Solitude Sauvage [Beast Boy]

Inscription : 09/02/2019
Messages : 20
Localisations : Aeaea
MessagePosté le: Ven 1 Mar 2019 - 7:38
La Réserve Faunique Huntsinger. 01 :20 pm.

Au-delà de la cime des arbres, des oiseaux s’élevèrent vers les cieux resplendissants de liberté. Les zéphyrs continuaient de tourmenter les branches fraîches des arbres qui dansaient en emprisonnant les parcelles des cieux. Parmi toutes ces répercussions du domaine de la nature, une chasse sans fin se précipitait sous les yeux indiscrets des divinités. Certaines se bidonnaient, d’autres lançaient des enchères sur la survie de la célèbre Circe. La fille d’Hyperion, autrefois transformé en canasson roux souffrant d’hypersialorrhée, courait au travers des troncs d’arbre en souhaitant trouver une fin à cette situation impossible.

Comment cela avait-il commencé? Il faudra retracer quelques habitudes matinales avant de révéler l’or sous toute cette chair. En effet, après un bain de glace, la gymnastique de l’entraîneur Jaykir et une boisson frappée verte au goût épouvantable, Angélique avait repris son premier travail. Celui d’être une mère à la recherche de sa fille. Donc, elle continuait de coller des affiches de sa fille disparue à tous les poteaux de toutes les villes de la planète Terre. La police municipale était incapable, à part de donner des contraventions aux automobilistes responsables et de manger des beignes. Angélique retrouverait Lyta. C’était le destin, se disait-elle. Et Arpès attraperait l’herpès afin de pourrir aux Enfers en compagnie d’Hadès. Elle lui souhaitait aussi la violation de son espace personnel.

D’un clignement d’œil, la sorcière atterrissait à Ivy Town sans soupçonner l’usage de sa magie. Une céphalée pointa le bout de son nez, alors qu’elle placardait le visage de sa chère Lyta sur chaque objet visible en chemin. Évidemment, un sort de localisation aurait réglé son problème. Mais, son amnésie prévenait Circe de se souvenir de quoi que ce soit de stratégique. Au milieu des passants, une jeune femme albinos lui demanda depuis combien de temps sa fille avait disparue. Il devait s’agir de sympathie ou de pitié. Qu’importait, Angélique se retourna avec fureur. Elle n’acceptait aucune compassion, aucune tendresse. Des yeux avides de pouvoir lui répondirent, alors que ses mains levées au ciel annoncèrent le pire : un sort. La sorcière cracha au sol, et traversa la rue avec nonchalance. Pendant un dixième de seconde qui ressemblait à une éternité, la pauvre humaine prit une forme étrange. L’apparence quadrupède commença à se profiler sous l’énergie violette qui l’entourait. Les humains commencèrent à crier en apercevant un lion complètement blanc aux yeux rouges rugir son désarroi aux tympans de tous. La crinière de neige se secoua, poursuivant la crinière violacée de la femme qui lui avait infligé une apparence atroce. Certes au moment de mordre férocement le bras droit de la sorcière; celle-ci les téléporta au nord de la ville, au-delà de la solitude de la faune.

Cet épisode de sept secondes s’effaça, s’évapora à la surprise des citadins.
Des crocs s’enfoncèrent dans sa chair livide et tendre. Angélique cria de douleur et de rage. Le lion la laissa aller sur l’herbe, chevrotante entre la fuite et l’absence de réactions physiques. La seconde l’emporta, laissant leurs yeux communiquer. D’un côté, l’humaine désirait retrouver sa forme originelle et sa vie modeste de citadine. De l’autre, l’amnésique peinait à se remémorer des contacts anciens préétablis avec ses vieux sbires – dévoilant sa condition précaire à sa nouvelle comparse. Sa main libre caressa la crinière du lion qui possédait les deux sexes. La gueule du félidé la libéra, laissant sa main droite tomber mollement au sol – le sang venant colorer les fleurs de neige qui les entouraient. Vacillante, la pensée de Circe songea soudainement à des symboles occultes. Certes leur manque de définition pouvait causer de grands dégâts. Hélas, elle ne savait pas comment déclencher ses capacités – la notion de magie lui semblait même improbable. Seules ses émotions provoquaient des catastrophes; souvent incorrigibles.


« Je ne peux pas vous aider… Je ne me rappelle plus de mon propre nom. La démence me transforme en véritable danger. »

Suite à ces paroles autant noires que sévères, le lion émit un rugissement long signifiant sa désapprobation et son désespoir de devoir vivre sous cette forme. La sorcière banda grossièrement ses plaies avec des lambeaux de sa jupe dans l’espoir de ne pas faire d’hémorragie. « Tu t’appeles Jani-Pier… C’est joli. » La bête lui demanda depuis combien de temps elle était tombée dans cet état de santé – ajoutant en supplément un commentaire sur son apparence peu commune. Peut-être était-ce le charisme exacerbé ou bien le faciès royal mûri depuis sept millénaires. « Combien de temps? » Des yeux limpides, d’un bleu anxieux et clairsemé d’ouragans de détresse rayonnèrent au-delà de leur léthargie. « Je ne sais pas… J’ai l’impression de faire un cercle vicieux. Je crois que je recommence depuis une éternité le même procédé. »

Ce fut à cet instant que le bestiamorphe annonça sa vocation de psychologue, mais continua de se monter méfiant à l’égard de sa maîtresse. En effet, le félidé n’arrivait pas à se détourner de l’aura de la sorcière. Quelque chose la retenait prisonnière de ce magnétisme inquiétant. Le silence les accompagna au cœur de la réserve faunique. La sorcière s’étendit sur le sol frais, laissant son front fiévreux bercer sa folie de plus en plus croissante. Sans prendre connaissance de leur communication spirituelle, Circe libéra de son emprise la jeune femme qui retrouva sa forme humaine…lorsque la conscience de la sorcière tomba dans les vapes. Littéralement. Paniquée, ladite Jani-Pier commença à fuir dans la direction inverse – le plus loin possible de la princesse damnée de la Colchide. En effet, ce simple attrait de sa personne l'avait convaincu des mésaventures chantées par Homère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inscription : 03/02/2018
Messages : 337
DC : Patty/Stéphanie/Carter
Situation : Actuellement en train d'intégrer les Titans...
Localisations : Vous voyez un garçon vert ? C'est sans doute moi.
New Titans
MessagePosté le: Dim 3 Mar 2019 - 21:45
Après des mois de souffrances à subir les assauts incessants du Docteur Impossible, Garfield avait eut besoin de rester dans des espaces connus et avait donc passé le plus clair de son temps entre la Tour des Titans à St-Roch et le QG de la Doom Patrol à Midway. Mais le temps faisant son oeuvre, Beast Boy avait repris repris ses pérégrinations en dehors des deux villes. Et aujourd'hui il avait opté pour la réserve proche d'Ivy Town.
Un grand espace vert, un bout de nature auprès de la civilisation.

-C'est bien ici ! Et c'est calme, ça me plaît.

Bien évidemment, ça ne pouvait pas rester calme bien longtemps. Garfield entendit des cris de panique. Il se passait quelque chose en ville ! Normalement, Ivy Town disposait de héros pour la défendre, il n'avait pas besoin d'intervenir... Mais son instinct héroïque était intraitable. S'il y avait des problèmes, il devait aller voir ce qu'il se passait. Que ça plaise ou non aux héros locaux. Mais alors qu'un pigeon s'apprêtait à s'envoler vers la ville, une scène retint son attention et le poussa à plutôt aller se poser sur une branche d'arbre.

-Cui ?!

Une superbe jeune fille aux cheveux violets ainsi qu'un lion albinos étaient apparus. Comme ça. Sans prévenir. C'était peut-être de la magie. Quoiqu'il en soit, la fille fut rapidement attaquée par la créature léonine. Ne perdant pas ce temps, Garfield fila vers le sol et se transforma en lion, prêt à éloigner la créature blanche de la pauvre inconnue. Mais il fut encore une fois stoppé par un autre événement. La fille et le lion semblaient... Communiquer. L'inconnue comprit ce que le le lion, ou plutôt la femme transformée en lion, lui disait.

La jolie dame aux cheveux violets qui ressemblait à une nymphe ou autre belle créature féminine tout droit sortie d'un mythe ou d'un conte n'avait vraiment pas l'air méchante. Et d'ailleurs, on sentait dans sa voix qu'elle ne comprenait pas ce qu'il se passait. Sans doute avait-elle transformé cette pauvre femme involontairement... Une autre personne qui aurait découvert ses pouvoirs à cause de la terreur provoquée par l'arrivée de Darkseid ?
Une âme en détresse qui aurait besoin du secours de la Doom Patrol ?

Beast Boy se transforma en écureuil et s'approcha prudemment de la femme aux cheveux violets qui s'était allongée sur le sol. La dénommée Jani-Pier repris rapidement forme humaine et s'enfuit au loin. Désireuse de mettre le plus de distance possible entre elle et l'inconnue... Garfield pouvait le comprendre, après tout. Pourtant la petite créature émeraude fila à travers l'herbe fraîche et se positionna à côté du bras blessé.

-Il ne t'as pas mordu très profondément, la blessure n'est pas grave. Bientôt on ne verra plus rien.

L'égarée pu voir, avec surprise sans doute, l'écureuil se tourner vers son visage et faire ce qui ressemblait à un sourire. Garfield aurait pu reprendre sa forme humaine, mais la fille semblait perdue. Voir un humain apparaître brusquement à ses côtés pourrait l'effrayer. Par contre les petits animaux attiraient facilement la sympathie.

-Bonjour ! N'ai pas peur, je ne vais pas te faire de mal.

Et c'est ainsi que se fit la rencontre entre un être venu des tréfonds de la mythologie grecque et un jeune polymorphe vert transformé en mammifère mangeur de noisettes.

-Moi c'est Beast Boy, et toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/02/2019
Messages : 20
Localisations : Aeaea
MessagePosté le: Lun 4 Mar 2019 - 8:11
Éperdue, la déesse reposait enfin en paix. Sans tomber dans le domaine des rêves, le Tartare hantait sa pensée déconnectée de la réalité. Elle revivait bien au-delà de cette décennie : des millénaires de torture, de conquête, de guerre, de vengeance. C’était triste à voir. Pire, rien ne subsistait à son passage. Seule la détresse croissait dans les cœurs à sa suite, seule la désolation ruinait toute image de son identité déchue.

Et un invité inattendu se manifesta. Sa présence réveilla impérativement l’entité grecque des profondeurs de sa mémoire brisée. Deux lunes violettes se posèrent sur l’écureuil. Cassandra écouta attentivement ses paroles, suivit son langage corporel de près et patienta de longues minutes avant de songer à ses répliques. De si près, son regard respirait des lueurs impossibles, des teintes inconnues de l’humanité; la magie en tissait chaque fibre, en révélait la cruelle nature. La princesse de la Colchide tenta de se relever sur son bras blessé, mais en retomba. La douleur lui était si peu commune. De s’être laissée mordre volontairement ne pouvait que témoigner de son désir de connaître les réalités de la dimension qui l’entourait. Enroulée de ses vêtements drapés, la déesse observa la couleur émeraude de son étrange interlocuteur. Celui-ci semblait si pur, si léger. Quelque chose d’angélique même.



« Beast Boy, je te remercie. Or, j’ignore jusqu’à mon nom. »
Une déglutition lente lui valut un visage empreint de souffrance et d’hésitation. Elle ajouta doucement en laissant des perles couler sur ses tempes lunaires: « Je suis méchante et horrible. Tu ne devrais pas m’aider. Ma fille m’a qualifié de la sorte avant… de disparaître. »

En effet, le souvenir voulait refaire surface, mais le sort de sa douce fille empêcha toute information de traverser le marasme encombrant et dépressif de sa propre amnésie. Cassandra tenta de parler une seconde fois, mais fut interrompue par le vide impressionnant qui surgissait en son for intérieur. Bientôt, tout son faciès redevint aussi anxieux que les minutes précédentes :

« Beast Boy, je te remercie! Or, j’ignore…jusqu’à mon nom… » En l’honneur de cette seconde présentation, Cassandra afficha un sourire mélancolique. Elle venait de pressentir que son état la trahissait de plus en plus. Certes sa voix doucereuse, triste continua : « Tu es adorable. Je ne pourrais pas avoir peur de toi. » C’était le fond de sa pensée : une sincérité qui sortait rarement des lèvres de la Grecque. La femme utilisa son bras sain afin d’aider le plus faible, prenant siège dans l’herbe – des cheveux lilas dissimulant le creux de ses reins et traînant sur ses hanches.

Un vent secoua les branches des arbres, laissant un sourire des plus dépressifs croître sur le faciès de la déesse. Comme si elle prenait conscience de sa démence, elle croisa ses jambes sous ses genoux et observa une lueur violette naître dans sa main gauche. Soudain, sa main alla fouiller dans ses poches pour en ressortir une photo numérique très âgée. Selon la qualité du papier, c’était au moins vingt années. Cassandra la pointa sous le regard de l’écureuil à l’intelligence humaine : une adolescente d’environ seize années y paraissait. Elle tenait une pointe de gâteau entre ses mains et affichait un sourire des plus craquants. Sa chevelure et ses traits évoquaient ceux de sa mère. Le teint basané et le regard de feu en dévoilait les attraits de son père. Le bonheur exhalait de cette simple image, mais la sorcière millénaire rompit le silence de nouveau :
« C’est ma fille. Elle a disparu. Et je ne me souviens de rien…» Le désespoir teinta son regard, alors qu’elle rangeait l’objet dans ses poches. Une feuille tomba au sommet de sa tête, laissant un minois froncé l’en extirper avec prestance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inscription : 03/02/2018
Messages : 337
DC : Patty/Stéphanie/Carter
Situation : Actuellement en train d'intégrer les Titans...
Localisations : Vous voyez un garçon vert ? C'est sans doute moi.
New Titans
MessagePosté le: Mar 5 Mar 2019 - 11:04
Inconscient de l'identité de l'être surnaturel et millénaire qui se trouvait à côté de lui, Garfield s'était donc approché sans crainte de Circé et se conduisait comme si elle était quelqu'un de normal. Une personne normale qui avait dû voir son métagène s'activer à cause de la terreur que Darkseid avait fait régner sur les cœurs des gens. De loin elle ressemblait à une nymphe, mais de près elle y ressemblait encore plus. Elle ressemblait à une déesse issue des mythes anciens. Ce ne serait pas si étonnant, Arès et Hadès existaient bel et bien, eux.
Une déesse amnésique plutôt qu'une humaine victime de son métagène latent ? Les prochaines paroles de Circé le ramenèrent plutôt à sa première hypothèse. Et ça l'attrista, sincèrement.

-Méchante et horrible ? C'est... Terrible...

Terrible et hélas terriblement similaire avec ce que la Doom Patrol vivait au quotidien. Même s'ils avaient chacun leur caractère et pouvaient être difficiles à vivre parfois, les quatre protecteurs de Midway City voulaient sincèrement aider les habitants, qui les remerciaient depuis des années par du rejet, des insultes et des remarques désagréables.

-Tu sais, ça arrive parfois... En fait souvent... Les humains n'aiment pas les personnes qui ne leur ressemblent pas. Qui sont trop différents d'eux. Y en a qui préfère fuir pour toujours en ignorant ce que penser la personne, mais d'autres qui peuvent faire des efforts aussi. Peut-être que ta fille a juste peur de tes pouvoirs et qu'elle finira par accepter.

C'était compréhensible après tout. Voir quelqu'un transformer une personne en animal pouvait être surprenant, voir choquant. Quelque chose s'était produit après, l'amnésique s'était répétée. Comme si elle avait oublié ce qu'elle avait dit avant. Le phénomène était étrange et perturbant, Garfield ne comprenait pas... Les pouvoirs de cette femme avaient fait de sacrés ravages sur son esprit. Mais elle avait toujours l'air aussi gentille.

La femme se releva donc montrant de plus en plus des signes de son état de détresse et de dépression et sorti une photo. Une vieille photo papier comme on en faisait à une époque. Beast Boy s'approcha pour mieux voir l'image.

-Elle est très belle ta fille.

Très jolie, mais il ne se souvenait pas l'avoir vue... Il ne connaissait pas beaucoup de femmes rousses. Il pensait bien à Koriand'r, mais Kory était une extraterrestre ça ne collait pas. Puis il fini par réaliser quelque chose. Cette photo était trop ancienne pour avoir été prise dans les mois précédents. Étais-ce tout simplement l'unique photo qu'elle possédait de sa fille ? Ou la dernière ? Depuis combien de temps avait-elle disparue au juste ?
Touché par la détresse de Circé, Garfield reprit sa forme humaine pour s'approcher d'elle et lui poser une main sur l'épaule.

-Je peux peut-être t'aider à la retrouver. Ou chercher quelqu'un qui pourra t'aider à savoir ce qu'il s'est passé ?

Se transformer devant quelqu'un ne maîtrisant pas ses pouvoirs et à l'état de santé instable n'était pas la meilleure des choses à faire. Mais peut-être Circé était-elle assez en confiance pour ne pas paniquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/02/2019
Messages : 20
Localisations : Aeaea
MessagePosté le: Ven 8 Mar 2019 - 7:46
Quelle gentillesse. Quelle bonté de cœur. Quelle lumière. Verte, cela va de soi. C’était rafraîchissant étant donné…comment tout le monde avait l’habitude de la fuir. Était-ce le résultat de sa magie induisant une forme animale à autrui d’un revers de la main? Surprise de songer à un passé vide de sens ou de réalité, Cassandra observa cette main s’approcher de son épaule – probablement un toucher thérapeutique des mortels ou une tentative de de montrer de la sympathie. L’’ancienne princesse de la Colchide exprima un sourire faible, mais dont la tristesse en teintait toutes les nuances. Toutefois, la surprise l’atteignit lorsque l’écureuil complètement adorable se transforma en jeune homme…vert. La sorcière bondit sur le coup, avant d’afficher un sourire radieux devant son désarroi. Doucement, ses pieds nus se reposèrent sur le sol, laissant des bracelets à ses chevilles montrer des arabesques mythiques : leurs symboliques affichaient divers animaux de la Grèce Antique. Des têtes de chevaux, de minotaures et de rapaces faisaient la guerre.

Les genoux pâles, au teint opalescent affichaient des joncs dorés sur leurs côtés, y révélant des dessins chimériques. Un collier sortit des habits de la déesse, ce dernier pendait près de sa taille et se rattachait à divers niveaux à ses habits d’un violet très pâle. Une figure de femme à trois visages y apparaissait. Leurs trois visages se noyaient au sein de la même chevelure, mais conservaient chacune leur silhouette. Le vent se leva, jetant un froid sur la réserve faunique. Cassandra releva son bras blessé, laissant une lueur pourpre rayonner. L’énergie les protégea du vent saccadé avant de disparaître tout aussi rapidement. Sans prendre la peine de se rendre compte de l’élaboration de sa magie, la femme tint son bras recouvert de sang contre elle en songeant aux propositions de Beast Boy.



« C’est une offre très généreuse, mais je suis trop dangereuse. Je ne peux pas avoir de l’aide. »



Une déglutition lente, difficile arrêta la descendante de la déesse occulte aux trois visages qui rejoignit ses mains en forme de prière sous sa poitrine avant de continuer, sous une voix tailladé de douleur et de vérité : « Lyta est comme moi. Nous sommes très différentes des humains. Elle avait un problème avec… » Une absence lui vint, les yeux clairs de la sorcière se voilèrent d’une transparence autant sincère que vulnérable. « Moi. Je suis méchante et horrible. La Haine d’Hécate aveuglait ma liberté de choix. En voulant avoir justice de mon sort, j’ai offert l’occasion au Mal de triompher.»

Malgré l’état pitoyable de sa mémoire et la valse constante de ses personnalités multiples, la jovialité de son interlocuteur lui inspirait une confiance inébranlable. Certes elle ne s’attendait pas à de la réciprocité. « Lyta a disparu il y a vingt ans. Ar… » Un choc secoua la déesse, l’obligeant à se plier en deux pendant que des larmes coulaient le long de ses tempes. L’eau qui s’échappa de ses paupières devint au toucher de l’herbe des émeraudes. Recroquevillée, les paumes sur le crâne, ses boucles voilant un visage déprimé, la silhouette planta un genou dans le sol suivi de l’autre.


Le visage qui se redressa devint différent, las de toute émotion. La déesse fronça les sourcils, montrant autant de stupéfaction que de curiosité à l’égard du jeune inconnu. Elle s’apprêta à lui redemander son identité, mais son intuition l’interrompit. Silencieuse, une analyse de sa situation lui fit remarquer avec surprise son bras injurié. De plus, le sort de téléportation s’activa par lui-même lorsqu’une pensée vagabonde de la sorcière lui rappela le danger de côtoyer sa présence. La silhouette de la femme s’estompa, s’évapora. À dix mètres, celle-ci réapparut, en affichant un faciès démoli par l’inquiétude, la terreur que sa propre personne lui inspirait. Elle s’exprima tant bien que mal, tiraillée dans sa propre tête par plusieurs femmes fortes et différentes, alors que son ton angélique témoignait d’une peur de plus en plus croissante :

« Tu proposes ton aide aux inconnus… Est-ce parce que tu es un héros? »

Faire diversion afin de ne pas choquer les autres descendantes d’Hécate. Il suffisait d’élucider trop de confessions pour que la Haine n’y trouve une raison de se réveiller de sa torpeur. Toujours vautrée sur l’herbe, un bras tachant ses habits de marbre, Cassandra l’enveloppa d’une partie de ses jupes en resserrant la pression sur ses plaies. La pâleur de son teint prit des nuances morbides, soupçonnant une lutte intérieure afin de résister au reflux résurecteur de sa mémoire à court terme. Les mains tremblantes, elle les cacha dans ses habits et ne put retenir une paume s’enquérir de son front qui s’avérait fiévreux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inscription : 03/02/2018
Messages : 337
DC : Patty/Stéphanie/Carter
Situation : Actuellement en train d'intégrer les Titans...
Localisations : Vous voyez un garçon vert ? C'est sans doute moi.
New Titans
MessagePosté le: Sam 9 Mar 2019 - 22:41
Toujours inconscient de l'identité divine de son interlocutrice aux cheveux violets, Beast Boy tentait juste de consoler ce qui semblait être une mère éplorée qui avait perdu sa fille il y a longtemps et qui possédait malgré elle un don qu'elle ne contrôlait pas. Bien évidemment lorsque Beast Boy dévoila son apparence humaine, Circé fut surprise. Mais heureusement, il n'y eut pas de conséquence car elle n'utilisa pas ses pouvoirs sur lui. Pas sûr que les capacités de polymorphe de Garfield puissent permettre de renverser les capacités de la jeune femme. Il admira les figures animales qui ornaient les bracelets de l'inconnue aux cheveux violets.

-Oh un minotaure ! Et des pégases ! Tu aimes les animaux des mythes ?

Ça lui rappelait qu'il pouvait se transformer en pégase, bien qu'il n'utilise que très rarement cette forme. Garfield hésita, puis se fit la réflexion que cela risquait de la surprise. Même si elle avait compris qu'il pouvait prendre des formes d'animaux existants, de là jusqu'à faire apparaître un pégase ou une licorne devant elle il y avait encore un pas. D'autant plus qu'elle ne semblait pas prendre conscience qu'une énergie l'entourait de temps en temps pour agir.
Peut-être que le Chef pourrait expliquer ça et aider Circé à se maîtriser ?

-Pas recevoir d'aide ? Pourquoi ?

L'animorphe écouta attentivement ce que lui expliquait Circé.... Et fut un peu perdu. Pas comme les humains ? Lyta et elle étaient des extraterrestres ? En écoutant les paroles de la jeune femme, les yeux de Garfield s'ouvrirent petit à petit à mesure qu'il comprenait petit à petit. Il n'y avait pas pensé tout de suite, mais maintenant qu'elle en parlait c'était cohérent. Son apparence était hors du commun, ainsi que ses pouvoirs. Les ornements sur ses bracelets étaient peut-être un autre indice de ce qu'elle était réellement. Une créature mythologique perdue en pleine ère contemporaine.
Un bout de mythe dans une ville tournée vers la science !

-Tu es une nymphe ?

Pour certains esprits, l'existence de dieux, déesses, nymphes et autres pouvaient apparaître comme hors de propos. Mais pour Garfield qui était allé sur l'Olympe, avait participé à l'ultime combat contre Arès lorsqu'il avait tenté d'envahir la Terre, et pouvait se transformer en animaux mythologiques c'était de l'ordre du possible. Mais ça ne l'empêchait pas d'être surpris, très surpris. Au point d'en être sans voix même. Il poussa un cri lorsque la malheureuse nymphe commença à se tordre de douleur, ne sachant pas comment l'aider. Malheureusement.
Impuissant, voilà ce qu'il était.

-Mais... Je veux aider moi... "Ar" qui ? Arès ?

Il voulu aider Circé, mais ne pu rien faire d'autres qu'à part poser une nouvelle fois ses mains sur ses épaules et l'aider à se mettre dans une position moins douloureuse pour elle.

-Bah... Les gens disent que je suis un héros. Mais je veux juste aider les gens moi.

Ce qu'il ne pouvait pas toujours faire... Et parfois il pouvait mal faire ou pire, carrément sombrer et offrir ses pouvoirs à des êtres maléfiques.... Dans ces moments-là, Garfield pouvait être rapproché de Circé car il était un véritable monstre assoiffé de sang. Remarquant enfin l'état de Circé, Beast Boy prit une autre décision.

-Allez vient, t'as l'air épuisé et malade en plus. J'savais pas que les être mythiques pouvaient l'être. On va essayer de te trouver un médecin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/02/2019
Messages : 20
Localisations : Aeaea
MessagePosté le: Mar 12 Mar 2019 - 4:48
L’aide et le souci de la part de son interlocuteur touchèrent la sorcière qui accepta enfin de collaborer. En sentant des mains sur ses épaules, elle se laissa faire – trouvant refuge sur ses genoux de nouveau, le bassin rechutant vers l’arrière. L’observation de son interlocuteur ne la plaça guère dans l’inconfort, mais ne put s’empêcher de lui trouver une façade plutôt humoristique. Ce jeune homme à a peau verte semblait des plus familiers, malgré qu’ils n’étaient que des étrangers. En partie, ce comportement rassura la nature paranoïaque de la déesse occulte qui se contenta de renfrogner son sourire faible. Devant son interrogatoire des plus vastes, Cassandra tenta de suivre la route malgré son état de démence très avancé. Roucoulante, sa respiration sifflante redevint aisée lorsque la déesse planta ses yeux de lune dans ceux du jeune titan.

« Je suis une sorcière, une fille d’Hécate. Elle a plusieurs visages, mais elle est méchante avec moi. Sa voix règne par-dessus ma pensée, m’écrase. »

Voilée, toujours, de douleur et de douceur, la voix torturée de la femme fut interrompue d’un sanglot. Cassandra se déroba et projeta ses yeux sur la faune – y trouvant une force, un pouvoir brute. Tout ce qui les entourait lui évoquait sa terre natale : une merveille divine, luxuriante, source de jouvence. La beauté de la nature la calmait, l’apaisait. Son rapport avec la vie animale y allait de la même façon. Le contact des bêtes lui était le plus doux, le plus clément. Hécate semblait partager son émoi, malgré sa haine des rayons solaires. Très pâle, la sorcière sourit légèrement avec bonté avant de se renfrogner. L’offre de son interlocuteur ne l’enchantait guère, et lui causait une intuition gorgée de prudence. Tremblante, la femme ramena sa chevelure opalescente derrière ses oreilles puis osa prononcer les doutes qui la hantaient :

« Beast Boy, je suis ensorcelée par deux déesses. La première a tué mon âme, la seconde m’a privé de ma mémoire – de ma raison. Il s’agit de ma fille, Lyta. Personne ne peut m'aider. Rien ne ramènera ma véritable identité à la vie.»

Lentement, la lumière si claire au sein de ses yeux semblait s’éveiller sous l’or du soleil, laissait transparaître des vérités plus cruelles que certaines tortures de son passé. Les mots filèrent, inconscients du danger qu’ils représentaient, mais remplis d’une compassion que seule Cassandra pouvait créer : « J’ai tenté de voir des médecins, des religieux…des magiciens… » Des larmes commencèrent à noyer le bas de ses paupières, pendant que sa main se posait sur sa bouche avant de se poser sur son bras bandé dont le sang continuait de couler abondamment.

« Hécate s’est réveillée, a transformé les coupables en animaux, parfois même en monstres. Elle a tenté de les torturer, de les tuer… » Éprise d’une détresse plus profonde que l’océan, la sorcière se replia sur elle-même et continua, d’un ton plus faible : « J’ai tenté de réparer ses crimes à la suite de son passage… Certains sont toujours disparus. » Discrète, des pleurs continuaient de couler doucement sur son visage détruit par le sentiment de cruauté, d’égoïsme et de désespoir. Des mains caressèrent sa vue déficiente, presque vague sous l’afflux de sentiments éparses qui la traversaient. Toujours à genoux sur l’herbe glacée, Cassandra prit la main de son interlocuteur avec restreinte, parcimonie, indécision. Les tremblements de ses doigts ensanglantés pouvaient en témoigner.

« Sur mon chemin, j’ai croisé certains qui portaient des costumes, des capes. Certains ont tenté de me blesser avant même de me parler. Je crois que je le mérite, mais je ne peux pas retourner en Enfer avant d’avoir libéré ma fille des griffes d’Arès. »

Voilà, un brin de sens qui scinda la pensée de Cassandra et d’Hécate. La femme en lâcha sa main, apposa ses paumes sur son crâne brûlant – vivant au-delà de sept millénaires de mémoire en même temps que de voir plusieurs souvenirs s’effacer. D’ailleurs, son œil droit commença à reluire d’un rouge vif. D’abord, l’iris s’enflamma doucement, laissant croire à l’invasion du sang, mais sa couleur s’en avérait de cause normale. La sorcière plissa des yeux, ne sembla guère sentir le phénomène qui se produisait bien malgré sa volonté. La douleur lui revint, pendant que la lutte contre son sort s’achevait. Le flux de sa conscience vacilla, laissant la déesse retenir son tronc de s’effondrer grâce à ses mains plantées au sol. C’est alors qu’elle releva son regard sur le monde, semblant chercher quelqu’un ou quelque chose.

« Qui? Qui es-tu? Est-ce que je t'ai fait mal? »


Les mots flamboyaient de candeur, tremblaient d’ardeur de par leur méfiance. Cassandra regarda avec étonnement son bras, retirant le bandage afin de le voir. La frayeur teinta ses traits, tandis qu’elle cherchait une bête monstrueuse du regard. Seulement, le paysage demeurait calme et chaleureux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inscription : 03/02/2018
Messages : 337
DC : Patty/Stéphanie/Carter
Situation : Actuellement en train d'intégrer les Titans...
Localisations : Vous voyez un garçon vert ? C'est sans doute moi.
New Titans
MessagePosté le: Sam 16 Mar 2019 - 21:47
La souffrance de l'inconnue transparaissait dans tout ce qu'elle disait ou faisait, et bien qu'elle montra des signes évidents de mal-être et de désordre mental, il s'obstinait à vouloir l'aider. Parce que Beast Boy même s'il pouvait jouer la comédie, il cédait toujours facilement devant les filles en détresse. Encore plus facilement lorsqu'elles pleuraient. Et il se désolait de voir qu'au fond, il ne pouvait pas faire grande chose pour l'aider. A part essayer de la consoler et l'amuser un peu avec ses remarques.
Et finalement il commença à avoir

-Une fille d'Hécate ?

Il avait vaguement entendu parler de cette déesse grecque liée à la Lune comme Artémis. Son interlocutrice serait donc bel et bien une créature issue de la mythologie. En y repensant... Elle avait bien transformé une femme en lion blanc tout à l'heure ? Ça lui rappelait un personnage de la mythologie grecque. Un personnage de l'Odyssée même. Comment s'appelait-elle déjà ? Pénélope ? Non ça c'était la femme d'Ulysse. Calypso ? Non plus... Il ne le savait plus... Il avait pourtant lu l'Odyssée, mais il ne parvenait pas à se rappeler du nom... Bah, ça lui reviendrait.

-Mais...

Il ne comprenait pas. Il ne comprenait ce qui avait pu arriver exactement à sa pauvre amie. Une déesse lui avait enlevé sa mémoire. Si c'était le cas, comment pourraient-ils retrouver les souvenirs perdus de Circé ? Affronter une divinité ?

-Tu as demandé à tout le monde ? Même à Fate ? On dit qu'il s'agit du plus puissant mage de l'univers. Il pourrait peut-être t'aider.

Non, si Circé était une déesse, elle avait forcément entendu parler du Doctor Fate et avait déjà été lui demander de l'aider. Mais il n'empêche, avec tous les pouvoirs que Khalid semblait posséder alors qu'il n'était encore qu'apprenti Docteur, il lui semblait bizarre qu'un Fate plus puissant ne puisse rien faire. Garfield fut prit d'un tremblement et tenté de s'éloigner de Circé, qui lui apparu soudain comme menaçante. En fait, c'était la déesse qui la contrôlait qui était dangereuse.
Mais pourrait-il se transformer en animal suffisamment vite si la vilaine divinité se montrait ?

-Arès, c'est donc lui... Mais, Arès a été battu. La foudre s'est abattue sur lui.

Le dieu a été vaincu à Gateway, et n'avait pas reparu sur la surface de la Terre. Mais ça ne devait pas être suffisant pour libérer Lyta. Peut-être était-elle dans un endroit d'où elle ne pouvait sortir seul. Soudain, les réactions de Circe devinrent bizarres. Elle semblait parler à quelqu'un. Quelqu'un qu'elle ne connaissait pas, mais qu'elle pouvait voir. Ce qui déstabilisa le polymorphe.

-Mais, à qui tu parles ? Il n'y a personne...

Il ne voyait rien. Il ne sentait rien. Sa Boite-Enfant elle-même ne captait rien. Ils étaient bien seuls, tous les deux. Pourtant, Circe voyait bien quelque chose. Quelqu'un. Beast Boy essaya de scruter l'endroit que la jeune femme millénaire regardait.

-Qui est là ?

Soudainement, Garfield se transforma en chien pour renifler l'air...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/02/2019
Messages : 20
Localisations : Aeaea
MessagePosté le: Hier à 22:01
Soudain, une voix décisive et affirmée trancha la mystère de la situation en deux. Ce qui en découla fut vif et violent.


« J’hallucine souvent. Laisse-moi te montrer ce que je vois en ce moment. »



D’un mouvement faible, la paume de la sorcière battit l’air devant ses paupières afin de montrer les visions qui lui fendaient l’âme. L’ensemble créa une sorte de réalité alternative durant laquelle seuls Beast Boy et la sorcière pouvaient explorer son passé des plus uniques et dérangés. Un minotaure gigantesque, quoiqu’illusoire et menaçant, mangeait des feuilles de laitue pour les mâcher. Il était impossible de ne pas deviner que cette bête mythique était maléfique. Certes la seule perle de ce monde semblait vivre à ses côtés en cet instant. Le seul lien affectif qui le rattachait à son ancienne humanité damnée était partagé avec cette gamine uniquement jolie. À ses côtés, une fillette de quelques années à la longue tresse blonde et aux yeux de lune le fixait, l’admirait. Elle caressait l’une de ses pattes blessées, et appliquait un onguent fait à base de plantes vertes sur cette dernière. La voix sereine de la nymphe chantonnait une mélodie quand la bête lui donna une partie de légumes hachés remplis débordant de sa salive odorante et opaque.


La petite fille en avala deux, trois bouchées avant de lancer un sourire radieux au monstre. C’était une marque de respect, un symbole de leur attachement. Le minotaure au crin noir, haut de sept mètres et d’une largeur de cinq mètres, se releva sur ses sabots arrière. Gigantesque, le monstre jeta un regard attendri vers l’enfant. Celle-ci se jeta sur son sabot pour l’enlacer faiblement, et lui murmurer des mots anciens – des promesses d’éternité, de fidélité et d’amitié. Le minotaure la quitta brusquement, non sans lui jeter un regard amoureux rempli d’admiration. L’enfant dont la robe blanche tissé d’or s’estompa avec son image. Les suivantes furent saccadées, montrant des humains festoyant sur le corps déchu de la bête. Un couple royal, vêtu de tenues antiques, s’enlaçait sous un hôtel de pierre en se jurant l’amour d’une vie. La tête du minotaure placée, vidée de ses yeux, au milieu des festivités de leur union maritale. Pendant ce temps, une tête blonde se cachait derrière les jupes d’une dame soumise, réservée.


La seconde suivante, la réserve faunique les embrassait de sa bonté émeraude de nouveau. Les zéphirs caressèrent les feuilles naissantes, les feuilles mortes. Le froid secoua la femme qui replia ses habits antiques sur sa personne. Cassandra pencha la tête sur le côté puis répondit à ses questions précédentes:



« J’ai toujours aimé les animaux, les monstres et les exclus. J’ai toujours cru qu’ils méritaient plus de respect que les déités et les hommes. Depuis le jour ou Razhad – mon premier ami- fut dévoré par les Grecques, je me suis juré de ne plus jamais manger de chair animale. Excuse-moi, je suis très confuse. Je suis très dure à suivre dans cet état. Arpès, pardon Arès, n’est-il pas une menace pour la paix? Le chaos règne chez les humains tous les jours. Il ne perd jamais de sa puissance. J’ai dû rater sa défaite au cœur de toutes ces folies. »


Le regard de la jeune femme changea complètement; de l’argenté au bleu de glace, de même que sa chevelure violacée prit des teintes dorées dès l’instant que ses mains lissèrent ses boucles derrière ses oreilles. Froides, ses chairs devinrent opalescentes – plus resplendissantes que l’agneau offert à son prédateur. Cassandra trouva enfin la force de se relever tout en tenant son bras blessé contre sa taille gracile. Sa main gauche frôla l’écorce d’un saule pleureur, la caressant et y comptant les lignes mécaniquement. Ce fut à cet instant que le végétal, l’immense arbre se métamorphosa en cactus puis en une horde de brochettes de tofu fumé. La sorcière sursauta, et libéra presque un cri. Une main ensanglantée sur le cœur, l’autre tremblante dans l’air, elle recula d’un pas en voulant s’expliquer. Elle bégaya mollement des syllabes puis haussa les épaules.


D’un mouvement des plus innocents, l’arbre devint alors un mammouth. Gigantesque, il se coucha mollement et commença à pêcher de la végétation avec sa trompe. La bête sembla s’esclaffer, pendant que la responsable tournait déjà les talons avant de se retourner. La silhouette fragile de la femme continua d’avancer d’un pas ferme puis de changer d’idée pour rester sur place, essayant de se concentrer à jeter un sort pour libérer le saule pleureur de son charme. La princesse de la Colchide regarda Beast Boy, et ne put retenir sa compassion de le prévenir :
« Tu vois! Je ne fais que le mal! Je suis trop dangereuse pour ce monde. » Une pause s’ensuivit durant laquelle la couleur sanguinaire traversa puis s’estompa de son regard. Même ses iris semblèrent reluire d’une candeur brisée, tant refoulée derrière des millénaires de maléfices et d’enchantement. Les cheveux de la sorcière en ressortirent blonds, d’un crin si pâle que le reflet grisâtre n’en provoquait aucun étonnement. De plus, sa silhouette et son visage semblèrent changer avec douceur, légèreté : elle semblait plus svelte, plus fragile encore qu’auparavant.


« Je ne connais pas Fate. Je ne peux pas faire confiance aux hommes de toute façon. Même si j’ai déjà rêvé à un humain nommé Wesley qui était un vrai gentleman. D’ailleurs, je ne sais toujours pas s’il est réel ou non. »


Le mammouth se pencha aux pieds de sa maîtresse, regarda des deux côtés puis se roula sur le côté avant de se mettre à ronfler dans une fanfare de grognements bestiaux et parfois – éléphantesques. Cassandra caressa la fourrure épaisse et sèche entre les yeux de la bête sans le moindre succès pour le réveiller. Elle ne put réussir à le changer dans sa forme initiale. La magie occulte semblait réserver une destinée spéciale et bien perturbante pour ce pauvre saule pleureur métamorphosé.


« Beast Boy, crois-tu qu’un coq serait utile? »
Dit Cassandra en regardant avec souci son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Solitude Sauvage [Beast Boy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Présentation du livre "Semois sauvage" 24/9 à 19h + expo Beluxphoto à Florenville
» SPECTACLE DE RAPACES AU MONDE SAUVAGE
» Le cheval sauvage de Titia
» HAIKU : SOLITUDE
» orchidee sauvage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ivy Town :: Réserve Faunique Huntsinger-