[Iron Hight] Retrouvailles incertaines [Ralph Dibny & Ray Palmer]

Patty Spivot
Patty Spivot
Civils
Inscription : 19/12/2017
Messages : 464
DC : Garfield Logan/Stéphanie Brown/Carter Hall/ Tula Marius
Situation : Essaie de survivre aux dangers attirés par les héros
Localisations : Central, Coast ou Ivy en général
Groupes : ARGUS, Team Atom
Team Atom

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Jeu 31 Oct 2019 - 21:02
Il y a plusieurs jours, Patty Spivot a demandé au détective Ralph Dibny de mener une enquête dans la zone 51 afin d'y trouve des preuves des expériences douteuses menées par l'armée ainsi que de la maltraitance envers des êtres pensants qui s'y produit. La jeune femme y était allée doucement car elle craignait la réaction du héros, mais ça c'était finalement très bien passé. Ils s'étaient entendus et Patty avait fait amplement confiance à Ralph pour tirer le meilleur parti de son entreprise. Et ça avait marché, puisque le héros lui avait parlé de diverses choses qu'elle avait déjà vu. Les Wurms bien entendu, ces espèces d'anguilles usées jusqu'à la mort pour un peu d'électricité, bien que les scientifiques soient apparemment en train de chercher comment les utiliser sans les faire souffrir.
Moui... Elle voulait bien le croire, mais ça n'enlevait rien à la chose.
Ni au fait qu'ils sacrifiaient sans regrets chaque génération engendrée.
Et il y avait... Le Blorp.

-Oh...

Blorp dont elle avait malheureusement oublié de parler à Ralph Dibny, alors qu'elle aurait dû. Croiser une créature pareille chamboulait profondément, surtout lorsqu'on était ni préparé, ni habitué. Ray avait brutalement réagi lorsqu'ils avaient été confrontés à la créature... Peut-être aurait-elle dû parler d'elle à Ralph oui. Elle avait espéré inconsciemment qu'il ne la verrait pas, mais c'était raté. Elongated-Man avait été confronté au Blorp et... Avait été victime de l'illusion.

-Le Blorp est une créature intelligente, pourvus de dons télépathiques. Il s'en sert lorsqu'il se sent menacé pour fouiller l'esprit de celui qu'il considère comme un ennemi et renvoyer une image qui hante son esprit afin de le destabiliser. Il faut réussir à voir son reflet pour comprendre ce qu'il est vraiment.

Elle sentait que l'expérience avait été douloureuse pour Ralph, mais ne chercha pas à savoir ce qu'il s'était passé, ni l'apparence qu'avait prise la créature. Mais elle se doute oui que les choses ne se sont pas très bien passées. Enfin, le héros avait pu voir le petit Andyrsn qui était encore en vie... Mais réclamait sa mère. Patty senti son cœur se serrer en pensant à la petite créature mi-Andyrsn, mi-humaine prisonnière à cause de la rancune d'Annie Andrew.
Des fichiers d'expériences montraient ce que l'enfant avait dû subir depuis qu'il était arrivé ici. Et un fichier concluait le tout.

-Un fichier sur les Andyrsn. Avec ça la Cour va apprendre à mieux connaître cette espèce du moins.


Il fallait positiver un peu dans ce triste constat. Les créatures de la Zone 51 étaient malmenées et chaque jour qui passaient ne faisaient qu'aggraver leurs souffrances. Le passage avait visiblement fait très forte impression sur le détective.

-Avec ce que vous avez trouvé, nous pourrons les aider. Ray et les prisonniers de la Zone 51. Nous pourrons les libérer de leurs pri...

-Saluuuuuuuuuuuut !! Vous êtes enfin arrivés !

Une tornade rousse fusa autour de Patty et Ralph et tourna autour d'eux plusieurs fois, avant de finalement se stopper. Laissant apparaître la silhouette de Wally West, le troisième Flash. Visiblement au mieux de sa forme.

-J'étais en train de discuter avec Ray, puis j'ai eut envie de sortir voir si vous étiez là. Salut Ralph ça faisait longtemps. Qu'est-ce que tu deviens ? Tu as l'air d'être dans une forme élastique ! J'suis désolé vieux, mais tu vas devoir te plier à quelques consignes de sécurité à cause de... A cause de certains événements. Mais rien de bien méchant t'inquiète. J'vous attend au parloir. A TOUT DE SUITE !!

Et Wally fila vers l'intérieur de la prison, provoquant les grognements des gardes qui avaient à peine le temps de le voir passer qu'il n'était déjà plus là... Et donc, le Bolide n'était pas contraint aux consignes de sécurité en vigueur depuis ce qu'il s'était passé ici avec Deathstroke. Sans avoir tous les détails, Patty avait appris qu'Atom était lié à tout ça... Et c'était contentée de soupirer profondément, même pas étonnée. Oh elle était sure que Ray avait eut ses raisons propres... Mais il n'avait fait qu'aggraver son propre cas. Elle se tourna vers Ralph.

-Deathstroke était enfermé à Iron Height, mais quelqu'un a attaqué la prison en libérant les prisonniers et en les piégeant. Il voulait qu'ils tuent Slade Wilson ou ils seraient tous tués. Les gardes ont demandé à Ray de les aider à évacuer le criminel et... Il y a eut des problèmes.

Lorsque le détective fut prêt, le duo se dirigea vers l'entrée de la prison. Comme prévu, Ralph dû passer par tout un tas de tests et de fouilles pour s'assurer qu'il n'avait rien de dangereux sur lui. On lui injecta ensuite un sérum affaiblissant grandement ses pouvoirs d'Homme Allongé avant de lui enfiler des menottes chargées de lui envoyer un bref choc électrique si le héros montrait des signes d'agressivité. Après de longues minutes pas forcément agréables pour le héros, ils purent finalement rejoindre la salle du parloir où Wally les attendaient déjà, en compagnie de Ray Palmer.
Des retrouvailles allaient pouvoir s'effectuer... Retrouvailles risquant d'être douloureuses du moins au début au regard d'un certain événement... Patty se demandait encore si c'était réellement une bonne idée cette rencontre...
Revenir en haut Aller en bas
Randolph W. Dibny/EM
Randolph W. Dibny/EM
Super-Héros
Inscription : 12/10/2019
Messages : 152
DC : Sinestro
Situation : Acutellement malade, après être entré en contact avec des créatures du Microvers
Localisations : Opal City
JLA
[Iron Hight] Retrouvailles incertaines [Ralph Dibny & Ray Palmer] 386562Rien
[Iron Hight] Retrouvailles incertaines [Ralph Dibny & Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Ven 1 Nov 2019 - 15:36
J’arrive enfin à Central City. Ce fût un long et laborieux voyage, mais je repose le pied dans une ville où je me sens comme chez moi. La ville de Flash.
J’ai pris la direction d’un hôtel réputé, accessible et très bien pour y passer quelques nuits. J’ai bien l’intention de rester un moment à Central, pour rendre visite à Miss Spivot qui attend ces précieux papiers en ma possession et dans le même temps monter le dossier de la défense avec elle et l’avocat. Je dois la retrouver dans la journée, ce qui me laisse le temps de m’installer dans une chambre, de prendre une douche… De faire partir toute la noirceur de mes pensées…

Je n’ai pensé qu’à ça, depuis que je l’ai vue.
Je n’ai pas cessé un seul instant à tournoyer l’idée saugrenue dans ma tête qu’elle puisse revenir.
J’ai eu mal. J’ai eu l’impression qu’on m’étranglait avec mes propres intestins tout retournés…
La Zone 51 a révélé bien plus de secrets qu’attendus et j’ai récupéré bien plus d’informations que voulues à la base. Je ne suis pas mécontent, mais le prix a payé commence déjà. Et il est lourd.


Une fois habillé, je regarde par la fenêtre cette jolie ville. Vivante, elle peut offrir bien des occasions pour se divertir et je sais ô combien je peux m’y plaire. Il ne manque pas non plus de travail du côté de la police et de la CCPD. Mais Opal City et son patrimoine tout particulier, ses couleurs, sa beauté… risquent de me manquer trop rapidement.
Allez, pas le temps de gamberger ! J’attrape les papiers et dossiers, ainsi que l’adresse qui m’a été donnée. Je dois retrouver Miss Spivot et il est prévu ensuite d’aller… rendre visite à Ray Palmer.
Après tout ce temps… ?

Concentré depuis le début sur l’enquête, je ne me suis pas demandé si j’étais prêt à revoir Ray, si tôt. J’ai bien demandé à la criminologue comment il se porte et elle a tenté de me rassurer. Je connais trop bien Atom. Je sais comment il doit se sentir… Je le devine facilement, en tout cas. Il est dans une situation catastrophique et le monde autour de lui est sur le bord d’une falaise prêt à s’écrouler. Me revoir ne lui fera… pas spécialement du bien. Je dois vous avouer que… J’ignore comment il va réagir, ni moi d’ailleurs.
Est-il seulement au courant de ma présence parmi ses visiteurs ?

A force de me tortiller les méninges, je me rends à peine compte être déjà arrivé à destination. Je secoue la tête, pour me ressaisir avant de toquer. Miss Spivot m’accueille et nous commençons le travail. Le dossier que je lui fournis comporte désormais de quoi faire pâlir l’accusation. Tout en lui montrant les fichiers, je lui parle de ce que j’ai vu et entendu. Mes questions sur les Wurms et les quelques découvertes nous montre clairement de la maltraitance sur ces pauvres créatures, retenues prisonnières dans un environnement où elles ne peuvent pas se développer. Bien que les scientifiques tentent d’améliorer leurs conditions, le but final reste quelque peu abject.
Après une légère pause, Miss Spivot s’attardant sur les fichiers d’expériences trouvés, je finis par parler … De ce que j’ai vu dans la salle suivante. Les scientifiques sur le moment n’ont pas prévu que tout tournerait si mal, très certainement, et ma présence n’a fait que rajouter de la pression. Mais ils n’ont pas pu contrôler ce que le Blorp a fait, ou tenté de me faire…
Miss Spivot semble bien au courant de l’existence de cette créature et son regard me fixe, l’air inquiète. Elle m’explique ce que c’est : créature intelligente, capable de faire de la télépathie et se sert de ces dons pour fouiller dans la mémoire de son “ennemi”. Il capture une image, une représentation nette qui l’aide à troubler sa cible. Les conditions pour se défaire de l’illusion, je l’ai découvert sur le moment…
A la fin de ses explications, je finis par sourire, nerveux. Je ne lui ai pas dit l’image que j’ai eu, mais je ne pense pas qu’elle peine à le deviner.
C’est si évident…
Les Blorps ont un mécanisme de combat/défense vraiment très efficace.

Pour éviter de prolonger le malaise entre nous deux, je lui montre rapidement les fichiers sur le petit Andrysn ainsi que le dossier top secret récupéré héroïquement avec mes dons athlétiques. Se tortiller et passer un bras pour attraper des feuilles à plus d’un mètre de distance, notez que c’est une prouesse olympique ! Je lui raconte ce que j’ai vu, dans la pièce où est retenu le petit garçon (ou est-ce une fille ?), l’enfant de l’Andrysn libérée. Le sujet touche profondément Miss Spivot et je respecte sa douleur, écoutant ce qu’elle pense de toutes ces découvertes.
J’aime l'optimisme de cette jeune femme. Elle dégage une force d’esprit combative et s’intéresse aux bien êtres de chaque êtres vivants, peu importe d’où ils viennent. Elle incarne l’héroïsme… Ce sont toutes des valeurs que j’admire et que j’apprécie partager avec autrui. Des personnes prêtes à défendre ce monde et ceux qui ont besoins d’aides.
Elle est une personne dont j’avais grand besoin… Venir me tirer de mon cercle vicieux, sombre et sans avenir et m’apporter un objectif à accomplir extrêmement important… Je ne sais toujours pas comment la remercier. Mais l’heure n’est pas encore arrivée aux célébrations d’une victoire, il reste encore du chemin à parcourir. Nous le savons tous les deux.

”-Saluuuuuuuuuuuut !! Vous êtes enfin arrivés !”

… Que ?!
Je reconnais entre mille choses ce qui se produit autour de nous. Il est si rapide qu’on peut à peine le voir, jusqu’au moment où il daigne s’arrêter et se mettre à notre niveau de “lenteur”. Je le regarde, surpris de le voir ici. Wally West, le troisième Flash, nous fait l’honneur de sa présence. Il avait changé, pris en maturité peut-être. La dernière fois que nous nous sommes vus remonte à pas mal de temps où il me rendait visite à Opal. Jusqu’au moment où j’ai cessé d’avoir un quelconque contact avec tout le monde…
Le voir là m'apaise. Savoir que Central City a encore quelques protecteurs est rassurant. Mais Wally doit être… débordé. Ceci dit, je remarque qu’il se porte bien et qu’il parle toujours aussi vite.
A peine j’ai pris le temps de rassembler chaque éléments de ses phrases qu’il est déjà reparti et je me renfrogne. Boudeur, je regarde Spivot et je secoue doucement la tête.
Les Flash…
Tous les mêmes.
Il perd rien pour attendre, ce gosse.
- Il a parlé de quelques consignes de sécurité… A cause d’un événement ? Que s’est-il passé ?

Alors que nous nous rendons à notre rythme à Iron Height, Miss Spivot me dévoile ce qu’elle a pu savoir… La situation dans la prison a tourné au vinaigre à cause de la présence du terrible Deathstroke. Les gardes débordés ont demandé de l’aide à Ray Palmer et dieu seul sait ce qui a pu se produire par la suite… Je n’ose pas imaginer le quart d’heure en la compagnie du mercenaire, qui nous a fait à tous du mal; par le passé… Beaucoup trop.
Quelques temps plus tard, nous arrivons devant la prison. Un endroit où les Flash ont envoyé pas mal de criminels, avec mon assistance sur quelques enquêtes… Revenir ici avoir un nœud à l’estomac, d’autant plus en sachant qu’un ami y est enfermé. Ray…

Notre venu a été prévenue à l’avance, bien évidemment. Il n’est donc pas étonnant que des gardes nous attendent et me fixent de leurs yeux insistants. Contraint, je les suis. J’ai le droit à la fouille, deux fois de suite, et à des tests, diverses et variés. J’ai l’impression de passer un examen quasiment complet sur mes dons de méta-humains. Bientôt, une personne approche avec une seringue qui me fait pâlir… Je sais très bien ce qui s’y trouve, un sérum qui bloquent mes pouvoirs, ou du moins a pour but de freiner l’éveil des gènes concernés. Chez moi, ça consiste à entraver l’effet du gingold et je suis assez réticent à l’idée que l’on m’injecte quelque chose dans le sang qui va directement s'entremêler avec le fruit…
- Ne vous inquiétez pas, Elongated Man…, Finit par lâcher la personne qui semble être missionné comme infirmier entre ces murs. Les effets de ce sérum seront temporaires et ne vous feront pas plus de mal.

Cool. Je lui adresse un sourire nerveux, mal à l’aise, alors qu’il pique dans une veine au bras, qu’il va mettre un bon moment à trouver… Et il va mettre d’autant plus de temps à enfoncer l’aiguille dans cette peau qu’une balle n’arrive même pas à percer. J’ai presque cru à l’abandon de leurs parts, mais ils sont tenaces. Fichtre.
L’effet du sérum prend quelques minutes et je me sens bizarre. Capable de marcher, de penser, de vivre mais… Bizarre. Sans vérifier par moi-même, je sais pertinemment que je ne peux plus m’allonger, ou pas aussi bien que dans mon état normal. Je fronce les sourcils vers les gardes alors qu’ils apportent la dernière touche de sécurité… dont je n’étais pas au courant.
- Mettez-ça.

Ai-je franchement le choix ? C’est demandé si gentiment...
J’enfile donc les menottes chargés. Bien accrochées à mes poignets, le système est impressionnant mais leurs buts beaucoup moins admirables… Lié à mon système nerveux, elles déclenchent des décharges selon mon état émotionnel. Elles dissuadent de se montrer trop agressif. Si j’ai une envie monstrueuse d’insulter tous les gardes devant moi, je ne laisse rien paraître et je garde mon calme.
J’arrive enfin à la hauteur de Miss Spivot qui a attendu avec patience et nous rejoignons le parloir. La tension monte… Je fais des nœuds avec mes doigts (pas des vrais nœuds, c’est du sens figuré, voyons !) et je finis par arrêter en entrant dans la pièce… Nous y sommes. Il est juste là. Ray Palmer.
Nous approchons de Wally, déjà sur place et je jette un regard vers le bolide, le prenant un peu à part :
- Salut Wally, je deviens… Pas grand chose. Je me portais bien avant qu’ils me torturent avec cette seringue. Et toi, comment tu vas ? Tu as l’air en forme, tu détales toujours comme un lapin ! Et t’as presque du poil au menton, c’est bien !

Sourire satisfait sur le visage, je hausse les épaules et j’aurais bien ajouté un petit mouvement du nez, si j’avais pu. Je lui laisse un malin plaisir à trouver quelque chose pour surenchérir. Du temps il va en avoir…
J’approche du parloir, un carré autour d’une table. Nous sommes séparés d’une vitre, mais nous pouvons parler. Il est autorisé à rester un petit moment avec nous. Nous sommes quasiment les seuls présents, hormis une personne dans le fond qui discute avec un autre prisonnier. Les gardes nous surveillent, mais de loin, nous laissant un peu d’intimités...
Je suis devant Ray Palmer.
Il est juste là. Bien vivant. Il a l’air fatigué. Il n’est pas au meilleur de sa forme, mais il est bien présent.
Si tu le voyais, chérie, tu le reconnaîtrais à peine… Dans ce costume orange, ces yeux cernés, l’attitude d’un homme rongé et détruit. Il a l’air au fond, et plus en dessous encore même… J’ai l’impression de voir un reflet de moi deux ans en arrière. Deux ans ? Pas plus que ça … ? J’ai le sentiment qu’il s’est passé une éternité depuis ton décès…
Regardes où nous en sommes…
Regardes dans quel état on se trouve...
Deux hommes brisés.

Je suis devant Ray, il est en prison... Et je dois tout faire pour le sortir de là.

La tension est à son comble. Je me rends compte qu’il s’est passé de longues secondes dans lesquelles je l’ai regardé sans rien dire, tiraillé, troublé par toutes sortes d’émotions. J’ai senti Wally et son envie de briser le silence et je crois que Miss Spivot n’est pas très loin qui observe. Je finis par éclaircir ma gorge et je lui adresse un sourire. Sincère. Vraiment sincère. Pas de colère, pas de mépris. Un beau sourire, juste un peu maladroit.
- Salut Ray.

Un petit pas pour l’homme…
- Ça fait un bail, hein ? …

Et un grand pas allongé pour les héros…
- Même si… les conditions sont ce qu’elles sont, je suis content de te voir.

Je suis beaucoup moins content de te savoir en prison, accusé d’avoir fait des choses horribles, tandis que l’opposition s’amuse à jouer avec des vies extraterrestres au nom de la Science.
Je regarde par dessus mon épaule pour trouver Miss Spivot. Elle a dû se demander des dizaines de fois si cette rencontre était une bonne idée.
Je ne sais pas.
En faite j’aimerais tout casser.
La vitre. La table. Attrape le bras d’Atom. Le sortir de là. Pousser tout le monde. Casser le nez des gardes s’ils me forcent à rester.
Mais nous allons suivre la procédure. Respecter la loi. Aller jusqu’au tribunal. T’innocenter, dans les règles et dans l’art.
Je finis par me retourner vers Ray… Après avoir inspiré profondément, évitant une décharge des menottes qui m’aurait mis les nerfs encore plus en pelote.
- Miss Spivot est venue me trouver… demandant de l'aide. Pour t’aider. J’ai fait mon enquête, je me suis rendu là-bas…

J’attends, je lui laisse ce temps pour qu’il assimile tout ça. Ma présence est déjà… Disons…
Alors, le fait de savoir que je me suis rendu dans la Zone 51…

Et imaginer ce que j’ai pu y trouver…

Cette situation est difficile. Autant pour lui que pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Ray Palmer
Ray Palmer
Super-Héros
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1547
DC : Mister Miracle ; Bruce Wayne ; Dr Fate ; Kalel.
Situation : Accusé de meurtre, complicité de meurtres, torture, menace cosmique globale et terrorisme. Libéré sous caution et mis à l'épreuve. Obligé d'intégrer et co-diriger une JLA pour le Président des Etats-Unis d'Amérique.
Localisations : Ivy Town.
JLA
Team Atom
[Iron Hight] Retrouvailles incertaines [Ralph Dibny & Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Ven 1 Nov 2019 - 20:08
Ray Palmer est là, oui.
Au parloir.

A l'intérieur du pénitencier d'Iron Heights. Au cœur d'une des zones pénitentiaires les plus intenses et agressives du pays. Dans l'un des rares endroits de cet enfer carcéral où les prisonniers ont... quelques droits ; quelques communications, plutôt.
Avec leurs proches. Avec leurs visiteurs. Avec leurs familles.
Avec ceux qui viennent les voir – ceux qui n'ont pas honte ; ceux qui n'ont pas peur. Ceux qui font fait fi des accusations ou condamnations, pour se concentrer sur autre chose... sur l'âme et le cœur de ceux qu'ils aiment ; malgré tout.

Ray Palmer le sait, maintenant ; l'a compris, un peu.
Il est aimé.

Il ne comprendra jamais pourquoi – il ne saisira jamais pourquoi certaines personnes refusent de l'abandonner ; refusent d'abandonner la cause du scientifique.
Lui le veut. Lui l'a déjà fait.
Lui... se hait, au fond. Ne s'est jamais vraiment apprécié... et ce sentiment, ce vide s'est transformé, après les récents événements ; après que ses actes l'aient lentement précipité vers l'abîme.

Ray Palmer se hait, oui.
Mais.
D'autres non ; d'autres l'aiment. D'autres tiennent à lui. D'autres veulent se battre pour lui.

Et... il le comprend, maintenant.
Il l'accepte.
Il est même prêt à... se battre ; avec eux.
A se battre pour survivre – pour lui, un peu. Pour eux, surtout.

Pour qu'ils ne souffrent plus. Pour qu'ils n'aient plus de peine. Pour qu'ils ne subissent plus les déceptions et la tristesse de... subir l'auto-destruction continue de Ray Palmer.
Cela doit changer, donc. Cela va changer.

Et cela commence ici ; maintenant.
Dans ce parloir.
Avec les personnes prévues aujourd'hui. Avec ces visiteurs.
Avec... ce visiteur, en tout cas.


 « H... hey. »

Ray Palmer le salue ; il le voit arriver.
Il l'a attendu.
Et il tremble, aussi. Il tremble, bien sûr. Il a commencé à trembler à partir du moment où les gardes l'ont informé de cette visite – une faveur, obtenue après que ses relations avec la prison se soient apaisées.

Empêcher le massacre durant la tentative de meurtre de Slade Wilson, ça aide.
Même si le scientifique n'est pas fier de tout ce qu'il s'est passé cette nuit-là ; mais le pire a été empêché. C'est déjà ça.
C'est déjà beaucoup.


 « C'est... ça... »

Il parle ; il bégaye.
Il est là. Ils sont là. L'un avec l'autre.
L'un en face de l'autre.
Et Ray n'a franchement aucune idée de ce qu'il doit dire, ou faire – ou ne pas dire, ou ne pas faire.


 « Ouais. »

Palmer soupire.
Un peu de buée vient s'établir sur la vitre, qui les sépare ; si immense. Si massive.
Si... douloureuse.
Mais moins, bien sûr, que le regard qu'il adresse à Ralph.


 « C'est... beaucoup. Un bail. Ouais. »

Ray a les mains jointes ; les doigts serrés.
Les poignets bloqués par des menottes. Le corps engoncé dans son fichu costume orange, qui correspond tellement à... ce qu'il est, maintenant. Ce qu'il a accepté d'être.
Un prisonnier.
Un... prisonnier, oui. Un futur condamné. Peut-être.
Peut-être pas.
Cette visite risque de le déterminer.


 « Je... »

Ray s'interrompt ; il ne sait pas quoi dire.
Il ne sait pas quoi lui dire.
Parce que, déjà, il n'arrive pas à le regarder – lui.
Ralph.
Ralph Dibny.


 « Ouais. »

Son ami. Un vieil ami.
Un vrai, vieil ami... un de la Justice League ; ancienne version. Ancienne bonne version, oui.
Ils étaient proches. Ils s'amusaient. Ils riaient. Ils redressaient des torts.
C'était bien.
C'était... avant.

Les drames. Les épreuves. Les meurtres. Les pertes.
Avant... que Ray Palmer devienne un tueur ; accusé aussi d'avoir torturé, laissé des gens être tués. D'avoir perturbé l'équilibre cosmique, d'être rentré dans la Zon...


 « Qu... quoi ? »

Ses pensées se figent, soudain ; ses pensées se bloquent.
Parce qu'il l'entend.


 « Quoi ? »

Il relève les yeux. Il les fige sur Ralph.
Pour la première fois depuis qu'il est arrivé au parloir.


 « Quoi ? »

Ses sourcils se froncent, alors que ses poings se serrent.
Son cœur s'accélère.
Sa respiration se fait plus sèche ; saccadée.


 « Quoi ?! »

Parce qu'il l'a... entendu.
Parce qu'il a compris, aussi. Parce qu'il est encore observateur, malgré tout ce qui lui est arrivé – et il a compris.


 « Ralph. »

Sa voix tremble un peu ; mais il ne bégaye plus.

 « Qu'est-ce que... qu'est-ce que t'as fait ? »

Un lourd soupir s'échappe de ses lèvres.

 « C'est... je m'en doutais. En... en apprenant que tu venais, je... m'en doutais. Je le savais.
Je savais que... elle t'avait appelé. Qu'elle t'a demandé ton aide. Je le savais.
Je... mais... Ralph... »


Une expression triste glisse sur son visage.

 « Ralph. »

Ray prend une grande inspiration, et passe lentement ses mains dans ses cheveux ; mal coiffés, mais courts.

 « Je... pourquoi ? »

Son expression triste s'amplifie.

 « Tu... je... je n'ai jamais...
J'ai jamais... osé. Te parler. Après... enfin. Après, quoi. J'ai jamais osé... reprendre contact. Après. »


Après, oui.
Après la mort de Sue Dibny ; son meurtre, par accident.
Commis par Jean Loring.
L'ex-femme de Ray. Devenue folle, et qui a voulu ramener Palmer à lui... en menaçant les proches de Héros ; en tuant Sue, hélas.

Après, oui.
Après.


 « Alors... pourquoi ? »

Son regard ému se crispe.

 « Pourquoi... m'aider ? Moi ? »

Ray soupire – et attend.
Il s'en veut ; il s'en veut toujours. Il ne s'est pas pardonné de n'avoir pas vu les signes... les appels inconscients de Jean.
S'il l'avait fait, s'il avait su... il aurait pu l'arrêter ; tout arrêter.
Pour empêcher les drames.

S'il avait su, oui.
S'il avait su... tout aurait été différent. Encore.


**
*
**

Un peu à côté ; dans une salle annexe.
Patty Spivot patiente.
Elle va être appelée, elle le sait. Elle va aller voir Ray – après que le premier contact ait été établi avec Ralph.

Après, oui ; mais pas tout de suite.
Et... c'est une bonne chose.

 « Patricia Spivot ; en attente. En zone. En zone neutre. »

Une voix ; une voix se fait entendre.
Sombre. Etrange. Troublante.
Envoûtante.

 « En zone... neutre. Ha. »

Une porte s'ouvre ; une forme apparaît.
Celle d'un garde.
Un homme, oui. En uniforme de gardien, mais... ce n'est pas un garde, non.
Son visage le prouve.
Ou plutôt...

[Iron Hight] Retrouvailles incertaines [Ralph Dibny & Ray Palmer] Question-DC-Comics-Vic-Sage-Dennis-ONeil
... son absence de visage ; et pour cause.
Question ne le montre jamais.
Et ne se montre jamais... sauf en cas de grande importance.

 « Bonjour. Nous avons à... parler ; oui. Parler.
Beaucoup. Vite. Et bien. »


Ou en cas de conspiration.
Ce qui pourrait bien être le cas, ici !
Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Patty Spivot
Patty Spivot
Civils
Inscription : 19/12/2017
Messages : 464
DC : Garfield Logan/Stéphanie Brown/Carter Hall/ Tula Marius
Situation : Essaie de survivre aux dangers attirés par les héros
Localisations : Central, Coast ou Ivy en général
Groupes : ARGUS, Team Atom
Team Atom

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Ven 1 Nov 2019 - 22:51
Le rapport à propos de l'enquête menée par Ralph avait été sombre et triste. Le constat n'était vraiment pas bons, malgré les quelques bonnes nouvelles qui avaient pu faire surface. Notamment lorsqu'une scientifique avait affirmé que le traitement des créatures devrait s'adoucir légèrement... Ça n'enlevait rien à la monstruosité de la chose. Et la visite avait été éprouvante pour l'enquêteur, ça se sentait. Surtout le Blorp en fait. Mais Patty était trop réservée pour oser demander quoique se soit. Dans le cadre d'une enquête criminelle, elle n'aurait sans doute pas hésité, mais là... La conversation avait été interrompue par Wally West, toujours aussi débordant d'énergie.

Au point de ne pas avoir laissé le temps à ses interlocuteurs d'en placer une. Patty avait tellement l'habitude de ça qu'elle ne ressentait plus grand chose à chaque fois, à part un sentiment de lassitude lorsqu'elle n'était pas d'humeur. Mais après tout, elle n'était pas la moins bien placée.
Les pauvres gardes d'Iron Height devaient faire des cauchemars à cause de ses allées et venues qu'ils ne pouvaient empêcher, pour cause de trop grande rapidité du héros.

Ralph avait fait des efforts face aux mesures de sécurité imposées par la prison. Mais lorsqu'ils avaient commencé à s'approcher du parloir, Patty avait très clairement senti la tension devenir plus forte. Son estomac s'était tordu dans des élans de stress. Elle doutait que c'était une bonne idée, vu le passif qu'il y avait entre Ralph et Ray. Qui avait eut l'idée de cette rencontre déjà ? Au moment d'entrer, Patty avait été interceptée par un garde qui lui avait demandé de le suivre dans une salle annexe. La jeuen femme n'avait pas voulu, mais le garde avait insisté. Et bizarrement, ni Ray ni Ralph ne remarquaient quoique se soit. Patty avait fini par obéir et s'était rendu dans la pièce. Sans recevoir aucune réponse de la part du garde. Ce qui ne lui plaisait pas.
Elle se souvient des preuves d'une conspiration contre les héros qu'elle avait. Les chutes de la Justice League et des Titans. Les désaveux subis par Atom et Wonder Woman. La disparition du Batman et celle de Superman. Et l'annonce de Luthor. Quelque se se tramait...

-Qui est là ?

Elle n'était pas sure qu'il y ait effectivement quelqu'un, mais ça ne l'étonnerait pas. Elle passa de longues minutes à attendre, quelqu'un fini par arriver. Un garde de prison, mais Patty sent que quelque chose est différent. Elle ne se sent pas en danger pour le moment, mais comprend que ce garde-là n'est pas ordinaire. Et elle en a la preuve lorsqu'il relève son visage... Ou plutôt le vide qui lui sert de visage.

-Bonjour... Question.


Elle ne lui demanda pas comment il connaissait son prénom, elle avait déjà entendu parler de Question. Pas forcément mauvais, mais se retrouver en sa présence était toujours un signe annonciateur. Même si elle ne l'avait jamais croisé, et n'avait fait qu'entendre des rumeurs. Des on-dit. Qui allaient peut-être se confirmer dans les prochaines minutes. Durant la discussion voulue par le héros.

- J'ai entendu parler de vous, et de ce que je sais, vous rencontrer est toujours le signe de quelque chose d'important. Et je suppose que ça ne fera pas exception.

Elle n'avait pas vraiment envie d'être là, elle se demandait comment les choses allaient se passer entre Atom et Elongated-Man. Mais elles devaient leur faire confiance. A priori, ils étaient capables de se contrôler pour que les choses se passent au mieux. Mais finalement, le fait que le héros sans visage veuille parler vite l'arrangeait.

-Vous voulez me parler... Je suis là. Je vous écoute. Que voulez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Randolph W. Dibny/EM
Randolph W. Dibny/EM
Super-Héros
Inscription : 12/10/2019
Messages : 152
DC : Sinestro
Situation : Acutellement malade, après être entré en contact avec des créatures du Microvers
Localisations : Opal City
JLA
[Iron Hight] Retrouvailles incertaines [Ralph Dibny & Ray Palmer] 386562Rien
[Iron Hight] Retrouvailles incertaines [Ralph Dibny & Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Sam 2 Nov 2019 - 16:34
Qu’est-ce qu’on fout là, Ray ? Bon sang…
Iron Height est bien le dernier endroit où j’imaginais trouver un ami. Un bon ami. Un héros. Un membre de l’ancienne League.
Bien qu’elle connaît des améliorations et qu’elle apporte quelques occasions aux prisonniers de voir leurs proches, les gardes ici ont la réputation de faire passer des mauvais moments à leurs détenus, sans compter les débordements causés par les criminels eux-même lorsqu’ils se battent. Il est impossible d’en sortir, ni de passer outre la sécurité, hormis lorsqu’on y envoie des chasseurs connus que tout le monde veut buter… Et au milieu de tout ça, je te trouve là. Toi…
Ray me salue, il tremble, il bégaye… Mes doigts s’emmêlent à nouveau, j’ai une boule à l’estomac, je penche doucement la tête pour l’écouter. Il ne parle pas très fort et son regard… Ce regard. Celui-là. Je l’ai tant redouté. Les yeux de Ray Palmer. Je ferme un instant les miens... Je l’entends toujours, son soupire déchire mon coeur, ou ce qui en reste. Je dois fournir beaucoup d’efforts pour éviter tout débordement.
Je tiens bon. Et lorsque je rouvre les yeux, Ray semble tenir aussi. En quelque sorte…
J’essaye de capter son regard, j’essaye de faire en sorte qu’il me regarde. Moi… Juste là Ray.

Je suis impuissant devant le mal qui nous ronge tous les deux. J’ai l’impression que je peux briser quelque chose si je fais un seul faux pas. C’est insupportable ! Cette maudite situation me pousse à le sortir de là pour que l’on puisse discuter, poser les choses à plat, ailleurs, en dehors de ces murs. Et peut-être nous entre-aider… Redevenir les vieux amis que nous étions, avant que tout ça ne se produise.
Mais avant, il faut que tu me regardes…
- Ray ?
… S’il te plait…
- Ray, tu… ?

Je n’ai pas le temps de lui demander s’il se sentait bien. La réponse est non, évidemment, mais d’un coup d’un seul, un changement s’impose et agit sur l’attitude de Ray Palmer. Il m’a entendu et il a très bien compris. Il me regarde enfin et son visage devient un peu plus grave. Je sens d’ici son stress, atteignant presque son paroxysme. C’est difficile, vraiment, de voir un ami dans un état pareil, mais au moins nous pouvons nous concentrer sur quelque chose. Sur un sujet précis. Cela nous évitera d’être… comme… De rester figé dans un silence de culpabilité et de mélancolie.
Sinon j’aurais fini par péter cette foutue vitre et de hurler mon désarroi.
Il me regarde, il analyse. Je vois qu’il observe toujours aussi bien. Il tremble encore, mais les émotions y sont pour beaucoup.
Je commence à trembler aussi, lorsque mes propres angoisses remontent à la surface, lorsque Ray me demande ce que j’ai fait.
Qu’est-ce que j’ai fait …
Un nouveau soupire et mes propres mains se serrent. Pour éviter de me faire mal, je décide de les poser sur la table, soulevant ces menottes qui commencent à peser lourds sur mes poignets.
Je ferme les yeux, j’inspire et j’expire doucement, je les rouvre, je le regarde et je l’écoute. Il savait parce qu’il me connaissait bien. Il sait qui je suis et ce que je suis capable de faire. Je n’ai jamais prétendu être le meilleur détective au monde, mais j’ai la prétention de me débrouiller et d’avoir résolu pas mal d’énigmes. Mais en vérité, si Miss Spivot est venue frapper à ma porte, c’est simplement parce que je suis revenu.
- Oui, elle est venue me voir et j’ai accepté de l’aider.

… Parce qu’on ne vient pas demander de l’aide à une personne inutile. Et j’ai longtemps été inutile…
A ces pensées, je serre et je desserre mes poings. Mais très vite, je me reconcentre sur Ray. Ce n’est pas le moment de flancher…
Il me demande… Pourquoi ?
Pourquoi…
Sa question est accompagnée de cette expression. Ce visage-là. Le visage d’Atom. L’ami naturellement inquiet pour les autres, beaucoup moins pour lui-même. L’homme qui murmure à l’oreille de l’auto-dérision et de l’auto-destruction. Un tout petit qui s’est rendu encore plus petit…
Alors, oui, pourquoi est-ce que j’aiderais une personne qui prend pareille expression sur le visage et qui… Qui me donne absolument toutes les raisons de le faire ? Qui me pousse à me dépasser, à traverser les ombres, à me tuer à la tâche si nécessaire… Qui me pousse à chercher, à découvrir ce que je pensais impossible… Qui me pousse à avoir un but. Un but ! Un vrai. Quelque chose de palpable !
- Ray, je …

Il continue et je préfère le laisser s’exprimer. Sa douleur me transperce et marche à côté de la mienne. Il en revient à “ce moment-là”, à sa culpabilité de ne pas avoir fait le pas. De ne pas être venu “après”. Il le répète, ce même mot. Il exprime une des causes de sa sentence.
Pendant quelques secondes, je cesse presque de respirer. Je suis dans la retenue, j’essaye… Je… Je fais au mieux.
J’avoue avoir beaucoup de mal à me contenir, cette fois-ci. J’use de la technique pour ne pas m’effondrer, je reprends l’inspiration et l’expiration, doucement.
Il est tout aussi proche de craquer. S’il n’y avait pas eu cette… satanée vitre, j’aurais pu l’épauler. M’évertuer à tenir bon pour deux. Pour nous deux.

Et sa question revient.
Et je me remets à trembler. J’ai des frissons ? Ha… Haha… Oui…
- Pourquoi… t’aider … ?

Je suis bien assis sur la chaise, fort heureusement. Mes jambes n’auraient pas pu me porter plus longtemps. Je pose mes coudes sur la table pour mettre mon visage dans mes mains, ou plus précisément le planquer. Je dissimule ma détresse. Mes épaules sont légèrement secouées par un rire nerveux, coincé, à peine audible. Je ne me moque pas… En faite je crois que je pète un plomb. Mais si mon corps a envie de lâcher prise, mon esprit est encore suffisamment opérationnel pour garder la raison intacte. Pour rester concentrer sur la réponse que je dois lui donner. Il faut que je … m’explique. C’est le moment. Nous sommes seuls, l’un en face de l’autre, je n’aurais pas d’autres occasions…
Tiens, d’ailleurs, oui ? Nous sommes seuls ? Wally s’est éclipsé et Miss Spivot semble s’être absentée aussi. J’ai pourtant cru qu’elle se trouvait là… Juste derrière moi.

D’un coup d’un seul, avec résolution, j’ai sorti mon visage de ces mains que je pose sur la table. Mes doigts de droite vont machinalement palper la bague sur l’annulaire gauche. Un réflexe… qui... qui me rassure… m’apaise, un peu.
- Parce que c’est toi.

J’ai répondu si naturellement, c’est bien dommage que je n’ai pas bien maîtrisé ma voix tremblante. Alors, comme j’aime faire les choses correctement, j’inspire un bon coup et je me répète :
- Parce que c’est toi, Ray. Parce que… - Je secoue la tête. Ne pas craquer. - Parce que lorsqu’on vient me voir pour me dire que Ray Palmer est en prison, j’ai agit, pour aider… - Ne.Pas.Craquer. - Enfin si… Il me fallait quelque chose aussi, un but… Pour pas… Disons… - Concentre-toi ! - Pour pas… - C’est trop tôt pour en parler… - Je ne pouvais pas t’abandonner. Ni maintenant, ni jamais. Je n’ai...

Je n’ai jamais abandonné personne… Parce que nous sommes des héros, bordel. Heureusement que les menottes n’envoient pas de décharges sur les dépressifs… Je frôle le fond.
- Pourquoi quoi ? Ray… - Par contre, évitons de trop nous emporter, hein… - Ray… Je suis un détective et un ami. Ils sont venus chercher de l’aide là où ils ont pu en trouver. Pour toi. Parce que tu es notre ami, qui a besoin de soutien. Il est hors de question que je te laisse pourrir ici. - Doucement, Ralph… - Tu es un héros, tu es Atom ! Ils n’ont pas le droit de te faire- AÏE !

Bien fait… ça t’apprendra… Oh, punaise je les sentis passer, malgré que ça soit une petite décharge. Je jette un regard mauvais vers un des gardes dans le fond de la pièce qui s’est mis à toussoter pour me rappeler qu’il a tout vu. Sale petit nodocéphale !
Je me ressaisis, fixant Ray.
- Tu… Tu n’as pas à … Hmm… A culpabiliser, pour… Pour ça.

Impossible qu’il ne comprenne pas où je veux en venir… Et même en parler, là comme ça, c’est encore très difficile. Alors… C’est évident. Mais… Il faut que ça sorte.
- On ne pouvait pas… savoir...
Il le faut.
- C’est arrivé...
Maintenant. Il le faut, maintenant !
- Je ne t’en ai jamais voulu, je n’ai aucune haine à ton égard. Tu n'es pas responsable ! - Nom de… dieu… - Et je… Je ne t’en veux pas non plus… Pour après… Je comprends…

Mon regard est devenu triste, lui aussi et ma volonté ne tient plus qu’à un petit fils. Mais il tient…
- … Je comprends… Je n’ai… Je n’ai pas fait mieux…

Mes coudes encore posés, je pose le front sur mes mains, qui s’enlacent et forment un poing. J’ai fermé les yeux. J’implore quelque chose… Sincèrement.
- Je… Je suis désolé.
Le pardon.
- Désolé…

Je prends le temps de me ressaisir, de contrôler les nerfs, les émotions, le coeur qui essaye de sortir de ma poitrine, les larmes qui montent. Mais ne sortiront pas. Pas maintenant… Je ne peux pas maintenant.
Alors… Une fois que j’ai récupéré, mes mains s’abaissent et laissent apparaître un visage, où traverse un sourire fugace. Et bientôt, je m’en vais pour répondre à d’autres questions. Sur l’affaire qui nous intéresse, qui presse. Qui nous empêche pour le moment de mieux gérer nos problèmes et nos vies privés. Qui, je tiens à le dire, ne ressemble plus à grand chose de mon côté, mais… Je ferais des efforts.
- Tu l’as parfaitement deviné. Je me suis rendu là-bas. - Ma voix est plus assurée et mon regard résolu - Nous avons pu avoir les autorisations nécessaires pour que je puisse enquêter, pour monter ton dossier. Miss Spivot m’a donné des pistes sur ce que je devais chercher, mais j’ai trouvé mieux en fouillant… J’ai trouvé des choses qui sont… - Il faut que j’évite d’avoir cette image en tête… Non ? - Particulière. - Et merde… - Mais… J’ai aussi trouvé des fichiers d’expériences, des dossiers secrets, des éléments qui peuvent servir à la défense… - Sue… - Nous pouvons y arriver, Ray, nous pouvons te sortir de là… - Sue… Ce n’était pas toi… - J’ai réussi là où personne n’aurait pu réussir à ma place, dans cette situation, dans cet … Enfer ! - J’ai voulu y croire… Ne m’en veux pas… J’ai voulu si fort… - Parce que j’ai repris le gingold. Je redeviens ce que j’étais… Enfin…

En vérité, j’essaye au mieux de redevenir quoi ? Un super-héros ? Est-ce que je peux seulement prétendre en être un ? Après avoir ignoré le monde pendant si longtemps, laissant mes amis, abandonnant ce que j’ai défendu avec ferveur ?
- … Ray… Essayons… ? Essayons de t’aider. Toi, avant tout. Essayons de te sortir de là et ensuite, on… On verra …

J’ai besoin de croire en quelque chose. Redevenir ou pas un héros, peu importe, pour l’instant. Redevenir ou non un être humain apte, capable d’avoir la force de combattre le mal… Peu importe, pour le moment.
- Essayons de faire ça ensemble…

Tout ce qui compte… C’est eux… Les amis. Et donc toi.
Revenir en haut Aller en bas
Ray Palmer
Ray Palmer
Super-Héros
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1547
DC : Mister Miracle ; Bruce Wayne ; Dr Fate ; Kalel.
Situation : Accusé de meurtre, complicité de meurtres, torture, menace cosmique globale et terrorisme. Libéré sous caution et mis à l'épreuve. Obligé d'intégrer et co-diriger une JLA pour le Président des Etats-Unis d'Amérique.
Localisations : Ivy Town.
JLA
Team Atom
[Iron Hight] Retrouvailles incertaines [Ralph Dibny & Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Lun 4 Nov 2019 - 15:07
Le silence répond d'abord à l'interrogation de Patty Spivot.
Un silence lourd. Un silence désagréable.
Un silence âpre... et agressif ; qui dure pendant plusieurs secondes.

 « Des... questions. »

Avant qu'il ne parle ; avant qu'il ne reprenne la parole.

 « Vous posez... des questions. »

Avant qu'il bouge, enfin. Après avoir été figé, bloqué pendant plusieurs longs moments.
Créant une tension intense, brutale.

 « A... moi. »

Question hoche la tête ; puis part.
Dans un rire.
Dans un fou rire... immense. Intense. Terrible.
Terrifiant, et désagréable.

 « Hahahahaha... haaaa. »

Le fou rire s'achève finalement, et Question vient caler son épaule contre un mur ; il reprend sa respiration.
Et reprend, tout court.

 « Oui ; parler. Je veux. Vous parler. »

De l'index, il désigne une porte ; une autre porte.

 « De lui. »

Ray Palmer ; bien sûr.

 « Il... va tomber. Il veut. Tomber.
Mais. Il ne doit pas.
S'il tombe... s'il se laisse accuser. S'il se laisse condamner. Nous perdrons. Nous perdrons tous.
Et ce n'est pas. Possible. »


Question soupire.

 « Il faut... qu'il sorte. Il doit. Sortir.
Il doit.
Parce que... c'est trop. Il y a trop. Il y a. La communauté. Les Héros. Il faut les sauver.
Il doit sortir. Il ne doit pas. Tomber. Pour les autres.
Sortez-le. Faites-le sortir.
Pas... par le procès ; n'attendez pas. N'attendez pas. Ça sera trop long.
Envoyez... les documents. Au Président. Envoyez-les. Demandez... à Batman. Demandez d'appeler. Demandez qu'il appelle.
Pour que Ray Palmer sorte. Pour qu'il soit libéré ; pour eux. »


Il croise les bras, se crispe un peu.

 « Demandez. Faites-le appeler. Faites-le sortir.
Vite. »


Question est inquiet – et ça se sent.
Et ça n'a rien d'une bonne nouvelle !


**
*
**

L'ambiance, dans la pièce voisine, est elle bien différente.
Pas de rire. Pas de discours saccadé.
Pas de discours étrange – pas d'annonces, pas de demandes, pas d'ordres. Pas de complot, pas de manipulation ; pas de grand plan.

Juste... l'émotion.

L'émotion brute. L'émotion sincère. L'émotion sèche. L'émotion intense.
Entre deux amis.
Deux camarades. Deux alliés. Deux frères d'armes. Deux proches.
Qui se sont... éloignés. Qui ont souffert ; ensemble. Mais en silence. Chacun dans son coin ; chacun n'osant pas aller vers l'autre.

Ray Palmer le comprend, alors ; il le voit.
En voyant Ralph.
En voyant ce formidable ami, devant lui. Rongé par l'émotion. Hanté par l'absence. Touché par le drame.
Mais qui est là ; mais qui est venu.
Pour lui.

Malgré la douleur. Malgré le chagrin. Malgré les chutes. Malgré les troubles.
Il est venu ; et il s'explique, même.
Parce que... parce que Ray Palmer est stupide. Parce que Ray Palmer ne comprend pas pourquoi Ralph a pu venir ; a pu vouloir l'aider. Imbécile.

Ralph l'a fait parce qu'ils sont... amis.
Parce qu'il ne laisse aucun ami dans la difficulté ; parce qu'il ne laisse jamais quelqu'un derrière, tout court.
Et Ray... Ray en est touché ; et culpabilise.
Car lui ferait pareil. Car lui a fait pareil – sans se poser de question ; sans hésiter.

Pourquoi l'interroger, alors ?
Pourquoi en venir à... agresser Ralph ainsi ? A l'insulter, presque, en lui demandant pourquoi il est venu – pourquoi il l'aide ?
Parce qu'ils sont amis ; parce que Ray ferait pareil.


 « Humf. »

Le scientifique soupire, et baisse la tête ; pour la première fois.
Pour la première fois depuis de longues secondes.
Il n'a fait que le regarder. Il n'a fait que le fixer – sans bouger. Sans défaillir. Sans se troubler.

Par respect. Par politesse.
Par amitié.
Par estime... et fidélité.


 « Ou... ouais... »

Il ferme les yeux une seconde ; pour en chasser l'émotion.
Les larmes.
Qui ont coulé silencieusement sur ses joues, durant tout le discours de Ralph. Tous ses mots, qui ont touché directement Atom au cœur... définitivement.


 « Ouais. »

Il prend une grande inspiration.

 « On... va faire ça. »

Il remonte des yeux rouges, et les fige sur Ralph.

 « Ensemble. »

Il grimace un sourire gêné.

 « On... on va me sortir. De là. »

Il en frissonne ; ils vont le faire, oui.
Même s'il se considère toujours coupable. Même s'il s'en veut encore.
Même si une part de lui le considère toujours à sa place, ici.


 « Et... on va s'en occuper ; de là-bas. De... c'que t'as trouvé. On va s'en occuper. On va... gérer.
C'que t'as trouvé ; c'que toi seul, tu pouvais trouver. »


Ray lève une main tremblante, et la pose sur la vitre.

 « Mon... ami. »

Il frissonne, encore.

 « Je... merci. »

Palmer soupire ; c'est dur. Tout ça est dur.
Mais tout ça... doit avoir lieu. Tout ça doit être fait ; tout ça doit être géré.
Il doit sortir. Il doit s'en sortir.
… et il n'est heureusement pas seul pour cela !
Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Patty Spivot
Patty Spivot
Civils
Inscription : 19/12/2017
Messages : 464
DC : Garfield Logan/Stéphanie Brown/Carter Hall/ Tula Marius
Situation : Essaie de survivre aux dangers attirés par les héros
Localisations : Central, Coast ou Ivy en général
Groupes : ARGUS, Team Atom
Team Atom

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Mar 5 Nov 2019 - 22:29
Patty était bien loin des déclarations d’amitié de Ray et Ralph dont les retrouvailles étaient tendues et pleines d'émotions... Mais leur permettaient aussi de renouer leurs liens délaissés pendant des années. Ce qui devait faire du bien, quelque part. Et pouvait redonner de l'espoir. Mais Patty, encore une fois, était bien loin de tout ça. Elle était avec l'un des héros les plus énigmatiques de l'univers qui avait gardé un lourd silence, après les question de Patty. La jeune femme se demanda si elle n'avait pas fait une bêtise, avant d'être désarçonnée par l'éclat de rire du héros sans visage. Qui riait. Si lorsqu'il avait reprit la parole Patty s'était sentie mal à l'aise, elle recula légèrement face au rire.
Qui était terrifiant. Elle n'avait pas entendu beaucoup de personnes rire ainsi... A part quelques fous criminels complètement déjantés.
Ce qui n'était pas très rassurant.

-Mmmh...

Patty garde son calme, se contrôle au mieux. Comme si elle se trouvait face à suspect dangereux qu'il fallait interroger. Elle n'avait pas beaucoup fait ça, mais ça lui était arrivé. Enfin, Question se calme et elle doit admettre que ça la soulage un peu. Il veut parler de Ray, bien entendu. Ca ne l'étonne même pas. De qui d'autre viendrait-il lui parler. Patty croise les bras, et écoute donc. Ce qu'il dit, elle le savait déjà, hélas. Atom qui veut chuter, qui veut rester enfermé dans cette prison. Qui veut payer des crimes qu'il pense avoir commis. Il veut tomber oui, et il risque de...

-Non, il ne tombera pas.

Patty avait prononcé cette phrase à voix basse, mais elle était déterminée. Elle savait à quel point Ray culpabilisait dans son coin, mais Icon et elle avaient réussi à lui redonner l'envie de se battre. Un peu. Autant qu'il était possible. Pour protéger la communauté des héros autant que pour sauver Ray d'une justice manipulée et de lui-même. Question voulait aussi qu'Atom sorte, parce qu'il semblait craindre quelque chose. Quelque chose qui se produirait si Ray n'était pas libéré.

-Si Ray n'est pas sorti rapidement.... La va encore dégénérer... ?


Ce n'était pas vraiment une question... Ou une question rhétorique. Parce que Patty pressentait déjà la réponse. Oui, le destin de Ray était irrémédiablement lié à celui de la communauté héroïque. C'était inquiétant, c'était stressant. D'autant plus qu'il n'était pas certain que le dossier qu'ils étaient en train de monter suffise. Oh, il était solide, Icon le leur avait assuré. Mais le risque 0 n'existait pas... Dixit Augustus Freeman, encore une fois. Et apparemment, le procès serait trop long.
Il fallait immédiatement passer par la plus haute instance possible dans ce pays. Et Patty ouvrit les yeux de surprise lorsque le héros en parla.

-Mais...


Bon, d'accord ils avaient déjà fait appel au président par l'intermédiaire de Batman. Mais c'était dans le cadre d'une enquête afin de pouvoir présenter des preuves à la justice. Ce que demandait Question était d'un tout autre registre à ses yeux. Mais Question y tenait. Même si son visage était de marbre, elle le sentait, il y tenait. Pour repousser cette chose qu'il craignait.

-Je vais faire parvenir une copie complète du dossier au président, par la voie la plus rapide. Je ne vous promet rien mais...

Elle marqua une pause pour réfléchir, avant de reprendre.

-Quoique... Si Batman intervient, nous avons toutes les chances d'obtenir gain de cause. Une libération dans les plus bref délais.

Patty est perturbée par l'inquiétude qu'elle ressent chez Question, ça la mettait mal à l'aise. Tout chez le héros la mettait mal à l'aise. Mais elle voulait tout faire pour aider son ami qui l'avait sauvée un si grand nombre de fois. Alors elle prenait sur elle, et ferait au mieux pour l'aider. Semblant se parler à elle-même, Patty se risqua à une nouvelle manœuvre pour tenter d'en apprendre un peu plus.
Sans poser de question, vu l'effet que ça faisait au héros.

-J'aimerais savoir, ce qui se trame exactement...
Revenir en haut Aller en bas
Randolph W. Dibny/EM
Randolph W. Dibny/EM
Super-Héros
Inscription : 12/10/2019
Messages : 152
DC : Sinestro
Situation : Acutellement malade, après être entré en contact avec des créatures du Microvers
Localisations : Opal City
JLA
[Iron Hight] Retrouvailles incertaines [Ralph Dibny & Ray Palmer] 386562Rien
[Iron Hight] Retrouvailles incertaines [Ralph Dibny & Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Jeu 7 Nov 2019 - 10:43
Nous pouvons y arriver…
- Ray ?
… Ensemble.
- Ray…

Il a baissé le regard, alors qu’il m’a fixé tout du long, buvant mes paroles, à l’écoute comme l’a toujours fait Atom. Il écoute, il analyse beaucoup. Il s’est retenu, tant bien que mal, mais elles sont arrivées. Les larmes. Je garde le silence, retenant un élan de bravoure qui aurait consisté à exploser un mur - Faut peut-être que je consulte pour mon envie de tout casser, non ? - Mais il finit par relever la tête, m’offrant des yeux rougis, en larmes, mais avec une affirmation. Avec l’idée. Que j’ai voulu qu’il retienne.
Je souris alors qu’il lutte contre l’émotion, répondant à cette grimace.
- Exactement, on va faire ça ensemble !

C’est l’idée, c’est exactement ce que nous allons faire. Et nous réussirons. Ce n’est même pas une option d’échouer. Je ne connais pas ce mot. Non. Non… ?
- On te sort de là…

Il évoque à nouveau la Zone 51 et ce que j’ai pu découvrir là-bas… Pas maintenant, je ne peux pas lui dire maintenant. Je serre les poings, j’ignore les hurlements dans mon esprit qui veulent me pousser à m’exprimer. C’est là, c’est violent, mais… Non. Pas maintenant. Je ne sais pas s’il sait, s’il a déjà compris, s’il a pris conscience de certains détails. Je ne sais pas non plus s’il a déjà vu ce que peut faire un Blorp, ni même les conditions d’emprisonnement du petit de l’Andrysn. Mais il est prêt à s’en occuper une fois sortie. Il veut s’en occuper. Et il veut probablement, autant que moi, autant que Miss Spivot, voir cet endroit disparaître. Pour que plus aucun être vivant n’est à souffrir plus longtemps.
Alors… Je me retiens. Je reste muet. Je regarde la main tremblante de mon ami qui se pose sur la vitre. Je ferme les yeux, je pince ma lèvre inférieur. De façon imagé, je ravale ma détresse, ma colère et j’ouvre les yeux, laissant échapper le surplus que je n’ai pas pu retenir. Quelques larmes qui glissent sur un sourire gauche.

Je desserre enfin mon poing, pour poser ma main contre celle de Ray. Je ne la sens pas, évidemment, mais le coeur y est. L’intention y est.
- On va gérer ça… Tout ça. - Je passe la manche de ma main libre sur mon visage, supprimant ces larmes. - Je… Je ne te lâcherais pas. - J’entends des pas arriver dans mon dos. Déjà ?! - Je…
- Monsieur. Le temps est écoulé.
Ils sont payés à la seconde ?
- Le prisonnier doit regagner ses quartiers.
Très classe. Vraiment. Quand on sait que tu as osé te moquer de moi, le karma te le rendra !
- Laissez-nous encore-
- J’ai des ordres.
Si je pouvais te les mettre dans… Hm.

Je jette un regard à Ray, gardant mon calme. Haha… Je me force à être calme, pour tout dire, parce que je ne laisserais à aucun garde d’Iron Height le plaisir de me ramasser par terre à cause d’un trop gros choc électrique. Même si avec mes capacités méta-humaines, il en faut une sacrée dose…
Pour éviter d’agacer le garde, je commence à me lever, ayant laissé ma main sur la vitre. Je continue de fixer Ray et avant de baisser le bras je lui souris. En plus d’être sincère, il est beaucoup moins maladroit. Il montre de l’assurance, il montre… Un sourire d’époque, un trait que je portais en tant que héros. Super-héros aux côtés des autres. Un combattant qui se battait et qui se battra pour protéger des valeurs que tout le monde tente d’oublier, de rejeter, de discréditer. Ces valeurs et les Héros.
Quelle époque de merde.
- Courage Ray. Tiens bon l’ami !

Gardes espoir, gardes la force ou la volonté. Crois en ce que tu veux, accroches toi. Penses à ceux qui luttent pour toi, penses à ceux qui attendent de t’avoir à leurs côtés. Parce que j’en suis certain, cette épreuve n’est que le début. La suite arrive… Et elle sera encore plus difficile.
C’est pourtant déjà si dur de devoir quitter un ami dans le besoin dans un endroit aussi terrible qu’Iron Height. Tu n’es pas seul… Tiens bon…

Le garde me raccompagne en dehors des parloirs. Je cherche des yeux Miss Spivot ou Wally, sans les trouver. Ce … C’est étrange… Je jette un coup d’oeil à la direction que nous prenons et il semble évident qu’il me raccompagne à l’entrée…
- Excusez moi je… J’ai… J’aurais besoin de me rafraîchir. - Il se retourne et plisse les yeux lorsque je lève les mains menottées sous son nez - Je… Enfin disons que ça serait plus pratique de… Non ?
- Je vous les retire, mais ne tentez rien de stupide. Vous avez cinq minutes.

Je lui adresse un sourire crispé pour le remercier. Lorsqu’il retire les menottes, j’ai encore les mains tremblantes des récentes émotions qui ont traversé tout mon être. Il me montre où se trouve les toilettes et j’y vais comme si ma vie en dépendait. Bon… Je me rafraîchis vraiment, ceci dit, parce que… Punaise. Je me suis juré de ne plus pleurer… Mais ça sera dur. De respecter encore longtemps cette promesse … Parce que… Tu étais là. Sue.
Allez. Reprends-toi et concentre-toi. Est-ce que je peux utiliser mes pouvoirs ? D’après cette main qui s’étend mais qui a failli m’arracher un cri d’agneau qu’on égorge, c’est un non catégorique. Donc je vais devoir me débrouiller autrement…
Je passe la tête pour voir si le garde surveille dans ma direction. J’attends le bon moment, un petit appel de talki walki tombe à pique et j’ai pu me débarrasser de mon pot de colle. Au moins pendant quelques minutes. Je traverse un couloir à l’opposé de lui, cherchant Miss Spivot. Je suis venu accompagné, je repars accompagné…
Je passe devant quelques portes, mais une d'entres elles m'arrête. Un rire, un peu étrange, se dégage de cette pièce... J'ouvre doucement, et je découvre Miss Spivot avec... Question ?
Je garde le silence, pénétrant lentement dans cette salle, fixant longuement cet homme. Ce personnage. Je me demande pourquoi il est ici...
Revenir en haut Aller en bas
Ray Palmer
Ray Palmer
Super-Héros
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1547
DC : Mister Miracle ; Bruce Wayne ; Dr Fate ; Kalel.
Situation : Accusé de meurtre, complicité de meurtres, torture, menace cosmique globale et terrorisme. Libéré sous caution et mis à l'épreuve. Obligé d'intégrer et co-diriger une JLA pour le Président des Etats-Unis d'Amérique.
Localisations : Ivy Town.
JLA
Team Atom
[Iron Hight] Retrouvailles incertaines [Ralph Dibny & Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Jeu 7 Nov 2019 - 14:22
Un sourire sincère glisse sur le visage fatigué et creusé de Ray Palmer.

« T’in… t’inquiète. »

Lentement, il se redresse, et se relève ; le garde à ses côtés.

« C’est… ça ira. »

Il hoche doucement la tête.

« Je… avec, avec toi et Patty, je… »

Il prend une grande inspiration, et maintient son sourire.

« J’peux pas… foirer ; avec vous.
Et j’peux pas… vous laisser tomber. »


Il hoche la tête, et croise les bras.

« Mon ami. »

Ray se détourne, alors, et suit le garde ; en silence.
Il aimerait rester. Il aimerait continuer.
Il aimerait partager, encore, avec Ralph – avec ce cher ami, qu’il retrouve enfin.

Ils n’en ont pas l’opportunité, hélas… et contester ne servirait à rien.
C’est la règle du jeu, ici.
Les gardiens dominent. Les gardiens dirigent.
Les gardiens font ce qu’ils veulent… et mieux vaut prendre sur soi, plutôt que de contester.

Atom se replie, alors, et quitte la salle du parloir.
Il retourne au cœur de la prison – dans ses profondeurs ; ses couloirs, ses artères.
Sa cellule… et son isolement.
Même si son cœur est maintenant plus léger. Même si son âme va un peu mieux… grâce à eux ; Patty et Ralph.

Ses proches. Ses amis.
Sa garde rapprochée !


**
*
**

Ceux-là mêmes qui sont réunis, maintenant ; Patty et Ralph.
Ensemble. Dans une pièce connexe.
… avec Question.

« Hrm. »

Qui grogne, à l’entrée de Ralph ; après être resté silencieux, suite aux questions de Patty Spivot.
Auxquelles il ne veut pas répondre ; auxquelles il ne répond pas.

Il croise lentement les bras, et se redresse. Il semble sur le point de parler, en fait.
Mais rien ne vient.
… rien ne vient de lui, du moins.

« Bonjour. »

Car une autre voix intervient ; car une autre personne apparaît, derrière Ralph après que ce dernier soit entré dans la pièce.

« Gregory Wolfe, directeur. »

Une silhouette massive se présente aux personnes présentes ; massive et puissante.

[Iron Hight] Retrouvailles incertaines [Ralph Dibny & Ray Palmer] 262?cb=20121012003443
Son regard coule sur la pièce, et une micro-grimace passe sur ses lèvres.

« Nos senseurs détectent une présence interdite, ici… vous n’avez rien vu ? Je suppose ? »

Question ; les senseurs ont découvert Question.
… qui n’est plus là.
Qui a disparu, au moment où Gregory Wolfe est apparu. Qui a emprunté les techniques de Batman pour s’évaporer – et laisser ainsi Patty et Ralph seuls.
Face au directeur d’Iron Heights.
Sans devoir s’expliquer sur la présence de Question… mais, quand même, seuls face à quelqu’un qui n’a rien de commode !


(HJ/ A mon sens, je pense que vous pouvez conclure avec vos messages, Gregory Wolfe ne s’attardera pas. Merci beaucoup pour ce très, très bon sujet… et au plaisir de recroiser Patty rapidement, après cette occasion manquée ! /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Patty Spivot
Patty Spivot
Civils
Inscription : 19/12/2017
Messages : 464
DC : Garfield Logan/Stéphanie Brown/Carter Hall/ Tula Marius
Situation : Essaie de survivre aux dangers attirés par les héros
Localisations : Central, Coast ou Ivy en général
Groupes : ARGUS, Team Atom
Team Atom

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Jeu 7 Nov 2019 - 15:29
Question demeure muet, il ne parle plus, ne donne plus d'informations à Patty. Mais la criminologue veut savoir. Le héros avait commencé à lâcher des pistes, des brides de réponses qui ne lui plaisaient pas. Il fallait qu'elle en sache plus sur ce que Question sait. Sur les événements à venir ou du moins sur ce qu'il pressent. Mais Question ne dit rien, laissant la criminologue dans le flou. Alors qu'elle allait rouvrir la bouche pour essayer d'inciter son interlocuteur à parler, malgré les risques encourus, elle est interrompue par l'arrivée d'Elongated-Man. Qui a laissé Atom, et qui se promène seul dans les couloirs. Sans ses menottes. Autant dire que la sécurité de la prison n'accepterait pas ça.

-R...

Mais alors qu'elle allait parler, une carrure immense apparu derrière le héros, et Patty senti que la situation venait encore d'empirer. Gregory Wolfe en personne venait de se présenter à eux. Discrètement, Neutrina jeta un regard là où se trouvait Question quelques secondes auparavant... Mais le héros avait déjà disparu. Volatilisé, comme s'il n'avait jamais été là. D'une part ça lui facilitait le travail, car elle n'aurait pas à justifier la présence du héros... Mais...

-Non... Nous n'avons rien vu. Rien du tout.


-Que faisiez-vous ici toute seule, miss Spivot ?


-Je revoyais quelques détails du dossier avec notre avocat

Patty avait prit une voix aussi assurée que possible et avait posé ses mains sur la pochette où il y avait les dossiers remis par Ralph. Le directeur d'Iron Height regarda longuement Patty, avant de tourner finalement son regard sur le héros... Et plus particulièrement sur ses bras non menottés. Il leur ordonna de quitter la prison dans les plus brefs délais car ils allaient devoir effectuer des fouilles. Tous les visiteurs doivent partir. Surtout les personnes dotées de supers-pouvoirs. Puis le directeur de la prison s'en alla, et le duo se retrouva seul. Patty était un peu dépitée.

-Aaaah... Je verrais Ray un autre jour on dirait... Comment est-ce qu'il allait ? Et comment ça c'est passé ? Ce n'était pas trop dur ?


Patty avait été emmenée ailleurs sans même voir le début de la conversation entre Atom et Elongated-Man... Elle s'inquiétait un peu. Et elle voyait encore les traces de l'émotion qui avait parcouru Ralph. La discussion avait dû être tendue. Après que le héros lui ai répondu, un gardien arriva pour leur demander une nouvelle fois de sortir. Le duo fut mis à la porte, et Patty attendit qu'ils se soient éloignés pour donner davantage d'explication à son compagnon.

-Question est venu... Il a l'air d'être au courant de quelque chose, mais je n'ai pas eut le temps de savoir quoi. Tout ce qu'il m'a demandé, c'est de faire parvenir une copie du dossier au président. Et de contacter la même personne qui a pu nous avoir ton autorisation.

Batman, leur allié de l'ombre avec suffisamment d'influence pour espérer faire pencher la balance de la justice en leur faveur. Pour essayer de redresser le court des événements.
Il fallait le croire.

-Merci encore de votre aide, Ralph.

[Très bon rp, j'ai bien aimé ma discussion avec Question Smile Mais oui faudrait qu'on se refasse un rp tous les deux aussi Atom. On a pas du tout pu se croiser pour celui-ci.]
Revenir en haut Aller en bas
Randolph W. Dibny/EM
Randolph W. Dibny/EM
Super-Héros
Inscription : 12/10/2019
Messages : 152
DC : Sinestro
Situation : Acutellement malade, après être entré en contact avec des créatures du Microvers
Localisations : Opal City
JLA
[Iron Hight] Retrouvailles incertaines [Ralph Dibny & Ray Palmer] 386562Rien
[Iron Hight] Retrouvailles incertaines [Ralph Dibny & Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Jeu 7 Nov 2019 - 20:22
J’ai laissé Ray. Il est reparti dans cet enfer, sans que je puisse changer sa situation. Pas dans l’immédiat… Mais il l’a dit : ça ira, il tiendra. Alors je lui fais confiance. J’espère que ça ira.

Mais là, présentement, je suis concentré sur un personnage qui me fait froid dans le dos. Question est… particulier. Sa présence signifie toujours qu’il se passe quelque chose et qu’il est venu mettre le doigt dessus, souvent annonciateur d’un événement très important qui se produit. Ou qui va se produire. Posez lui des questions et votre entrevue prend une autre tournure. D’où ce rire qu’on entendait. Je regarde Miss Spivot qui est surprise de me voir ici, avec les menottes en moins. Il est vrai que, maintenant qu’on le souligne, j’ai sans aucun doute fait une connerie en me baladant sans, et abandonnant un garde. Mais toute remarque est coupé par l’arrivé de… Oh. Gregory Wolfe.
Imposant, dur, son regard veut nous transpercer pour connaître la réponse à sa question. Ils ont localisé l’intru, qui est censé être dans cette pièce. Mais lorsqu’on se retourne, Question n’est plus là. Il a le don de partir au bon moment… Et c’est tant mieux.
- Non, rien vu, Mr Wolfe.

Il nous toise et s’attarde sur moi. Je soutiens son regard même si au fond j’aimerais être ailleurs. Il nous demande de partir et de passer par la sécurité pour des fouilles. Je ne rechigne pas et j’adresse un regard désolé à Miss Spivot. La présence de Question a fait remuer la prison et toutes visites ne seront plus possible pour le moment.
Nous commençons à nous diriger vers la sortie et je pousse un soupire de soulagement en sachant le directeur loin de nous.
- Oui… Je veux dire, oui, il allait bien. Enfin, il fait au mieux. C’était… - Je lui adresse un franc sourire - Ce n’était pas simple, pour tout avouer.

Mais il tiendra. Nous tiendrons…
Une fois dehors, Miss Spivot me dévoile ce qui s’est produit avec Question. Il est venu nous demander de faire quelque chose d’important. Je hausse les sourcils… Il veut que l’on contact à nouveau Batman ? Après tout, s’il a pu avoir une autorisation pour que je puisse fouiner dans les affaires de l’armée, il peut très bien être en possession d’un numéro de téléphone aussi important que celui du Président des Etat-Unis d’Amérique.
- Ce n’est pas une mauvaise idée de transmettre ce que nous avons découvert au Président. Il est possible que l’on puisse avoir son soutien… Si Question a vu quelque chose, je doute qu’il faille faire l’inverse de sa demande. - Je lui souris - Notre ami commun a sans doute encore les moyens de nous aider dans cette tâche.

Il faut vraiment que je trouve un moment pour remercier cet homme. Mais les événements récents qui concernent les héros ont rendu les choses difficiles, et il se peut que ce soit risqué de passer directement un coup de fils. Je trouverais un moyen…
- Je… C’est moi qui vous remercie, Miss Spivot… Patricia.

Nous sommes deux à aider Atom, à aider Ray Palmer, notre ami. Nous sommes trois, avec Freeman, qui allons le sortir de prison. Nous sommes même quatre, avec une certaine chauve-sourie, à agir pour le bien d’un héros. Et pour le bien de toute notre communauté.


[Merci pour ce bon moment, j'ai beaucoup aimé ce rp Very Happy (encore désolée pour la légère bourde à la fin... D': )]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[Iron Hight] Retrouvailles incertaines [Ralph Dibny & Ray Palmer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Liberty Meadows Ralph the Bear
» Cassandra Palmer t.1 - Le Seuil des Ténèbres
» IRON FIST "exclu"
» IRON MAN 2020 BUST ( earth X )
» [DMT Iron Chef] Enigma's Time

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Central City-