Anton Arcane

Anton Arcane
Anton Arcane
Super-Vilains
Inscription : 13/04/2019
Messages : 194
DC : Per Degaton
Situation : En enfer
Localisations : Louisiane

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Jeu 18 Avr 2019 - 11:04
Nom et Prénom : Anton Arcane
Pseudonyme(s) : L'Avatar de Rot, The Dark Avatar.
Âge : Environ 200 ans (né au XIXème siècle vers 1884)
Sexe : Être masculin
Orientation : Hétérosexuel
Nationalité : Né dans l'Empire d'Autriche-Hongrie. Puis Roumain (Transylvanien). Un temps allemand (entre 1914 et 1945) puis double nationalité roumaine-américaine. Désormais décédé et réside en l'Enfer.

Base d'opération : La Terre et ses plans d'existence magiques.
Groupe : Super-vilains
Faction(s) : Aucune
Statut : Célibataire
Profession : Chirurgien (jadis), Avatar de Rot, semi-démon.

Description physique :

Anton n'est plus qu'une parodie d'être humain. D'abord transféré dans le corps d'un Un-Men après un combat avec Swamp Thing, ce dernier a été incarcéré en Enfer pour y recevoir le prix d'une vie de malveillance. Il possède une vague silhouette humanoïde mais ses dents se sont effilées, ses ongles sont devenus semblables à des griffes, l'un de ses yeux a blanchi sans devenir aveugle, ses cheveux ne repoussent plus, autant de stigmates de sa noire filiation avec Rot. Des traces de coutures éparses indiquent les tourments qu'il s'est infligé en enfer et sur terre pour maintenir une enveloppe à peu près potable en attendant d'atteindre une immortalité sans prix. Sa peau est essentiellement blanche mais dépend surtout de la couleur de peau de ses "donateurs" initiaux. Il est difficile de juger ce qui est encore d'origine chez ce Nécromant dont l'empreinte de la décrépitude est omniprésente.

Son corps a tant muté, les peaux sont passés sur lui comme les chemises sur d'autres, son esprit s'est moult fois transféré jusqu'à ce que son enveloppe charnelle ne compose plus pour lui qu'un véhicule, un support temporaire pour fixer son être immatériel qui cherche l'éternité. Abandonnant de l'Humanité son acceptation de la mort, Anton en dépassa les limites jusqu'à ne plus s'astreindre à une limite physique. La chair et son oxydation permanente, cette fragilité qui se décompose sous les coups de butoirs d'un temps implacable étaient trop de rappels de son échec pour fixer son attention.

Le sorcier s'affuble certes le temps d'une pratique occulte ou d'une opération meurtrière de la peau d'un autre ou d'un vêtement rituel, mais ses combats face à des force de la Nature le font négliger ce détail inutile. N'est-ce pas la chair, sarcophage putride, qui représente le mieux la fin ? La mort ? Rot le lui a révélé : la putrescence est l'apanage du mortel, si fragile, de cet assemblage complexe d'atomes et de particules élémentaires qui ne désirent que retourner dans la liberté la plus absolue. Lui doit aller plus loin, dépasser cette faiblesse innée et pour cela, tout les moyens sont bons !

Description psychologique :

Anton est un être possédé par une peur : mourir. Atteindre l'immortalité, sans prix, sans chaîne, sans filiation est l'objet de toutes ses actions, l'ultime but de son existence. Et une fois l'immortalité atteinte, il compte se satisfaire de ses plaisirs odieux. Le Sorcier est hélas actuellement pris dans un simulacre d'éternité, oscillant entre la Terre et l'Enfer au gré de ses "morts". Mais cela ne lui convient pas. Cela ne lui suffit pas. Il veut aller plus loin. Il doit aller plus loin !

L'Enfer a ses règles mais Anton n'accepte que les siennes propres. Il ne peut se contenter de rester entre les mains de démons parfois plus humains que lui et regarder le Temps s'écouler. Il lui faut se libérer dès qu'il le peut et vivre. Pétri d'orgueil, persuadé d'être exceptionnel de parvenir à quitter les cycles de vie et de mort, il cherchera toujours à retrouver sa liberté pour épancher sa destruction. Ayant pour mémoire près d'un siècle de pratique et d'apprentissage, Anton se révèle plein de ressources pour accomplir ses innommables desseins. Il lui arrive parfois de confondre, au sortir des Enfer, dans un chaos primordial de souvenirs et d'impressions les dates et les âges, pris dans l'écho des supplices qui rythment ses détentions mais toujours son esprit s'oriente, comme attiré par la malveillance vers d'atroces projets.

Ce qui amène à sa sinistre cruauté. Anton n'est pas un être immoral qui perverti uniquement pour le plaisir les règles. Il est totalement amoral et admet volontiers sa propre monstruosité, la considérant comme un prix, une étape vers son immortalité. Pas de limite, pas de déontologie, pas de principe de responsabilité ou de précaution. Toute solution est une solution, quel que soit le prix que l'Humanité ou le reste du monde doit payer. N'ayant pour seul soucis que sa personne et son obsession, il n'aura pas d'égard pour autrui et lorsqu'il s'entoure des pires être de la création, ce n'est pas par plaisir de se vautrer dans le vice mais bien pour parvenir à ses fins. Cela lui vaut d'être considéré par beaucoup comme l'incarnation du Mal à l'état pur. De ce Mal qui ne se force pas, qui profite simplement et primitivement de sa monstruosité.

Car s'il désire vivre éternellement, Anton n'en désire pas tant pour les autres êtres vivants. Trop heureux de réduire en poussière les moindre signe de vie qui l'entoure, on pourrait croire de prime abord qu'il est un simple sadique. En réalité il est un sadique plus complexe et tire son plaisir de constater que répandre la mort lui donne la sensation de maîtriser la vie. N'est-on pas proche de l'immortalité à tuer ainsi ? Être immortel n'est-il pas au final voir le reste du monde pourrir ? Chaque fois qu'il prend une vie, il se sent précisément vivant, plein de cette ivresse de pouvoir et de contrôle.

L'Humanité peut accomplir de grandes choses, le scientifique le sait, il en vient, mais pour être plus, pour ne pas être une simple virgule dans l'Histoire, un éphémère puits de science avant d'alimenter l'humus d'une Terre perdue, il faut aller plus loin qu'elle ; utiliser sa perfection latente pour dépasser toutes ses limites abstraites : Justice, Amour, Gloire, Bonté... Mensonges voués à la putrescence. Tout est bon pour passer outre, toutes les dérives se valent pour accomplir ses objectifs.

Version(s) : J'ai pris l'histoire d'Anton Arcane avant qu'il ne perde son rôle d'Avatar de Rot pour profiter de son plein potentiel (globalement toute son histoire pré New 52 et le début de New 52).

Histoire :

La destinée existe-t-elle ? Pour les pratiquants de l'occultisme et de la divination, la réponse est une évidence. Pour ceux qui altèrent les destins et se jouent des mortels, cette réponse est un choix. Et ceux qui lisent dans le passé de la famille Arcane y voient les trames d'un avenir unique et d'une dramatique destinée fratricide. Pour ceux qui l'ont vécu, la réponse est plus tragique encore, elle est affaire de faiblesse humaine...

Le nom des Arcanes apparaît pour la première fois dans les registres religieux de la Principauté de Transylvanie lors du XIIIème siècle, lors de l'abandon de la foi orthodoxe. Ce nom est associé à Matia Arcane, un administrateur qui obtint un titre de chevalier pour ses efforts visant à faciliter la conversion catholique - l'Histoire aime les ironies les plus douces... Sous la domination des Habsbourg sur le territoire Hongrois, les Arcanes acquirent le titre de comte. Les plus hautes distinctions entouraient les ancêtres de la famille et le château familiale contait dans ses antiques peintures et tapisseries les exploits de la lignée.

Dans ce faste et cette Histoire faite d'honneur, de servitude et de loyauté, naquirent deux enfants. Gregori et Anton Arcane. Les deux frères que la destinée devait ériger en rivaux. La perfection de l'un miroir de l'imperfection de l'autre. Pour celui qui tourne les cartes du destin, l'un était la lumière incarnée, l'autre le mal absolu. Pour celui qui mirait dans le cristal le plus pur la vie de ses deux enfants, tout venait originairement du cri. Gregori, l'aîné, naquit en souriant un jour de Soleil radieux et ne pleura pas même lorsque la sage-femme lui donna la claque rituelle. Anton, lui, hurla et tempêta comme un diable durant une nuit d'orage.

Croire en cela revenait à croire au mythe et lui donner corps.

Croire en cela dédouanait l'Humanité de voir qu'Anton Arcane n'était pas totalement né maléfique mais qu'il fut poussé en ce sens...

Né le deuxième, sans autre héritage que de l'argent et du sang purifié par des faits d'armes et des gloires passées, Anton fut martelé par l'ombre de son frère. Gregori marcha plus tôt, parlait mieux, il avait une excellente assiette en équitation... Regardez comment on tient un fleuret Anton, voyez votre Frère ! Prenez exemple sur Gregori, lui est un vrai mathématicien dans l'âme... Lui est fait pour régner, vu vos capacités en latin, cela vaut mieux pour tout le monde... Gregori ne faisait pas ainsi... Regardez donc... Imitez... Soyez comme lui... Votre frère a bien du courage de vous aider...

L'enfant tenta de suivre un écho qui le distançait en tout. Jusqu'à ce qu'un beau jour, il se lassa de toujours choir là où son frère sautait. Anton s'arrêta, se tourna et choisit de suivre un chemin qui l'éloignait de ce spectre si parfaite.

Élevé dans l'image d'une famille où la devise frappée en haut de la vase cheminée servait de guide - "Dans l'Honneur de Dieu survie l'Honneur des Hommes", il commença par pervertir les trois grandes valeurs qui ornaient les blasons de ses ancêtres.

"Honneur face au Faible". Il usa de son ascendant physique de ses jeunes années sur ses semblables pour les soumettre à sa volonté. Violence, haine, colère.

"Courage du Chevalier". Il devint fourbe en affrontant tantôt l'autorité de ses percepteurs, tantôt les enfants plus forts physiquement que lui, du courage il fit sournoiserie.

Enfin il déserta les Églises et les prières pour achever la "Dévotion envers Dieu", socle de son nom.

Et ainsi totalement bafouer l'honneur des Hommes et de Dieu...

Anton développa toutefois une intelligence plus vive que celle de son frère mais qu'aucun adulte du château n'osait admettre. Le benjamin restait une âme perdue face à Gregori, si pieu, aimable, bon. Pour son frère, l'aîné n'était qu'un idiot, un rabâcheur incapable de la moindre imagination, un pleutre qui se couvrait de poncifs pour se tailler un minimum de caractère dans la cathédrale déserte de son esprit. Comment le monde pouvait-il le préférer ? L'imposer comme modèle ? Les percepteurs étaient des prétentieux amateurs de belles phrases pour couvrir la laideur de leur petitesse. Ils se gargarisaient du passé de leurs élèves comme pour mieux cueillir aux branches prestigieuses ce que leurs racines stériles ne pouvaient leur apporter. Monde de vanité...

Ses parents, son frère, ses oncles et ses tantes firent tout pour le calmer. Il ne fallait pas que les Arcane aient à déplorer une brebis galeuse dans leur famille. Le sang séculaire ne pouvait pas générer une telle aberration. C'était impossible. Précepteurs toujours plus durs, restrictions de toutes sortes, punitions physiques et sanctions à la limite de la séquestration, tout fut utilisé pour le remettre dans le droit chemin. Et Anton fini par rentrer dans le rang... en apparence.

Le jeune enfant comprit que toute faute découverte imposait un lourd tribut envers la "Justice" familiale, aussi décida-t-il de plonger dans les affres de la clandestinité. Plus de rebuffades, plus de comportements douteux devant ses proches, il se cachait, fuguait la nuit et revenait avant l'aube, passant la journée dans une perfection feinte. La nuit, il retrouvait ses camarades de terreur. Là il commettait larcins, violence, donnait libre cours à ses penchant déviants.

La ville qui se nichait au pied du château familial était un bourg ancien et plein d'une vie nocturne des plus rebutantes. C'était une auberge où les femmes se vendaient pour une liqueur ; des vendeurs sans boutique qui erraient pour fourguer quelque camelote ; c'étaient des charlatans qui proposaient de livrer les secrets de l'avenir à celui qui payait bien. C'était une ville de ténèbres qui voyaient arriver le XXème siècle d'une lucarne du XVIIIème, comme si les années 1800 ne lui avaient rien enseigné du sommet de ses toits aux tuiles noires et aux charpentes craquantes par nuit de grand vent. Le pavé des rues glissaient de crasses et les notables se promenaient encapuchonnés pour se dévergonder sans risquer leur réputation.

Par quelques mauvais coup du sort, l'engeance malveillante composée d'Anton et de deux camarades suivirent un jour un avocat de la ville haute qui se faisait accompagner d'une femme au plaisir tarifée. L'occasion pour les jeunes gens d'admirer l'audace brutale des "gens de bien" lorsque la chandelle soupire et les ténèbres servent de linceuls à la bienséance. L'homme fit entrer la jeune femme dans une cave dont une vieille lucarne grillagée donnait sur une ruelle déserte. Parfait poste d'observation pour les trois démons infantiles. Ils s'installèrent et virent.

Quelques minutes seulement après, deux garnements fuyaient en pleurant tandis que le troisième restait fasciné, les yeux écarquillés, émerveillés.

Une main l'attrapa alors que les images se gravaient lentement dans sa tête. Tout. La nudité. Les cordes. L'autel de pierre. La lumière vacillante des bougies qui éclairaient une craie blafarde. Les mouvements de capes. Les psalmodies. Les vocalises. L'odeur de cire. Puis les assauts furieux. Les cris. les gémissements. Les imprécations. Puis la lueur d'une lame. L'éclat carmin. Les larmes. Les rires. L'odeur ferreuse. La pâleur d'une vie qui s'échappe.

On le plaqua contre le mur. Anton reconnu une cape qui aurait dû encore se trouver dans la cave.

- Qu'est-ce que tu fais là ? lui demanda-t-on. Qu'est-ce que tu as vu ?

- Tout, répondit-il dans un souffle.

Il y eut un blanc et sans doute ce soir là serait-il mort s'il n'avait pas rajouté, les yeux dans le vague d'un rêve qui s'évanouissait.

- C'était merveilleux...

Et dès lors, le second fils Arcane fut accueilli parmi les lucifériens qui sévissaient dans la ville. Il trouvait les victime, achetait les accessoires, préparait l'autel, les bougies. Et écoutait. Il entendait les litanies, observait les sacrifices et surtout entendait ces vieux fous sans notion d'occultisme rêver de l'éternité et de la jeunesse éternelle. Bain de sang, meurtres, mixtures écœurantes. Tout y passait pour essayer de donner corps à leurs délires...

Il était dispensé de présence uniquement lors de leurs orgies décadentes. On lui avait dit que cela n'était pas "pour lui" et qu'il devrait plutôt trouver une fille de son âge pour "s'entraîner". Triste leçon de vie. Anton n'était pas entouré d'une gent féminine très chargée. Sa mère, quelques tantes, une ou deux servantes et sa soeur Aniela.

L'heure de tirer une nouvelle carte dans le tarot de la destinée et de jeter un nouveau voile noire sur cette vie débutant dans la noirceur de l'Humanité.

Aniela était une jeune femme innocente qui marchait dans les pas de sa mère. Fidèle, sérieuse, servante. Douée pour le dilettantisme de sa condition, pleine d'une dévotion chrétienne qui la rendait ignoble aux yeux d'Anton. Gregori et elle entretenaient les meilleurs rapports et tous deux craignaient leur frère. Mais ce dernier était trop intelligent pour donner de nouvelles preuves à leurs craintes et les adultes qui gravitaient autour d'eux ne doutaient plus de la repentance de la brebis galeuse.

On ne comprit pas bien cependant ce qui atteint un jour la jeune Aniela. Elle se referma un beau jour comme une rose à l'orée du crépuscule et sombra dans la mélancolie. Silencieuse, assise sur une bergère, elle restait bientôt les bras inactif, sa broderie d'une scène de chasse restant à jamais inachevée. Elle ne sortait plus voir les chevaux, elle ne parlait plus aux repas. Gregori s'inquiétait. Pris dans son éducation, il ne put investiguer à sa convenance.

Des semaines passèrent. Puis des mois.

L'incompréhension demeurait, les médecins s'inquiétaient mais ne relevaient aucun trouble physique.

Puis un soir, tandis que la famille s'adonnait à une soirée tranquille, chacun vacant à ses occupations, l'on entendit un bruit sourd. Aniela venait de sauter par dessus la rambarde en pierre antique de son balcon.

Anton se montra désintéressé, depuis lors il était admis dans les orgies de son cercle...

Ainsi passèrent ces jeunes années, entre mensonge et vilenie à observer les pires travers de l'Homme.

Brillant dans ses jeunes études, ayant acquis un goût sinistre pour le corps humain, attiré par les meurtres dont il était fréquemment témoin, il partit pour l'école de médecine de Hambourg où il fut fort bien reçu. Être le fils d'un comte ouvrait les portes de la Société.

Il se montra sérieux, travailleur, obstiné et devint rapidement un élève très apprécié de ses professeurs.

Le cercle infernal se traçait de nouveau autour de la vie de l'étudiant en cette époque sombre où l'occulte était une mode. Hambourg regorgeait d'organisations médiumniques ou de cercle de pseudo-occultiste. Rituels, psalmodies, études hermétiques hors des cours et une kabbale de pratiquants dont il faisait partie.

Mais le jeune homme se lassait de ces pantomimes aussi macabres furent-elles. Il voulait constater de la réalité de ces forces qui l'entouraient. N'était-il qu'un idiot prit dans une mode où existait-il réellement une puissance surnaturelle ? Il entreprit de lourdes recherches dans des ouvrages antiques entreposés dans les réserves de la bibliothèque de Hambourg et découvrit un tome oublié de savoir incompréhensible. Il passa ses deux premières années à travailler sur ce document en parallèle de ses études jusqu'à enfin découvrir la clef qui lui permit de comprendre trois pages de cet ouvrage.

Lors d'une cérémonie normalement banale, il proposa un nouveau rituel. On lui laissa volontiers la place même si le groupe commençait à péricliter, les modes vont et viennent et la haute société se révèle volage dans ses plaisirs. Il prononça de noire paroles, sacrifia une vie et un souffle obscure parcourut l'assistance tandis que l'ombre infernale de la victime s'éleva hors de son corps en hurlant avant de se dissiper. Anton eut le souffle coupé de sa réussite, une moitié du groupe parla de canular et d'artifice, l'autre se souda plus puissamment que jamais.

Il existait en dehors des limites physique de son monde une force, une puissance insoupçonnée par cette société stratifiée et pathétique. Il existait une force qu'il fallait impérativement comprendre et dompter. Il s'entraîna alors et l'âme des défunts restait de plus en plus longtemps. Jusqu'au jour où il parvint à la faire revenir dans son corps et l'animer quelques instants. La mort n'était qu'un état transitoire ! Les délires des lucifériens de jadis mêlés aux capacités les plus folles que laissait entrevoir ce livre incompréhensible furent beaucoup pour ce jeune homme qui entreprit de dompter la mort et la soumettre à sa volonté. Tout était possible, à portée de main !

Hélas, Anton, dans un rejet assumé des limites de ses semblables sombra dans les dépravations les plus totales. Drogues, sadisme sur les soeurs de camarades de classe, recherches contre-natures, offense envers Dieu, autant d'éléments qui le renvoyèrent hors des murs d'un école limitée dans ses ambitions. Qu'importait. Bientôt il serait immortel là où cette école finirait dans les décombres de l'Histoire...

Il revint donc chez lui. Retour dans ce château, mausolée qui tâchait de montrer quelques signes de vie. Le "docteur" Arcane car il revendiquait ce titre ne pouvait se satisfaire de ce retour aux normes. Son père était décédé lors de ses études et il n'avait pas daigné se déranger pour son enterrement. Sa mère, plus ou moins vivante, lui en faisait le reproche dès que la situation le lui permettait. Vie impossible mais dont il tâcha de sortir. Son frère, devenu comte, régnait d'une main molle et faible sur le domaine et les possessions de la famille, il lui laissa les coudée franche dans une aile du château. Anton en profita pour mener ses expérimentations diaboliques.

Il emmenait de jeunes femmes de la ville toujours lovée dans son vice ignoble et les découpait. Consciencieusement, prenant des notes attentives, il sciait, coupait, arrachait avec douceur puis classait les organes, les tissus et recomposait. Les os, les organes principaux, puis de la peau, bien cousue. Venait ensuite le rituel et la chair s'animait, quelques instants, chaque fois un peu plus.

Soucieuse de voir son benjamin s'isoler sans jamais chercher un bon parti pour se marier, la mère d'Anton crut bon de le déranger lors d'une de ses "expérimentations".

Le lendemain, la mère était portée disparue.

Le surlendemain, l'aile du château fut vidée.

Les guerres balkaniques de 1912-1913 éclatèrent la semaine suivante et Anton, "anéanti" par la disparition de sa mère, décida de quitter sa patrie natale. On le crut reparti en Allemagne, mais il s'était en réalité caché au coeur même du conflit à quêter les champs de batailles en quête de matériel frais. Naquit le mythe dans les populations locales qu'une silhouette démoniaque, les monceaux de corps sur le dos, arpentait les plaines les lendemains d'affrontements et fauchait ceux qui avaient l'audace d'y agoniser. Les deux guerres furent courtes et pathétiques pour le scientifique qui regretta de voir ainsi sa source d'approvisionnement se tarir si vite.

Il s'installa donc en Allemagne, déçu mais les valises pleines de notes et de croquis nouveaux, pour ouvrir un cabinet et servir un hôpital militaire où l'on posait peu de question et payait bien un homme avec une telle dextérité. On félicitait sa maîtrise malgré son jeune âge. Un homme prometteur, soulignaient ses supérieurs, qui faisait des sutures de qualité et qui amputait sans vaciller. On ne le connaissait que les manches tâchées de sang. Les infirmières l'appelaient le "boucher", ses collègues "mains écarlates".

Puis le destin lui tendit de nouveau la main.

Une voiture s'égare dans la mauvaise rue. Des coups de feu. Un héritier meure et l'Europe s'embrase.

L'embrigadement est immédiat, l'Empereur Guillaume II était préparé, comme son général en chef. Ce ne devait être qu'une querelle rapidement menée avec l'armement moderne. Ce fut l'enfer sur Terre, le Paradis pour Arcane.

La première invasion en Belgique fut une révélation de ce qu'allait être les quatre prochaines années du chirurgien. Première bataille, premières mitrailleuses et déjà des blessés, des agonisants, des morts par centaines. L'occultiste trembla de plaisir en voyant ces corps, ces abats de viandes morte et ses flots de sang mêlés à une terre qui se flétrissait. Les nuits, il s'en allait avec quelques cadavres reprendre ces expérimentations accompagnés d'officiers toujours versés dans le penchant sombre de la magie, comme pour mieux fuir l'horreur de leur propre vie.

Ce furent là que naquirent ses premiers Un-men. Des créatures d'abord débiles mais qui surent faire quelques pas, puis des tâches simple : creuser un trou, dérouler un barbelé... Ses officiers voulurent révéler ces découvertes à leur commandement, mais l'année 1917 s'avançait et le spectre de la défaite provoqua de graves troubles dans les tranchés. Tous les officiers furent abattus un soir de pleine lune. Sauf Anton. La tranchée, les rapports des tribunaux furent formels, avait sombré le temps d'une poignée d'heure dans l'hystérie. Certains enquêteurs parlèrent de symboles gravés dans le bois de poutres de soutènements des baraquements ; le chirurgien de l'unité, le lieutenant Arcane, parla de vols dans la réserve de calmants. Des soldats, exténués, parlaient du spectre de Verdun et de ses chariots de sang qui vont et viennent à l'arrière. Folie, fatigue, propagande Rouge, tout cela poussa à une purge sévère parmi les sous-officiers et les soldats.

Puis 1918 et la fin du rêve.

La chute des Empires, la fin d'une armée, la fin d'une carrière. L'Europe plongea dans l'oubli. Arcane, las, sujet à la méfiance des nouvelles autorités de Weimar qui ne voyaient pas d'un bon œil un noble Roumain parmi ses officiers quitta cette Terre d'accueil pour la nouvelle puissance émergente : les États-Unis d'Amérique.

Années folles, fantasques, prises entre la fête éternelle et la dévotion béate. Anton se retrouva rapidement pris dans la clandestinité de la prohibition, pénétrant le domaine interdit niché au cœur du puritanisme chrétien. Là il retomba dans l'occultisme de bas étage. Découvrir les pratiquants de messes noires innocentes lui donnait envie de vomir. Ces gens qui baragouinaient sans prononcer correctement leur litanies ne méritaient pas le titre de Grands Maîtres ou Archontes de la Fin des Temps.

Il leur montra donc ce qu'étaient les puissances qu'ils parodiaient lamentablement.

Il arracha lors d'une cérémonies leurs âmes et les abandonna avant de les maudire pour l'éternité. Avec le recul, Anton trouva se comportement ridicule, il aurait dû, songea-t-il, les enfermer et les utiliser comme matière première plutôt que de les gaspiller. Mais cela lui fit tellement plaisir sur le moment... Ressentir de nouveau l'étreinte morbide des forces ténébreuses revoir à l’œuvre ses noires capacités fut pour lui une libération dans un monde qui le répugnait chaque jour d'avantage. Voir la fin d'une époque, celle des Empires, celle de l'Europe triomphante, être le témoin de la chute de ce qui avait toujours été, voir la décadence des mœurs avec ces femmes qui se dévergondaient comme des parisiennes. Tout cela lui fit comprendre que le temps passait et qu'il n'épargnait personne. Changement pour le mieux, des changements qui allaient en son sens et il désirait plus que jamais n'en rater aucune gorgée.

Lui-même vieillissait. Lui-même voyait ses quarante années approcher inéluctablement et laisser sur lui leur emprunte malveillante. Rides, cheveux qui blanchissaient. Son corps commençait à lui lancer des signes. Les grandes années de sa vie cependant arrivaient.

1931.

Contacté par une vieille connaissance de guerre, Anton fut rappelé en Allemagne où il revint volontiers. Weimar agonisait.

La montée d'une nouvelle formation politique qui se voulait la plus représentative possible des héros de la guerre 14-18 trouvèrent en Anton l'image d'un officier-médecin dévoué qui offrit une belle impulsion en Saxe d'où la majorité de son ancien régiment provenait. Encore aujourd'hui, l'on pouvait admirer la photographie d'un Anton Arcane rayonnant aux côté d'un homme que l'Humanité apprendrait à haïr, tous deux devant une large croix gammée dans le dos.

Le scientifique avait trouvé en ce leader sorti de nulle part une proie facile aux ambitions les plus folles. C'était une âme perdue entre le rêve et la réalité, le genre qu'il avait maintes fois croisées lors de cérémonies odieuses. Celles des êtres fragiles et manipulables.

Les victoires électorales passées, Anton obtint un poste de chirurgien chef à l'hôpital de Berlin. Il n'était pas un nazi de la première heure, n'avait pas grand chose à faire de la politique, mais il nourrissait un dessein qui intéressait les hauts dignitaires : exploiter l'occultisme et la magie pour atteindre l'immortalité. La plupart de ces hommes, pétris d'un mélange de peur et de narcissisme ne furent pas difficile à convaincre et les sous-sols de l'hôpital devinrent ses nouveaux lieux d'expérimentation. Hélas, la matière manquait et les autorités, si elles étaient derrière lui n'agissaient pas énergiquement pour l'alimenter. Qu'importait, une guerre suffirait pour relancer un abattoir son service. Cela tombait bien, le couloir de Dantzig était un prétexte parfait.

Vint alors la seconde guerre mondiale. Anton resta à Berlin où ses recherches étaient classées secret avant d'embarquer en 1941 pour l’Égypte avec l'Afrikakorps de Rommel où il participa à l'excavation et l'exploitation d'artefacts magiques. Il soutint les forces expéditionnaires en réanimant des morts dans le plus grand secret avec l'approbation de la hiérarchie militaire. Tout se passait pour le mieux. Si tant est que le Désert fut capricieux.

Rappelé en 1943 en même temps que le général après la bataille de Kesserine avec un maximum de matériel pillé, Anton refusa de retrouver Berlin, considérant que l'hôpital n'était pas à même d'être bien ravitaillé. Il travailla avec un ingénieur nommé Eichmann pour faciliter son travail et on l'envoya en Pologne, dans un casernement nouvelle génération qui voyait arriver chaque jour des trains de marchandises humaines. Son mot d'ordre : créer les aryens parfaits pour y transférer l'âme des dignitaires du IIIème Reich et soutenir leur cause. Arcane n'envisageait pas d'offrir à ces hommes décrépis la moindre chance, mais l'occasion était trop belle de peaufiner ses dernières recherches. Ce camp n'apparut jamais sur les cartes, les lignes de chemin de fer qui y menaient ne furent jamais dévoilées et finirent détruits en 1945. Le Geisterlager (ou camp Fantôme) comme l'appelèrent les soldats chargés de son ravitaillement était entouré du secret le plus total. Anton ne s'entoura d'abord que de SS fidèles parmi les fidèles avant de les remplacer et les recycler en Un-Men.

Là eut lieu sans doute l'abandon le plus total de toute Humanité. Pas d'archive autre que la mémoire d'Anton. Pas de trace. Et un soir, alors que la défaite devenait imminente pour l'Axe, tout fut balayé. Du camp rien ne resta. On parla d'une immense lumière, d'un vent et de nuage violacés puis plus rien. Son médecin chef Arcane disparut corps et âme.

Un homme d'une cinquantaine d'années passa cependant quelques jours plus tard en Suisse dans l'indifférence générale, de là il parvint en France et d'un navire il rejoignit la Louisiane où il s'installerait dans les ruines d'un vieux fort.

Entouré de Un-men qu'il composa depuis quelques braconniers qui se perdaient dans les environs de sa demeure, il chercha. L'âge le frappait mais rien n'y faisait, il ne comptait pas abandonner.

Le sang de vierge, la distillation de corps humains, les recettes alchimiques les plus complexes. Au mieux gagnait-il une poignée d'année. Au mieux retardait-il l'inévitable. Il nourrit alors une haine incommensurable pour les formes de vie plus jeune, plus agile, plus vive que lui, plus vivante en somme. Elles le dégoûtaient dans leur consommation anarchique et inutile du temps qui leur était offert. Tout ce temps gaspillé dans le futile... Tout ce temps qui pourrait être sien et qu'il saurait employer... Il les tuerait tous ces dégénérés... il les tuerait...

Jusqu'au jour où enfin il découvrit la solution ! L'ultime solution, celle qui lui offrirait tout le temps dont il avait besoin ! Depuis un artefact troué en Égypte, ce dernier put déceler la présence d'une entité élémentaire dont la vitalité lui offrirait toute les espérances.

Dans les marécages de Louisiane, au cœur même des légendes et des mythes primordiaux, alors que les concepts de Verts et de Rouges n'étaient que des vues de l'esprit, régnait une forme élémentaire dont la vie ne devait avoir de fin. Cette découverte, enthousiasmante, devint son objectif. Il devait retrouver ce que les légendes nommaient la Swamp Thing, incarnation parfaite et inaltérable de la vie.

Cette quête le mena jusqu'à Allec Holland, un scientifique décédé qui était devenu malgré lui cette incarnation. Ses recherches lui apprirent comment transférer la puissance élémentaire en offrant une nouvelle vie à son porteur, la clef de sa délivrance ! Il enjôla Swamp Thing et lui offrit l'opportunité unique de retrouver la vie qu'il avait perdue. Mais Swamp Thing comprit rapidement quel monstre d'amoralité se cachait derrière Anton et parvint à le défaire en détruisant son corps.

De l'ascension à la chute.

Brisé, agonisant, Anton crut sa dernière heure arrivée si ces Un-Men n'entreprirent pas de le ranimer pour ne pas perdre leur créateur. Réincarné dans un corps rapiécé, il mûrit une vengeance à l'encontre du docteur Holland, mais il échoua. Malgré la sauvagerie, la préparation, la violence et la cruauté de ses assauts, Swamp Thing parvint toujours à le battre.

Mais cette deuxième défaite fut une nouvelle renaissance pour le génial scientifique. Son corps, trop endommagé, décéda.

C'est alors que dans le tissu de la vie végétale et animale s'infiltra une troisième force. Celle de la décrépitude et du flétrissement : le Rot. Entre Vert et Rouge, cette entité représentait le lien indissociable entre la vie et la mort. La faculté du pourrissement était une nécessité pour que Vert puissent vivre et Rouge s'équilibrer harmonieusement. Et si tous deux avaient leurs avatars, Rot n'avait pas encore incarné le sien. Ce fut l'heure.

Cette incompréhensible volonté désigna le corps pourrissant d'Anton pour porter ses couleurs et son message au monde : Tout Pourri.

Mais Anton comprit : tout meure et ce qui meure se décompose.

Revivant avec de nouveaux pouvoirs mais un lien qui lui paraissait être une chaîne avec cette indicible entité, le docteur Arcane décida de profiter de ses nouveaux dons pour servir dans un premier temps le Rot et se venger de Swamp Thing. Cette querelle qui tournait à l'obsession tant Anton ne pouvait accepter de voir le gâchis que représentait les dons de Swamp Thing entre les mains d'un gardien aussi faible et pathétique le conduit droit à la pire défaite de sa vie...

En tant qu'Avatar de Rot, ce dernier disposait d'un pouvoir de régénération qui obligea Swamp Thing a faire plus que le disloquer dans ses marécages : il dû le bannir en Enfer.

Immortel enchaîné à une force surnaturelle et prisonnier des enfer, Anton cru subir mille tourments. Au lieu de cela, sa noirceur, le malheur dont il fut le coupable pour ses seuls intérêts le portèrent au grade de Démon. De prisonnier à résident, le scientifique exulta mais restait sur un plan, loin de la Terre, loin d'une réalité qu'il rêvait de pervertir à son avantage. Vivre éternellement, sans entrave et répandre enfin une mort dûment méritée à cette Humanité déclinante, tel était son rêve.

Famille : Josip Arcane (père, décédé) ; Anaïs Arcane (Mère, décédée), Comte Gregori Arcane (frère décédé), Anise Arcane (belle-soeur décédée), Aniela Arcane (soeur décédée), Abigail Arcane (nièce).
Alliés : Ses Un-men, Patchwork-Man (Grigori Arcane), quelques alliances de circonstances.
Ennemis : Justiciers, Super-héros mais Swamp Thing avant tout !

Pouvoirs/Capacités/Équipements/Relations :

Pouvoirs et capacités:


  • Anton est un esprit vif et calculateur. Intelligent, manipulateur, sans scrupule, il est toujours à l'affut d'une opportunité pour semer l'horreur et la mort. Scientifique génial il mélange allègrement sa Science et la Magie Noire pour atteindre ses objectifs personnels ;
  • Devenu un Avatar semi-démoniaque, Anton dispose d'une force surnaturelle et d'une bonne endurance ;
  • Les pouvoirs d'Anton sont tous liés à la magie noire (via une Puissance Sombre) et notamment à celle de The Rot qui lui offre la possibilité de manipuler la pourriture et d'accélérer la décrépitude des êtres vivants. En dehors de ces éléments qui forment des "capacités de combat rapides", Anton est surtout un ritualiste. Sa nécromancie notamment exige de lui de soigneux préparatifs pour que les corps puissent tenir longtemps (préparation de corps, dessins occultes, sorts, etc.). Dernièrement, ce dernier a mis au point un rituel de transfert de chair lui permettant de se revêtir de la peau d'une victime écorchée par ses soins (mais qui se désagrège s'il doit utiliser sa magie, l'enveloppe étant trop fragile) ;
  • En tant qu'Avatar de Rot, Anton dispose d'un pouvoir de régénération.


Equipements:

  • Aucun équipement particulier. Anton use essentiellement de ses propres dons, mais n'est pas rebuter par l'utilisation d'artefacts au besoin.


Relations :

  • Ennemi mortel de Swamp Thing.
  • A créé Patchwork-Man.


Faiblesses :


  • Peur de la mort ;
  • Peut être tué (s'il meurt, il retourne en enfer, mais il peut souffrir de blessures graves, craint le feu, la noyade, la décapitation, bref, tous les procédés qu'un mortel peut craindre) ;
  • Anton est un être magique très puissant mais cela implique qu'il laisse une trace magique très importante lorsqu'il réalise rituels, sorts et autres manipulations magiques ;
  • Obsédé par sa vengeance envers Swamp Thing qu'il espère bien un jour absorber ;
  • Anton ne sait pas voler et ne peut survivre dans l'espace ;
  • Arcane dirige mais n'obéit pas, ce dernier est trop orgueilleux et trop puissant pour accepter des ordres d'un autre, sauf si cela est à son avantage et qu'il peut rapidement doubler son ou ses partenaires.



Hors Jeu

Disponibilités et rythme de réponse : Au moins une fois par semaine.

Pourquoi avez-vous choisi ce personnage ? J'avais envie de changer en abordant le thème de la magie dans DC comics mais avec un super-vilain (toujours). Je me suis d'ailleurs permis de ne pas trop détailler la partie Comics du personnage (comme souvent dans mes fiches d'ailleurs...) pour laisser plus de liberté si des joueurs veulent jouer Abigail Holland, Patchwork-Man ou Swamp Thing. J'ai d'ailleurs réécrit l'histoire de la famille Arcane. J'espère que la fiche sera plaisante à lire.

Avez-vous lu le règlement et approuvez-vous tous les points ? Oui. Je tacherais d'ailleurs de ne jamais sombrer dans l'aspect gore que ce personnage porte avec lui. L'univers de Swamp Thing aime l'organique jusqu'au bout, mais Anton reste l'un des plus borderline de l'univers jouable.

Comment êtes-vous venu ici ? Revenant du forum (ex-Weather Wizard, ex-Drury Walker, ex-Mister Mind), encouragé par Mister Miracle Wink Pardonnez ma dernière disparition (j'ai fait passer le message initialement par Mister Miracle mais je préfère le réitérer ici).
Revenir en haut Aller en bas
Mister Miracle
Mister Miracle
Admin
Inscription : 29/06/2014
Messages : 13916
DC : Bruce Wayne ; Ray Palmer ; Dr Fate ; Kalel.
Situation : Exilé. Déshérité. Déshonoré. Divorcé.
Localisations : En pleine évasion.
Anton Arcane 386562Rien
Anton Arcane 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Jeu 18 Avr 2019 - 11:38
Quel plaisir de te voir ici ! Quelle agréable fiche ! Very Happy
Je suppose qu'elle est terminée, elle sonnait comme telle à la lecture. Je me suis bien amusé à te lire, c'est avec plaisir que je te donne ta première validation !
Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Anton Arcane
Anton Arcane
Super-Vilains
Inscription : 13/04/2019
Messages : 194
DC : Per Degaton
Situation : En enfer
Localisations : Louisiane

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Jeu 18 Avr 2019 - 12:16
Je te remercie ^^.

Effectivement, la fiche est terminée j'ai omis de l'indiquer. J'espère avoir été fidèle au personnage préalablement utilisé en PNJ Wink
Revenir en haut Aller en bas
Stephanie Brown/Batwoman
Stephanie Brown/Batwoman
Admin
Inscription : 27/03/2018
Messages : 1565
DC : Patty Spivot, Garfield Logan, Carter Hall, Tula
Situation : Aux prises avec des Bat-Vilains
Localisations : Gotham
Groupes : Batfamily
Batfamily

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Jeu 18 Avr 2019 - 13:00
Bienvenue Arcane ! Je n'ai rien à redire à ce qu'à dit Mister Miracle, très belle fiche concise et qui présente bien ce personnage. Tu le connais bien ou tu as bien potassé les fiches et les comics Laughing Je te donne donc ta seconde validation. Tu peux à présent rejoindre le rp et faire ce que les vilains savent faire mieux Razz
Tu connais la maison, pas besoin que je te fasse le topo ^^


Anton Arcane Bargir13
Revenir en haut Aller en bas
Hal Jordan /Green Lantern
Hal Jordan /Green Lantern
Super-Héros
Inscription : 16/01/2018
Messages : 894
DC : Wesley Dodds / Sandman, Silver Banshee, Zinda Blake/ Blackhawk, Polaris
Situation : Bien décidé a retrouver le Lantern Stewart
Localisations : Hall Of Justice
JLA
Anton Arcane 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Jeu 18 Avr 2019 - 13:05
Bienvenue et à bientôt Very Happy


Anton Arcane Rco02112
Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t6136-fiche-rp-de-hal-jordan-silver-bansh
Conner Kent
Conner Kent
Admin
Inscription : 05/12/2016
Messages : 4469
DC : Ra's Al Ghul.
Situation : Enragé.
Localisations : Coast City.
JLD
Anton Arcane 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Jeu 18 Avr 2019 - 17:58
Bon retour et bon jeu !


« with blood and rage of crimson red
ripped from a corpse so freshly dead
Anton Arcane 1572240047-conner-signature-rl
together with our hellish hate
we'll burn you all - that is your fate !
»
Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t4444-superboy-rebirth http://dc-earth.fra.co/t4287-superboy-i-m-no-superman
Anton Arcane
Anton Arcane
Super-Vilains
Inscription : 13/04/2019
Messages : 194
DC : Per Degaton
Situation : En enfer
Localisations : Louisiane

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Jeu 18 Avr 2019 - 22:17
Merci à vous tous !

Batgirl > je pencherais pour « potasser les fiches «  Razz et puisque le SVM est lancé autant commencer par là !
Revenir en haut Aller en bas
Jackson Hyde / Aqualad II
Jackson Hyde / Aqualad II
Super-Héros
Inscription : 03/12/2018
Messages : 210
DC : Black Adam
Situation : Membre de la SSE
Localisations : L'Océan
Secret Society

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Jeu 18 Avr 2019 - 22:41
Bienvenu à toi cher vilain !

La vilainie sur ce forum remonte, bientôt on sera plus nombreux que les Super-Héros Laughing
Revenir en haut Aller en bas
King Penguin
King Penguin
Modérateurs
Inscription : 30/12/2018
Messages : 318
Situation : C’est officiel. Oswald Chesterfield Cobblepot est désormais le Maire de Gotham. Et sa première décision n'est d'autre que de réhabiliter Edward Nygma alias l'Homme-Mystère. Et de rendre hors-la-loi les soi-disant "justiciers"...
Localisations : L'Iceberg Lounge

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Jeu 18 Avr 2019 - 23:43
Rebienvenue à toi !

Encore un vilain ! Je sens qu'on va s'amuser eheh.

Cordialement,
Oswald Chesterfield Cobblepott


Anton Arcane Iwqoze10

"Lorsqu'on les pousse à se battre les attaques des Pingouins sont rapides et décisives...
et j'ai juré qu'un jour, les miennes le seraient aussi."

Merci à Conner pour la signature ^^
Revenir en haut Aller en bas
Mary Batson/Mary Marvel
Mary Batson/Mary Marvel
Super-Héros
Inscription : 16/12/2018
Messages : 475
DC : M'gann M'orzz & Manhunter & Queen Clea
Situation : Mary a perdue ses pouvoirs depuis la destruction du Rocher d'Eternité.
Localisations : Fawcett City
Groupes : Anciennement Shadowpact. Actuelleement Titans et JSA.
New Titans
Shadowpact
JSA

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Ven 19 Avr 2019 - 0:50
Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy AAAAAAAHHHHHHH Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Ma plume comique préférée des forums rps ! Quel immense plaisir de te revoir !

Et dans un style terrifiant... affraid


Je te souhaite bonne et longue inspiration !
Revenir en haut Aller en bas
Anton Arcane
Anton Arcane
Super-Vilains
Inscription : 13/04/2019
Messages : 194
DC : Per Degaton
Situation : En enfer
Localisations : Louisiane

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Ven 19 Avr 2019 - 13:47
Merci beaucoup à vous tous ^^

Mary > Oui, ça change de Drury et Shreck, faut pas que je mélange les styles Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Anton Arcane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Anton Hansen TAMMSAARE (Estonie)
» L'Arcane des Epées
» Tarot de l'ange liberté
» La magie des arcanes.
» Galerie de Kasumi/Misty/Ondy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: Plateforme joueurs :: Présentations :: Présentations validées-