Les Fauves de la nuit (PV Red Robin, The Bat )

Inscription : 13/06/2018
Messages : 162
DC : Dove
Localisations : Zamaron / La Terre.

MessagePosté le: Mar 28 Aoû 2018 - 12:13
Seul au monde.

Cela fait combien de temps ? Combien de jours, de nuits, de minutes. Comment est-elle arrivée ici ? Ici où rien et tout règnent et s'étranglent inlassablement autour d'elle. Elle, cette femme enfermée dans cet espace fait de noir, de violacé et de bleuté, d'où sort par moments quelques rayons solaires modelés en des formes connues s'échappent pour donner cette impression d'être à la fois à l'intérieur de quelque chose, mais aussi à l'extérieur, flotte. Elle flotte comme elle le fait si bien lors de ses voyages de planètes en galaxies, sans que rien ne puisse l'arrêter. Cela fait combien de temps ? Combien de jours, de nuit, de minutes. Elle ne sait pas. Elle ne sait plus. Tout ce qu'elle sait, aussi relaxant et doux soit ce lieu, c'est qu'il faut en partir. Alors elle flotte de nouveau vers ces lumières, bute contre une surface dure qu'elle semble ... découvrir à nouveau. Comme si, cette scène s'était déjà passée hier. Avant hier. Comme si son esprit était devenu une sorte de bobine de vieux film passant éternellement.

Ses paumes s'écrasent contre la surface dure, servant de limite à cette galaxie artificielle. Elle se souvient alors de qui elle est quand ses yeux se posent sur cette lumière, crevant un espace soi disant infini. Elle est Carol Ferris, Star Sapphire, reine de Zamaron. Enfermée. Mortifiée. Utilisée. Tout son corps semble si lourd, et endolori quand de nouveau ce constat la frappe. Elle tente alors de traverser ce trou, cette forme lumineuse, mais celle-ci la repousse dans un grand vent.
L'anneau se met à réagir, à l'extérieur de cet endroit. Sur cette main tendue, aux doigts légèrement écartés et bloqués dans cette position.
Carol Ferris. Vous êtes en état de stase et confinée d'esprit dans un artefact en forme de boîte.
Ils n'ont pas retiré l'anneau ?
Seulement le cristal.
Pourquoi.
Au vu des réactions de votre corps et leurs essais, ils tentent d'utiliser votre esprit pour servir leur desseins, Carol Ferris.
L'anneau se tait, attendant que sa porteuse réagisse à nouveau.
Les impulsions énergétiques pour court circuiter le système ?
Nous avons tenté. Ils ont bloqué cette possibilité quand cela a failli vous libérer avec ce fameux artefact.
Mon état physique ?
Constantes stables. Ils ont simplement besoin de rectifier le cristal pour vous contrôler. Vous êtes cependant figée dans une position que l'on peut comparer à celle d'une marionnette suspendue à ses fils. Le ventre positionné vers le sol. Ceinturée à une machine.
Se doutent-ils que nous parlons en ce moment ?
Pas encore. Ils vous pensent en état catatonique depuis quatre jours.
Quatre jours se sont donc déjà écoulés. Carol sent un frisson la parcourir mais est-ce une réaction de son corps attaché de toutes parts ou simplement celle de son cerveau et donc de sa conscience. Avoir conscience de l'horreur, en étant à moitié sortie de son corps a donc cette couleur, ce sentiment. De vide. De perte.
Envoie un signal. Où tu le peux.
La justice league. Si je contacte nos soeurs, votre énergie risque de se retrouver fortement amenuisée.
Carol essaie de contrôler la tension qui vient s'emparer de son corps et de ses sens. Cette option est la plus rapide, la plus facile à concevoir, mais aussi une claque qui lui fera ravaler amèrement sa fierté. Elle n'a cependant plus le choix si de son côté, les possibilités de fuite ont été bloquées.
Fais-le.

Les constantes remontent, l'anneau luit, mettant en alerte ceux qui tiennent la Star Sapphire à leur merci. Tout le monde est sur le qui vive et tente à nouveau de placer la jeune femme en stase. Mais elle tient plus que les autres fois, semble se débattre et se raccrocher à des choses qui les dépassent à tel point qu'ils crient et hurlent des ordres bien plus violents qu'avant. Des choses, des souvenirs, de l'amour. Amour de vie, amour étouffé, tout protège la femme pendant un temps, pour que le message soit passé avant qu'elle ne redevienne certainement le monstre qu'elle a été autrefois. Un monstre qui cette fois-ci sera à la merci de quelqu'un. D'une cause, certainement mauvaise.

© 2981 12289 0



Wolven Storm
These scars long have yearned for your tender caress. To bind our fortunes, damn what the stars own rend my heart open, then your love profess a winding, weaving fate to which we both atone.•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inscription : 17/01/2017
Messages : 1085
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mar 28 Aoû 2018 - 14:42
Beaucoup ont l’habitude de dire que Gotham City a deux visages.
Un aspect brillant, puissant, attirant, excitant, offrant des opportunités, permettant l’espoir de réussir, une terre d’offres et de demandes ; en bref, une mégalopole extraordinaire et excitante, où tout semble possible.
Mais, aussi, une zone de non-droit, où le crime et l’horreur s’abattent dès que la nuit s’abat, dès que les ombres règnes. Terre de fous, antre du désespoir, havre de brutalité et de démence, elle ronge et anéantit ceux qui s’y échouent.

Deux visages, donc. Deux faces, deux côtés.
Yin et yang.
Beaucoup le disent, oui ; mais beaucoup ont tort.

Si, en effet, la ville dispose d’attraits et d’éléments spécifiques, attirants, elle n’en demeure pas moins hantée, dans son âme, dans sa chair, par le vice, le crime, la misère, la haine ; le Mal.
Le Mal à l’état pur. Le Mal absolu.
Le Mal qui s’accroche, et ne disparaît jamais vraiment.

Ainsi, oui, plusieurs quartiers de Gotham City peuvent être sauvés, pourraient s’en sortir – mais pas tous ; pas la majorité.
Et, parmi l’océan de noirceur, de tristesse, de pathétisme… il y a le quartier du Hill.



Ceux qui considèrent que Gotham City a deux visages, qu’elle peut être sauvée, viennent essentiellement des beaux quartiers, et travaillent souvent pour la ville ; pour l’Hôtel de Ville.
Mais, et c’est là tout le sel de la chose… l’Hôtel de Ville et ceux qui y travaillent ne rêvent que d’une chose.
Une Gotham City sauvée, oui.
Et, surtout, une Gotham City sans le Hill.

Cette zone, perdue sur les flancs de la ville, loin des anciennes zones industrielles, loin du port, loin du voisinage de l’Asile d’Arkham, loin des docks, apparaît être, en fait, loin de tout.
Sans atout économique, sans vie culturelle, sans espoir financier, le Hill n’est qu’un amoncellement d’immeubles et de maisons à bas coût, mal construits, mal entretenus, où les gens vivent mal et difficilement ; et de manière courte, aussi.

On meurt rapidement, dans le Hill ; souvent par le désespoir de ceux qui tentent de survivre aux dépens d’autrui, encore plus souvent de désespoir personnel.
Le Hill est une voie sans issue, un cul-de-sac. Une impasse, dont on ne s’extraie jamais après s’y être échoué.

Le Hill fait peur, le Hill désintéresse les puissants, le Hill est un antre de la fin et de la misère.
Le Hill est l’endroit où un moteur puissant vrombit, alors que son pilote se crispe sur les manettes ; craignant d’être en retard.


« Hrm. »

Il grogne, et accélère encore, se lançant dans les rues sales et mal entretenues du Hill, apparaissant comme une figure de cauchemar…
… une habitude, pour le Batman. Même s’il doit avouer qu’il vient peu ici ; en voyant l’état du Hill, il le regrette – mais comprend pourquoi.

Quand il a débuté son activité, il a juré de sauver et protéger la ville ; toute la ville.
Hélas, les journées n’ont que vingt-quatre heures, les Vilains se sont succédés, et les responsabilités extérieures se sont rajoutées. Et il a abandonné le Hill, pendant de longues années… avant de revenir, aujourd’hui.
Mais pas pour sauver le quartier ; pour y sauver quelqu’un.

Il y a quelques semaines, le Chevalier Noir a recréé la Justice League pour empêcher une invasion de Parademons. Cela a provoqué plusieurs réactions en chaîne, et a mené finalement le groupe à participer à une réunion de civilisations, un sommet galactique. Où Darkseid, l’ennemi depuis des années, a lancé ses héritiers, pour anéantir tout espoir.
Le groupe et les ambassadeurs les ont arrêtés ; la Justice League a pris une allure Universelle – et ils ont pu compter de nouveaux alliés.

Dont les Star Sapphire ; dont Carol Ferris.
Celle-ci, présidente d’une compagnie d’aviation, ancienne petite-amie du Green Lantern Hal Jordan, est devenue la Reine d’un groupe connexe du Corps, et lutte pour l’Amour ; ce qui ne fait pas prêter à sourire, vu ses pouvoirs et son efficacité.

Désormais alliés, la Justice League a intégré les signaux et énergies des Star Sapphires, au cas où ; au cas où il faudrait les appeler, voire les aider.
Et ce cas est survenu.

En effet, les systèmes de la Tour de Garde ont été alertés, et Cyborg a transmis les informations à Bruce. Ce dernier a laissé le commandement de l’équipe à Ray Palmer puis à Superman, mais a été le premier informé et à agir en l’espèce.
Parce qu’il est le plus proche ; parce que Carol Ferris, qui appelle à l’aide, se trouve à Gotham City – dans le Hill.

Mais, sans autre élément, sans information, sans réponse aux contacts tentés… le Batman s’adonne aux bonnes vieilles méthodes.
Il la cherche. Il la piste.
A bord de l’un des modèles les plus évolués de ses Batcycles, filant dans les rues désagréables et dangereuses du Hill, le Batman tente de retrouver les signaux de l’anneau de Star Sapphire, qui vont et viennent.
Il file, aussi rapidement qu’il peut – aussi dangereusement qu’il peut ; pour la retrouver. Pour la retrouver, et l’aider… avant qu’il ne soit trop tard !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/03/2017
Messages : 760
DC : Salade Wilson
Situation : Corrompu
Localisations : Gotham City
Groupes : Batfamily
New Titans
MessagePosté le: Sam 8 Sep 2018 - 17:01

« Les Fauves de la nuit »
ft. The Bat / Carol Ferris.
_____Les nuits à Gotham City sont plutôt calme, trop calme. Même si un adolescent de son âge devait être au lit à cette heure-là, lui veillait sur la ville. Une patrouille de courte durée dans son planning mais le garçon n’avait pas sommeil. Il lui arrivait de temps en temps de dépasser les horaires de quelques minutes puis de deux ou trois heures. Le plus difficile n’était pas de rester éveillé, mais bien de se préparer aux regards mauvais d’Alfred ou de Bruce quand il était disponible. Tim avait l’habitude, mais son cœur ne l’était pas.

Parcourant les toits, se balançant de gauche à droite, immeuble par immeuble. Son attention se focalisa sur un véhicule dépassant les limitations autorisées. Au bout de quelques secondes, il reconnut la chauve-souris défilant dans les rues de Gotham City. Tim connaissait bien les faits et gestes de son mentor, même à plusieurs mètres au-dessus de sa tête. Quelque chose semblait le perturber et l’adolescent semblait gêné de laisser son mentor dans cette situation. Soit ce dernier allait accepter le coup de main, soit ce dernier allait lui faire la morale sur son manque de sommeil, le non-respect de ces horaires.

Tant pis, Red Robin prend le risque. L’adolescent se rapprocha de son mentor, le suivant dans sa piste tout en gardant une distance de sécurité avec lui. Tant que le jeune justicier n’a pas connaissance de la mission, il préfère la jouer infiltration. Malheureusement, il a parfaitement conscience qu’on ne peut pas duper le Batman bien longtemps.
Timothy avait fini par reposer ces deux pieds sur sol et d’activer son ordinateur. L’adolescent connaissait bien le quartier, connu pour abriter le pire de Gotham City. Doucement mais encore hésitant, l’adolescent fini par sortir de sa cachette pour se rapprocher de la chauve-souris.

« Avant que tu ne dises quoi que ce soit... » commença immédiatement le garçon avant que son mentor ne puisse prononcer le moindre mot. « Oui, j’ai parfaitement conscience que je ne devrais pas être là. Mais je me suis dis que tu aurais besoin d’un peu d’aide. »

Machinalement, l’adolescent baissa la tête vers l’écran holographique de son ordinateur. Une part de lui craignait d’entendre la grosse voix de son mentor lui affirmer qu’il n’avait rien à faire ici, à une heure pareille. Red Robin resta concentré malgré tout et demanda à sa technologie de faire un petit examen rapide sur un rayon d’une centaine de mètre.

« Je me suis dit que tu aimerais voir cela. » rétorqua l’adolescent après avoir reçu une partie de résultats. Des formes de vies aux alentours, probablement des criminels mais ce n’était pas cela qui troublait le plus Red Robin. L’ordinateur avait détecté une forme de vie non-humaine dans le secteur, plusieurs même. « Tu poursuis des aliens maintenant ? »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4664-fiche-de-rp-tim-drake-red-robin http://dc-earth.fra.co/t4651-timothy-drake-alias-red-robin
Inscription : 17/01/2017
Messages : 1085
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Lun 17 Sep 2018 - 11:17
La piste est tiède… mais ce n’est pas une bonne nouvelle.
Pas assez chaude pour trouver Carol Ferris, pas assez froide pour tenter une autre approche ; un état frustrant, désagréable et difficile. Qui appuie sur ses nerfs, et sur sa patience, déjà régulièrement mis à rude épreuve.


« Hrm. »

Le Batman grogne, alors qu’il arrête son bolide, dans l’une des rues abandonnées de ce quartier oublié. Alors que de nombreux badauds et habitants l’ont croisé, ont levé des yeux éberlués vers lui, il a fait le choix de se stopper pour faire le point… et tenter de se relancer, alors que les secondes passent et que le danger ne cesse d’augmenter, pour celle qui a appelé à l’aide.

Lentement, il descend du véhicule, et laisse son engin de détection subir un reboot brutal ; mais ça ne prend pas.
La piste demeure tiède – et il ne sait pas où aller.
Même si, très vite, son attention va se fixer ailleurs… sur quelque chose d’autre. Quelqu’un d’autre.


« Ha. »

Une silhouette émerge des ombres, qui entourent cette allée oubliée.
Red Robin.
Son fils adoptif. Son ancien élève. L’une de ses fiertés. L’un des êtres les plus intelligents qu’il connaisse.
Et qui n’a strictement rien à faire ici.


« Je devrais déconnecter tes accès au Batcomputer, couper tes vivres, et arracher tes insignes. »

La réplique est froide, brutale ; comme le regard, qu’il adresse sous son masque.

« Mais… »

Il soupire, et secoue la tête.
Son ton devient, soudain, presque plus doux ; en tout cas, moins agressif.


« … un coup de main ne serait pas refus. »

Le Chevalier Noir ne trouve pas Star Sapphire – refuser de l’aide serait stupide.
Et il essaye de ne plus l’être.

Il hoche la tête, invitant ainsi le jeune homme à se lancer dans ce qu’il prépare. Un scan de la zone est ainsi réalisé, et Tim ne tarde pas à trouver quelque chose ; quelqu’un, presque.
Impressionnant, pense son ancien mentor ; mais il devrait quand même être ailleurs.


« Je poursuis le crime et l’injustice, Red Robin. »

Sa voix roule, comme le tonnerre. Mais un léger sourire glisse sur son visage.

« Mais… oui. Je cherche quelqu’un qui n’est pas humain – car elle a appelé à l’aide. »

Bruce ne veut pas en dire plus, car il craint de mettre Tim en danger ; mais celui-ci l’est déjà, hélas.
Sa simple venue dans le Hill le menace – et lui ne peut se permettre de perdre plus de temps, ou d’avantages. Il a besoin de Red Robin, même s’il le regrette.


« Viens. Suis-moi. »

Le Batman active la défense de sa moto, puis se dirige dans la direction principale visée par l’équipement du jeune homme ; le temps presse.
L’enfer les attend.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/03/2017
Messages : 760
DC : Salade Wilson
Situation : Corrompu
Localisations : Gotham City
Groupes : Batfamily
New Titans
MessagePosté le: Mer 24 Oct 2018 - 0:24

« Les Fauves de la nuit »
ft. The Bat / Carol Ferris.
_____Même si son mentor semblait légèrement hesitant quand à accepter l’aide de son disciple, ce dernier n’aurait pas renoncé. Lorsqu’il était encore dans ses premières années en tant que Robin, il aurait fait profil bas, par crainte de représailles, crainte de ralentir et de décevoir son chef. Cependant, avec le temps, il avait appris à connaître cet homme qui l’avait à moitié élevé en l’absence de son père biologique. Il connaissait aussi bien sa force que ses faiblesses, ses craintes. Aujourd’hui l’adolescent n’a pas peur de s’imposer. Batman a besoin d’aide.

Satisfait de ne pas avoir à insister, le garçon laissa échapper un petit rictus sur son visage, un sourire. Il détourna machinalement la tête pour ne pas que la chauve-souris remarque cette fuite d’émotion que l’adolescent n’avait pas su contrôler. Il détourna ensuite le regard en direction de l’écran holographique présent dans son armure. Un appel à l’aide avait été envoyé à la Ligue des Justiciers depuis Gotham City, plus précisément sous les fondations de cette dernière. Ce bâtiment, probablement abandonnée depuis quelques années. Le jeune héros regarda en détail qui était l’auteur de ce message de détresse et resta immobile pendant quelques secondes. Carol, il la connaissait. Il l’avait déjà rencontré et avait déjà sympathisé avec elle.

Le justicier n’attend pas et passa devant, demandant au garçon de le suivre. Après quelques secondes de retard, l’adolescent lui emboita le pas et ne tarda pas pour le rattraper. Toujours le nez sur son ordinateur, le jeune héros essaya de trouver un semblant de plan du bâtiment. Il trouvait bien quelques résultats pour le rez-de-chaussée et les étages, mais aucun plan pour le sous-sol. L’adolescent laissa échapper une grimace et lorsqu’il s’engouffra dans le bâtiment, il tomba nez à nez sur un ascenseur venu de nulle-part.
Quelques secondes légèrement stupéfait, Red Robin se reconcentre rapidement et jeta un coup d’œil à son mentor, lui demandant, sans un mot, de le laisser faire. Il fait un pas en avant et commence un début de piratage. La porte est complètement verrouillée et aucun bouton ne semble répondre. L’adolescent passa plus de temps que prévu et laisser échapper des petits tics d’agacement et d’incompréhension.

« Ce n’est pas comme d’habitude… » lança le garçon, ne souhaitant pas mentir à son mentor. « On continue. »

Comme si la chauve-souris allait reculer, l’adolescent continue la marche, détournant le regard de son ordinateur pour emprunter l’ascenseur. Ce dernier finit par les conduire dans un endroit plongé dans l’obscurité et puant l’humidité.
Red Robin ralentit la cadence, un léger stress commence à s’emparer de lui. Les sens du garçon semblaient lui faire rappeler les mauvais moments qu’il avait pu passer dans des endroits similaires. Il ne manque plus que les cadavres et l’odeur nauséabond des organes en putréfaction pour que l’adolescent tétanise. Son stress est difficile à cacher, sa gorge se contracte, il n’arrive pas à avaler sa salive. Toutefois, il essaya de passer outre, sans accélérer son rythme, pour se concentrer sur les fondations. Aucun plan n’indique la présence un sous-sol et l’endroit semble avoir été construit à la va-vite à une vitesse inhumaine. Red Robin posa sa main gantée sur les murs, observa les alentours avant de se tourner vers son mentor qui semblait pratiquement invisible dans la pénombre.

« Batman… Je ne pense pas que tout ceci soit humain… » confirma le justicier en se rapprochant. « La technologie… ces lieux… tout ça semble avoir été créer à une vitesse folle… dans la seule bute d’agir dans l’ombre… Mais… pourquoi ? Je veux dire… Carol… tout ça… »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4664-fiche-de-rp-tim-drake-red-robin http://dc-earth.fra.co/t4651-timothy-drake-alias-red-robin
Inscription : 17/01/2017
Messages : 1085
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mer 24 Oct 2018 - 11:38
Le Batman voit le sourire de Red Robin, que ce dernier ne peut retenir quand lui exprime son besoin d’aide. Le jeune homme reçoit un regard d’une noirceur absolue en retour – heureusement invisible, du fait des pupilles de son masque ; il l’ignore, mais il l’a échappé belle.

« Hrm. »

Il grogne, mais s’avance ; sans rien dire.
Notamment parce qu’il voit que Tim lance quelques analyses… et découvre l’origine du signal, et l’identité de celle qui l’a envoyé. Il se fige, alors.
Et Bruce, compréhensif, lui laisse quelques secondes pour encaisser, se reprendre…


« Prudence. »

… avant de reprendre la parole, de sa voix lourde et modifiée.
Une évidence, mais qu’il entend rappeler.

Il ne dit rien, ensuite. Il acquiesce lentement, quand Red Robin le rejoint, et laisse son corps lui signaler son autorisation, pour qu’il s’occupe de l’ascenseur ; en vain.
Tim exprime une gêne, que Bruce a déjà identifiée – ça ne fonctionnait pas. Et ça n’a rien de normal, ou même d’acceptable.


« Mmh. »

Il plisse les paupières sous le masque, et acquiesce ; quasiment silencieusement.
Ils ne pourront pas passer par l’ascenseur – il faut trouver autre chose.
Tim les mène ailleurs, via son accès informatique ; fort utile, mais sur lequel le jeune homme se repose trop. Mais Bruce ne dit rien… il est encore fragile, et une telle réflexion pourrait le toucher, le gêner ; le blesser.
Il n’a pas besoin d’un allié vulnérable, ici. Il a besoin de plus.

Tous deux s’avancent, et parviennent dans un endroit sombre, obscur ; désagréable.
Bruce active ses filtres visuels, mais se rend compte que Red Robin ne le fait pas… car il ne le peut pas.
Sa combinaison l’informe des troubles ressentis par son ancien élève, troubles tellement évidents qu’ils sont visibles à l’œil nu ; Tim va mal – mais il prend sur lui. Bon soldat.


« Détends-toi. »

Il s’approche, silencieusement. Et, par un geste presque tendre, appuie sur un bouton discret du masque de son fils adoptif ; déclenchant les filtres visuels, qui offrent une vision nocturne salvatrice dans un tel endroit.

« Nous sommes seuls. »

Une réalité, clairement : il n’y a personne d’autre, dans ce trou en effet forgé rapidement et violemment… par une force extrême.

« Mais… l’homme n’a pas forgé cette zone, clairement. »

Il acquiesce, et retient une grimace.
Lentement, il tourne dans cet espace, et laisse ses propres capteurs se lancer ; mais pas grand-chose ne vient, hélas.


« Elle n’est pas comme nous, tu le sais. Sa vie, ses fonctions, ses capacités, et surtout ses adversaires sont différents des nôtres. »

Il soupire, et sent ses poings se serrer ; le temps passe trop vite.

« Humf. »

Bruce secoue la tête, puis se tourne vers Tim.

« Connecte-toi au Batcomputer. Utilise les codes que tu nies connaître, et accède aux satellites des Entreprises Wayne. Scanne la zone, et fais une triangulation avec les éléments relevés par la Justice League sur son énergie. »

Il fige son regard sur le jeune homme, et hausse légèrement les épaules.

« Faisons comme si je t’avais autorisé depuis toujours à faire ça – faisons comme si tu n’avais pas sciemment détourné mes ressources et mes indications, et allons droit au but.
Elle est en danger. »


Au fond, ça ne le gêne pas que Tim maîtrise ainsi la technologie – mais il préférerait que son fils adoptif respecte ses ordres et demandes.
Mais bon, pense-t-il, aucun des autres ne la fait ; il n’y a pas de raison que lui soit différent, après tout…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 13/06/2018
Messages : 162
DC : Dove
Localisations : Zamaron / La Terre.

MessagePosté le: Ven 26 Oct 2018 - 23:48
Seul au monde.

Ils l'ont fait. Ils le voient dans ces yeux d'humaine ce changement soudain, malgré les risques imposés par ce protocole d'urgence. Le signal s'était tu et, le corps commençait à bouger selon les images envoyées. Des images tirées des plus grandes peurs de leur cobaye, et d'une personne qu'elle intègre comme étant de confiance dans ses peurs, pour mieux la contrôler. Lorsqu'ils la relâchent, c'est dans un grand soulagement que les aliens à l'allure à la fois humaine et tenant d'une sorte de rat se mettent à s'approcher d'elle, accompagnés de leur leader. Les constantes sont stables, bien que le coeur batte plus vite que la moyenne au vu du stress causé par ce faux environnement, projeté dans les pensées de cette femme de grande puissance. Ils s'extasient, se félicitent face à cette avancée prodigieuse qui semble leur ouvrir de nouvelles perspectives, et de nouveaux projets concernant la pérennité de leur race par l'asservissement de races mieux bâties qu'eux physiquement.

Sans doute trop pressés, sûrement engouffrés dans leur enthousiasme, ils s'empressent encore et encore quand les systèmes annoncent la venue d'intrus. Non impossible que le signal de la bague ait pu atteindre la surface selon eux. Auraient-ils sous estimé le pouvoir de leur cobaye ? Tant de doutes les accablent mais ils l'ont, ils ont cette arme avec eux. Cette femme modelée à partir de la peur engendrée par l'opposé à se principale conviction .... modelée dans un monde de haine. L'un des aliens s'approche donc comme il le peut à grands pas de la femme brillant d'une aura violacée, non sans lui adresser un sourire on ne peut plus rassurant.
"Tout va bien se passer. Vos peurs vont s'effacer si nous agissons tous ensemble. Vous êtes d'accord ?"
Elle hoche la tête, lentement. Presque sans réelle conviction car son corps est déjà tellement tendu par le reste qu'elle profite de ce moment de "détente" pour se laisser aller à sa convenance, même par ce simple mouvement.
"Bien ... bien ! Alors venez, venez !"
Il lui indique l'écran sur lequel se meut deux personnes dans l'ombre.
"Ils apportent la haine. Ils vont nous tuer plutôt que nous aimer Star Sapphire. Ils ont tué tant de monde ... et maintenant c'est vous qu'ils veulent."
De suite, d'un mouvement sec, Carol lève ses yeux luisant de rose vers cet écran. C'est eux alors. Ce sont eux qui ont enlevé et torturé Hal, qui ont tué le reste et fait d'elle l'une des dernières survivantes des Star Sapphire. L'alien sourit et ses pupilles se dilatent tel un chat parcouru d'excitation car, il voit la femme serrer le poing et être parcourue d'une toute autre forme de puissance que celle qu'ils ont pu jusque là étudier.
"Vous pouvez sauver Hal Jordan."

Dans le couloir menant au haut lieu de recherches, dans lequel Carol a été soumise à nombre d'expériences pour qu'enfin se fissure une once sa volonté, tout semble calme. Seul les vrombissements de la structure viennent briser parfois le silence à mesure que l'on avance. Quand on touche le métal dont est fait cette sorte d'habitacle n'a pas son équivalent sur terre. Noir, brillant, ayant le même sont qu'un fer ou un acier en tapant un objet dur contre, on se sent oppressé en essayant de trouver les autres composants ou machines d'un simple regard. Mais pour ces aliens, ce n'est pas un problème. Ils voient dans le noir, se pressent dans des tunnels ou les quelques sas aménagés quand vient le danger ou le moment de se reposer. Le laboratoire principal est quand à lui parcouru par une lueur verdâtre et bleutée, bien vite arrêtée par ce métal absorbant chaque fraction tentant de passer la limite laboratoire couloir.
Il est temps, maintenant. Le scientifique à la base du projet, non confiant d'avoir créé l'arme parfaite à ses yeux, ne part pas de quoi se défendre contre cette menace humaine. Il fait même bien plus : il vient vers eux, sa crinière grisâtre flottant à chacun de ses pas.

"Le royaume de la nuit ne vous appartient pas, humains."
La lueur du laboratoire montre à quel point la stature de cet individu mi rat mi "humain" est imposante, sans doute deux têtes au dessus de la moyenne humaine. Majestueux dans son profil mais tellement mesquin et vous mettant en malaise quand celui-ci se met à sourire. Sa voix stridente est suivie d'un souffle à chaque pause de phrase, comme quelqu'un à l'article de la mort.
"Et pourtant, vous êtes là. Prêts à crever comme la petite chienlit dévastatrice que vous êtes."
Dit-il toujours dans sa langue natale, avant d'enclencher un dispositif placé au bas de sa nuque. Son traducteur. Sa griffe ayant appuyé sur les quelques touches tactiles se rétracte dans sa peau, une fois l'objet mis en route.
"Ce sont eux ?"

Apparaît derrière ce corps imposant, Carol Ferris, avançant d'un pas sec et agressif. Agressivité qui se lit aussi par la manière dont elle pointe les deux justiciers, du menton. Sans se rendre compte de son réel environnement.
"Oui, ce sont ceux restants qui ont annihilé par la haine de la différence bien des peuples.
- Je vois."
Pour elle, ce sont deux soldats confinés dans des exosquelettes qui sont en face d'eux. Deux soldats au service des nations unies dans l'éradication de certaines races. Elle se place devant celui qu'elle considère comme son allié, le seul lui ayant rappelé la "triste vérité". Son poing se lève, revers de main posé près de ses lèvres et son anneau luit, semblant lui aussi altéré par le programme alien de réalité. Une immense lame sort alors pour s'abattre selon la volonté de Carol et le mouvement de son bras vers les deux soldats. Sans attendre qu'ils se remettent de l'effet de surprise, elle attrape celui semblant le plus âgé par les épaules et le projette de toutes ses forces contre le plafond du couloir avant de se tourner vers le plus jeune, les yeux chargés de lumière violacée.
"C'est à ça que tu voues ta jeunesse ? À être le pantin de tes aînés malgré tout ça ? !"
Elle grimace, dégoûtée. Inconsciente de la portée de ses paroles.
"J'ai pitié de toi."

© 2981 12289 0



Wolven Storm
These scars long have yearned for your tender caress. To bind our fortunes, damn what the stars own rend my heart open, then your love profess a winding, weaving fate to which we both atone.•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inscription : 22/03/2017
Messages : 760
DC : Salade Wilson
Situation : Corrompu
Localisations : Gotham City
Groupes : Batfamily
New Titans
MessagePosté le: Mer 31 Oct 2018 - 15:52

« Les Fauves de la nuit »
ft. The Bat / Carol Ferris.
_____Il fallait que des êtres inhumain se réfugient dans des endroits aussi lugubre. Le stress de l’adolescent ne pouvait plus être dissimulé et Il s’attendait à une réaction plutôt froide de la part de son père adoptif. Il avait insisté pour faire partit de la mission, mais il était sous le point de faire machine arrière. Le stress était fort, mais le garçon se retenait d’envisager la moindre retraite.
Cependant, Batman comprenant plus que quiconque le stress de l’adolescent semblait beaucoup plus attentionné que prévu. Le justicier rassurait son disciple, lui rappelant qu’ils étaient seul et activant la vision nocturne du garçon. Rapidement soulagé, il expira de l’air, apparu comme un nuage de bué en vu de la température glaciale qui régnait dans ces ténèbres. Ses lèvres s’entrouvèrent, probablement pour remercier son père adoptif, mais aucun mot n’en sort. Son attention est attirée par les murmures qui raisonnent dans les galeries.

Il échange un regard en direction de la chauve-souris et écoute ces conseils. Désormais, ces yeux se détournent de l’atmosphère glauque pour se concentrer sur son ordinateur. Il répond aux conseils de son mentor, sans contester. Son ordinateur commence à scanner chaque mur, chaque galerie entourant les deux justiciers. Peu à peu, le plan du sous-sol finit par se modéliser sur l’écran holographique.

« C’est un véritable laboratoire souterrain. Je ne comprends pas… Comment a-t-on pu ne pas remarquer la construction d’un endroit aussi immense… » lança Red Robin, légèrement déboussolé par ce qu’il voit. « Tu crois que ces… peu importe d’où ils viennent sont en train d’exercer des expériences douteuses sur Carol ? »

A peine l’adolescent termina de poser ces questions qu’il eu directement la Star Sapphire devant lui. Il relâcha son attention de l’écran pour se tourner vers le justicier et d’attendre sa réaction mais il semblerait que même son mentor n’eut pas le temps de réagir. Par reflex, l’adolescent sortit son arme pour se défendre et plaça son bras devant son torse, prêt à se défendre. Son visage était froid, il savait que ce coup ne retiendra pas son mentor bien longtemps. Son regard, tout aussi glacial fusilla la jeune femme. Red Robin savait qu’elle n’était pas elle-même et qu’elle n’avait pas conscience de ses actes. Le garçon n’a pas envie d’en venir aux armes, mais il est prêt à se défendre si la femme voulait faire parler ces poings. Il a entendu une seconde voix derrière la Star Sapphire, surement celle d’un individu venu d’ailleurs. Les yeux de la jeune femme perturbent la vision nocturne du masque du justicier, laissant échapper une grimace. Impossible pour lui de voir le visage de cet homme.

« Carol. Tu n’es pas toi-même. » affirma Red Robin, essayant de ramener la jeune femme à la raison. « Je ne veux pas m’en prendre à toi. Tu dois te ressaisir. »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4664-fiche-de-rp-tim-drake-red-robin http://dc-earth.fra.co/t4651-timothy-drake-alias-red-robin
Inscription : 17/01/2017
Messages : 1085
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Dim 4 Nov 2018 - 16:31
Le Batman ne répond pas aux observations surprises et aux questions de Red Robin.
Car son attention est occupée ailleurs.


 « Hum. »

Il grogne, légèrement, et fronce les sourcils ; quelque chose arrive.
Quelqu'un arrive.
Et ce n'est pas une bonne surprise.

Sans un mot, il fixe une étrange créature, humanoïde de forme mais qui n'a rien d'humaine dans le fond, qui approche ; baragouine quelques mots... avant qu'elle ne le rejoigne.
Carol. Carol Ferris.
Star Sapphire.
Celle-ci apparaît rapidement, et approche – mais ça n'a rien de positif ; comme Bruce et Tim s'en rendent compte, bien trop vite... bien trop douloureusement.


 « HUGHN ! »

La jeune femme lève son anneau, et même si Red Robin et lui se préparent... ils ne sont que des justiciers ; des combattants de rue, qui se sont formés pour combattre d'autres menaces – mais, en direct, ne peuvent rien face à une attaque cosmique. Encore moins par surprise. Encore moins en provenance de quelqu'un qui doit être une alliée.

Même si les Star Sapphires sont plus étranges, mystérieuses et ambivalentes que le Corps des Green Lanterns, le règne de Carol sur Zamaron a rendu les relations entre sa communauté et le reste de l'Univers plus... souples ; plus diplomatiques, plus constructives.
Notamment depuis que Carol a mené de nombreuses Star Sapphires lors du Congrès galactique. Une alliance a alors été formée, et... au-delà de ses liens passés avec Hal Jordan, elle est devenue une camarade de la Justice League ; voire une membre honoraire.
Venir l'aider ici est légitime, surtout parce qu'elle s'est rapprochée de Tim Drake – mais elle ne semble pas vouloir leur rendre la tâche facile.


 « Houmf. »

Le Chevalier Noir grogne, alors que ses projets de contre-attaque explosent d'eux-mêmes... quand Carol utilise son énergie, pour le projeter au plafond ; et l'empêcher de bouger.
Ou presque.
Car si la Star Sapphire les a frappés, puis l'a bloqué, elle échange désormais avec Tim – qui répond. Sans pouvoir vraiment l'aider, mais... cela l'occupe, pendant quelques secondes.
Assez pour que lui agisse.


 « Elle ne le peut pas. »

La voix lourde et rauque de Bruce s'élève... quand il a fait ce qu'il voulait.
Sans un mot de plus, il lâche la petite bombe qu'il a récupérée dans son costume – et une micro-explosion intervient à proximité de Carol, ainsi qu'une fumée épaisse ; elle ne restera pas, mais... ça occupe. Ça coupe la concentration, ça fait un peu mal.
Et ça lui permet de forcer contre l'énergie ; pour se libérer.


 « Red Robin. Formation Kane inversée. »

Le Batman atterrit au sol, et demeure accroupi. Ses paupières se plissent, sous les pupilles blanchâtres, alors qu'il fige son attention sur Carol – mais entrevoit, aussi, l'étrange créature derrière elle.
Il faut agir ; ils doivent agir. Ensemble.


 « Ils la contrôlent. A voir jusqu'où l'effet va. »

La formation Kane est un mot de passe, pour une technique classique : l'un occupe l'ennemi, l'autre prépare une diversion ; habituellement, lui gère la première étape... mais pas là. D'où l'inversement.
Alors que Red Robin doit bondir pour gérer Star Sapphire, un mouvement surprenant connaissant Bruce, celui-ci agit volontairement ainsi : pour choquer, pour bloquer les plans ennemis... et pour en tirer profit.

Lentement, il se redresse tandis que Tim, qui a une relation plus poussée que lui avec Carol, ce qui pourrait gêner l'inconscient de la jeune femme, se lance ; et Bruce récupère quelque chose à sa ceinture – un appareil de communication. Qu'il active, sur la fréquence, sur le numéro voulu.
Seules deux tonalités avant qu'une voix ne se fasse entendre.


 « … ouais ? Allo ? »

Une voix connue. Une voix familière.
Une voix que deux personnes, ici, connaissent depuis des années déjà.


 « Bats ? Allo ? C'est toi ? C'est... ça va ? Ou c'est un de tes plans chelou ? »

Lentement, Bruce tend l'objet vers Carol, et augmente le son ; pour qu'elle entende.

 « Mec, j'pars bientôt en vol, là... faut que j'vienne ? C'est... tu m'as filé les coordonnées, sur ce machin ? »

Hal ; c'est Hal.
Bruce a appelé Hal Jordan, qui répond – pour que Carol entende.
Et pour voir ce que ça lui fait... afin de définir l'ampleur du contrôle ; et comment le combattre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 13/06/2018
Messages : 162
DC : Dove
Localisations : Zamaron / La Terre.

MessagePosté le: Dim 4 Nov 2018 - 18:09
Seul au monde.

Lorsque les paroles du jeune soldat lui insinuent qu'elle est manipulée, un étrange frisson vient la prendre le long de la colonne vertébrale. Mélange de colère, de confusion, et surtout de dégout. Car il persiste. Il persiste alors qu'il est couvert de sang. Sans doute de ceux qu'il a tué pour arriver ici, démembrés, arrachés à la vie. Et pourtant, autre chose vient lui dire dans un léger chuchotement qu'elle ne devrait pas. Ça lui serre le coeur, non pas parce qu'il n'est qu'un adolescent utilisé dans cette interminable guerre, mais parce qu'autre chose lui dit qu'elle ne devrait pas faire du mal à ce garçon en particulier.
"Pas moi-même ? Me ressaisir ?"
Ses poings se serrent. Doit-elle répliquer ? Elle relâche la pression sur l'autre soldat et se relève, comme une espèce de poupée à moitié désarticulée, l'oeil brillant de rose, malgré la larme qui s'échappe et coule le long de sa joue.
"Vous osez me dire ça ... alors que vous avez assassiné la moitié des terriens."
Lentement elle s'approche de lui, décidée au vu des images qui viennent s'entrechoquer dans son esprit de passer à l'action. De frapper cet adolescent malgré ce qui la prend à la gorge, tel un acide violent capable de lui déchirer la trachée au prochain ravalement de salive. Car elle revoit tim se faire cribler de balles jusqu'à ce qu'il ne puisse plus bouger. Décharné et humilié. Mort.
"Vous l'avez tué. Vous avez tué Tim. Et ça, je ne permettrait pas que ça arrive aussi à Hal. Jamais."
Mais alors qu'elle tente de préparer une salve de lames pour planter le soldat, une explosion survient et la touche au flanc, avant qu'une épaisse fumée n'apparaisse et lui fasse disparaître la cible. La colère reprend alors le dessus. Cela se voit dans son regard, malgré le fait qu'elle ait posé un genou à terre suite à ce coup, Carol se contracte et se prépare à se montrer sans pitié.
"Jamais."

Dès que le soldat se met à bondir et se battre comme l'aurait fait Tim si il était encore en vie, un nouveau trouble s'empare de la jeune femme. Seraient-ils allés jusqu'à trouver cette faiblesse et à lui rappeler par ce gosse, le souvenir du Red Robin ? Ou ...
"Non ... non ... !"
Malgré tout, elle n'hésite pas à frapper, à générer à l'aide son anneau un poing assez large et puissant pour éjecter le jeune homme dans une tentative violente de le repousser et ne pas revoir ces souvenirs qui lui font mal. Alors qu'ils sont montés de toutes pièces sans qu'elle le sache. Qu'elle entende les échos comme "elle ne le peut pas", puis cette ... formation Kane. Pourquoi disent-ils ça ? Pourquoi ... pourquoi elle entend la voix de Hal qui ... qui semble en bonne santé. Elle se fige. Chaque mot résonne en elle et rajoute en sa bouche cette sensation acide et désagréable.
"Ce n'est pas possible."
Elle ne se rend pas compte que Hal peut l'entendre.
"Ils sont tous morts. Et lui, lui est prisonnier. Même si, même si il ne m'aime plus, je devais le sauver. Alors pourquoi ..."
La Star Sapphire plaque ses mains contre sa tête et empoigne ses longs cheveux noirs de chaque côté. Et elle hurle, elle hurle sa colère et son incompréhension.
"POURQUOI VOUS ESSAYEZ DE ME TORTURER COMME ÇA !!! ÇA NE VOUS A PAS SUFFI DE DÉTRUIRE L'AMOUR ? ! VOUS ÊTES ASSEZ DINGUES POUR EN PLUS TORTURER LES GENS AVEC SON SOUVENIR ? !!!!"
- Star Sapphire !"
L'homme rat charge, semblant paniqué par la tournure des événements. Il y a de quoi. Car à ses yeux, il n'avait pensé qu'à exprimer la réalité par le visuel, et non pas par l'audition. Ces hommes ont trouvé le point faible de leur expérimentation et il faut que cela cesse avant qu'elle ne devienne incontrôlable. Alors il va vers cet homme en costume de chauve souris en courant sur ses quatre pattes pour se donner plus d'amplitude de vitesse, bondit et tente de détruire l'appareil d'un coup de ses griffes gris foncé. Malheureusement l'objet ne se casse pas car l'homme face à lui a réussi à esquiver à temps pour protéger l'objet. Ça enrage l'extraterrestre, qui siffle sa colère et montre son immense gueule pourvue de dents tranchantes au Batman.
"Que tout le monde aide Carol Ferris sur le champ ! Urgence niveau 3 ! Élimination ou capture !!!"
À ces mots, une dizaine d'être mi rats mi humains de plus ou moins même stature que le scientifique sortent de plusieurs sas, armés. Et ils sifflent à leur tour de colère en montrant ces gueules puissantes capables de déchiqueter en quelques secondes le cuir d'un boeuf. Rapidement, ils sortent pour faire barrage au jeune Red Robin. La Star Sapphire, encore chamboulée par la tactique précédente voit d'un mauvais oeil l'arrivée d'autres individus.
"Ils sont avec nous ! On les aura ma reine."

De nouvelles larmes viennent la secouer, alors que ces paroles sont censées la réconforter. Car elle entend Hal répéter son prénom maintes fois comme pour qu'elle se ressaisisse, qu'elle croit vraiment que c'est lui et dire qu'il va venir immédiatement. L'image de la Star Sapphire avant le cristal lui revient. Et elle hurle par petits à coups, encore et encore, jusqu'à ce que cela soit de plus en plus audible. Car elle se laisse encore embobiner alors qu'elle trouvait un moyen de sortir de ce cercle vicieux. Ce cercle qui vous susurre sans cesse que l’on n’a pas été aimé, que l’on n’est pas aimé. Que l’on ne sera jamais aimé. Que l’on n’est pas aimable. Que l’on n’est pas digne d’être aimé. Qui nous assène cette punition, ce purgatoire incessant et vomitif pour soi, pour son image. Ce cercle dont vous voulez vous départir en implorant ceux dont vous voulez être aimés, dont vous avez besoin d’être aimé ou de l’avoir été car ils sont des repères, une protection qui vous aide à vous épanouir et voir que vous valez le coup. Mais ... comment avoir confiance en l’avenir quand l’on a maintes fois été trahi par ceux qui ont promis, qui vous ont abandonné à mi chemin ?
"C'est bien la première fois que tu dis ça. Arisia ou Cowgirl t'ennuient déjà ?"
Un énorme poing se matérialise à nouveau. Cette fois, cerné de pics.
"Va te faire foutre Hal Jordan."
CRACK
Et le poing s'abat. L'appareil est détruit comme si par sa destruction, elle brisait cette manipulation des fantômes de son passé.
"On ne les tue pas. Je les veux vivants. Ils peuvent nous servir en tant qu'otages."
Les extraternus semblent confus face à l'ordre donné par la Star Sapphire, voulant que leur chef confirme cette tactique. Mais ils n'attendent pas quand soudain une marteau violacé vient s'enfoncer contre le pied d'un des leurs. Ils n'ont pas le choix.

© 2981 12289 0


Wolven Storm
These scars long have yearned for your tender caress. To bind our fortunes, damn what the stars own rend my heart open, then your love profess a winding, weaving fate to which we both atone.•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inscription : 22/03/2017
Messages : 760
DC : Salade Wilson
Situation : Corrompu
Localisations : Gotham City
Groupes : Batfamily
New Titans
MessagePosté le: Mar 6 Nov 2018 - 23:38

« Les Fauves de la nuit »
ft. The Bat / Carol Ferris.
_____L’adolescent se permet un petit regard en direction de son mentor, vérifiant qu’il allait bien et qu’il n’était pas seul à gérer une Star Sapphire et sa bande d’alien à lui tout seul. Heureusement pour lui, il en faut plus pour que la chauve-souris soit vaincue. Pour l’instant, le garçon garda sa position défensive en gardant un regard sévère derrière son masque.
Alors qu’un silence s’installa, Red Robin entendit les premières instructions de Batman. Il ne répondit pas, il savait que son élève avait parfaitement compris où il voulait en venir et pourquoi il demandait cela. La jeune femme semblait déjà en colère par rapport aux premières réponses que Tim avait pu lui répliquer, tentant de la raisonner.

Tim est le premier à lui bondir dessus. Aujourd’hui, il n’a pas à faire à un simple malfrat vagabondant dangereusement dans les rues de Gotham City. La barre était haute, mais il restait calme et concentré, ou presque. Le garçon fronça les sourcils suite aux paroles de Carol. Elle semblait croire que quelqu’un était mort, quelqu’un qu’il aurait tué. Après quelques secondes de réflexion et un pas sur le côté pour esquiver les premières ripostes de son adversaire, il finit par comprendre que c’était lui qu’elle croyait mort.
Les lèvres du garçon s’entre-ouvre pour tenter de raisonner de nouveau la jeune femme, voulant lui faire comprendre qu’elle se trompait de personne et qu’il se trouvait en face d’elle, belle et bien vivant. Cependant, l’adolescent n’eut pas le temps de prononcer le moindre mot qu’elle attaqua en utilisant cette fois-ci son anneau et envoya l’adolescent valser sans qu’il puisse esquiver.

Red Robin tenait le coup malgré tout ce qu’il pouvait lui tomber dessus, son corps probablement recouvert de bleu, il restait encore conscient. Les coups se sont arrêtés lorsqu’il entendu la voix de Hal Jordan. L’adolescent pouvait enfin reprendre une bonne bouffée d’air, avalant le peu d’oxygène présent dans ce souterrain.
La chauve-souris avait décelé le point faible de la manipulation mentale de Carol, la jeune femme semblait complètement déboussolée pendant que Red Robin essayait de se tenir sur ces deux jambes et récupérer son arme qu’il avait perdu à quelques centimètres de lui. L’alien le plus proche de la Star Sapphire tente d’intervenir, l’empêchant de reprendre entièrement ses esprits. L’adolescent pesta et finit par intervenir.

« CAROL. » hurla Tim de sa vive voix « REPRENDS TOI. »

Red Robin avait l’habitude de changer sa voix lorsqu’il devenait un justicier. C’était sa façon à lui de protéger son anonymat au maximum. Il oublia cette voix pour réveiller Carol une bonne fois pour toute. Malheureusement, cela ne suffira probablement pas. L’adolescent remarqua rapidement l’amas d’alien qui était en train de bondir sur les deux justiciers. Machinalement, Red Robin prit les devant et arma son bõ. Il frappa l’extrémité au sol, ce qui créa une onde de choc suffisamment puissante pour repousser temporairement tout ce monde.

« Ils sont trop nombreux, on n’arrivera pas à les affronter tous, mais on ne peut pas abandonner Carol… » répliqua Red Robin à son mentor avant de faire un pas en direction de la Star Sapphire. « Tim Drake n’est pas mort. Il est en vie, et je sais où le trouver. » lança-t-il, une ultime chance pour tenter de déstabiliser de nouveau la jeune femme.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4664-fiche-de-rp-tim-drake-red-robin http://dc-earth.fra.co/t4651-timothy-drake-alias-red-robin
Inscription : 17/01/2017
Messages : 1085
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mer 7 Nov 2018 - 10:33
L’idée d’utiliser Hal Jordan pour troubler Carol Ferris était bonne.
Mais pas suffisante pour la libérer de l’emprise ennemie.
Même si le résultat s’avère… efficace. Hélas, pas dans le sens espéré.


« Hrm. »

Le Batman grogne, alors qu’il voit l’avancée de la situation – et son incapacité à régler le problème ; rapidement.
Ça ne lui plaît pas. Ça le crispe. Tout autant que de voir Tim être maltraité par une Star Sapphire qui, si elle ne se contrôle pas, si elle ne dispose pas de la plénitude de ses pouvoirs, demeure une adversaire formidable. Et acharnée.


« Hemf. »

Il soupire, puis se reprend ; ça suffit.
Il doit se battre. Il doit vaincre. Il doit libérer Carol.
Qu’elle le veuille ou non.
Et ça commence, évidemment, par gérer les éléments les plus directs… les plus immédiats de la situation. Dont la créature, qui se précipite vers lui, pour récupérer son dispositif, et l’empêcher de continuer d’émettre.


« Assez. »

Bruce attend le dernier moment, mais évite la créature ; aisément. Celle-ci s’égare derrière lui, mais il ne peut laisser ce qui semble être le meneur – le contrôleur de Carol ainsi.
Il doit régler la situation. Quel que soit le prix.
Sans attendre, il récupère un élément à sa ceinture de sa main libre ; puis vise, et tire. Le lance-grappin est activé, le projectile file, et vient violemment s’enfoncer dans le mollet de la créature.


« Viens. »

Avant que Bruce n’active le retour du grappin – et, donc, de sa cible.
Qu’il veut interroger ; directement.

Hélas, la voix de Hal Jordan, qui a raccroché avant que le Batman ne puisse directement le solliciter, a laissé des traces, sur Carol ; des traces terribles.
Tandis que Bruce ramène le meneur à lui, il l’entend – il l’écoute, aussi. Elle délire, elle n’est pas dans la Réalité… dans leur Réalité ; mais dans une autre.
Une Réalité où la Terre a été envahie, et où ils ont perdu. Où Tim est mort. Où Hal est prisonnier, et où elle… elle a cédé. Elle s’est sacrifiée. Elle s’est soumise.


« Hrm. »

Mais non sans colère – non sans fureur.
Non sans envie d’anéantir quiconque ose se dresser contre elle… ou lui rappeler ce qu’elle a perdu, ce qu’elle pourrait perdre.

Le Chevalier Noir assiste, impuissant, à l’anéantissement du dispositif, qu’il a lâché juste avant l’attaque d’énergie ; il aurait perdu sa main, sinon.
Alors que le contrôleur gît à ses pieds, blessé et choqué, il se détourne de lui – et la fixe.
Elle.
Forte. Puissante. Acharnée. Terrible.
Impossible à stopper… pour l’instant.


« Il… dit vrai. »

A ses côtés, Tim a tenté de faire au mieux. Il a suivi la formation Kane, il a encaissé, il a contré – mais il délaisse le physique, pour se concentrer sur le meilleur, en lui.
Son esprit.
Red Robin a compris, de lui-même, le trouble qui anime Carol – et plutôt que de s’acharner à lui indiquer qu’il est bien le jeune homme qui touche tellement Star Sapphire, il envisage une autre option ; un autre plan. Bien plus porteur.


« Nous pouvons te mener à lui – mais toi seule. Il est… blessé. Lourdement. Il ne passera pas la nuit. »

Le Chevalier Noir serre les poings ; l’un libre, l’autre autour du lance-grappin.
Sa voix est forte, profonde. Terrible, aussi.


« Il ne passera pas la nuit – si tu ne viens pas. »

Il récupère quelque chose, à sa ceinture, et l’exhibe.
Un bipeur.
Que Tim sait n’être lié qu’à la Batmobile ; mais le jeune homme est le seul à le savoir.


« J’appuie, et il meurt ; je reste ici, et il meurt. Tu ne viens pas, et il meurt. »

Il place son pouce au-dessus du bouton, puis prend une grande inspiration.

« Il vivra. Si tu nous suis. »

Un plan dangereux – mais un bon plan, aussi ; le seul qu’ils ont, surtout.
Le Batman demeure concentré sur Carol, mais avise malgré tout, sur le côté, les autres créatures. Il sait ce qu’il peut se passer… ce qu’il va se passer.
Il est prêt pour cela, aussi. Même si, vraiment, il aimerait l’éviter – et libérer Carol.
Vite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 13/06/2018
Messages : 162
DC : Dove
Localisations : Zamaron / La Terre.

MessagePosté le: Mer 7 Nov 2018 - 17:34
Seul au monde.

Ça devient risible. On lui dit que Hal va bien, que Tim est vivant. Alors qu'elle l'a vu mourir, c'est ce dont elle se rappelle, qu'elle voit, qu'elle ressent. Et ça la fait rire. Parce que sa frustration contre ce Hal venu d'on ne sait où est passée, son corps est détendu, son coeur un peu plus léger. Carol fait un léger mouvement d'étirement pour sa nuque et soupire. Avant de voir ce que ces soldats bien équipés font à son allié. Intérieurement, les menaces sont effectives. Elle panique, sent le trouble de nouveau la secouer, que ce soit par le jeune soldat qui lui annonce que Tim n'est pas mort, ou bien celui qui lui lance cet ultimatum violent. Bluff ? Vérité ? Cela la perturbe assez pour que Tim, le vrai Tim fasse une nouvelle fois écho en elle et, qu'elle balaie ses soi disant alliés. Dans un mouvement complètement incontrôlé basé sur son instinct et ce que seul son coeur puisse dicter.
"Ne l'approchez pas."
Les aliens sifflent, paniqués et légèrement blessés, contrits et confus face à ce soudain changement de situation. Pourtant, la femme qu'ils ont manipulé ne semble pas faire plus que les éjecter pour protéger ce petit justicier. Carol le voit, elle voit qu'il ressemble à Tim. Ses traits sont similaires. En vrai le système censé la manipuler a dysfonctionné depuis le hurlement de l'adolescent. Elle se trouve entre deux réalités et ne sait plus quoi faire, que croire. De son anneau, elle maîtrise le garçon sans mal après quelques esquives de la part de celui-ci. L'énergie change dans le ressenti, elle est plus douce plus maternelle, mais néanmoins toujours aussi hostile.
"NON CAROL FERRIS NON ! NE CÈDE PAS !!!"
L'extraternus hurle, claque ses dents effilées et invective dans une langue non connue de l'humain celui qui essaie de le retenir.
"Si c'est vraiment toi ... Si tu y ressembles ... Si je suis ailleurs ..."
Le pouce fait d'énergie vient caresser la joue. Comme elle a un jour caressé ses joues pour le calmer. Ou plusieurs fois, durant ces sorties en civil, en enlevant ce bout de ketchup sur sa joue, pour au final le lui remettre sur le bout du nez.
"Je ... je suis ... vraiment ..."
Tout ça, c'est destructeur comme ... le mal de crâne qui la prend soudainement et l'oblige à effacer cette alternance. Le chef du groupe soupire, en remerciant silencieusement les autres scientifiques de sa race d'avoir réglé en parallèle le bug apparu. Tandis que du côté de la Star Sapphire l'expression change, la main se transforme. Elle devient un dome qui peu à peu se remplit de lames venant ça et là encadrer le jeune soldat. Il bouge, les lames l'entailleront. Et Carol, sans se douter qu'elle encage Tim dans un processus horrible capable de rapidement le faire saigner, n'hésite pas à en rajouter une, prête à pénétrer directement dans le creux se trouvant entre la nuque et l'épaule du jeune supplicié. Folle, elle est devenue folle dans cette réalité. Car Star Sapphire la mauvaise revient peu à peu s'emparer de ce qui lui est dû. Même la tenue de la justicière commence à changer.

"Si tu appuies sur ce bouton, je ne verrai plus Tim. Même si il était mort en mon coeur. Mais toi ... tu sembles ... comme attaché à ce jeune garçon.
- Oui. Oui ... ! C'est un partenaire de longue date ..."
Malgré la douleur le sourire mauvais de l'alien refait surface, et la tension semble changer de camp. Quand aux autres, ils se remettent en position et même, tentent de contourner cet homme chauve souris pour se fondre dans l'ombre et fomenter quelque chose, depuis ce plafond noir.
"Si tu tues Tim, il meurt. Pire, tu le verras mourir."
Le chef exulte, et empoigne fermement la base du grappin pour défier ce justicier de pacotille venu contrecarrer les plans de conservation de sa race. Les autres se positionnent, accrochés aux structures grâce à leurs pattes arrières. Et ils visent, autant la Star Sapphire que cette chose mi humaine mi chauve souris en métal à leurs yeux. Il faut les neutraliser, avant que cela ne devienne trop dangereux, et sans doute bercer leur "arme" dans une autre réalité, car elle faiblit et hésite. Conserver ces trois "cobayes" et peut-être étudier plus en profondeur ces sentiments qui les habitent.
Pourtant, quelque chose en Carol a changé, au delà de ce bug dans la matrice ... elle semble avoir regagné une certaine indépendance de conscience allant à contre courant de la réalité qui ... se traduit par la disparition de quelques lames, ça et là. Mais peut-être que ce ne sera pas assez, que Batman comme Red Robin n'arrêteront pas ce qui bientôt va leur tomber dessus. Et signera pour eux une nouvelle série d'atrocités.

© 2981 12289 0


Wolven Storm
These scars long have yearned for your tender caress. To bind our fortunes, damn what the stars own rend my heart open, then your love profess a winding, weaving fate to which we both atone.•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inscription : 22/03/2017
Messages : 760
DC : Salade Wilson
Situation : Corrompu
Localisations : Gotham City
Groupes : Batfamily
New Titans
MessagePosté le: Jeu 8 Nov 2018 - 0:02

« Les Fauves de la nuit »
ft. The Bat / Carol Ferris.
_____Jusque là, une partie de son armure avait absorber les dégats physique. Malheureusement, la puissance de la Star Sapphire était sans égal par rapport à la force d’un adolescent. Tim ne pouvait pas vaincre la jeune femme, mais il pouvait toujours utiliser sa ruse. En comprenant que son esprit était corrompu dans un monde alternatif. Dans cet univers, elle pensait que Red Robin était mort, tué par sa version maléfique. Il ignorait encore comment elle pouvait percevoir le vrai Tim Drake. Ce dernier tenta le tout pour le tout en utilisant la ruse.

Contre toute attente, l’adolescent eu une réaction de la part de Carol lorsqu’il affirma que le garçon était en vie, et qu’il savait où il se trouvait. De plus, son mentor semblait suivre la ruse de son élève et renchérir. Red Robin orienta son regard en direction de la chauve-souris qui avait posé un ultimatum à la Star Sapphire.
Tim pouvait entendre et ressentir les hésitations de Carol. Pendant ce temps, un des aliens tenta de s’en prendre au plus jeune des justiciers, mais fut rapidement stopper par la jeune femme. L’adolescent ne pouvait cacher sa stupeur, quand il savait qu’il se battait contre elle il y a quelques minutes. Il semblerait que la ruse est faite de l’effet. Un effet qui sera de courte durée.

Red Robin recula de nombreuse fois, frappant les lueurs roses avec son bõ pour les repousser. Malheureusement, il est rapidement immobilisé par les pouvoirs de la Star Sapphire, laissant échapper une grimace de douleur avant de lever les yeux en direction de son agresseur. Elle semblait déboussolée et hésitante. Ce geste qui aurait pu être symbole de tendresse semblait rendre l’adolescent légèrement mal à l’aise. Il ressentit un léger stress l’animer, perturber sa respiration et son rythme cardiaque. Son regard semblait à son tour hésitant avant de se tenir face à Carol.

« S’il te plait Carol. » demanda-t-il d’une voix calme, ignorant dans quel camp elle se trouvait encore. « Lâche-moi. Tu me fais mal. »

Malheureusement, le visage de la jeune femme changea immédiatement, se fermant à toute émotion. Red Robin grimaça de nouveau, comprenant bien que sa tentative de la ramener à la réalité n’allait pas fonctionner. L’adolescent grogna, pesta, impossible pour lui de la ramener à la raison sans mettre hors d’état de nuire les aliens qui entouraient Carol.
Red Robin n’était pas au bout de ses surprises lorsqu’il vit le dôme se construire autour de lui. Heureusement, l’adolescent a d’excellent reflex, libérant un de ses bras, attrapant un batarang et le lança en direction de l’alien le plus proche avant d’être complètement immobilisé. Malheureusement, l’arme est mal lancée et l’une des ailes s’enfonce contre le mur juste derrière lui.

L’adolescent ne peut plus bouger un seul muscle sous peine de finir embrocher. Le garçon essayait de contrôler sa respiration, de petite bouffée d’air pour ne pas se faire accidentellement empailler. Tim essaya de pivoter sa tête en direction de son mentor. Il grogna, ne supportant pas se retrouver au milieu d’un chantage. Toutefois, Red Robin n’avait pas envie d’être simple spectateur ou simple otage. Le bluff semblait suffire pour entrer Star Sapphire dans le doute.

« Tu ne comprends pas, Star Sapphire… Il est au bord de la mort… Il a besoin de soin » insista Red Robin, s’enfonçant davantage dans son mensonge, un mensonge nécessaire pour détacher Carol de l’emprise des aliens. « Il a besoin de tes pouvoirs. C’est pour cela que nous sommes venus. Ces individus se servent de toi, nous ne voulons que le bien de cet enfant. Nous voulons seulement sauver une vie… » Il sent un pique se rapprocher doucement de sa nuque, il laissa échapper une grimace « Fais le bon choix… »

Machinalement, l’adolescent redressa doucement sa tête, levant le front au ciel pour essayer de protéger sa nuque et ne pas mourir stupidement. Sa pupille dériva en direction de son mentor et des aliens qui se rapprochaient et épaulaient le Star Sapphire.

« Batman… C’est eux. Il faut tous les neutraliser pour libérer Carol » affirma Red Robin avant de se tourner vers le batarang qu’il avait lancé en dernier recours. Ce batarang n’était pas une arme classique. D’un simple mouvement de tête, léger pour ne pas se faire embrocher, l’arme s’activa et explosa, éclatant probablement les tympans des aliens les plus proches. Red Robin venait d’offrir une diversion.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4664-fiche-de-rp-tim-drake-red-robin http://dc-earth.fra.co/t4651-timothy-drake-alias-red-robin
Inscription : 17/01/2017
Messages : 1085
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Jeu 8 Nov 2018 - 11:40
Le plan est bon ; mais dangereux.
C’est le seul qu’ils ont.
Et il ne fonctionne pas, bon sang.


« Hrm. »

Le Batman maintient toujours son bras en avant, le pouce au-dessus d’un bouton ; menaçant d’appuyer dessus, faisant croire aux personnes devant lui qu’il pourrait, alors, provoquer le pire… tuer Tim Drake.
Du moins, en illusion ; pour de faux.
Et si l’effet fonctionne – ce n’est pas comme il le veut. Hélas.

Pour un instant, une seconde… il y croit.
Il croit que ça puisse fonctionner. Il croit que la relation nouée entre Carol et Tim, qu’il n’imaginait pas aussi intense, puisse permettre à la jeune femme de revenir ; de s’extraire du contrôle opéré par les abominables créatures inhumaines, et de régler tout cela.
Mais non.

Bien vite, trop vite, ses espoirs explosent – et Carol se referme.
En enfermant Tim.
Dans une construction abominable et terrible ; digne des cauchemars les plus cruels de certains de ses ennemis acharnés.


« Les Star Sapphires ont longtemps été connues pour leurs méthodes extrêmes, et leur violence définitive ; en miroir du Corps des Green Lanterns, longtemps plus pacifiste. Le phénomène semblait s’être inversé, ces derniers mois – sous ton influence. »

Sa voix est lourde, grave. Son attention demeure fixée sur Carol, même s’il ne cesse d’observer Tim, du coin de l’œil ; qui l’inquiète, le trouble.
Certes, il devrait également s’occuper des extraterrestres – mais il ne peut pas tout faire. Hélas.


« Il… m’apparaît désormais clair que cet effet semble disparu. La Reine de Zamaron reprend les méthodes de son peuple – celles que tu as longtemps réprouvées. »

La pique est sèche, brutale ; injuste, même.
Mais il sait ce qu’il fait.
Bruce veut attaquer, provoquer, énerver. Pour que la patience de Carol explose, pour que sa fureur prenne le pas sur le reste ; pour que le vernis, déjà lourdement affaibli et gêné par leurs échanges et leur affrontement, explose.
C’est une chance, une bonne chance de la libérer – mais elle est faible.
Trop, alors que Tim est menacé.
Beaucoup trop, pour lui.


« Bientôt, tu nous présenteras tes excuses ; je les accepterais. »

Et, sans attendre, le Batman s’avance et tend encore plus son bras – en rapprochant son pouce du bouton ; mais sans appuyer.
C’est une diversion.
Car, alors que l’attention se fige sur lui, sur son geste, sur ce geste… le Chevalier Noir utilise sa main libre pour chercher et trouver quelque chose dans sa ceinture ; un boîtier, avec un bouton. Sur lequel il appuie, sans hésiter.
La suite est terrible.



Un choc sonique ; Bruce a déclenché un choc sonique.
Et l’effet est dévastateur.

Le disrupteur sonique qu’il vient d’activer était réglé, en principe, sur la plus haute fréquence ; capable de briser du verre, d’affaiblir les matériaux.
Tous, autour de lui, en souffrent. Tous, à ses côtés, sentent une agression abominable et absolue contre leur ouïe – avec un bruit, un son, un choc qui se répercute dans leurs crânes… et n’en sort pas.

L’effet continue ; l’impact sonique est total, la douleur définitive.
Seul Bruce est protégé, par son masque – même Tim sent l’effet, et il le regrette ; mais c’était indispensable.
Car, au-delà des douleurs subies par les extraterrestres… c’est Carol, qu’il vise. Carol Ferris, Star Sapphire. Qui a enfermé Tim dans une horreur – dans une construction d’énergie horrible ; construction liée à sa concentration.
Concentration qui ne peut tenir, face à un tel choc… une telle douleur.

Bruce range lentement son boîtier en toc, et conserve son disrupteur sonique dans son armure ; puis s’approche, d’abord pour voir Tim, ensuite pour récupérer Carol – et partir.
Même avec son masque, le son est terrible et douloureux ; les autres souffrent le martyr. Cela doit cesser.
Rapidement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 13/06/2018
Messages : 162
DC : Dove
Localisations : Zamaron / La Terre.

MessagePosté le: Jeu 8 Nov 2018 - 15:54
Seul au monde.

Les paroles font mouche. Elles salissent ce que vient de regagner Carol en indépendance de pensée qui, observe avec un certain regret ce qu'elle vient de générer autour du jeune soldat. En quoi cela est-il juste ? N'est-il par lui aussi une victime de cette guerre ... ? Cette guerre qui semble soudainement si lointaine en son coeur et sa mémoire à présent, sans début, avec juste un présent de plus en plus émacié.
"Un effet ? Quand les humains, auxquels je suis censée appartenir tuent des thanagariens, earthlings parce que ces peuples nous haïssent pour ce que nous sommes ... Vous vous remettez en question ... ?"
En vrai, aussi en colère qu'elle l'est, elle ne pourrait pas aller au bout, tuer cet adolescent dont elle ressent à présent le malaise. Comme si elle était connectée à lui. Elle s'avance vers le soldat tout en gardant un total contrôle sur le dôme, mais en retirant inconsciemment la lame menaçant de se planter dans la nuque de son prisonnier. Carol veut qu'ils comprennent, elle veut que ces salauds voient ce qu'ils ont créé. Elle le fixe intensément, comme si il s'agissait d'un porte parole, d'un ambassadeur caché sous sa coque de métal et ses armes. Le vice même de l'extrême humain.
"Tu ne sais rien de la douleur de ces personnes qui n'appartiennent pas à ta race. Tu es égoïste, tu tues, tu détruis bien plus que ne le font nombre de peuples que tu nommes autochtones. Ils vivent dans un rêve. Dans ce rêve, dans chacun de leurs baisers, il y avait un peu du monde et de ses bouquets. Chacun naissait, renaissait. Se sentait reconstruit, apparu de nouveau, complet comme leur planète. Nette, sans rides. Puis, je les ai vu être détruits. Et vu l'humanité détruire ceux de sa propre planète sur des terres arides craquant sous leurs bottes militaires."
Chamboulée, elle ne peut s'empêcher de raisonner, alors qu'elle devrait les détruire et mettre un terme à leur vilénie. Le scientifique le voit et se sent de nouveau perturbé. Il ne sait si cette réaction est une faiblesse de la jeune femme ou bien une force dépassant le cadre de ses compétences. Car elle prend pitié malgré tout de ceux censés être ses ennemis. Ça l'agace. De plus en plus. l voit ce qu'il se passe. Il voit tout. Et il hurle.
"LES OREILLES ! COUVREZ-VOUS LES OR..."

Le bruit est infernal. Cette puissance sonore fait hurler de douleur aussi bien les humains que les extraternus qui tombent à terre ou tirent à tout va dans leur désorientation. Certains tirent même sur d'autres extraternus et ce sang tombe sur leur chef d'expédition regardant la scène sans pouvoir agir étant donné que ses mains griffues sont occupées à plaquer le système de filtration du son sur ses oreilles. Il n'entend qu'un faible sifflement et quelques cris semblant lointains, alors que son museau et sa tête se couvre du sang des siens.

De son côté Carol abandonne complètement son intense concentration sur sa machine de torture pour de nouveau laisser parler son instinct face au danger. Devant les yeux de Batman, elle vise Tim. Mais qu'il soit rassuré, elle ne va pas le tuer. Car elle est réapparue. Cet alter ego vivant en elle s'est effacé dans un cri de douleur, des spasmes et une envie de déchirer l'enveloppe corporelle. Mais cette fois, elle se sacrifie tandis que le dispositif posé entre ses deux omoplates éclate dans une grande flaque de sang. La Reine de Zamaron empêche Tim de souffrir plus longtemps de ce son ignoble en créant des bouchons capables de le protéger, quitte à devoir saigner d'autant plus en se maintenant consciente. Mais rapidement, elle ne tient pas, perdant du sang et complètement assommée par le dispositif utilisé par Batman. Seul un, en plus de lui, semble être encore debout quand enfin tout s'arrête.
"Ne la touche pas."
La voix est caverneuse, la main puissante et capable de plier quelque peu la structure de l'armure.
"Tu crois avoir tous les droits. Mais elle n'est pas à toi. Elle est à nous. Elle est différente de vous."
Batman n'a pas le temps de récupérer Carol et encore moins Tim. La bête qui lui fait face sur ses quatre pattes, le visage couvert de sang et les canines giclant cette écume formée dans ses spasmes de rage se trouve entre lui et ceux à terre.
"Mais si tu veux la prendre, elle ne sera pas la seule à saigner, payer le prix."
L'énorme alien à face de rat vient ensuite planter ses griffes dans le ventre de Tim. Il presse, enfonce jusqu'à ce que cette espèce d'armure craque, cède et laisse place à la chair. Puis de la chair, il passe à une partie plus tendre et fragile sous ses doigts griffus, son estomac. Et il sourit, ses poils se dressent et il exulte dans sa folie sa douleur et la destruction de son travail. Plus rien à perdre. Seul lui et quelques scientifiques incapables de se battre se tiennent encore debout mais ça ne l'empêche pas de crier d'une façon plus sonore et d'enclencher dans la base un protocole.
"Mes pairs étudieront leur lien. Et on reviendra massacrer votre espèce."
Du feu commence à être vomi ça et là, suivi de coulées de métal noir en fusion comme pour effacer les traces. Lent mais faisant fondre structures ou bien cadavres, même ceux encore vivants. Ces vivants qui crient et pleurent et maudissent dans leur langue ces humains leur enlevant un espoir pour leur peuple. Et le métal noir couvert de flamme progresse malgré ces cris déchirants. Seul le chef d'expédition reste digne et prêt à empêcher cette chose de les sauver. Si il le veut, il faudra qu'il le tue.

© 2981 12289 0


Wolven Storm
These scars long have yearned for your tender caress. To bind our fortunes, damn what the stars own rend my heart open, then your love profess a winding, weaving fate to which we both atone.•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inscription : 22/03/2017
Messages : 760
DC : Salade Wilson
Situation : Corrompu
Localisations : Gotham City
Groupes : Batfamily
New Titans
MessagePosté le: Jeu 8 Nov 2018 - 22:40

« Les Fauves de la nuit »
ft. The Bat / Carol Ferris.
_____Le souffle de Red Robin était saccade, il peinait à rester entièrement immobile. Il sentait les piques menacer la chair du justicier lorsqu’il osait dériver son corps d’un seul millimètre. Il ne pouvait supporter cette situation, la sensation de n’être qu’un pantin, une monnaie d’échange. Carol menaçait le justicier de mettre fin aux jours de son élève si ce dernier ne se rendait pas. Cependant, il connaissait bien Batman et savait qu’il avait plus d’un tour dans son sac.

Les diversions semblaient avoir fonctionné et la chauve-souris décida d’utiliser les gros moyens pour protéger son élève d’une mort certaine. Red Robin retenait son souffle jusqu’à l’attaque douloureuse du justicier. Le masque du garçon le protégeait légèrement contre une perte certaine d’audition. Red Robin ressent toutefois la douleur. Le dôme encore intact pendant les premières secondes, il ne pouvait pas se protéger entièrement et laissa échapper des cris de douleur au milieu des cris d’effroi du reste du groupe.
Lorsque le dôme s’autodétruit, il ne perdit pas une seule seconde pour protéger ces deux oreilles à l’aide de ces mains, les genoux à terre. Machinalement, sa colonne vertébrale se plie en deux et il semblait incapable de bouger tant la douleur était importante.

A ce moment-là, Carol intervient. Sur le moment, Red Robin pensa à une agression et se prépara à frapper la jeune femme pour la repousser. Cette fois, c’était différent, elle était différente, elle semblait avoir reprit une partie de ses esprits et protégeait l’adolescent. Les cris de ce dernier finirent par stopper. L’adolescent redressa son regard pour faire face à Carol, blessé, agonisant mais essayant tant bien que mal de protéger le garçon.

« Carol… » murmura Tim alors que les ondes commençaient tout juste à se dissiper.

Malheureusement, la jeune femme s’écroula. Timothy voulu poser sa main sur l’épaule de Carol et la récupérer pour l’envoyer le plus rapidement possible se faire soigner, mais il fut arrêté par l’un de ses ravisseurs. Par reflex, l’adolescent ramassa son bõ pour tenter de frapper l’alien. Ce dernier eu un bon reflex et se rapprocha dangereusement du garçon. Il grogna pendant que ses oreilles sifflaient encore. Il sentit ses ongles se planter dans sa chair jusqu’à son estomac. Timothy hurla de douleur et frappa son agresseur pour le repousser.

Red Robin grogna et posa sa main sur la plaie, un filet de sang s’échappa de ses lèvres. Il enfonça une seringue directement dans sa plaie pour arrêter l’hémorragie. Malgré la douleur, l’adolescent se releva, essayant de trouver un équilibre sur ces deux jambes avant de se tourner vers la chauve-souris.

« Carol est en train de se vider de son sang… Vite. » affirma Tim avant de se faire frapper par l’un de ses aliens qui refusa que l’on emporte la Star Sapphire loin d’ici. « Vous ne manipulerez plus personne désormais. »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4664-fiche-de-rp-tim-drake-red-robin http://dc-earth.fra.co/t4651-timothy-drake-alias-red-robin
Inscription : 17/01/2017
Messages : 1085
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Ven 9 Nov 2018 - 8:26
Il allait réussir ; il était en train de réussir.
Mais non.

Le premier plan était bon, mais dangereux – il a échoué.
Le second est terrible, cruel et violent… mais efficace ; il ne demande rien de plus.
Mais même celui-ci ne fonctionne guère.


« Hrm. »

Pas entièrement, en tout cas.
Pas dans son entièreté.
Tim est libéré, oui. Les extraterrestres sont à terre, oui ; certains sont même morts, tués par les leurs – regrettable, mais il ne s’en sent pas coupable. Et Carol… Carol est libérée.

Au prix d’une attaque terrible, et d’une douleur affreuse, en effet – mais il le fallait.
La cage abominable a disparu, le contrôle a cessé… et Carol est revenue, même ; la véritable Carol. Qui, avant de s’écraser, avant de chuter sous la puissance de l’agression sonore, parvient à réaliser une ultime création – un ultime geste.
Pour aider Tim.
Confirmant, définitivement, qu’elle est revenue, oui ; mais le drame est loin d’être terminé.


« Beaucoup nous ont promis le massacre, les larmes et l’esclavage.
Nous sommes toujours là. »


Le Batman murmure ces quelques mots, mais les forme exagérément en les prononçant ; seul moyen de communiquer.
Le disrupteur sonique fonctionne toujours – le bruit demeure abominable.
Mais… n’est pas aussi efficace qu’il le voudrait.

Le meneur ennemi a pu se protéger l’ouïe.
Et, coupé de ce sens si utile, le Chevalier Noir n’a pu le voir se redresser – puis se précipiter, pour se placer entre lui et ses cibles ; Carol et Tim.
Lentement, l’adversaire parle… et si Bruce ne l’entend pas, il sait libre sur ses lèvres. Et comprend.
Avant même que l’autre n’agisse.

Le Batman ne bouge pas, quand l’extraterrestre s’en prend à Tim ; il n’avance pas, ne crie pas, ne réagit pas. Physiquement.
Intérieurement, il boue ; il explose.
Via une fureur absolue, capable d’anéantir des montagnes.

Mais il ne bouge pas. Il reste de marbre.
Jusqu’à ce que Tim repousse légèrement l’autre… se redresse ; tente de parler, alors que le disrupteur sonique demeure allumé, et intense.
L’intervention de Carol et l’équipement de Red Robin l’aident, mais… ne peut être écartée l’hypothèse que son ouïe soit gravement touchée ; qu’il reste sourd.
S’il survit.


« Assez. »

La voix du Batman est lourde et terrible.
Elle ponctue un événement qui le crispe, l’énerve ; ne l’arrange pas.
Le disrupteur sonique cesse d’émettre.
Sans énergie, il s’arrête – et un silence terrible s’abat sur cette cave, dont les contours commencent à se modifier… à se changer ; à bouger. Un vaisseau. Un vaisseau se cache ici, et se prépare à partir – avec eux.
Mais cela ne se fera pas.

Autour de Bruce et Tim, quelques extraterrestres se redressent, et veulent s’emparer de Carol ; le jeune homme la défend, mais… il est blessé, lourdement. Et elle aussi.
Le temps presse, et joue contre eux.
Et… oui. Le Batman en a assez.
Ce qui n’est jamais bon signe… pour ceux qui s’opposent à lui.

Sans prévenir, il se précipite en avant, vers le meneur ; en plongeant ses mains dans son dos, dans sa cape.
Pour les ressortir, afin de frapper l’ennemi avec une violence absolue – mais pas uniquement.
Car celui-ci vole sur plusieurs mètres, et semble entouré de crépitements ; des crépitements électriques, qui s’expliquent alors que le Batman se redresse…

… armé de ses gants électrifiés !

« Tactique Lobdell. »

Bruce lance cet ordre à Tim, alors qu’il abat déjà ses poings électriques sur les extraterrestres encore debout ; l’effet est terrible, et d’une brutalité rare.
Il enchaîne, en repoussant quelques pauvres cibles, avant de se tourner vers Red Robin – pour accomplir cette fameuse tactique Lobdell…

… afin de démontrer, une fois de plus, quel Dynamique Duo ils forment !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 13/06/2018
Messages : 162
DC : Dove
Localisations : Zamaron / La Terre.

MessagePosté le: Ven 9 Nov 2018 - 17:06
Seul au monde.

En tout bien tout honneur, il fallait l'avouer... l'humain, le terrestre savait se battre. Il savait se montrer plus rusé que ceux qui essaient de l'égaler, ou d'égaler tout autre race au potentiel technologique accompli, adapté à sa planète. Eux, les extraternus, portent bien leur nom. Ils sont en dehors de la terre, en dehors de tout sol, depuis la destruction de leur planète. Par des humanoïdes, des êtres en tout points supérieurs à eux. Et ils ont voulu les égaler dans une vengeance passée de petits en petits depuis des siècles. Le chef de ce détachement appelé Gamero est devenu fou. Car il a vu ce que ses ancêtres ont subi en cet instant, juste avec deux être bipèdes et dénués de couches épaisses de poils. Il observe le déclin, prend les coups de ce jeune comme si il n'était qu'un esclave et réplique en sifflant, en montrant ses dents maintenant ensanglantées.
"Ha ! Quelle prétention."
Réplique-t-il à cet homme chauve souris qu'il haïra au delà de sa mort. Cet homme qui a détruit les espérances de regagner une place dans la chaîne d'importance aux extraternus. Il lèche encore ses griffes et se délecte du peu de liquide gastrique qu'il a pu atteindre comme le dernier repas d'un condamné. Le métal arrive, et plus ils resteront, plus ils perdront de temps. Résigné, mais fort de ce que le dispositif de sécurité permet d'effacer, Gamero exulte une dernière fois en lâchant des pans de sa salive alors qu'il crie de fureur et de joie
"Vous sous estimez toujours ceux que vous avez soumis, bipèdes presque nus ! Mais nous savons ce qui vous attend. Et nous serons là pour nous en délecter."

Les aliens battent en retraite quand les derniers coups tombent sur eux. Il battent en retraite de cette étrange façon les menant à leur propre mort, en laissant leur peau brûler et leurs organes se dissoudre dans cette chaleur intense. Ils ne laissent rien, aucune trace, aucun remords dans ce sacrifice car ils se savent condamnés quoi qu'ils fassent. Et dans leur nature, on leur a appris le sens du sacrifice pour sauver tout cette colonie répartie en flotilles dans plusieurs galaxies. Les données ont été transférées aux grands penseurs de leur peuple et eux, seront reconnus, célébrés comme des martyrs. Gamero est le dernier à rester debout, le plus fort, le plus intelligent et le plus à même de mettre encore en difficulté les deux humains, pour leur faire perdre du temps.
"Nous méritons plus que vous de vivre sur cette planète. Et nous vous le prouverons, un jour."
Il se recule, tendant ses bras et ne cessant de regarder ces deux êtres abjects qui lui ont volé cette femme capable d'aimer au delà de la différence.
"Adieu."
Et le métal arrive, lèche ses poils qui s'enflamment, brûle peu à peu sa peau ferme tout en prenant comme une espèce de masse vivante cherchant à le gober tout net, l'entièreté de son corps. Gamero disparaît. Gamero les a regardés une dernière fois. Le seul détail qui peut compter est cette larme vite évaporée sous la fournaise. Oui, Gamero l'extraternus pleure. Car il n'a pas été à la hauteur de la tâche incombée, alors qu'il était si près, si près du but. Ses pairs étudieront. Ils trouveront. Il en est sûr.

Ci-gît Gamero le scientifique. Mais le métal noir en fusion n'a pas dit son dernier mot. Il va falloir sortir d'ici avec peu d'avance.

© 2981 12289 0


Wolven Storm
These scars long have yearned for your tender caress. To bind our fortunes, damn what the stars own rend my heart open, then your love profess a winding, weaving fate to which we both atone.•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Les Fauves de la nuit (PV Red Robin, The Bat )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Cook, Robin] Toxine
» [Cook, Robin] Fièvre
» [Le Cherche Midi] Les enfants de la nuit de Frank Delaney
» Comment connaître la vitesse instantanée de nos bolides la nuit ?
» Prendre des photo de nuit avec Nikon D80

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City-