[Castle Broen] Entre Deux Mondes

Anton Arcane
Anton Arcane
Super-Vilains
Inscription : 13/04/2019
Messages : 232
DC : Per Degaton
Situation : En enfer
Localisations : Louisiane

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Ven 31 Mai 2019 - 11:31
Les doigts largement écartés, les tendons tendus sous une peau tannée par les terrifiants tourments de l'enfer, la main d'Anton se tournait et se retournait sous le regard attentif de son propriétaire. Le temps... Il était l'incarnation de Rot, son avatar sur cette Terre dans une guerre contre les Rouges et les Verts et l'infâmie que représentait leur vie. Ses ongles à la dureté de la pierre ne poussaient plus guère et restaient inlassablement à la même longueur. Une bénédiction. Le temps s'était arrêté pour eux. Devenu semi-démon, élevé à cette gratification par une vie de démence sauvage et de violence irrépressible, le docteur n'était plus réellement mortel, mais il n'était pas encore immortel. Son décès sur cette Terre l'enverrait en Enfer, mais d'autres démons pouvaient le détruire, l'anéantir...

Sa main se tourna vers une paume déséchée où les lignes disparaissaient. Seule se tenait toujours visible celle de vie qu'il traçait régulièrement avec la pointe effilée d'un couteau. Tant qu'elle était là, il y avait toujours une vie...

La chaise qui soutenait son corps craqua légèrement. Sur la table qui se tenait à sa droite, une tablette électronique achevait de télécharger une série de vidéos.

Sa main se referma sur l'objet alors que le sang de la balafre de vie suintait encore.

Il glissa un doigt dont la pulpe n'était plus et lança la première de la série. Encore.

"Des évènements impressionants..."

Il accéléra plus loin d'une simple pression.

"...Fawcett City est en plein chaos..."

Encore une.

"On y voit le docteur Sivannah, oui, je confirme..."

Encore.

"Le nouveau gel douche..."

Maudites publicités... Plus loin maintenant.

"... Mind, accompagné de Capitain Nazi ..."

De bons souvenirs, soupira-t-il intérieurement.

"... Sobek je crois et... Ah..."

Puis il continua.

"On dirait que Black Adam, oui, je confirme. Avec... attendez... une... oui, on dirait une luchadores Mexicaine qui... elle vient de disparaître et... Elle affronte Capitaine Nazi, une nouvelle héroïne ? Mesdames et Messieurs c'est..."

Il appuya sur la barre de défilement de la vidéo et repartit en arrière tandis que les images faisaient apparaître la silhouette indistincte d'une créature spectrale.

"...une luchadores Mexicaine qui... elle vient de di..."

Retour en arrière. L'image n'était pas très probante mais cette disparition...

"...luchadores Mexicaine..."

Puis il réaccéléra le documentaire. Plus rien ici. Il alla ensuite sur les enregistrements amateurs de la scène fait par des habitants proches.

"'tain. Les gars c'est trop cool ! Y'a même Miss Marvel. Ch'uis trop amoureux les mecs ! Hey ! Matez la meuf avec son maquillage !"

Réapparue la silhouette noire. Dématérialisation. Entité spectrale vu les volutes qui accompagnent ses déplacements. Puis le cri. Le portable d'enregistrement avait visiblement perdu en stabilité lorsque le son strident avait déchiré la scène.

Une autre vidéo. Et encore une. Chaque fois un autre angle, une nouvelle définition, d'autres commentaires ineptes. Tantôt des "spécialistes" sur des plateaux télé essayaient de mettre des noms sur chaque protagoniste en allant à chaque fois de leur analyse. Le Rocher, disaient certains était une roche extraterrestre, d'autres prédisaient la fin des temps. Les plus calmes parlaient d'une puissance magique insoupçonnée.

" Le plus étrange", fit l'un d'eux au détour d'une vidéo, "sont ces drôles de zombies. L'un d'eux, d'après un enregistrement amateur qui a tenu, aurait emporté un fragment de pierre. La question est : qui est son maître ? Où est-il allé ensuite ? Un nécromant en Amérique serait une bien terrible chose, surtout avec les incursions démoniaques qui se multiplient."

Au temps pour Anton qui devenait par la stupidité humaine un zombie parmi tant d'autres. Il ne put réprimer une mou de dégoût. Pauvre imbécile.

Toujours était-il que cette créature visiblement infernale ou maudite avait agi pour son intérêt en récupérant un fragment. Elle avait agressé un Nazi et l'étrange ver d'oreille. Héroïne ? Criminelle ? Difficile à dire, d'autant que les forums de discussions qu'Arcane avait écumé n'en disaient pas grand chose. Il y avait bien deux/trois illuminés qui alimentaient un blog avec des images suggestives de la créature, sans doute par déviance ou triste désespérance de leur propre solitude ; les autres restaient focalisés sur Black Adam, Sivannah et tous les autres criminels de grande renommée, voire les justiciers qui avaient débarqués et dont Anton avait dressé une liste complète. Pas question de les laisser en paix ceux-là. Le transformiste aurait sa part de souffrances. Il ne devait cependant pas s'égarer.

Cri puissant, dématérialisation... Ces éléments tournaient et retournaient dans la tête de l'occultiste. Visage de mort. Allure noire et blanche. Créature infernale ? Créature Maudite ? Créature libérée ? Incarnée ? Avait-elle été invoquée ? Autant d'éléments dimensionnant pour un sortilège de recherche.

Et il voulait trouver cette créature. Puissante, visiblement maléfique bien que dotée d'une certaine codification morale, elle serait une alliée de choix. Encore fallait-il la trouver...

Anton jouait avec le fragment de Roche tandis qu'il réfléchissait. Puis il ferma les paupières en se trouvant bête. Il avait la réponse sous les yeux...

Le Rocher d'Eternité était une véritable source d'énergie marquante. Quiconque avait un fragment avait logiquement une emprunte magique qui permettait d'affiner n'importe quel sort de détection à qui le portait. Fait embêtant cependant, la nature de la Roche empêchait de stabiliser un sortilège de ce type. Il fallait parier que la créature qu'il recherchait sentirait le sort de détection et la noirceur qui l'envelopperait. Anton allait utiliser ce qu'il avait sous le main dans cette masure de banlieue, à savoir : un mendiant ligoté et un dealer de drogue qui s'était caché de la police et dont le crâne contusionné l'empêchait d'être conscient de sa piètre situation ni de l'usage que l'on faisait de sa tablette électronique.

Bien. Il fallait maintenant choisir parmi les sortilèges de recherche qu'il connaissait. L'allure morbide de la créature faisait plutôt penser à une réanimation, mais les pouvoirs qu'elle possédait impliquait ou un puissant nécromancien ou une intégration d'artefact dans ses entrailles. Complexe. Très complexe. Trop sans doute. Infernale ? Hum...

Il pourrait demander à des démons mineurs, mais il préférait rester discret avec eux pour le moment et il n'avait pas assez d'âmes à échanger. Les démons ont un style beaucoup plus direct cependant.

Il fallait bien tenter quelque chose.

Prisme dessiné au sol avec un vieux marqueur. On y fait glisser le cadavre de l'ivrogne. On le saigne. On dépose le fragment de Roche. Quelques paroles. Et rien.

Donc, pas démoniaque. Ce n'est au moins pas une concurrente.

Alors va pour maudite, se dit l'occultiste en traçant un dodécagone. On y traîne le dealer. On le saigne. On dépose le frament de Roche. Quelques paroles. Et...

Soudain un flash. Une île au coeur d'un mer froide et déchaînée. Une brume épaisse dans des ruines d'un vieux château dévoré par le temps. Puis la vision d'une carte du monde, vieille, telle celle qu'il usait pendant la seconde guerre mondiale pour voir avec l'état-major du troisième reich les dispositions de l'Axe. Irlande... Ecosse... Soudain la vision fugace du visage de la créature.

Anton ouvrit les yeux et prononça les paroles pour couper le sort.

Elle ne serait pas surprise de le voir débarquer...

Il se saisit de sa roche alors que les connaissances de son rituel se gravaient en lui. Il se frotta le visage. Il lui fallait un portail maintenant. Il ne pouvait décemment pas s'offrir le luxe d'un voyage en première classe.

Il mit au moins quatre heures à dessiner soigneusement le portail qui lui permettrait de se rendre sur cette île. Pas question d'aller dans le château, trop de souvenirs, trop d'interférences pouvaient le projeter "ailleurs".

Une ombre passa rapidement derrière lui. Anton se tourna et entendit un rire. Etrange. Un rire qu'il connaissait. Un rire dont il se rappelait. Il fronça les sourcils et se reconcentra sur son travail. Il fallait espérer que la créature soit encore là-bas, au pire il y trouverait de quoi la rechercher et la comprendre.

S'ouvrant l'avant-bras droit avec son couteau, Anton y glissa son fragment de roche et referma la plaie avec l'aide de quelques symboles cabalistiques.

Le coeur du dealer dûment extrait, le docteur Arcane prononça des paroles oubliées des hommes. Il plaqua l'organe encore chaud contre son dessin et fit un large cercle avec.

- Vrezek.

Les lignes qu'il avait dessinées commencèrent à ronger le mur de béton en exhalant une odeur infecte. Les interstices s'illuminèrent et la matière se désagrégea. Un vent iodé envahi le local. Les bruits lointains de la mer, le vent dans une végétation éparse. Des indices encourageants.

Il traversa le portail et découvrit alors l'île qui soutenait l'imposante silhouette terrassée de Castle Broen. Depuis un promontoire rocheux, Anton pouvait embrasser un panorama dont la tristesse alliait au sublime.

La journée déclinait et le Soleil, semblable à une marée fatiguée, se retirait lentement. La mer léchait une plage morne que la végétation dévorait langoureusement. Quelques récifs proches criaient leur douleur d'être battus par des lames salines poussée par des vents du Nord, l'écho de leur funeste plainte n'étant plus qu'un violent souffle désespéré aux oreilles de l'occultiste.

La terre était humide, iodée. La végétation craquait sous les pieds nus. Du lichen brunâtre recouvrait les roches, la mousse escaladait l'écorce. Bruyère et herbes folles se déchaînaient dans une guerre que le sifflement du vent animait.

La pénombre était si liquide qu'elle mélangeait les dégradés pour n'en faire que des déclinaisons de noir à peine teinté et donnait aux pierres de calcaire blanc un aspect fongoïde surnaturel. Des anciens sentiers qui reliaient le château aux plages ne restaient que d'étranges sillons que seul un oeil aguerri pouvaient déceler.

Anton avait arpenté tant de paysages désolés pour ses recherches qu'il pouvait presque deviner sous l'herbe noirâtre les vieux pavés qui bordaient les chemins de terre.

Il prit une profonde inspiration salée et entreprit de s'approcher du dernier lieu de cette île, de ce château aux airs de mausolée. Seule piste pour aller discourir avec la représentante de l'autre monde...
Revenir en haut Aller en bas
Silver Banshee
Silver Banshee
Super-Vilains
Inscription : 06/05/2018
Messages : 597
DC : Hal Jordan; Wesley Dodds / Sandman, Zinda Blake/ Blackhawk, Polaris
Localisations : Metropolis

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Ven 31 Mai 2019 - 21:48
Spoiler:
 




La magie du sang avait œuvré pour dévoiler à Anton où elle se trouvait. Comme dans une projection astrale il avait pu la voir sans que la noirceur de l’intrus détonne avec l’énergie émanant de la cave de la demeure ancestrale des McDougal. Elle ne portait pas de morceau du rocher d’éternité sur elle et pourtant il se diffusait toujours un quelque chose de ce qui fut brisé à Fawcett City. Créature de magie elle avait emmagasinée un pouvoir tel une pile, et le perdrait progressivement jusqu’à sa disparition totale.

Elle aussi l’avait vu mais sans parvenir à percevoir d’où il la regardait. Si çà avait été le cas il n’aurait pas fallu longtemps pour qu’elle le rejoigne et la colère étant mauvaise conseillère, peut être que toute la sagesse de Salomon n’aurait pas suffi à empêcher une confrontation là où se trouvait le nécromancien. Qui ose entrer en sa demeure, sous quelque forme que ce soit?

Avançant entre les vieilles pierres de son château elle repensait à ce visage et à où elle l’avait vu. Dans la presse qu'elle avait grandement consultée depuis peu. C’était ce Nécromancien qui était intervenu à Fawcett City, l’un de ceux qui comme elle avait voulu saisir l’opportunité de l’attaque de la société de Sivana pour grappiller du pouvoir. Mais elle ignorait tout de ses origines, de ses relations. S'agissait il de l’un des lieutenants de Satanus ou Lady Blaze en quête de vengeance? Pour quelle autre raison l’espionnerait il après tout. Voulait il dresser la liste de ceux qui avaient récupérés des pouvoirs de Shazam et voler leurs pierres respectives, augmenter par là progressivement ses propres pouvoirs?

Elle grimaça. Elle n’avait pas de pierre sur elle mais attirait tout de même de la convoitise, savait il au moins ce qu’il risquait? Toute à sa paranoïa elle s'arrêta de ruminer une contre attaque pour envisager une autre hypothèse. Peut être voulait il seulement la trouver pour parler, faire alliance. Des démons majeurs laissaient une place vacante dans les enfers peut être qu’un démon mineur voulait en profiter pour s’imposer dans l’un d’eux. Mais elle garderait cette hypothèse comme secondaire car si le crime est un milieu dur, c’est sans commune mesure avec les sévices que sont capable de s’infliger des créatures infernales en quête de pouvoir.

Lorsqu’Anton Arcane utilisa un portail pour arriver sur la petite île de la banshee une flopée d’oiseaux marins s’envolèrent effrayés par son apparence pour aller crier “Un étranger!” autour de la ruine. Parlant et comprenant la langue du monde animal la légende Gaélique disparu alors pour réapparaître quatre ou cinq mettre devant Anton alors que celui ci était proche de la grande porte du château.

Le visage de Siobhan Mcdougall avait une apparence horrifique matérialisant la noirceur de ses intentions tournant globalement autour du fait de détruire les oreilles de l’arrivant et le jeter de la falaise. La forme de son visage s'était déformée pour laisser apparaître des dents acérées et une longue langue claqua dans l’air. Les yeux remplis de Lumière magique le spectre se délectait d’avance de donner la mort et Siobhan se laissait dominer par lui pour ne pas se montrer sous un jour faible. Car elle se savait trop sensible depuis peu, et les tendre dans ce monde d'horreurs putrides et de démons, on leur broie lentement le corps et l’esprit.


[Castle Broen] Entre Deux Mondes Sketch20


"Si tu viens pour un morceau du rocher d’éternité passes ton chemin car je n’en ai pas. Si tu viens t’en prendre à moi alors meurs."

Il y avait il d’autres raisons à sa venue, des raisons pacifiques? Le simple fait de montrer qu’elle l’avait envisagée serait déjà se montrer trop faible.

[Castle Broen] Entre Deux Mondes Sumbol15

Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t6136-fiche-rp-de-hal-jordan-silver-bansh
Anton Arcane
Anton Arcane
Super-Vilains
Inscription : 13/04/2019
Messages : 232
DC : Per Degaton
Situation : En enfer
Localisations : Louisiane

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Sam 1 Juin 2019 - 23:13
La végétation formait de nouveaux remparts pour l'ancienne forteresse dont la grande porte n'était plus que le souvenir de sa gloire flétrie. L'astre lunaire dont la morte surface réfléchissait de tristes rayons opalescents éclairait sporadiquement la progression du semi-démon au gré des lourds nuages qui glissaient devant lui. Il écartait sans sourciller les bas branchages et les intrications d'épineux qui osaient lui barrer la route. Parfois des oiseaux et des animaux remuaient dans les ténèbres.

Bientôt cependant, la randonnée d'Anton fut interrompue. L'apparition tant espérée eut lieu, mais pas comme prévue. La créature qui se posta devant lui avait le visage sculpté dans la sauvagerie et révélait des intentions belliqueuses. Le docteur recula, moins pas peur que par respect pour l'effort. Il était pour sa part moins spectaculaire dans ce domaine, préférant jouer avec sa proie jusqu'à ce qu'elle comprenne son erreur plutôt que de faire une débauche mélodramatique. Il fallait cependant l'admettre, sur cette entité, l'effet était admirable, un cas d'école élogieux.

- Je crains de vous décevoir, commença-t-il après les menaces de son interlocutrice. Ni la roche, ni votre mort ne m'intéressent réellement. Je suis toutefois surpris d'apprendre que vous ne possédez plus votre fragment. Trop gênant ?

Certes la quête des autres fragments du Rocher d'Eternité pouvait faire pencher la balance en faveur d'Anton, mais quel futur aimant à problème. Quel Sorcier, quelle ligue paranormale laisserait un démon avec une telle puissance ? Non, c'était prendre le risque de braquer trop de lumière sur lui. Pour l'instant... mais l'idée n'était pas rejetée totalement.

Quant à intenter à l'existence d'une créature encore inconnue, c'était manquer de clairvoyance. Et même s'il ne doutait pas de sa supériorité sur elle, il n'aimait pas les mauvaises surprises.

- Je ne doute pas une seule seconde de votre supériorité à mon égard, mentit-il, aussi n'ai-je rien à gagner à un affrontement. Surtout sur un terrain qui m'est largement défavorable.

Le docteur considéra qu'il était temps pour lui de montrer sa bonne foi en s'asseyant sur un rocher proche, dans une allure très décontractée. Il croisa les jambes avant de poser ses deux mains sur un genoux. Il prit une profonde inspiration tandis que les vents septentrionaux glaçaient lentement l'air du soir.

- Des présentations s'imposent je crois. Je suis l'Avatar de Rot sur cette Terre. Semi-démon de mon état.

La créature s'était immédiatement positionnée sur une pente hostile, il revenait à l'occultiste de ne pas jouer avec un feu dont il ne connaissait pas le tempérament, une approche directe aurait l'avantage de ne pas trop lui faire prendre de temps, mais aussi sans doute de se faire rembarrer sans possibilité de retour. Or les capacités de cette créature lui seraient infiniment précieuses. Mieux valait jouer sur la diplomatie.

- A qui ai-je l'honneur ? demanda-t-il le plus naturellement du monde. L'ancienne propriétaire de ces lieux ?

Il ponctua sa demande d'un mouvement du menton qui indiquait les ruines.
Revenir en haut Aller en bas
Silver Banshee
Silver Banshee
Super-Vilains
Inscription : 06/05/2018
Messages : 597
DC : Hal Jordan; Wesley Dodds / Sandman, Zinda Blake/ Blackhawk, Polaris
Localisations : Metropolis

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Dim 2 Juin 2019 - 12:07




Avec une attitude presque animale Siobhan était arrivée devant lui en montrant les crocs. Une méthode d’intimidation que nombre de grands prédateurs adoptaient malgré leur capacité à bondir sur leur proie sournoisement pour entamer le combat. L’avantage du terrain qui était le leur et l’effet surprise pesaient dans la balance, cela les combattants humains l’avaient compris.

Pourtant lorsqu’il s’agissait d’êtres de la même espèce ce type d’offensive sournoise devenait plus rare car la volonté de tuer disparaissait. Un tigre farouchement territorial n’avait pas pour but de tuer le rival qui s’aventurait sur son espace vital mais de le faire partir ou asseoir sa domination, et pour cela un jeu d’intimidation pouvait parfois suffire. Montrer ce dont on pourrait être capable plus que le mettre en pratique, cela tuait dans l’œuf tout effet de surprise et diminuait les chances de gagner le combat, au final. L’Homme avait passé ce cap, celui de vouloir faire fuir ou dominer. Il connaissait le meurtre et la guerre. Par bien des aspects il était capable d’intentions meurtrières bien plus grandes que tous les prédateurs vis à vis de leur propre espèce.

Aussi quand elle arriva face à l’étranger l’effet ne fut pas celui escompté car il n’eu pas peur, contrairement à quasiment tous ceux qui avaient tentés de venir ici. Il en fallait plus pour générer un stress chez lui, plus qu’une bête sauvage dans un corps humanoïde d’apparence fantomatique. Il répondait en indiquant qu’il n’était venu pour aucune des deux raisons qu’elle avait désignée et la banshee atterrissait doucement sur le sol pour l’écouter, observant toutes les parties visibles de son corps. Il n’avait pas peur non, utiliser la magie du sang pour visualiser l’intérieur de la demeure des Mcdougal avait mis en rogne Siobhan mais il semblait à l’aise avec cette idée et la questionnait.


"Après la mort de Mazahs je n’ai pas eue le temps d’aller en prendre un."

Il faisait preuve de diplomatie en la reconnaissant supérieure, c’était une stratégie demandant de ravaler de la fierté surtout quand on savait comme lui qu’on était en capacité de tenir tête. Elle ignorait autant de lui qu’il ignorait d’elle aussi restait elle méfiante car comme l’avait dit Baudelaire la plus belle ruse du diable était de vous faire croire qu’il n’existait pas.

Il se disait semi-démon et avatar du Rot, Silver Banshee avait commencée sa carrière criminelle en tuant des gens mais aussi volant des livres pour espérer guérir de sa malédiction. Beaucoup de livres occultes furent dérobés aux états unis et elle était tombée sur un petit peu tout est n’importe quoi. Elle avait lue des informations très superficielles sur les Forces de la Nature, et sans la sagesse de Salomon elle ne se serait pas rappelée de la mention dans ces textes de The Black.

Il restât calme et poli, faisant preuve d’une maîtrise de soit qui forçait le respect en lui demandant si elle était la propriétaire de la ruine. Le visage de Siobhan quitta enfin son apparence horrifique pour prendre un visage plus agréable et sans âge, avant de lui répondre.


"Ce château n’a pas été mien de mon vivant. Mais j’en suis bien l’héritière maintenant que mon clan a disparu."

Il aurait du l’être de son vivant si tout s’était bien passé. Mais cela aurait été trop simple. La lumière blanche quitta les yeux de Siobhan pour laisser place à des iris bleu-gris et sa chevelure retomba dans son dos pour arriver à ses mollets. Elle quittait sa position de combat partiellement rassurée sur les intentions du visiteur bien qu’elle resterait évidement sur ses gardes.

"Je suis Silver Banshee, avatar de rien du tout. Messagère et gardienne du Sidh."

Le visage neutre mais toujours emprunt d’une légère suspicion elle interrogeait Anton à son tour.

“Je me souviens que vous étiez à Fawcett City et que vous avez aidé à tuer le magicien d’une autre dimension avec l’un de vos compagnons. Pourquoi m’avez vous cherchée?”

C’était à son tour d’être intriguée car elle n’avait pas la moindre idée de la raison de sa venue.
[Castle Broen] Entre Deux Mondes Sumbol15

Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t6136-fiche-rp-de-hal-jordan-silver-bansh
Anton Arcane
Anton Arcane
Super-Vilains
Inscription : 13/04/2019
Messages : 232
DC : Per Degaton
Situation : En enfer
Localisations : Louisiane

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Lun 3 Juin 2019 - 8:12
Les neurones miroir formaient un socle d'intégration de la race humaine - ou ceux qui un jour en firent partie. Le docteur Anton fut heureux de les voir à l'oeuvre. En tant que nécromancien et occultiste qui mêlait science et magie, il était un homme curieux de tout et au fait des plus belles avancées. Parfois il se plaisait à se glisser dans la peau d'un quidam et aller écumer les conférences de neurologies ou de chirurgie, découvrir, connaître, accumuler et moduler pour ses sombres desseins ces nouvelles découvertes et cette technologie de pointe.

Face à lui, la bête se calmait et montrait un visage plus serein - enfin, moins agressif. Ou pour être tout à fait franc et honnête, elle s'adaptait. Face au calme, le calme. La réflexion pour affronter la réflexion. Au moins était-ce une créature cortiquée. Puis enfin, elle répondait. Voix délicieuse dont la spectralité surnaturelle passait par les oreilles pour atteindre l'esprit et le faire vibrer. De nombreuses créatures infernales aimaient graver leurs propos directement dans l'esprit, dans une sorte de mélange entre vocalisation et télépathie, c'était désagréable. Mais pas ici, heureusement.

Le brouhaha de la mer formait une enveloppe en cet instant, comme si les deux monstres, l'une par dépit, l'autre par nature, s'enfermaient dans une étrange bulle de considération réciproque.

- Je comprends, répondit-il à ses explications sur le fragment. Il n'est pas toujours aisé d'agir avec cette horde de "justiciers"...

Il cracha le mot tant il ne pouvait admettre la notion de "Justice". Lorsque l'on a participé à des rafles sur les âmes du purgatoire pour son intérêt propre, il est souvent difficile d'admettre que l'harmonie puisse venir d'un corpus de règles morales écrites ou non qu'une poignée absconse de créatures déguisées cherchaient à faire respecter. Certains d'entre eux avaient plongé sur les fragments pour en interdire l'accès. Comme c'était tragique. Eux n'en ferait rien ; sans doute les cacheraient-ils sans même les exploiter ou découvrir leurs secrets. Ils étaient d'abominables conservateurs sans ambition...

- ...enfin, pour le moment, soupira-t-il au terme de ses légères réflexions.

Puis il écouta la brève introduction du château. Voir ces pierres gigantesques et puissantes rongées par le temps rendait le docteur mélancolique. Le Temps, l'ennemi ultime. C'était un décors de mort. Les hommes se levaient et tombaient, leurs constructions s'effondraient, leur souvenir s'effaçait. Abomination. Comment une espèce qui évoluait aussi puissamment et avec tant de pistes à explorer pouvaient accepter de n'avoir comme ligne d'horizon qu'un enterrement et des chairs dévorées par les insectes ? Ceux qui l'acceptaient méritaient de pourrir.

Parlant, l'"héritière" redevint encore plus humaine. Elle avait un charme, des airs lointains d'une vieille connaissance. Sortilège, hasard ? Anton ne prit pas le temps d'aller plus loin dans ses interrogations. Elle se présentait. Silver Banshee.

Donc une Banshee. Créature maudite au cri perçant et mortel. "Entendre la Banshee et mourrir" disaient les plus anciens grimoires que l'occultiste avait lu sur la question. Il avait un jour voulu en créer une. Une petite, pas particulièrement puissante, avec une enfant lorsqu'il dirigeait un camp pendant la seconde guerre mondiale. Mais cela s'était révélé complexe sans offrir beaucoup de portes pour ses travaux sur ses Un-Men. Il devrait à l'occasion réévaluer ses positions et reprendre des études sur ces créatures, elles semblaient offrir de belles capacités de combat.

- Gardienne du Sidh ? répéta-t-il intrigué. Nul besoin d'être un Avatar avec une responsabilité comme celle-ci.

Gardienne d'une porte vers l'Autre Monde... Ce n'était pas une simple Banshee. Elle était la détentrice d'une puissance occulte qui dépassait de loin ce qu'Arcane avait en tête en venant ici. Une porte vers des esprits guerriers en quantité. Anton avait dû étudier les légendes celtiques et saxonnes à l'occasion de travaux pour le troisième reich qui recherchait la "pureté originelle de la magie aryenne" mais il n'avait pas pu explorer autant qu'il l'aurait voulu cette piste, ayant du se réorienter sur l'Egypte et ses mystères. Comme l'investissement lui aurait été présentement profitable. Elle était cependant une responsable. "Gardienne" n'était pas un simple mot, un simple titre. C'était un sacerdoce. Ce serait une excellente porte d'entrée pour son discours.

- Je suis flatté que vous ayez le souvenir de ma présence, reprit-il en jouant d'une humilité qui n'avait rien de candide. J'étais en effet à Fawcett City.

Il préférait ne pas trop en rajouter sur la question, s'il se vantait, il risquait de braquer ; s'il diminuait son influence sur les évènements, il diminuerait la portée de ses futures propositions en se donnant une position trop inférieure. Le trop est l'ennemi du bien, dit-on.

Puis Silver Banshee alla droit au but. Il fallait entrer dans son jeu, lui donner ce qu'elle voulait, en partie tout du moins.

- Oui, question légitime... débuta-t-il. Je suis ici car voyez-vous j'ai été admiratif de votre performance. Vous avez montré des talents très rares et une détermination qui rend honneur à un passé... chevaleresque, fit-il en regardant le château. Vous n'avez visiblement pas hérité que de pierres.

La flatterie n'était jamais qu'un moyen de connaitre son interlocutrice, peu subtile mais qui avait l'avantage de fixer quelque limites pour les échanges futurs.

- Je vous ai recherché car, voyez-vous, ce monde est dans un état déplorable, sur plus d'un plan. Une guerre fait rage en Enfer, une guerre comme nulle autre dans les annales infernales et cela se ressent ici-même. Incursions anarchiques, portails erratiques, tantôt des démons viennent, tantôt des créatures sauvages des contrées brûlantes débarquent. Et dans ce chaos de magie brut déstabilisant viennent s'ajouter des méta-humains et autres extraterrestres, expliqua-t-il avec sérieux.

Il soupira avant de reprendre.

- Du gâchis. Un gâchis complet. Cette planète est un carrefour magique et occulte des plus puissants pour qui peut le voir, le toucher ou l'utiliser. Mais il est bouleversé. Totalement. Nul ne peut réellement prévoir ce qu'il va en advenir avec un tel traitement. Les dimensions se font la guerre, libérant tant d'énergie que les effets de bords sont déjà incommensurables. Nous sommes face à des enfants qui jonglent avec l'avenir de ce monde dans un insouciance égoïste. qui peut dire ce qu'il en sortira ?

Il écarta les bras tandis qu'une bourrasque glacée balayait la côte pour ponctuer son court synopsis.

- Voilà la raison de ma présence ici. Vous êtes une force surnaturelle tenue dans cette réalité par le voile de magie qui l'anime. Cette situation ne tardera pas à avoir de tragiques répercussions et il est temps d'agir pour rétablir un semblant d'ordre. Je vous propose, Silver Banshee, de m'aider. Vous êtes talentueuse, visiblement débrouillarde et assez maligne pour ne pas tuer indistinctement, des traits précieux lorsque vient le temps de parler de l'avenir.

Il s'arrêta là. Pas de nécessité d'aller plus loin dans les détails tant qu'il ne saurait pas sa position vis-à-vis de son éclairage sur ses propres motivations et puis, elle n'avait pas forcément besoin de tout connaître des véritables intérêts d'Anton Arcane...
Revenir en haut Aller en bas
Silver Banshee
Silver Banshee
Super-Vilains
Inscription : 06/05/2018
Messages : 597
DC : Hal Jordan; Wesley Dodds / Sandman, Zinda Blake/ Blackhawk, Polaris
Localisations : Metropolis

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Lun 3 Juin 2019 - 22:57




Elle se faisait plus silencieuse pour le laisser s'exprimer, préciser ce qui l’amenait là. Ne bougeant que très peu durant son Laïus semblant venir sans difficulté. Il aborda les difficultés rencontrée face aux justiciers et bien que Siobhan l’ignora il trouva chez elle un faux air d’une vieille connaissance, peut être sa nièce Abigail qui sait? De tels cheveux on en voyait pas tous les jours.

Il semblait impressionné par le fait qu’elle soit la gardienne du Sidh et elle se passa bien de dire qu’elle avait des difficultés à se montrer à la hauteur. Tuer la vieille bique pour prendre sa place avait été tentant sur le papier mais elle n’avait comprise qu’après quelques mois à quel point la tâche était ardue, et a vrai dire...Elle n’était pas à la hauteur et le savait. Mais autant ne pas le crier trop fort çà, pour le coup. Néanmoins cela viendrait avec le temps, elle avait de bonnes raisons de le savoir.

Elle demeurait immobile et des oiseaux marins recommençaient à s’approcher autour d’eux. C’est qu’ils la connaissait un peu, si elle n’avait pas encore criée c’est qu’elle ne le ferait sans doute pas. Il confirma qu’il était celui qu’elle avait vue aux Etats unis avant de donner ce qui selon lui était la raison de sa venue. Elle fronça les sourcils quand il parla de passé chevaleresque car ce n’était pas trop le genre de son clan. Mais qu’elle avait héritée des talents et de la détermination de son père je veux mon neveux! La flatterie fit effet, pour le meilleur. Mais il avait raison de l’utiliser avec parcimonie car elle avait quand même lue quelque fables de La Fontaine, et s’il voulait se la jouer renard elle était le genre de corbeau à donner un peu trop de la voix.

Ce qui vint ensuite la convainc déjà plus. Il avait une vision alarmiste, noire et pessimiste de ce monde. Elle aimait çà, c’était une douce musique à ses oreilles. Mais si elle voulait voir le monde se ternir elle comptait bien le garder entier. La situation qu’il décrivait elle en avait bien conscience et était en première ligne sur ces sujets hormis sur celui des méthahumains. Elle n’avait pas d’avis sur la question, des hommes ou femmes ont des pouvoirs incroyables? Qu’a cela ne tienne ils ont aussi probablement un nom, çà se tue pareil si elle leur lance son regard de la mort et crie un bon coup.

Le tout est de le connaitre ce nom me direz vous, mais çà devenait la mode de le dévoiler il suffisait de voir encore récemment, ce qu’avaient fait ce Flash et Thunderbolt. Pour elle c'était un peu comme ces gens qui dévoilent leur vie sur des réseaux sociaux, ils ne voient pas de problème sur le moment, loin de savoir si dans vingt ans, dix ans...cinq ans? Ils ne vivraient pas dans une société différente utilisant tout cela contre eux. Si vous êtes un justicier Banshee n’allait pas rechercher votre nom avec la même passion que si vous étiez Superman. Mais si elle le connaissait un jour soyez certain qu'elle ne l’oubliera jamais. Elle approcha d’Anton en marchant parmi les chardons et herbes taquinées par les embruns du soir.


“S’il s'agit de mettre fin à la remontée des enfers ou autres invasions dimensionnelle ou extraterrestre vous me trouverez dans le même camp que vous et prête à vous aider. Mais je ne peux pas m’empêcher de me poser des questions à votre sujet Avatar.”

Elle s’arrêta devant lui pour scruter son regard, une lueur mystique brillant dans le fond de ses yeux.

“En quoi serez vous différent des autres démons? Qu’est ce qui selon vous, pourrait mettre fin aux guerres civiles qui secouent les enfers, et aux invasions qu’elles ont causées?”

Sa voix se faisait douce mais cela pouvait être le calme avant la tempête.

“Quels sont vos buts, Avatar. Pourquoi avez vous pris ces morceaux du rocher d'éternité. A quoi vous aimeriez arriver un jour. Voilà ce qu’il m'intéresse de savoir.”

Elle restât immobile prêt de lui et si le vent n’avait pas fait remuer légèrement sa chevelure l’hypothèse qu'il soit face à une statue aurait certainement pu être retenue.

[Castle Broen] Entre Deux Mondes Sumbol15

Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t6136-fiche-rp-de-hal-jordan-silver-bansh
Anton Arcane
Anton Arcane
Super-Vilains
Inscription : 13/04/2019
Messages : 232
DC : Per Degaton
Situation : En enfer
Localisations : Louisiane

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Mar 4 Juin 2019 - 9:19
Après sa logorrhée, Anton fut ravi d'entendre la voix lointaine de son interlocutrice lui répondre par une affirmation qui ouvrait tant de portes. Ne restait plus qu'à choisir le meilleur angle pour la suite. Elle se campa bientôt à courte distance. La scène devait avoir l'air étrange, comme l'instantané d'un film expressionniste allemand, entre l'homme cadavérique assit sur son rocher et l'incarnation d'une mort celtique ancestrale qui le fixait intensément. Ses yeux aux iris clairs étaient comme la redite de la phosphorescence argentique de l'astre lunaire. Elle le jaugeait tout comme il la jaugeait.

La question fut alors posée. En quoi pouvait-il être différent des autres démons ? Après tout, qui pouvait faire confiance à un démon même un semi ? Traîtres, sauvages, cruels, monstrueux, affreux, égoïstes, sanguinaires... Tout cela il l'était. Il était même plus démoniaque que les démons car son raffinement scientifique allait au-delà de la bestialité innée de sa "famille d'élection". Oui, naître en Enfer, être l'incarnation d'un mal faisait de vous une entité monstrueuse, mais cela restait votre Nature, cela fixait en vous des limites, des instincts primitifs qui vous empêchaient d'être tout à fait abominable. Anton était un Homme avant d'être un démon et il avait acquis son titre après une vie acharnée à répandre la mort pour acquérir la vie éternelle. Or il ne comptait pas s'arrêter en si bon chemin.

Les cadavres fleuriraient de son ascension, la Mort serait une guide pour que la nécrose partout le suive. Il était un Avatar d'une force Naturelle et comptait lui faire honneur par la décrépitude de ce monde... et de l'univers entier. Que ferait-il de plus que les autres démons ? En quoi serait-il différent ? Il serait pire et ne s'arrêterait pas à ouvrir des petits portails sur cette Terre, il irait partout où un souffle de vie déplace l'air, partout où un battement de coeur trouble le silence. Anton voulait la vie éternelle, il voulait le pouvoir, il voulait être la forme de vie la plus totale et la plus aboutie. Il serait différent car au fond de lui, pour ses propres intérêts, il était capable d'une vilenie qui ne se forçait pas et qui le rendait bien pire que les démons si attachés à un statu quo. Les démons tenaient à leur plan d'existence, le docteur, lui, n'aurait aucun regret à le sacrifier à son avantage.

Mais cela n'était qu'un panel de possibilités et la banshee était plus à même de saisir une opportunité d'être un "soft power" que de s'élever comme une puissance.

- Comme je vous l'ai dit, Silver Banshee, je ne suis qu'un semi-démon, rappela-t-il avec douceur. Pas même baron des Enfers, pas même en lice pour le trône suprême. Les démons et les êtres humains partagent cependant quelques traits et le plus étonnant restant celui d'aimer la stabilité. Ils aiment la guerre naturellement, mais les guerres maîtrisée, qui se jouent selon des règles - souvent tordues je l'admet- mais des règles tout de même.

" Lorsque Etrigan dirigeait, les démons se tenaient tranquilles, sauf quelques incursions - mais les démons comme l'Humanité peuvent se montrer volatiles, voire ambitieux quand ce n'est pas un sorcier qui les invoque... Il existe toujours un risque non nul, mais les démons sont trop égoïstes pour qu'une véritable invasion puisse avoir lieu. Les allégeances vont et viennent, regardez comme ils ont été unis pour vaincre Darkseid et comment ils se sont ensuite entredéchirés. Tout cela en l'espace d'une poignée de jours.

" Les démons ne sont pas une menace lorsqu'ils ont un maître qui les tient. Il le sont lorsqu'ils sont livrés à leurs instincts. C'est ici l'ancien docteur et occultiste qui vous parle. Il faut stabiliser ce plan d'existence et pour cela se choisir des démons assez stables, de la stature d'Etrigan, voire un Trigon pour tenir l'attelage de leurs pulsions dévastatrices.

" En quoi serais-je alors différent ? Je ne me battrais pas pour moi mais pour un autre. Combien rêveraient de prendre le trône suprême du Tartare ? Moi je n'ai pas l'ambition de le saisir, mais de l'offrir. Diriger une horde de cornus qui ne rêvent que de vous tuer n'est pas dans mes rêves les plus fous.


Les sacrifier cependant...

- La guerre civile des Enfers ne peut trouver de fin qu'en instaurant un "gouvernement", avec un ou plusieurs démons. Les invasions, quant à elles, seront un excellents moyens pour nous - si "nous" il y a - d'acquérir de l'influence. Quiconque vainc un démon peut le soumettre par magie infernale et plus de démons sont soumis, plus l'influence est grande dans le Bas Monde.

" Oui, ce n'est pas rien de vouloir être un faiseur de roi-démon, mais aux situations exceptionnelles il faut des moyens extraordinaires.


Puis elle posa une question plus personnelle. Oui, évidemment. D'abord en quoi était-il différent et ensuite qu'aurait-il à y gagner. Il eut un sourire triste. Feint, mais triste tout de même. Saupoudrer un peu de vérité permettait de donner un appui sincère aux demi-vérités précédentes. Anton décida donc de jouer la carte de l'honnêteté sur ce dernier point. Ce n'était pas un grand secret qu'il devait garder après tout.

- "Savoir" est un mot merveilleux. Celui qui fut de toute ma vie un sacerdoce. Avant d'être un semi-démon, j'étais un être humain, un docteur pour être plus précis. Toujours en quête de connaissances occultes, toujours à mêler science et magie... Ces rochers sont une source mystique unique en son genre, précisément du Paradis et de l'Enfer mêlés pour générer une puissance incommensurable. Quel scientifique pourrait passer à côté de l'étude d'une telle matière ?

" Toutefois, ses pouvoirs sont tout autant alléchants. Cela m'amène à ce que j'aimerais. La même chose que toute forme de vie : survivre. Puis... vivre... Cette guerre infernale est une menace, autant pour moi que pour les autres formes d'existence dont je forme une composante en tant qu'Avatar de Rot. Pourquoi se dispenser d'une arme de ce type dans les projets qui sont les miens et que je viens de vous exposer ? Ce n'est pas une simple partie d'échecs qui se joue et la défaite ne souffrira aucune seconde chance. Je n'entends pas échouer.


Il marqua une pause après avoir tant parlé. Les oiseaux étaient toujours là. Statufiée, la banshee paraissait prête à reprendre vie pour lui parler... ou lui hurler dessus. Anton conservait cependant son calme, il y avait toujours quelque chose en elle qui lui rappelait le passé. Pas forcément rassurant, mais le docteur Arcane était du genre à prendre toutes les opportunités comme bonnes tant qu'elles ne se montraient pas mortelles. Et son nom lui était toujours inconnu.

- Mais vous ma chère ? reprit-il. Que dites-vous de ces projets ? Seriez-vous prête à m'accompagner dans cette opération à haut risque ? Mais surtout, maintenant que vous savez presque tout, que voudriez-vous en échange ? A mon tour, j'aimerais "savoir".

Les nuages s'accumulaient maintenant au large. Une ondée lointaine se condensait. Les atteindrait-elle avant la fin de leur conversation ?
Revenir en haut Aller en bas
Silver Banshee
Silver Banshee
Super-Vilains
Inscription : 06/05/2018
Messages : 597
DC : Hal Jordan; Wesley Dodds / Sandman, Zinda Blake/ Blackhawk, Polaris
Localisations : Metropolis

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Mar 4 Juin 2019 - 23:39




Elle l’écouta lui répondre dans ce dialogue qu’était le leur, les nuages pluvieux s'avançant lentement vers son île. Il disait avec un ton doucereux qu’il n’était “que” demi démon comme si çà le rendait moins dangereux. C’était loin d’être rassurant pour elle, car mis à part Néron les démons avec qui elle avait eue à alterner alliance et adversité étaient des demi démons. Satanus, Blaze...le fait de n’être qu’a moitié démon ne les rendait pas moins dangereux. Anton Arcane entrerait il dans cette catégorie? A l’écouter elle savait que oui. Que si elle s’alliait à lui aujourd’hui dans un but commun cela n'empêcherait pas de se mettre poliment sur la gueule un autre jour. Parce que çà se faisait, que çà faisait partie du jeu. On parle de créatures infernales là pas de vieux corses sur un banc. Un jour t’es dans le camp d’en face un autre dans le mien...on va pas rester cent sept ans sur cet âne tombé malade non?

Restait qu’elle était plutôt d’accord avec qu’il disait, elle avait pensée des choses similaires sur divers point d’ailleurs sans pour autant avoir élaboré un diagnostique aussi précis du malade. Il était docteur d’ailleurs, intéressant . Il nommait Etrigan et Trigon comme "démons alpha" pour calmer la meute.

Il voulait se faire faiseur de rois démons, pas monter sur un trône, c’était mieux ainsi car même si elle ne doutait pas qu’il était puissant il aurait peut être un peu manqué de muscles pour de telles ambitions. Mais il avait l’air malin. Il parlait bien. Et çà….c’était plus la marque du big boss Lucifer que des gros bras en dessous. Il lui parla un peu de son passé, des motivations qui l’avaient poussé comme elle à chercher à récupérer des morceaux du rocher. Puis lui posa des questions à son tour. Elle se tourna lentement vers les nuages bas porteurs d’ondée et ses yeux s’éclairèrent à nouveau. La brise tomba pour changer de direction, les nuages pluvieux passeraient à coté. Elle regarda ensuite les reflets de la lune sur la mer apaisée.


“Je trouve que votre plan pour calmer les enfers est celui qu’il nous faut. Je serais avec vous pour le mener à bien, a mon contact vous pourrez traverser les plans infernaux bien plus rapidement qu’avec des portails inter-dimensionnels. C’est la nature des Banshee d’amener des êtres dans l’autre monde, que ce soit en les tenant par la main ou...d’une manière moins agréable. Si nous proposons notre aide à Trigon peut être nous aidera t’il mais nous seront en grande infériorité face aux prétendants d’une puissance et d’un nombre trop grand pour vous et moi seuls, même avec Trigon qui risquerait de plus de ne pas nous prendre au sérieux. Mais si nous proposons à Etrigan notre aide nous auront peut être aussi celle de la Ligue des justiciers. Eux aussi auraient intérêt à ce que les enfers se calment. Coast City et Gateway ont était gravement touchées par les attaques des enfers.”

Elle se tourna vers Anton, s’attendant à le voir tirer une tronche touchant le sol. Soutenir Trigon avec peu de chances de gagner mais un gros pactole à la clé, ou Etrigan avec peut être des “ Héros “ pour " voler" gloire à leur place ? Eux n’étant après tout que les infréquentables, les dangers pas toujours dormants. Elle repensa qu’il lui avait demandé ce qu’elle voulait en échange de son aide.

“Rien. C’est un échange de bons procédés. Je suis née dans une Irlande christianisée mais c’est en vouant un culte aux dieux Celtes que le Sidh a fait de moi ce que je suis devenue. Vous trouverez dans le Netherworld des mauvais hommes et femmes comme les meilleurs. Tout comme eux je ne croyais pas de mon vivant aux péchés, au paradis ou à l’enfer mais à la paix. Actuellement c’est tout ce que je cherche. Un peu de paix.”

Resterait à savoir si Anton Arcane était joueur. S’il allait tenter d’installer un roi en enfer sans faire appel aux héros.
Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t6136-fiche-rp-de-hal-jordan-silver-bansh
Anton Arcane
Anton Arcane
Super-Vilains
Inscription : 13/04/2019
Messages : 232
DC : Per Degaton
Situation : En enfer
Localisations : Louisiane

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Mer 5 Juin 2019 - 22:49
La Banshee semblait réceptive et se projetait dans la suite des évènements. En parler c'était déjà y adhérer. Il aurait pu s'attendre à des éclats de rire, à des considérations sur sa petitesse dans un projet de cet envergure. Mais non. Les temps désespérés qui s'annonçaient rendaient un tel projet crédible.

Elle parla de sa facilité à traverser l'Autre Monde et comment elle pouvait lui permettre de rejoindre la dimension infernale. Un gain précieux, mais dont il ne devrait ni abuser ni s'habituer. Tenant un discours extrêmement cohérent et réaliste sur la situation face à un Trigon violent et impulsif à l'égo qui ne pourrait pas réellement être réceptif, elle opposait un Etrigan plus posé. Oui, l'ancien maître du plan infernal était un diplomate, du genre à tenir ses ennemis et ses amis à bonne portée de châtiment. Mais hélas et le point n'était pas rien, une alliance avec Etrigan imposait la présence probable d'une horde de justiciers et pas n'importe lesquels, des justiciers de première zone.

Anton ne cacha pas l'effet de cette annonce. Il leva un sourcil, devint pensif et posa son menton dans la paume décharnée de sa main droite. Cela nécessitait réflexion.

Trigon était intéressant car précisément sans grand soutien et trop brutal pour diriger, le genre de pantin qui pouvait vous déblayer le chemin et se faire doubler au dernier moment. Etrigan était une autre affaire. Le faire soutenir par des justiciers et se retirer en les laissant tout gérer était une aubaine pour finalement discréditer ensuite le démon pour ses accointances avec la Terre, précisément le genre d'arguments qui l'avaient fait trébucher de son trône. Mais c'était hasardeux. L'idée cependant d'user des invasions infernales pour se débarrasser de héros venait se superposer à l'opportunité. Si Etrigan tuait quelques uns de ses vieux alliés, peut-être que les démons seraient plus à même de le suivre, et s'il refusait, celui qui le ferait gagnerait en aura.

Difficile toutefois d'imaginer des héros accepter la présence d'Anton dans un plan de cette nature. Le docteur Arcane avait mauvaise presse chez les justiciers, très mauvaise presse. Si des magiciens ou des occultistes étaient présents dans cette alliance, son nom ne serait sans doute jamais accepté comme un gage de confiance.

- L'idée ne manque pas de piquant, fit-il après quelques secondes de silence. J'ai cependant beaucoup de mal à voir des "justiciers" s'associer à nous. Avez-vous de votre côté des entrées dans cette ligue ? A moins naturellement que vous ne préféreriez une approche plus subtile visant plus à les diriger vers la solution idéale plutôt qu'à y aller frontalement ?

" N'aurions-nous pas tout intérêt à organiser une rencontre entre Etrigan et cette Ligue, sans nous montrer ? Une incursion d'un démon mineur qui aurait fâché son ancien maitre par exemple, serait l'occasion de rameuter une poignée de ces "héros" et notre "élu" au même endroit et pour la même cause : le retour au calme et à l'ordre.


Oui, cette idée lui plaisait et lui laissait surtout le soin de prendre sa part au passage. Sa mise en place était coûteuse et dangereuse. Organiser une razzia démoniaque était une opération qui pouvait dégénérer rapidement. Les résultats seraient à la hauteur de l'enjeu : catastrophique ou triomphant.

- Il nous faudra cependant frapper fort et bien pour qu'une alliance puisse voir le jour, compléta-t-il.

Puis il repensa au justicier casqué qui l'avait contrarié à Iron Heights. Une victime parfaite. L'opération qui pouvait déclencher une ultime phase dans la guerre infernale.

- Un mort parmi les justiciers serait un plus, déclara-t-il en prenant un plaisir cruel à l'articuler. Parfois il faut une situation désespérée pour pousser les forces les plus contraires à s'unir.

Son interlocutrice le surprit alors en ne réclamant rien. Rien. Était-ce seulement possible ? Espérer la paix ? Rien que cela ? Cette chose si fragile et si rare ? Une telle sagesse déstabilisait le semi-démon. Il y avait cependant dans son discours un sous-texte touchant. Cette créature, gardienne et passeuse de l'Autre Monde voulait de la paix. Tout un symbole. Anton rêvait de carnage, de mort et de nécrose, elle rêvait de paix. Une alliance fondée sur un tel mensonge n'allait pouvoir qu'éclater dans la tempête la plus complète, mais les avantages que représentait cette créature sur le court terme interdisait au bon docteur de craindre l'avenir.

Il allait devoir être finaud pour tenir le cap avec elle. Combien il allait devoir être discret pour mener ses projets parallèles à cette opération. Pour le moment, mieux valait s'aligner sur sa vision du monde et se confondre dans ses discours pour éviter de la faire fuir. Observant les nuages que la Banshee avait visiblement éloignés par une magie qu'il ne comprit pas immédiatement, il reprit :

- La Paix ... ce n'est pas rien. Mais quels lâches serions-nous de ne pas tenter de l'établir un peu ? Une femme qui bravait les interdits de l'Eglise pour le culte qu'elle estimait ne devrait pas reculer devant quelques démons et les dégâts collatéraux que cela représentera sûrement. Le Bien et le Mal ne sont que des carottes et des bâtons pour les troupeaux qui désirent être bernés pour simplifier leurs vies. Nous valons mieux que cela.

Il le croyait fermement. Les limites de l'Humanité n'étaient pas les siennes.

- Pour faire triompher la paix, serons-nous de bons samaritains qui irons quémander à des héros un peu d'attention ? Serons-nous des marionnettistes de l'ombre ? Ou nous subordonnerons-nous à un démon que rien n'oblige à nous croire ? Un problème d'une rare complexité ... mais quel enjeu ... Je serai naturellement tenté de rester dans l'ombre...

Un plan plus sûr et qui permettrait de jauger de loin la situation, mais la Banshee serait-elle prête à suivre une affaire aussi alambiquée ?
Revenir en haut Aller en bas
Silver Banshee
Silver Banshee
Super-Vilains
Inscription : 06/05/2018
Messages : 597
DC : Hal Jordan; Wesley Dodds / Sandman, Zinda Blake/ Blackhawk, Polaris
Localisations : Metropolis

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Ven 7 Juin 2019 - 0:27




Le docteur Arcane demanda à la Banshee si elle avait des “entrées” dans la ligue. Bien évidement que non. Tout juste espérait elle discuter avec Superman pour entrevoir une manière de l’empêcher de devenir ce que le futur voulait pour lui. Un dialogue n’était même pas établi pour le moment, elle n’avait rencontrée qu’un ami du justicier de Metropolis. Et si la sagesse de Salomon n'influait pas sur ses réflexions elle ne tenterait sans doute pas une chose pareille. D'une certaine façon Anton arrivait vraiment au mauvais moment, quelques mois plus tôt peut être aurait elle été plus enclin a foncer tête baissée.

L’avatar du Rot entrevoyait déjà la mort de l’un des justiciers comme ciment de leur union. Un piège au cour duquel l’un d’entre eux tomberait ce qui les pousserait à s’allier avec eux. Un bon plan, mais très difficile à mettre en place et avec une probabilité d’échec non négligeable. D’autant qu’on parlait de la Ligue des justiciers là, des hommes et femmes qui avaient vaincus des menaces bien plus grandes qu’Anton Arcane et Siobhan McDougal. L'Irlandaise plissa les yeux circonspecte à l'écoute des "avenants au contrat" du bon docteur.

Tuer l’un des leurs en espérant ne pas laisser de traces? Malgré le monstre maléfique qu’il était elle ne pu s’empêcher d’y percevoir une forme de candeur. Celle de quelqu’un qui n’avait jamais tenté de faire une statistique pour voir combien de fois eux sont sortis victorieux et lui a été tenu en échec. Bien que ne le connaissait pas - Elle s'en doutait- il échouait tout autant qu’elle dans sa triste vie. Sinon il ne serait pas là.

Silver Banshee était lasse des plans foireux. C’était inutile de tuer l’un des leurs pour qu’ils acceptent cette alliance, il fallait voir les milliers de morts qu’ils avaient eu sur le sol américain depuis le début des invasions infernales. Mais non, pour le docteur il fallait tuer l’un d’entre eux au passage. Pour le principe de leur mettre une gifle et tenter de partir se cacher en rigolant bien. Le plaisir de jouer avec le feu. De montrer qu’on est les meilleurs. Et certainement de perdre, comme d’habitude. Elle avait connue çà, en avait faite le tour.

Elle pensait désormais que le meilleur moyen de vaincre les héros serait de les faire devenir comme eux, sans leur permettre de canaliser leur rage contre un ennemi commun. Anton voulait faire porter le chapeau de la mort de l’un des leurs aux démons, pour elle c'était une erreur. La vengeance les unirait, les rendrait plus forts comme à chaque fois. Et pour peux que cette vengeance soit tournée sur lui, Anton Arcane aurait coché toutes les cases.

Il eu ensuite des propos sur le bien et le mal correspondants plutot à ses opinions, s’ils ne pouvaient pas être d’accord sur tout au moins y avait il là quelques similitudes. Il penchait vers la solution où la Justice League serait manipulée par ses bons soins.


"Solliciter aux héros de l’attention me conviendra tout à fait.

Vous semblez en douter mais nous l’avons déjà cette attention. Penseriez vous qu’ils ignorent que sans la sorcière Circé moi et the Shade Gateway ne serait qu’un champ de ruines? Je n'ai pas vu une seule amazone défendre cette cité sous leur protection. Ils sont arrogants certes, mais pas au point d’occulter ce détail. Et la population non plus j'imagine...

Tuer l’un des leurs pour les motiver à réagir c’est augmenter vos chances d’échouer. Et bien inutilement.

Tuez en un vous en motivez dix s’il savent à qui s’en prendre. Et ils sauront, ne sous estimez pas leurs capacités de déduction. Quand à vous tirer de l'affrontement qui suivrait...vous auriez vaincu un Darkseid, un Starro ou tout un corps de lantern? Eux le peuvent.

On aura progressé quand on arrêtera de vouloir espérer les tuer un par un entre deux rossées qu’ils nous infligent. Les héros naissent plus vite qu'ils ne meurent.

Quand on aura compris que si on ne peux les vaincre il faut les faire devenir comme nous. Sans magie. Sans hypnose ou artifice. Juste parce que même pour les aliens, ils ont le mental faillible. Ils peuvent baisser les bras, ne plus faire la différence entre nous et eux. Je les étudie en profondeur, je vois la détresse derrière leurs sourires satisfaits ou leurs vannes hystériques entre deux coups de poing. Ils ont besoin de se rassurer car ils ont peur. De ne pas être à la hauteur. De se trahir.

Quand on ne verra plus la frontière séparant les "héros" des " vilains" alors les deuxièmes auront gagnés. Pour triompher le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien. Eux mêmes le savent, apprenons-le aussi."

Elle avait donnée son avis sur la question, elle était prête à leur demander d’intervenir et ne comptait pas quémander. Juste leur laisser une chance que ce ne soit pas Trigon mais Etrigan. Sans tuer l’un des leurs, ce qui avait tout de l'ingrédient surprise faisant foirer la recette par trop plein d’ambition. C’était normalement le moment ou Anton Arcane comprendrait que Silver Banshee n’avait aucune ambition, si ce n’était pas encore fait. A part tenter de se guérir de sa malédiction et ennuyer Superman elle n’avait jamais eue de "grand projet mégalo" comme les autres vilains capable de zigouiller à tour de bras. C’était une vilaine de seconde zone avec une grosse puissance de feu de niveau “ Supers”, pas une génie du mal.

[Castle Broen] Entre Deux Mondes Sumbol15

Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t6136-fiche-rp-de-hal-jordan-silver-bansh
Anton Arcane
Anton Arcane
Super-Vilains
Inscription : 13/04/2019
Messages : 232
DC : Per Degaton
Situation : En enfer
Localisations : Louisiane

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Ven 7 Juin 2019 - 8:29
La mégalomanie était très répandue dans la criminalité, même si Anton ne se considérait pas dans cette catégorie particulière. En tant qu'Avatar, il avait une mission, en tant qu'être humain il avait ses envies et ses besoins. Qu'était le reste de l'Humanité et les formes de vies pour l'empêcher de vivre éternellement et faire obstacle à ses désirs ? De quel droit le reste des entités pensantes pouvaient l'affliger de leurs barrières morales ? Et comment pouvait-on réellement vivre sans le minimum d'ambition pour s'élever ?

Il fallait reconnaître que le meurtre d'un justicier serait un catalyseur pour leur cause. Mais pourquoi se fatiguer à le tuer de ses propres moyens alors que des hordes de Démons pouvaient le faire à votre place ? Le docteur Arcane ne pouvait pas se rendre devant des justiciers et réclamer leur aide, pas après tout ce qu'il avait fait. Et quelle disgrâce !

Silver Banshee lista quelques unes de ses opérations à l'avantage des héros et les efforts déjà employés pour repousser des démons. Gateway... Oui, il avait suivi cette affaire de près. Quel gâchis. Comment les démons pouvaient se fatiguer en des escarmouches aussi insignifiantes ? Lorsque l'on connaissait la propension de l'Humanité à sombrer dans les travers les plus odieux, la mission d'un démon paraissait si simple.

C'était surprenant comment l'Humanité surestimait les capacités de ses sauveurs. Certes, ils avaient de bons détectives, mais ils restaient des hommes et des femmes, tous soumis au cycle impérieux de la vie et de la mort. La banshee enchaîna sur une leçon que l'orgueilleux semi-démon goûta fort peu. Il y avait de la vérité derrière ses propos, ce qui facilitait d'autant moins son acceptation. Elle dressait un portrait de porcelaine de ses être insignifiants. Anton les considérait au mieux comme les cafards purulents nichés dans une plaie, sans catastrophe, ils n'étaient plus rien, sans la pourriture qu'ils prétendaient nettoyer, ils seraient insignifiants.

Anton était d'une nature patiente, mais pas sur des siècles. Les justiciers étaient encore trop unis pour voir leur fragilité révélée au grand jour. Il fallait les désespérer, les faire sombrer, les épuiser et cela demandait du temps et une bonne dose de chance. Pour l'heure il voulait avant tout associer sa vengeance à la fin de la guerre infernale, en faire un dommage collatéral. Une chose sur laquelle il ne pouvait décemment pas transiger pour lui-même.

La créature spectrale était surprenante, rêvant de paix mais sans conviction combative. Oui, elle avait de la clairvoyance sur la situation, mais à quoi bon l'avoir si c'était pour finalement espérer que la guerre des Enfers mette encore en avant ces justiciers qu'elle souhaitait visiblement faire tomber à "son" niveau.

Lui avait vu le désespoir humain droit dans les yeux. Il ne doutait pas qu'elle aussi. Mais Anton en avait été à la fois spectateur et moteur. Première guerre mondiale. Les yeux larmoyants de combattants qu'il achevait, les masses de soldats croupissants dans une boue remplie d'excréments de dysenterie, au milieu de rats friands de chair humaine. L'horreur embrigadée qui tremblait en entendant le soir venu les imprécations lointaines du docteur Arcane et ses officiers qui commettaient l'innommable pour leurs intérêts.

Puis la seconde guerre mondiale. L'horreur industrialisée. Epoque bénie où il ne manquait jamais de ressources. Son camp si précieux et ses artefacts si merveilleux. Il n'avait jamais autant progressé de toute son existence. Voir les gens alignés, pleurants, enterrant leurs anciens amis, intériorisant leur malheur, ravalant leur détresse, devenant leur propres bourreaux, se flagellant de culpabilité sans en vouloir à leur tortionnaire. L'Humanité était un endroit affreux, abominable, exécrable et cela en faisait une place de choix pour Anton Arcane.

Comment pouvait-on détourner le regard et ne pas oser agir à son tour dans ce charnier à ciel ouvert qu'était la Terre et que pouvait devenir l'Univers ?

L'espace s'offrait maintenant à perte de vue. Plus aucun nuage n'encombrait l'atmosphère. La lune et son collier d'étoiles observaient tristement l'entrevue qui révélait l'immense fracture entre un homme monstrueux et une monstruosité humaine. Un soupir accompagna la courte contemplation de la voûte spatiale du docteur.

- Vos exploits vous offrent une possibilité pour les approcher, j'en conviens. Nous n'avons cependant pas le même curriculum. J'ai présentement l'attention de quelques idiots de seconde zone, et pas dans le sens qui puisse réellement jouer en ma faveur auprès d'eux, révéla-t-il. N'y voyez aucune remise en cause de la justesse de votre analyse, mais je crains de n'être que de très peu d'utilité dans une tentative d'approche avec eux.

Et s'il venait près d'eux en faisant le repenti, il se ridiculiserait. Personne ne pourrait décemment y croire, lui le premier. Et si l'on ne croyait pas en son mensonge, personne ne le pouvait. Il préféra donc s'orienter vers la chute proposée des justiciers, seul point où il pourrait profiter de la créature.

- Pousser un être au désespoir pour lui faire franchir la limite de sa propre perception ne se fait hélas pas en demandant gentiment. Selon l'entraînement limbique et la faculté de l'individu à associer le contrôle de son Néo Cortex sur ses émotions, il peut même être illusoire d'y parvenir sans provoquer un choc psychologique complet. Et encore, je parle d'humains...

Faire enterrer une mère par son propre fils donnait des résultats, se souvint-il. Certains de ses soldats avaient même craqué lorsqu'ils avaient fallu nettoyer certaines expériences en découpant les corps et en les brulants ensuite. C'était juste avant l'emploi de gaz...

- Les extraterrestres doivent sans doute avoir un fonctionnement plus étrange encore...

" Tuer un justicier personnellement est une erreur
, opina-t-il pour se débarrasser de ce non-sujet entre eux, il irait trouver d'autres appui pour faire le sale travail à sa place. Mais si les justiciers avaient déjà les moyens de mettre un terme aux guerres infernales par eux-mêmes, pourquoi attendraient-ils l'arrivée d'une Banshee pour le faire ? Vous leur offririez l'avatange de voyager aisément en Enfer ?

Ayant espéré de cette créature de l'aide pour faire progresser un temps son ambition, il s'apercevait qu'elle n'était qu'un spectre accrochée à une étrange contemplation solipsiste. Il n'y avait rien à retirer d'elle pour lui permettre de progresser. Elle irait sans doute faire des cabrioles chez la Ligue du Licra mais après ? Au mieux un Etrigan dont la crédibilité était écornée qui ne s'améliorerait pas en s'alliant à des humains ? Anton et elle allaient à un moment devoir s'affronter. Il allait devoir trouver l'origine de sa malédiction et la rompre pour se débarrasser d'une gêneuse trop puissante.

- Mais cela vaut la peine d'essayer, je pourrais en tout cas être utile pour des pourparlers en enfer. Idéalement cependant, il vaut mieux que la Ligue ne sache rien de mon implication, ajouta-t-il. Cela est dit pour le bien de cette opération, nombre d'entre eux pourraient rêver de mettre un terme à mon existence. Et comprenez que cela ne serait pas à mon goût.

La nuit progressait et les lumières lointaines de navire éclairaient chichement l'horizon nautique. La vie continuait autour de ce lieu où se jouait sans doute une bifurcation stratégique qui allait plonger le monde dans l'obscurité.
Revenir en haut Aller en bas
Silver Banshee
Silver Banshee
Super-Vilains
Inscription : 06/05/2018
Messages : 597
DC : Hal Jordan; Wesley Dodds / Sandman, Zinda Blake/ Blackhawk, Polaris
Localisations : Metropolis

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Ven 7 Juin 2019 - 11:23




Le docteur lui indiqua qu’il avait l’attention de certains héros et laissa entendre que ce n’était pas le genre d’attention favorisant le dialogue. Normal c’était un travail de longue haleine de se rapprocher d’eux, d’agir en "héroïne" et éviter les pièges qui pourraient briser ses efforts. La Banshee n’improvisait pas de flouer les frontières entre le bien et le mal comme une mission "coup de poing" réglée en une journée. Elle comprenait l’ampleur de la tâche et évitait les pièges sur sa route pour arriver à ses fins. Même si certains comme celui que tendait Anton...serait plus difficiles à esquiver. Il lui demanda pourquoi ils auraient besoin d’elle, puisque étaient si forts que çà. Question légitime, faire le transport rapide n’était pas une raison valable et on pouvait l’entendre.

"C’est vrai, ils auraient les moyens de s’unir et en groupe mettre fin aux guerres infernales sans moi. Mais ils auraient eu les mêmes moyens de s’unir pour défendre la cité amazone. Pour défendre Shazam. Pourtant là encore ils étaient une poignée face à des puissances les dépassant grandement. Ils perdent en motivation peu à peu. Délaissant des combats qu’autrefois ils auraient menés. Celui contre l’enfer ils ne sont qu’une poignée et toujours les mêmes à le mener.

Vous êtes docteur vous devez connaitre “ L’effet du Témoin” ou “ Effet spectateur”. De plus en plus de héros sont en plein là dedans. Ils n’entrent pas dans ces combats en se disant que de toute façon quelqu’un fera le “ travail héroïque” à leur place. La population qui les adule ne pourra que constater au fur et a mesure du temps que certains de ceux qu’ils nomment “vilains” sont moins pétrifiés qu’eux à l’idée d’agir. Le monde acceptera la manière de régler les problème de celui qui les défend réellement, au lieu de celui qui ne fait rien et donne des leçons sur comment il aurait fallu s'y prendre."

Mais çà demandait un effort de tous les jours de remplacer les héros dans leurs insuffisances et elle comprenait que l’Avatar face à elle n’ai pas fait ce choix. Car c’était le sien, à elle. Un choix intime fruit d'une longue digestion de ses échecs. La dernière phrase d’Anton Arcane eu son influence car elle se laissa charmer par le serpent. Il est vrai que dire que ce demi démon serait de la partie à la ligue des Justiciers risquerait de tout faire capoter et pourtant il pourrait être d’une aide précieuse, de par ses connaissances en démonologie.

"Je comprend, je ne parlerais pas de vous quand je demanderais leur concours. "

Il pourra probablement parvenir à se jouer d’elle car il avait savamment dissimulé ses intentions les plus destructrices, son nom et son passé. Il n’aspirait pas à la paix contrairement à elle qui comprendrait peut être trop tard qu’elle s’était faite berner.

[Castle Broen] Entre Deux Mondes Sumbol15

Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t6136-fiche-rp-de-hal-jordan-silver-bansh
Anton Arcane
Anton Arcane
Super-Vilains
Inscription : 13/04/2019
Messages : 232
DC : Per Degaton
Situation : En enfer
Localisations : Louisiane

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Ven 7 Juin 2019 - 22:19
La nécrose touchait aussi les organisations. Silver Banshee exprimait mieux qu'il ne l'aurait espéré la putréfaction dans laquelle se vautraient les justiciers et autres héros. Divisés, pris dans l'apathie de l'habitude et la décomposition de la lassitude. Le doux effet du témoin et l'art de pouvoir plus facilement mourir dans le cas où plusieurs personnes se trouvent là pour vous aider. Finalement, l'Humanité n'avait-elle pas atteinte sa masse critique de glorieux combattants du bien ? La quantité idéale pour qu'au final ils se neutralisent parfaitement.

Le docteur se regarda les mains tandis que son interlocutrice déroulait soigneusement son exposée. Il avait été doté d'un pouvoir qui lui permettait de contrôler et d'accélérer la pourriture de ce monde ; il n'était pas équipé pour des projets aussi lents. La marée montante, comme illustration des propos du spectre, commençait doucement à remonter pour lécher les pieds de falaises rongées par ses assauts langoureux. Ses clapotis se faisaient lentement plus violents.

Si elle réussissait dans ses projets, nul doute que les justiciers deviendraient des parias, des laisser-pour-comptes, mais leur puissance resterait probablement la même. Ils seraient toujours, même de l'autre côté du miroir, une menace. Les ostraciser, était-ce là l'ultime aboutissement des efforts de cette créature ? Quel gâchis, se répéta Anton intérieurement. Une femme aussi forte et puissante réduite à jouer l'écume spectrale sur l'honneur des héros.

- Je comprends.

Et cela était vrai. Il comprenait, mais n'acceptait intimement pas. Anton rêvait trop de son immortalité pour s'offrir le luxe de passer à côté en restant inactif ou pire, en agissant comme un héros à la manque en sauvant ce qui pouvait si facilement se décomposer d'un simple claquement de doigts.

- Pousser les justiciers à combattre les démons pourraient être une nouvelle manière de s'approcher d'eux dans l'"intelligence" collective de la plèbe, compléta-t-il. Une façon de parfaire ce lent mais implacable projet. Nous aurions ainsi tous les bénéfices de l'opération : la paix et l'image d'avantage écornée de ces "justiciers".

L'entrevue touchait à son terme. Un accord était scellé - pour ce que cela représentait... Elle accepta de ne pas parler de lui. Il répondit à cela par une légère inclination polie de la tête, nul besoin de trop en rajouter sur ce point.

- Je crois que nous avons là un projet qui vaut la peine d'un plein investissement, fit-il en se levant de son siège minéral. Je vous transmettrai donc de mes nouvelles le plus fréquemment possible. Évitons tant que possible les portails qui seront trop facilement tracés en cas de doute. Pour ma part, je transmettrai une adresse postale dans Gotham City où j'y déposerai des notes si besoin. Inutile de trop nous revoir sur Terre au risque de trop attirer l'attention.

" Il existe un endroit plutôt calme aux abords des Terres du Purgatoire en Enfer, le genre d'endroit où les démons se "reposent", ce que d'aucun appelleraient ici un "troquet". Cela nous permettra d'y discourir à notre aise.

" Sur ce je vais vous laisser et mûrir la meilleure approche pour contacter la Ligue."


Il se tourna avant d'ajouter.

- Ce fut un plaisir Silver Banshee. Vous possédez une terre très plaisante.

Puis il s'en retourna vers son portail, la tête pleine de nouveaux paramètres. Il avait maintenant une alliée qui allait le renseigner assez sûrement sur les mouvements des justiciers envers les démons ; des renseignements précieux qui permettrait le moment voulu de frapper fort et bien. Le docteur allait devoir se renseigner sur elle et cette île où elle semblait garder un pouvoir impressionnant.

Tous les espoirs lui étaient permis. Ne restait qu'à s'enrichir pour frapper le moment venu...

Il passa son portail pour se retrouver dans cette cave glauque qui sentait le renfermé et la chair morte malgré les embruns marins qui avaient tenté de l'investir.

Faisant craquer ses cervicales comme pour se délasser, Anton ferma son portail. Un léger étirement qui détendit sa colonnes vertébrale lui arracha un sourire mauvais. Il ferma les yeux dans cette ambiance de mort et il se sentait vivant !

[HRP]
Voilà qui clos je le pense ma présence dans ce sujet. Un grand merci pour ce dernier, au plaisir de nous recroiser pour la suite des nos projets !
[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[Castle Broen] Entre Deux Mondes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Europe-