La Tombe

Invité

MessagePosté le: Lun 4 Fév - 21:31
Le vent ne sifflait pas, il ne pleuvait pas. Le soleil brillait et c’était un jour parfait pour une promenade dominicale dans l’un des nombreux espaces verts d’Opal City.
Richard Swift n’était pas un de ses personnages de roman dont les affres sentimentales déclenchent des changements de climats pour souligner leurs aspects tourmentés. Il était pourtant bel et bien dans une tourmente sentimentale. Comme tout homme, il devait faire face à la mort de ses proches et il n’arrivait pas à passer l’étape du deuil.
Il faisait face à sa tombe, taillée dans du marbre blanc. Sobre, sa dalle accueillait plusieurs inscriptions en son hommage.
Des hommages municipaux aux hommages familiaux, il manquait celui de son compagnon. Richard Swift, immortel, riche et maître des ombreux, était plus enclin à l’heure actuelle à réussir là où Orphée avait échoué. Il venait tous les jours à une heure précise déposer une rose sur la tombe, une habitude qui frôlait l’obsession. Il partageait le reste de son temps entre la préparation de cours pour de jeunes blancs-becs et ses recherches pour son futur papier sur les mythes de la résurrection et de l’immortalité à travers les âges. Cette occupation lui permettait d’avancer dans sa quête sans attirer l’attention.
Face à la tombe, il se demandait ce que penserait Hope de son projet. Elle ne serait sûrement pas ravie et lui en voudrait. Lui-même se questionnait sur le bien-fondé de sa démarche et les routes sombres qu’il devrait emprunter, mais faire quelque recherche ne faisait de mal à personne, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 22/08/2017
Messages : 308
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Fate ; Kalel.
Localisations : Atlantis, mais pas uniquement.
La Tombe 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Mar 5 Fév - 10:58
Pas de vent. Pas de pluie. Pas de gris.
La journée est belle, agréable. Elle laisse espérer le meilleur, elle fait bondir les cœurs, elle donne le sourire – elle rassure, elle donne envie de profiter de la vie et d’être heureux.
Surtout pas, donc, d’aller au cimetière… de retrouver des proches décédés, de sentir le manque et la douleur de leur absence.

Cependant, Richard Swift a fait le choix de s’y déplacer, et de se rendre notamment sur la tombe de sa bien-aimée ; Hope.
Malheureusement disparue récemment. Fêtée, honorée par de nombreux hommages, évidemment légitimes et justes. Richard est désormais là, seul.
Seul face à elle. Seul face à lui-même.
Seul face aux doutes, aux peurs, et aux espoirs de projets fous.


« Hrm. »

Même si sa solitude ne dure pas, cependant.

« Monsieur. »

Même si, soudain, ses sensations se confirment, quand il découvre une présence, à ses côtés.

« Mes hommages. »

Un homme, donc.
A l’accent britannique. Fin cinquantaine. Vêtu d’un costume complet noir, avec chemise blanche. Sans chapeau, mais une moustache et des cheveux, blancs mais bien coiffés.
Une allure digne. Un discours digne, aussi.


« Mes… condoléances, également. »

Le regard du vieil homme glisse de la tombe à Richard, avant un hochement de tête cérémonieux.
La conclusion s’impose d’elle-même, vu l’attitude de Swift ; mais ce dernier peut se douter, aussi, que son mystérieux interlocuteur connaissait ses liens avec la défunte, avant même sa venue.


« Si vous me permettez… »

Et, sans attendre l’autorisation, l’homme s’avance jusqu’à la tombe – et y dépose un bouquet de fleurs ; petit, mais joli.
Comprenant, surtout, les fleurs préférées de Hope.
Il se redresse, et recule pour retourner aux côtés de Richard. Il croise les mains devant lui, et reprend d’une voix calme et douce.


« William Randolph Wintergreen… monsieur.
J’aurais goûté de meilleures circonstances pour une telle rencontre – et je comprendrais votre souhait de décaler nos présentations à un autre lieu, à un autre temps. »


Lentement, le vieil homme se tourne vers The Shade, qui peut lire dans ses yeux la sincérité ; il se sent sincèrement mal, de venir le troubler ici.
Même s’il a l’impression qu’il n’avait guère le choix.


« Je représente une… organisation, dont les objectifs et les moyens semblent correspondre à vos propres projets, monsieur. Je pense qu’un échange, à ce titre, pourrait être fort productif pour chaque partie.
Et notamment pour les… centres d’intérêt de chacun. »


Un coup d’œil rapide vers la tombe confirme qu’il évoque Hope, évidemment ; mais il se tait, ensuite.
Wintergreen laisse Richard décider… et espère ne pas subir sa fureur. Il la comprendrait, cependant ; même s’il a quelques idées pour la gérer – au cas où.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 22:16
Alors que Richard Swift pensait et faisait le point, quelqu’un vint troubler sa réflexion. Un Anglais, cela s’entend et le gentleman anglais se reconnaît. Il ne s’agit pas de supériorité, mais de cette aptitude singulière d’être poli en ne l’étant pas. Oscar Wilde est de ses vieux amis, le désignait ainsi : « Un gentleman est quelqu’un qui ne blesse jamais les sentiments d’autrui sans le faire exprès. »
Un autre proverbe dont l’auteur était perdu, donnait une définition tout aussi élogieuse : « Un gentleman est un monsieur qui fait des choses qu’aucun gentleman ne devrait faire, mais qui les fait de la manière dont seul un gentleman pourrait les faire. »
Richard se plaisait à se considérer comme l’un des derniers de cette espèce en voie de disparition, notamment dans le Nouveau Monde. Il en avait un autre en face de lui.
Hop, qui n’était ni Anglaise ni gentleman et qui n’avait pas peur des mots, l’avait décrit un jour comme un connard arrogant qui se plaisait à insulter les gens sans qu’ils puissent répondre autre chose qu’un « merci ». En y réfléchissant, cette description était tout à fait valable.
Aux diverses actions, il se contenta donc de répondre :

« Mes hommages et merci. Les condoléances touchent toujours quand elles sont désintéressées. »

Il observait l’homme et savait que celui-ci venait pour autres choses. Il n’y avait pas besoin d’être brillant pour cela. Il suffisait d’être conscient que les actions d’un inconnu sont rarement motivées par autre chose qu’un intérêt. Il continua.

« Je n’ai pas besoin de me présenter. Si vous avez choisi ce lieu et ce moment, vous me connaissez."

Le pincement des lèvres trahissait son agacement de la situation. Il était en colère et le regard attristé de Wintergreen l’atténua que peut. L’homme avait choisi le lieu comme il aurait pu l’éviter. C’est sur un ton sec qu’il répondit :
« Il va falloir être plus clair, Monsieur. Ma patience ne tient qu’au lieu où nous nous trouvons. »

Il se doute du nom de l’organisation, soupçonne les objectifs de celle-ci et devine qu’elle pourrait effectivement l’aider à accomplir les siens, mais il veut savoir ce que l’autre partie sait de ceux-ci. Il veut vérifier son intuition, car l’âge lui a enseigné qu’il était faillible.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 22/08/2017
Messages : 308
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Fate ; Kalel.
Localisations : Atlantis, mais pas uniquement.
La Tombe 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Ven 8 Fév - 12:15
Wintergreen hoche lentement la tête, pour accompagner les paroles de The Shade.
Evidemment.
Evidemment qu’il ne goûte guère sa présence ici, et qu’il n’a pas de patience pour cela ; il s’y attendait. Mais n’entendait pas commencer moins poliment leur échange.


« L’intérêt des condoléances est toujours double, Monsieur. Elles expriment autant la peine, sincère, que l’un peut ressentir pour la perte de l’autre. Mais, surtout, elles sont un élément de communication sociale fondamental… la douleur met du temps à s’effacer, mais les échanges sociaux perdurent.
Les condoléances sont les salutations pour veufs et orphelins, monsieur. »


Sa voix demeure calme, presque mélodieuse ; mais elle n’est pas douce.
Le vieil homme n’entend pas se laisser impressionner, ici.


« Néanmoins, il… m’est regrettable de vous rencontrer ici, Monsieur. J’ai choisi ce lieu, car je craignais, à juste titre il me semble, qu’une visite chez vous n’aurait pas permis ces quelques mots, entre nous.
Je maintiens, cependant, que ma peine pour vous est sincère. Je ne connaissais guère votre épouse, mais… même si mon existence est moins longue que la vôtre, je connais les douleurs et les pertes. Je m’y associe.
Comme un vieux guerrier s’associe aux souffrances d’un autre. »


Ce qui est vrai ; et ce qui en dit beaucoup, aussi, sur les connaissances du mercenaire sur Richard… dont il connaît l’âge, donc. Et les pouvoirs, vu ses craintes.
Par quelques mots, William en dit beaucoup. Il sait que Swift saura le comprendre.


« Quant à votre demande… j’espérais pouvoir échanger en privé, mais soit. »

Il soupire, de façon volontairement théâtrale.
Puis enchaîne, calmement encore.


« Vous avez connaissance des troubles en Afrique, il y a plusieurs mois, ainsi que de différentes… actions, contre des artefacts. [HRP : voir historique de la S.S.E. :HRP] Elles ont pour origine une organisation, qui m’a recruté ces dernières semaines afin de revoir sa logistique – et ses membres.
Cette organisation a un nom, légèrement arrogant mais réel : la Secret Society of Evil. Fondée par Monsieur Vandal Savage. Dirigée, un temps, par Mister Mind et le Général Immortus. Désormais guidée et organisée par moi… William Randolph Wintergreen.
Nous disposons de fonds et de moyens importants, Monsieur Swift. Dans plusieurs domaines – notamment scientifiques, notamment magiques ; notamment pour réaliser l’impossible. »


Son regard glisse, durant son discours puissant, vers la tombe de Hope.

« Ma position est claire, Monsieur Swift. Mon organisation a besoin de gens disposant de vos talents – mais aussi de votre expérience, et de votre… retenue.
Je n’entends pas recruter des bouchers, Monsieur. J’entends obtenir l’aide de gens qui savent se contenir, et agir comme et quand il le faut ; comme vous.
Rejoignez-nous, Monsieur. Vous collaborerez à améliorer un monde qui se perd dans le chaos, sous l’égide d’un dirigeant certes arrogant, mais qui n’est pas pire que d’autres ; surtout, vous pourrez organiser ce monde, selon votre choix.
Mais, évidemment, le cœur de ma proposition demeure… ici. »


Sa main s’ouvre vers la tombe, et il s’avance lentement vers elle.
Avant de s’arrêter, à une distance respectueuse.


« Nous pouvons la ramener, Monsieur.
Nous pouvons la ramener – si vous nous rejoignez, et si vous collaborez avec nous. »


Wintergreen soupire, et se tourne vers The Shade.

« Pour moi. »

Il n’aime pas ce qu’il fait ; pas vraiment.
Il aimerait le faire… sans contrepartie. Sans chantage.
Mais il n’a pas le choix.
La S.S.E. a besoin de The Shade – et il doit le ramener ; quel qu’en soit le prix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mer 20 Fév - 18:59
C’était donc bien cela, la Secret Society of Evil. Il n’avait jamais compris la tendance de certains supervilains à apprécier les noms pompeux, ridicules et tristement pitoyables. Il avait été du côté des alliées pendant la Seconde Guerre mondiale et certains objectifs des nazis pouvaient être qualifiés de franchement ignobles, voire maléfiques. Ceux-ci ne s’étaient pourtant jamais qualifiés eux-mêmes de démoniaques. Les individus comme Vandal le laissaient perplexe, il n’arrivait pas à savoir s’il était sarcastique en choisissant ce genre de nom ou extrêmement sérieux. Qui se qualifierait de maléfique ? Soit un clown ou soit un individu cynique à l’extrême conscient de sa nuisance.
Il écoutait le discours, il ne l’appréciait pas. L’homme en savait trop sur lui sur Hope.
Oh bien sûr, il se trompait sur certain point, lui et Hope n’avait jamais passé le cap du mariage, mais c’était sans importance.
Ce qui était important, c’était qu’un tiers connaissait ses projets. Il avait été discret et prudent dans ses démarches. Ils savaient où il habitait. Et un clic et un déclic se firent, ils avaient des informateurs autour de lui. Ils avaient peut-être un lien avec le vol de son journal intime.
La SSE et ses projets l’inquiétaient aussi pour Opal City, sa ville.
Il n’aimait pas l’organisation qu’on lui présentait, les noms lui heurtaient les oreilles. Pourtant il ferait un effort, il allait intégrer l’organisation pour la surveiller et peut-être lui nuire.
Il ne pouvait pas négliger une piste pour sauver Hope, il ne pouvait se permettre de refuser.
Il répondit sur un ton plus neutre, il savait reconnaître une forme de regret quand il en voyait, l’homme ne faisait que son travail avec une cynique efficacité.

« Soit, j’accepte pour elle. J’ai une seule condition : tout ce qui concerne Opal City devra avoir mon accord. Dans le cas contraire, je testerais l’immortalité des Savage moi-même. »

Et il faisait confiance à la SSE pour échouer comme toutes ses précédentes itérations. Il s’éloigna de Wintergreen et de la tombe. Il se retourna et dit presque gentiment.

« Je vous conseille de vous défaire de vos espoirs, cette organisation échouera au final tout comme les Hasbourg et les Hanovre. »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 22/08/2017
Messages : 308
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Fate ; Kalel.
Localisations : Atlantis, mais pas uniquement.
La Tombe 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Jeu 21 Fév - 9:30
« Indubitablement. »

Les mains dans les poches de son manteau noble, Wintergreen répond avec son accent britannique, en hochant lentement la tête.

« Les empires sont faits pour chuter. »

Un léger sourire, plein d’ironie, glisse sur ses lèvres, sous sa moustache.

« Et les têtes couronnées sont formées pour être tranchées. »

Vandal Savage inclus.
Même si cela peut prendre plus de temps et d’énergie, évidemment.


« Mais… cela n’empêche pas ceux qui gravitent autour de profiter de ces initiatives, de ces empires, pour réaliser ce qu’ils peuvent. Pendant et après l’existence de ces régimes. »

The Shade a accepté, donc ; le vieil homme en est satisfait, et soulagé.
Il n’aurait pas aimé devoir employer la force avec lui – avec cet être si étrange, mais en qui il se reconnaît sur bien des points.
Même si, le cas échéant, il n’hésiterait pas à le sacrifier pour son propre intérêt.


« Cette organisation disparaître en effet, monsieur Swift. Mais j’entends profiter de mon rôle en son sein, afin d’améliorer ce qui peut l’être, pour le monde mais surtout pour moi et mes intérêts. J’entends également échapper à son futur trépas, et je veillerai à ce qu’il en soit de même pour ceux qui partagent mes… points de vue. »

Une légère étincelle glisse dans ses yeux.
Le message est clair.


« Je ne ferais pas l’erreur de vous sous-estimer ou de vous défier. Opal City n’a que trop souffert au fil de son Histoire, et surtout récemment ; elle est vôtre. Vandal Savage ne s’y intéresse guère, et j’entends veiller à ce que cela demeure ainsi.
En contrepartie, j’attends une estime et un respect similaires – mais, aussi, des retours équivalents. L’on dit beaucoup de choses sur vous, monsieur Swift, mais également que vous avez une connaissance précise des événements que vous avez vécus depuis votre… changement.
J’ose espérer que cette formidable mémoire intégrera la position de l’organisation envers Opal City, du fait de mes choix. »


Wintergreen hoche la tête, encore, avant de se détourner légèrement.
Ils se sont présentés, ils se sont parlés, ils ont trouvé un accord ; soit. Rester plus longtemps serait insultant, et désagréable.
Hors de question d’en arriver là.


« Des moyens de communication seront livrés à votre domicile, monsieur. J’espère un contact rapide et régulier.
En attendant, je réitère mes condoléances et mes hommages, monsieur. En espérant pouvoir, très vite, faire des premières un souvenir désagréable, mais passé. »


Le vieil homme effectue une légère révérence, distinguée, puis se détourne de The Shade.
Et disparaît, rapidement, dans le cimetière – puis dans Opal City.
Il ne regarde jamais derrière lui, et ne s’inquiète pas d’une attaque ; s’il se méfie évidemment de tout le monde, il a confiance en les bonnes manières de Swift. Notamment parce qu’il a conscience que la S.S.E. le protège, aussi, même si ses hommes sont loin.

Le message est passé, donc ; l’accord a été trouvé.
La S.S.E. se renforce.
Mais, surtout, les appuis et alliés de Wintergreen se multiplient. Et c’est bien là le point le plus important de cette journée !


(HJ/ Merci pour ce très agréable RP. Very Happy /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

La Tombe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Loevenbruck, Henri] La Moïra - Tome 4: Le secret de Mont-Tombe
» Astérix le Gaulois - Tome 33: Le ciel lui tombe sur la tête [Goscinny & Uderzo]
» [PROB] Mon correspondant tombe sur la messagerie quand je surf sur internet.
» APPARITIONS (Tome 2) UN PIED DANS LA TOMBE de N. M. Zimmermann
» La Momie 3 "La Tombe de l'Empereur Dragon"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-