[6ML] La Stagiaire

Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Inscription : 10/12/2012
Messages : 549
MessagePosté le: Lun 11 Fév 2019 - 14:20
Jenny Douglas a donc passé une nuit avec John Henry Irons.
Et celui-ci ne sera plus jamais le même homme... même s'il mettra du temps à s'en rendre compte, encore plus que ses proches.

Trois semaines sont passées, depuis cette fameuse nuit.
Steel a officiellement révélé son identité, et ne s'occupe plus de Steelworks. Ses apparitions publiques se sont raréfiées, et il semble constamment occupé au Hall de Justice – à gérer le Département Scientifique de la Justice League.
Même si quelques rumeurs, au sein de la communauté des Héros, laissent penser que le chercheur semble bien... concentré, sur ses tâches ; au point de paraître préoccupé, et même troublé pour certains proches.

Evidemment, le grand public n'en sait rien ; et Jenny non plus, même si elle doit s'en douter.
Elle a, cependant, autre chose à gérer – car l'affaire des chats morts demeure un sujet de fond, dans son quotidien, qui pourrait enfin aboutir sur quelque chose.

En effet, alors que la jeune stagiaire a multiplié les interviews et les articles dans le Daily Planet, même s'ils sont essentiellement des brouillons qui ont été retravaillés par d'autres, elle semble enfin sur une piste.
Ses contacts avec les vétérinaires ont confirmé que de nombreux félins meurent de cause mystérieuse, et les soupçons se portent sur un empoisonnement généralisé ; mais la source reste inconnue... jusqu'à aujourd'hui.

Jenny a en effet réussi à trouver une piste qui la mène... quelque part ; quelque part où elle ne pensait pas forcément aller.
Dans les Suicide Slums, le quartier le plus malfamé de Metropolis.



Malgré Superman, malgré LexCorp, malgré la technologie et la puissance de la ville, une partie demeure dangereuse et misérable ; les Suicide Slums.
Où Jenny se rend, donc, en fin de journée – après qu'un indicateur anonyme lui ait indiqué que l'origine de l'empoisonnement s'y trouvait. Où elle pourrait donc en apprendre plus... si elle y vient ; seule.

Même si, hélas, y venir en solitaire n'était pas une bonne idée.
Comme elle va vite s'en rendre compte.


 « Hey, hey, hey. »

 « Mignonne, mignie. »

 « Elle va l'faire, les mecs. Elle va l'faire ! »

A la lueur du jour, même si la journée s'achève. Dans une des grandes artères des Suicide Slums. En public, donc.
Trois loubards, trois voyous s'approchent de Jenny – et sortent des armes.
Couteaux, chaînes et autres joyeusetés, qu'ils lèvent vers elle ; en plein jour, donc. Sans que personne ne réagisse... sans que personne ne semble vouloir l'aider !


 « Elle est à nous ! La p'tite est à nous ! »

 « Hihi, bonne fin d'journée pour n... »

 « La journée finira bien – MAIS PAS POUR VOUS ! »

Une voix puissante s'élève depuis les hauteurs, alors qu'une forme en bondit...
... et s'abat sur les trois loubards ; pour les frapper, avec une technique et une violence rare !

Jenny l'ignore peut-être, mais Gangbuster vient l'aider.
A voir maintenant si elle veut en profiter pour s'enfuir, comme tout un chacun le ferait... ou s'il reste ici, malgré la folie et le danger des Suicide Slums !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 06/05/2018
Messages : 235
DC : Victor Fries; Wesley Dodds / Sandman, Zinda Blake/ Blackhawk
Localisations : Irlande
MessagePosté le: Sam 16 Fév 2019 - 10:54




Les semaines s’écoulaient et de plus en plus la sorcière prenait le pli de cette vie que menait l'humanité occidentale. Une vie à courir après le temps où les yeux restaient rivés sur les horloges. Lève toi à telle heure. Pars à telle heure. Travaille à telle heure. Repose toi à telle heure, mange à telle heure, rentre à telle heure. Dors à telle heure. Une vie à la vacuité manifeste et ne choquant presque personne car vous étiez exclu du système si vous le refusiez.

Elle croisa le regard de ces exclus dans Suicide Slum. Plusieurs d’entre eux étaient assis le long d’enseignes délabrées. Sans l’influence de la malédiction de la Banshee elle ressentait une empathie pour eux sans se délecter de leur malheur. Songeant qu’en d’autre temps et autre lieux ils auraient pu être puisatier, garde, voir druides. Utiles à leurs communautés en un temps où celles ci ne prônaient pas l’exploit individuel au risque d’exclure totalement ceux ne parvenant pas se maintenir dans la course. Oh certes il y avait des mendiants en son moyen age natal, et même bien avant. Mais l’humain s'illusionnait tant d’avoir évolué...en quoi avait il tant évolué au final? Depuis toujours le système tournait par la mise au travail du grand nombre au profit d’un petit. Si vous n’êtes pas adapté à celui ci ou le refusez car aspiriez à autre chose alors vous mourrez avant les autres. Sans passer par le fil de l’épée certes, mais par une mort lente devant des passants qui fuient votre regard. Une mise à mort par la faim le froid et la maladie. Un exemple pour les autres afin qu’ils se tiennent tranquilles et obéissent eux aussi aux injonctions de l’horloge qui régulait leurs vies.

Elle suivait ici une piste anonyme sur le dossier des chats empoisonnés et compris au bout d’un temps qu’elle tombait dans un traquenard. Trois hommes s’en prirent à elle qui ne pouvait évidement par user de magie pour se défendre au risque de détruire sa couverture car des gens restaient là sans rien faire. Elle aurait préférée qu’ils ne soient pas là, pour ce qu’ils servaient de toute façon… Mais quelqu’un arriva pour châtier ces brigands modernes sévèrement. Jenny s’écarta en reculant, tenant sa sacoche de journaliste sous son bras.



"Je suis Jenny du Daily Planet, j’ai un rendez vous donné par quelqu’un ici. Etes vous cette personne?"


Cet informateur existait il seulement?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t6136-fiche-rp-de-mister-freeze-silver-ba En ligne
Inscription : 10/12/2012
Messages : 549
MessagePosté le: Dim 17 Fév 2019 - 17:58
 « Hughn. »

 « Ha... ha... haaa... »

Les loubards sont vaincus ; brisés.
Leurs os aussi.
Et leur agresseur se redresse, lentement. Sans aucune blessure, mais avec un certain charisme malgré son costume étonnant.


 « Non. »

Il se tourne vers Jenny, et hoche lentement la tête.

 « Je ne vous ai pas donné de rendez-vous... et je ne vous connais pas.
Je suis Gangbuster. Je veille sur les Suicide Slums – et je fais le ménage, quand il faut se débarrasser des ordures. »


Un coup de pied file dans le ventre d'un des voyous, avant qu'il n'approche de Jenny.

 « Il faut partir. Même en journée, les rues ne sont pas sûres. »

 « Surtout parce que tu ne fais pas bien ton boulot, hein ? »

Une voix se fait entendre depuis les hauteurs – et le duo peut alors découvrir son origine...
... un autre type en costume, mais à l'allure bien plus féline !

 « Mais... »

 « Chut, mon beau. Je ne suis pas là pour toi. »

L'homme effectue un salto parfait, et atterrit devant Jenny.
Avant que Gangbuster ait pu réagir, il se relève et s'approche d'elle – pour non pas l'agresser, mais réaliser un parfait baise-main.


 « Mademoiselle... enchanté. Je suis Catman, et j... »

 « LAISSE-LA ! »

Gangbuster lève sa main pour s'emparer de Catman – mais celui-ci est plus rapide.
Il évite sa main, tourne autour du Héros, et le projette au sol avec une sacrée prise ; douloureuse, en plus.


 « Pardonnez cette interruption, mademoiselle. Je suis Catman, donc, et avant que ce gorille ne m'interrompe, j'allais vous confirmer que je vous ai donné rendez-vous ici. »

 « JE NE TE LAISSERAIS PAS LUI FAIRE DU MAL ! »

 « Telle n'est pas mon intention. »

Catman glousse, avant de se tourner – pour frapper violemment du pied.
Non pas Gangbuster, ou même Jenny... mais un pan de mur, à proximité ; qui cède sous le choc, et révèle un escalier.


 « Je sais que mademoiselle Douglas enquête sur l'intoxication des félins ; le sujet m'intéresse, et j'ai trouvé une piste... à laquelle je vous invite. Tous les deux, même : quelques muscles ne seront pas de trop. »

Catman hausse les épaules, pour descendre les escaliers.
Quelques instants lui suffisent pour arriver à destination...

... même si l'arrivée dans le laboratoire d'un savant fou peut surprendre, dans les Suicide Slums !

 « La piste mène ici, les empoisonnements auraient lieu entre ces murs. La suite, par contre, dépendra de ce qu'un Héros local et une journaliste pourraient en faire... »

Gangbuster est vexé, mais suit Catman malgré tout – et commence à regarder, à chercher quelque chose ; pour confirmer ou non les dires de l'autre, dont il se méfie.
Un joyeux bordel règne en ce lieu, mais une bonne surprise pourrait être trouvée par hasard...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 06/05/2018
Messages : 235
DC : Victor Fries; Wesley Dodds / Sandman, Zinda Blake/ Blackhawk
Localisations : Irlande
MessagePosté le: Dim 17 Fév 2019 - 19:09



Celui qui avait cogné avec un certain savoir faire les brigands se présenta comme Gangbuster, une sorte de justicier local dont elle n’avait pas entendue parler l’aura de Superman et son mémorial supplantant quelque peu celui ci. Il n’était pas son informateur et lui demandait de partir, alors qu’elle allait le faire un autre homme fit son entrée sur la scène. Il n’avait apparemment pas l’étiquette de “ justicier” pour sa part, c’était du moins ce que l’attitude de Gangbuster à son égard laissait deviner. Il approchait pour lui faire le baisemain, Siobhan lâcha un très léger sourire étonnée par ces manières qu’on attribue aux hommes galants. Et il faut le dire, avant les gens ne se montraient pas si galants avec elle. Ils se pissaient dessus oui, çà elle l'avait vu souvent. Mais le baisemain jamais.


“Bonjour Catman.”


Mais a peine avait il fini que l’autre lui fonçait dessus persuadé qu’il avait de mauvaises intentions, Catman était plus rapide et utilisa sa vitesse pour repousser son assaillant qui évertuait à vouloir la protéger.


“Ne vous batez pas je suis sûr que ses intentions sont bonnes!”


Et puis de toute façon si elles ne l’étaient pas elle saurait se défendre. Mais elle avait un personnage de jeune femme sans défense à maintenir et apparemment çà marchait suffisamment bien pour que Gangbuster marche à fond. Catman dévoila alors qu’il savait sur ce quoi elle enquêtait, elle comprenait que le costume qu’il portait le liait aux chats particulièrement. Peut être un peu comme ce lien que certains avaient avec les chauve souris, presque mystique. Le monde animal pouvait être une formidable source d’inspiration aussi elle serait la dernière à juger ce quasi-culte pour un animal. Il ouvrit un passage secret caché dans un mur et les invita à le suivre, ce qu’ils firent. Ils arrivèrent dans un intriguant laboratoire et étant donné la quantité d’objets dont elle ignorait les usages l’entourant Siobhan sortit un petit appareil photo numérique de sa sacoche, appareil dont Jimmy lui avait apprise à se servir. Les deux hommes l’accompagnant se retournèrent simultanément signifiant peut être qu'il n'était pas question de les prendre aussi.


“Je ne vous photographie pas, je veux juste garder des images de tout cela.”


Elle se surprenait elle même d’avoir ce réflexe journalistique, Clark déteignait certainement pensa t’elle avait un petit sourire, appuyant sur le bouton pour prendre plusieurs clichés dans lesquels ses accompagnants étaient hors cadre. Le flash illuminant le laboratoire elle le parcourait à la recherche d'éléments intéressants elle aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t6136-fiche-rp-de-mister-freeze-silver-ba En ligne
Inscription : 10/12/2012
Messages : 549
MessagePosté le: Lun 18 Fév 2019 - 9:39
« Ha ! Vous ne me photographiez pas ? »

Un grand sourire glisse sur les lèvres de Catman.

« Quel dommage ! »

Un petit gloussement s’échappe de sa gorge, alors qu’il hausse les épaules. L’homme costumé se détourne des endroits que Jenny photographie, en croisant les bras ; il semble prendre beaucoup de plaisir à cette situation… et notamment aux regards lourds que Gangbuster lui envoie.

« Hem. Vous ne devriez pas lui faire confiance. »

Le justicier glisse autour des tables, puis fige son regard sur Jenny.

« Catman est un Vilain, un assass… »

« Les gens bien élevés disent mercenaire. »

« C’est un assassin, une épée à louer comme on dit. Il est recherché pour de nombreux crimes, et il doit être arrêté. »

« C’est vrai. »

Catman fige son regard sur Gangbuster, et adopte une allure bien plus sèche.

« Mais je suis bien le seul à m’être intéressé à la disparition de la quasi-majorité de la population féline de Metropolis. »

« Je veille sur les vies des habitants des Suicide Slums. »

« Et moi sur leurs cœurs. »

La bagarre verbale s’arrête… pour un instant, au moins.
Mais il semble clair que deux coqs sont en train de s’affronter, a priori pour obtenir le droit de séduire Jenny ; qui pourrait en être flattée – ou s’en désintéresser complètement, afin de découvrir de nombreuses notes scientifiques. Qui semblent se concentrer sur l’empoisonnement félin, mais aussi… la transmission à l’homme, par la suite.


« Hem. Et d’aileurs, comment av… ARGH ! »

Gangbuster ne peut finir son interrogation, hélas ; car il est soudain happé par une terrible douleur, qui le fige et le projette au sol.
Catman fait de même, malgré une résistance supérieure – et Jenny est elle-même agressée par une attaque psychique, même si ses capacités pourraient la faire tenir un peu plus.


« Ce n’est pas poli, de rentrer chez quelqu’un sans y être invité. »

Une voix lourde et désagréable se fait entendre, tandis qu’une forme massive et puissante s’échappe des ombres…
… et la menace avec une arme – même si son allure elle-même est terrifiante !

« Même s’il est agréable d’obtenir, sans effort, de nouveaux sujets d’étude. »

Il glousse, alors.
Et rien n’est pire que le gloussement vicieux et mauvais d’Ultra-Humanite !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 06/05/2018
Messages : 235
DC : Victor Fries; Wesley Dodds / Sandman, Zinda Blake/ Blackhawk
Localisations : Irlande
MessagePosté le: Lun 18 Fév 2019 - 19:25
Spoiler:
 




Les deux hommes continuaient à se disputer et Siobhan mit cela sur le dos de leur “ orientation différente", prenant bonne note que celui au costume apparenté d’un chat était un "assassin à louer" et donc potentiellement utile pour elle un jour. Elle approchait de notes parlant du poison tuant les chats, il y en avait beaucoup et des quelques bribes qu’elle lu il était fait état de symptômes sur l’être humain. Elle fronça les sourcils en photographiant les documents quand soudain, les deux hommes à coté d’elle s’ éffondrèrent et qu’une puissant mal s’en prit à son esprit. L’ancestral rituel accompli par les Mcdougal la protégea de cette attaque un peu mieux que Tic et Tac qui avaient enfin fini de se chamailler, tous les deux mis d'accord en un instant. Mais elle avait mal à la tête, terriblement mal.


Cosaint mheabhrach


Le tatouage noir d'un triskèle apparu sur son front, stoppant la douleur. Il s'agissait là d'un sortilège de protection aux attaques télépathiques qu’elle lança précipitamment, ignorant si elle allait périr. Un réflexe de survie qui pourrait mettre à mal sa couverture si Gangbuster et Catman n’avaient pas été allongés sur le sol semblant ne rien comprendre à ce qui leur arrivait. Le visage de "Jenny" pourtant agréable depuis des semaines prit alors une apparence bien moins sympathique. Qui a osé?!? Elle eu sa réponse car l’ôte des lieux apparu en lui parlant, armé. Elle le reconnu aussitôt car elle s’était intéressée il y a longtemps à celui qui lui faisait face, intriguée par son potentiel. Il semblait se délecter de cette situation se félicitant de trouver ainsi de nouveaux cobaye pour ses expériences scientifiques. Mais il n’était pas vraiment tombé sur une journaliste sans défense et il l’avait sans doute déjà compris.


“Je m’affranchi de ce mode de communication comme il me sied...Ultra-Humanite.”


Elle fit un étrange signe avec ses mains et une aura mauve parcouru le corps de la jeune femme en blue jean et pull blanc pour remplacer ses vêtements par sa robe de Crone et un bâton. Ses cheveux lisse ondulèrent comme ceux d’une sauvageonne et l’obscurité se fit autour d’eux. Comme si l’intensité lumineuse des appareils électrique diminuait, alors que des lueurs rouges brillaient au fond des yeux de la sorcière.

Spoiler:
 


“Dommage que tu me forces à dévoiler mes pouvoirs pour m’opposer à toi. “


Elle l’affronterait oui. Et le soumettrait pour s’en faire un allié ou l’enfermerait dans un cachot du Netherworld avec l'homme chat et l'houspilleur s’ils avaient la mauvaise idée de sortir de leur léthargie pour découvrir qui elle était réellement.


“Tu es un ennemi de Superman, comme moi. Rejoins-moi ou soit damné.”


Les murs commencèrent à suinter d'un liquide d'abord noir puis rouge, ceux ci saignaient et des gouttelettes perlaient le long des alambics et autres cuves du scientifique gorille. Une illusion. Mais une illusion destinée à intimider celui qui lui faisait face. Le visage dur elle fit tournoyer son bâton, prête à ce que le gorille albinos télépathe lui tire dessus. Elle préférerait mille fois qu'il soit dans son camp que d’avoir à l’affronter. Mais si il refusait de se soumettre par la peur elle lui donnerait les raisons de le faire par la force.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t6136-fiche-rp-de-mister-freeze-silver-ba En ligne
Inscription : 10/12/2012
Messages : 549
MessagePosté le: Mar 19 Fév 2019 - 11:21
Gangbuster et Catman sont au sol ; inconscients.
Vaincus.
Et surtout incapables de réagir, d’intervenir pour aider Jenny Douglas face à l’Ultra-Humanite… même si elle n’en a pas besoin, en fait.

La jeune femme utilise les pouvoirs qu’elle voulait cacher, et modifie autant sa forme que sa puissance. Elle révèle clairement son identité, en tout cas pour ceux qui connaissent quelque peu les Vilains de ce monde, et notamment les Vilains de Superman.
Elle fait face à l’Ultra-Humanite, active une illusion, et en vient à le menacer clairement – mais l’effet n’est pas forcément celui attendu.


« Ha. »

Les murs suintent. Une atmosphère terrible, abominable s’impose, et des odeurs dégoûtantes, repoussantes interviennent soudain. Le bâton, récemment apparu, va et vient, menaçant l’ennemi, tandis que la jeune femme exige une soumission pour la suite.
Mais ce n’est pas ce qu’elle obtient, hélas.


« Ha-ha-ha-ha-ha ! »

Il rit.
L’Ultra-Humanite – avec sa voix lourde, désagréable. Son corps massif et puissant glousse, même s’il maintient encore son arme pointée sur Jenny.


« Sérieusement ? Tu… exiges que je te rejoigne ? Ou je serais… damné ? »

Il lève sa main libre, et tapote son immense boîte crânienne en souriant.

« Je ne crois pas à la Magie, en tout cas au folklore qui l’entoure. Damne-moi si tu veux, je saurais m’échapper, et trouver un corps qui ne le soit pas. »

L’immense primate possédé grogne, puis enchaîne.

« Je t’ai reconnue – mais je sais que tu caches ton apparence. Tu as attendu qu’eux deux soient inconscients pour laisser apparaître tes pouvoirs, et tu as adopté une allure faible, anonyme, anodine au préalable. En évoquant même une situation de journaliste, n’est-ce pas ?
Je crois que tu es en train de monter un coup, ma chère. Je crois que tu entends t’en prendre au cher journal de notre formidable adversaire commun – et tu as peur que je ne brise ton plan, dans cette opposition. »


Un sourire immense, plein de vice, glisse sur ses lèvres massives.

« Et tu as raison. »

L’Ultra-Humanite claque des doigts – et un écran s’anime, s’allume.
Doucement, prudemment, en visant toujours Jenny, il s’en approche, et appuie sur quelques boutons d’un gigantesque clavier, prévu pour ses doigts ; une vidéo s’enclenche, alors.
Une vidéo tournée quelques instants plus tôt… et qui montre Jenny.
En train de se transformer. En train de le menacer, ensuite.


« Toutes mes données sont sur un cloud, dont le contenu sera transmis aux grands journaux de ce monde s’il m’arrive quelque chose ; pour que toutes mes recherches soient publiées, afin qu’elles inspirent autrui… mais, aussi, pour nuire à ceux qui s’en seraient pris à moi.
Dont toi.
La vidéo sera transmise à tous, et notamment au Daily Planet, ma chère. »


Il glousse, à nouveau de manière si désagréable.

« Je ne me soumettrais pas – et tu vas devoir m’affronter. Ce qui va causer du grabuge, attirer de l’attention… son attention.
En sachant que, si tu gagnes, la vidéo sera diffusée – et tu perdras, alors. »


L’Ultra-Humanite s’avance, et exhibe un rictus de vainqueur.

« Ou alors… tu peux partir, et me laisser deux nouveaux sujets d’étude ; et rien ne se sera passé.
J’adorerais t’analyser, mais je ne vais pas être gourmand – et je déteste ce que tu fais de mon intérieur.
Je te laisse une chance, ma chère, de ne pas perdre. Tu devrais la prendre, je suis rarement aussi généreux… »


Une pointe de menace glisse dans son regard, tandis que sa prise sur son arme s’intensifie.
Il ne plaisante pas ; et son offre a une durée de validité limitée, clairement !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 06/05/2018
Messages : 235
DC : Victor Fries; Wesley Dodds / Sandman, Zinda Blake/ Blackhawk
Localisations : Irlande
MessagePosté le: Lun 25 Fév 2019 - 19:13




Les menaces de la jeune sorcière n’avaient pas eu l’effet escompté sur Ultra-Humanite. Il n’avait pas peur de la magie et ses menaces ne déclenchèrent que son rire sardonique. Il était persuadé qu’il pourrait toujours s’échapper et trouver un corps pour l’accepter, pour Siobhan il avait tord sur ce point. Il existerait des geôles dans le Netherworld où aucun être vivant ne pourrait l’accueillir comme hôte et où roche et magma seraient ses seuls compagnons. Mais il avait raison sur un point: De ne pas se laisser intimider par elle. Car si une grande sorcière expérimentée pourrait le battre Siobhan ne le pourrait pas, ou bien sur un coup de chance. Elle maîtrisait mal ses sorts, leurs usages et application dans un combat. Son propre corps lui même lui était presque étranger après des siècles habituée à un autre. Elle n’avait pas le niveau pour soumettre Ultra Humanite mais s’était montrée déterminée. Elle s’était aussitôt dévoilée comme une sorcière pour l’affronter car le savait télépathe. En lisant dans les pensées de la “ Stagiaire” il aurait su qui elle était réellement de toute façon. Alors autant se protéger de sa télépathie et garder une capacité de l’affronter plutôt que se livrer sans combattre.

Il lui proposa de la laisser partir si elle lui laissait les deux hommes arrivés avec elle et avait dévoilé une carte de son jeu: Il avait les preuves de son identité maintenant car il l’avait filmée sous cette forme. Il espérait inverser la situation, faire que elle, soit sous son contrôle. Qu’elle continue son infiltration au Daily Planet avec une épée de Damoclès au dessus de la tête : qu’Ultra Humanite informe le monde et le Daily Planet de qui elle est réellement...Et que Superman lui tombe dessus alors qu’elle n’est encore qu’a son bureau en train de travailler avec Clark Kent.

Il serait impossible pour elle de fuir dans cette configuration. Ultra Humanite l’avait mise dos au mur, ne lui laissait pas de possibilité de victoire autre que le tuer ou neutraliser. C’était risqué de sa part car acculé on prenait parfois des décisions extrêmes mais peut être avait il sentit qu’elle n’était pas si sûre de ses pouvoirs qu’elle s’évertuait à le faire croire. Siobhan posa le bout de son bâton sur le sol en délaissant son emprise sur l'illusion, l’intensité lumineuse de la pièce redevenant normale et le sang recouvrant la pièce disparaissant comme il était arrivé.



“J’accepte ton offre Ultra Humanite. Tu as gagné et j’ai perdu. Tu as été le plus fort je dois le reconnaître. Je te laisse ces deux imbéciles ils n’ont aucune valeur pour moi.”




Son esprit toujours protégé par son son sortilège anti-télépathes Siobhan ne laisserait rien filtrer de sa pensée réelle. Car même si çà lui déplaisait au plus au point d'avoir faillie elle était préparée à ce qu'on découvre son identité. Elle savait qu’un jour ou l’autre elle risquait d’être démasquée par quelqu’un du Daily Planet mais avait toujours crue pouvoir éviter les télépathes capables de comprendre ce qu’elle avait réellement derrière la tête. Hélas! Un destin malchanceux avait voulu qu’elle tombe lors de son enquête sur les chats sur l’un des pire télépathe qui soit. Sa “carrière” de journaliste était finie, car sitôt repartie elle ne laisserait pas son destin entre les mains du gorille albinos. Il faudrait être folle pour çà.



“Si j’infiltrais le Daily Planet c’était pour m’attaquer à notre ennemi commun. Découvrir qui il est. Tu prends le dessus et mène cette danse macabre soit. Il me coûte de le reconnaître mais en prend acte. Maintenant dis moi alors: Quel est ton plan si efficace pour lui régler son compte? Qu’est ce qui valait la peine de faire échouer mon plan au long cours qui jusque là fonctionnait? Ce virus qui infecte les chats n’est qu’un début, tu compte tuer toute la ville?”


Elle grimaçait en prononçant ces mots car n’était pas Silver Banshee à cet instant. Elle était toujours une ennemie de Superman voulant sa mort certes, mais pas un spectre qui aurait tué la ville sans ciller juste pour tuer Superman dans le tas. Elle était plus humaine, et si elle voulait la détresse de Superman sa mort n’était que facultative. Le croire mort un temps lui avait d'ailleurs causée du soucis même sous sa forme de Banshee, elle avait besoin de le savoir vivant. Malheureux comme la pierre certes mais vivant. Le voir partir pour un autre monde ou raccrocher sa cape lui aurait suffit. Alors tuer toute la population de la cité la plus peuplée du monde? Ça la gênait. Elle était molle et en avait conscience. Elle était faible, déjà en Banshee elle avait vue cela pointer. Elle le savait et çà la dérangeait de ressentir cela. Mais en même temps elle se sentait humaine et vivante avec ce sentiment désagréable. Cela passait aussi par nombre d”émotions négatives de vraiment vivre, tout avait un prix.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t6136-fiche-rp-de-mister-freeze-silver-ba En ligne
Inscription : 10/12/2012
Messages : 549
MessagePosté le: Lun 4 Mar 2019 - 11:22
Un léger rictus glisse sur le visage simiesque de l’Ultra-Humanite.

« Ha. »

Autour de lui, la pièce retrouve sa normalité alors que le sort de Siobhan s’efface : il préfère. Même s’il a assuré être au-delà de tout cela, il doit quand même avouer que tout ceci était désagréable ; mais gérable, bien sûr.
Son intellect évidemment supérieur le protège de tout, il en est persuadé – même si cela l’a toujours mené à sa perte.


« Tu es intelligente… cela est rare, dans notre domaine de compétence. L’arrogance, l’ego poussent souvent nombre d’entre nous à s’abandonner à des luttes vaines, inutiles – bêtes et méchantes, dirais-je.
Tel n’est pas ton cas ; tel ne sera donc pas notre cas, alors. Cela me réjouit. »


Il baisse légèrement son arme, comme elle l’a fait avec son bâton.
Donnant-donnant, tout simplement.


« J’apprécie que tu aies révélé ton plan… mais tu comprendras que ma stratégie doit demeurer secrète. »

Il glousse, légèrement.
Tellement suffisant. Tellement sûr de lui, et de sa supériorité.


« Mais… soit. Je sais aussi être bon et magnanime, face à une adversaire qui reconnaît sa défaite, et m’offre deux beaux sujets d’étude. »

Son immense main se lève et désigne autant Gangbuster que Catman.
Un sourire mauvais, plein de vice, glisse sur ses lèvres.


« J’entends modifier le génome des habitants de Metropolis, en les soumettant à une maladie qui touche les félins. Tu n’es pas sans ignorer la passion des Humains pour les chats, et j’entends en profiter afin de libérer une toxine qui touchera tous ceux qui les touchent… et tous ceux qui les toucheront, eux.
J’entends alors bouleverser l’A.D.N. des habitants, pour que les plus forts puissent s’adapter et aller de l’avant. Ils seront alors les fers de lance d’une nouvelle Humanité – plus résistante, plus puissante ! Non pas super, comme notre ennemi, mais au-delà encore ; ultra, oserais-je dire. »


Comme l’Ultra-Humanite, qui se voit donc en meneur d’une nouvelle race.
Un plan dément, clairement. Un plan de savant fou – ce qui correspond bien à ce que l’on sait de lui, hélas.


« Les victimes serviront de cobayes ; ma stratégie n’a pas de faille, comme tu le vois. Tout se passera bien… si tu tiens ta langue. »

Son visage simiesque prend un visage plus dur, menaçant.

« Comme je le ferais aussi. Pour toi. »

Même s’il est persuadé que le plan de Siobhan ne fonctionnera pas ; ce qui est l’évidence même, d’ailleurs.
Il n’est pas de lui, après tout – ce plan n’a donc aucun intérêt, aucune chance de réussite.


« Tu peux t’en aller. Adieu.
En espérant te trouver dans mon Ultra-Humanité, si ton génome en est en digne. »


L’Ultra-Humanite lui fait signe de partir, et se détourne d’elle ; pour s’approcher des deux costumés, qu’il regarde avec une avidité cruelle.
Siobhan peut partir, oui – en abandonnant les deux hommes qui ont voulu l’aider aux mains d’un savant fou et mauvais. Tout en sachant qu’il prévoit un plan abominable contre la ville.
Elle peut partir, donc ; mais elle peut aussi rester.
A elle de choisir – pour ce qu’elle veut maintenant, et ce que cela voudra dire pour la suite de son existence !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 06/05/2018
Messages : 235
DC : Victor Fries; Wesley Dodds / Sandman, Zinda Blake/ Blackhawk
Localisations : Irlande
MessagePosté le: Lun 4 Mar 2019 - 19:57
Spoiler:
 





Siobhan part et laisse deux prisonniers à Ultra Humanite et son projet. D’une formule gaélique sa cape de Crone disparaît avec son bâton, son jean et son pull les remplaçant aussitôt. Une fois dehors elle traverse cette ruelle sombre où elle fut attaquée, les yeux dans le vague. Elle passe à coté des mendiants qui s’accumulent à l’entrée de la station métro centrale de Suicide Slum, son regard bleu se posant sur eux l’espace d’un instant. Elle fait la queue comme tout le monde pour monter dans le métro aérien, et tente de se faire une place à bord de celui ci en bousculant les gens. Comme eux le font. Comme l’humanité le faisait toujours, bousculer les autres pour se trouver une place. Elle s’assoit sur un strapontin et scrute leurs visages le regard triste. Puis ses yeux glissent sur les gratte ciel et l’immensité de la ville qui s’étend sous ses yeux. Toute cette vie, tous ces gens menacés par Ultra Humanite. Quelque chose d’insupportable la pinça au cœur et elle sortit son calepin pour écrire, des larmes lui venant.

Une fois arrivé au Daily Planet elle rangea quelques affaires sur son bureau en disant bonjour à Jimmy Olsen, il y avait quelques choses qui la préoccupait et elle n’arriverait pas à le dissimuler. ses yeux rouges parlaient pour elle. Malgré le rôle qu’elle joua pendant des semaines celui ci finissait par se craqueler de toutes part, le navire prenant l’eau par divers secteurs. C’était le naufrage de son plan et elle le savait. Elle avait menti à Ultra Humanite il n’avait pas gagné. Elle non plus d’ailleurs, les seuls gagnants de tout cela seraient les habitants de Metropolis. Mais pas tous. Elle approcha du bureau de Clark Kent où celui ci travaillait.



“Monsieur Kent…”


Sa respiration s’accéléra, elle savait ce qu’elle ne pouvait pas ne pas faire.


“ Je voulais vous dire que je vais vous quitter. Ce stage m’a ouvert les yeux sur le métier de journaliste et ce n’est pas ce que je veux faire de ma vie. Je voulais vous dire que…”


Elle lui lança un sourire sincère car elle l’appréciait beaucoup, lui qu’elle avait d’abord prise pour un imbécile. Elle avait découverte quelqu’un ayant plus de personnalité qu’il n’y paraissait au premier abord.


“...je vous remercie pour tout ce que vous avez fait pour moi. Vous m’avez beaucoup apprise et je vous en suit reconnaissante.”


Son cœur s’accéléra à nouveau et elle sortit de la poche arrière de son jean une enveloppe avec marqué dessus “ Pour Superman” puis posa celle ci sur le bureau de Clark.


“Si vous pouviez donner urgemment cette lettre à Superman pour moi, c’est très important. Je sais que vous avez un lien particulier avec lui.”


Une ombre passa dans son regard, elle allait partir oui. Le point de non retour était atteint maintenant et elle ignorait que Superman était face à elle, et qu’il pouvait lire le contenu de cette cette lettre sans même en ouvrir l’enveloppe.

Contenu de la lettre:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t6136-fiche-rp-de-mister-freeze-silver-ba En ligne
Inscription : 10/12/2012
Messages : 549
MessagePosté le: Mar 5 Mar 2019 - 10:11
« Pardon ? »

Clark exprime à voix haute sa surprise – car il ne peut la retenir.

« Mais… »

Ses sourcils se froncent, derrière ses lunettes. Celles-ci glissent légèrement sur son nez, et il les remet maladroitement en se penchant vers Jenny.
Son visage exprime une grimace ; d’incompréhension, totale.


« C’est… une plaisanterie ? Non ? Mais… Jenny. Voyons. »

Il ne comprend pas.
Quelques minutes plus tôt, Clark était occupé à rédiger un article, sur le scandale de l’influence russe dans la politique étrangère américaine, quand Jenny a voulu le voir. S’il demeure son maître de stage, il a pris acte des libertés sollicitées par la jeune femme – et l’a laissé faire, quand elle a commencé à mener ses propres enquêtes.
Parce que le stage se passe bien. Parce qu’elle s’en sort bien.
Parce qu’elle fera une bonne journaliste, tout simplement.
Même si, soudain, tout semble s’écrouler – et il ne le comprend pas.


« Vous… vous êtes une de nos meilleures stagiaires, et… »

Clark bredouille et veut la retenir – mais il est trop tard.
Jenny Douglas a pris sa décision.

Ho, bien sûr, le journaliste tente encore de la retenir ; de l’arrêter, avant qu’elle n’aille au bout.
Peine perdue.
La jeune femme a pris sa décision – et s’en va. Elle lui laisse cette enveloppe, pour laquelle il ne pense même pas à utiliser ses pouvoirs. Autant par respect et politesse, valeurs tellement implantées en lui, que parce qu’il se laisse aller à ses émotions… et a été choqué, vraiment, par la décision de Jenny.

Choqué, oui.
Puis… déçu, aussi.

Clark n’arrive pas à la retenir, et la voit réunir ses affaires ; tristement. Son regard l’accompagne jusqu’à l’extérieur, et il ne faut pas de super-sens pour voir que Perry White fait de même.
Seul, dans son bureau enfumé, le rédacteur en chef croise les bras et se crispe ; plus que d’habitude.
Perry n’aime pas perdre des employés, même des stagiaires. Surtout les bons. Le sentiment général est désagréable et difficile ; Jimmy Olsen se cache, ému, Ron Troupe grimace, et même Steve Lombard semble touché.

Le Daily Planet entier est gêné, troublé et ennuyé que Jenny Douglas parte.
Mais personne ne l’arrête.

La jeune femme part, donc. Un puissant soupir s’échappe de la majorité des lèvres – avant que le quotidien ne reprenne ses droits ; l’information continue.
L’urgence est relancée, et tous retournent à leurs occupations.
Tous… sauf Clark, qui entend néanmoins prendre le temps de lire le mot laissé par Jenny ; qu’il pense être des remerciements – mais qui s’avère être bien différent.


« Sapristi. »

Il grogne, grimace… et file.
Quelques secondes lui suffisent pour se projeter dans la cage d’escalier, conserver le document mais se propulser dans les airs…

… afin de se lancer, comme il en a l’habitude ; comme il le faut.
Un craquement dans les cieux se fait entendre peu après – et une traînée rouge et bleue file entre les nuages.

Jenny Douglas, elle, quitte le Daily Planet et évolue au cœur de Metropolis.
Mais, alors qu’elle avance sur le trottoir, alors qu’elle n’est partie que depuis huit minutes et trente secondes… un choc terrible se fait entendre.
Une explosion. Puis des sirènes.
Avant que, soudain, la traînée rouge et bleue bondisse dans les cieux – et s’approche ; de cette rue. De ce trottoir.
De Jenny.


« Cela peut bien se passer. »

Elle l’entend avant de le voir.
Avant de découvrir que cette traînée s’arrête…

… pour que Superman, aux yeux encore rouges, se stoppe devant elle.

« Il ne tient qu’à toi pour que nous échangions en personnes civilisées, Siobhan. »

Il se redresse, et se fige devant elle.
Au loin, la police prend possession de l’Ultra-Humanite, inconscient et vaincu ; à super-vitesse. Tandis que les secours aident Gangbuster et Catman, sauvés du pire au bon moment.
Les yeux de Clark demeurent rouges ; l’émotion demeure, et le goût de la trahison ne passe pas.


« Même si je préférerais m’adresser à Jenny. »

Autour d’eux, les passants s’évacuent, disparaissent ; ils ont l’habitude des affrontements, et Superman en est soulagé.
Il veut éviter les dégâts, les débordements ; même s’il refuse de la laisser partir.
Pas après ce qu’elle a fait. Pas après ce qu’elle lui a fait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 06/05/2018
Messages : 235
DC : Victor Fries; Wesley Dodds / Sandman, Zinda Blake/ Blackhawk
Localisations : Irlande
MessagePosté le: Mar 5 Mar 2019 - 20:12
Spoiler:
 




Elle s’ arrêta de marcher quand il se posa devant elle pour lui parler. N'importe qui s’arrêterait face à Superman, admirateur ou détracteur. Pour beaucoup de vilains c'était faire face au niveau ultime de la menace, la fin du voyage. Elle resta les yeux dans le vague sans vraiment le regarder lorsqu’ il lui dit quelques mots visiblement en colère. Elle le connaissait bien ce regard rougeoyant, elle l’avait déjà vu chez lui. C’était ce qu’elle lui inspirait quand elle tuait des gens, pourtant là elle n’avait tuée personne c’était même plutôt l’inverse. Mais Clark Kent avait été trahi et cela se répercutait sur Superman.



“Je ne suis pas une personne civilisée, je suis une barbare. Ça me va ainsi ils ont eu raison de Rome après tout.”


Elle restait plantée devant lui et portait toujours ses vêtements de Jenny. Avait la même apparence inoffensive et fragile que celle que Clark et ses confrères connurent plusieurs semaines. Elle glissa ses mains dans les poches de son jean en levant la tête vers le visage de son rival puis lui sourit doucement.


“Clark n’a pas été long à te donner la lettre. J’ai sentit qu’il était déçu que Jenny s’en aille. Tu pourras lui dire qu'elle n’avait jamais vraiment été là.”


Elle mentait en ne lui avouant pas que par moments elle s’était sentie cette jeune journaliste. Pour ne pas montrer de faiblesse à son ennemi. Tant pis si elle décevait Clark et mettait en rogne Superman, c’était le prix a payer pour être prise au sérieux en ce bas monde qui écrasait les faibles. L'Irlandaise le savait bien pour en avoir elle même écrasée un paquet. Une lueur verte et éthérée parcouru l'iris des yeux de Siobhan et elle avança vers Superman , le traversant subitement pour arriver derrière sa cape. Elle se retourna alors pour lui sourire, sa chatoyante chevelure rousse ondulant sous une légère brise éfleurant la rue.


“Toujours cette satanée magie n’est ce pas? Allons...tu ne croyais tout de même pas que j’allais rester en ville après avoir livrée mon secret? J’ai du faire cette lettre pour pouvoir partir avant que tu ne m’intercepte au Daily Planet. Ultra Humanite m’avait piégée, mon sort était entre ces mains. J'ai décidée de prendre les devants et initier moi même une crise pour en garder le contrôle.”


Loin d’ici dans le Netherworld l’irlandaise se concentrait pour générer cette projection astrale d’elle même, regardant l'image de Superman face à elle dans le brasier vert de la Crone Tower.



“Tu m’as retrouvée bien vite toi qui n’a pourtant jamais vu mon vrai visage.“


La projection astrale de Siobhan restait très proche de Superman et elle levait les yeux vers lui avec cette lueur de défi n'appartenant qu’a elle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t6136-fiche-rp-de-mister-freeze-silver-ba En ligne
Inscription : 10/12/2012
Messages : 549
MessagePosté le: Mer 6 Mar 2019 - 10:31
Elle n’est pas là ; Siobhan n’est pas là.
Elle se joue de lui, donc.
Encore une fois. Une fois de trop, peut-être.


« Bon sang. »

Un juron s’échappe des lèvres de Superman, de faible envergure – mais qui veut dire beaucoup, quand l’homme le plus poli au monde s’adonne à une telle réaction épidermique.
Il est enragé ; littéralement enragé.
Même s’il prend sur lui. Même s’il se maîtrise… malgré la poursuite du rougeoiement de ses yeux.


« Clark Kent est un homme bon, qui sait agir quand il le faut. C’est pour cela qu’il peut me joindre à tout moment, et que j’ai pu agir. »

Mensonges.
Il n’aime pas faire cela ; il n’aime pas s’abaisser à ça.
Mais il n’a pas le choix.
Silver Banshee a encore frappé – et s’est jouée de lui. Elle s’est jouée de Clark, sa personnalité dominante qu’il a cependant toujours voulu protéger.
Il ne l’accepte pas.


« Je… Siobhan, voyons. Devons-nous véritablement en arriver là ? »

Il soupire, et secoue la tête.
Il ne veut pas lui faire du mal – il ne veut pas qu’ils se fassent du mal. Malgré tout ce qu’elle a fait, Clark ne peut s’empêcher d’éprouver de la peine et de la pitié pour Silver Banshee ; parce qu’elle souffre. Parce qu’elle n’a que trop souffert, et souffre encore.
Mais… elle l’a trahi ; elle l’a blessé.
Elle s’est jouée de Clark – et il a du mal à l’accepter. Même s’il finira par pardonner.
Il ne peut renier sa nature.


« Cela… n’a pas à se passer ainsi. »

Lentement, il lève sa main, et la passe dans le corps en face de lui ; qui n’est pas là.
Qui n’est qu’une illusion – comme Jenny, peut-être.
Mais… il n’y croit pas. Il ne veut pas y croire.


« Si tu as fait tout cela, si tu as accepté de mener la vie de Jenny Douglas… c’est que tu n’es pas encore décidée. Tu n’es pas encore décidée sur qui tu es – qui tu veux être. »

Superman soupire.
Ses yeux ne rougissent plus, soudain ; la puissance s’évapore.
La colère aussi.


« Siobhan. Tu n’es pas une barbare – tu n’es pas un monstre, non plus. Tu es étrangère en ce temps… comme je suis étranger à ce monde.
Je suis persuadé que nous ne sommes pas obligés de nous combattre. Je suis persuadé que nous pouvons nous entendre – nous aider. Nous permettre de nous adapter, à ce monde, à ce temps. »


Un sourire timide glisse sur ses lèvres, alors qu’il lève à nouveau sa main – mais l’arrête devant la forme éthérée de Jenny.

« Cessons-là tout cela ; arrêtons de nous battre.
Collaborons. Acceptons-nous… pour que le monde avance. Pour que nous avancions, aussi. »


La main est tendue.
Malgré la trahison. Malgré la blessure. Malgré la colère.
La main est tendue. Superman la tend.
Et il espère, sincèrement, que Siobhan acceptera – qu’ils pourront enfin avancer ; ensemble.
Enfin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 06/05/2018
Messages : 235
DC : Victor Fries; Wesley Dodds / Sandman, Zinda Blake/ Blackhawk
Localisations : Irlande
MessagePosté le: Mer 6 Mar 2019 - 18:58
Spoiler:
 



Quand il lui parla elle le sentit. Son envie que les choses s’arrangent entre eux. Comment aurait il pu en être autrement? Elle n’était plus une Banshee il aurait eu tord de ne pas essayer. Il sentait qu’elle était perdue, qu’elle n’était pas réellement celle qu’elle s'évertuait à être. Et que Jenny était quelqu’un qui existait vraiment pas si profond en elle. Cet espoir de Clark en l’avenir s’opposait radicalement au pessimisme de Siobhan. Ce qui chez lui n’était que sincère main tendue à son attention devenait pour elle pitié. Elle lui faisait pitié, voilà tout ce qu’elle lui inspirait comme à Supergirl et cela la mettait en colère. Dans sa dimension son visage se décomposait dans une expression de douleur mélange de désespoir absolue et de rage.

Mais sa projection d’elle même qui faisait face à son rival n’en exprima rien. Son esprit contrôlait ce qu’elle voulait montrer avec néanmoins quelques failles ,tout juste sa projection astrale avala t’elle sa salive en retenant quelques choses. Un sentiment dur et profond, quelques choses qui la prenait à la gorge et lui donnait envie de crier, pleurer et se jeter dans les bras de quelqu’un qui compterait pour elle. Mais il n’y avait personne. Il n’y aurait personne, jamais. Il tendit cette main bien réelle face à son corps fantomatique et elle resta immobile devant.



“Je…tu…”


Le regard de la projection était vide, elle lui parlait en regardant droit devant elle comme s’il n’était qu’une partie du décor et de la rue.


“...tu ne comprends pas il n’y a pas d’espoir. Je n’épouserais jamais ta manière de voir la Terre, nous ne pourrons jamais nous entendre. Nous sommes trop opposés je ne vois dans ce monde qu’un vaisseau malmené par les flots avec son équipage insouciant. Ils veulent suivre les étoiles et te désignent comme capitaine, persuadé qu’un jour viendra le rivage mais c’est faux. Les rivages entraperçus ne sont que des mirages. ”


Ses yeux bleus se tournaient vers ceux de Superman.


“Et toi dans tout çà tu les guide vers tes rochers. Tu entends ceux qui te parlent mais ne les écoute pas. Tu mèneras ce monde à sa perte Superman, malgré toute ta bonne volonté a être ce que l’humain connait de bon et altruiste. Tu tomberas et emportera tous ces gens avec toi.“


Une larme coula sur la joue de la projection astrale de Siobhan, c’était peu dire que la vraie était dans un état déplorable au même moment, le visage crispé sous des larmes qui n’en finissaient pas de couler. Les Banshee n’étaient que des pleureuses et leur cris l’expression d’une douleur lancinante et infinie. L’était elle encore un peu? Non, Tara avait prise sa place. Sa seule amie dont elle avait risquée la vie pour espérer se libérer elle, et qui désormais portait le fardeau qui lui était dévolu. Méritait elle la pitié de Superman ou quiconque? Non, on ne sacrifie pas sa seule amie, pas même pour lever une malédiction millénaire. Elle était bien une barbare, n’était pas comme lui, pas comme eux. Elle était faible, elle avait peur. Sa magie s’épuisait à faire persister son image depuis une autre dimension, Siobhan ayant toutes les peines a maintenir son effort avec cette souffrance serrant son cœur.


“Parce que tu n’es pas humain. Ta Race est par nature agressive et dominatrice au point de faire passer l’Homme cette engeance sordide détruisant sa seule planète pour un être de lumière. Vous kryptoniens êtes tous des Banshee au fond de vous, tu n’y peux rien. Mais tu le refuses. Tu refuses de le voir et de faire ce qui doit être fait. Partir. Je dois rester ton ennemie Superman car ta Race comme d’autres viendront toujours essayer de nous soumettre. Et qu’il faudra bien quelqu’un pour tenter de t’arrêter puisque tous sont décidés à te suivre aveuglément jusqu’à l’abîme.”


La larme coulant sur sa joue arrivait au bas de son menton, il ne verrait que cela de son état c’est à dire pas grand chose. Elle lutterait pour cacher la douleur qu’elle ressentait en cherchant à le détruire de l’intérieur afin de le faire partir. Lui montrer des remords serait l'inviter a ce qu'il soit à nouveau lui même. Bon et cherchant à l'aider. Mais elle ne voulait pas de sa pitié, elle n'en voulait plus. Quelqu’un devait le faire partir avant qu’il ne soit trop tard, autant que ce soit elle. Une ennemie sincère vaudra mieux pour l'humanité que tous ses amis aveuglés par un soleil vivant. L'image de Siobhan devenait peu a peu translucide, son regard fixant le néant tel celui d'un cadavre. Elle disparaîtrait bientôt.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t6136-fiche-rp-de-mister-freeze-silver-ba En ligne
Inscription : 10/12/2012
Messages : 549
MessagePosté le: Jeu 7 Mar 2019 - 9:19
« Tu parles de races ; je parle des gens. »

Sa voix est douce, presque tendre.
Il essaye, encore.
Malgré le discours de Siobhan. Malgré la violence de ses mots. Malgré la brutalité de son rejet.
Superman essaye encore – car il essayera toujours.
Il veut l’aider. Il veut la sauver. Il veut l’amener à le croire, à lui faire confiance et à lui donner confiance, aussi ; pour qu’ils avancent. Pour qu’ils réussissent.
Pour qu’ils puissent collaborer… car c’est là bien la seule voie qu’il envisage, en laquelle il croit.


« Les Kryptoniens ont laissé une trace dans l’Histoire qui n’a rien de positive ; je le regrette, mais je ne peux le compenser – et je ne le veux pas.
Je suis né sur Krypton, j’ai les pouvoirs que cela m’offre, et je connais sa culture ; mais j’ai grandi sur Terre, et je suis immergé autant dans ce monde que dans cette culture… que je ne connais pas uniquement, que j’ai épousé.
Je suis l’enfant de deux mondes, Siobhan. Comme tu es l’enfant de deux époques. »


Un léger sourire s’esquisse encore sur ses lèvres ; il continue.
Parce qu’il y croit. Parce qu’il ne cessera jamais d’y croire.
Et parce qu’il voit, aussi. Les micro-mouvements de la projection astrale, la salive avalée, la larme qui coule ; les signes. Les motifs d’espoir.
Qui le font continuer, envers et contre tout.


« A quoi bon nous battre, alors que nous souhaitons la même chose ?
Tu crains que je ne cède aux tendances kryptoniennes, ou que je mène l’Humanité contre ces rochers ; je peux le comprendre. Je souhaite éviter cela, de toute mon âme… et c’est pour cela que je te sollicite. »


Clark bouge légèrement sa main, toujours tendue devant elle ; au moins pour lui rappeler sa présence.

« Aide-moi. Aide l’Humanité, et aide-moi à l’Humanité.
N’est-ce pas là plus pertinent ? Plus constructif ? N’est-il pas finalement plus sain de vouloir collaborer ensemble, plutôt que de s’entredéchirer ?
Ho, j’ai bien conscience, Siobhan, que l’Humanité pourrait ne pas s’élever autant qu’elle le souhaite, autant que je l’espère ; je sais qu’il est possible que tout s’écroule – comme je sais, aussi, qu’il est tout autant possible que cela fonctionne.
Le verre peut être à moitié vide… mais j’entends toujours le considérer comme à moitié plein ; parce que j’ai été élevé par des gens, par des Humains, qui m’ont appris cela. Et qui m’ont appris à me battre, pour que ces valeurs dominent. »


Jonathan et Martha Wayne ne sauront jamais l’ampleur de l’amour que leur fils ressent pour eux.
Comme ils ne mesureront jamais l’immense don qu’ils ont fait à l’Univers, en l’élevant ainsi.


« Mais… et même. Et même si l’Humanité échoue – et même si nous ne parvenons pas à destination ; même si la traversée est éternelle.
Un des hommes les plus estimables au monde a appris et surtout fait comprendre à ses proches que ce qui compte n’est pas l’arrivée, mais le chemin pour y parvenir… et il a raison.
Qu’importe, au fond, que l’Humanité ne parvienne pas à s’élever au-delà des étoiles. Le seul fait qu’elle veuille, qu’elle essaye, qu’elle tente d’y parvenir – tout cela prouve que, déjà, elle atteint un niveau magnifique. »


Son sourire s’étend – parce qu’il y croit ; parce qu’il en est sincèrement persuadé.

« J’y crois. J’y crois, Siobhan.
Je crois en l’Humanité – et je crois en toi. Je crois en ce que tu peux faire. Je crois en ce que tu peux apporter au monde. Je crois en ce que tu peux être.
Laisse… laisse-moi juste te le montrer, d’accord ? Laisse-moi juste te montrer que ça fonctionne, si on essaye. »


Superman s’avance, et maintient sa main devant lui ; devant elle.

« Ensemble. »

Il essaye. Il espère.
Encore. Toujours, même.
Parce qu’il est comme ça ; parce qu’il est Superman.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 06/05/2018
Messages : 235
DC : Victor Fries; Wesley Dodds / Sandman, Zinda Blake/ Blackhawk
Localisations : Irlande
MessagePosté le: Jeu 7 Mar 2019 - 19:31
Spoiler:
 




Superman parla, trouvant des mots raisonnant en elle avec une force insoupçonnables. Elle s’était persuadée qu’il serait toujours un danger, qu’il finirait par la tuer. Elle n’aurait jamais souhaitée croire aux mots de ceux qui venaient d’ailleurs, pourtant ils sonnaient vrais. Si vrais pour elle qui ne vivait que dans le mensonge. Elle mentait aux autres et à elle même comme elle respirait, Jenny elle même n’était qu’un mensonge auquel elle avait finie par croire. Peut être ce Robin du futur avait il menti, peut être Superman ne finirait il pas par la geler et l’envoyer dans l’espace pour finir pareille à une comète? Ses mots la heurtèrent au plus profond d’elle même, réveillant des sentiments et des remords qu’elle n’arriverait jamais à enfouir. Tant de regrets et tant de justifications qu’elle avait due se trouver pour se dire qu’elle demeurait dans le vrai, elle, et continuer à avancer. Une forteresse de certitudes bâtie patiemment que Tara avait ébranlée et que Superman finissait d’abattre, maintenant qu’elle n’était plus maudite. Maintenant qu’elle n’avait plus le gout de la mort et que même celui du malheur lui semblait insipide à l’écoute des paroles douces et rassurantes de Superman.

Derrière son brasier magique elle regardait le visage de l'homme d'acier, le sien changeant d’expression. Un sourire plein de douleur apparaissait sous ses larmes car il lui donnait de l’espoir et bien qu’elle savait qu’il était peut être dans l’erreur il lui donnait l’envie d’essayer. D’être enfin et pour de bon libérée de Silver Banshee. Non pas uniquement de ses pouvoirs et ses pulsions de mort mais aussi de son héritage. De la marque au fer rouge qu’elle avait faite sur son esprit, du poids des morts et des souffrances infligées. De ces innocents qu’elle avait massacrée ou transformée en squelettes pour s’amuser, de cette petite fille qu’elle assassina avec Tara avant de mentir à son père en lui disant qu’il la reverrait, qu'elle était juste partie et en sécurité. Même la Markovienne avait alors éprouvée plus de remords qu’elle, même elle avait dite stop.


Depuis la Crone Tower dans le Netherworld Siobhan regarda la main tendue, maintenant ce qu’il lui restait de concentration pour que sa projection astrale persiste devant Superman. Celle ci devenant translucide et terne comme un fantôme, ce qu’elle fut si longtemps. Ce qu’elle pourrait peut être ne plus être si quelqu’un l’aidait, si lui l’aidait.

L’image face à superman repris subitement des couleurs, retrouvant son opacité. Elle regarda Superman dans les yeux en levant lentement sa main vers la sienne et la posa dessus, celles ci se touchant. Siobhan fit alors un pas en avant pour se blottir doucement contre lui, posant sa tête rousse contre sa poitrine. Elle fermait les yeux a s’en exploser les paupières car elle était épuisée, à bout de ses forces. Elle avait utilisée tout ce qui lui restait pour traverser la paroi entre les dimension et trouver ses bras réconfortants. Elle bredouilla quelques mots.



“Mon amie...j’ai trahie mon amie…”


Dénués d’explications, évidement. Mais elle ne lui en dirait jamais plus à ce sujet car la honte étant trop grande. Silver Banshee avait sacrifiée Tara ce serait à Siobhan Macdougal de réparer cela et personne d'autre. De lui rendre sa liberté en reprenant son fardeau. Et Steel, devait elle en parler à Superman? Elle causait tant de détresse autour d’elle...Mais pour le moment elle ne cherchait que le réconfort chez celui qui ne faisait qu'irradier de son amour et protection le monde, alors pourquoi n’en aurait elle pas un petit peu? N’avait elle pas elle aussi droit au bonheur à ses cotés au moins quelques minutes dans un siècle? Elle releva doucement la tête en ouvrant les yeux, le regardant dans les siens.


“Ne dis pas à Clark qui était Jenny s’il te plait.”


Elle ne voudrait pas le décevoir. Rester cette jeune écossaise de passage qui trouverait certainement une autre occupation dans sa vie que celle de journaliste. Il n’était pas trop tard pour bien faire pensait elle, convaincue plus que vaincue par son adversaire. Bien sûr cela ne durerait que quelques temps. Elle redeviendrait un monstre lorsqu’elle elle comprendrai que c’est le seul moyen de sauver Tara. Mais pour l’instant elle était vivante, alors….elle vivait.

HJ:
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t6136-fiche-rp-de-mister-freeze-silver-ba En ligne
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[6ML] La Stagiaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Devoirs d'un stagiaire...
» Lulu Femme Nue de Davodeau
» Les libraires d'Esprit BD chroniqueurs sur Clermont-Première
» Bravo Babymoov !!!
» TMLP de Gilles Rochier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Metropolis :: Daily Planet-