« Une histoire de famille » ft. W.R Wintergreen

Inscription : 24/04/2018
Messages : 92
DC : Timothy Drake / Red Robin
Situation : En plein contrat
Localisations : Inconnu
Secret Society
MessagePosté le: Lun 11 Fév 2019 - 14:23

« Une histoire de famille »
ft. W.R Wintergreen
_____Le mercenaire avait passé les six derniers mois en vacance. Ces derniers contrats avaient été plutôt généreux en matière de salaire et il était temps pour Slade de prendre un peu le soleil. Il avait laissé tout derrière lui sans se soucier du reste. Il s’était fait oublier durant tout ce temps, mis ses moyens de communication en silencieux pour être sûr de ne pas être dérangé. Pendant plusieurs mois, il n’y avait plus que lui, le sable chaud sous ses pieds, le bruit des vagues et les jolies filles en bikini qui passaient par là et pouffait de rire au moindre regard aguicheur du mercenaire.

Malheureusement, même les bonnes choses ont une fin. Au milieu d’une sieste en plein après-midi, le travail rappela immédiatement Slade malgré ses précautions pour ne pas se faire déranger pendant ses vacances. La SSE avait besoin de ses service pour un petit cambriolage dans les eaux troubles. Slade accepta et retrouva un vieil ami qui avait été également recruté au sein du groupe, Wintergreen faisait de nouveau parler de lui.
Après cette mission, le mercenaire n’était pas réellement décidé à reprendre du service aussi vite. Il était à l’aéroport, en civil à deux doigts de reprendre l’avion direction le Panama pour profiter encore quelques mois. A quelques minute de l’embarquement, Slade reçu un message de la part de Wintergreen. Ce dernier lui avait donné rendez-vous à Gateway, cela semblait urgent. Le soldat laissa échapper une grimace, laissant le doute planer dans son esprit. Il pourrait très bien dire au vieux de se débrouiller tout seul pour cette fois. Finalement, Deathstroke finit par faire demi-tour, oubliant ses rêves de plage paradisiaque en Amérique du Sud. Il se dirigea vers le prochain avion direction Gateway. Il n’avait aucun plaisir à remettre les pieds là-bas, même pour un vieil ami.

Deathstroke était sur le lieu du rendez-vous, sur le toit d’un immeuble à l’abris des regards. Il était équipé de son armure, prêt à affronter tous les scénarios. Pendant que le mercenaire patientait en observant les civils juste en dessous de lui avant de jeter un œil sur son téléphone dernier cri histoire de voir ce qui a bien pu se passer pendant ses six mois et demi d’absence. Finalement, le mercenaire n’eut pas suffisamment de temps pour s’intéresser à l’actualité. Derrière lui, il sentit une ombre se rapprocher doucement. Sa main se rapprocha doucement de la garde de son épée, prêt à dégainer au cas où ce point de rendez-vous ne soit qu’un maudit piège organisé par une personne rancunière.

« J’espère que tu as une très bonne raison pour m’avoir arraché de mes vacances. » grogna Slade avant de se retourner. « Je pensais que tu m’avais compris quand je te disais que je ne voulais surtout pas être dérangé. » continua-t-il de pester.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/08/2017
Messages : 246
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Fate ; Corum Rath.
Situation : Organisateur de la Secret Society of Evil.
Localisations : Changeante.
Secret Society
MessagePosté le: Lun 11 Fév 2019 - 15:34
Seuls le bruit sec de bottes qui claquent sur un sol froid répond, d'abord, aux grognements et reproches de Slade Wilson ; avant que le silence prenne le relais, pendant plusieurs secondes.
Finalement, le nouveau venu enchaîne – après un temps suffisamment long, pour que le mercenaire sache que son interlocuteur n'est pas là pour se faire martyriser. Ou, au moins, rabaisser par lui.


 « Tu ne veux jamais être dérangé, Slade... sauf quand tu t'ennuies. »

Un ton calme et détaché s'élève, à quelques mètres.
Avec un puissant et fort séduisant accent britannique, bien évidemment.


 « Et... tu t'ennuies toujours, en vacances. »

L'homme approche, avant de s'arrêter devant Deathstroke.

 « En soi, je te rends service, là. Et je sais que tu en as aussi conscience – quelque part, derrière l'alcoolisme et l'hypersexualité qui te caractérisent. N'est-il pas ? »

Il croise les bras, puis oriente un regard amusé vers Slade...
... et ce pendant plusieurs, longues secondes.
Avant que William Randolph Wintergreen cède – et se mette à glousser, de ses mots et de la situation.


 « Ha ! Sacré vieux briscard. Tu ne changeras pas, n'est-il pas ? »

Le vieil homme s'avance, et partage une étreinte amicale et virile avec Wilson.
Il finit par reculer, puis reprend d'un ton calme.


 « Je t'ai fait venir pour une affaire importante, mon vieil ami. Je sais que nous nous sommes déjà vus au sein de l'organisation de Vandal Savage, mais ceci est... personnel. »

Son sourire et sa détente disparaissent, soudain. Son visage prend une allure fort sérieuse, et même très concernée.
Comme si quelque chose n'allait pas. Comme si quelque chose le rongeait... et l'inquiétait.


 « Il y a quelque chose... quelqu'un, ici, qui t'intéresse. »

Lentement, il déplie sa main et vise un entrepôt, à proximité. Un entrepôt en pleine activité...
... et une activité qui semble fort illégale, évidemment.

 « Ces hommes vont mourir, Slade. Ils sont ici pour récupérer une cargaison de drogue, afin d'inonder les rues de Gateway City. Depuis l'attaque d'Arès, les Amazones et les Américains tentent de contrôler ensemble la ville – mais ça ne fonctionne guère, et les gangs vont reprendre la main ; il y a un marché, ici, et beaucoup de criminels le veulent.
Ces types, là, veulent l'emporter... mais ils ne réussiront pas. Car leurs concurrents ont engagé quelqu'un qui va les empêcher – et qui va t'intéresser, oui. »


Wintergreen se penche en avant, une botte sur le rebord du toit ; il est sur le point de le dire. Il est sur le point de tout lui dire... mais quelque chose le retient.
Il détourne la tête, lentement, et soupire ; quelque chose le retient, oui.
Enfin... quelqu'un, plutôt.


 « Mais... avant d'aller plus loin, je... »

Le vieil homme soupire, encore.
Il ferme les yeux, et son visage se crispe ; il aime Slade. C'est son meilleur ami – son seul, mais surtout meilleur ami. Qui l'a sauvé, à qui il doit la vit.
Il l'aime. Il le respecte. Il l'admire, et il l'a toujours soutenu... jusqu'à maintenant.


 « Slade, je sais que nous collaborons beaucoup moins qu'à une période. Je sais que tu n'as plus envie d'un vieillard sur ton dos – et je le comprends, et te fais confiance.
Mais... Slade. »


Wintergreen reste silencieux, et conserve son regard ailleurs ; pendant plusieurs longues secondes.
Avant de tourner des yeux déterminés et terribles, pour les plonger sur le masque de Deathstroke.


 « Que s'est-il passé au domicile de Crystal Brown, à Gotham City, il y a des mois ? »

Le ton est soudain sec, dur ; intransigeant.
Comme un interrogatoire – et un de ceux qui va mal se passer, clairement.


 « Parle-moi, Slade. Dis-le-moi.
Je te le demande... comme un ami. »


Avant de l'exiger comme un ennemi, pourrait-il dire ; mais il ne le fait pas.
Pas encore.
Par respect. Par estime. Par amitié.
Pour l'instant encore !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 24/04/2018
Messages : 92
DC : Timothy Drake / Red Robin
Situation : En plein contrat
Localisations : Inconnu
Secret Society
MessagePosté le: Lun 11 Fév 2019 - 16:48

« Une histoire de famille »
ft. W.R Wintergreen
_____Slade pouvait paraître froid et désagréable, ce n’était qu’une façade et le simple fait qu’il est tiré un trait sur ses vacances voulait tout dire. Wintergreen le taquina sur ses dites vacances qui pouvaient être ennuyeuse à la longue quand il n’avait pas trouvé de compagne pour l’occuper toute la nuit. Slade laissa échapper un maigre sourire et répondit à l’accolade de son étreinte amicale avant que Wintergreen ne reporte son attention sur la véritable raison de leur retrouvaille.

Le mercenaire enfila son masque avant de se rapprocher en direction de l’entrepôt qu’il pointait avant d’affirmer à Slade que quelqu’un serait de la partie, quelqu’un qu’il connaissait mieux que quiconque. Il fronça les sourcils, il n’aimait pas quand Wintergreen se la jouait devinette et faisait durer le suspense. Il était sur le point de lui faire cracher le morceau lorsque ce dernier détourna le sujet. Slade croisa les bras. Derrière son masque, il leva l’œil au ciel en sentant venir une leçon de morale.

« J’espère que tu ne parles pas de mon ex-femme. » rétorqua Slade avant que Wintergreen ne fasse mention d’une autre mission qui s’était passé il y a six mois de cela à Gotham City, quelques semaines avant son départ.

Il y a quelques jours de cela, un homme était venu sonner à la porte de Wintergreen. Cet homme se faisait appeler Alvin Drapper. Ce dernier s’était fait passer pour un officier de la police de Gotham City, il était bien jeune mais tout semblait crédible. Le jeune homme recherchait justement Slade Wilson. Le mercenaire s’en était prit à une famille, envoyant la mère de la famille à l’hôpital dans le coma et traumatisant l’enfant. L’officier n’avait pas eu toutes les réponses à ses questions mais semblait éprouver une grande colère envers ce mercenaire, une colère qu’il n’avait pas réussit à complètement dissimuler.
Slade Wilson fronça les sourcils. Derrière son masque, son visage se durcit, il n’aimait pas l’idée de savoir que Wintergreen était au courant de cette affaire. Ses poings se resserrèrent et les regards s’échangèrent un instant avant que Slade ne se permette de tourner autour du pot.

« Tu veux te prendre pour ma baby-sitter, c’est ça ? » grogna Slade en refusant de décroiser les bras. « Pourquoi cette anecdote de ma vie t’intéresse autant, papy ? Tu avais des vues sur la propriétaire des lieux ? »

Le mercenaire restait légèrement fermé sur le sujet, même envers son mentor. Il n’était pas réellement venu à Gateway pour se faire interroger et il est difficile de faire parler le soldat. Il tournait autour du sujet sans jamais donner de véritable réponse à Wintergreen, à croire que Slade testait la patience et les nerfs de son mentor. Il finit par laisser échapper un soupir.

« Un contrat anonyme comme on m’en a proposé beaucoup à cette époque. Il s’agissait juste d’effrayer une gamine sans histoire. J’aurais pu ignorer ce contrat comme j’ai pu en ignorer beaucoup jusqu’à maintenant. Mais, j’ai vu que cette gamine jouait dans la cour des chauves-souris. Il n’y a rien de plus à ajouter. » Deathstroke ne donnera pas plus d’information à Wintergreen et très vite, le mercenaire perdit patience, surveilla l’entrepôt pas loin pour vérifier qu’il ne loupait rien avec cette conversation des plus désagréable. « On va inverser les rôles deux minutes, mon vieux. Qui t’as parlé de cette histoire et pourquoi elle t’intéresse tant que ça ? Qu’est-ce qu’on a bien pu de dire pour que tu me regardes comme si j’avais assassiné ton candidat préféré de la présidentielle ? »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/08/2017
Messages : 246
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Fate ; Corum Rath.
Situation : Organisateur de la Secret Society of Evil.
Localisations : Changeante.
Secret Society
MessagePosté le: Mar 12 Fév 2019 - 14:23
Slade Wilson n’aime pas les sous-entendus et les interrogations de Winergreen.
Prévisible.
Mais ce n’est pas pour autant que ce dernier va s’arrêter là.


« Il fut un temps, je me serais pris pour ta conscience. »

Il fige un regard froid et déterminé sur le mercenaire.

« Mais ce temps, et ma naïveté, sont révolues. »

La réplique est sèche – mais il ne dit rien de plus ; il laisse Deathstroke… et écoute, ensuite, ses déclarations. Ses révélations.
En effet, il y a un peu, William a été visité par un officier de Gotham City. Dont il n’a que peu goûté la venue, et qu’il a joyeusement éconduit ; mais il n’a pas aimé ce qu’il a entendu. Et encore moins ce que ça veut dire, de son ami.


« Mmh. »

Le vieil homme se redresse et, comme l’autre soldat, croise les bras ; tous deux se fixent, alors, et se figent.
Comme dans un western.
Comme dans l’un de ces terribles duels au soleil… où aucun des deux ne sortira vainqueur. Et ils le savent tous les deux.


« Je… croyais que tu t’en tenais à certains principes. »

Son ton est lourd, presque las.

« Pas les femmes. »

Sa mâchoire se crispe, lentement.

« Pas les enfants. »

Innocents, en tout cas ; mais il sait que Slade a compris.
Et qu’il s’en est fichu.


« Ta… vendetta envers Batman justifiait-elle cela ? »

Wintergreen soupire, puis se détourne.
Evidemment que Slade veut en savoir plus, comprendre le sens de cet interrogatoire ; évidemment que le vieil homme ne dira rien.
Evidemment, surtout, que cela laissera des traces entre eux.


« La police enquête. Elle est parvenue à remonter jusqu’à moi – leur piste s’arrête là, mais ils te cherchent. »

Il y a plus, Wintergreen le sait ; mais il ne peut le prouver, ou faire pression sur Slade pour en apprendre plus.
Hélas.


« Et… ha. »

Il est interrompu, soudain ; par des cris. Et des tirs.
Une fusillade. Au cœur de l’entrepôt.
Parfaite diversion, pour ce moment si désagréable entre eux.


« Tu devrais y aller. »

Il se retourne, soudain, et fige un regard cruel sur son ami.

« Ton fils ne s’attendra pas à ta venue. »

C’est petit, vicieux, et presque méchant ; mais il ne regrette pas.
Le vieil homme aime Slade comme un frère – mais les relations fraternelles ne sont pas les plus douces ; et encore moins les plus simples !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 24/04/2018
Messages : 92
DC : Timothy Drake / Red Robin
Situation : En plein contrat
Localisations : Inconnu
Secret Society
MessagePosté le: Mar 12 Fév 2019 - 17:45

« Une histoire de famille »
ft. W.R Wintergreen
_____Il ne s’attendait pas aux applaudissements de la part de son mentor, il espérait qu’il n’entende jamais parler de cette histoire. Malheureusement, il semblerait que les murs ont des oreilles et cela ne lui plaisait pas. Le regard de Slade restait froid et ses bras étaient de nouveau croisés, fermer à la discussion. Même s’il voulait lui parler de cette histoire, il ne le pouvait pas et il voulait oublier cette histoire. Malgré les mauvaises actions du mercenaire tout au long de sa vie, il avait gardé un certain code moral que Wintergreen connaissait bien.

« Cette fille a cessé d’être innocente au moment même où elle a décidé de rejoindre la secte de la chauve-souris. » se justifia Slade. « Elle se trouvait dans le mauvais camp, dommage pour elle. »

Il y avait bien plus et Wintergreen pouvait le sentir. Quelque chose avait poussé le mercenaire à faire abstraction de son code moral histoire d’un contrat. Malheureusement, le mercenaire restait complètement fermer sur la question. Les termes du contrat étaient parfaitement clairs et Slade était un professionnel avant tout. Quelqu’un avait craché le morceau à Wintergreen et ce n’était clairement pas la police qui avait retrouvé la piste du soldat. Son mentor lui cachait peut-être la vérité sur sa découverte ou il ne s’était pas rendu compte de la supercherie. Slade Wilson secoua la tête, légèrement agité.

« Non. La police n’a pas pu remonter jusqu’à moi, j’ai pris mes précautions et je suis quasi certain du silence des témoins. La police de Gotham est stupide, encore plus stupide que les autres. Tu t’es fait duper, mon vieux. Quelqu’un s’est fait passer pour un officier et je n’aime pas ça. »

Cette histoire attendra, l’attention de Slade fut dirigée vers l’entrepôt. Une fusillade venait de débuter. Le mercenaire échangea un rapide regard en direction de Wintergreen et semblait intrigué par ses paroles faisant mention d’un de ses fils. Slade resta immobile quelques secondes, se demandant si Joey avait repris du service ou si c’était une blague de mauvais goût de la part du vieil homme.
Le mercenaire n’a malheureusement pas le temps de lui poser la question. Les coups de feu deviennent de plus en plus intenses et quelques individus avaient déjà commencé à fuir l’entrepôt. Slade les ignora, se jetant dans le vide avant de se frayer un chemin jusqu’à une fenêtre qu’il ne manqua pas d’éclater avec la semelle de sa chaussure pour arriver en plein cœur de l’entrepôt.

« Bon sang Wintergreen… Dans quoi tu m’as encore foutu… ? » grogna Slade avant d’observer les alentours pour essayer de comprendre la situation.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/08/2017
Messages : 246
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Fate ; Corum Rath.
Situation : Organisateur de la Secret Society of Evil.
Localisations : Changeante.
Secret Society
MessagePosté le: Mer 13 Fév 2019 - 15:08
Une grimace glisse sur le visage de Wintergreen.

« Ta propre fille a quasiment le même âge – et flirte régulièrement avec les Titans.
A-t-elle, également, perdu son innocence ? Dans le même sens ? »


La réplique est brutale ; le sujet, épineux.
Même si Slade Wilson a des rapports très complexes avec ses enfants, son attachement envers Rose est sincère. Bien que tordu, et vicieux.
A contrario, l’affection de Wintergreen pour Rose est sincère – et total.
Il n’est jamais intervenu, pour empêcher Slade de s’en prendre à elle ; mais il se dit, souvent, qu’il aurait dû. Et l’avancée de leur discussion, si désagréable, ne fait que confirmer le fossé qui semble s’ouvrir entre eux.


« J’ai mon lot de cadavres dans les placards, Slade… mais j’ai au moins la décence de les regretter. »

Il soupire, et croise à nouveau les bras ; sur la défensive, encore.

« Evidemment que j’ai pensé que l’officier n’était pas de la police… mais rien n’est sûr. Tu as pu toi-même commettre des erreurs, et j’ai la certitude que cette affaire n’est pas terminée. »

Le vieil homme se penche, avec un ton plus agressif.

« Je n’ai jamais questionné tes actes, Slade, et je t’ai toujours soutenu ; toujours. Tu m’as sauvé deux fois la vie, et tu as pour cela mon estime et mon amitié éternelles.
Mais cela n’implique pas un blanc-seing sur tes actes.
Qu’as-tu fait pour que je sois pisté et sollicité ainsi ? As-tu bien mesuré l’ampleur de tes actes ? On parle de la Chauve-souris de Gotham et des siens, là. Les rumeurs évoquent un Batman encore plus violent, après le coma de la fiancée Wayne… était-ce une bonne idée de s’en prendre, il y a des mois, à l’une de ses ouailles ? »


William se détourne, et lève les mains ; las.

« C’est… ça ressemble à un vœu de mort, vieillard. Comme si tu voulais provoquer Batman – pour qu’il t’arrête. »

Ses mots sont durs – mais sincères.
William s’inquiète, pour Slade, et craint vraiment que ce dernier cherche à pousser Batman à le pister… et à l’anéantir.
Même si, évidemment, les circonstances de leur rendez-vous bloquent toute suite à cette discussion : les tirs commencent, et Deathstroke quitte ce toit pour rejoindre l’entrepôt, montré par Wintergreen.

Ce dernier fixe son ami de loin, et le voit arriver au cœur du bâtiment.
Là, le mercenaire découvre plusieurs hommes, morts ; tués par balles, mais aussi par armes blanches.
Quelques bruits se font entendre, mais les combats s’achèvent. Les gardes sont morts, les chefs restent – mais ils meurent aussi, peu à peu. Parce que quelqu’un s’acharne contre eux, et les élimine avec efficacité… et un style que Slade commence à reconnaître, en voyant le tueur bondir entre les ombres.


« Allez, les gars ! On se dépêche, j’ai autre chose à faire ce soir ! »

« Argh ! »

Un homme s’effondre, quand une lame s’enfonce dans sa gorge. Un autre commence à tirer, mais le tueur bondit vers lui, surarmé.
Deathstroke le reconnaît, alors, mais pourrait se figer…

… en découvrant un homme dans le costume de Ravager – mais avec un style et même une voix qui semblent être ceux de Grant Wilson !

« J’ai encore trois livraisons à faire, ce soir. »

Son fils, donc ; Grant Wilson.
Sa fierté. Son héritier.
Qui est supposé mort, depuis des années !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 24/04/2018
Messages : 92
DC : Timothy Drake / Red Robin
Situation : En plein contrat
Localisations : Inconnu
Secret Society
MessagePosté le: Mer 13 Fév 2019 - 19:22

« Une histoire de famille »
ft. W.R Wintergreen
_____Même si le mercenaire est déjà loin, il avait gardé un contact vocale avec son mentor. Il pouvait entendre son sermon à travers l’oreillette de son masque. Slade pensait que cette histoire était classée aux yeux de Wintergreen, qu’'il n’en apprendra rien de plus. Le mercenaire n’allait pas étaler tout ce qui s’était passé avant qu’il ne frappe à leur porte, pendant qu’il enfonçait sa lame dans la chair de Crystal Brown. Il est clair que le soldat cachait quelque chose dans son acte, mais il n’était pas prêt à le déballer.

« Ne compare pas Rose à une gamine qui se cache derrière un uniforme de chauve-souris. » rétorqua Slade pendant qu’il observait patiemment la fusillade. « Tu ne sais pas ce que tu racontes, vieux fou. »

Le soldat avait trouvé un coin sombre où il pouvait observer les gens s’entre-tuer. Il ne se sentait pas l’âme d’un héros et les laissait se faire bouffer par une silhouette qui lui semblait si familier. Il fronça les sourcils, sa concentration était tiraillée entre ce combattant mystérieux et les leçons de morales de Wintergreen qui lui apprenait que la chauve-souris était en train de traverser une crise de nerf. Cela ne semblait pas effrayer Slade, il était loin de Gotham City et il n’avait aucune envie d’y remettre les pieds avant un long moment, hormis si ça paye bien. Il se pourrait que le mercenaire ne mesure pas la gravité de ses actes ou qu’il semblait se surestimer. Wintergreen faisait également mention d’une potentielle erreur qu’aurait commis Slade durant son opération.

« Batman a mieux à faire que de se soucier de ses Batkids. » rectifia Slade en essayant de se concentrer ailleurs, croisant les bras, collant son épaule contre les poutrelles métalliques à quelques mètres au-dessus du sol. « La gamine ne parlera pas. La seule erreur que j’ai pu commettre c’est laissé la mère en vie, mais j’ai fais en sorte qu’elle ne se réveille pas avant un long moment. Ose me dire que je suis rouillé. » Les dernières paroles de Wintergreen semblaient avoir légèrement troublé l’esprit de Slade, comme ci son mentor avait touché un point sensible. « Si ça peut te rassurer, c’est moi qui t’enterrerai en premier. »

Cette technique de combat était trop familière et cette voix semblaient beaucoup trop familier aux yeux de Deathstroke et rapidement, il fit le rapprochement avec son fils aîné, Grant qui était supposé être mort. L’hypothèse que quelqu’un utilise l’identité de son défunt fils remplissait le mercenaire de rage. Ce dernier finit par intervenir et se laisser tomber du haut de sa cachette. Une fois que ce Ravager eu éradiquer les trois quart de la population de l’entrepôt, un mercenaire se jeta sur lui avant de lui agripper la gorge.

« J’ai tué des gens pour moins que ça. Qui t’a permis d’usurper son identité ? » pesta Slade envahit par la rage. Il pourrait lui éclater la gorge rien qu’avec la pression de ses doigts animé par une grande colère.

« …Slade ?! » rétorqua Ravager, ne s’attendant pas à un retour de son père après six mois d’absences de la part de ce dernier. « Qu’est ce que tu fous là ? Casse-toi ! »

Le mercenaire semblait légèrement perturbé. Il semblerait que ce Ravager ne soit pas un usurpateur mais véritablement son fils aîné. Les doutes commençaient à disparaitre chez le soldat mais il ne relâcha pas la pression sur ses doigts pour autant. Il essaya de rentrer en contact avec Wintergreen.

« T’étais dans la confidence depuis combien de temps Wintergreen ? » pesta Slade. « C’est quoi ces conneries ?! Je l’ai enterré ce gamin, il y a des années ! »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/08/2017
Messages : 246
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Fate ; Corum Rath.
Situation : Organisateur de la Secret Society of Evil.
Localisations : Changeante.
Secret Society
MessagePosté le: Jeu 14 Fév 2019 - 9:50
« La preuve que non. »

La réplique de Wintergreen sonne dans l’oreillette de Slade, alors qu’il fait face à Ravager – son fils, apparemment ; Grant.
Même si cela n’a aucun sens. Même si cela est possible.
Même s’il ne peut le supporter, bien sûr.


« J’ai eu l’information hier, vieillard, et je voulais que tu la vérifies avant de te l’annoncer. Toi seul peux reconnaître son style, et affirmer que c’est bien lui. »

Une légère grimace glisse sur le visage du vieil homme, bien plus loin.
Debout sur le toit voisin, les mains dans les poches, il fixe l’entrepôt – où il ne voit rien, évidemment ; mais il devine ce qu’il se passe.
Et ce qu’il va se passer, surtout.


« Concentre-toi, Slade. Ça… peut mal se passer, là. »

« Tu parles au vieux, hein ? »

Ravager interpelle Slade dès que Wintergreen a achevé son conseil.
Debout, figé, il semble calme – mais est loin de l’être. Ses mains tremblent légèrement, du fait de la pression que ses doigts imposent à la crosse d’une arme à feu, et au manche de sa lame.
Il tremble, oui ; d’une rage, qu’il parvient difficilement à contrôler.


« Je croyais que ton chouchou l’avait tué ; apparemment non.
Encore un échec pour Joey.
Mais je suppose que son pôpa lui pardonnera, comme d’habitude ? »


Il lève légèrement ses bras – mais se retient.
Pour l’instant.


« Dégage, vieil homme. J’ai encore des contrats à finir, ce soir, et j’veux pas faire baisser la moyenne. »

Ravager se détourne légèrement, et n’offre plus que son profil à Slade ; mais il s’arrête là.
Par prudence.


« F… fous-moi la paix, vieil homme. T’as enterré ton fils, ouais.
On n’a plus rien à faire ensemble. »


Et, sans prévenir, il lève son arme et tire ; non pas vers Deathstroke, mais vers une caisse – qui explose, à quelques mètres.
Une bonne diversion, pour lui permettre de fuir !


« Tu devrais le suivre. »

La voix de Wintergreen, lasse, se fait à nouveau entendre dans l’oreille du mercenaire.

« C’est jamais bon, de laisser un Wilson énervé dans la nature… tu le sais très bien. »

Il soupire, puis secoue la tête.

« Je fais le tour, pour lui couper la route.
Arrête-le, Slade. Mais… vas-y peut-être doucement, hein. Ça reste ton fils, qui était mort… »


Même si le vieil homme doute que cela change quelque chose ; hélas.
Sans rien dire de plus, il se détourne du toit, et commence à en descendre – pour filer vers l’arrière. Pour se préparer.
Pour agir, au cas où.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 24/04/2018
Messages : 92
DC : Timothy Drake / Red Robin
Situation : En plein contrat
Localisations : Inconnu
Secret Society
MessagePosté le: Jeu 14 Fév 2019 - 14:23

« Une histoire de famille »
ft. W.R Wintergreen
_____Même si le mercenaire avait toutes les preuves du monde, il restait néanmoins méfiant. Il n’était pas à l’abris d’une mauvaise blague de la part d’un de ses ennemis. Slade avait beaucoup d’ennemi et il faisait preuve de beaucoup de vigilance. Il n’avait toujours pas détaché la pression qu’il exerçait sur la gorge de son fils aîné. Derrière son masque, son visage ne dégageait aucune émotion, lui qui était pourtant persuadé d’avoir enterré l’un de ses enfants.

Pendant un instant, l’esprit de Slade fut effectivement distrait ce qui permit à Grant de se libérer de son emprise. Wintergreen tenta de réveiller le soldat mais ce dernier n’avait plus le moindre contact avec Ravager qui recule d’un bond. Il fit également mention de son frère avec une certaine froideur. Comme à son habitude, Deathstroke ne réagissait que par l’indifférence. Tout comme son père, le fils est à cran et se retiens d’attaquer le premier. Tous deux sont des bombes à retardement, prête à exploser à la moindre réplique de travers.
Les dernières paroles de son fils aîné sont dures, mais Slade avait l’habitude et il n’était pas non plus aussi tendre avec ses enfants. Le mercenaire se préparait à esquiver les tirs mais son fils rata sa cible alors que cette dernière n’était qu’à un mètre devant lui. Au bout de quelques secondes, Deathstroke comprend qu’il s’agit d’une diversion et plante ses semelles au sol pour ne pas être déséquilibré. L’effet de surprise suffit à Grant pour prendre une longueur d’avance.

« Mais je ne comptais pas le laisser fuir… » répliqua Slade avant de lever les yeux vers son fils essayant de s’enfuir par la fenêtre de l’entrepôt pour se rendre à la livraison suivante.

Le mercenaire ne traina pas une minute de plus et finit par suivre les pas de son fils pendant que Wintergreen essayait d’emprunter un autre chemin pour bloquer Ravager. Il avait beaucoup de questions à poser à son fils aîné avant de lui botter le cul pour avoir oser se faire passer pour mort aux yeux de son père. Aux yeux de Slade, rien ne pouvait justifier qu’on puisse se payer sa tête et le prendre pour le dernier des abrutis.

« Ecoute moi Grant. » grogna Deathstroke en essayant de rattraper son retard dans sa course-poursuite pour rattraper son enfant. « Tu seras mon abruti de fils jusqu’à ce que les tests ADN me prouve le contraire et tu t’es payé ma tête. »

Après avoir pester, le mercenaire finit par rattraper son fils et se jeta sur ce dernier pour l’arrêter dans sa course. Il l’attrapa par le col et finit par le plaquer contre le mur de l’entrepôt. Il n’en avait que faire de la mission de son gamin, il avait encore beaucoup de question à lui poser.

« J’ai enterré ce que je pensais être ton cadavre, tu crois que je ne peux pas te chopper par la peau du cul et te faire cracher le morceau… » il arrêta quelques secondes pour se tourner vers son communicateur. « Ramène ton cul Wintergreen, nous avons des questions à poser à ce Ravager. »

« Parce que maintenant, tu te soucies de moi ? » pesta Grant « La belle affaire… Fous moi la paix, Slade. »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/08/2017
Messages : 246
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Fate ; Corum Rath.
Situation : Organisateur de la Secret Society of Evil.
Localisations : Changeante.
Secret Society
MessagePosté le: Jeu 14 Fév 2019 - 15:53
« Hrm. »

Ravager grogne, alors que Deathstroke le maintient contre le mur ; ça fait mal.
Mais plus à l’ego qu’au corps.


« J’arrive. »

La voix lente et fatiguée de Wintergreen s’élève dans l’oreillette de Slade, après que celui-ci ait requis sa présence.
Le vieil homme ne goûte guère d’être ainsi convoqué, mais… il est évident qu’il va le rejoindre.
D’une part, il n’a pas le choix : leur amitié est trop forte pour qu’il ne réponde pas à l’appel. De l’autre, il veut savoir comment cela va tourner – car il sent que ça ne sera pas forcément bon.


« Tu… tu n’as rien à exiger. Ou même à demander. »

Ravager parle, avec beaucoup de fiel dans la voix.

« T’as perdu ce droit… il y a des années, déjà. »

Il prend une grande inspiration, et semble s’émouvoir, entre les doigts de son père.

« Quand… quand tu… quand t… »

Il n’y arrive pas ; il n’arrive pas à poursuivre.
Ce qui surprend – et peut toucher. Mais, surtout, occuper… ou divertir.
Bref, déconcentrer.


« QUAND TU AS REVELE TA VRAIE NATURE ! »

Et, sans prévenir, Ravager se libère.
Un choc électrique s’échappe de son armure, et repousse légèrement Slade. L’énergie n’est pas suffisante pour le blesser, mais cela peut gêner et le troubler ; ce qui est amplement suffisant pour que l’autre combattant réagisse, et bondisse ailleurs.

Sans attendre son reste, Ravager effectue un salto, et file sur un pan de la paroi de l’entrepôt. Il arrive ainsi à une fenêtre en hauteur, qu’il défonce pour s’enfuir.
Il est d’ailleurs sur le point de s’échapper… quand une volée de balles l’arrête.
Ainsi que quelques mots.


« Grant, arrête. »

William Randolph Wintergreen.
Meilleur ami de Slade Wilson. Parrain de Rose Wilson.
Et, fondamentalement, le seul homme sympathique que Slade ait jamais ramené chez lui.


« RESTE EN DEHORS DE TOUT CA ! »

« Non. »

« IL NE TE MERITE PAS ! »

« Je ne mérite pas de vivre. On va dire que cela équilibre, n’est-il pas ? »

« RAH ! »

Ravager s’énerve – et Wintergreen sait que c’est là le chemin pour sa défaite.
Mais ça ne le gêne pas.
Sans même un regard vers Slade, il reprend ses tirs, à l’aide d’un fusil-mitrailleur fort âgé, mais encore très efficace. Il tente de stopper Ravager, de l’empêcher de fuir… pour laisser à Deathstroke le temps d’agir.
Pour laisser au père l’occasion de reprendre son fils.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 24/04/2018
Messages : 92
DC : Timothy Drake / Red Robin
Situation : En plein contrat
Localisations : Inconnu
Secret Society
MessagePosté le: Jeu 14 Fév 2019 - 19:16

« Une histoire de famille »
ft. W.R Wintergreen
_____Slade essayait de maintenir son fugueur de fils contre le mur avec sa force surhumaine. Il y arrivera pendant un moment mais le garçon est intelligent et fûté et trouvera rapidement un moyen de se libérer face à un paternel vieillissant. Wintergreen répondit aux grognements de Slade qui continuait de plaquer la colonne vertébrale de Ravager contre le mur et essaya d’y rajouter tout son poids pour ne pas que le gamin ne gigote davantage, pas avant d’avoir répondu aux nombreuses questions du mercenaire.
Grant semblait animé par une immense haine envers son paternel. A chaque parole, chaque phrase qui s’échappait de ses lèvres, il pouvait sauter au coup de ce dernier pour lui arracher son dernier œil valide. Slade ne réagissait toujours pas face à ce niveau de rage qui animait son fils aîné pratiquement possédé par cette dernière. Il semblait avoir conscience de sa part de responsabilité, il n’a pas toujours été un père modèle, encore moins avec Grant. Pourtant, aucune excuse, aucun réconfort de la part du paternel de famille qui se contentait de contrôler la rage de son fils par la force. Avec un peu d’analyse, il semblerait que la situation est dépassée l’esprit de Slade qui ne savait plus comment agir pour calmer son fils et obtenir ses réponses.

Puis vient la décharge électrique. Cette dernière secoua Slade et le poussa à se reculer d’un pas, suffisamment pour se libérer de l’emprise de son père juste après lui avoir pratiquement cracher sur le masque. Le mercenaire était bien plus maître de ses émotions que son fils aîné, un comportement remarquable qui n’allait pas durer longtemps si Slade devait sans cesse courir après un fils enragé.
Deathstroke resta silencieux et se dirigea vers la sortie de l’entrepôt en enjambant les différents cadavres qu’avaient semé son fils ressuscité. Le mercenaire accéléra de peur de perdre de vue sa seule chance de poursuivre Grant. Cette fois, Wintergreen parvient à intercepter le garçon alors que Slade venait tout juste de quitter l’entrepôt.

« Tu ne connais pas ma véritable nature et si tu continues à courir comme ça, tu vas le découvrir et je te retrouverais en train de pleurer sous la jupe de ta mère. » pesta Slade en partageant un regard avec Wintergreen pour analyser sa réaction après avoir été témoin du retour de Grant Wilson.

Le soldat, lassé de courir après son fils, finit par utiliser une tout autre méthode pour rattraper ce dernier. Il avait essayé sa méthode douce mais Grant ne semblait plus vouloir coopérer avec ce qui fut autrefois son père. Il lança deux boules métalliques reliés par une solide corde afin d’immobiliser les chevilles de Grant en pleine course. Son lancé était précis et réussis. Les coups de feu de Wintergreen ont suffi pour déconcentrer Ravager. Slade redoubla d’effort pour ralentir davantage son fils en déclenchant une violente décharge électrique pour paralyser une bonne fois pour toute son adversaire.

« Je ne peux pas te contredire, je ne mérite pas Wintergreen. »
rétorqua Slade avant de poser la semelle de sa chaussure sur le dos de son gamin pour le forcer à rester au sol. Il leva les yeux vers son mentor. « Mais lui aussi a assisté à tes funérailles et lui-aussi à besoin de réponse. Tu vois où je veux en v’nir ? »

« Gh… Qu’est-ce que tu ne comprends pas dans ce que j’te dis ?! » grogna Grant. « T’as pas d’autres gosses à frapper ?! »

« A vrai dire, ce n’est pas tous les jours que mes gamins reviennent à la vie. Si tu as quelque chose à redire sur mon éducation, tu n’auras qu’à te plaindre à ta mère pour avoir possédé un utérus. En parlant de ta chère maman, c’est elle qui a organisé tout ça, ce coup de pute ? »

« Tu n’as pas changé… T’es toujours un vrai connard. » corrigea Grant sans pour autant répondre aux questions que se posait son père.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/08/2017
Messages : 246
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Fate ; Corum Rath.
Situation : Organisateur de la Secret Society of Evil.
Localisations : Changeante.
Secret Society
MessagePosté le: Ven 15 Fév 2019 - 10:58
« Ne parle pas comme ça à ton père. »

Wintergreen rejoint les Wilson, après avoir dû se forcer pour suivre leurs rythmes. Tout le monde ici n’a pas leur condition physique améliorée, surhumaine.

« LA FERME ! TU NE COMPR… »

« A moi non plus, tu ne parles pas comme ça, garçon. »

BANG

Sans prévenir, le vieil homme tire vers Grant – plus spécifiquement, vers le genou de Grant. L’armure encaisse le gros du choc, et la balle ne pénètre donc ni la chair, ni l’os… mais ça fait mal.
L’impact est terrible, et Ravager recule et gesticule, au sol, sous la douleur.


« PUTAIN ! »

Il se tient la tête, et grogne sous son masque.

« MAIS PUTAIN ! »

« Doucement, doucement. »

Wintergreen relève son arme, fumante, et hausse les épaules en se tournant vers Slade.

« On va dire que ça endurcit, n’est-il pas ? »

Il ricane, sans joie, avant de fixer à nouveau son attention sur Ravager, au sol. Qui ne peut bouger à cause de la douleur, mais aussi parce que ses jambes demeurent bloquées par le dispositif envoyé par Deathstroke.

« Mais les questions demeurent, garçon. Comment es-tu revenu ? Que s’est-il passé ? »

« MAIS ALLEZ VOUS FAIRE ENCULER ! »

« Quel langage. Sûrement l’influence maternelle, mmh ? »

Le vieil homme grimace, en haussant les épaules, et se prépare à agir… quand quelque chose se passe.
BANG
Quand un tir intervient, en fait ; et touche juste.
Dans le dos de Wintergreen.


« Hughn. »

Il recule, lâche son arme, et tangue dans sa marche ; il a mal.
Evidemment, sa combinaison a encaissé le choc – mais il a mal, et sa respiration se bloque. Il ne peut plus rien faire… et ce n’est pas une bonne nouvelle pour Slade.


« Je ne t’ai jamais aimé, Billy. Notamment parce que tu avais une mauvaise influence sur les miens. »

Une femme émerge derrière eux, et Deathstroke peut alors la reconnaître.
Adeline Kane. Ex Adeline Wilson.
Son ex-femme.
Mère de Grant, surtout ; à qui elle envoie une lame, dont il s’empare pour commencer à ouvrir ses liens.


« Tu n’as rien à faire ici, Slade. Pars. Pars, et emmène ton ancêtre, là.
Ce sera ta seule occasion de partir entier. »


Sa voix est dure, brutale ; déterminée.
Elle ne plaisante pas. Elle va le faire.
Et Slade la connaît suffisamment pour savoir qu’elle a sûrement bien d’autres atouts dans la manche…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 24/04/2018
Messages : 92
DC : Timothy Drake / Red Robin
Situation : En plein contrat
Localisations : Inconnu
Secret Society
MessagePosté le: Dim 17 Fév 2019 - 21:44

« Une histoire de famille »
ft. W.R Wintergreen
_____Slade gardait la semelle de sa chaussure collée contre la colonne vertébrale de son fils aîné. Malgré ses vaines tentatives d’obtenir des réponses à ses questions, le mercenaire ne reçoit que des insultes issus de la rage destructrice de Grant. Malgré cela, le soldat restait complètement insensible face à cet élan de rage. Si le mercenaire avait la mauvaise idée de libérer son fils, il ne lui offrirait pas une seconde chance pour lui sauter dessus et lui défigurer davantage le visage. Le silence de Slade laissa l’opportunité à Wintergreen d’essayer d’obtenir ces mêmes réponses.
Le mercenaire resta complètement passif et complètement immobile mais malgré toute la bonne volonté des deux soldats, Grant ne répondait que par une liste d’insulte qu’il avait surement préparée avant de croiser son père. Slade abandonna l’idée de trouver les réponses à ses questions en demandant gentiment à son fils. Il n’allait pas lever la main sur ce dernier, mais il allait probablement mener l’enquête.

Alors qu’il était sur le point de tenter une dernière approche, le mercenaire entendit un coup de feu et comprit immédiatement que quelqu’un venait de tirer sur Wintergreen. Par simple reflex, Slade rattrapa son ami avant que ce dernier ne se déséquilibre complètement. Il recula d’un pas, libérant par la suite Grant qui redresser une partie de son corps. Son arme de poing était sortie et pointer en direction du tireur qui n’était autre que son ex-femme.

« Quand j’ai dit que je t’enterrais avant, je ne voulais pas dire maintenant. » grogna Slade à Wintergreen alors que ce dernier essayait déjà de se remettre du violent coup qu’il avait pris. « Quand on parle du loup… Regarde qui voilà… Adeline. »

Grant profita du couteau que lui avait lancé sa mère pour se libérer et s’éloigner de son père. Il pourrait très bien partir pour continuer ce qu’il avait à faire mais quelque chose le retenait, la colère qu’il pouvait ressentir contre son père. Un long silence s’installa au milieu de cette famille, les deux anciens amants se contentait de se foudroyer mutuellement du regard.

« Je ne me souvenais pas qu’on avait dit une semaine sur deux. » rétorqua de nouveau Slade pour faire taire ce long silence. Son humour ne semblait pas faire l’unanimité au sein de cette famille, le mercenaire semblait presque déçu. « C’est dommage, je n’avais pas réellement l’intention de quitter les lieux sans avoir eu des réponses. Tu es lié à cette histoire ? »

« Qu’est ce que ça peut te foutre ? » grogna Grant qui se redressa pour se tenir entre son père et sa mère. « Tu ne t’es jamais soucié de nous, Slade, c’est pas aujourd’hui que tu vas nous faire avaler ça. »

« C’est à ta mère que je parle, Grant. Tu as eu tout le temps de te justifier avant que je n’emploie les grands moyens. »

« Il a raison, Slade. Si tu avais été attentif, tu auras immédiatement su que ton fils était bel et bien en vie. Ils ont programmé la mort de Grant et tu n’y as vu que du feu. »

« Qui ça “ils” ? Ne jouent pas avec ma patience, Adeline. » Il se tourna quelques secondes vers Wintergreen pour lui demander si tout allait bien. « J’ai encore besoin de toi, ne meurs pas maintenant. » marmonna Slade.

« Tu devrais nous laisser Slade. » se contenta de répondre Adeline. « Avant que Billy n’est un autre accident. »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/08/2017
Messages : 246
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Fate ; Corum Rath.
Situation : Organisateur de la Secret Society of Evil.
Localisations : Changeante.
Secret Society
MessagePosté le: Lun 18 Fév 2019 - 13:30
« Well. »

Une légère grimace glisse sous la moustache de Wintergreen, alors qu’il relève ses yeux sombres vers Adeline.

« Je ne pensais pas espérer tant d’amour de ta part… attention, Slade va être jaloux. »

« En fait, je corrige : quoi que tu fasses, Slade, Billy va avoir un accident. »

« Comme toi, n’est-il pas ? Madame qui ne sait pas maintenir un stérilet, n’est-il pas ? »

Les yeux d’Adeline s’injectent de sang, alors que ses joues rougissent.
Elle ne supporte pas cette remarque, tellement misogyne et inacceptable. Elle en tremble de rage, et vise directement la tête du vieil homme.


« C’est… c’était ta dernière vacherie ! Je v… »

« Non. »

Grant pose sa main sur l’arme à feu tenue par sa mère, et la baisse lentement.
Tout en gardant son masque concentré sur Deathstroke et son allié, qu’il maintient difficilement sur ses jambes.


« C’est ce qu’il veut : te pousser au tir, à la faute. Pour permettre à mon père de nous stopper, de nous blesser. »

« Ha. »

Wintergreen sourit encore, malgré la douleur.

« Le gamin n’est pas entièrement stupide, c’est déjà ça. »

« Nous allons partir. »

Grant se tourne, légèrement, et n’offre plus que son profil à son père.
Une provocation, clairement ; une de plus.


« Tu ne peux nous suivre, sinon ton cher Wintergreen mourra. Tu vas donc nous laisser partir, et aucune balle perdue n’affectera ton cher ami. »

« Bollocks ! Tu connais bien mal ton paternel, si tu penses qu’il s’occupera de moi plutôt que vous ! »

Mais c’est vrai, pourtant. Et tout le monde ici en a conscience.

« Je suis revenu, père, en effet ; mais je refuse que tu saches ni comment, ni pourquoi. J’ai vécu ma première existence pour essayer de te plaire, de te correspondre, de te rendre fier… j’ai échoué, et j’en suis mort.
Ma seconde vie ne sera pas liée à toi. »


Ravager range ses armes, puis se détourne d’eux.
Après un ultime regard courroucé vers Wintergreen, Adeline fait de même.


« Laisse mes fils tranquille, Slade. Occupe-toi de ta bâtarde, pour une fois. »

« Laisse ton sang, oui ; laisse-le loin de toi.
Nous aurons peut-être, alors, la chance d’être heureux… ou même de survivre. »


La mère et le fils s’en vont, alors ; ils les plantent là, ils les laissent là.
Wintergreen, qui continue de mal respirer et sent le sol se dérober sous ses pieds, se tourne lentement vers Slade… et grimace.


« Va… vas-y. Vas-y, mec.
Je… je peux tenir. »


Non ; clairement, il ne peut pas.
Mais il est hors de question de le dire, de l’avouer à Slade.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 24/04/2018
Messages : 92
DC : Timothy Drake / Red Robin
Situation : En plein contrat
Localisations : Inconnu
Secret Society
MessagePosté le: Mar 19 Fév 2019 - 18:31

« Une histoire de famille »
ft. W.R Wintergreen
_____Le mercenaire tenait toujours son ami, enroulant son bras derrière sa nuque pour le maintenir sur ses deux jambes et éviter qu’il ne tombe la tête la première sur les talons d’Adeline. Slade continuait de fusiller du regard son ex-femme, ne supportant pas qu’on lui cache de telle chose. Malheureusement, il n’aura probablement pas les réponses aux questions qu’ils se posent, du moins, pour l’instant.
Pendant ce temps, c’était Wintergreen qui s’amusait à provoquer Adeline alors que le mercenaire avait le regard fixé sur le canon qui les menaçaient tout les deux. Les provocations du vieux allaient probablement le faire courir à sa perte. Slade lui aurait bien demander de la fermer jusqu’à ce que Grant ne décide d’intervenir et de se placer entre ses deux parents pour faire cesser cette querelle stupide. Le jeune homme avait déniché la supercherie. Un rictus se dessina sur les lèvres du mercenaire. Il avait beau être à moitié abruti et noyer par une agressivité encore inexplicable, il restait son fils et quelqu’un qui les connaissait mieux que quiconque.

« Je vois que tu n’as pas pas perdu la main. » rétorqua Slade en tournant son dernier œil vers son fils aîné. « Bien… très bien, Grant. On voit que tu retiens bien les leçons. »

Malheureusement, Grant semblait toujours autant rancunier envers son père. Ce dernier préférait restait dans les jupes de sa chère mère et repartir avec elle pendant que Slade devait maintenir son vieil ami en vie. Adeline incita Slade à rester à bonne distance de ses enfants, du moins ceux qu’il a eut avec elle. Mais si cette dernière semblait vouloir tant que ça vouloir gérer ses enfants toute seule, quand était-il de Joseph ? La dernière fois qu’il l’avait vu, ce dernier était à l’hôpital avec de lourdes blessures, provoquer par Sportmaster. Si Slade n’était pas intervenu pour s’occuper des factures qui devenaient de plus en plus lourdes, les conséquences auraient été terrible.

« Tu veux vraiment jouer à ce jeu-là Adeline. Alors c’est moi le grand méchant loup ? » se moqua Slade avant de tourner le regard vers son fils aîné. « Si tu en es là, gamin, c’est grâce à moi. Je t’ai élevé comme un homme. Tu avais besoin de t’en faire pousser une paire si tu voulais survivre dans cette jungle. Je ne jouerai pas à ce jeu-là et j’obtiendrais les réponses à mes questions avec ou sans vous. Tu peux toujours me rejeter Grant, mais je reste ton père. »

« Tu restes surtout un connard, Slade. »

« Si tu t’intéresses autant à tes enfants. Dis-moi où tu étais quand Joey a échappé à la mort ? Surement trop occupé à ressusciter Grant, je comprends. »

« Tu ne sais rien, Slade Wilson. » se contenta de répondre Adeline avec un sourire provocateur. Savoir qu’il n’était au courant de rien semblait amuser son ex-femme.

Sur ces mots, elle finit par lui tourner les talons, rapidement suivit par son fils aîné. Le mercenaire avait envie de les suivre, d’insister, d’hausser la voix pour obtenir des réponses, un indice, quoi que ce soit. Malheureusement, sa bonne conscience, aussi infime soit-elle, ne voulait pas laisser Wintergreen seul, de peur qu’il ne lui fasse un arrêt cardiaque pendant que Slade a le dos tourné. Le mercenaire les laisse donc filer et jette un rapide coup d’œil en direction de Wintergreen et de sa respiration difficile.

« C’est ma famille, Billy. » affirma Slade en les regardant partir. « Peu importe où est ce qu’ils vont, je les retrouverai et je trouverai le fin mot de cette histoire avec ou sans eux. Et dans cette situation, je vais avoir besoin de ton aide alors soit gentil, ne crève pas et ne pense même pas à vomir ton brunch sur mon uniforme. »

Slade tourna les talons à son tour et adossa son vieil ami contre le mur le plus proche avant de lui retirer son gilet par balle pour qu’il puisse respirer correctement sans être encombrer par une lourde charge. Le mercenaire vérifia que la balle n’avait pas transpercer sa chair et finit par s’installer juste à côté de lui, d’un air pensif. Dans sa tête, il essayait de trouver toute les théories possibles et inimaginable qui pourrait expliquer le retour de son ex-femme et la résurrection de son fils aîné. Malheureusement, il n’arrive pas à trouver le fin mot de l’histoire, pas sans preuve.

« Mon ex-femme a essayé de te tuer, mon fils vient de ressusciter, j’ai un fils amnésique qui ne sait même plus comment je m’appelle et une gamine qui fait ami-ami avec les Titans… Que demander de plus ? » Il se tourna vers Wintergreen. « Tu survivras ? Où il faut que je t’amène chez le toubib le plus proche ? »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/08/2017
Messages : 246
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Fate ; Corum Rath.
Situation : Organisateur de la Secret Society of Evil.
Localisations : Changeante.
Secret Society
MessagePosté le: Hier à 9:36
« Ha. »

Une grimace glisse sur les lèvres de Wintergreen.

« Mieux… vaut le toubib que… le croque-mort… »

Il glousse, mais son corps est soudain rongé par une toux agressive et fort douloureuse.

« Kof-kof-kof-kof ! »

Il porte sa main à sa bouche, pour la stopper – mais cela ne l’aide pas ; pas vraiment, en tout cas.
La toux se poursuit, tout son corps est rongé par des spasmes de douleur. Cela finit heureusement par s’apaiser, mais il se penche en avant quand une boule désagréable glisse entre ses dents.


« Pouah ! »

Il se détourne légèrement, et crache une glaire sanguinolente dans le sens opposé de Slade.

« Rah. »

Le vieil homme prend une grande inspiration, puis se tourne lentement vers Slade.
Il esquisse un petit sourire – mais il paraît abominablement faible, complètement vulnérable et rongé par la douleur ; mais il tient. Il tient, il prend sur lui, et maintient cette expression positive malgré la situation.


« Tu… es un abominable romantique, vieillard. Et si cela demeure, well, sublimement adorable envers l’ami que je suis… cela demeure fondamentalement stupide, de les avoir laissés partir. »

William hausse finalement les épaules, et maintient un peu de toux avant de reprendre.

« Mais… merci. »

Il hoche la tête, et grimace en tentant de bouger ; ça fait mal.

« Bon… on ne va pas rester là, quand même. Je… vais m’en sortir sans assistance médicale, mais… il me faut du repos. Et il te faut des informations. »

Sans attendre, sans prévenir, Wintergreen se redresse.
Utilisant Slade comme aide, assistant même, il parvient à se mettre sur pied. Il grimace, souffre, mais lutte et réussit ; une victoire qu’il chérit comme il faut.


« On… va les retrouver. On va les retrouver, vieillard. »

Son regard se fige dans les yeux de son ami.

« On saura, ce qu’il s’est passé. »

Son expression se fait dure, déterminée.

« Et… on agira.
Comme il le faudra. Comme tu le voudras. »


Il ne veut rien imposer ; il ne veut qu’aider.
Comme d’habitude.
Malgré les désaccords. Malgré les secrets. Malgré les déceptions, et malgré même les trahisons.
Wintergreen reste aux côtés de Slade ; toujours.
Leur amitié est de celles que l’on ne trouve plus, et qui ne disparaissent jamais… même s’il est à craindre que l’un d’entre eux finisse par disparaître, en assumant ce lien entre eux !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

« Une histoire de famille » ft. W.R Wintergreen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Histoire de famille
» Lip Dauphine une histoire de famille
» Semaine 2: Chapitres 39 - 80 (fin)
» Programmation de TVA
» Gene Tierney : forever Laura, Lucy, Poppy, Miranda...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gateway City-