[6ML] Home sweet home... or something like that [Atom]

Inscription : 20/11/2017
Messages : 184
DC : Wonder Woman ; Red Hood ; Starfire
Localisations : Secteur 2814
New Titans
MessagePosté le: Mer 2 Jan 2019 - 20:30


Home sweet homeCertaines choses sont plus faciles que d’autres à oublier – et certaines sont presque impossibles à délaisser. Et sur ça, Jessica Cruz était presque une experte en la matière.

Par le passé, elle avait eu son lot de fardeaux, et à l’époque, elle avait géré tout ça d’une façon bien précise. C’est-à-dire, sans le gérer du tout. C’était plutôt même son traumatisme qui l’avait géré elle, et au final, le résultat avait été quelque peu chaotique. Elle avait perdu sa vie et tout ce qui allait avec, jusqu’à sa liberté de ressentir ne serait-ce qu’une once de joie. Elle avait fait du chemin depuis, ou tout du moins, elle l’espérait, et maintenant, elle savait reconnaître les signes. Elle savait que l’isolement, les insomnies, les cauchemars, les crises de panique, tout ça, ne menait à rien de bien. Alors maintenant qu’elle se retrouvait avec un tout nouveau fardeau, il était peut-être temps d’emprunter un nouveau chemin. Peut-être pas plus sain – les kilos qu’elle avait perdus attesteraient que non, pour sûr – mais au moins, elle n’était pas enfermée dans sa paranoïa et tout ce qui venait avec.

Mais alors, question santé et mécanismes sains, elle était vraiment pas, mais alors vraiment pas au point.

« Attention, J-bird ! »

Jessica virevolta, mais trop tard. Le tir était déjà parti et, malheureusement pour elle, leur ennemi était bon viseur. Heureusement pour elle, ceci dit, elle n’était pas juste Jessica Cruz. Elle était Green Lantern, gardienne du secteur 2814 et porteuse d’anneau. Par conséquent le tir, qui lui arriva bel et bien dessus, fut détourné par son anneau et le bouclier instinctif qu’il dressa autour d’elle.

« Wow, c’était moins une ! » s’écria Simon, sur sa droite.

Il avait toujours le sourire aux lèvres quand il leva la main et dirigea son propre anneau en direction du petit vaisseau qu’ils avaient pris en chasse – ou qui les avait pris en chasse, c’était encore un peu flou. Un jet d’énergie s’échappa de sa main et percuta l’aile de la nacelle. La réaction fut immédiate. Le véhicule partit en vrille, signe que son conducteur en avait perdu le contrôle.

Simon lui lança un regard triomphant avant de lever son poing vers elle, dans l’espoir de recevoir de sa part ce fameux salut qu’ils avaient pris l’habitude d’échanger pendant leurs missions. Sauf que, cette mission-là n’était pas finie. Pas encore.

« Simon, Simon, SIMON ! »

Elle se précipita en avant, mais c’était trop tard.

Le pilote avait récupéré le contrôle de son bolide spatiale, et son nouveau tir – un tir d’énergie cette fois-ci, de toute évidence plus puissant que ces précédentes attaques – avait pris Simon pour cible. Ce dernier s’entoura d’un halo protecteur un quart de seconde avant que l’énergie ennemie ne l’atteigne. L’explosion qui suivit éblouit Jessica temporairement.

Quelle poisse, pensa-t-elle. Vraiment, quelle poisse. Mais elle n’était même plus étonnée. La poisse, ça la connaissait depuis quelques mois maintenant. Bon sang, elle avait fait son nid dans la poisse et pendant des jours, des semaines, c’était tout ce qu’elle avait mangé et respiré. Et maintenant, ça lui collait à la peau comme une malédiction.

Quand elle retrouva l’usage de ses yeux, le vaisseau avait disparu. Simon, lui, reprenait ses esprits en secouant la tête, l’air de toute évidence encore un peu sonné. Jessica pivota sur elle-même, jusqu’à rétablir un contact visuel avec le vaisseau qui filait actuellement vers la planète la plus proche.

La planète la plus proche.

Quelle. Poisse.

« Allez, J, qu’est-ce que tu attends ?! Vamos ! »

« C’est la Terre, » répliqua Jessica en regardant la planète bleue qui semblait suspendue sous leurs pieds. « Simon, c’est la Terre. »

Simon se coupa dans son élan. Surpris, il baissa les yeux et réalisa lui aussi où ils étaient. Ils avaient été tellement pris dans leur course poursuite qu’ils n’avaient pas réalisé la distance qu’ils avaient parcourue. Ils avaient été sur Heliopolis à la base, une des planètes de leur secteur. On leur avait signalé des vols sur les deux planètes qui l’entouraient, et les Gardiens les avaient dirigés vers Heliopolis de crainte que le voleur ne sévisse là-bas. Ce qu’il avait fait. Et maintenant, ils essayaient de le retrouver, de l’arrêter, et, surtout, de récupérer les ressources qu’il avait volées sans honte ni pitié. Ressources qui avaient été offertes par le Conseil de l’Univers à ces planètes encore en reconstruction après la guerre contre Darkseid et dont les peuples en avaient cruellement besoin.

« On n’a pas le choix, Jessica, » lui répondit Simon, mais sa voix n’avait plus rien d’amusé ou de provocateur. « Il faut qu’on le retrouve. »

Elle prit une profonde inspiration et hocha la tête. Simon lui tendit la main et elle la saisit.

« Allez, » lui dit-il. « Ensemble. »

« Ensemble, » répéta-t-elle.

Ils fondirent ensemble en direction de la Terre. Le vaisseau avait déjà pénétré l’atmosphère. Il était rapide, mais ils l’étaient tout autant. D’un même mouvement, ils accélèrent. L’atmosphère les accueillit à leur tour avec un rugissement enflammé, mais ni Simon ni Jessica ne ralentirent. Elle brandit son bras devant elle, et une longue corde jaillit de son anneau. Elle alla s’enrouler autour du vaisseau au même moment où Simon, lui, refermait une chaîne d’émeraude autour de sa taille pour l’aider à freiner la nacelle. Les turbines du vaisseau s’enflammèrent à cause de l’accélération subite de son pilote, mais aucun des deux Lanterns ne lâcha prise. Jusqu’à ce que, en tout cas, les canons du vaisseau ne pivotent pour se braquer sur eux.

« C’est une blague ?! » s’écria Simon. « Ce truc peut tirer à trois cent soixante degrés ?! »

Jessica vit l’énergie se concentrer dans le canon juste avant le tir. Elle étouffa un juron et fit se dissiper la corde. Le vaisseau eut une violente embardée vers l’avant, propulsé par la vitesse qu’il avait rassemblé, mais pas avant d’avoir tiré un autre de ces tirs d’énergie puissante sur eux. Jessica créa un bouclier autour d’elle et Simon juste à temps, mais le laser les percuta de plein fouet malgré tout et ils furent violemment projeté en arrière, et à une telle vitesse que tout devenait flou autour d’eux.

Quand Jessica réalisa que le vide et les étoiles n’étaient plus les seules choses à tournoyer autour d’eux et que certaines formes ressemblaient terriblement à des bâtiments, il était trop tard. Ils s’écrasèrent sur l’asphalte presque immédiatement après.

« Bordel de merde, » grimaça Simon, dont le corps avait laissé une empreinte distincte sur le béton. « Toujours entière ? »

Jessica, à moitié affalée sur lui, releva la tête pour jeter un regard autour d’elle. Ils étaient dans une ruelle, ce qui était plutôt une bonne chose parce que ça limitait les risques qu’ils aient touchés un civil, mais ça restait une ruelle. Sur Terre.

« Ca va, » grommela-t-elle en roulant sur le côté. Elle grimaça quand elle se retrouva allongée par terre, ses jambes toujours sur celle de Simon. « Quelle poisse, » grogna-t-elle.

Simon repoussa ses jambes et se releva.

« Où est-ce qu’on a atterri ? » s’interrogea-t-il avant de se rapprocher de la sortie de la ruelle. Il s’y arrêta, écarquilla les yeux et jeta un regard vers Jessica, toujours étalée par terre. « Euh… Jess… tu croiras jamais où le hasard nous a amenés. »

Jessica tourna la tête vers lui.

« La bonne nouvelle, c’est qu’Ivy Town ressemble toujours à Ivy Town, » ajouta Simon, sur un ton d’excuse.

Le cœur de Jessica gonfla dans sa poitrine avant de lui donner l’impression d’exploser. Elle glissa ses mains sur son visage pour étouffer un gémissement plaintif.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1159
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; W.R. Wintergreen.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Jeu 3 Jan 2019 - 9:01
Ivy Town est une ville en apparence calme, tranquille. Si elle a souffert de la présence de quelques Vilains au cours de son histoire, elle est essentiellement connue pour son Université, l’une des plus brillantes du pays et donc du monde, et pour une certaine discrétion dans le mode de vie de ses habitants.

Il fait bon vivre, à Ivy Town. Les gens y sont gentils, timides mais sympathiques, et ils accueillent généralement bien les nouveaux venus, après une période d’acclimatation.
Jessica Cruz s’en est rendue compte : quand elle est venue vivre ici, elle a d’abord mis quelques jours à se faire à l’apparente rigidité de la population, avant de se rendre compte que cette dernière devait d’abord la connaître ; pour, après, l’accepter comme une véritable habitante de la ville, et l’aimer comme telle.

La jeune femme s’y est fait quelques connaissances, et même quelques proches. Notamment celles et ceux qu’elle croisait le plus régulièrement… comme les scientifiques, ou intervenants de l’Université d’Ivy Town.
Comme Enrichetta Negrini, qui approche en catastrophe d’elle et Simon, alors qu’ils se redressent dans une ruelle de la ville.


« J… Jessica ? Jessica ?! »

Le duo de Green Lanterns voit arriver devant eux une femme en fin de trentaine, distinguée, un peu stricte et sévère, tenant plusieurs documents…
… mais arborant un air catastrophé, alors qu’elle s’arrête pile devant eux.

« C’est… c’est bien vous ? »

L’Italienne d’origine se tourne alternativement vers Jessica et Simon, visiblement fort surprise de les voir.

« Mais… nous pensions… Raymond n’a rien dit, mais… mais le cercle de ses amis pensait que… »

BOOM

« HO MIO DIO ! »

L’attention du trio est portée vers un bruit terrible – une explosion ; qui intervient dans le ciel, juste au-dessus d’eux.

« REGARDEZ ! »

« Ha, bordel. »

Simon Baz grimace, alors qu’un éclair lumineux les aveugle. Quelques secondes passent, avant qu’ils ne puissent découvrir l’origine de tout cela… ce qui ne leur plaît guère.
Ce qui n’a aucune vocation à leur plaire, hélas.


« C’est… c’est… »

« C’est notre copain, J-Bird. Qui a… des problèmes. »

Le vaisseau qu’ils poursuivaient est à l’origine de l’explosion et du flash lumineux.
Car il est l’explosion et le flash lumineux, en fait.



Car il s’évapore en dizaines de débris, qui sont attirés par la gravités – vers les immeubles ; sur lesquels ils s’écrasent, violemment. Terriblement.
Mortellement.


« Il… l’atmosphère a dû le fragiliser, et le vaisseau a dû exploser. Il… bordel. J-Bird, faut qu’on y aille ! »

Simon Baz s’élève dans les cieux, et se prépare à filer ; mais il regarde sa collègue, avant. Sa camarade. Son amie.
Car il sait.
Car il sait… qu’elle ne veut pas être là. Qu’elle a fui cette ville depuis plusieurs mois, sans qu’il ne sache pourquoi ; sans qu’il n’ose demander pourquoi.
Parce que… parce qu’il y a quelqu’un, ici, qui est à l’origine de cette fuite.


« Jess’… ? »

« REGARDEZ ! »

Enrichetta lève sa main, et vise quelque chose dans les cieux – une présence, une silhouette ; qui grandit. Evidemment.
Evidemment que cette silhouette grandit. Evidemment qu’un élément minuscule, minime, change de taille, de masse, de densité, pour passer du microscopique…

… à l’immense ; au gigantesque.
Evidemment.


« Ha. »

Evidemment que Ray Palmer, protecteur d’Ivy Town, allait intervenir.
Désormais à taille de géant, il vient se placer entre les bâtiments et les débris ; pour les bloquer. Pour faire barrage de son corps. Pour encaisser.
Au mépris de sa vie, bien sûr ; sans penser aux dégâts subis, et surtout aux conséquences d’une telle utilisation de ses pouvoirs – devenir géant l’affaiblit et le ronge, toujours.


« Je… reste là, Jess’. Occupe-toi des civils. Je gère. »

Simon esquisse un sourire rassurant, et file ; sans vraiment savoir ce qu’il fait.
Non pas dans la gestion de la crise – il a l’habitude, de ça. Mais il ignore quoi faire, concernant Jessica… et Ray.
Gérer un vaisseau qui s’écrase et menace des milliers de vies ? Facile. Gérer un couple au mieux en difficulté, au pire brisé ? Il n’en a fichtrement aucune idée ; et il n’a franchement aucune envie d’avoir à s’en mêler !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 20/11/2017
Messages : 184
DC : Wonder Woman ; Red Hood ; Starfire
Localisations : Secteur 2814
New Titans
MessagePosté le: Jeu 3 Jan 2019 - 20:14


Home sweet homeC’était un étrange endroit pour se refléter sur le sens que prenait sa vie, mais il semblait à Jessica que le béton sur lequel elle était encore étalée l’avait plongée malgré elle dans une session de souvenirs qu’elle n’était pas sûre d’apprécier. Les choses étaient claires, et elle ne s’en cachait pas : elle avait fui Ivy Town. Elle avait toujours été douée pour ça, la fuite, mais cette fois-ci, elle avait pu mettre plus distance que jamais entre elle et l’objet de ses cauchemars. Sauf que, alors qu’elle était partie se réfugier aux fins fonds de l’univers, bien heureuse de s’abrutir à coup de mission sans fin et de tâches épuisantes, Ivy Town l’avait rappelée. Alors, si elle se sentait l’âme à faire une crise de nerfs, là, tout de suite maintenant, à quelques mètres à peine d’une benne qui débordait de cette très chère Ivy Town, alors personne ne pourrait l’en empêcher. Même pas Simon qu’elle voyait danser d’un pied à l’autre dans la périphérie de sa vision, tandis qu’il cherchait ses mots pour la bouger. Ils avaient perdu le vaisseau de toute façon. Avec l’accélération qu’il avait prise, les chances qu’il ait atterri sur le même continent qu’eux étaient minimes, alors elle avait bien le droit de s’octroyer quelques minutes pour se lancer dans une introspection douloureuse.

Quelques minutes, c’était tout ce qu’elle demandait.
Mais, sans surprise, elle n’y eut pas le droit.

Elle entendit son prénom au bout de la ruelle, et bien que c’était une voix féminine, son cœur bondit dans sa poitrine. Parce qu’ils étaient dans sa ville, et qu’il ne se passait rien ici sans qu’il ne le sache. Parce qu’à chaque instant, elle s’attendait à le voir débarquer, et elle n’était même pas sûre d’en avoir peur, ou d’être plutôt enchantée par l’optique de ces… retrouvailles ? On pouvait appeler ça des retrouvailles ? Mais à quoi bon de toute façon. C’était une voix féminine, ce n’était pas lui et en restant affalée par terre, elle ne servait pas vraiment l’image des Green Lantern, alors, au boulot.

Encore et encore.

Jessica se releva d’un bond, l’air de rien, et c’est alors qu’elle se frottait les mains qu’elle reconnut la femme qui s’avançait vers eux.

« Professeure Negrini ! » s’exclama Jessica.

En un flash, et sans qu’elle ne puisse rien faire pour y échapper, les souvenirs de tous ses passages dans le laboratoire de Ray lui revinrent en esprit. Tous les déjeuners partagés, les éclats de rire étouffés pour ne pas déranger ses collègues – pour ne pas déranger Enrichetta, ici présente – mais aussi les conseils qu’elle avait pu demander à cette dernière tandis qu’elle se lançait dans la reprise de ses études. Qu’elle avait, depuis, de nouveau abandonnées.

Bon sang, cette ville lui pesait dessus comme une enclume sur les épaules, et Jessica s’enfonçait déjà, millimètre par millimètre.

« Je… » commença-t-elle. Elle fit les yeux de Simon se fixer sur elle quand Enrichetta prononça le prénom de Ray, et elle fit de son mieux pour garder un air neutre. En vain, très certainement. « Tout va bien, » fut la seule chose qu’elle trouva à dire. Après une pause, elle rajouta même. « Je vais bien. »

Elle savait pertinemment que sa performance d’acteur laissait à désirer, mais après des semaines – des mois passés dans l’espace, à défier la gravité et à s’oublier, à se lancer dans les missions les plus folles les unes après les autres, elle avait perdu pied, en tant qu’humaine. Simon l’avait suivi, mais Simon, c’était Simon. Il n’avait rien oublié de sa sociabilité, lui.

Fort heureusement – ou, malheureusement, comme elle était sur le point de le réaliser – elle fut sauvée par le gong. Et le gong se manifesta sous la forme d’un vaisseau en détresse évidente qui était sur le point de s’écraser sur Ivy Town. Suivant sa course et l’angle de sa descente, il fonçait même vers le centre-ville immaculé de la ville. Elle s’en rappelait. Evidemment qu’elle s’en rappelait. Ivy Town… Ivy Town ne s’effacerait pas comme ça.

Tout comme le pincement qu’elle ressentit dans ses entrailles, la pression, comme si une ficelle la tirait en avant, quand elle vit la silhouette grandir dans les cieux de la ville. Elle ne put retenir le soupir qui lui vida les poumons.

« Ca va, » grogna-t-elle en direction de Simon. Ce dernier leva les deux mais en signe d’innocence.

« Hey, j’essaie juste de… »

« Je sais, » répliqua-t-elle. « Je sais, mais ça va. J’ai pas besoin d’être couvée. » Elle pivota vers Enrichetta sans laisser la possibilité à son meilleur ami de répondre. « Professeure, » dit-elle, pressante. « Allez-vous mettre à l’abri. On s’en occupe. »

« T’es sûre de ça ? » intervint Simon. « Parce qu’il a l’air de s’en occuper pour nous. »

Jessica le fusilla du regard. Elle savait qu’il tâtait le terrain, qu’il cherchait à remonter la piste, mais elle n’avait pas le temps – ni l’envie – pour le suivre dans ses jeux d’esprit dont le manque de tact était maladif. Elle lui devait des explications, et elle en était consciente. C’était lui qui s’était retrouvé avec l’épave qu’elle était devenue quand elle avait quitté Ivy Town. Et, par la suite, quand elle s’était relevée, c’était lui qui avait dû l’arrêter quand elle allait trop loin, quand elle s’usait trop, quand elle dansait dangereusement sur le fil de ses limites. Des explications, elle lui en devait des tonnes. Des remerciements, aussi. Mais pas maintenant. Quand Ivy Town serait loin derrière elle, à nouveau.

En attendant… et bien, elle n’avait pas d’autres choix que de suivre le besoin dans ses entrailles, la pression et l’inquiétude.

« On y va, » ordonna-t-elle à Simon alors que, déjà, ses pieds se détachaient du sol. « Cette forme le fatigue toujours, et c'est risqué pour lui. Tu gères les civils dans les bâtiments touchés. Je me charge des débris et du reste du vaisseau. En route. »

Simon lança un regard lourd de sens en direction de Enrichetta, comme si elle pouvait comprendre, mais il ne discuta pas.

« A vos ordres, chef ! »

Jessica repoussa la pointe de culpabilité. Plus tard. Elle gèrerait ça… plus tard. Ou jamais. C’était bien, aussi, jamais. Elle échangea cependant un dernier regard avec son meilleur ami tandis qu’ils filaient tous les deux vers le vaisseau toujours en difficulté, et Simon lui adressa un petit sourire rassurant et doux auquel elle tenta de répondre. Pas besoin de miroir pour comprendre que ce qui se dessina sur son visage ressemblait plus à une grimace qu’autre chose, mais Simon ne s’en formalisa pas. Il lui tapa le bras de ses jointures puis bascula sur le côté pour voler vers les bâtiments déjà touchés et les civils à l’intérieur qui pourraient avoir besoin d’aide.

Jessica, elle, continua sur sa lancée. Vers le reste du vaisseau, et, surtout, vers… lui.

Il ne cessait de grandir, de s’allonger et de se durcir pour faire face à la pluie mortelle qui s’abattait sur sa ville. Elle le vit protéger un immeuble d’un bout d’aile en s’interposant lui-même et en encaissant le choc. C’était comme si rien n’avait changé. Elle eut l’impression d’avoir remonté le temps, de s’être retrouvée six mois en arrière, un an, une vie auparavant. Il n’avait pas changé. Aurait-il dû ? Avait-elle changé… ?

Jessica serra le poing et leva sa main devant elle. L’énergie de l’anneau répondit immédiatement à sa demande mentale, et un jet de lumière émeraude jaillit de sa main. Le mur de briques qui se matérialisa entre l’immense visage d’Atom et un bout encore plus important du vaisseau fut la seule chose qu’elle parvint à mettre en place juste avant l’impact. Le bout de carlingue se fracassa contre les fausses briques plutôt que contre le nez de Ray et elle compensa son manque de style par une efficacité à toute épreuve en attrapant le bout de vaisseau avec une pince géante pour le déposer sur le toit d’un plus petit bâtiment en contrebas.

Ensuite, son regard croisa le sien. Ses yeux étaient si grands qu’elle pouvait voir sa silhouette et le halo vert qui l’entourait se refléter dans ses pupilles. Elle ouvrit la bouche, en pensant avoir quelque chose d’intelligent à dire, quelque chose d’utile au moins, mais aucun ne passa la barrière de ses lèvres. Son cœur martelait contre ses tempes, et l’instant s’étira, s’allongea. La seule chose qu’elle arrivait à penser clairement, c’était qu’elle aurait donné cher, n’importe quoi, pour être loin, très loin d’ici. Et en même temps… en même temps. En même temps.

« J-bird ! » grésilla l’anneau.

Son sang se remit en route dans ses veines et en tournant la tête, Jessica se rendit compte que le plus gros du vaisseau – à savoir la nacelle et, très probablement le pilote encore dedans – fonçait toujours sur le centre universitaire d’Ivy Town. Tu parles d’une coïncidence.

Jessica fondit sans demander son reste. Elle leva la main et mit en place une piste sous le vaisseau, afin de le détourner des bâtiments universitaires sans pour autant avoir à freiner brusquement sa descente, ce qui ferait exploser l’engin. Le voleur ne méritait pas de mourir, et en tant que Green Lantern, Jessica devait le ramener face à la justice, pas le tuer. Alors elle fit glisser sur sa piste imaginaire, inventant virage après virage au fur et à mesure, jusqu’à ce que l’engin perde assez de vitesse pour qu’elle puisse ensuite le poser au milieu du campus.

« Simon, » appela-t-elle. « Je l’ai. »

Elle se posa, prudemment, à quelques mètres du vaisseau. La situation était potentiellement dangereuse. Le pilote pouvait sortir armé. L’endroit était plein d’étudiants. En bref, elle devait rester concentrée.

Et pourtant, la seule chose qu’elle arrivait à penser, c’était… ne regarde pas derrière toi, ne regarde pas derrière toi, ne regarde pas derrière toi.



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1159
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; W.R. Wintergreen.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Ven 4 Jan 2019 - 8:38
Le chaos règne dans Ivy Town.
Même si la ville a subi l’influence de Darkseid, comme les autres, et même si elle a souffert de l’Invasion du Microvers, elle n’a pas l’historique – l’habitude des catastrophes qu’ont certaines consoeurs, comme Gotham City ou Metropolis.
La population d’Ivy Town panique, quand une pluie de débris s’écrase sur les bâtiments… mais elle s’apaise, un peu, quand elle voit que quelqu’un s’en occupe ; quelques-uns, plutôt.
Quelques-uns que beaucoup connaissent et apprécient.

Enrichetta Negrini file quand Jessica Cruz et Simon Baz lui disent de fuir, mais elle ne peut s’empêcher de regarder – de laisser ses yeux glisser vers les cieux, pour voir ; pour les voir.
Atom et les Lanterns.
Une équipe surprenante, mais… devenue habituelle, dans la ville ; habituelle et agréable à voir, vu l’alchimie entre le Micro-Héros et ses alliés – surtout une, en fait. Surtout la femme Green Lantern.

Enrichetta sait les dessous de cette alliance, de cette alchimie. Et si elle ignore les raisons qui ont poussé le duo à ne plus apparaître ensemble ces derniers mois, elle n’est pas stupide – elle a vu. Autant la routine extrême et agressive que Ray Palmer s’impose, pour être toujours occupé, que le visage de Jessica, en découvrant où elle se trouve.

Quelque chose s’est passé ; quelque chose s’est brisé.
Entre eux.
Mais… ils agissent quand même. Mais ils se retrouvent quand même, à se placer littéralement au-devant du danger et d’un vaisseau qui explose et s’écrase ; en collaborant. Ensemble.
Encore, ensemble.

Alors que les Lanterns parviennent à gérer les conséquences et la chute, Jessica pose l’appareil sur le campus ; un bon choix, vu les nombreuses localisations vides et parcs, entre les bâtiments.
Evidemment, les étudiants hurlent, crient, craignent le pire – mais Simon Baz les gère, dans un style caractéristique…


« Dégagez ! Dégagez ! Retournez dormir en bibliothèque ou draguer à la cafét’ ! Allez ! Y a des partiels à foirer et des soirées à organiser ! Dégagez ! »

… mais efficace.
La foule se disperse ; le vaisseau est posé. Encore fumant, dangereux, il a été brisé en deux, avec une partie devant eux – et l’autre, émiettée dans les cieux, s’est écrasée un peu partout. En causant bien des dommages, mais en ne prenant aucune vie.
C’est là le plus important.


« Bordel. Les course-poursuites, c’était plus simple avant. »

Simon vient se poser devant le vaisseau, et lève son poing fermé ; l’anneau prêt à agir, à tirer.

« A toi de dire, J-Bird. Quel est le plan ? »

Il la laisse faire – il la laisse gérer.
D’une part, parce qu’ils fonctionnent comme ça : quand l’un commence à prendre la main dans une mission, l’autre respecte et suit ; sauf en cas de difficulté. Mais, surtout… parce que ça l’occupe. Parce que ça la force à se discipliner, à réagir ; à gérer.
Parce que ça lui évite de penser à…


« Simon ? »

… lui ; l’autre.
Celui qui a géré les premiers dommages. Celui qui a pris des dizaines de débris, et a survécu ; même si ça fait mal. Celui qui a finalement été lourdement percuté par des gravats trop gros, et a chuté – mais a pu changer de taille à temps.
Celui qui a remonté la trace du crash, pour arriver ici… et voir ; les voir.


« L… lu… »

La voir.
Celle qui le fait se figer, à quelques mètres ; celle qui le fait bégayer.
Celle qu’il appelait “luciole”, et dont les premières lettres s’échappent de ses lèvres – mais guère plus. Cela s’arrête. Il s’arrête.
Tout s’arrête.


« Ho. »

Ray Palmer ne dit rien, n’avance pas – il ne le peut pas.
Il se tient le torse, son costume légèrement endommagé par des chocs trop gros, trop forts ; il a mal, mais n’en dira rien. Comme d’habitude, et encore moins maintenant.
Son visage exprime la surprise, totale, mais surtout… le désarroi. Il ne sait pas. Il ne sait pas quoi dire. Il ne sait pas quoi faire.
Il ne sait plus.

Quelques instants plus tôt, au cœur de l’intervention, au cœur de la bataille, il… il l’a vue ; il a cru la voir, d’abord, mais il sait que c’est faux. Il l’a vue.
Ce n’était pas un rêve. Ce n’était pas une illusion, comme… comme il en a, parfois.
C’est vrai ; elle est là.
Jessica… Jessica est là. Devant lui.
Elle est revenue.


« C’est… »

Mais pas pour lui.
Elle est revenue… dans le cadre de ses fonctions ; durant une mission.
Elle est revenue – comme Green Lantern. Ce qu’elle est. Ce qu’elle a toujours été. Ce qu’elle doit être.
Ce qu’elle a… choisi d’être ; en rejoignant le Corps, des mois plus tôt. En le laissant, après la pire soirée de son existence.


« Okay. »

Ray comprend, alors.
Jessica est revenue ; mais… pas sa Jessica.
Elle n’est pas revenue pour lui.
Et il s’en veut, soudain, d’avoir osé penser le contraire, à peine un instant…


« H… hey ! »

… même si cette pensée s’évapore ; devant le danger.
Devant l’ouverture de ce qui reste du vaisseau.


« ATTENTION ! »

Atom bondit.
Par instinct. Par réflexe. Par habitude.
Il bondit, alors qu’un tir file de la carlingue. Il bondit, pour pousser la cible de l’attaque au sol.
Il bondit… pour se projeter sur Jessica, et lui éviter un tir ; ils roulent, alors, au cœur du campus. Et si Palmer prend conscience de ce qu’il se passe – de ce qu’il fait, le destin joue pour une fois en son sens… car quelqu’un sort de l’appareil, et vient attirer l’attention.


« Vous… n’auriez pas… dû… »

Une silhouette émerge de l’engin, apparemment touché et blessé. Les Lanterns peuvent, soudain, être surpris en découvrant l’identité du voleur…
… car Jediah Caul, le voleur s’étant emparé d’un anneau Green Lantern, est censé être mort sur Tolerance, dans le Tenebrian Dominion – depuis des années !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 20/11/2017
Messages : 184
DC : Wonder Woman ; Red Hood ; Starfire
Localisations : Secteur 2814
New Titans
MessagePosté le: Ven 4 Jan 2019 - 18:10


Home sweet homeLe plan, oui, le plan. Elle devait être tombée bien bas si elle était réduite à se faire rappeler à l’ordre par Simon Baz. Elle jeta un regard vers ce dernier, avec dans l’idée de lui faire entendre cette pensée, histoire de détendre l’atmosphère et de retomber dans leurs vieilles habitudes, sauf qu’elle était à Ivy Town, sur le point de se retrouver face à face avec Ray et plus vite elle serait partie, mieux ce serait. Elle n’était pas prête. Pas dit qu’elle le serait un jour, mais elle était loin, très loin de ne serait-ce que l’envisager. Cette fille, aussi lumineuse et propre soit-elle, lui apparaissait maintenant hantée, et les histoires de fantômes, ça n’avait jamais été sa tasse de thé.

Jessica avait l’impression que tous ses sens s’étaient déployés malgré elle autour d’elle, cherchant, tâtant l’espace autour d’elle dans l’attente de son arrivée. Trahie par son propre corps. Trahie tout court, mais ça, c’était une toute autre histoire.

« Le plan, » commença-t-elle, un peu perdue et confuse. Elle se secoua mentalement et força son attention sur le vaisseau fumant devant eux. « Crée un bouclier autour de nous. Je vais m’approcher, mais je ne veux pas prendre de risques. Il y a trop de monde à proximité. »

Elle hocha inconsciemment la tête, comme pour se persuader elle-même qu’elle avait repris le dessus sur la situation. Et alors qu’elle fit un premier pas vers leur cible, son sixième sens lui vrilla les tympans.

Il est là.

Son souffle se coupa et le sang dans ses veines se glaça quand elle l’entendit appeler Simon. Elle aurait voulu résister, mais elle savait que c’était en vain, alors elle se retourna. C’était pour ça qu’elle était partie, non ? Parce qu’elle avait toujours su que face à lui, elle était loin, très loin, d’être capable de grands faits. Dans l’espace, elle était Green Lantern, face à Ray, à sa colère, à ses paroles et ses gestes, elle n’était même plus Jessica Cruz. Même pas une heure qu’elle était revenue à Ivy Town, et déjà elle retombait dans ses vieux travers.

Son regard croisa celui de Ray et la douleur qu’elle ressentit dépassa les limites de l’entendement. Elle n’était ni physique ni mentale, elle était… bon sang, c’était trop. Jessica n’était pas prête. Elle n’était pas prête du tout.

Elle tressaillit légèrement quand elle l’entendit souffler les premiers sons de ce surnom qui lui avait collé à la peau si longtemps, et elle l’entendit clairement murmurer le reste du mot, comme elle l’avait entendu des centaines de fois auparavant. En guise de bonjour, d’au revoir, de merci, de s’il te plaît, de je t’aime… Tellement de fois en guise de je t’aime. Et maintenant, c’était devenu un silence entre eux, un mot qui n’était même plus entier. Et elle, elle restait plantée là, ses yeux rivés sur lui, sa main légèrement tendue, comme si elle espérait pouvoir l’attraper, et son esprit en plein tourment, digne d’un odyssée grecque, et la seule chose qu’elle parvenait à penser dans tout ce bazar c’était arrête d’être aussi téméraire arrête de faire de ta survie une option regarde-toi regarde-toi arrête ça arrête. Ne. Meurs. Pas.

Mais elle baissa sa main et ne dit rien. Même si elle l’avait voulu – si elle avait pu, elle n’aurait pas eu le temps, car le cockpit du vaisseau s’ouvrit enfin pour dévoiler l’identité de leur voleur tant recherché. Mais surtout pour dévoiler l’attaque de ce dernier. Avant qu’elle ne puisse faire quoi que ce soit, Jessica fut écartée de la trajectoire du tir. Même aveugle elle aurait reconnu ces bras autour d’elle, même aveugle, sourde, muette, même à moitié morte, elle l’aurait reconnu. Elle s’agrippa par réflexe et ils tombèrent tous les deux sur le béton lisse et blanc de la place du campus, cette même place qu’ils avaient traversée ensemble maintes et maintes fois.

Elle aperçut du coin de l’œil un éclair verre, ce qui lui apprit que Simon avait eu le bon sens de stopper le tir avant qu’il ne touche quoi que ce soit. Mais son attention revint tout aussitôt sur Ray, sur sa proximité et sur le détail de son visage, des bleus et des éraflures qu’il arborait. Il avait maigri. Il avait l’air épuisé. Il… Il aurait pu mourir. Encore.

« Arrête de faire ça, » siffla-t-elle avec véhémence. « Ce tir aurait pu te toucher. »

Ce fut comme si elle avait ouvert les portes d’une salle qu’elle avait gardée verrouillé jusque-là. Alors qu’elle se démêlait de lui en essayant de ne rien ressentir à chaque contact physique entre la paume de ses mains, ses jambes, et le corps de Ray, une centaine de reproches s’éveilla en elle, chacun plus brûlant que le précédent. Arrête de faire ça. Arrête de chercher à mourir pour les autres. Ta vie compte. Tu comptes. Arrête de me regarder comme ça. Arrête de faire des détails de notre vie de nouvelles lignes dans ton dossier Jessica Cruz. Arrête. Arrête.

Pourquoi tu m’as laissée partir… ?


Elle parvint finalement à s’écarter et nota avec amertume sur sa gorge était nouée et que la seule chose qui retenait les larmes de couler était la colère qui lui gonflait les veines. Elle s’extirpa à quatre pattes et se releva finalement, juste à temps. Le voleur choisit ce moment plus qu’opportun pour sortir de son vaisseau et ainsi révéler son identité, ce qui enclencha une réaction de rejet impressionnante de la part de son anneau.

« Jediah Caul ! » crissa-t-il, comme s’il venait d’assister au plus horrible des blasphèmes.

« On est censés savoir qui c’est ?! »

Jessica tourna la tête vers Simon qui, tout comme elle, semblait tout aussi perturbé par l’identité révélée de ce voleur qu’ils avaient poursuivi au travers de bien des systèmes solaires. Les informations lui arrivèrent par flots, mais la plus importante d’entre elles – en tout cas pour son anneau – resta gravée dans sur ses iris. Rejeté par les Gardiens. Renégat.

« Hey ! » s’écria-t-elle en se lançant en avant, sans réfléchir. Elle bloqua la main porteuse de l’homme au sol via une espèce de menotte d’émeraude. « Au nom du Corps des Green Lantern, vous êtes en état d’arrestation ! »

« T’entends ça, mec ? Alors n'essaie même pas d'utiliser ton anneau si tu veux pas qu’on te botte les fesses... encore ! »


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1159
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; W.R. Wintergreen.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Lun 7 Jan 2019 - 8:22
Ils sont là ; ensemble.
Mais sans l’être. Sans l’être encore.

Ils sont là – Jessica et Ray. Green Lantern et Atom.
Mais, surtout… Jessica et Ray. Ils sont là, l’un en face de l’autre – ensemble, mais sans l’être réellement.
Ils se font face, en silence ; troublés. Bloqués. Perdus.
Figés… mais pas pour longtemps.


« Hughn. »

Atom grogne.
Le cockpit du vaisseau endommagé s’est ouvert ; un tir s’en est échappé… il a réagi.
Par instinct. Par habitude. Par… envie, aussi.
Il a bondi ; sur elle.
Pour la protéger, bien sûr. Pour l’empêcher d’être touchée. Pour la toucher.
Mais… pas que ; pour la toucher, oui. Surtout. Pour sentir sa présence. Pour sentir sa chaleur. Pour… la sentir, en fait.
Encore une fois. Une dernière fois peut-être, en fait.


« Ha. »

Il a sauté, alors ; il l’a sauvée, et ils ont roulé sur le sol.
Mais… mais en se redressant, il la voit, il l’entrevoit – et il l’entend, surtout. Pour comprendre.
Une dernière fois, oui. C’était bien une dernière fois, qu’il faisait ça… comme ça.


« Je… »

Je sais, veut-il dire ; je sais que ce tir aurait pu me toucher – mais je m’en fiche.
Il ne le dit pas, cependant. Mieux vaut ne pas repartir sur cette voie-là, maintenant… et même à l’avenir, avec elle.


« Ce tir aurait pu me toucher – mais il allait te toucher. »

Sa voix est plus sûre qu’il ne le pensait ; qu’il ne le voudrait.
Il se surprend lui-même. Il n’est pas sûr d’aimer cet apparent détachement, ce semblant de contrôle de soi qu’il déploie… car il sait.
Il sait qu’au fond, il n’en est rien. Même s’il sait bien faire semblant.


« Ne… ne me demande pas de ne pas te sauver, Jessica. »

Lentement, Palmer se relève et ose… il ose, oui.
Il ose la regarder ; dans les yeux.


« Pas… »

Pas quand ta vie est en danger, veut-il dire ; pas quand la femme que… pas quand tu es en danger.
Mais il ne dit rien, encore. Ou, plutôt, il ne dit pas ça.


« Pas quand je ferais cela pour n’importe qui. »

Il regrette ces mots, après les avoir dits – car il sait comment ils peuvent être interprétés ; comme une annonce. Comme une indication.
Comme s’il voulait dire, en fait, que Jessica était n’importe qui… ce qui est faux, bien sûr. Et il veut se reprendre, rectifier – mais il n’en a pas l’occasion. Car, une nouvelle fois, le destin semble vouloir se jouer d’eux.


« Vous… vous avez trouvé vos anneaux dans… dans des pochettes surprises, les enfants ? »

Jediah Caul, qui s’est annoncé, reprend la parole.
Alors qu’il est menacé par Jessica et Simon, l’étonnant voyageur se redresse, et esquisse un sourire ; mauvais. Plein de fiel et de provocation.


« Vous… vous venez d’arrêter un… un Lanterne en… en pleine mission. En pleine mission officieuse ! Vous… vous venez de briser une couverture de deux ans ! »

Le pilote s’avance, et irradie soudain d’une lueur émeraude sombre ; bien plus que ce qui s’échappe des anneaux de Jessica et Simon.

« Vous… vous venez de tout faire foirer ! Et… »

Jediah Caul lève les yeux, et grimace ; Ray fait de même.
Tous deux voient quelque chose, dans les cieux d’Ivy Town. Tous deux voient…

… un vaisseau extraterrestre qui vient d’apparaître – et file vers eux !

« … les Khunds viennent de le comprendre. »

Par réflexe, Palmer se tourne vers Jessica – et veut lever sa main, la poser sur son épaule ; pour la rassurer, l’aider. Lui confirmer qu’il est là, et qu’il la soutient.
Mais… il n’en fait rien ; il ne fait rien.
Et se demande, maintenant, comment ils vont pouvoir réagir…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 20/11/2017
Messages : 184
DC : Wonder Woman ; Red Hood ; Starfire
Localisations : Secteur 2814
New Titans
MessagePosté le: Mer 9 Jan 2019 - 19:43

Home sweet homeJessica n’avait pas eu le comportement le plus sain, au cours de ces derniers mois, et elle en était consciente. Elle s’était oubliée, et elle avait tout fait pour, parce que la moindre seconde, le moindre instant où elle n’était pas occupée, elle était assaillie par des ennemis contre qui elle ne pouvait rien faire – contre elle n’avait jamais pu rien faire. C’était comme de retenir de l’eau entre ses doigts : elle était fissurée de partout, incapable de retenir ou de garder à l’extérieur ce qu’elle voulait. Une vraie passoire. Mais elle était debout au moins, non ? Elle avait vu l’évolution, elle avait vu sa propre progression. Autrefois Green Lantern débutante, parfois même pas assez forte pour mettre en place une vraie construction, elle était maintenant efficace et bien plus en contrôle de ses capacités. Ca devait compter, non ? Il fallait que ça compte, parce que maintenant… maintenant, elle était n’importe qui.

N’importe qui.

Son regard s’attarda sur Ray alors que ses instincts lui criaient d’être plus vigilante, que la mission était en train de se dérouler et que sa concentration devait être maximale si elle ne voulait pas échouer, ou pire, risquer la vie de Simon. Mais si son anneau était braqué sur ce Jediah Caul, son regard, lui, était rivé sur Ray.

N’importe qui.

Aussi longtemps que remontaient ses souvenirs depuis son arrivée dans ce monde extraordinaire et ô combien angoissant des super héros, Ray avait été là, à côté d’elle, derrière elle, face à elle, avec elle, pour lui répéter qu’elle était capable de tout. C’était lui qui l’avait aidée à reprendre le dessus quand Volthoom avait déchaîné les enfers sur New York à travers elle. C’était pour lui qu’elle était devenue Green Lantern. Et même maintenant, alors qu’elle avait été obligée de se perdre à l’autre bout de l’univers pour n’avoir que serait-ce une chance minime de se détacher de son ombre, de son poids sur elle, il était… il restait Ray.

Et elle… elle était n’importe qui ?
N’importe qui.
N’importe qui.

C’est pour ça qu’il t’a laissée partir. C’est pour ça qu’il n’a même pas essayé de t’arrêter. Tu n’as jamais été suffisante, jamais à la hauteur, jamais assez bien.
Elle était n’importe qui.

Bon sang. Elle n’avait jamais réalisé à quel point la douleur et le chagrin étaient semblable à la peur. C’était le même arrière-goût dans sa bouche, le même poids dans ses poumons.

« Jess, Jess ! »

Jessica se retourna avec un sursaut. Simon, non après l’avoir fusillé du regard, lui indiqua, d’un air exaspéré, le vaisseau qui fondait sur Ivy Town.

« Concentre-toi, tu veux bien ? Tu veux que je te dise combien il y a d’habitants à Ivy Town ? » lui lança-t-il sèchement.

« Ca ira, » répliqua-t-elle.

« Six cent quarante-trois mille quatre cent quatre-vingt-six habitants, » l’informa son anneau, pas aussi innocemment qu’il en avait l’air.

« Ca va, j’ai dit ! » Elle lança un regard à Simon et lui fit signe. « Fonce. Essaie de les empêcher d’atterrir. »

Simon hocha la tête. Il fit un pas et s’éleva à quelques centimètres du sol, et son regard, enfin, se posa sur Ray, brisant enfin officiellement le traitement à l’ignorance teintée de jugement qu’il lui avait réservé jusque-là.

« J’t’ai à l’œil, » dit-il simplement avant de s’élever au-dessus de leurs têtes.

Il fonça directement sur le vaisseau avant de se signaler à ce dernier en érigeant un énorme mur d’émeraude devant lui, et dans la course directe de l’appareil, presque rattaché à ce dernier en fait, pour le détourner du sol. Les Khunds n’étaient pas la race la plus paisible et douce qui soit, et ils étaient tous les deux au courant. La logique et le peu d’informations dont ils disposaient semblaient impliquer qu’ils avaient eux aussi leurs problèmes à régler avec le voleur qu’ils avaient arrêté. En conclusion, leurs intentions étaient toutes sauf apaisées – sans grande surprise – et tout ce joli monde au milieu des presque sept-cent mille joyeux lurons qui vivaient à Ivy Town ne ferait pas bon ménage. Il ne fallait pas qu’ils se posent.

« Veuillez décliner votre identité et la raison de votre venue, » lança Simon en utilisant son anneau pour pénétrer le système de communication du vaisseau tout en maintenant la barrière entre eux et l’appareil. « Vous êtes en présence des Green Lantern chargés de ce secteur. Au nom des Gardiens, merci de vous placer en orbite de la Terre afin que nous puissions discuter tranquillement. »

Si elle avait pu, Jessica se serait volontiers jointe à la mise en place de cette barrière au-dessus d’Ivy Town. Leur travail d’équipe était devenu si précis et efficace qu’elle avait la certitude qu’ils auraient pu englober Ivy Town dans un bocal d’émeraude si le besoin s’en était fait ressentir, mais elle était malheureusement occupée par l’autre partie de la menace, celle-ci ayant déjà les deux pieds dans sa ville. Enfin… dans la ville.

Et le truc, c’était qu’elle n’était pas sûre de ce à quoi elle faisait face. Renégat, avait dit son anneau, et ça, elle pouvait le croire. Le coup de la mission officieuse n’était même pas un souci non plus. Ils allaient le ramener aux Gardiens qu’il le veuille ou non, et ces derniers seuls auraient le dernier mot. Non, ce qui l’inquiétait, c’était… C’était la lueur qui s’échappait de son anneau. Si semblable, et si… différente en même temps. Et elle était curieuse.

Et peut-être que ce fut par stupidité, ou parce qu’une partie d’elle était toujours horrifiée – non, terrifiée par ce que Ray avait dit (et c’était loin d’être juste une partie d’elle) mais elle fut prise d’un élan de… Un élan de quelque chose. Le besoin de savoir, peut-être. Mais, encore plus certainement, le besoin de prouver qu’elle n’était pas … Qu’elle n’était pas n’importe qui.

Qu’il s’était trompé. Qu’elle était devenue quelqu’un, quelqu’un de très capable. Et peut-être que ça pourrait la persuader, elle aussi.
Parce que… Parce que, bon sang. Bon sang, elle en était presque folle de douleur.

« Hey ! » cria-t-elle donc vers Jediah Caul qui avait fait un pas vers eux. « On ne bouge pas ! Vous êtes sous notre autorité ! »

Et, sans prévenir garde, elle lança un jet d’énergie dans sa direction pour le mettre à terre.




© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1159
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; W.R. Wintergreen.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Jeu 10 Jan 2019 - 9:08
La tension règne, dans Ivy Town ; partout.
Si les habitants se réfugient dans les zones sécurisées, installées jadis mais bien trop peu utilisées au fil des années pour en faire une habitude, et bien trop régulièrement récemment pour qu’ils y soient à l’aise, la crise demeure – et s’amplifie.

Dans les cieux, le vaisseau des Khunds s’est arrêté quand Simon Baz est venu à eux. Une barrière d’émeraude est mise en place, et il attend les réponses à son discours… en vain.
Rien ne vient. Rien ne sort.
Un silence, pur… et pesant. Comme ce qu’il se passe plus bas.


« Hem. »

Atom grogne, légèrement ; mais plus fort qu’il ne l’aurait voulu.
Ça ne va pas.

Rien ne va, en fait.
Depuis qu’il a vu les débris foncer vers le centre-ville, et qu’il a essayé d’agir pour cela, rien ne tourne bien – et il a l’impression de plonger, de s’enfoncer ; dans le pire.
Dans les ombres. Et la douleur.

Quelques instants plus tôt, Simon lui a adressé un regard dur et profond, avec quelques mots en apparence anodins mais qui voulaient dire beaucoup ; il l’a à l’œil.
Quasiment les mêmes paroles, et le même regard, que ceux qu’il avait subis quand… quand il avait commencé, avec Jessica. Quand… ils avaient commencé.
Quand leur romance avait débuté.

Lentement, son propre regard glisse vers elle, et il frissonne ; il comprend.
Rien ne va pour lui – mais rien ne va pour elle, non plus.

Même s’ils ne se sont pas vus depuis des semaines, des mois, il la connait suffisamment pour savoir comprendre sans qu’elle parle ; pour saisir ses sentiments, ses émotions sans même qu’elle ait besoin de les exprimer.
Jessica ne va pas bien ; et, comme souvent dans ces cas-là, elle… panique. Elle panique un peu.
Et elle… tire. Vers ce Jediah Caul.


« L… Jess’. »

Il s’est retenu ; ou presque.
Il s’est quasiment retenu d’utiliser le surnom – son surnom ; leur surnom.
Celui qu’il aime… aimait tant. Celui qui la rassurait, l’aidait, l’accompagnait ; celui qui lui plaisait, à lui, car c’était leur petit truc – et car il voulait dire beaucoup pour lui, aussi.
Jessica est… était. Etait. Jessica était sa luciole… sa petite lumière, juste pour lui.
C’était beau. C’était simple. C’était pur.
C’était.


« Peut-être… peut-être faudrait-il l’écouter… »

Sa voix est douce, tendre ; gentille.
Peut-être… trop.
Peut-être qu’elle ne le supportera pas. Peut-être qu’elle ne l’acceptera pas. Peut-être qu’elle ne… tolérera pas, en fait, qu’il lui parle ainsi – comme si rien n’avait changé ; comme s’ils étaient encore ensemble.
Comme s’ils allaient bien.


« Bande de crétins. »

Jediah Caul fixe l’énergie tirée par Jessica, qui l’entoure et l’a projeté à terre ; il soupire, alors.
Puis agit.


« Novices ! »

Jediah Caul roule des muscles – et sa propre énergie, plus sombre, apparaît… et réalise l’impossible.
La création de Jessica explose.
Une onde de choc s’en échappe, et Jediah s’élève dans les airs… sous les yeux de Ray ; qui s’avance pour aider Jessica – mais s’arrête. Par respect.


« Ou… peut-être pas. Ça… va ? »

Palmer regarde Jediah filer, puis fixe Jessica – et frissonne, encore ; de gêne.
Il réagit, alors – comme d’habitude. Il fuit.
Et fait des bêtises.


« JE M’EN OCCUPE ! »

Atom active ses pouvoirs : il rapetisse, modife sa masse, puis se projette à la suite du Lantern renégat. Qui quitte le sol, pour rejoindre les cieux – et tire, encore, vers Simon Baz.
Qui ne peut le voir, hélas… car le vaisseau des Khunds vient d’ouvrir le feu, autant sur la barrière que sur lui !


« Ho bordel. »

Le scientifique serre les dents et tente d’intensifier sa vitesse, d’aller plus vite ; pour l’aider. Pour le sauver. Pour prendre les tirs sur lui.
Pour se sacrifier… comme d’habitude !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 20/11/2017
Messages : 184
DC : Wonder Woman ; Red Hood ; Starfire
Localisations : Secteur 2814
New Titans
MessagePosté le: Ven 11 Jan 2019 - 18:50


Home sweet homeLa douceur dans la voix de Ray fila comme un poignard dans les airs. Aucun bouclier, aucun halo d’émeraude protecteur contre ce genre de projectile, et Jessica n’eut d’autre choix que de faire face au choc tandis que les syllabes, ses intonations, cette douceur la frappait de plein fouet. Et une fois encore, elle saigna colère et tristesse, angoisse et regret, amertume et reproche, sans avoir le choix. Si son anneau était impuissant contre ce genre de projectiles, il n’existait pas non plus de bandage, gaze ou désinfectant efficaces pour ce genre de plaie. Elle en ressentit la morsure pleinement, et, sans surprise, sa concentration faiblit. Son regard toujours braqué sur ce Jediah Caul et l’anneau mobilisé vers le jet d’énergie qu’elle maintenait pour le garder au sol, elle agita sa main libre en direction de Ray pour le faire taire. Par pitié, qu’il se taise. Pas de luciole, de douceur, de n’importe qui. S’il devait parler, qu’il dise… qu’il dise…

Non. Qu’il se taise. Là, tout de suite, maintenant, elle n’en avait pas besoin.

Seulement, c’était trop tard, et elle le réalisa quand le regard du voleur, colérique et agacé, se posa sur elle. Elle n’avait pas compris les raisons de la différence entre l’énergie de son anneau et celui de Jediah Caul, mais elle réalisa, une seconde avant qu’il ne prenne le dessus que cette différence, quel qu’elle soit, lui assurait une supériorité évidente sur elle. Elle allait perdre pied. Se faire écraser.

Et ça ne rata pas. Il repoussa son attaque comme on repousse un insecte volant trop insistant. Sa construction éclata en mille morceaux, comme du verre brisé, et les éclats ne disparurent que quand elle-même bascula en arrière, soufflée par le choc. Elle devina, plus qu’elle ne vit, la présence de Ray à ses côtés. L’ombre de ce dernier protégeait son visage du soleil au-dessus de la ville et, inconsciemment – ou pas – elle se replia vers ce refuge.

« Tu as vu ça ? » s’exclama-t-elle en relevant la tête vers Ray. L’espace d’un instant, elle oublia tout le reste en faveur de sa surprise tandis qu’elle se relevait. « Il aurait pas dû pouvoir faire ça… Et il l’a fait… Bordel, il sort d’où encore celui-là ?! »

Elle releva la tête vers Jediah juste au moment où ce dernier tirait une première fois vers Simon… qui était trop pris par le nouveau duel qui venait de se déclarer contre le vaisseau Khund. Elle était prête à réagir, prête à bondir, mais, encore une fois, elle perdit le fil de ses actions et de ses pensées parce que Ray la devança. C’était l’expérience, peut-être, qui faisait de lui un héros dont l’instinct était si efficace – ou tout du moins, c’était ce qu’elle avait longtemps pensé. Après des mois passés à ses côtés, elle commençait à se demander si ce n’était pas autre chose. Quelque chose de bien moins positif et bien plus viscéral. Un besoin de se sacrifier, de provoquer la mort avec un espoir, probablement inconscient mais bel et bien présent, d’être enfin pris dans les tirs croisés.

Hors. De. Question.

« Ray ! » rugit-elle, littéralement, tandis qu’il accélérait en direction d’un Simon malheureusement complètement inconscient de la menace dans son dos. « NON ! »

Elle bondit elle aussi, si Simon était son but final, Ray était son premier objectif. Elle créa une bulle verte autour de ce dernier et lança son bras en arrière, dans un arc ample et rapide, comme le ferait un joueur de bowling. De n’importe quel sport qui implique de jeter la balle le plus loin possible, en fait, et c’est ce qu’il se passa. La boule fut projetée en arrière, écartant inévitablement Ray de la source de danger, et elle ne disparut qu’après avoir amené ce dernier de nombreux mètres en arrière.

« Nan mais c’est une blague ?! » grogna Simon qui s’efforçait, tant bien que mal, d’intercepter tous les tirs du vaisseau pour éviter qu’Ivy Town ne subisse une nouvelle fois. « Hey ! J’ai dit sto-OOOOOOH … ! »

La corde d’émeraude que Jessica venait de nouer autour de sa taille le tira brusquement sur le côté, lui coupant ainsi dans ses protestations. Surpris, il se tourna vers cette dernière et vit, enfin, Jediah Caul qui volait toujours vers lui. Heureusement, le tir de ce dernier n’avait pas touché à son but grâce à l’intervention de Jessica. Malheureusement – ou heureusement, d’ailleurs, ils étaient encore un peu à la ramasse sur ce qu’il se passait – l’énergie sombre toucha l’aile du vaisseau à la place. Assez pour l’envoyer valser en arrière, mais pas assez, en tout cas, pour le faire s’écraser.

Jessica s’arrêta dans les airs, à côté de Simon qui jeta un bref regard autour de lui.

« Il est où l’prof ? »

Jessica l’ignora avec superbe.

« Il est fort, et je lui fais pas confiance, » lança-t-elle en désignant Jediah d’un signe de tête.

« Compris. On envoie la sauce. »

Jessica lui jeta un regard avant de se tourner vers le vaisseau dont le pilote venait vraisemblablement de reprendre le contrôle. Elle tendit le bras en même temps que Simon et leurs énergies se mêlèrent pour envelopper le vaisseau. Ils luttèrent ensemble contre les turbines, les moteurs surpuissants et l’accélération que l’engin venait de prendre, mais c’était là leur force : ils étaient deux. Et ils avaient des mois et des mois de pratique.

Ils tirèrent le vaisseau vers eux mais s’écartèrent au dernier moment pour ensuite le projeter droit sur Jediah Caul.

La collision serait spectaculaire, sans aucun doute. Mais Jessica ne la verrait pas. Parce qu’elle était trop occupée à regarder partout autour d’elle pour retrouver Ray. Elle avait… elle avait besoin de savoir où il était précisément.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1159
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; W.R. Wintergreen.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Dim 13 Jan 2019 - 18:44
Le regard de Jessica Cruz glisse tout autour d'elle, tout autour d'eux... elle cherche quelque chose ; quelqu'un.
Qu'elle ne trouve pas.


 « Bordel. »

Simon Baz se masse légèrement la nuque et le bas du dos. Les efforts consentis pour s'en prendre au vaisseau Khund, afin de l'envoyer vers Jediah Caul, ont été conséquents ; sa colonne lui fait un peu mal, mais il n'ose pas en parler – d'une part, parce que Jessica lui rappellerait ces étirements qu'il ne fait jamais... ensuite, parce qu'il la voit.

 « Mmh. »

Il n'a aucune idée de ce qu'il s'est passé entre elle et Ray, mais... c'est du lourd, et c'est loin d'être terminé ; le mauvais, comme le bon.
Elle tient à lui, c'est évident – mais ne lui pardonne pas quelque chose. Il ne sait pas quoi, et s'en fiche au fond.
Jessica est sa partenaire, son amie ; elle souffre à cause de Palmer. Les hostilités sont donc déclenchées entre eux, par principe... il est #TeamJess, comme dirait son neveu !


 « Hey. »

Même si ces pensées s'évanouissent, cependant, quand quelque chose attire son regard – et qu'il fait signe à son amie, pour qu'ils se concentrent ensemble sur l'événement.
Sur le lieu du choc et du crash, en fait.


 « Viens... ça bouge. »

En effet, quelque chose bouge – quelqu'un bouge.
Une poignée d'instants plus tôt, le duo de Lanterns a envoyé le vaisseau ennemi sur l'autre adversaire ; le choc a été terrible. Jediah Caul a été incapable de se défendre, et les pilotes extraterrestres non plus.
L'impact a été suivi d'une chute... et d'un crash ; à proximité de l'autre engin, celui de Jediah Caul.
Et... quelque chose y bouge, oui. Quelqu'un en sort.


 « Hurm. »

Trois êtres émergent des ruines du vaisseau – trois monstres, massifs et puissants.
Trois Khunds.
Qui chauffent leurs armes... et se préparent à tirer autour d'eux !


 « FAIS CHIER ! FAUT LES ARRÊTER ! J'VAIS... HUGHN ! »

Simon veut s'élancer et agir – mais il est stoppé, par un tir ; dans le dos.
Un tir d'une énergie verte... et sombre.


 « Vous... vous auriez dû... me laisser partir... je... je les fuyais... »

Jediah Caul rampe difficilement en dehors des ruines, et tourne une grimace de dégoût vers Jessica.

 « Ils... ils ne doivent pas... m'avoir... je... je dois sacrifier... votre monde... »

Les tirs commencent, alors ; les destructions aussi.
Les Khunds ne se posent pas de questions, et libèrent leurs terribles armes sur le quartier principal d'Ivy Town – et leur réputation abominable n'est plus à faire, alors que Simon Baz se relève difficilement.
Heureusement, lui et sa collègue ne sont pas seuls à agir, ici.


 « HARGH ! »

Un Khund est propulsé au sol, par une sorte de micro-projectile ; qui bondit encore, et file vers un autre...
... avant que ce qui ressemble à une micro-silhouette s'enfonce dans l'armure et le corps du Khund !
Celui-ci s'écroule, inconscient ou pire... tandis que la silhouette grandit, et reprend la forme d'Atom !


 « Bon sang. »

Ray affiche un air sombre et dur, alors qu'il se tourne vers le dernier Khund... qui fuit, tandis que Jediah Caul essaye de ramper ailleurs.

 « Récupérez ce Khund. Stoppez ce taré. Je vais essayer de vérifier qu'aucun réacteur ne manque d'exploser. »

 « Hey... »

Simon se redresse, en grimaçant ; il a mal, mais hors de question de reculer... ou de le montrer.

 « Qui t'a nommé chef, p'tit gars ? »

 « Ce surnom est réservé à un ami bien plus ancien et sage que toi... qui vaut bien plus que toi, aussi. »

 « HEY ! »

Simon s'avance, mais s'arrête quand Palmer tourne un regard d'une noirceur absolue vers lui.

 « Et ce qui m'a nommé chef... c'est mon attribution Justice League, Baz. Bien antérieure à toi.
Quand tu auras survécu à autant de missions que moi, on en reparlera, okay ? En attendant, Jediah Caul se barre, et un Khund s'est déjà enfui. »


Sa voix est sèche, dure ; sans aucun sentiment.
Comme ses yeux, alors qu'il les tourne et les fige sur Jessica... qui comprend, alors, comment le scientifique a vécu ses réactions et sa volonté de le mettre à l'écart du combat.
Mal ; très, très mal.


 « Ho, dernière chose... »

Une grimace glisse sur son visage, alors que ses poings se crispent sous l'émotion.

 « Tu as perdu le droit de décider si je devais aller ou non au combat... alors ne recommence pas.
Tu as perdu le droit de décider pour moi, Jessica... quand tu es partie. »


La réplique est d'une brutalité terrible ; il le sait, et une partie de lui le regrette.
Mais elle ne domine pas, là.
Ray a été abominablement blessé et vexé que Jessica gère pour lui, et il ne l'accepte pas. Il a agi pour stopper les deux Khunds, avec plus de violence qu'il ne l'aurait voulu, mais il doit désormais gérer la suite... et notamment les possibles explosions des ruines des vaisseaux, où de nombreux signaux commencent à l'inquiéter !
Et, bien sûr, Jediah Caul rampe, et le Khund s'enfuit... parce que le fait de revoir Jessica et de devoir gérer des crashs en ville n'étaient pas suffisants, bien sûr !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 20/11/2017
Messages : 184
DC : Wonder Woman ; Red Hood ; Starfire
Localisations : Secteur 2814
New Titans
MessagePosté le: Dim 13 Jan 2019 - 23:29


Home sweet homeLe soulagement qu’elle avait ressenti, intense et presque étourdissant, en voyant Ray revenir dans le cœur du combat s’estompa si rapidement qu’il laissa un trou béant dans sa poitrine. Bouche bée, elle dévisagea Ray un court instant, incapable de trouver quoi dire. Qu’il ait parlé comme il l’avait fait à Simon, passait encore. Dieu seul savait que Simon avait tendance à toujours mettre les pieds dans le plat. Elle acceptait tout, les regards glaciaux, la colère même, tout. Mais ça ? Ca ? Tout s’estompa autour d’elle, et elle savait que ce n’était pas bien, qu’elle devrait avoir honte, mais son sang ne fit qu’un tour dans ses veines et l’espace d’un instant, elle oublia que le vert était sa couleur parce qu’elle vit rouge. Bon sang, elle vit si rouge que l’anneau à sa main aurait pu être devenir vermeil sans qu’elle ne s’en rendre compte.

« Perdón ?! Maintenant, je ne suis plus n’importe qui, uh ? C’est toi, et c’est moi, Ray, ça sera toujours le cas ! Je ferai toujours pour éviter que tu sois… Je ne voulais pas t'écarter du combat mais... Je ne voulais juste pas que tu... » Elle était tellement furieuse que les mots lui échappaient, mais la situation, elle, restait douloureusement claire dans son esprit. Ils étaient finis. Leur histoire, leur relation… finie. « Et je… Tu… Ugh, tu as le culot de me parler de liberté de faire ses propres choix ?! Tu… ! » Elle ravala un nouveau grognement de frustration – et de douleur probablement, parce qu’il ne fallait pas se leurrer. Cette incapacité à parler à Ray était aussi inhabituelle que terrible. « Ce n’est pas le moment, » reprit-elle, bien plus calmement et même avec une certaine … douceur. « Ni le moment, ni l’endroit. Je… Simon s’occupe du Khund. Je me charge de Jediah. Occupe-toi des épaves des vaisseaux, okay ? »

Elle serra le poing et le halo de son anneau l’enveloppa tandis qu’elle s’élevait au-dessus du sol.

« Et si tu as besoin de renfort… »

Elle s’interrompit. Elle avait choisi de partir pour des dizaines de raisons. Elle n’arrivait plus à supporter le regard qu’il posait sur elle, comme si elle était… comme si elle était devenue un problème qu’il devait résoudre. Elle n’arrivait plus à se regarder dans le miroir, et il y avait ce poids sur ses poumons, tous ces non-dits qui s’accumulaient. Elle avait paniqué, comme elle le faisait si souvent. Elle avait imaginé bien des complications et prit conscience de bien des cassures dans leur couple, mais cette conséquence-là ? De ne plus réussir à lui parler ouvertement, de ne plus savoir quoi lui dire ni même comment le lui dire ? Ca ne lui avait même pas traversé l’esprit. Elle n’aurait pas dû être là. Elle n’aurait jamais dû revenir. Elle… quel bordel.

Elle conclut sa phrase par un soupir et un geste évasif de la main puis se détacha finalement du regard de Ray pour prendre son envol et rejoindre Jediah qui n’avait pas rampé bien loin. Ca ne faisait pas de lui un être sans défense pour autant, puisqu’il avait encore pu tirer sur Simon quelques instants plus tôt !

« Scanne les alentours et retrouve-moi ce gros balourd, » ordonna Simon à son anneau avant de jeter, d’ailleurs, un regard vers Jessica. « Fais attention. »

Son regard s’arrêta sur Ray et s’y éternisa un peu trop longtemps pour que ce soit anodin, puis il fila. Il n’avait pas apprécié d’être ainsi remis à sa place, Jessica en était consciente – tout comme elle savait qu’elle en entendrait parler pendant des jours. Il se méfiait et sa rancœur serait tenace, mais il savait aussi que la situation était plus pressante que son envie de répondre. Si même Simon était conscient de ça, il était qu’elle se remette en question…

Mais, encore une fois, ni le moment ni l’endroit, alors…

« Tu vois, j’aurais presque envie de te faire confiance, » dit-elle en atterrissant devant Jediah. « Mais après, tu parles de sacrifier tout un monde et tu tires sur mon coéquipier ? »

Elle braqua son anneau sur lui et de nouvelles chaînes d’émeraude en jaillirent pour aller s’enrouler autour de l’étrange Green Lantern. Ca n’avait pas très bien marché la première fois, mais il semblait affaibli, et honnêtement, elle comptait un peu sur ça.

Elle s’agenouilla devant lui alors que de nouvelles chaînes continuaient de s’ajouter, encore et encore, à celles qui bloquaient déjà Jediah Caul.

« Je ne sais pas qui tu es, ni si ce que tu dis est vrai, mais on va te ramener sur MogOa et les Gardiens mettront tout ça au clair. Et en plus, tu seras à l’abri d’éventuelles nouvelles attaques de Khunds. »

Les chaînes continuaient de sortir de son anneau et de ramper vers Jediah, comme des serpents affamés. Elle comptait vraiment sur sa soudaine faiblesse physique, parce que ce qu’elle s’apprêtait à faire demandait que son cobaye ne soit plus aussi confiant et concentré, et il fallait que ça marche. Ivy Town avait subi assez de dégâts comme ça.

« Si tu veux un minimum de confort pendant le voyage, je te conseille de te délier la langue et d’être un peu plus explicite sur tes intentions. »

Parler. Continuer de parler pour qu’il ne sente pas l’énergie de Jessica, celle qu’elle dissimulait sous des mètres et des mètres de chaînes, prendre une autre forme sous tous ces maillons verts. Une petite forme, une forme minuscule. C’était tout ce qu’il fallait pour se glisser et enlever son anneau à Jediah.

Et il fallait que ça marche.



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1159
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; W.R. Wintergreen.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Lun 14 Jan 2019 - 20:59
 « ... »

Ray Palmer ne dit rien, pendant et après que Jessica Cruz explose et lui hurle dessus ; il ne dit rien, avec sa bouche – mais ses yeux veulent tout dire.
Son regard perdu. Son expression de douleur et de tristesse. Son frissonnement de blessure, et sa grimace de déception ; il a mal. Il a mal, après avoir entendu tout ça... avoir senti tout ça.
Il a mal – parce que c'est Jessica qui a explosé, ainsi ; sur lui. Il a mal, parce qu'il pensait – parce qu'il espérait que cela n'arrive jamais ; jamais plus.

Il se trompait, il s'en rend compte.
Une fois de plus.


 « Humf. »

Il soupire, quand la jeune femme en termine avec lui et se détourne ; il soupire, comme soulagé que l'épreuve s'achève... que ce moment si violent s'arrête.
Il se tourne, comme elle, et s'achemine vers les gravats – non sans croiser le regard de Simon Baz, aussi ; qui le fixe pendant un moment trop long pour qu'il ne comprenne pas le sens de cette expression appuyée en sa direction.
Ils ont un contentieux, maintenant. Tous deux ont désormais un contentieux... alors qu'il a mis tant de temps à se faire accepter, par lui ; par ce meilleur ami si fort, si puissant, si sûr, si impressionnant.

Bien sûr, pense le scientifique ; bien sûr.
Ça manquait, à cette fichue journée pourrie... ça manquait, oui.

Plus loin, Simon Baz se détourne également de Ray Palmer, et accède rapidement à une étape plus agréable de la journée – en détectant le Khund.
Ce dernier, fatigué et blessé, ne parvient pas à offrir de résistance à un Green Lantern puissant et motivé. Simon réussit à l'arrêter, et à l'emprisonner dans une bulle d'émeraude où il raréfie l'oxygène ; suffisamment pour que le Khund s'écroule, inconscient, avant que l'ancien détenu le bloque dans un coin.
Juste à temps pour se tourner vers Jessica... et voir que ses créations d'émeraude enserrent désormais Jediah Caul.


 « Hé. Bien joué, J-B... ARGH ! »

Il ne peut finir sa phrase, hélas – car Simon est violemment frappé par un puissant rayon d'énergie vert... vert foncé.
Baz s'écroule brutalement au sol, commotionné. Tandis que les fameux liens créés par Jessica entourent Jediah – avant d'être violemment détruits, par une pulsion d'énergie plus foncée que la sienne !


 « Pauvre imbécile... je t'ai laissé une chance. »

Une expression violente glisse sur son visage, alors qu'il lève son anneau vers Jessica – et prépare une terrible attaque vers elle.

 « Les Khunds me poursuivent car je leur ai volé quelque chose... je suis un voleur, oui. J'ai volé les Khunds, j'ai volé d'autres – j'ai même volé cet anneau. Je suis en mission secrète, pour une puissance qui vous dépasse... au fond, je protège plus l'Univers que le Corps, mais personne ne le saura jamais, hein ?
Bande d'incompétents. Je ne voulais pas vous tuer, mais... je ne peux pas vous laisser ; pas en sachant que j'existe, et qu'on me poursuit. »


Et, sans attendre, Jediah tire un puissant rayon, qui enferme Jessica... dans une prison sombre, qui semble se refermer avec violence !

 « Désolé, p'tite. Il faut mourir, maintenant. J'y suis obligé, donc je le veux b... mais ? »

Jediah s'arrête, et regarde son anneau – car il ne comprend pas ; il ne comprend pas pourquoi sa lumière faiblit, pourquoi l'attaque sur Jessica perd en intensité.
La jeune femme, cependant, peut le comprendre... ou y penser. Car elle a vu quelque chose – car elle a entrevu un élément, une petite... chose qui a bondi depuis les décombres, pour filer vers l'anneau ; dans l'anneau.
Elle peut comprendre, alors – mais peut-être pas accepter !


 « Mais... mon anneau, je... »

 « C'est moins fun, quand quelqu'un d'autre essaye, hein ? »

Une voix se fait entendre, étouffée ; une voix que Jessica connaît, cependant.
Ray. C'est Ray qui parle... depuis l'anneau !

 « Mon vieil ami Hal m'a montré ça – actionner l'anneau de l'intérieur. Je n'ai pas forcément été doué pour ça, mais... ça vaut le coup d'essayer. »


 « Espèce de... imbécile ! Pauvre humain ! Qui crois-tu être ? Je suis Green Lantern de trop ! J'ai volé l'anneau ! J'ai tué le porteur, et j'avais suffisamment de volonté pour que l'anneau me prenne ! »

 « Peut-être... ouais, peut-être. C'est vrai – comme c'est vrai que je n'ai rien d'un Green Lantern, et que ma volonté n'est pas la plus forte.
Enfin... d'habitude. Là, ça change un peu. Là... là, tu t'en prends à elle. »


 « RAH ! Imbécile ! C'est... ça ne change rien ! »

La lutte est terrible.
Jediah Caul s'acharne, et Jessica subit des coups de manière intermittente ; mais elle ressent, clairement, les aléas du combat entre son ennemi... et Ray, qui semble donner beaucoup pour affaiblir l'énergie utilisée.

 « Si, ça change tout. Je ne suis pas un Green Lantern – ma volonté domine rarement ; mais parfois... parfois, si.
Tu veux l'abattre ? Je refuse. Je veux qu'elle survive. Je veux qu'elle vive, en fait. Je sais qu'elle m'en veut, je sais qu'elle m'a hurlé dessus, je sais qu'elle me hait... et ça me peine. Ça me ronge, ça me bouffe, et c'est un événement qui ne guérira peut-être jamais ; mais on s'en fiche, de ça.
C'est... elle. C'est elle.
Je veux qu'elle vive. Je veux qu'elle survive. Je veux qu'elle puisse vivre, pouvoir rire, pouvoir s'amuser, pouvoir s'amuser – même pouvoir me hurler dessus. Je veux qu'elle vive – et je suis prêt à tout pour ça ! »


 « Ha oui ? HA OUI ? RAH ! »

Jediah Caul hurle, se crispe – et projette un terrible rayon d'énergie, qui s'échappe de son anneau ; avec Ray.
Atom est violemment projeté en dehors de la bague, et reprend sa taille normale... avant de brutalement s'écraser contre un mur !


 « Hughn... »

 « C'est... tout ? C'est tout ce que tu sais faire ?! Tu croyais vraiment que ta petite volonté pouvait battre la mienne ? »

Jediah se concentre uniquement sur Ray, et lui hurle dessus en le menaçant. Palmer se redresse difficilement, et tourne lentement son visage marqué vers lui.

 « N... nan. Ma... j'pensais pas que ma volonté pouvait t'battre... j'pensais pas te battre. J'ai... pas fait ça pour ça. »

 « Qu... quoi ? Mais... pourquoi ? Pourquoi, alors ?! »

Un sourire plein de provocation glisse sur ses lèvres blessées.

 « Pour lui offrir une chance de te finir, voyons. »

Et, sans prévenir, Atom se projette sur le côté, se replie sur lui-même et se protège les yeux ; par expérience.
Depuis une poignée d'instants, Jediah Caul arrête de s'en prendre à Jessica, qu'il a laissé de côté... qu'il a laissé se reprendre, retrouver son énergie et décider comment agir ; Ray l'a fait exprès, et s'attend maintenant au feu d'artifices qu'il espère avoir déclenché !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 20/11/2017
Messages : 184
DC : Wonder Woman ; Red Hood ; Starfire
Localisations : Secteur 2814
New Titans
MessagePosté le: Jeu 17 Jan 2019 - 19:09


Home sweet home« Simon ! »

Jessica resserra le poing, consciente que céder à cet instinct qui la priait de rejoindre son meilleur ami, tombé quelques mètres plus loin, lui ferait perdre le peu d’avantage qu’elle avait dans ce combat. Et le tir que venait de se prendre Simon était également une preuve du déséquilibre évident de ce même combat : qu’elle ait le dessus ou pas, elle réalisa que ça ne suffirait pas. Elle ne suffisait pas. Elle pouvait rajouter autant de chaînes qu’elle le voulait, se faufiler le plus vite possible jusqu’à l’anneau de Jediah, ce dernier était trop fort pour eux. Cette énergie qu’il projetait était différente, elle était… elle était bien plus forte que la leur.

Alors Jessica serra le poing, les doigts et les dents – en vain. Jediah brisa ses liens comme s’il n’était pas enroulé de kilomètres de chaînes faites de volonté pure, mais seulement de fil de pêche. Jessica fit mine de bondir en avant, mais même sa vitesse d’exécution ne suffit pas. Elle se heurta violemment à une paroi verte foncé et fut propulsée en arrière sur une courte distance. Courte, parce qu’il y avait un autre mur juste derrière elle qui la réceptionna avec tout autant de brutalité. Elle tomba à genoux avec un grognement de brutalité.

« Qu’est-ce … ? »

Le visage triomphant et presque… fou de Jediah lui apparut de l’autre côté, et Jessica répondit à ses piètres excuses par un regard noir.

« Tu n’as pas gagné, » grogna-t-elle.

Il fallait qu’elle est l’air sûr parce que dans l’immédiat, elle était à court de solutions. Mais alors qu’elle sentait l’énergie autour d’elle s’intensifier, que son mauvais pressentiment tournait à la certitude et qu’elle cherchait désespérément un moyen de parer le coup fatal qui n’allait pas tarder à venir, quelque chose d’étrange se produisit. Etrange pour ceux qui n’avaient jamais eu la chance d’être témoins d’une telle prouesse, ceci dit. Jessica, elle, elle en avait été la spectatrice des dizaines de fois. Les signes, elle les avait repérés. Il y avait eu le tout petit point noir, le fait que Ray ne soit nulle part en vue, et, surtout, l’affaiblissement notable de l’énergie autour d’elle.

Son sang s’engorgea d’adrénaline avant de déferler dans ses veines avec un rugissement qu’elle seule entendit.

Elle aurait aimé assisté au spectacle, et ce malgré l’impression plus que plaisante de déjà-vu, mais son attention fut malheureusement accaparé par la prison qui se refermait autour d’elle et par les jets d’énergie qui continuaient de voler d’un mur à l’autre en la prenant pour cible. Jediah était affaibli, oui, ce qui l’avait empêcher de la tuer avec un claquement de doigts, mais il restait dangereux. Jessica évita le premier coup, contra le deuxième, mais se prit le troisième en plein dans l’estomac. Le choc l’envoya contre une des parois de la prison de plus en plus petite, et elle ne put rien faire contre le quatrième jet d’énergie qui lui explosa directement dessus. Sauf que le handicap de Jediah était maintenant plus que notable : il était considérable, et Jessica s’en sortit avec une pointe de douleur aveuglante dans la tête et un nez en sang. Un pronostic vital plutôt chanceux, considérant ce à quoi elle faisait face.

Elle se releva juste au moment où la prison se pulvérisa autour d’elle, et, déséquilibrée, elle bascula à genoux au sol. Elle vit Ray se faire projeter en arrière après avoir récupéré sa taille normale, et c’est sans réfléchir qu’elle se reprend et prépare déjà son prochain coup. Si combattre avec Simon est devenu une longue liste d’automatismes et d’instincts, se retrouver aux côtés de Ray pour faire face à la même menace n’en reste pas moins la toute première chorégraphie qu’elle a apprise. Elle connaissait chaque pas, chaque changement de tempos, chaque variation – absolument tout. Ils avaient très probablement beaucoup à apprendre niveau communication – sans nul doute – mais s’il était un langage que Ray et Jessica maîtrisaient, c’était celui du combat en tant qu’allié.

Jessica s’éleva dans les airs à toute vitesse tout en rassemblant ses forces, sa volonté, son courage – tout ce qui faisait luire l’anneau à sa main.

« On se la joue épique, J-Bird ? » grésilla son anneau.

Est-ce qu’il voyait ce qu’elle préparait ? Probablement. Elle sourit et une partie de son esprit imagina ce visage hypothétique et vague qu’elle donnait toujours à l’entité, à l’intelligence, à la chose dans son anneau, lui sourire en retour.

Ray se recroquevilla. Un signal. Dans leur langue, c’était un signal, et elle était loin de l’avoir raté.

« Tu n’es pas à la hauteur, mon p’tit, » siffla-t-elle en direction de Jediah.

Puis elle brandit son poing et une énorme bête s’en échappa. Elle était si imposante et si grande que Jessica était toujours en train de visualiser sa queue alors que la tête, elle, avait pris vie et ouvrait déjà la gueule. Si grande et imposante que sa présence se reflétait sur tout le campus et que le halo vert qui l’entourait rebondissait d’une fenêtre à l’autre – loin, très loin des faibles lueurs que ses créations projetaient autrefois. Si grande et imposante que Jessica en perdit presque le contrôle immédiatement. Presque.

Presque.

Le dragon rugit et plongea. Jessica suivit le mouvement. Les deux grandes ailes s’ouvrirent, Jessica imagina l’étincelle au fond de ce gosier mythique, et l’anneau se plia à sa volonté. La gueule s’ouvrit et la créature cracha un feu d’émeraude terrible sur Jediah qui l’enveloppa et se répandit autour de lui. Les flammes d’énergie vacillèrent mais ne faiblirent pas alors que le dragon percuta le sol à pleine vitesse et que l’énergie que Jessica avait ainsi rassemblée éclatait en mille morceaux et se dispersait tout autour d’eux.

Elle se couvrit les yeux avec l’intérieur de son bras alors la luminosité explosait tout autour d’eux mais elle continua sur sa lancée. Elle atterrit devant Ray, le campus toujours englouti par la montée d’énergie autour d’eux. Elle posa ses deux mains sur le mur contre lequel il était recroquevillé et resta là, pliée au-dessus de lui, prête à projeter un bouclier autour d’eux si le besoin s’en faisait ressentir.

Mais la luminosité finit par s’estomper. L’énergie disparut et, après quelques clignements de yeux intensifs, Jessica retrouva pleinement usage de sa vision. La première chose qu’elle vit, ce fut Ray recroquevillé sous elle. Haletante, elle croisa son regard et ne put s’empêcher un léger éclat de rire.

« Wow, » souffla-t-elle. « Ca va ? »

« La vache, J-Bird ! Préviens, la prochaine fois ! » lança Simon dans son dos. Il s’arrêta près d’un Jediah insconscient – uh sans surprise. Il grimaça en regardant les signes de brûlures sur la pierre autour de lui et se passa la main sur la nuque, là où le souvenir du dernier tir de Jediah était encore brûlant. « Plus jamais je lui montre Game of Thrones, » souffla-t-il pour lui-même.



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1159
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; W.R. Wintergreen.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Hier à 8:51
Un silence lourd et puissant s’abat sur le campus d’Ivy Town, après que l’immense débauche d’énergie émeraude se soit dissipée ; et ce silence dure longtemps.
Car il fait du bien à tout le monde.


« Hughn. »

Mais Atom en vient à le briser, car il ne peut retenir un grognement – une légère plainte, alors qu’il recommence lentement à bouger. Ses muscles ont été brutalement touchés par l’attaque de Jediah Caul, quand celui-ci l’a expulsé de son anneau ; il en a vu d’autres, mais ça fait mal.
Même si tout ceci s’évapore, la douleur comme la peur ressentie, quand… il relève les yeux ; quand il la voit. Et quand il l’entend.
Rire.


« Ha. »

Recroquevillé en position fœtale jusque-là, Ray se déplie lentement, et regarde au-dessus de lui – pour voir Jessica, qui ne le surprend pas, ici ; il savait, en fait. Il savait, au fond de lui, qu’elle serait là… qu’elle était venue, au-dessus de lui. Pour le protéger, au cas où.
Pour le sauver. De lui-même.
Comme d’habitude.


« Ha… ha-ha-ha… »

Il tourne sur lui-même, un peu pathétique et gauche – mais s’en fiche ; devant elle, il s’en fiche. Et rit, surtout.
Même s’ils ont dans un froid terrible, même s’ils ne se sont échangés que des mots secs et durs depuis leur retour de Jessica, même si son cœur est en peine et son âme lui semble brisée… non, il n’a pas honte de mal se tenir, de paraître maladroite ou nul. Pas devant elle.
Surtout pas quand ils explosent de rire, ensemble.


« Haaa… »

Après plusieurs instants, quasiment plusieurs minutes, le phénomène s’arrête – à regret.
Palmer se relève, entièrement, et passe lentement ses mains gantées sur son visage masqué ; ça fait mal.


« Aïe. »

Une légère grimace glisse sur ses lèvres, alors qu’il enlève son masque et prend une grande inspiration. Les plaies guériront, mais elles sont encore vives.
Son regard passe alors sur Jediah, évidemment vaincu et immobile au sol. Il n’en est pas surpris.


« Jess’ avait déjà vu Le Hobbit, Simon. Question dragon, ça a quand même plus de classe que les bestioles de Khaleesi… »

Il se tourne vers les deux Lanterns, et sourit à sa propre réflexion ; comme si tout allait bien. Comme si rien n’avait changé. Comme si… comme si.
Mais non.
Ce n’est plus comme avant. Ça a changé. Ça ne va pas bien.
Et il le sent, il le voit quand il croise leurs regards – quand ce petit moment sympathique s’évapore, de lui-même.


« Hem. »

Il grogne, soupire. Secoue la tête.

« Je… j’vais vérifier que tout va bien, et… »

« Nan. »

La réplique de Simon est sèche, dure, brutale.
Complètement imprévue.


« C’est mort. »

« Mais… »

« Nan. C’est mort. »

Simon, par réflexe, s’auréole d’énergie verte ; ça ne sert à rien, mais ça fait son petit effet.
Suffisamment pour que Ray s’arrête, et fige des yeux surpris sur lui.


« Vous… p’tain, c’est à moi de faire ça ? A moi ? Vous déconnez. Vous déconnez complètement, en fait.
Je… j’sais pas ce que vous avez, et ça me regarde pas. Mais ça ? Tout ça, là ? Ce bordel qu’on a géré ensemble, et où ça a failli foirer parce que vous avez un problème ? C’est mort.
J’sais pas ce que vous avez, mais… ça peut pas durer. »


Il lève sa main, et pointe de l’index un restaurant, à quelques mètres ; abandonné par les clients et employés, mais avec encore de nombreuses victuailles sur les tables.

« Là. Vous allez là. Maintenant.
Vous y allez, et vous parlez. Vous parlez, ou je vous botte le cul – oui, même ton micro-cul, et même le cul de ton super dragon de ouf… dont je suis un peu jaloux. Allez. Vous y allez.
Soyez adultes, bon sang. Vous… vous s’rez p’têt plus Jess’ et Ray, mais vous êtes toujours Jessica… et Ray aussi, mais bref. Vous êtes toujours des gens formidables.
Alors soyez-le, là. Ensemble.
Moi j’vais nettoyer le bordel. »


Simon a lâché beaucoup de choses, là, et il en est le premier surpris ; et ému.
Un peu gêné, un peu timide, il s’élève dans les airs, et file ailleurs – autant pour commencer à gérer les conséquences de l’attaque, que pour s’échapper du couple… ou ex-couple, ou futur ex-couple, ou n’importe quoi.

Il les abandonne, donc.
Et si Atom suit des yeux Simon pendant plusieurs instants encore, il baisse finalement les yeux sur Jessica – et grimace un sourire.
Un soupir s’échappe de ses lèvres, alors qu’il la voit – qu’il la regarde.
Qu’elle est belle, pense-t-il. Qu’elle est formidable, confirme-t-il après ses actes du jour.
Mais… que de problèmes ils ont, sait-il.


« Bon. »

Sa voix est faible – mais elle est là ; il parle.
Il rassemble son courage, et parle.


« Je… j’allais dire, je te paye un café, mais on ne va pas abuser. Je… je vole un café, pour te le donner, ça te dit ? »

Palmer sourit, légèrement, après sa blague un peu nulle.

« Je… j’ai un peu peur que ton collègue s’énerve, si on l’fait pas… »

Il hausse les épaules, et serre lentement les bras ; il est gêné, clairement.
Mais il sait que c’est indispensable, incontournable.
Et… même s’il ne l’avoue pas, encore moins à lui, il… ça ne le gêne pas. Ça ne le gêne pas vraiment, de passer du temps avec Jessica.

Même si ça fait mal. Même si c’est dur. Même si y repenser lui coupe la respiration, et fait disparaître le sol sous ses pieds.
La voir, oui. La voir… ça lui plaît.
Malgré tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[6ML] Home sweet home... or something like that [Atom]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Home sweet home
» Chi's Sweet Home
» Chi's sweet home
» Cinq mille kilomètres par seconde de Manuele Fior
» Le Jeu des Moutons ( Home sweet Home 2 )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ivy Town-