'il retrouve la raison et se remette dans le droit chemin. Il m'explique que même si c'est dur pour lui d'entendre tout ça, il m'en remercie... Je baisse les yeux, j'essaye à tout prix de croiser son regard mais c'est plus fort que moi.

Alors qu'il me fixe avec son regard de chien battu, mes yeux finissent par croiser les siens et je crois apercevoir une lueur de déception... Cette déception me fait mal parce que je sais que tout les deux, nous avons les mêmes regrets. La discussion aurait très bien pu s'arrêter là, on aurait pu passer à autre chose, mais non... Bruce décide, lui aussi, de me demander pourquoi j'ai pris la décision de rester manger ici... Lui aussi me connaît bien, il sait que je suis complètement capable de partir, de fuir dés que l'occasion se présente... pourtant aujourd'hui, je crois que j'ai envie de faire les choses différemment... Je reste silencieuse le temps de quelques secondes et je porte une nouvelle fois le verre à mes lèvres. A mon tour, je lève les yeux vers lui et je le fixe, je l'oblige à soutenir mon regard, à ne pas m'éviter.

"Je... je crois que j'en ai marre de fuir..."

A quoi bon fuir de toutes façons... puisque nous sommes destinés à nous côtoyer souvent, autant faire en sorte que tout se passe bien non ?

"La fuite n'est peut-être pas la meilleure des solutions quand il s'agit de toi et moi... de nous..."

Je me racle la gorge et nos regards se séparent lorsque de nouveau, Alfred fait son entrée dans la pièce avec les entrées.
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 984
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor ; Tempest.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Sam 29 Sep 2018 - 21:30
Le silence rythme leurs échanges, leur conversation ; cela a été souvent le cas.
Mais, s'ils ont souvent été suivis de regards entendus, de discussions difficiles, de moments de grâce, de sensualité totale... ces silences ont récemment été liés à une douleur, une tristesse absolue.
Qui, étonnamment, est finalement peu présente, ce soir. Ce qui leur fait du bien.


 « Hem. »

Il grogne, légèrement, quand elle commence à répondre.
Et hoche la tête, au fil des quelques mots prononcés par la jeune femme ; qui sont autant justes que vrais, et bien évidemment sincères.


 « Je... »

Mais il s'arrête ; mais il ne dit rien.
Car Alfred revient.


 « Mademoiselle, Monsieur. »

Le majordome arrive d'un pas souple, et glisse habilement autour de l'immense table ; les assiettes sont déposées devant les deux convives, qui découvrent le contenu autant que leur description.

 « Céviché de thon blanc, coriandre, citron vert et taco frit. Bon appétit. »

 « Merci. »

Bruce hoche la tête, Alfred fait de même ; puis s'évapore, et les laisse.
Seuls, à nouveau.


 « Mmh. Et dire qu'il jurera avoir improvisé ça en quelques minutes... »

Le maître des lieux trie son plat avec sa fourchette, et sourit légèrement devant l'ampleur de la proposition culinaire, si impressionnante.
Finalement, il relève les yeux – et les plonge dans ceux de Selina ; qui le troublent toujours.


 « Et... oui, tu as raison. Nous... ne pouvons pas fuir. Nous ne pouvons pas nous fuir. »

Il hausse légèrement les épaules, puis continue.

 « Je... nous... ha. Comment dire. »

Un léger sourire glisse sur son visage.

 « Je... ne cesserais jamais de ressentir quelque chose, pour toi. Et... tu es... je ne veux plus, de ça. De cette fuite. De cette agressivité. De cette... violence, entre nous.
Je... ne pense pas que nous pourrons... reprendre. Mais... peut-être... »


Lentement, il s'empare de son verre, et le lève, en direction de la jeune femme.
Qui, à jamais, restera la plus grande romance de son existence.


 « … amis ? »

C'est peu, vu ce qu'ils ont été. C'est beaucoup, vu ce qu'ils ont perdu.
Mais c'est, hélas, tout ce qu'il peut lui offrir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 222
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Mar 2 Oct 2018 - 15:49
We Need To Talk
feat. B.

Je souris à Alfred qui vient de déposer nos assiettes devant nous mais je suis plus préoccupée par ce que Bruce a l'intention de me dire. En fait, je sais déjà ce qu'il va faire, je le connais et il a toujours cette lueur dans le regard quand il compte me parler de nous, de notre relation... et si il y a bien une chose que je n'ai pas envie d'entendre aujourd'hui, surtout que je ne suis pas venue pour ça, c'est lui parlant de ce qui nous lie et de ce qu'il veut. Je ne dis rien, je reste silencieuse et je me contente seulement de le regarder alors qu'il fait du tri dans son assiette. Il fait une remarque sur Alfred et sa façon de faire croire qu'il n'avait rien prévu mais là non plus je ne fais aucun commentaire...

C'est là que je lui explique pourquoi j'ai choisi de rester et presque immédiatement, je me sens stupide d'avoir accepté l'invitation... C'est à croire que j'aime bien me faire du mal... Il lève ses yeux vers moi et les plonge dans les miens alors que je termine de parler. Je détourne les yeux quelques secondes, je ne veux plus qu'il me regarde comme ça, il ne se rend même pas compte à quel point ça me fait mal. Bruce prend une nouvelle fois la parole en me disant que j'ai raison et qu'on ne peut plus se permettre de fuir, de nous fuir. Pourtant plus les secondes passent, plus je me dis qu'au contraire, c'est la seule façon que j'ai de me protéger de lui et de ce que je ressens... La fuite... le domaine dans lequel j'ai toujours excellé... Encore une fois, il cherche ses mots... Je l'observe alors qu'un sourire timide vient se dessiner sur ses lèvres... et là, c'est le coup de massue... Je m'attendais à ce qu'il me dise quelque chose dans ce genre mais j'essayais de me convaincre que je me trompais peut-être. Ma gorge se serre et mon coeur cesse de battre le temps de quelques secondes. On dirait une gamine au lycée et j'en ai plus que ras le bol d'être dans cet état à cause de lui... Je repousse lentement l'assiette et je baisse les yeux quelques secondes avant de me lever de ma chaise. Cette fois c'est à moi de parler et même si je compte le faire le plus calmement possible, j'ai bien l'intention de lui faire comprendre que je n'en peux plus de cette situation et qu'à part me faire du mal, il ne fait rien de positif dans ma vie.

"Finalement, je ne crois pas que c'était une si bonne idée que ça de rester..."

J'attrape ma veste pour la remettre mais je me ravise et je m'approche de Bruce, qui lui est toujours assis. Une fois arrivée à sa hauteur ou presque, je fixe le mur en face de moi et je me lance.

"Bruce..."

Prononcer son prénom me fait mal mais je prend sur moi pour ne pas m'effondrer encore une fois... J'en ai marre d'être faible... marre d'être mal à cause de lui...

"Je crois que tout comme moi, tu sais que cette relation que tu veux... n'est pas viable... On ne peut pas être amis..."

Parce que je l'aime encore ? Non je ne vais lui dire ça, je ne vais pas me rendre ridicule... encore...

"On ne peut pas parce qu'avec nous deux ça a toujours été tout ou rien Bruce..."

Je marque une nouvelle pause et je continue de fixer le mur où sont posés différents tableaux...

"Et comme ça ne peut pas être tout..."

Je ferme les yeux quelques secondes avant de reprendre, cette fois en le regardant.

"Je vais t'aider pour Jason, tu peux compter sur moi. Mais on ne sera pas amis Bruce. On ne le sera pas tout simplement parce que ça me fait trop mal."

Mes mots sont peut-être trop durs, je n'en sais rien, mais ce sont ceux qui avaient besoin de sortir pour tenter de lui faire comprendre que contrairement à lui, je n'arrive pas à passer à autre chose malgrè l'impression du contraire que je donne...
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 984
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor ; Tempest.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mer 3 Oct 2018 - 10:05
Bruce y a cru.
Il a cru que ça puisse fonctionner. Il a cru qu’ils puissent se confier, ainsi. Il a cru qu’ils puissent conserver, avoir un lien entre eux – fort, puissant, mais… agréable.
Il y a cru ; il l’a espéré.
Mais non.


« Hrm. »

Il grogne, quand elle commence ; et il comprend, quand elle continue.
Quand elle se lève. Quand elle prononce son prénom, ce qui le fait toujours frissonner. Quand elle se lance, et… confirme, au fond, ce qu’il savait déjà ; ce qu’il a toujours su.
Non.
Non, ce n’est pas possible. Non, ce qu’il a proposé est irréaliste.
Non, ils ne seront pas amis.


« Je… »

Ils ne l’ont jamais été ; ils ne le seront jamais.
Ils sont… Selina & Bruce. Bat & Cat.
Ils sont… passionnés, fougueux, pleins de fureur et de violence ; ils sont tels Roméo et Juliette, où les amants maudits n’auraient pas perdu la vie – mais une vie, celle de l’enfant qui aurait dû les unir à jamais.

Helena ; son ombre rôde, les hante.
Ne les quittera jamais. Ne leur permettra jamais d’avancer.
Ne leur offrira jamais ce qu’ils auraient dû avoir.


« Humf. »

Il soupire, alors que son regard glisse lentement vers elle.
Selina. Debout, à ses côtés ; superbe et sublime, comme toujours. Mais, évidemment, anéantie par… les événements ; non.
Anéantie, oui. Par lui.


« Je… Selina. »

Ses mains tremblent ; sa voix aussi.
Son esprit, également.


« Je… ne voulais pas… »

« Mademoiselle ? »

Alfred arrive, de manière impromptue, en tenant une bouteille de vin ; pour resservir. Pour inviter, implicitement, la jeune femme pour qu’elle se rassoit.
Comme s’il savait. Comme s’il avait entendu.
Comme s’il avait senti ce qu’il ce qui était en train d’arriver.


« Ho. »

Mais il comprend, alors, l’ampleur du moment – de l’instant de crise.
Et, après un hochement de tête, recule, puis disparaît dans le couloir derrière lui ; les laissant seuls.
Non pas seuls ensemble – mais chacun seul, dans son côté ; dans son monde.

Bruce s’y perd, d’ailleurs.
Rongé par le doute, hanté par ce qu’il se passe, il comprend sa maladresse… la bêtise de sa proposition, la douleur provoquée ; il s’en veut.
Il s’en veut d’avoir dit cela. Il s’en veut d’avoir brisé ce début de moment. Il s’en veut, surtout, d’avoir fait du mal à Selina – et d’être incapable de l’aider plus, de lui offrir plus.

Il s’en veut.
Et il a détourné son visage d’elle.

Assis, dans son grand fauteuil si agréable pour se nourrir, il a décalé sa vision, et posé son menton sur son poing ; fermé.
Les yeux fixés au sol. L’air pensif. L’esprit occupé.
Le cœur brisé.
Et loin, bien loin de Selina… pourtant à quelques mètres, physiquement ; mais à un Univers de distance, dans leurs cœurs.

Cependant.
Cependant, le destin aime se jouer d’eux ; cependant, le destin n’entend jamais laisser l’inertie régner, ou les paroles se délier.
Car… quelque chose arrive.

Au loin, une porte est ouverte, quelques pas sont faits, une poignée est baissée ; un dispositif est activé. Un signal est lancé, projeté dans les cieux, récupéré par un fonctionnement précis mis en place depuis des années, puis dévié…

… et finalement transmis dans la salle à manger ; au-dessus de Bruce.
Qui se lève, par pulsion ; par cette pulsion qui a permis qu’ils se reconcentrent, qu’ils se connaissent, qu’ils s’aiment… mais, aussi, qu’ils ne peuvent aller plus loin.


« Je… dois y aller. »

Evidemment.

« Je dois répondre. »

Comme toujours.
Et se détacher d’elle… encore. Encore plus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 222
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Mer 10 Oct 2018 - 17:56
We Need To Talk
feat. B.

Oui je vais l'aider pour Jason mais il est hors de question, impossible même que nous puissions rester amis... J'en serai tout simplement incapable... Je ne saurais pas faire et encore moins capable de l'écouter me parler de choses trop personnelles. Je ne suis pas faite pour ça, je ne suis pas faite pour vivre des relations amicales sachant qu'il y a eu quelque chose d'important, de puissant entre la personne et moi. Debout au niveau de Bruce, je fais en sorte de ne pas croiser son regard. Je sais bien qu'il faut que je me fasse à l'idée que tout ça, tout ce que nous avons vécu est du passé et que plus rien à part quelques envies de "travailler" ensemble ne nous permettra de revivre tout ça. J'ai beau me dire que tout ça c'est du passé, je n'arrive pas à m'y faire.

Ma main esquisse un geste, tente une approche en direction de l'épaule du milliardaire... mais je me ravise, encore, au moment où Alfred fait son apparition dans la pièce. Nous n'avons pas besoin de parler, il comprend ce qu'il se passe rien qu'en nous voyant... Je baisse les yeux et je tourne mon visage vers lui. J'esquisse un sourire qu'il me rend et mon regard lui fait clairement comprendre que je suis désolée.

Bruce a détourné son regard, c'est le signe que je dois partir. Il ne me retient pas, tant mieux, je ne sais pas si j'aurai été capable de lui tenir tête. Sans un mot, je récupére mes affaires et après un rapide coup d'oeil vers Alfred pour m'excuser une nouvelle fois, je quitte la pièce. Juste avant de sortir, je jette un dernier regard vers le justicier. Le bat'signal vient d'apparaître sur le mur de la salle à manger... Second signe qu'il est temps pour moi de partir d'ici. Je ferme les yeux, la gorge nouée et je quitte définitivement le manoir sans l'intention d'y revenir... Pourquoi faire de toutes façons... Même si il a besoin de mon aide concernant Jason, je ne fais définitivement plus partie de cette famille...

©️ nightgaunt


FIN


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 984
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor ; Tempest.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Jeu 11 Oct 2018 - 10:26
Il la regarde.
Il lève sa main, légèrement ; il tremble. Il la fixe. Il respire difficilement. Il hésite.
Il la regarde – il hésite, surtout.
Mais… il est éclairé, soudain. Il est auréolé de cette lumière, il est baigné, via le système mis en place dans la propriété.

Le signal a été déclenché ; il est appelé.
Il ne peut que répondre.

Lentement, son regard se glisse vers l’extérieur – et tout change ; il change.
Sa respiration s’accélère. Ses muscles se crispent. Son corps se fige. Ses paupières se plissent. Sa mâchoire se serre.
Il change.

Il n’est plus Bruce, il n’est plus l’homme perdu et rongé par les doutes.
Il n’est plus Bruce ; il est l’autre.
Il est l’enfant, qui n’a jamais fait le deuil. Il est l’être brisé, anéanti par deux balles, qui ont supprimé son univers – et l’ont plongé ailleurs ; dans un autre monde.
Dans un monde de ténèbres… qu’il a fait sien.

Il change. Il n’est plus Bruce.
Il est le Batman.

Lentement, son regard se tourne, et se fige sur elle ; il hoche, doucement, la tête.
Elle comprend, elle sait. Il n’est plus là.
Il n’est plus Bruce. Il n’est plus là – et, au fond, il ne l’a jamais vraiment été ; au fond, une part de lui demeure, depuis plus de trente ans, dans la ruelle de Crime Alley. Sans jamais en sortir. Sans jamais vouloir en sortir.

Il part, alors. Il la laisse.
Il bondit, comme un fauve ; comme un possédé. Il court. Il se précipite.
Il plonge, dans les profondeurs du Manoir – dans la Cave. Dans son foyer. Dans son autre.

Il disparaît ; il la laisse.
Il part. Il se transforme. Il laisse son être se révéler.
Il se libère, et file dans la nuit.

Il plonge dans les ténèbres ; il l’abandonne, elle.
Il bondit dans les ombres, et s’enrobe d’elles. Il devient l’obscurité.
Et s’accomplit, enfin, dans cet abandon définitif et total… plus simple, toujours, que d’affronter la réalité ; plus simple, toujours, que d’essayer et se donner une chance… d’être heureux.
Avec elle.


(HJ/ Merci pour cet exceptionnel sujet, une fois de plus ! Very Happy /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

We Need To Talk ~ B.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hugh Laurie – Let Them Talk
» [SOFT] WALKIE TALKIE – PUSH TO TALK Version 1.4.5[Gratuit/Payant]
» VOIP Neuf Talk
» USA : Les SNSD chantent « The Boys » dans deux talk shows
» Let’s talk about Rock War

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City :: Manoir Wayne-Batcave-