[6ML] Question de retrouvailles

Inscription : 14/08/2018
Messages : 50
Situation : Père (d'une ado), cancéreux (plus que deux ans) et en fuite (plus pour longtemps)
Localisations : Au bordel : La boite de Pandore
MessagePosté le: Lun 7 Jan - 21:54
ft. Oswald
Question de retrouvailles


Cela fait très exactement mille jours qu’il ne l’avait pas vu. Mille jours depuis leur dernier rendez-vous, leur dernier échange, ses dernières consignes. Il avait compté. Qu’il avait dû lui paraitre pitoyable, l’esprit troublé par les médicaments, dans sa tenue orange de malade psychiatrique. Il lui avait dit de ne pas revenir, de ne pas chercher à le sortir de là car il n’avait besoin de personne, de protéger « la Boite de Pandore », son repère, en attendant son retour pour que rien ne puisse mettre la main sur ses technologies et tout le génie qu’il enfermait au sous-sol de ce bordel. Il lui avait fait confiance et le Pingouin avait tenu sa promesse bien que le Sphinx devinait aisément que cela avait dû lui couter de la respecter. Edward avait refusé son aide par égo et l’ami qu’était Oswald avait respecté cela. Il n’avait pas non plus cherché à le retrouver, bien que cela faisait six mois qu’il avait quitté l’asile. Edward avait bien suspecté qu’il avait envoyé des espions pour s’assurer que tout aille bien, ou alors était-ce encore une fois un excès de paranoïa. Quoi qu’il en soit, il n’y avait qu’une personne en qui Edward pouvait réellement avoir confiance. Ce quelqu’un était Oswald, et après tout ce temps, Edward ne voulait plus qu’une chose, le retrouver, lui dire qu’il allait « au mieux », et peut-être aussi lui demander de l’aide. Edward et Oswald n’étaient pas de ces gens qui devaient se voir tous les jours pour s’assurer de leur fidélité et de leur affection mutuelle. Ils avaient traversé trop d’aventures ensemble pour que leur amitié repose sur quelque chose d’aussi pitoyable que ça. Edward, avec tous les défauts qu’il possédait, donnerait tout pour Oswald et malgré ses presque trois ans d’absence, il savait que cela serait réciproque. Au pire, il avait amené un cadeau.

Cependant, malgré toute l’affection qu’il lui portait et toute la confiance qu’il mettait entre eux, s’il avait refusé qu’il le visite, c’était par honte, et alors qu’il pénétrait sans mal au Iceberg Lounge sous un épais manteau de pluie anthracite, cette honte l’habitait encore. Il avait échoué. Il était toujours mourant et son corps suivait de moins en moins. Le grand génie qu’il était, était incapable de ralentir le lent processus qui le conduisait irrémédiablement vers son destin. Il pouvait juste se faciliter la vie et boucler ses projets, en attendant que Lex lui annonce un jour, la bonne nouvelle. En attendant, il était là, camouflant tant bien que mal son état. Une canne richement travaillé, mélange de carbone et d’argent, l’aidait dans ses moindres pas. Un parapluie reposait entre ses mains gantées d’un cuir violet qu’une superbe femme s’empressait de lui débarrasser. D’épaisses lunettes aux verres violets mangeaient une partie du visage creusé du Sphinx et un superbe chapeau melon d’un vert anglais recouvrait sa tête. Il n’était même pas étonnant de le voir porter des bottes de cuir.

- Arthur Wynne, je viens voir le Pingouin, fit-il à l’adresse de deux gorilles qui le dévisageaient longuement.

Un pseudonyme qu’il utilisait que dans de rares occasions et le Pingouin faisait partie de ces quelques personnes qui étaient capables de l’associer au maître des énigmes. Si Edward faisait preuve d’autant de prudence, c’était bel et bien à cause de rumeurs. Des rumeurs qui, lorsqu’il en avait eu vent, l’avait mis dans une joie terrible. Ra’s Al Gul avait la main prise sur Gotham City et rien, ni même la mafia ou le GCPD n’étaient à l’abri de son ombre. Des rumeurs bien sûr, mais les rumeurs avaient toujours un fond de vérité et Edward avait besoin d’en connaitre tous les détails. S’il était bien là, alors il pourrait stopper ses recherches en Iran, en Egypte et en Syrie. L’homme capable de soigner tous ses maux, l’homme capable de le ressuscité était à portée de main et l’homme-mystère était prêt à mettre la ville à feu et à sang pour lui arracher sa précieuse eau. Avec un ami de préférence, pour l’assister dans sa victoire, ou bien son échec. Edward était désormais préparé à cette éventualité.

- Avant le déluge, messieurs. Je ne suis pas venu en bateau mais en taxi.





[6ML] Question de retrouvailles Tumblr12

#66cc00


@Za-ra-h (illustratrice)
@Tim (graphiste)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 30/12/2018
Messages : 193
Situation : Le Pingouin s'est fait interrogé par Batman et est désormais en train d'échafauder un plan machiavélique. Mais chut faut pas le dire.
Localisations : L'Iceberg Lounge
MessagePosté le: Mar 22 Jan - 18:39
[6ML] Question de retrouvailles Http--10

Aaaah L'Iceberg Lounge, un joyau à Gotham City. Le joyau de mon empire... Un casino flottant comportant 140 machines à sous; 30 tables de poker; 20 roulettes; 10 tables de craps... Et tout ça sous mon contrôle eheh
Pour les honnêtes gens de Gotham, l'Iceberg Lounge est une boîte de nuit huppée appartenant à un honorable aristocrate et entrepreneur en vogue. Un pilier des institutions de notre bonne vieille ville.
Mais derrière les apparences se cache la sombre réalité.
Celle des backrooms et des accords entre puissants, criminels et même divers officiels, qui n’ont rien contre quelques pots-de-vin. Bien entendu c'est Le Pingouin qui coordonne l'ensemble. Et ça tout le monde le sait dans le monde criminel et personne n'ose contredire l'ordre naturel des choses. Exceptés quelques nuissances portant des masques ou certains détraqués.
Par sa grandeur, par son ampleur, par sa décadence, l’Iceberg Lounge est un symbole de Gotham City.
Pensa le Pingouin à l'intérieur de son bureau en train de signer des papiers.

Il était seul, dans l'endroit le plus fortifié du club. Cette solitude lui pesait. Certes il pouvait faire venir une danseuse à tout moment pour le distraire, pendant un temps...
Mais Cobblepot ne recherchait pas cela. Oswald voulait simplement parler de tout et de rien avec une personne qui comptait pour lui. En qui il pouvait se confier. Il était habitué à cette solitude dû à son apparence et aux moqueries qu'il avait subi auparavant. Sa mère l'avait toujours réconforté et l'avait accompagnée quand ça n'allait pas. Elle avait toujours été là pour lui. Et c'était l'une seules personnes à avoir vraiment aimé Cobblepot...

Mais cette solitude n'était pas le problème... Nan le véritable problème était que le Pingouin s'ennuyait voilà tout.

"s'ennuyer ?!" me diriez vous. Comment s'ennuyer vu les récents évènements ? La chute du tyran intergalactique Darkseid; La reconstruction du monde; la création d'un conseil de l'univers; la réapparition de la cour des Hiboux et pour finir les rumeurs circulant sur le nouveau patron de Gotham City qui ne serait autre que Ra's Al Ghul lui même ! Nan le Pingouin avait un emploi du temps chargé et il était déjà en train de se mettre en place, de placer ses pions, d'analyser les cartes qu'il avait en sa possession. Mais une sorte de manque d'affection lui parcourait l'esprit. Appelez cela ennui, ou solitude ou manque...
Le véritable remède à cela était simple... Voir un ami !


Mais le problème est que les amis d'Oswald ne se comptaient que sur une main. A vrai dire sur un seul doigt. Et son nom sonnait comme une énigme.
Edward Nygma ! Dit le Sphinx !

C'était l'un des seuls amis qu'avait jamais connu Oswald. et cela faisait presque trois ans qu'il ne l'avait pas vu... Ce dernier avait été incarcéré à Arkham pendant près de deux ans. La nouvelle parvint également aux oreilles de Cobblepot que Nygma était gravement malade. Et il en souffrait de ne pouvoir rien faire, Nigma mettait à la porte leses médecins qu'envoyait Cobblepot.

Cobblepot regarda alors un cadre se trouvant sur son bureau. La photo représentait les deux amis à leurs tout début.

[6ML] Question de retrouvailles Http--11

"Ensembles contre Batman, ensembles contre le monde. Ce monde qui les rejetait. Ed pour son génie et Ozzy pour son apparence." Telles étaient les pensées de Cobblepot en cet instant nostalgique.

Il désirait plus que tout revoir son ami en cet instant. Ce dernier lui avais demandé de ne pas l'aider à s'évader d'Arkham et de protéger "La Boite de Pandore" son repaire.

Bien sûr Cobblepot fit le nécessaire. Il fortifia le repaire du Sphinx en achetant la plupart des immeubles environnant et en installant à l'intérieur différentes opérations légales. Pour ne pas éveiller les soupçons du GCPD et des justiciers et ainsi disposé d'yeux et d'hommes sur les lieux. Néanmoins ces derniers avaient informés Cobblepot que des signes d'activités avaient été perçus à la Boite de Pandore deux mois auparavant.

Nygma était de retour et ça Cobblepot le savait. Bien sûr il avait bien couvert ses arrières cela faisait six moi qu'il s'était évadé d'arkham et aucunes nouvelles d'apparitions n'était parvenu aux oreilles de Cobblepot.

Oswald savait qu'il allait le voir en temps et en heure. Car l'évasion d'Edward signifiait la fin de ses réflexions, la fin de son plan...Ce qui signifiait le début de l'action. Ce n'était plus qu'une question de temps avant que Nygma vienne le chercher.

Il fallait alors se montrer patient.

Mais il fallait croire que l'heure était venue. Le Destin avait sonné à la porte de L'Iceberg Lounge et il s'appelait... "Arthur Wyne"

Le nom résonna dans la tête de Cobblepot quand il entendit le gorille de la porte d'entrée du balcon le prononcer. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas entendu ce nom. La joie envahit alors l'ignoble gérant du club.

"Monsieur... Vous m'entendez ? Doit-on le laisser entrer ?"

"Oui laissez le entrer, amenez le dans mon bureau. Et n'employez pas la manière forte pour lui."

Cobblepot insista sur ce point. Car généralement les personnes convoqués au bureau du patron de l'Iceberg Lounge n'en ressortent pas entier...

"Arthur Wyne" travers alors le balcon du Club où une musique électro,https://www.youtube.com/watch?v=EHs7Av5TZhQ faisant penser aux soirées de Gatsby le Magnifique, enflammait la piste de danse.

L'homme dénommé "Arthur Wyne" arriva devant les deux gorilles protégeant le bureau. Ces derniers s'écartèrent pour laisser s'ouvrir les portes du bureau. Nigma entra et les portes se refermèrent derrières lui.

L'obscurité prédominait dans le Bureau du gérant, des lampes paremaient la pièce de quelques lueurs. Les rideaux avaient été fermés et un bourdonnement à peine audible se fit entendre. Le Pingouin était assis à son bureau et se leva rapidement pour serrer dans ses bras son ami.

"Ah Arthur tu m'as tant manqué, que c'est bon de te voir ! Je pensais justement à toi eheh !"

Le Pingouin utilisa le nom de code de Nygma pour s'assurer que les gardes n'entendent pas le véritable nom du visiteur.
Déserrant l'homme dont le visage était caché par les lunettes violettes, Cobblepot se dirigea vers sa chaise.

"J'adore ton nouveau style vestimentaire, le vert et le violet t'iront toujours mieux que l'orange de toute façon eheh."
Cobbelpot scrutait les moindres faits et gestes de son ami. Mais d'une manière bienveillante. Même si bienveillant prend une tout autre dimension avec Le Pingouin.

"Tu remarque sûrement que les rideaux sont fermés et ce petit bruit presque inaudible. Ne t'inquiète pas ce sont des mesures de sécurité pour empêcher toutes personnes malintentionnées d'écouter notre conversation. Ce son provient d'un brouilleur extrêmement efficace dont j'ai fait l'acquisition récemment. Une technologie du Mossad, ils l'utilisent lors de leurs séances de tortures pour empêcher les oreilles indiscrètes d'écouter leurs petits secrets. C'est impossible à pirater je m'en suis assuré."

"Tu te demande surement pourquoi j'ai pris ces mesures. Même si je sais au fond de moi que tu dois déjà connaître la raison eheh."

Bien sûr qu'il connaissait la raison, c'était le Sphinx. Et à vrai dire tout les criminels de Gotham connaissaient la raison...

"Les rumeurs vont vite à Gotham et la dernière glace le sang. Le Démon aurait pris possession de la ville. Mais rassure toi ce n'est pas une rumeur, c'est une réalité. Certains de mes employés et de mes ennemis ont "disparus". Ou ont radicalement changés de comportement. Je suis libre d'agir comme bon semble et de continuer à diriger mes affaires. Mais les criminels ont pour ordre de ne pas semer le chaos. Je suppose que le Joker est une exception eheh. En parallèle de ce problème, la Ligue des Hiboux est également réapparu. Étrange non ? Le chef d'une secte d'assassins prend le contrôle de Gotham et en même temps les Hiboux réapparaissent. Drôle de coïncidence. Qui plus est mon ami décide de venir me voir après 3 longues années d'emprisonnement."

"Mais bref assez parlé de moi, comment vas tu Ed ? Quelle est la raison de ta visite dans mon antre, même si je pressens qu'elle ait un lien avec un des problèmes que j'ai listé auparavant ?"

Et surtout... en quoi puis-je t'être utile mon vieil ami ?"
Termina alors Cobblepot avec un large sourire dont 'il n'arrivait pas à se défaire.

Cobbelpot était heureux pour la première fois depuis longtemps.


[6ML] Question de retrouvailles Iwqoze10

"Lorsqu'on les pousse à se battre les attaques des Pingouins sont rapides et décisives...
et j'ai juré qu'un jour, les miennes le seraient aussi."

Merci à Conner pour la signature ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 14/08/2018
Messages : 50
Situation : Père (d'une ado), cancéreux (plus que deux ans) et en fuite (plus pour longtemps)
Localisations : Au bordel : La boite de Pandore
MessagePosté le: Jeu 31 Jan - 1:05
ft. Oswald
Question de retrouvailles



Pour la populace, ignorante et primitive, ce nom ne signifiait rien. Arthur Wynne, tout juste une sonorité de gagnant (wynne – win), mais le Sphinx, homme d’intellect, puit de connaissance, portait fièrement le nom de l’inventeur des mots croisés. Avec les charades, c’était son jeu de lettre préféré. Arthur, le gagnant, c’était effectivement ce qu’Edward était. Il était un gagnant mais la victoire prochaine était loin de sa portée. Il avait échappé à Arkham. Il avait retrouvé sa technologie, il s’était fait le plus improbable des alliés en la personne de Lex Luthor. Il y avait encore deux choses à accomplir et pour tout cela, il ne disposait que de son intelligence et d’Oswald Cobblepot.

Il traversa le grand bâtiment et laissa son regard emplit de curiosité pour lui. Il enregistra pourtant tout ce qui passait à sa portée et plus d’une fois, il se demandait : « est-ce que je connais ce que je vois ? » Edward avait la mémoire défaillante. La maladie n’avait pas seulement pris possession de son corps, mais également de son esprit. Ses capacités d’analyses s’étaient amoindris et bien des souvenirs avaient été rongé au point que le brun doutait sans cesse de lui-même. Il y avait des choses qu’il avait oublié et qu’il avait réussi à reconstruire à l’aide de la presse, de blog ou de tweet, mais il y avait des choses, de l’ordre de l’intime, de l’ordre du secret, qu’il savait perdu à jamais. Il ne se souvenait plus s’il avait triché à ce fameux examen, son premier crime. Il ne savait plus ce qu’était devenu son père, avait-il seulement tenté quelque chose ? Il ne reconnaissait pas certaines cicatrices sur son corps, venaient-elles toute de Batman ? Pire encore, s’il chérissait bien des souvenirs avec le Pingouin et s’il se souvenait l’avoir connu depuis ses débuts, s’il se souvenait de ses soirées de confidence, s’il se souvenait de toute l’affection qu’il lui portait, il était incapable de mettre le doigt sur leur première rencontre et c’était bien encore une chose qui lui laissait un terriblement sentiment de honte jusque dans le creux de son estomac.

Il reconnut les lourdes portes qui menaient au bureau d’Oswald. Une bouffée d’angoisse le saisit et il sera davantage la canne entre ses doigts avant de faire quelques pas jusqu’à l’intérieur de la pièce. L’obscurité caressa le velours des sièges et la tapisserie aux murs et les quelques éclats de lumière embrassaient tout ce qui passait à sa portée. Oswald se trouvait entre les caresses et les baisers, ombre et lumière, les meilleurs des maitresses sans doute. Quelques secondes à peine suffirent, au moment où les portes se refermèrent, pour que le grand mafieux ne quitte son bureau pour ses bras. Edward resta interdit un instant tandis que la prise autour de son corps se faisait plus forte.

- Si sentimental, Ozzy, murmura-t-il alors avec amusement avant de l’entourer à son tour de ses bras.

Son ami lui avait manqué et dans l’intimité de la pièce, les deux criminels pouvaient laisser leur affection mutuelle s’exprimer, sans pudeur. Oswald finit par le lâcher et Edward put explorer la pièce. Il déambula lentement tandis que son regard cherchait à énumérer tout ce dont il se souvenait, tout ce qui était susceptible de faire partie de leur passé à tous deux. Il laissa son ami monologuer. L’interrompre serait se priver d’une information et Oswald était le puits de cette ville. Il confirma tous les mots, tous les regards, tous les frissons

- Les indices sont limpides on dirait.

Ils menaient tous droit vers la Tête de démon. Le regard du Sphinx se pose alors sur un riche cadre, posé sur le bureau et donc il reconnut avec surprise, son propre portrait et celui d’Oswald.

- Mais bref assez parlé de moi, comment vas-tu Ed ? Quelle est la raison de ta visite dans mon antre, même si je pressens qu'elle ait un lien avec un des problèmes que j'ai listé auparavant ? Et surtout... en quoi puis-je t'être utile mon vieil ami ?

Il était si heureux, si jovial et ce sourire n’était qu’une blessure dans l’âme torturé du prince des énigmes. Il se saisit de la photographie et tente de reconnaitre le moment, de se saisir d’un souvenir mais tout était voilé. Il pose un poing sur son propre crane dans un fureur à peine contenu. Une fureur contre lui-même et contre cette boule, ce vice, ce noyau de mort logé clandestinement dans la chambre de son génie.

- Comment va le grand homme-mystère ? Voilà une question qui doit brûler les lèvres de tous mes ennemis et.. de mon seul ami.

Il n’avait plus aucune raison de cacher son nom si la sécurité dans le bureau était si forte. Il couche le cadre avant d’appuyer son geste dans un discours lourd de sens.

- Ozzy, je vais mourir.

La réponse était donnée, lâchée, crachée. Il se tourne enfin pour lui faire face. Il affronte le regard d’Oswald et la barrière de ses verres violacés, masquait le trouble qui hantait Edward. Il s’attend déjà à ce qu’il lui propose une énième fois un médecin. « Aucun médecin ne peut surpasser mon intellect, aussi amputé soit-il. » rugit-il entièrement. Une opération comportait trop de risque et Edward ne pouvait se résoudre à jouer avec le destin. Ou plutôt, il ne pouvait laisser le destin jouer avec lui. Il lève un bras, comme pour mettre de la distance entre eux.

- Ne me regarde pas ainsi, ce n’est pas de ta pitié dont j’ai besoin.

Le ton se fait brusque, ses mains tremblent. Il avait construit tout un discours et maintenant qu’il se trouvait face à lui, après presque trois ans d’absence, il peinait à l’entamer. Il s’approche et se saisit de son col, sa canne tombe au sol dans un bruit métallique.

- La tête de Démon, c’est lui que je veux. Il y a une autre rumeur que je dois confirmer, Oswald. Il aurait une astuce, un pouvoir, une eau « sacré » (ce mot sonnait comme une injure dans sa bouche). Elle permettrait la restauration des cellules à un niveau jamais vu, elle pourrait me permettre de guérir, de renaitre oserais-je.

Il le lâche, conscient de ses propos et de son comportement incohérent avec tout ce qu’il est.

- Ça semble ridicule, j’en ai parfaitement conscience, mais j’ai eu tout le temps d’étudier la chose à l’Asile. […] Tu me connais mieux que quiconque, si j’avais une autre solution, je ne courrais pas sans preuve, après une légende !

Il rajuste sa cravate avec lenteur et dans ce geste, parfaitement méthodique, il reprend le contrôle de ses émotions et se risque même à un bref ricanement.

- Je te propose d’arracher Ra’s al ghul de son trône et de le dépouiller de ce qu’il a. Je ne dis pas que ça sera facile, mais j’ai trois ans pour mener à bien mon projet.

Il ne s’attarde pas sur son état, il enchaine par une quête de pouvoir. Il ne voulait pas qu’Oswald voit dans cette mission, les paroles d’un homme au bord du gouffre. Il jouait sur la tentation du pouvoir, sur le chaos qu’ils pouvaient créer en ville pour le récupérer. Cependant, Oswald avait forcément vu lors de leur échange rapprocher, la maigreur de son corps, son teint pâle maladif. La canne qui l’accompagnait faisait désormais écho au parapluie d’Oswald. Encore une fois, la vie les unissait, différemment certes, mais elles se croisaient toujours.

- Oswald, j’ai besoin de toi.




[6ML] Question de retrouvailles Tumblr12

#66cc00


@Za-ra-h (illustratrice)
@Tim (graphiste)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 30/12/2018
Messages : 193
Situation : Le Pingouin s'est fait interrogé par Batman et est désormais en train d'échafauder un plan machiavélique. Mais chut faut pas le dire.
Localisations : L'Iceberg Lounge
MessagePosté le: Lun 11 Fév - 11:59
"Ozzy, je vais mourir."

Les paroles de son seul ami résonnaient dans sa tête en boucle. C'est à partir de là que Cobblepot vit le corps maigre de Nygma. Qu'il vit pourquoi il avait changé de vêtements. Cela expliquait également pourquoi Edward semblait aussi... absent, distrait. Cobbelpot l'avais remarqué. Notamment grâce à la photo. Le temps que mettait Nygma à la regarder en disait long.

"Au diable les médecins, Ed n'a pas voulu de ceux que j'avais proposés auparavant. En proposer un maintenant ne servirais à rien..." Pensa alors Oswald.

"Comment puis-je t'aider à aller mieux. S'il te plaît dis moi qu'il existe une solution. Un miracle."

Mais un bras vint interrompre Cobblepot.
"Ne me regarde pas ainsi, ce n’est pas de ta pitié dont j’ai besoin."

"Et ce n'est pas de la pitié que tu auras de ma part mon ami. Mais une aide. La mienne."

Le bruit métallique de la canne, qui heurta le sol, arrêta net Oswald. Ce dernier écouta alors avec attention le discours du Sphinx.

"De renaître..."

"Ça semble ridicule, j’en ai parfaitement conscience, mais j’ai eu tout le temps d’étudier la chose à l’Asile. […] Tu me connais mieux que quiconque, si j’avais une autre solution, je ne courrais pas sans preuve, après une légende !"

"Je le sais très bien." Rétorqua Oswald face au ricanement de son ami.

"Oswald, j’ai besoin de toi."

Oswald s'imaginait loin de tout ça. Loin de Gotham et de ses intrigues. Il visualisa une ferme où l'on pouvait apercevoir les deux amis. En bonne santé et loin de tout. De Batman, de La Cour des Hiboux, loin de Gotham et de ses justiciers et monstres. Loin de Ra's Al Ghul, la personne que Nygma voulait trouver plus que tout en cet instant. Mais ce n'était que fiction. La réalité était bien plus sombre.
Cet appel ne le laissait pas indifférent. Loin de là.

"Et je suis là pour toi Edward. J'ai toujours été là pour toi et je serais encore toujours là pour toi.

Prenant une grande inspiration Cobblepot continua :
"Le service que tu me demande... Cette information. Elle pourrait réduire Gotham en cendres...Dans tous les sens du terme..."

Cobblepot regarda alors le visage de son ami. Et l'amitié et la nostalgie prit alors le pas sur la raison.

"Mais si c'est toi qui me demande, et bien je te la donnerais sans hésiter. Ce que tu recherche se trouve au plus profond de Gotham. C'est l'antre de la Tête du Démon. Ce que tu recherche se trouve sûrement à... "Wonder City""

La seul prononciation de ce nom faisait apparaïtre quelques gouttes de sueur sur le front du Pingouin.
Ce dernier regarda alors dans le vide comme s'il y avait quelque chose sur son bureau. Comme pour se rappeler d'un évènement traumatisant.

"Peu de personnes connaissent ce nom. C'est un très très très ancien projet d'urbanisation tombé dans l'oubli. Ce réseau de souterrains mêlées aux anciennes rames de métro de la ville fait de ce projet un labyrinthe gigansteste et une forteresse imprenable. C'est là qu'à élu domicile Ra's Al Ghul. J'ai obtenu cette information en échange de la vie de mes hommes. En effet il y a plusieurs années de cela, j'ai envoyé plusieurs de mes employés établirent un réseau de contrebande dans ces souterrains. Mais en moins de 3 heures après les avoir envoyés. Nous avons perdus tout contact avec eux. Aucunes traces d'eux nulle part, comme s'ils avaient disparus de la surface de la Terre. Et 13 heures après l'envoi de cette escouade, j'ai reçu un... message explicite. La tête d'un de mes hommes de main et celle de sa femme et de ses trois enfants... Sur mon bureau, un des endroits les plus fortifiés de Gotham...enfin c'est ce que je pensais à l'époque."

Cobblepot regarda alors dans les yeux Nygma. Même à travers ses lunettes il voyait ses yeux.

"S'en prendre au Démon ne sera pas chose aisée, crois moi. Ton ennemi sera coriace et retors. Mais ne t'inquiète pas ce ne sera pas ton ennemi. Ce sera le NOTRE. Tu sais bien que je ferais tout pour te sauver. Y compris brûler Gotham s'il le fallait. Fais moi confiance ils ne sauront pas ce qui les attaques.

Cobblepot remit alors debout le cadre et continua.

"Comme au bon vieux temps. "Ensembles. Ensembles contre le monde entier. Ce monde qui nous rejettes.""

Un sourire apparut alors sur le visage du Pingouin. Il avait certes peur mais savoir qu'il allait refaire équipe avec son ami le faisait sourire. A un point qu'on pourrait croire qu'il avait été infecté par un gaz du joker. En réalité Il était heureux, car pour la première fois depuis longtemps l'ennui l'avait quitté. Il porta alors un regard attendrissant sur le personne d'Ed et continua :
"Rattrapons le temps perdu mon ami."


[6ML] Question de retrouvailles Iwqoze10

"Lorsqu'on les pousse à se battre les attaques des Pingouins sont rapides et décisives...
et j'ai juré qu'un jour, les miennes le seraient aussi."

Merci à Conner pour la signature ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 14/08/2018
Messages : 50
Situation : Père (d'une ado), cancéreux (plus que deux ans) et en fuite (plus pour longtemps)
Localisations : Au bordel : La boite de Pandore
MessagePosté le: Lun 18 Fév - 16:55
ft. Oswald
Question de retrouvailles



Le prix a payé n’étant pas tant l’avenir et la survie de Gotham, il le serait seulement si Edward échoue au projet absurde qu’il était en train de monter. Il n’avait que pour seule arme son intellect contre la Tête de démon et de sa cervelle malade avait jaillit le vœu de voler à Ra’s son bien le plus précieux, sans jamais qu’il ne soupçonne qui et comment cela avait été fait. Il s’entourait des meilleurs – ou presque, car après tout, il les surpassait tous. Cependant, à la moindre erreur, la ville ne serait plus. Cela n’avait aucun panache, cela n’avait rien de brillant mais dans son désespoir, le Sphinx déchu acceptait cette éventualité et d’un regard appuyé, il assura à Oswald sa détermination. C’est alors que son ami lui offrit la réponse à la question qui le hantait depuis tant d’année : où ?

- Ce que tu recherches se trouve au plus profond de Gotham. C'est l'antre de la Tête du Démon. Ce que tu recherches se trouve sûrement à... « Wonder City ».

Edward trembla violemment. Une sensation intense le traversa, de ses entrailles jusqu’à sa bouche, de haut en bas, et de ce malaise naquit un rire étouffé. Il l’avait eu, si simplement, il se sentait déjà comme un roi. Pourtant, sa jambe défaillit. Il se tient au bureau et se laissa tomber sur le fauteuil du mafieux, fou d’une joie à peine contenu. Il faisait de son mieux pour écouter le monologue d’Oswald mais il peinait, car déjà, son esprit chauffait. Il n’avouerait jamais qu’il n’avait jamais entendu parler d’un tel projet d’urbanisation. Il se garderait bien de dire à Oswald qu’il se fichait de qui était mort pour cette information. La satisfaction, le soulagement, était trop important pour qu’il puisse en mesurée l’importance à cet instant. Avait-il vu de son malaise, une angoisse profonde ? Oswald lui assura sa fidélité et son amitié sans faille. Edward reposa les yeux sur le cadre couché puis sur son ami.

- Je savais que je ne pouvais compter réellement que sur toi. Toi à mon bras et Luthor à mes bottes, rien ne pourra m’empêcher de m’offrir un verre de son précieux puit.

L’alliance avec Lex Luthor ne comptait absolument pas. L’ancien PDG le balancerait au Démon à l’instant où il n’aurait plus besoin de lui. Il allait devoir « la jouer serrer », comme aurait dit son paternel de son langage appauvri de sportif. Il tiqua légèrement. Pourquoi penser à son imbécile de géniteur dans un moment pareil ? Non, ce n’était pas la fin de la partie. Il avait encore des coups à jouer, Oswald venait de lui donner un.. joker.

- Ensemble. Ensemble contre le monde entier. Ce monde qui nous rejette.

Cette phrase, ce souvenir sortit du néant par la seule évocation de son vis-à-vis. Il la répéta comme s’il ne l’avait jamais oublié. Il ne voulait pas qu’Oswald découvre combien ça allait mal. Il avait déjà son corps comme spectacle misérable. Il n’avait pas besoin que son ami doute de lui. Comme un miroir, chacun se renvoya un sourire.

- Avant de fêter nos retrouvailles comme il se doit, Ozzy, j’ai un autre service à te demander. Moins risqué, mais qui occupe presque tout mon temps depuis ma sortie d’Arkham. Il me manque d’une pièce pour l’achever et je sais que toi, tu sauras où te fournir.

Il sortit de la poche intérieure de sa veste, une sorte de carte de visite frappée d’un point d’interrogation. Edward avait gribouillé en vert la pièce qui lui fallait. Il n’y avait que quelque entreprise européenne qui proposait ce genre de produit mais Oswald n’avait jamais été limité par quoi que ce soit, encore moins des frontières. C’était ce qu’il aimait chez le Pingouin. Il ne dépassait toujours. Il était le meilleur, de sa catégorie.

- Si jamais j’échouais... si nous échouons, ce projet sera ma descendance. Le temps est mon plus féroce ennemi, Oswald, et contre lui, ni toi ni moi n’y pouvons rien.

Il sort son smartphone de sa poche et de quelques gestes précis, montra à Oswald le visage d’une jeune fille. Elle semblait ordinaire, quoique endormi. Ses cheveux roux entouraient son visage serein mais à mieux y regarder, des câbles s’y mêlaient, bien enfoncé dans ce qui semblait être de la mécanique. Il créait une adolescente. Non, il l’avait déjà créé, il ne lui manquait que la volonté. Edward devenait père d’une fille de métal.

- Edwine sera ma revanche, contre Batman, Ra’s, le monde. Elle sera meilleure que moi et à ma mort, je te la confierai.





[6ML] Question de retrouvailles Tumblr12

#66cc00


@Za-ra-h (illustratrice)
@Tim (graphiste)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 30/12/2018
Messages : 193
Situation : Le Pingouin s'est fait interrogé par Batman et est désormais en train d'échafauder un plan machiavélique. Mais chut faut pas le dire.
Localisations : L'Iceberg Lounge
MessagePosté le: Mer 20 Mar - 22:53
"Ensemble. Ensemble contre le monde entier. Ce monde qui nous rejette."

Cette phrase prononcée par Ed rendait Oswald heureux. Un sentiment qu'il n'avait pas connu depuis longtemps.

Cobblepot déplia le dépliant pour ainsi reconnaître l'objet qui manquait à Ed.

"Je vois... J'ai déjà ma petite idée pour dénicher cet objet. Et surtout à qui demander eheh."

Oswald était le meilleur il est vrai pour trouver et dégoter ce qui intéressait les autres. Bien sûr pour un certain prix. Mais pour son ami, il n'y aurait aucunes factures...Même si les personnes à qui il allait demander de chercher cet objet auraient un prix élevé.

"Nous allons vaincre, Edward. Je vais tout faire pour." Oswald en était convaincu, à vrai dire il ne voulait pas avoir ce genre de pensés à l'esprit. La mort de son ami le détruirait. Et il ferait tout pour l'en empêcher. Le voir en cet état lui était insupportable.

Regardant la photo de l'adolescente, Oswald ne remarqua que quelques secondes après, les files métalliques qui dépassaient de la tête de la gamine. Étant doué en mécanique le pingouin reconnut le potentiel de ce projet, qui était démentiel et mystérieux. Tel que l'était son ami eheh.

"Et j'en prendrais soin comme si c'était ma propre nièce Edward."

Les relations avec son fils étaient tendus mais c'était une autre histoire...
Car pour Cobblepot Ed est son frère. Et il le restera quoi qu'il arrive.

"Avant de fêter ça, j'aimerais te parler d'un projet que j'ai dans la tête depuis quelques temps, et qui nécessiterait ton expertise...en temps voulu."

Résumé:
 


[6ML] Question de retrouvailles Iwqoze10

"Lorsqu'on les pousse à se battre les attaques des Pingouins sont rapides et décisives...
et j'ai juré qu'un jour, les miennes le seraient aussi."

Merci à Conner pour la signature ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[6ML] Question de retrouvailles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Question home cinema
» Question langue Elfique
» question d'elfe
» L'être n'est pas une question...
» [Question] qualité reception

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City :: Iceberg Lounge-