[Angleterre] Ce ne sont que de vieilles pierres, n'est-ce pas ? [PV Fate]

Inscription : 04/10/2018
Messages : 44
Localisations : Londres
MessagePosté le: Lun 8 Oct 2018 - 16:37
- T'aurais dû ...bzzz... prévenir, Timothy. J'aime pas ...bzzzz...

Au téléphone, à travers les grésillements dus à la mauvaise couverture réseau, Tim peut percevoir l'inquiétude de son père. Elle l'attaque au cœur, le fait culpabiliser. Il n'aime pas ça, du tout.

- Tu sais très bien que j'ai plus douze ans. Et si tu voulais pas que je décide tout seul, fallait pas m'en donner le droit.

Immédiatement, il regrette le choix de ses mots. Son ton, beaucoup trop tranchant, a blessé William Hunter, il le sait. Le mal est fait, impossible de revenir en arrière. Piteusement, le jeune homme se tait, et se fend finalement d'un triste:

- Pardon William...

Dehors, le vent soufflait sur les plaines du comté de Wiltshire, mais c'est dans cette cabine, seul, sans un bruit, que Tim a le plus froid, jusqu'au plus profonde de ses tripes.

- Bzzzzzz...

De l'autre côté du fil, à Londres, un terrible silence lui répond. Puis, le père lâche, brutalement:

- Bon séjour.

Et il raccroche. Net. Sans même laisser le temps à son fils de répondre. Avec un profond soupir, Tim pose son front contre la paroi vitrée de la cabine téléphonique. Le contact froid du verre lui fait du bien, le détend. Ca n'a jamais été facile, entre lui et William. La mort de sa femme et la perte de son bras ont brisé quelque chose chez le pauvre homme, l'amenant à boire, s'enfoncer dans son canapé, et regarder continuellement la télévision. Le gouffre les séparant a atteint son amplitude maximale le jour où, perdu dans ses délires alcoolisés, William a signé l'émancipation légale de son fils. Depuis peu, cependant, il semble se reprendre en main, et ce n'est pas pour déplaire à Tim, loin de là. D'où ce reprise des contacts, certes distante, mais bien réelle.

TOC TOC TOC

Il sursaute, se cognant la tête, et se retourne pour ouvrir.
Derrière la porte, Mr. Jenkins, le professeur en charge de ce voyage scolaire.
Un petit bonhomme d'un certain âge, rond, aux joues rouges et aux cheveux épars, à la voix dure mais aux manières délicates.
Toujours habillé de sous-pulls... particuliers, tricotés par sa femme, et d'un manteau ayant sans aucun doute vécu toutes les grandes guerres depuis la victoire de César à Alésia, il rabattait toujours sa grande mèche sur le sommet de son crâne, comme si cela dissimulait sa calvitie agonisante. Son style dénotait au milieu des nouveaux enseignants formatés par les réformes ministérielles.

- Un problème avec votre père, Mr. Hunter ?

En se frottant le front, rougi par le choc, Tim sort de la cabine, et secoue lentement la tête.

- Non, Mr. Jenkins. Rien qui ne sorte de l'ordinaire.

Avec une certaine douceur, le maître tapote le dos de son élève, et referme la porte derrière lui. L'air sincèrement inquiet, il accompagne le jeune homme, en marchant à ses côtés.

- Il ne faut pas hésiter à en parler, mon garçon. Nous sommes là pour ça.

L'adolescent hoche la tête, et réajuste ses lunettes.

- C'est... c'est gentil, Monsieur. Merci.

Jenkins sourit. Mais son attention est vite accaparée par un départ de feu, provoqué par deux élèves cherchant à dissimuler dans une poubelle une cigarette allumée. Il accélère le pas avec une énergie surprenante pour un homme de son âge, et invective furieusement les deux inconscients. Tim se retrouve donc seul, dans le hall de l'hôtel, alors que Mlle Providence, l'autre enseignante, fait tout son possible pour rassembler et compter les élèves sous sa tutelle. Docilement, Tim se rapproche du groupe, et s'y mêle, échangeant quelques sourires, des signes de tête, et des poignées de main avec ses camarades.

- 60, 61, 62... Jimmy, tiens toi un peu tranquille ! 63, 64, 65 ! Nous y sommes, Mr. Jenkins ! Nous pouvons y aller !

Jeune professeure tout fraîchement arrivée cette année, Mlle Providence peine encore un peu pour imposer son autorité. Mais sa fraîcheur et son originalité font que personne n'a encore essayé de vraiment l'embêter.
Avec un grand sourire faisant vibrer sa moustache de morse, Mr. Jenkins s'exclame:

- Les enfants, nous partons pour Stonehenge !

_______________________________________________________________________

Deux heures de bus plus tard...

- Les enfants, nous sommes arrivés à Stonehenge...

Il est 9h30, et Mr. Jenkins a l'air épuisé.
La route a été longue, et ponctuée de nombreuses embûches: contrôles d'identités, fouille de sacs, élèves turbulents, malaises... pour les professeurs, un véritable enfer. Pour Tim, qui a connu l'Enfer, une vraie promenade de santé. Tant qu'il n'y a pas de démons/dragons/monstres/cultistes, il y a de l'espoir. Proverbe Huntérien.
En rang d'oignon, les élèves descendent du car, et découvrent ce que l'Homme est capable de faire. Des monolithes, debout depuis près de 5000 ans, se dressent en cercle, sur l'herbe verte d'une plaine, loin de tous cours d'eau, de tout moyen d'acheminement.

Fasciné, Tim sort un carnet, un crayon, et commence à croquer tout ce qu'il voit. Suivant ses camarades, menés d'une main de maître par Mlle Providence, il serpente jusqu'aux gigantesques pierres, héritage d'un savoir oublié. Le poids des âges confère aux mégalithes une ambiance unique. Mais... hum... dans l'air flotte quelque chose d'étrange. De plus étrange que la simple fascination. Tim ne peut s'empêcher de relever la tête, et de ressentir cette vibration. Il jette un coup d’œil aux autres autour: personne ne réagit. Perturbé, le jeune homme ferme les yeux, pour se concentrer sur ce qu'il perçoit. Des fredonnements, sans queue ni tête. Et, dans le fond, une voix... une voix qui ne vient pas d'ici. Dans une langue que Tim n'a encore jamais entendu.

- Sacrifie. Liberté. Étoiles. Sacrifie. Liberté. Étoiles. Sacrifie. Liberté... Merlin. Liberté aux fils d'Icthulhu.

Une image s'impose à son esprit, d'un coup. Celle d'un être inimaginable, titanesque, aux frontières de la santé mentale.

Le garçon rouvre les yeux d'un coup, paniqué.
La semelle usée de sa basket ripe sur une pierre, et il chute. Sa main, cherchant à s'agripper à ce qu'elle peut, râpe contre la pierre dure, et une fine trainée de sang se répand sur la roche. En grimaçant, Hunter se relève, et regarde sa main meurtrie. Puis le mur.
Il ressent toujours cette puissante vibration, qui émane du sol lui-même, mais la voix... impossible de remettre l'oreille dessus.

Un silence de mort se fait.
Les oiseaux ne chantent plus.
Le vent s'est arrêté.
L'herbe ne bruisse plus.
Tout le monde se regarde, sans comprendre.
Tim, lui, se serre l'arête du nez, en secouant la tête, l'air blasé.

Une secousse remue soudainement le sol, en direction du nord.
La terre tremble.
Une onde de choc magique, titanesque, balaie de plein fouet les véhicules et les personnes à l'extérieur du cercle de pierre.
Un monstre serpentin aux dizaines de gueules jaillit soudain du sol, puis un autre, puis encore un autre.


Puis des vers géants, aux tentacules multiples, qui s'étirent, s'ouvrent, et dévoilent des membres préhensiles gluants. Ils frétillent sous le ciel bleu, comme un défi lancé à ceux qui peuvent observer. Est-ce volontaire ? Personne ne peut savoir ce qui se cache dans l'esprit tordu de ces êtres d'un autre univers.


Émergent donc du sol de Stonehenge des créatures lovecraftiennes, incarnations même de l'horreur. Les touristes hurlent, pleurent, fuient à toutes jambes, jusqu'à leurs moyens de transport. Mr. Jenkins rassemble ses élèves comme il peut, alors que Mlle. Providence ne semble répondre à aucun appel.
Et Tim, seul, devant ce spectacle outreterrien, soupire, en réajustant ses lunettes.

- Et merde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t6013-tim-hunter
Inscription : 09/11/2017
Messages : 179
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Lex Luthor ; Tempest.
Situation : Jeune Héros, guidé par Walter West qui est possédé par Nabu.
Localisations : Mouvante, surtout New York.
New Titans
Shadowpact
MessagePosté le: Mar 9 Oct 2018 - 13:28
Stonehenge.
Lieu de rites, de légendes, de mythes, d’aventures ; de Magie.
Et de puissance.

Si l’objet initial du montage demeure inconnu, s’il est source d’idées et de théories depuis des siècles, beaucoup ont souvent craint que Stonehenge soit, en fait, un élément issu de pouvoirs différents ; de puissances extérieures.
Avant-poste extraterrestre. Zone païenne. Rite abandonné.
Tout et n’importe quoi a été envisagé, pensé autour de Stonehenge ; et, comme d’habitude, la réalité est autre – bien que si proche, sur le fond.

Alors que d’abomines créatures s’échappent du sol, alors que les pauvres écoliers terrorisés hurlent de concert avec leurs professeurs, Stonehenge change.
Stonehenge suit son objet – accomplit sa destinée.
Et enclenche un passage… un passage vers ailleurs ; un passage vers l’ailleurs.



Des étoiles cosmiques semblent apparaître sur les pierres et la zones ; ces mêmes étoiles en viennent à s’emparer, se glisser sur tous les acteurs de ce drame.
Les étoiles cosmiques apparaissent partout – glissent partout.
Et si les badauds, les innocents, les civils continuent de craindre les monstrueuses créatures issues d’imaginations terribles… bien pire se préparent, pour eux ; les étoiles se préparent à pire.

Les événements n’en sont cependant pas encore là ; les vers immenses demeurent.
Et agressent ceux qui ont le malheur de se présenter à eux.
L’espoir, cependant, n’est pas mort ; pas encore.

En effet, alors que le chaos s’empare de tout un chacun, alors que la folie règne – quelque chose arrive ; quelque chose survient.
Un choc visuel, une explosion brutale, absolument silencieuse…

… mais terriblement violente, visuellement ; une explosion de lumière.
Une explosion de lumière intervient au cœur de Stonehenge.


« P’tain. »

Et, quand les vues sont retrouvées, quand les paupières se rouvrent… les badauds, les civils, les élèves, les professeurs, les employés peuvent découvrir quelque chose ; quelqu’un.

« Fallait qu’j’arrive là, hein. »

Une silhouette, qu’ils retrouvent au coeur d’éléments horribles, de bouts de ver anéanti ; quelqu’un vient d’apparaître au cœur d’un ver, qui a explosé…
… et ce quelqu’un se présente alors à eux ; auréolé d’une terrible puissance, mais recouvert de sang et de viscères !

« P’tain. Okay. Ça commence mal. »

Sans attendre, il se projette dans les cieux, et manipule l’Air pour repousser violemment un ver qui s’approchait trop.
Il se tourne ensuite vers les survivants, et créé plusieurs bourrasques pour les amener vers une évacuation rapide ; et sécurisée, espère-t-il.


« J’suis… Fate. J’suis là pour aider. Maintenant… bougez-vous ! »

Depuis quelques mois, Khalid Nassour porte le Heaume de Toth, et assume le rôle de Fate ; pas encore Docteur, ni dans cette occupation où il demeure formé, même de loin, par Nabu, ni dans sa vie civile, où il poursuit ses études de Médecine.
Et s’il n’a pas encore une grande expérience, ses aventures au sein des Titans et du Shadowpact lui amènent beaucoup – et lui permettent, notamment, de sentir quand une menace mystique intervient.
Comme aujourd’hui ; comme lorsque son instinct magique l’a averti d’une crise… et l’a fait sortir d’un de ses cours, pour prendre le Heaume et venir ici.

Pour gérer des vers géants, dans un décor cosmique bizarre ; évidemment. Cela aurait été dommage qu’il passe une semaine normale, après tout !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 04/10/2018
Messages : 44
Localisations : Londres
MessagePosté le: Mar 9 Oct 2018 - 17:57
Les créatures se dressent.
Les cieux s'abaissent.
Les étoiles dansent.
Le Dormeur va se réveiller.
Les mégalithes, veilleurs attentifs, contemplent le cours du destin. Ils sont des observateurs minutieux, et ce depuis des millénaires. En eux résonne l'écho des âges passés, celui de la grandeur, mais pas que. Aujourd'hui, ce sont les cris de bêtes terribles qui marquent la roche. Et il est à parier que les siècles de demain s'en souviendront.

- Ghanathoa notre père doit se réveiller.

Véritable cacophonie pour bien des oreilles, les hurlements des abominations résonnent bien différemment aux oreilles de Timothy. Alors qu'elles venaient des entrailles du sol une minute auparavant, elles s'élèvent maintenant dans les cieux. Une clameur gronde, barbare, pleine d'espoir, et bientôt, les monstres attaquent tout ce qui passe à leur portée.
C'en serait presque poétique.
Presque.

- Il est le plus grand d'Icthulhu, le meilleur. Craignez le, et prosternez vous.

Un mauvais pressentiment saisit les tripes du jeune homme. L'univers grouille sous leurs pieds, et la menace, bien que réelle ici, paraît à Tim... inconsistante. Il se passe quelque chose, ailleurs, quelque chose que leurs sens ne parviennent pas encore à détecter.
Pas le temps d'incanter une illusion, il va devoir combattre comme ça, à la vue de tous...
Se craquant les articulations, il s'avance, et génère dans sa main une boule de feu, le premier sort que Constantine lui a appris. Comme il le disait si bien: "plus besoin d'exorciser un petit tas de cendres encore fumant."

Les étoiles glissent sur le sol, sur son sweat, sur ses mains...
L'espace semble se liquéfier, de peur peut-être, face à cette menace surgie des profondeurs de Stonehenge. La magie alimente cet immense portail, qui s'ouvre petit à petit, dévoilant... autre chose, que l'esprit humain ne saurait comprendre. Et c'est reparti pour un tour ! Tim allait devoir ajouter Lovecraft à sa liste de livres à lire, après Dante Alighieri et Nostradamus...

Le Merlin en jean-baskets s'apprête à balancer son projectile fatal quand, soudain, un flash de lumière.
Ébloui, Tim recule de quelques pas, formant instinctivement autour de lui un bouclier protecteur. Lentement, la vue revient, et le londonien voit émerger du cadavre explosé d'un ver... une exceptionnelle source magique. Casque doré, sweat-shirt bleu sali... un mage, à n'en pas douter. Un Dr. Fate. Il y a longtemps de ça, le Phantom Stranger lui a parlé de ce titre, qui se passe de digne héritier en digne héritier, depuis Nabu le Sage.

A son arrivée, les rejetons d'Icthulhu ne s'arrêtent pas, et si leur nombre semble finalement se stabiliser, il reste bien trop élevé.
Mr. Jenkins, héroïquement, se place devant les jeunes, les défendant de sa bedaine rebondie. Usant de télékinésie, l'héritier de Merlin protège les touristes et élèves pétrifiés, les professeurs terrifiés. Puis, quand il voit que le mage au casque d'or éloigner les civils, il fonce.

Tim, bloquant d'un mouvement de bras la manipulation aérienne de son allié de circonstance, se rapproche du cœur de Stonehenge, et des créatures. Optant pour le feu, donc, il enveloppe de flammes un des serpents aux mille gueules, ce qui n'a pas l'air de le déranger outre mesure. Soit.
Saisissant à la volée une poignée de brins d'herbe, il leur murmure quelque chose à l'oreille, et les souffle en direction de l'abomination. Chacun d'entre eux transperce la peau épaisse et luisante pour ressortir, couverts d'un sang sombre, de l'autre côté. Il s'effondre en silence, dans la terre grasse du comté de Wiltshire.

Le plus vite qu'il le peut, Tim accélère pour rejoindre Fate, au centre de cet enfer eldritchien.

- Dans la terre gorgée de sang notre père se réveillera !

Essoufflé, le jeune homme manque de déraper sur une flaque d'hémoglobine, et s'arrête sous son camarade. Est-ce que les tripes de créatures chtoniennes, ça s'enlève bien au lave-linge ?
Passons.
Capuche sur la tête, le jeune ado n'a que le temps de réagir au bond vertigineux d'un des serpents à gueule, tout droit en direction de Fate. Par réflexe, joignant les mains, il canalise en l'espace d'une seconde une lumière aveuglante, qu'il propulse d'un coup, droit vers l'être d'un autre monde.


Arrêtée net, la créature glisse sur le côté pour s'écraser contre un mégalithe, à moitié découpée en deux par le rayon, son sang ancien abreuvant abondamment la roche millénaire.
L'air coupable, Tim lance un regard d'excuse à Fate.

- Désolé, je m'attendais pas à ce que ça parte aussi fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t6013-tim-hunter
Inscription : 09/11/2017
Messages : 179
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Lex Luthor ; Tempest.
Situation : Jeune Héros, guidé par Walter West qui est possédé par Nabu.
Localisations : Mouvante, surtout New York.
New Titans
Shadowpact
MessagePosté le: Mer 10 Oct 2018 - 10:08
Fate est arrivé, et s’en est directement pris aux abominables vers ; avant de repousser les civils, pour se tourner vers ses adversaires directs.
C’était le plan – mais le plan n’a pas été suivi.


« Hein ? »

Alors qu’il lévite toujours dans les cieux, le jeune homme sent soudain… un blocage, une barrière qui l’empêche de bouger ; de voler.
Et son instinct magique, celui qui se développe de plus en plus, celui qui lui permet de débloquer les capacités de l’étrange Heaume de Toth, celui qui l’anime et lui offre la possibilité d’agir autant… l’alerte ; et oriente son attention vers un point précis.
Vers un intervenant précis.


« Ho. »

Un type. Un des étudiants en visite.
Un des touristes, en fait.
Qui, par quelques gestes, quelques mouvements, semble montrer qu’il est… bien plus, que cela ; qu’il a bien plus de capacités qu’on ne peut le penser, ainsi.


« Okay. »

Un type, un peu plus jeune que lui… et disposant de capacités magiques ; plutôt importantes, vu qu’il est parvenu à bloquer le jeune Magicien.
Plutôt très importantes, découvre-t-il en voyant son collègue se lancer – puis déclencher une terrible et brutale rafale d’énergie vers un ver, qui se dirigeait vers Fate ; la décharge est abominable.


« P’tain. »

La créature est anéantie ; aussi rapidement que cela.
Et le jeune homme se tourne vers Khalid Nassour, presque honteux… alors que le Heaume de Toth finit par l’identifier.


« Je… »

Timothy Hunter.
Le Merlin de ce Temps ; le Magicien au plus fort et puissant potentiel.
Bref, le futur grand des grands.


« C’est… faut faire gaffe, hein. »

Un peu impressionné, un peu vexé, aussi, d’avoir été bloqué ainsi par un autre, plus jeune d’autant plus, Khalid répond, en utilisant volontairement la voix de stentor que lui offre le Heaume.

« J’pense… il faut qu’les civils soient évacués. »

Flottant toujours dans les airs, il désigne d’un geste rapide de la main les autres, innocents et terrorisés, qui s’enfuient en désordre.

« Tu… j’suis Fate, hein. Fate. »

Même s’il se mord la lèvre, en se rendant compte qu’il l’a déjà dit.
Crétin, pense-t-il ; crétin et naïf.


« Tu… les gères ? »

Il essaye de se donner de l’autorité, et de la prestance – ça fonctionne, au moins un petit peu.

« Moi… je… »

Khalid se tourne, et découvre encore de nombreux vers géants… mais, surtout, ne cesse d’entendre les chants, l’étrange mélopée prononcée par… il ne sait qui.
Et ça l’inquiète ; beaucoup.


« Je gère. »

Sans attendre, un peu pour son ego, beaucoup pour aider, il fonce, alors.
Il reprend le contrôle de son vol, et se projette directement dans les cieux. Fate utilise l’Air, pour repousser encore les vers, et tente de contrôler la Terre, pour les frapper avec des pans de sol, de roches ; mais c’était une mauvaise idée.

Car, très vite, les vers tombent – mais l’ouverture au sol se confirme.
La terre se craquelle. Le sol se brise. Stonehenge s’ouvre…

… et révèle, en dessous, ce qui s’apparente à une cité perdue – qui, cependant, fait naître une angoisse absolue, une terreur abominable dans toutes les parts de son être !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[Angleterre] Ce ne sont que de vieilles pierres, n'est-ce pas ? [PV Fate]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Modern architecture vs vieilles pierres
» Les vieilles pierres.
» Novembre 2009 : Village et vieilles pierres
» Pochades et rando...
» Vieux Musée de Granville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Europe-