"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer]

Randolph W. Dibny/EM
Randolph W. Dibny/EM
Super-Héros
Inscription : 12/10/2019
Messages : 146
Situation : Acutellement malade, après être entré en contact avec des créatures du Microvers
Localisations : Opal City
JLA
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Jeu 7 Nov 2019 - 21:02
Il s’est produit tant de choses ces derniers temps… En particulier dans ce mois-ci. Mon retour, l’enquête sur la Zone 51, la libération de Ray et maintenant une toute nouvelle Justice League of America. Je ne pensais pas vivre assez longtemps pour voir une telle chose se reproduire !

Non mais, parlons-en un peu de mon retour, en particulier en tant que super-héros. On m’appelle régulièrement pour des enquêtes, comme je les surnomme “des petites énigmes et des mystères” à résoudre. Mais le Commissariat central d’Opal City qui sonne l’alerte pour attirer l’attention des protecteurs de cette ville, c’est arrivé beaucoup plus souvent - beaucoup TROP d’ailleurs - depuis que Lex Luthor a fait passer son message. En quelques jours, j’ai dû passer mes journées et mes nuits plus souvent dehors que chez moi… juste pour arrêter les groupes de “prédateurs”, qui se multiplient. Un mot à la télévision et c’est devenu le drame ici. Et je n’ose même pas imaginer dans les autres cités plus grandes ce qui s’y produit… Si en faite, je le sais. C’est pire.
Mais bon, même pour une ville moyenne, Opal City est un peu grande pour un seul héros, si vous voulez mon simple avis. Je me sens moins seul lorsque des personnes, qui restent dans l’ombre, agissent de leurs côtés. J’ai senti, vous voyez, le nez là, je sais que des héros exercent ici. Mais je n’ai pas encore réussi à mettre la main dessus… S’ils ont envie de partager le boulot, je ne suis pas contre !

Quand je ne suis pas à Opal, je suis à Central City. J’y suis resté un bon moment pour monter le dossier de la défense, pour aider Ray, l’ami qui a résidé à Iron Height. Ray en prison, bon sang… Nous avons, avec Patty Spivot, pu consolider le dossier grâce à des documents venant de la Zone 51. Cet endroit… Où toutes sortes de créatures du Microvers servent de cobayes pour des expériences infâmes, juste pour une histoire de curiosité … Ou pour la Science...
Je n’ai pas encore parlé à qui que ce soit de toi… de ta présence, de la vision que j’ai eu par l’intermédiaire du Blorp. De ton image, de ce visage que tu avais en me regardant, de ce sourire unique et de cette vive colère à la fin… Tout est resté et me ronge. Me hante… Je n’arrive pas à me défaire de ces songes.
C’est peut-être pour cette raison que je ne dors toujours pas à 4h37 du matin - Oui, je précise, parce que je compte les minutes. Non, ça n’aide pas à m’endormir, c’est pire !
Donc…
Je vais cesser de penser à tout ça. En faite je vais cesser de penser. Tout court. Pour une fois dans ta vie, Ralph, essayes de …

Et merde.


Je soupire. Je carbure trop, je me mets la pression, je passe mon temps à me pencher sur des solutions pour des enquêtes ou pour la criminalité à Opal… Je m’occupe en faite. C’est mieux. Je préfère vraiment ça… Parce que, comme vous pouvez le constater, si je ne suis pas occupé je… Je … Voilà, je fais ça. Et puis… Je commence aussi à … A avoir des idées ... noires...
Et je pense à elle. A ma femme. A l’idée que vivre tout seul ne me convient pas.
Je me retourne dans mon lit, juste pour arrêter de fixer mon plafond et je ferme les yeux. A chaque fois, je vois Sue, dans mes pensées et dans mes rêves. Je souffle et je rouvre les yeux.
Ce n’est pas possible… Maintenant, j’ai mal au bide.
Bordel, c’est épuisant d’être dans ma tête, non ? Tout va bien ? Je serais déjà parti depuis longtemps à votre place.
Réflexion”S” étant faites, je me lève, il est 4h58 et avec ma chance inouïe c’est bientôt l’heure des derniers fêtards qui ont soudainement envie d’avoir des flingues à la place de leurs verres de punch pour fracasser la ville, donc je serais obligé de sortir (je ne dors pas beaucoup ces temps-ci, mais là c’est l’horreur…). C’est l’époque qui veut ça, je vous l’ai dit : la faute à monsieur chauve…
En parlant de cheveux… Je suis dans ma salle de bain, je regarde ma gueule de cake, avec des cernes jusque là, je suis en train de tirer un peu sur ma joue - qui s’étend donc je me fais mal, donc je suis très con - et… Quelque chose ne va pas. Non, non, c’est … Serait-ce ?!
UN… cheveu … BLANC ?!
HAHA ! Tout va bien alors, si c’est juste ça, c’est bien ! Je veux dire, bon sang, on se tracasse souvent pour rien. J’ai tout de même le droit de viei-

Et… merde…

… Ce n’est pas très classe, ni poétique, ni ragoûtant, alors en bref je viens de rendre mon dîné - c’est à dire… pas grand chose- dans mon lavabo. Foutriquet…
Bon, j’avais envie de passer le reste de ma nuit à faire du nettoyage ! Hé… Blague à part, je n’ai jamais été malade, sauf à de rares moments, causés par une modification du gingold. Hors, depuis ma reprise, j’ai toujours consommé ici et personne n’a accès à ma réserve… Hmm… Je dois m’inquiéter pour rien mais je préfère vérifier. Dans le doute, comme ça…

5h42 et comme je l’ai précédemment senti, tout va bien dans cette maison. Rien n’a bougé, les élixirs sont bien dosés, j’ai vérifié tout sauf… Moi en faite. Je n’ai pas le matériel pour faire des analyses poussées. Vous pensez bien que je vais rarement voir un médecin pour des problèmes de courbatures, alors m’y rendre pour des soucis liés à un fruit que personne ne connaît… Je fais parti des peu d’élus dans ce monde à pouvoir boire le jus du gingo. S’il me pose problème maintenant je… Ce serait … Bordel ! … Mais… Ce n’est probablement pas lié...
Bon, je n’ai plus trop le choix. Peut-être que Cyborg, alias Victor, peut m’aider. Le Hall de Justice a été installé et aménagé depuis peu et je n’ai pas encore eu l’occasion d’y mettre les pieds.
… Je pars avec quelques affaires et …
Bip dip biiip.
Ouverture d’un portail.
Traversé réussie.
Welcome to Hall of Jus… Ouuuuh ! Mais c’est grand !

J’ai déjà pu voir les lieux extérieurs, une entrée qui forme un demi cercle portée par plusieurs piliers blancs, s’étendant à leurs pieds une fontaine. Mais l’intérieur n’a pas à rougir, il est tout aussi beau. Je suis arrivé directement dans le hall et je me dirige un peu au hasard dans une salle adjacente. Je cherche… hmm… Disons…
« Ralph ? »

Bon sang, faut qu’il arrête de faire ça !
« Bienvenu dans le Hall de Justice ! Comme tu peux le voir, tout n’est pas encore installé, mais on peut déjà se réunir ici »

Un hologramme se matérialise sous mes yeux et je reconnais Victor.


"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 287-2874779_dc-comics-cyborg-png-transparent-png

- Tu m’as vu arriver ?
« Bien sûr ! Je suis connecté aux caméras, à tous les détecteurs et j’ai accès au réseau et aux téléporteurs. Je peux communiquer avec vous via les communicateurs et je peux même directement transmettre des infos au Gouvernement. »
- C’est pratique.
« Tu ne trouveras rien à faire ici, les missions vous seront bientôt assignés, dès qu’ils auront officialisé tout ça ! Mais tu es peut-être venu pour autre chose ? »
- Peux tu… me rendre un service ? Je sais que tu es toujours… enfin, pas rétablis mais…

Je fouille dans une poche de ma veste. Il lève un sourcil en voyant des échantillons…
« C’est du sang ? »
- Oui, le mien. Je… Je n’avais pas ce qu’il fallait chez moi pour faire une batterie de test…
« Hmm… Je peux faire ça ici, sans problèmes. Tu t’inquiètes de quelque chose ? Tu as eu un souci ? »

Je hausse les épaules en guise de réponse, mais son regard insiste.
- Disons que je préfère être prudent et vérifier.
« M’étonnes pas d’toi ! Bon, passes la porte là-bas ! »

L’hologramme disparaît et je suis ses instructions, regardant partout autour de moi. Pour un vieux bâtiment, il a été remis à neuf et réhabilité très rapidement. Cyborg y est sans doute pour quelque chose… En parlant de lui, son hologramme réapparaît lorsque je traverse la porte automatique qui mène à un laboratoire.

"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] Laboratoire-futuriste-42609491

« Impressionnant, hein ? Pointe de la technologie et en plus c’est presque agréable, mate moi ces sièges »
- Je l’admets.
« Déposes tes échantillons dans la machine et elle fera le reste, après que je lui ai donné les directives. Tu devrais peut-être rentrer chez-toi, elle prendra un peu de temps… »
- Je préfère rester encore ici… Enfin si tu ne refuses pas la compagnie, bien sûr…
« Oh tu sais, il m’arrive de me déconnecter alors tu risques de te retrouver tout seul »
- Ha… J’ai l’habitude, ne t’inquiète pas ! …

Victor garde le silence. Est-il mal à l’aise ou est-ce par respect… Le connaissant, sans doute des deux, mais je jette un œil vers lui. Il sourit, malgré le blanc que j’ai installé entre nous.
« Restes autant de temps qu’il te plaira. Mais tu risque de te faire chier ! »

Alors là, c’est mal me connaître ! Je trouve toujours quelque chose à faire. Fouiner dans ces lieux tout nouveau par exemple, aller là où j’ai envie, passer au peigne fin l’endroit pour connaître ses moindres secrets. Au bout d’un moment, après quelques allers et retours, j’ai fini par me poser dans un des sièges au laboratoire. Le silence est perturbé par des bruits d’ordinateurs et de machineries, mais rien de bien violent. Ce qui a eu tendance à me bercer, et je me suis assoupi. Un rien peut me réveiller… Je suis à l’écoute d’un signalement qui me fera ouvrir les yeux vers les résultats d’analyses…
Pas que je craigne quoi que ce soit mais… Qui sait. Tout peut arriver, hein.
La vie le prouve tous les jours… Alors qu’on s’y attend le moins.
Revenir en haut Aller en bas
Ray Palmer
Ray Palmer
Super-Héros
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1541
DC : Mister Miracle ; Bruce Wayne ; Fate ; Tempest ; Kalel.
Situation : Accusé de meurtre, complicité de meurtres, torture, menace cosmique globale et terrorisme. Libéré sous caution et mis à l'épreuve. Obligé d'intégrer et co-diriger une JLA pour le Président des Etats-Unis d'Amérique.
Localisations : Ivy Town.
JLA
Team Atom
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Ven 8 Nov 2019 - 11:48
Le Hall de Justice est le quartier-général de la Justice League of America.
Ce n'est pas la première fois.

Depuis la fondation du groupe, de cette réunion de Héros, le bâtiment localisé à Washington a été régulièrement le repaire de cette équipe. Mais elle en a régulièrement déménagé.
Happy Harbor a d'abord été la base de la Justice League, puis elle est venue ici. Avant de choisir une Tour de Garde dans les cieux, dans son fameux satellite. Qui a été détruit, et remplacé par une base lunaire ; également endommagée.

Il semble que la Justice League fasse régulièrement des allées et venues avec le Hall de Justice... mais les choses sont différentes, aujourd'hui.
Ce n'est pas le choix des membres d'être ici.
Et ce n'est pas vraiment leur choix, non plus, de se réunir dans cette nouvelle mouture de l'équipe.

La Justice League of America est imposée.
Par Martin Suarez, Président des Etats-Unis d'Amérique. Forcé de libérer Ray Palmer après la présentation discrète d'éléments en sa défaveur ; mais qui a voulu se venger.
Et force Atom à co-diriger une Justice League... sous validation gouvernementale.

Le message est clair : l'Amérique a les yeux rivés sur le groupe.
S'ils échouent, ils perdent tout.
S'ils ne respectent pas les règles, ils perdent tout.
S'ils ne suivent pas les ordres qu'ils recevront sûrement... ils perdent tout, aussi.

La mission est impossible, terrible ; elle demande des Héros extraordinaires.
Ray Palmer a donc fait son choix pour cela.
Il n'en regrette aucun ; il n'a aucune hésitation... hormis sur le principe. Hormis l'idée de solliciter des alliés, des proches, des amis pour une telle mission. Pour les obliger à collaborer ainsi, et à se mettre en danger.

Cela le hante. Cela le ronge.
Cela l'obsède.
Au point que Ray passe tout son temps dans le Hall de Justice en pleine rénovation – pour tout vérifier ; pour être sûr.

Que tout est au point. Que tout va bien. Qu'il n'y aura pas de difficulté.
Pour eux. Pour ses proches.
Pour ses amis.

Palmer s'acharne, donc. Il analyse tout, établit tout ; construit même des éléments, avec les artisans et ouvriers. Ça lui fait du bien.
Après plusieurs semaines passées dans le pénitencier d'Iron Heights... oui, ça fait du bien.
De travailler. De construire. De créer quelque chose, avec ses mains.
De ne plus être enfermé.

Atom est donc satisfait, même si la peur le hante toujours ; même si la crainte le ronge.
Il fait avec, cependant. Il va de l'avant.
Il essaye, en tout cas.

Comme... maintenant.
Comme maintenant, où il a décidé de faire le tour des laboratoires pour vérifier que tout est bien ; que tout fonctionne, si peu de temps avant l'ouverture officielle.
Toutes les salles visitées sont bonnes, jusque-là ; mais la prochaine le surprend.
Car elle est déjà occupée.


 « Ho. »

Ray porte son costume, mais son masque repose dans sa nuque ; ses lèvres forment une expression de surprise sincère.
Ralph. Ralph est ici – et il dort.
Il semble dormir, en tout cas. Il semble se reposer, alors que plusieurs analyses sont en cours ; Ray fronce les sourcils.

Il n'en sait rien. Il n'en savait rien.
La présence de Ralph ne le gêne pas, au contraire ; enfin. Il est toujours gêné de le voir, il ne sait pas comment réagir ou quoi dire, mais... sur le principe, ça ne le gêne pas.
Le fait que des analyses soient faites sans qu'il le sache le fait tiquer. Il en parlera à Victor.
Après.

Parce que le scientifique fait autre chose, avant ; il s'approche.
Il s'avance doucement. Il s'arrête, sans un bruit, devant Ralph. Il soupire, alors. Grimace, en pensant au temps passé – aux temps heureux. Au gâchis que représentent ces dernières années, où il n'a pas eu le courage d'aller retrouver ce cher ami... qui souffrait, comme lui, de la folie de Jean Loring.


 « Humf. »

Palmer soupire, et hausse les épaules ; c'est ainsi.
Il faut avancer. Il faut corriger.
Sans un mot, il cherche un élément dans une poche – et le trouve. Un mouchoir en tissu, propre. Il utilise ses pouvoirs dessus, et le fait grandir... jusqu'à devenir l'équivalent d'un plaid.

Toujours silencieux, Atom pose le plaid sur Ralph ; et se détourne.
Pour partir.
Pour le laisser se reposer ; pour le laisser seul.
Il en a besoin.
La paix se refuse depuis bien longtemps à Ralph Dibny... et Ray Palmer s'en sent encore un peu responsable. Hors de question de le priver de sommeil par sa simple présence...
Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Randolph W. Dibny/EM
Randolph W. Dibny/EM
Super-Héros
Inscription : 12/10/2019
Messages : 146
Situation : Acutellement malade, après être entré en contact avec des créatures du Microvers
Localisations : Opal City
JLA
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Sam 9 Nov 2019 - 14:24
Hmm… ?
Quelqu’un est entré dans le laboratoire. Mais je garde les yeux fermés, juste encore un peu… Les nuits sont courtes et les journées beaucoup trop longues, je ne suis pas contre quelques minutes de sommeil lorsqu’elles se présentent enfin.
La personne sait se faire discrète et j’ai presque envie de la laisser circuler puis repartir, puisqu’elle a l’air de vouloir me laisser là, totalement à l’abandon. Sur le coup, je trouve ça un peu étrange, j’en déduis que c’est un des héros de la toute nouvelle équipe, soit qui me connait soit qui n’ose pas me déranger… Ou les deux.
Et j’ai ma réponse lorsque j’entends son soupire. Le siens, à lui, justement… Je le reconnaîtrais entre mille. Parce que ce soupire là est déchirant à chaque fois qu’il le fait.
Ray Palmer. Atom.

Je l’écoute, il avance, il s’est arrêté quelques instants devant moi et il dépose… une couverture ? Oh… Merci.
Hmm ? Il s’en va ? Bien sûr, il ne veut pas me déranger. Il doit être très occupé à préparer cet endroit et à gérer d’innombrables choses pour rendre notre équipe opérationnelle. Il va falloir être prêt. A tout. A obéir aux ordres, quels qu’ils soient… Et ça sera compliqué. Nous allons devoir prendre beaucoup sur nous pour permettre aux supers-héros d’agir. Qu’il en soit ainsi…
Aujourd’hui… Il faut avancer.

J’ouvre un œil et j’aperçois Ray, qui s’éloigne. Il porte son costume mais à visage découvert. Est-ce que je le laisse s’en sortir si facilement ? Je remarque la couv… Le mouchoir posé sur moi et… Je souris doucement. Il m’épate, parce qu’il trouve toujours quelque chose, il innove pour rendre la vie un peu mieux. Un petit geste peut faire du bien. Plusieurs petits gestes au quotidien peuvent rendre le monde meilleur.
Puis-je faire un geste pour Ray Palmer, maintenant ? Pour rendre son monde un peu moins triste, un peu meilleur ?
Suis-je prêt à reprendre notre discussion laissée de côté au parloir ?
Peut-être… Mais avant… J’ai une blague à faire !

Je toussote doucement, mais suffisamment fort pour me faire remarquer. Je glisse, littéralement, du siège, pour passer sous la couverture. Un contorsionniste se serait contenter de faire une prouesse d’agilité, en se tordant dans tous les sens, dans la mesure du possible. Moi, je peux faire l’impossible, je m’étend d’une telle façon qu’on pourrait croire que je deviens liquide. C’est le but, car j’arrive ainsi à me relever avec un style rocambolesque, plaçant ce fier mouchoir sur le dos et ainsi je m’exprime :
- Et ça se fait moucher, et ça se donne des airs de héros à cape blanche !

Je plisse les yeux vers Ray. Je n’attends pas spécialement une réaction particulière, car moi-même j’analyse ce qui vient de se produire. Et… Je me mets à réfléchir, une main vient gratter mon menton pour illustrer cet entretien avec mon cerveau…
- Moucher... Mousser ! Non ? Hm… Elle sonnait bien mieux dans ma tête…

On voit venir des jours comme ça où il vaut mieux tourner sa langue cinq fois avant de parler. Mais au moins j’ai une cape ! Je ne peux pas vraiment en porter lorsque je suis en service… Vous imaginez ? S’emmêler dans le tissu, ou pendre quelqu’un par accident ? Niet.
Alors j’en profite d’être dans un endroit neutre, calme, tranquille, là, je peux porter une cape. Un mouchoir en plus, ce n’est pas tous les jours que l’on peut faire ça !
… Bon… Soyons plus raisonnable.
- Tu veux peut-être le récupérer … ? - Je lui adresse un sourire taquin. C’est quoi raisonnable ? - Haha… Je le mets là, comme ça j’arrête de jouer avec …

Je le dépose sur le dossier après l’avoir plié en deux et je me retourne vers Ray. Le sourire est resté, mais sur un visage plus suspicieux. J’ai levé un sourcil, je le questionne déjà sur sa présence ici. Bien que j’en devine déjà les raisons, je préfère casser le blanc qui risque de s’installer entre nous…
Parce que…
C’est encore difficile de discuter comme on le faisait avant. Avant…
- Tu allais quelque part ? Si tu n’es pas trop occupé, tu peux rester… - J’allonge mon bras attraper un autre siège et le rapprocher du premier - Hop et nous pouvons désormais officialiser la première réunion de la League. - Réunion à deux personnes, mais réunion quand même ! Je toussote et je grimace, l’air de m’excuser - Enfin… Nous pouvons tout simplement… reprendre là où on s’est arrêté… La dernière fois.

C’est à dire lorsque tu étais encore en prison…
Je me rassois, ne le lâchant pas du regard. Je le prends peut-être de court… Je dois bien l’admettre que je me prends moi-même de court pour ce coup là. Je n’ai pas pensé qu’une personne puisse venir ici, et encore moins Ray. Mais… J’ai voulu le recontacter, après le procès, après l’annonce du Président, après sa volonté de mettre en place la nouvelle JLA, après que Ray se soit fait libéré sous caution. Nous n’avons pas eu le temps de nous retrouver…
Alors… Prenons le maintenant. Allez…
Allez…
- Est-ce que… Comment vas-tu ? Je veux dire… Comment tu te sens ? Avec tout ce qui se passe, tu dois te sentir un peu… Oppressé. Non ?

J’ai d’ailleurs omis de réfléchir à comment je me sentais vis à vis de cette League, surveillée par l’État… Mon regard le lâche quelques secondes. Tout ça, c’est le prix à payer pour que Ray puisse être libre. Et si le groupe réussit, il peut continuer de vivre en homme libre. C’est là que nous ne devons pas échouer, pas seulement pour Ray, mais pour le reste de l’Humanité. C’est une mission énorme, bien plus balaise que tout ce que nous avons pu entreprendre par le passé…
Je le regarde de nouveau et je souris. Encore…
Parce qu’il le faut. Parce qu’il faut…
- On n’a pas fini d’en baver, hein ?
… continuer. Qu’il ne faut pas baisser les bras.









HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ray Palmer
Ray Palmer
Super-Héros
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1541
DC : Mister Miracle ; Bruce Wayne ; Fate ; Tempest ; Kalel.
Situation : Accusé de meurtre, complicité de meurtres, torture, menace cosmique globale et terrorisme. Libéré sous caution et mis à l'épreuve. Obligé d'intégrer et co-diriger une JLA pour le Président des Etats-Unis d'Amérique.
Localisations : Ivy Town.
JLA
Team Atom
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Dim 10 Nov 2019 - 19:18
Il part ; il s'en va.
Discrètement.

A pas de loup. En évitant au maximum chaque bruit. En analysant chaque geste, chaque mouvement.
Parce qu'il veut rester silencieux.
Parce qu'il ne veut pas être entendu... et le réveiller ; lui.

Ralph Dibny. Elongated Man.
Son ami ; son ami sincère... et qu'il a perdu de vue. Avant récemment. Avant il y a peu.
Il se repose, là. Il en a besoin ; vraiment.
Ray Palmer refuse de le priver de ça – refuse de l'embêter, tout simplement.

Il s'en va, donc ; il veut le laisser seul.
Mais.
Ce n'est pas vraiment le projet de Ralph Dibny.


 « Mmh...? »

Il s'arrête, en effet ; dès qu'il l'entend.
Il se tourne... et le voit. Lui, oui. Ralph Dibny.
Qui a glissé hors du mouchoir devenu plaid – et glisse une petite blague ; une réflexion humoristique, qui pousse Atom à entrouvrir la bouche.


 « Ho. »

Quelle rapidité. Quelle souplesse.
Quels pouvoirs.
… quel humour, aussi.


 « Mou... ha. Moucher. Mousser. »

Un sourire sincère naît sur son visage ; un rire ne tarde pas à se faire entendre.

 « C'est... ouais. Mais... bah dis donc, tu viens plus aux soirées mousse, pourtant ! »

Ray glousse, et s'avance vers son ami ; il ne part plus.
Il n'en a plus envie.


 « Et... nan. Garde-le. »

Il rit encore, et désigne le mouchoir devenu plaid, laissé sur un dos de siège.

 « C'est... j'les reprends jamais, tu sais ; les mouchoirs. »

Un grand sourire naît sur ses lèvres.

 « Usagés, j'veux dire. »

... un sourire moqueur et provocant.
C'est faux, bien sûr. Mais ça fait la blague – du même goût que celle de Ralph.
Leur humour n'est pas brillant ; il est un peu lourd, un peu simple.
Mais c'est le leur.
… et ils le partagent, un peu. Ce qui a fait beaucoup pour leur amitié.

Son sourire s'évapore légèrement, cependant, quand Ralph enchaîne.


 « Je... euh... »

Il plisse légèrement les yeux ; tourne un peu sur lui-même.
Ray voulait partir, oui. Il a des choses à faire. Il a des éléments à vérifier. Il a des données à analyser.
Et... il sent bien que Ralph veut parler ; reprendre leur conversation.
Une discussion qui ne sera pas agréable – qui sera sûrement lourde, désagréable.


 « Hrm. »

Palmer grogne ; il grimace, même.
Il veut partir.
Il veut s'enfuir, en fait.
Mais...


 « Nan. Je... vais nulle part. »

... Ray refuse ; de fuir.
Encore.
Il a passé beaucoup trop d'années à le faire – à s'échapper. De tout. De tous.
Ça suffit.
Surtout avec ses amis.


 « Et... je... »

Palmer détourne légèrement les yeux ; soupire.
Ralph a raison.
Il hoche lentement la tête, et esquisse un sourire triste, en reprenant lentement.


 « Ouais. »

Il soupire.

 « On... n'a pas fini d'en baver ; j'crois même que c'est... intégré dans notre ADN. »

Atom relève les yeux, et plonge le regard dans celui de Ralph.

 « Mais... y a au moins les copains. Hein ? »

Il hoche la tête, et s'approche du siège ; il s'assoit.
Et soupire, avant de hocher la tête.


 « C'est... ça va ; parce que j'y pense pas. Je... j'occupe mon esprit. J'me concentre sur tout, je... je vole d'une urgence à l'autre. Je suis constamment sur la brèche, et... ça fait du bien.
Déjà, par principe ; j'ai toujours aimé m'occuper, m'immerger dans les trucs.
Et aussi... ça fait du bien, après tant de temps à rien faire, en prison. C'était... une expérience. Une épreuve. »


Ray détourne les yeux, encore ; son visage s'assombrit légèrement.

 « Et... toi ? »

Il se reprend, et se tourne vers Ralph ; il sourit.
Il essaye. Il se force.
Pour lui. Pour les copains, comme il l'a dit !


(HJ/ Je valide, ça sonne bien. Razz /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Randolph W. Dibny/EM
Randolph W. Dibny/EM
Super-Héros
Inscription : 12/10/2019
Messages : 146
Situation : Acutellement malade, après être entré en contact avec des créatures du Microvers
Localisations : Opal City
JLA
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Lun 11 Nov 2019 - 0:54
Je l’entends rire. Ray rit. Et c’est un son agréable. Il me fait sourire ! C’est rassurant de le voir ainsi, qu’il essaye d’aller vers le mieux. Il répond même et je ris à mon tour. Oh… Bon sang… J’entends de nouveau ces sketchs. Et il enchaîne, il est d’humeur à utiliser un humour de bar, vous savez, des blagues simples qui font mourir de rire des bourrés en soirée. Mais celle-là, elle me suffit pour me faire décrocher un large sourire. Allez, il manque plus qu’une blague sur la morve qui s’étend et on est paré pour passer pour deux cons !
Et franchement, ça fait du bien.

Mais non, parce que j’ai décidé de changer le ton de notre discussion.
Je le regarde, mon sourire se fait plus léger alors que j’analyse son comportement. Cet échange ne sera pas simple, je le sais… Il le sait aussi. C’est pour cette raison que j’ai pris les devant, en lui posant une question d’emblée. Pour le faire rester. Tout de suite j’en ai posé d’autres...
Ray Palmer est un peu coincé et je le fixe, patient, acquiesçant à sa réponse. Il ne va nulle part… Il reste ! Ouf… Je ne suis pas obligé de m’enrouler autour de lui comme un bigoudi dans les cheveux pour empêcher toutes évasions.
Il se reprend, il me regarde, et même si son air est triste, ses paroles sont pleines de bons sens. Elles sont vraies. Nous attirons les ennuis, tous autant que nous sommes, tous ceux qui ont décidé de porter un costume. Mais comme il le souligne, nous ne sommes pas seuls.
J’acquiesce, mon regard se perd un peu cependant.
Maintenant je suis présent, à nouveau, je peux les soutenir, les copains.
Malgré tout ce temps passé…

Je soupire, accompagnant le sien. Son visage est plus sérieux, face au mien souriant avec bienveillance. Je l’écoute attentivement se livrer sur ce qu’il ressent, sur ce qu’il pense… Il est occupé et il aime cette idée. Il peut se concentrer … J’ai toujours connu Ray constamment dans ses projets, inventeur très doué… Et le mot est faible. Il est capable de faire des prouesses, c’est un homme extrêmement intelligent. J’ai toujours eu du plaisir à échanger en sa compagnie et même encore aujourd’hui…
Ce qui s’est passé, avant, c’est arrivé. C’est comme ça… On ne peut plus rien y faire. Ni Atom, ni Elongated Man. Ni Ray, ni Ralph. Alors, il faut avancer, continuer notre route. Ray Palmer se souviendra de son séjour en prison comme d’une expérience, d’une épreuve. Et moi…
Je dois penser pareil. Il le faut…

Pourtant…
- Je…
Je… je ne…
- C’est la grande forme !
Je n’y arrive plus…
- Ouais… !
Ais-je au moins réussi une seule fois ?
- Ouais…
Ais-je réussi à ne plus penser à elle ? …
- Non…

Non… Je n’ai jamais réussi. Et mon séjour dans là-bas n’a pas arrangé les choses. C’est devenu pire.
J’ai perdu tout sourire. Mon regard navré s’est fait plus fuyant et mes mains recommencent à croiser les doigts. Je veux aider Ray, le soutenir… Mais, là, je crois que… J’ai… Je suis…
Incapable.
Pendant le parloir, j’ai tout fait pour ne rien lui dire, pour ne pas craquer lamentablement devant lui. Nous avons pu nous expliquer. Mais je n’ai pas été tout à fait honnête, je n’ai pas tout dit… Et là, je… Je…
Je suis incapable d’y faire face. Je ne suis pas capable d’ignorer plus longtemps le mal qui me ronge.
Je relève la tête vers lui, essayant de grimacer un nouveau sourire. C’est… difficile.
- Je t’ai dit, la dernière fois, que je me suis rendu là-bas, dans la Zone 51 - En parler va être difficile… - Que j’ai pu mener mon enquête, que j’ai fait des prouesses, que seul moi pouvais faire… Pour t'aider... - Et… j’ai vu… - Et … J’ai vu pas mal de choses aussi… - Dis-lui… - J’ai trouvé des créatures, dont Patty m’a parlé… Et… J’en ai vu une autre…

Je ferme les yeux quelques instants. Il faut que j’en parle à quelqu’un… Il faut que ça sorte. Il risque de le prendre mal, mais il est aussi le seul à pouvoir comprendre. Il… Il peut comprendre.
- J’ai rencontré un Blorp. - Je rouvre les yeux dans ceux de Ray et je tremble un peu - Alors, pour une expérience, j’avoue, elle m’a un peu secoué. C’était une épreuve herculéenne !

Je ris. Mais pas le même que tout à l’heure. Il est crispé, il me fait mal. Mes pouces viennent pincer l'arête de mon nez alors que j’essaye de garder contenance. Autant… autant y aller… jusqu’au bout.
- Il… - Ma voix tressaille un peu… Fais chier… - Patty m’a expliqué qu’il se défendait en prenant un souvenir lointain… Pour déstabiliser. - Mes coudes sur les genoux, mon menton se pose sur mes poings serrés et je regarde droit devant moi - Il m’a eu, je l’ai cru à 100%. C’est con, parce que je savais que c’était faux… Que cette image était impossible. Qu’elle ne pouvait pas se trouver là, devant moi… - Mes yeux se tournent de nouveau vers Ray - Mais… Je voulais y croire…

Je me sens stupide. J’éclate de rire et j’ai encore mal. Je me sens si pathétique.
- C’est complètement con ! - Ma triste hilarité s’estompe et j’ai dû mal à contenir des larmes solitaires… - Je n’en dors plus, tu vois ! Il a été super efficace. Très bon instinct, 10/10, du génie ! J’ai … C’est la première fois que... qu’on me fait ressentir l’envie de... de tout exploser dans un lieu… De tout faire disparaître...

Je toussote, pour dérouiller ma voix, pour me secouer un peu et me reprendre. Pour me convaincre de rester plus fort que ça.
Plus fort que… Foutredieu, mais qu’est-ce que je raconte ?! Je ne suis pas fort… Oh que non.
J’inspire profondément et j’arrive de nouveau à lui sourire de façon naturelle.
- Enfin… Je n’ai plus jamais vraiment dormi… De… De façon correct… Disons… De passer des bonnes, des longues, des nuits, tout simplement… Ouais… Parce que, lorsque je ne suis pas acharné à occuper mon esprit et à me faire bosser sur des objectifs, je… - Mon sourire se crispe… Encore… - Je pense à elle...

A ma Sue… A ma femme et à l’amie qu’elle fût pour beaucoup de héros. Dont Ray.
Je secoue la tête, passant un revers de la manche sur mon visage.
- Je … Je suis désolé… Ray… Je… Tu n’as pas besoin de ça…

Je prends conscience que Ray a besoin d’amis sur qui il peut compter et que je suis prêt à tout pour le soutenir. Dans la JLA, dans la vie… Même si je dois encore parcourir du chemin…
- Je m’en remettrais…

… Un très long chemin...
Revenir en haut Aller en bas
Ray Palmer
Ray Palmer
Super-Héros
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1541
DC : Mister Miracle ; Bruce Wayne ; Fate ; Tempest ; Kalel.
Situation : Accusé de meurtre, complicité de meurtres, torture, menace cosmique globale et terrorisme. Libéré sous caution et mis à l'épreuve. Obligé d'intégrer et co-diriger une JLA pour le Président des Etats-Unis d'Amérique.
Localisations : Ivy Town.
JLA
Team Atom
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Lun 11 Nov 2019 - 21:46
Ray Palmer ne dit rien ; longtemps.
Il reste silencieux.

Parce qu'il a une bonne raison de le faire.
Parce qu'il veut laisser Ralph Dibny parler ; parce qu'il veut laisser à son vieil ami le temps nécessaire pour parler... pour s'ouvrir. Pour se confier.
Pour tout confier.

Même le pire. Même le plus dur. Même le plus douloureux.
Même le plus intime.


 « Hrm. »

Un léger grognement s'échappe de la gorge du scientifique, alors qu'il bouge sur sa chaise ; il déplie les bras. Il décroise les jambes.
Il se penche en avant.


 « Ralph. »

Sa voix reprend, doucement.
Ses mains se joignent, devant lui ; ses doigts gantés glissent l'un contre l'autre.
Son regard ne quitte pas le visage de Ralph.


 « Je suis désolé, mais... non. »

Même si Elongated Man détourne les yeux. Même si le Héros tente de prendre sur lui, en repoussant les douleurs et les regrets ; Atom reste concentré sur lui.
Uniquement. Lui.


 « Tu... t'en remettras pas. »

Il soupire, et esquisse un sourire triste.

 « Seul. »

Ray hoche la tête.

 « Tu... même si t'es fort ; même si tu serres les dents. Même si tu veux tout faire pour... t'y arriveras pas.
Pas seul. Mec. »


Il lève une main tremblante, vers Ralph.

 « Je... connais. Tu sais. Je connais. »

Il grimace.

 « Les Blorps. »

Il soupire ; oui. Il connaît.
Bien sûr qu'il connaît.
Les Blorps. Les créatures du Microvers. Les monstres de ce monde sous le leur.
Il connaît... car il a tout visité ; tout découvert.
Il en est revenu. Il a survécu.
… mais il connaît. Leurs merveilles ; et surtout leurs dangereux.


 « Je... sais. »

La main tremblante d'Atom se pose sur le genou élastique de Ralph.

 « Je sais... ce que t'as dû voir. Je l'imagine.
Je... comprends. »


Le contact est amical ; doux et sincère.

 « J'en ai vu... plusieurs ; souvent. J'ai vu... des choses.
Des gens. »


Il ferme les yeux. Replonge dans ses souvenirs.

 « Des... proches. Disparus. »

Une grimace glisse sur son visage. Des souvenirs désagréables, hélas.

 « C'est... difficile. Quand ça se passe ; et quand c'est terminé. »

Car il faut vivre avec.
Le souvenir. L'absence. Le manque.
Le besoin... de les revoir.
Les proches. Les disparus. Les absents.
Qui impriment leurs marques sur l'âme – et donnent envie de tout tenter, tout détruire ; pour les retrouver.


 « Mais... »

Ray soupire, et rouvre les yeux.

 « C'est... ça peut passer. Ça passe. »

Il se redresse, lâche Ralph.

 « Pas seul. Mais avec... des amis. »

Palmer tend sa main vers son ami ; il sourit.

 « Le Blorp... n'était pas elle ; c'était pas elle, Ralph.
Elle... est morte. »


Un voile passe dans ses yeux. Le dire est douloureux – abominablement douloureux.
Parce qu'il s'en veut, bien sûr. Parce qu'une part de lui continue de se dire qu'il est responsable de ce drame... qu'il aurait dû empêcher Jean Loring d'agir ainsi.
Pour autre chose, aussi.
… parce qu'elle lui manque, également. Elle ; Sue. Sue Dibny.

La femme de Ralph.
Mais aussi... une amie. Une amie proche. Une amie sincère.
Une amie regrettée.


 « Mais... tu peux vivre avec ; tu peux apprendre à vivre... sans elle. Et avec son absence. »

Sa main se rapproche, encore.
Il hoche la tête, en reprenant lentement.


 « Elle... voudrait ça. Elle voudrait que tu vives, Ralph ; que tu vives, et que tu arrives à sourire. Autant que tu le peux.
Et... j'ai une idée, pour ça. »


Sa voix est douce, rassurante.

 « Pour que tu vives ; avec son absence. Et... pour elle, aussi.
Pour qu'elle ne soit jamais oubliée. »


Atom hoche la tête ; il y pensait déjà, avant cette discussion. Maintenant, il sait.
Il va faire ça. Il va agir comme ça.
… du moins, si Ralph Dibny prend la main tendue – et décide d'essayer d'aller mieux !
Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Randolph W. Dibny/EM
Randolph W. Dibny/EM
Super-Héros
Inscription : 12/10/2019
Messages : 146
Situation : Acutellement malade, après être entré en contact avec des créatures du Microvers
Localisations : Opal City
JLA
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Mar 12 Nov 2019 - 22:01
Spoiler:
 

Non ?
Et pourtant il le faut…
Je dois m’en remettre.
Je suis contraint de survivre… Pas de vivre, oh non, non… Ce n’est plus vivre que de devoir supporter son absence. Je ne vis plus… Mais je resterais debout, pour Ray, pour les amis, pour la futur League… Pour tenter vainement d’empêcher ce monde de s’écrouler. A défaut de sauver le mien, j’apporterais du ciment chez les autres. C’est comme ça.
...
...
Mais Ray ne l’entend pas de cette oreille, il ne veut pas que ça se passe ainsi. Il insiste et pense que je ne peux pas réussir. Seul. Je lève un regard déconcerté vers lui. Ses paroles fondent droit sur moi, directement au cœur, elles me désarment et je ne sais plus quoi dire ni quoi faire. Je le regarde, impuissant, alors qu’il continue. Il me parle des Blorps. Il les connaît… Bien évidemment. Je n’ai pas voulu lui remémorer ces souvenirs là … Je n’ai pas… Je ne …
Il sait. Il comprend…
Tous ses gestes, sa voix, même ses mimiques sont délicats, très francs mais… Je…
Je continue de l’écouter alors que j’ai détourné le regard.
J’ai … J’ai envie de m’enfuir. Loin. De partir…
J’entends ses mots, je m’accroche sur une passerelle fragile de bon sens, pour ne pas m'enfuir. C’est un ami pour qui je ferais tout, pour l’aider, pour le soutenir dans l’avenir sombre qui nous attend. A nous et à tous les autres héros. Il veut faire pareil pour moi… Et pourtant je… Je ne veux pas. Je ne veux pas qu’il m’aide. Je n’ai pas voulu… jusque là... vraiment m’en sortir.
Avant qu’il marque une longue pause, avant que son regard ne change et devienne plus sombre, il me confirme ce que je savais déjà, ce que j’ai refusé d’entendre, parce que… J’ai voulu y croire. Mais non… Sue est morte. Ce n’était pas elle, dans ce laboratoire de la Zone 51. Ce ne sera jamais elle, nulle part… Jamais.

Je fais non de la tête, machinalement, sans vraiment répondre à Ray… Il a devant lui un ami qui n’a pas réussi. Qui n’a plus voulu. Qui ne veut pas… Qui refuse de combler le gouffre béant qu’elle a laissé… Parce qu'il n'y arrive pas. Il ne veut pas non plus se pardonner d’être dans cet état, de vouloir descendre. De vouloir tomber, de laisser tout. Ce monde. Cette vie. Cette aventure sans elle…
J’ai déjà essayé. J’ai voulu… mourir.
Me voir parcourir cette pente de long en large, pour la retrouver, avec la seule idée chaleureuse de pouvoir la serrer à nouveau dans mes bras. Même un peu, juste une dernière fois… Et je verrais ensuite tout s’éteindre, après avoir absolument tout perdu… Pour finalement n’être plus rien du tout.
Et … Et puis quoi ? Je ne suis déjà plus grand chose… Je ne suis plus que l’ombre d’un homme qui a fait des erreurs, qui a pourtant vécu heureux, qui a été maladroit, parfois malhabile, mais qui s’est rattrapé. Pour elle. Elle n’a pas fait qu’être ma petite femme, elle a fait bien plus que ça. Elle a façonné des merveilles, toujours là lorsqu’on a eu besoin d’elle. Une amie. Une épouse. Une lumière… Une mère…
Sue n’est plus…
Elle a disparu comme les merveilles des époques passées. Elle rejoint des songes dans les ténèbres. Elle s’éloigne un peu plus chaque jours qui passent. Et. Je. Ne. Veux. Pas ! Je ne veux pas la laisser ! J’ai voulu la rejoindre, mais je … Je n’ai pas réussi. J’ai… Je ne suis qu’un lâche ! Et quelques temps après cette malheureuse tentative, je me suis relevé. J’ai essayé une dernière fois d’avancer, la dernière chance. L’unique… Parce que je ne veux pas que la flamme s’éteigne. La sienne. Ma précieuse Sue…

Ray reprend et ses mots-là me désarçonnent. Je tremble encore alors que j’ai relevé la tête vers lui. Je secoue la tête à nouveau, non, non ! … Non je ne peux pas vivre avec son absence, je…
Je cesse de bouger face à cette main tendue. Je suis arrêté alors qu’elle se rapproche. Je fixe Ray qui hoche de la tête. Il… Il dit vrai… Non, non… ! Je… Je n’en sais rien ! Peut-être… Peut-être qu’elle voudrait, oui… Peut-être qu’elle veut me voir aller mieux, qu’elle veut me voir vivre. Heureux… comme avant… Malgré qu’elle ne soit pas là. Je ne sais pas...
Mes mains viennent se mettre sur mon visage. J-je craque… Je ne… Je n’y arrive plus… Mes larmes tombent toutes seules. J’entends toujours sa voix, celle d’un proche qui veut m'aider. D’une personne présente et vivante. Qui tend une main chaleureuse. Qui propose… une… solution ? Je…
Mes épaules sont secoués par le sanglot, que j’essaye de contenir. C’est… C’est parce que je ne souhaite pas qu’il me voit comme ça et dans le même temps je… J’aimerais cesser de descendre dans le gouffre. Je veux y croire. Ray Palmer vient de raviver quelque chose, et je veux y croire. Je l’analyse, tout au fond de moi, cette petite chose, cette nouvelle lueur, cette inconnue. Je suis désarmée face à elle, c'est effrayant... Mais je veux croire qu’elle puisse m’apporter du réconfort.
Est-ce seulement … possible ?
Puis-je vivre… Renaître ?
Continuer ma route… sans Sue ?


Après de longues secondes, mes mains descendent lentement sur mes genoux pour aller les agripper, pour me calmer. Mes yeux s’ouvrent, un peu rougis, vers Ray… L’ami qui n’a pas abandonné. Qui ne veut pas m’abandonner. L’illustre Atom. L’homme le plus intelligent de cette planète.
Sa main est restée tendue, elle attend. Elle… m’attend.
Mon sourire est triste à voir, mais j’ai cessé de trembler. Mes épaules se redressent un peu. Doucement, je lève ma main droite qui se rapproche de la sienne. Je peux… Je peux ? Je dois… Je dois essayer. J’ai confiance… Pas en mes capacités, mais en les siennes, oui… Largement plus.
J’ai cessé de le regarder alors que je vais serrer cette main bienveillante. J’inspire profondément, retrouvant une certaine contenance, et bientôt ma main gauche s’accroche aussi à celle de Ray.
Il faut que j’essaye. Mais pas seul. Et je ne le suis pas, plus maintenant. Je peux avancer à côté de Ray et aux côtés des autres…
Je tente de sourire maladroitement et mes yeux, qui le fixent, sont encore perturbés par les larmes.
- Je… - J’acquiesce doucement - D-D’accord…
Je baisse la tête, poussant un long souffle. - D’accord…
Je veux m’en sortir.
- Essayons…
Je ne peux plus continuer comme ça…
- J-je… Tu sais… combien je l’aime… C-combien je… Je l’ai aimé.
Sue…
- Tu sais combien… ça sera difficile… ?
Je t’aime… Toujours…
- Mais… Je… Je peux essayer…
Même si je dois continuer, sans toi… Je t’aimerais.
- … J’avancerais… et je ne suis plus seul…

Je redresse la tête vers lui, ressemblant davantage à Ralph Dibny qu’à l’homme brisé, resté trop longtemps dans les ombres du passé.
- … Nous… nous ne sommes plus seuls… Toi et moi… Mon ami.

Quoi qu’il arrive, quoi que je ferais dans cette vie, je continuerais à t’aimer. Parce que tu seras toujours ce que j’ai, et ce que j’ai eu de plus précieux dans toute mon existence.

Ton Ralph.
Revenir en haut Aller en bas
Ray Palmer
Ray Palmer
Super-Héros
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1541
DC : Mister Miracle ; Bruce Wayne ; Fate ; Tempest ; Kalel.
Situation : Accusé de meurtre, complicité de meurtres, torture, menace cosmique globale et terrorisme. Libéré sous caution et mis à l'épreuve. Obligé d'intégrer et co-diriger une JLA pour le Président des Etats-Unis d'Amérique.
Localisations : Ivy Town.
JLA
Team Atom
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Mer 13 Nov 2019 - 11:02
Ralph Dibny reste silencieux ; longtemps.
Atom ne dit rien.

Il comprend.
Il a conscience que son ami est encore en plein processus de deuil – en pleine gestion de la disparition de son épouse ; de son âme sœur.
Sue Dibny n’était pas uniquement la femme d’Elongated Man ; elle n’était pas juste sa compagne, devant la loi et dieu. Elle était faite pour lui… comme il était fait pour elle.

Les Dibny étaient amoureux ; plus encore qu’au premier jour.
C’était beau. C’était pur. C’était intense.
… étouffante même, parfois. Pour leurs amis, pour leurs proches moins chanceux ; moins bien dotés par la vie et le destin.

Ray Palmer n’ose imaginer ce que Ralph vit – même s’il a une petite idée.
Car il a aussi connu le deuil.
Et notamment de l’être aimé.

Laëthwen.
La princesse des Morlaidhans ; les extraterrestres jaunes et minuscules, vivant en Amazonie.
Découverts jadis par Ray, qui a mené avec eux la révolte contre un oppresseur.
Un lieu de paix. Un lieu de sérénité.
Un lieu d’amour, car il s’est lié à la princesse ; sa princesse.

Morte.
Tuée par la CIA, qui voulait forcer Atom à sortir d’Amazonie pour récupérer sa technologie. Ray imagine le deuil de Ralph – car lui aussi a connu le trépas de l’être aimé.
Le lien sentimental n’était pas aussi fort, cependant. Il aimait Laëthwen… mais elle n’était pas son âme sœur ; il ne peut qu’imaginer ce que vit Elongated Man, alors.

Mais cela suffit pour saisir l’ampleur de la douleur.
Et agir, pour l’aider.


« Ouais. »

Le scientifique hoche lentement la tête, et esquisse un sourire rassurant.

« T’es… pas seul, mec. Tu l’as jamais été.
Mais… tu ne le seras vraiment plus. »


Ray s’empare de la main de Ralph – et l’aide à se relever.
Physiquement, d’abord.
Et psychologiquement… bientôt.


« Et… j’imagine ; j’imagine combien tu l’aimes, Ralph. Il… faut pas arrêter ; il faut pas l’oublier.
Il faut juste… avancer. Pour elle. En la gardant là. »


Il désigne la poitrine de Ralph du pouce ; et sourit, encore.

« Viens. »

Atom le force à avancer, alors ; le force à sortir du laboratoire.
Direction le couloir.
Direction les nombreuses allées internes du Hall de Justice… et une certaine destination.


« Je… j’voulais te le dire, te l’annoncer ; avant les autres. Je voulais le faire… demain.
Mais maintenant, ça semble bien, aussi. »


Son sourire devient un peu gêné, et il baisse légèrement les yeux.

« C’est… je comprendrais que tu ne veuilles pas. Mais… ça me semble légitime. »

Ray soupire, ouvre une porte ; laisse rentrer Ralph à l’intérieur.
Pour voir.

L’entrée principale du Hall de Justice.
Une zone immense, avec encore quelques échafaudages – mais la majorité des éléments déjà en place.
Des symboles. Des logos. Des indications. Des armoiries de la Justice League of America.
… et une statue, aussi ; avec un écriteau gravé dans le mur, au-dessus.

Une statue de Sue.
Avec en lettres immenses quelques mots :


Code:
En hommage à Susan Dearbon-Dibny.
Le soleil de nos vies.
Dont les rayons, même disparus, ne cesseront jamais de nous réchauffer.

Palmer se place sur le côté, et croise les bras ; un peu nerveux.
Il espère avoir bien fait.
Il espère que Ralph prendra ça bien… appréciera ; c’est un souhait, de sa part. De dédier l’entrée de Hall de Justice à Sue – pas seulement pour son ami, en fait. Pas uniquement pour lui permettre d’avancer.

Mais… pour Sue.
Son amie ; son amie véritable. Qui lui manque affreusement.
Et qui mérite au moins ça…

Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Randolph W. Dibny/EM
Randolph W. Dibny/EM
Super-Héros
Inscription : 12/10/2019
Messages : 146
Situation : Acutellement malade, après être entré en contact avec des créatures du Microvers
Localisations : Opal City
JLA
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Mer 13 Nov 2019 - 22:22
Ray Palmer hoche de la tête et il me sourit… avec douceur. Je suis complètement mise à nu, psychologiquement épuisé, et physiquement atteint aussi. Mais je reste là, je suis toujours debout. J’essaye de rester fort, pour ne pas m’effondrer. Il le faut. Je viens de le promettre à mon ami. Ce dernier qui me regarde, sans jugement, et je le devine fort bien ô combien il peut comprendre ou au moins imaginer ce que je ressens. Ray a traversé bien des souffrances dans sa vie… Et je suis sûr que je ne sais pas tout.
Je ne suis pas seul. Je l’entends… Je ne l’ai jamais été, je… Je ne le serais plus. Oui, il a raison. Je le regarde alors qu’il m’aide à me relever. Un peu surpris de tenir sur mes jambes, je ferme un instant les yeux pour reprendre un souffle régulier. Elles sont assurées, elles peuvent me porter… Oui, c’est bon !
Mes yeux s’ouvrent vers un homme qui continue de me rassurer, pour qui je vouais déjà un profond respect et aujourd’hui je… Je ne sais pas comment le remercier d’avoir été là… D’être là, maintenant. C’est… ça fait un bien fou !
Je lui souris, comme je peux, alors qu’il parle d’elle. Il ne faut pas l’oublier, non jamais. Elle sera toujours dans nos coeurs. Je pose ma main sur ma poitrine après qu’il l’ait désigné et… Je cligne des yeux.
Viens ?
- Où… ?

Je n’ai pas le temps de poser la question. Il m’a attrapé et nous nous dirigeons vers la sortie. J’ai un regard en arrière vers les ordinateurs, vers les analyses en cours… Victor ne va pas tarder à revenir, j’espère qu’il pensera à me prévenir s’il se produit quelque chose, ou simplement pour le verdict finale.

Il m’embarque dans les couloirs du bâtiment que j’ai pu visiter tout à l’heure… Mais nous nous dirigeons vers l’entrée principale, je n’ai pas traîner mon nez jusque là. Tout particulièrement parce qu’il me semble y avoir vu des échafaudages. C’est encore en cours de construction, alors… Pourquoi m’amener là ?
- Ray ?

Je l’écoute et je le regarde, curieux. Il veut me montrer quelque chose qui se trouve là, et il me dit cela comme si s’agissait d’une chose vraiment, très, très, importante. En tout cas, assez pour que ça ne puisse pas attendre au lendemain. Une chose… légitime… ?
Il m’a piqué à vif, il faut que je sache ce qui se cache derrière cette porte ! Ray est gêné… Il soupire et me laisse passer. Je ne sais pas pourquoi, j’appréhende un peu alors que je passe l’ouverture. Nerveux, je découvre pour la première fois la toute nouvelle entrée principale du Hall de Justice. Et c’est…

L’ébahissement.

Tout a été refait à neuf. Le sol jusqu’aux murs. On sent encore le passage de la peinture et des travaux. C’est très grand, et même plus que ça ! C’est … magnifique ! Je m’avance, au début doucement, n’osant pas faire de bruit. Nos pas font des échos et c’est presque intimidant. Et là… Dans le fond, je la vois. Je sens venir de l’allégresse et je suis pris d’hésitation. Sauter, courir, crier, joie ou … C’est… J’en perds mon dialecte. J’ai sous mes yeux ébahis une statue de ma femme, au centre d’un lieu en demi cercle. Elle est devant des symboles… Elle est aux côtés de tout le monde. Je les reconnais tous, hormis certains qui m’échappent. Je m’approche un peu plus rapidement pour aller les contempler, par moment j’allonge même mon cou pour regarder les logos qui sont fièrement exposés. Je les regarde, mon sourire ne me quitte plus et je m’arrête quelques instants sur celui de la Justice League of America. Et enfin… Je reviens à la place de simple homme, me mettant juste devant elle. Devant Sue… Je détaille du regard la splendeur de cette représentation parfaite. L’artiste lui a donné un air plus héroïque, s’alliant parfaitement avec le thème général. Celui des super-héros. Elle est aux côtés de tous ses amis… Elle est… là. Dans le cœur de chacun d’entre nous.
Je baisse un instant les yeux, je souris encore. Je ris même. Beaucoup d’émotions sont passées. Ému, je jette un regard vers Ray, et je secoue la tête. Mon sourire s’est agrandit :
- Elle va… Elle va prendre la grosse tête.
Je ris, et je lui montre la statue :
- Avec ça, ouais. Là, mon pote… Tu l’entends, non ? Elle chante déjà ses prouesses de guerrière.

Je remarque une épitaphe accrochée derrière. Je commence à la lire et si au début mon sourire se fait un peu plus triste, il finit par s'émerveiller. Tout doucement je pose une main sur ma poitrine et je hoche de la tête.
- Le soleil de nos vies.

Dont les rayons, même disparus, ne cesseront jamais de nous réchauffer…
Je souris et je me retourne vers Ray, un peu gêné. Ce qu’il a fait est… Cela représente beaucoup. Pas seulement pour moi, mais aussi pour lui et pour tous les autres. Tous ceux qui l’ont connu. Tous ses amis. Je… Je suis sans mots… J’en ai même des frissons ! Hé…
Je me reprends et je continue de lui sourire. Serein. Vraiment… beaucoup plus serein.
- Je… C’est… Je ne sais pas quoi dire, Ray… A part… Merci. Pour elle…

Je me rapproche et je m’incline devant lui.
- Pour les autres aussi. Merci. Pour tout…

Je passe ma main dans les cheveux, désemparé, et mes yeux se perdent à nouveau dans cette merveilleuse salle !
- Il faudra faire de la place pour d’autres logos, non ? - Mon sourire s’élargit et je lui fais un clin d’œil - Eh ouais, parce que… Lorsque nous pourrons, cette équipe pourra s’agrandir !

Oui… Oui je crois que je peux espérer. C’est Ray qui m’a offert cela, cette nouvelle lueur. Je peux me battre de nouveau pour quelque chose de palpable. Pour un avenir. Pour assurer que le monde possède un avenir meilleur. M’assurer que les erreurs du passé de se reproduisent pas et être certain que la JLA puisse avancer, grandir et un jour se libérer des contraintes du Gouvernement.
Je tremble moins, j’ai repris le contrôle. Je… Il me faudra du temps, mais je sens que je peux… aller vers le mieux. Mon regard est reconnaissant.
- Merci, Ray. Vraiment… Je… Cet endroit sera préservé. Je me battrais pour ça.

Je vais me battre pour redorer le blason de tous ces héros, pour revaloir les anciennes valeurs de la Justice League.

Alors que j’allais lui poser de plus amples questions sur la confection de ce Hall, quelque chose, une nouvelle présence nous interrompt. Au début, un grésillement, puis un hologramme apparaît. C’est Victor !
Sa présence ici me rassure, en temps normal. Mais… Étrangement, là, je… J’ai comme doute.
Je fronce doucement les sourcils, inquiet. Cela me rappelle dans le même temps que je n’ai encore rien dit à Ray à propos des analyses.
« Les gars… Désolé de vous interrompre mais… Il faut que vous voyez ça. »

Merde.
Son ton est beaucoup trop grave…
C'est porteur de mauvaises nouvelles...
Je crains le pire.
Je m'en suis douté, depuis un petit moment... En faite mais... Je... Je n'ai pas pu aborder le sujet avec qui que se soit.

Je me tourne vers Ray et je lui assure du regard que je le suis.
Je te suivrais dans n'importe quel Enfer...
Revenir en haut Aller en bas
Ray Palmer
Ray Palmer
Super-Héros
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1541
DC : Mister Miracle ; Bruce Wayne ; Fate ; Tempest ; Kalel.
Situation : Accusé de meurtre, complicité de meurtres, torture, menace cosmique globale et terrorisme. Libéré sous caution et mis à l'épreuve. Obligé d'intégrer et co-diriger une JLA pour le Président des Etats-Unis d'Amérique.
Localisations : Ivy Town.
JLA
Team Atom
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Jeu 14 Nov 2019 - 12:10
Ray Palmer croise les bras ; les joues rouges.
Un peu gêné. Un peu intimidé.
Un peu anxieux… en attendant la réponse de Ralph Dibny. En attendant de voir comment il prend l’initiative du scientifique – qui s’est lancé seul, et a osé ; a tenté.

Elongated Man finit par réagir.
Et c’est… autant que son ami l’espérait ; même plus.


« Ha. »

Un soupir de soulagement s’échappe des lèvres d’Atom ; il aime.
Ralph aime.
Même si l’émotion l’emporte. Même si les événements se précipitent, dans son cœur. Même s’il doit gérer tout ça… le message est clair.

Ralph aime ; il valide.
Et ça libère complètement son camarade.


« C’est… ouais. Ouais, elle… la grosse tête. Ouais. »

Il sourit, et déplie légèrement ses bras ; Palmer est un peu gêné.
Parce que Ralph parle de Sue au présent.
Il craint que son ami perde l’esprit – mais il met cela sur l’émotion ; et un abus de langage. Il décide de ne pas relever ça, et de ne pas s’en inquiéter.
Pour l’instant.


« Mais… »

Il s’approche finalement, et lève une main gantée un peu tremblante vers son ami.

« Elle le mérite. Nan ? »

Ray pose sa main sur l’épaule de Ralph, et se tait alors ; il le laisse.
Il le laisse lire.
Il le laisse déchiffrer l’inscription – comprendre les mots gravés au-dessus de la statue. Intégrer pleinement le message que le scientifique a voulu laisser, en hommage à la jeune femme.


« C’est… »

Il lâche Ralph, et détourne légèrement la tête en entendant sa réaction ; il rougit.
Il est ému, aussi.


« C’est… normal. »

Atom sourit légèrement, et cache les larmes qu’il bloque à ses yeux ; il est touché, oui.
Ralph a perdu son épouse – son âme sœur.
Le drame est terrible ; la perte est absolue. Il compatit pleinement à cette douleur qu’il imagine, mais ne peut comprendre pleinement.

Mais…
Mais Sue n’était pas que la femme d’Elongated Man ; elle était… elle était Sue.
Une amie. Une véritable amie.
De tous les membres de la Justice League ; tous ceux qui l’ont croisé l’ont aimé, et ont été touchés par sa gentillesse et sa douceur. Ray Palmer inclus.


« Elle me… elle nous manque. Aussi. »

Ray soupire, et hoche la tête ; c’est difficile. C’est lourd.
Le deuil fait toujours ça.
D’autant qu’une partie de lui s’en veut encore. D’autant qu’une ombre rôde toujours dans son esprit, qui lui rappelle qu’il aurait pu empêcher ça – ou essayer, au moins.
Atom repousse cette ombre, et se retourne vers Ralph ; en souriant.


« Ouais. »

Il reprend, et se concentre sur autre chose ; sur les mots de Ralph.
Sur le positif.


« On… on en rajoutera, ouais. Je… j’aimerais bien créer un… une sorte de musée, tu vois ? Avec des… avec des statues pour tous les anciens membres.
La… l’équipe avait ça, déjà. A l’époque du satellite, puis de la Tour de Garde. Mais… mais ça a explosé, à chaque fois. On… on a tout perdu. »


Il soupire.

« On… on s’est perdus, quoi. »

Une légère grimace glisse sur ses lèvres.

« Mais… »

Ray fixe son camarade, et acquiesce encore.

« On va changer ça. Ouais.
On va changer ça. »


Il sourit, encore ; il est bien, là.
Avec son ami. Avec son camarade. Avec son vieux compère.
Qu’il veut aider – qu’il va aider.

Car… tout va aller bien, maintenant. Tout doit aller bien.
Ray veut se battre pour ça – il veut se battre pour Ralph Dibny. Qui mérite le bonheur. Qui mérite d’éviter les drames. Qui mérite d’être heur…


« Ho. »

Ses pensées s’interrompent, hélas.
Victor Stone les interrompt.

"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 250px-Cyborg_%28Victor_Stone%29
Ce dernier rejoint le duo – mais ses mots n’ont rien d’agréable, hélas.

« C’est… »

Cyborg utilise son bras comme vecteur pour intégrer un écran, et présenter des éléments issus des analyses réalisées par Ralph Dibny plus tôt.
Ce sont ses résultats, en fait.
… et ils ne sont pas bons, hélas.


« Mais… oh. »

Atom lit – et fronce les sourcils.
Il voit.
Il comprend, aussi.


« C’est… »

« Oui. »

« Bordel. »

Ray soupire, et se crispe ; il voit, oui. Il comprend.
Ralph Dibny ne va pas bien.
Son corps… se délite ; littéralement. Son ADN est en pleine dégénérescence moléculaire – et si le phénomène est actuellement invisible, cela ne va pas durer.


« Tu… tu vas bientôt plus… pouvoir t’étirer. Tu… tu vas bientôt plus pouvoir garder ta… ton aspect solide. Tu… tu vas devenir une sorte de… »

« Le phénomène est similaire aux troubles de Rita Farr, Elasti-Girl de la Doom Patrol. »

Cyborg hoche la tête ; Palmer grimace encore.
C’est grave.
C’est une situation… très grave. Et sur laquelle il va falloir agir rapidement.

« Nous devons faire d’autres tests ; vite.
Tu es… d’accord ? »


Victor se tourne vers Ralph ; Ray aussi.
Ils doivent faire vite – mais ils doivent avoir son accord.
Pour essayer de lui sauver la vie !

Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Randolph W. Dibny/EM
Randolph W. Dibny/EM
Super-Héros
Inscription : 12/10/2019
Messages : 146
Situation : Acutellement malade, après être entré en contact avec des créatures du Microvers
Localisations : Opal City
JLA
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Jeu 14 Nov 2019 - 17:09


Je souris vers lui et j’acquiesce :
- Elle le mérite, oui.

Même mille fois. J’observe Ray, qui semble tout aussi ému que moi de savoir que je valide son idée. Je lui laisse du temps… Il nous en faudra, et même s’il vient à nous manquer, nous en garderons toujours pour penser à elle. Une épouse, une amie disparue…
Ray a voulu lui rendre hommage, et… On ne pouvait pas faire mieux que ce lieu pour y parvenir !
Si au début j’hésite, je finis par répéter le geste de Ray, en posant à mon tour une main sur son épaule. J’essaye de le rassurer, mais… Oh… Je connais ce regard-là. Je sais à quoi tu penses… On en a déjà parlé, je t’ai déjà dit que tu n’es pas fautif, mais…
Il ne m’écoute pas, chérie. Toi, il t’aurait écouté. C’était un peu ton super pouvoir…
Ray Palmer me sourit. Comme toujours. Il cache au fond de lui les ombres, mais il apprend peut-être à les repousser. Il le faut… Et je dois y parvenir aussi…
- Ouais… Elle nous manque…

… Avec du temps. Si la vie nous en laisse.
Je pousse un long soupire et j’écoute ce qu’il propose pour l’avenir de cet endroit. Un musée, Hmm… Oui, pourquoi pas ! Déjà à l’époque satellitaire, nous possédions un endroit qui rendait hommage aux anciens héros. Je me souviens l’avoir visité de nombreuses fois, avec… avec Sue. Elle était curieuse, elle voulait tout savoir sur les personnes qui ont tous contribué à la paix et à la protection pour ce monde. Comme Ray le souffle, nous avons tout perdu, à chaque fois que le mal a décidé de frapper fort.
- Tu as raison, il faut changer ça. Et ça sera mieux qu’avant !

L’idée me plaît. L’idée plaît à Ray, et l’inspire même. Je retrouve un peu l’ami que j’ai connu, celui qui se sent capable de tout faire. Nous pouvons aller vers le mieux… Ensemble. Et construire quelque chose de bien ici. Je le ferais aux côtés de Ray Palmer, avec qui j’ai envie de croire qu’il peut exister un monde meilleur pour les héros que celui qu’on nous présente. Un homme qui doit se reconstruire et que j’aiderais de mon mieux. Et un jour, nous pourrons peut-être avoir la paix.

Mais… Pas aujourd’hui, visiblement…

Lorsque Cyborg est arrivé pour nous dire “Il faut que vous voyez ça”, mon cœur s’est presque arrêté. Il a employé ce ton, celui d’un médecin qui vient vous annoncer la fin… Et son visage est sérieux, lui chez qui le sourire ne le lâche pas habituellement. Il crée un écran et je vois énormément d’informations passer. Il me faut un peu de temps pour toutes les assimiler. Mais… C’est… C’est pas bon. C’est même pire que ça.
Lentement, je m’assoie sur le sol. Pour encaisser déjà, et pour… pour réfléchir. J’essaye de réfléchir à tout ça. Alors que Ray, plus rapide, m’expose ce qui se passe. Ce qui est en train de m’arriver. Mes mains se mettent sur ma tête et mon visage est sous le choc. Je relève la tête vers l’écran. Comment ça a pu arriver … ?
- Lorsque tu dis “plus pouvoir garder mon aspect solide” tu entends par là… Handicaps moteurs ou … - J’ai une grimace et je les regarde horrifié - Ne me dites pas que je vais finir en flasque dans un bocal… hein ? Non…

J’en frissonne, rien que d’y penser me donne des maux à l’estomac. Quelle horreur ! Foutredieu.
- Rita Farr… ? - On parle bien d’Elasti-girl qui peut régénérer n’importe quel partie d’un corps … ? Mais… - J’ignorais qu’elle avait eu un problème… aussi… grave. Mais ses capacités sont sensiblement différentes des miennes et elle a acquis ses pouvoirs par un effet extérieur…

Je me relève, même si là j’ai plutôt envie de m’effondrer.
- Moi je… Je possède des gènes, je suis né avec. Si ces analyses sont correctes, c’est peut-être plus grave encore. Plus grave que Rita…

Je fronce les sourcils, assimilant tout ce que je vois, et tout ce que je peux comprendre... Réfléchir pour aider les autres c’est bien plus simple que pour soi-même, surtout sur un problème aussi important… Je ne me suis pas senti si mal, pourtant, hormis ce matin. Je n’ai rien vu venir. Pas eu d’état de faiblesse, pas de pertes dans mes capacités, rien…
Le fruit du gingo ne m’a jamais posé de problème. Enfin si ! Il m’a donné ces extraordinaires dons. Il a réveillé des méta gènes endormis. Si le gingold n’avait pas agi, je n’aurais jamais pu devenir un héros. Ou alors je serais tombé sur autre chose qui m’aurait rendu différent, un fou dangereux, qui sait ? Un gangster, avec une dégaine de Cow-boy… Oh ouais, ça aurait pu être sympa !
Mais non, je m’allonge à la place, hé !
Si l’élixir me pose des problèmes de santé, cela veut dire que je dois… Tout arrêter.
Si ce sont mes gènes… Pareil, sauf que je vais devoir en plus vivre avec l’idée que je vais… mourir. Dans la douleur…
Bordel.
De.
Zut.
- Je …

Ils me regardent. Ils attendent ma décision. J’ai entendu la question de Victor, je n’ai juste pas… réagi. Je…
Pourquoi est-ce que ça arrive maintenant ? Pourquoi est-ce que ça arrive tout court !
Je regarde Ray. Il est le seul, ici, parmi nous, parmi les vivants, dans le monde entier, à pouvoir faire quelque chose. A avoir suffisamment d’intelligence pour comprendre ce qui se passe et y remédier, si cela est possible. Et si c’est impossible… Il va s'acharner pour trouver une solution. Je le connais bien. Je le lis dans son regard…

Je lui souris, un peu maladroit, un peu… abattu en faite.
Je ne suis même pas capable de lui dire non. De toute façon, il vaut mieux traiter le problème le plus tôt possible. Mais j’ai peur… qu’il me dise ce que je crains fort. Ne plus pouvoir être ce que je suis, là, et me forcer à… à arrêter. A ne plus être aux côtés des héros. A ne plus pouvoir être à ses côtés. Et je vais me sentir vraiment inutile.
Je me tourne alors vers Victor et j’acquiesce.
- C’est d’accord… Allons-y.

Autant… autant aller voir le problème jusqu’au bout.
Revenir en haut Aller en bas
Ray Palmer
Ray Palmer
Super-Héros
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1541
DC : Mister Miracle ; Bruce Wayne ; Fate ; Tempest ; Kalel.
Situation : Accusé de meurtre, complicité de meurtres, torture, menace cosmique globale et terrorisme. Libéré sous caution et mis à l'épreuve. Obligé d'intégrer et co-diriger une JLA pour le Président des Etats-Unis d'Amérique.
Localisations : Ivy Town.
JLA
Team Atom
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Jeu 14 Nov 2019 - 17:38
Victor Stone détourne légèrement les yeux, gêné. Ray Palmer grimace.
Les réactions et questions de Ralph Dibny sont légitimes.
… mais ils ne savent pas quoi lui répondre ; ils ne savent pas quoi dire, tout simplement.

« C’est… difficile à expliquer. Rita Farr a eu de telles difficultés à cause des… des origines de ses capacités ; elles sont différentes des tiennes.
Mais… c’est… je… »


« C’est un risque réel. »

Atom intervient.
En relevant les yeux. En figeant le regard dans celui de Ralph.
En parlant, aussi.


« On n’y est pas encore… mais c’est un risque réel. »

Avec une voix sûre. Avec une voix directe.
Avec une voix qui se veut rassurante.


« On doit envisager toutes les options – mais il est clair que ton corps est en train de céder ; de se déliter, comme on disait. Tu vas bientôt avoir des difficultés à user de tes pouvoirs, et tu vas ensuite risquer de perdre… ta contenance. »

Palmer soupire, et pose une main douce sur l’épaule de Ralph.
Il sourit.


« Mais… on identifie ça maintenant ; avant que le phénomène ne t’affecte directement.
C’est… une bonne chose. C’est une très bonne chose.
Parce qu’on va pouvoir agir. Parce qu’on va pouvoir mener des tests – et comprendre, okay ? »


Il tapote légèrement l’épaule de son ami.

« Et qui dit comprendre… dit solutionner.
Nan ? »


Le scientifique adresse un clin d’œil complice à Ralph ; pour le calmer. Le rassurer.
Il y croit.
Il va le faire ; il va tout faire pour cela.
… même s’il a peur, aussi.

Même si Ray Palmer sent bien que l’événement n’est pas anodin – même s’il sait que ce qui arrive à Elongated Man est dangereux.
Ils doivent agir vite ; ils doivent agir bien.
Et ils doivent le faire maintenant.


**
*
**

… et c’est ce qu’ils ont fait.
Depuis deux heures.

Deux heures, oui.
Deux heures durant lesquelles Ralph Dibny a subi des tests organisés par Ray Palmer et Victor Stone, au sein des laboratoires du Hall de Justice à peine rénové ; heureusement, ces pièces ont été les premières achevées durant les travaux.
Deux heures, donc.
Deux heures de tests… de tests douloureux.

« C’est bon. »

Cyborg lève son pouce, et fait signe à Atom ; les machines s’éteignent. Les abominables éléments mécaniques qui ont tourné, détourné, tiré, retiré Elongated Man dans tous les sens se figent, enfin.
Ça se termine.


« Hey, Ralph ! »

Ray a suivi les tests avec attention ; les muscles crispés.
Déjà, parce que savoir que son ami risque beaucoup le trouble, le hante.
Ensuite… parce qu’il imagine la douleur physique ressentie par son camarade ; et il ne supporte pas cela.


« Tu… tu veux boire quelque chose ? »

Il s’empare d’une tablette, et commence à réunir les données en temps réel ; mais il n’en oublie pas ses priorités.
Ralph – son ami.
Qui souffre. Qui a mal. Qui s’inquiète pour son sort.
Qui ne se remet même pas encore du décès de Sue ; qui n’a vraiment pas besoin de ça, maintenant.


« On va… on va pouvoir savoir un peu ce qui déclenche tout ça, chez toi. »

« Les résultats seront prêts dans dix minutes. »

Cyborg arrive, aussi ; un peu gêné.
Il ne se sent pas forcément à sa place, auprès de deux amis proches… auprès d’un homme qui risque tant, et qu’il vient de torturer.
Certes pour son propre bien – mais quand même. La sensation est étrange, et désagréable.


« Je… j’pense que c’est un problème génétique, en fait. »

Ray soupire, et relève des yeux émus vers Ralph ; il grimace un sourire.

« Quelque chose doit perturber ton génome… un élément extérieur, ou une réaction retardée à l’activation de tes pouvoirs. »

C’est une hypothèse ; mais il l’aime bien.
Car il pourrait agir.
Car il pourrait rapetisser… et aller voir. Et aller régler ça.
Et aller sauver son ami.
Ce qui lui ferait beaucoup de bien, là !

Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Randolph W. Dibny/EM
Randolph W. Dibny/EM
Super-Héros
Inscription : 12/10/2019
Messages : 146
Situation : Acutellement malade, après être entré en contact avec des créatures du Microvers
Localisations : Opal City
JLA
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Jeu 14 Nov 2019 - 19:27
Le risque est réel. Il le répète. Ray essaye de me rassurer mais… C’est pour le moment peu efficace. Ma tête est en ébullition, elle réfléchit, elle essaye de… d’accepter ! Mais… Bon sang ! Je n’arrive même plus à aligner une seule pensée correcte ! Je déteste cet état. Je me déteste là, maintenant. Je grimace ce qui ressemble à un sourire alors que Ray m’explique à nouveau.
Mon corps cède. Il se détériore… Mes gènes ont un problème. Et je risque de devenir… plus grand chose.
Mais Ray est présent. Il le montre, il a déjà réfléchi aux possibilités. Il travaille sur des solutions avant même que nous ayons commencé les tests. Il me sourit. Le problème a été découvert tôt, alors nous pouvons l’identifier et agir. Oui…
Ray semble sûr de lui. Je suis certain que quelque part, il est autant effrayé que moi. Personnellement, je le suis. Ce n’est pas tellement l’idée de la douleur, ou l’idée de finir dans un sac en plastique, mais… Le fait que ça arrive, simplement. Le fait qu’il y est une faille quelque part en moi, qui m’affaiblit. Le fait de le savoir, d’en prendre conscience… Me fait bien plus mal que n’importe quelles douleurs que vont provoquer ces tests.
La complicité de Ray me fait sourire, bien que j’essaye de remettre en place toutes les émotions qui sont passées par là, en si peu de temps…
- Ouais… Nous voulons bien essayer de solutionner votre problème mais il faudrait d'abord nous l'explicationner.**

Non Ralph ! Tu restes concentré. Ces tests risquent de te retirer tout sourire sur le visage. D’ailleurs, j’ai bien peur qu’ils vont même me donner envie de…
Mais non.
Allons.
Tout va très bien se passer. C’est du gâteau !



**
*
**



J’ai menti ! Je vous déteste tous !! Et d’ailleurs, je n’ai absolument rien dit, OUBLIEZ TOUT ! Ces tests sont… ignobles !
Imaginez ce que ça fait de subir des tests physiques pendant deux heures ? Non, d’accord. Imaginez… Que l’un des tests a consisté à attraper mes bras, mes jambes et à les étirer, encore… Encore… Et encore ? Je peux aller loin, donc ils ont dû me tordre dans tous les sens. A un moment, l’échelle de la douleur que je vais mettre banalement sur 10 est passé à 6 … Ce n’est pas le pire, non. Mais la suite a été réellement abominable. Les machines sont exceptionnelles ici, elles ont réalisé des choses que je ne pensais pas possible. Et bien si, elles existent et vous savez quoi ? C’est mieux de les ignorer, de se dire “Mais non, on ne peut pas faire ça”.
Bon … dieu…
Ils ont tiré mon visage aussi, ce qui monte la douleur à 8. Ils ont testé mes capacités surhumaines, notamment ma résistance et mon endurance. Ils m’ont fait subir ce qu’un homme normal ne peut pas enduré dans toute sa vie. Même pas un seul instant ! Je me souviens à un moment avoir essayé de crier, pour la énième fois, mais aucun son n’est sorti. L’échelle de la douleur a explosé le 10… Mais derrière, Victor annonce enfin à Ray que c’est bon.
Soulagement…
J’ai dû mal à saisir ce qui se passe autour de moi alors que les machines se rangent et s’éteignent. Je reste couché, là, j’ai fermé les yeux. Fatigué est un faible mot, c’est mon état depuis un bon moment à cause des insomnies. Mais là je suis plutôt exténué.
- Hey…

J’ai répondu, mais c’est à peine si j’en ai eu la volonté. J’ouvre les yeux et je commence doucement à me redresser. Mes bras et mes jambes se sont remis à leur place. Je ressens encore la douleur mais elle s’estompe pour n’être plus qu’un songe dans mon esprit un peu brûlant. C’est fini ? C’est bon ? Vous en êtes sûr ? Parce que je suis pas prêt de le refaire de sitôt. Demain peut-être, mais là, non… Pitié…
- Boire… ? - Je secoue la tête - … J’ai plutôt une envie soudaine de me rouler en boule et de me mettre dans un coin, pour pleurer comme un bébé… Mais j’ai ma dignité, alors je ne vais pas vous infliger ça… - Je ris puis je m’arrête parce que j’ai eu un peu mal… Je finis par sourire d’un air désolé - En faite, on peut oublier ça, vous m’avez vu sous tous les angles, j’ai crié, j’ai eu envie d’abandonner cinq fois et j’ai maudis ces machines le double de fois...

Mais j’ai tenu, hé.
Je croise le regard de Ray. Je sais qu’il s’est inquiété et… Je ne peux que lui faire un signe de tête, lui signifiant que ça va. Je m’en remettrais…
Pas seul… Parce que je ne suis pas seul.
Ils sont deux à chercher, à regarder ce qui ne va pas chez moi.
- Merci les gars je… Merci…

Je ne sais pas quoi dire de plus. Leurs présences m’aident à tenir le coup. Je suis à moitié sérieux lorsque je leur dis que je souhaite m’effondrer, m’isoler, m’enfuir… Mais ce serait insultant, envers eux qui font tout pour me soutenir et envers moi-même… Le héros que j’ai été… Que je suis. Ouais… Il n'a jamais abandonné.
Sauf lorsque tu es partie, chérie… Mais là, aujourd’hui, je veux avancer.

Je regarde les deux autres. L’un sur sa tablette, l’autre sur ses multitudes d’écrans virtuels. Et enfin le verdict tombe et c’est Ray qui l’annonce.
C’est un problème génétique…
C’est ce que je craignais…
- Merde…

Ce n’est donc pas la faute du fruit ? En partie, peut-être. Il a pu accélérer le processus et faire déconner les gènes qui, semble t-il, déconnent depuis un moment. Çà se trouve là, en moi, depuis tout ce temps, sans jamais que ça pose de problèmes… Jusque-là.
Ray n’exclut pas l’hypothèse d’un élément extérieur… Je ne l’exclus pas non plus, j’acquiesce. Je baisse les yeux vers mes mains. Je les fixe alors que je les serre et les desserre, réfléchissant à ses mots. Je finis par le regarder… J’ai peur de comprendre où il veut en venir.
- Tu penses… pouvoir y aller ? C’est ça ?

Hé, on ne m’appelle pas le stretch détective pour rien…
- Admettons que tu trouves quelque chose c’est… C’est peut-être impossible. Je… Il ne faut pas ignorer l’éventualité que…

J’hésite. J’envisage tout, toutes les possibilités, toutes les issues… L’idée que mon problème ne peut pas se résoudre est bien là. L’idée que je puisse mourir est bien là… Ray peut aller identifier ce qui menace ma vie. Mais il doit s’y rendre… Et je … L'idée me fait peur.
- Tu… tu n’es pas obligé de prendre autant de risques…

Je serre les dents. Il est à peine sortie de prison, on s’est à peine retrouvé, il pourrait reprendre sa vie, alors je montre toute mon inquiétude face à ce qu’il veut tenter de faire. Je regarde Cyborg, puis Ray. Je souris, faiblement...
Je commence à être au bout du rouleau…
- Si tu penses qu’il le faut, vas-y mais… Fais gaffe, hein ?

C’est con, mais je préfère le dire. On ne sait jamais… Que d’un seul coup Atom est une explorationnite aïgue incontrôlable et qu’il faut que je le vomisse pour le faire sortir de là.
Ne me provoquez pas ! Je le ferais si c’est pour sauver ses miches.
Et alors là, la dignité, j’irais la mettre dans un mémorial … Ici gît une flaque, ce qui reste d’un super-héros.
Nom de dieu...
Revenir en haut Aller en bas
Ray Palmer
Ray Palmer
Super-Héros
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1541
DC : Mister Miracle ; Bruce Wayne ; Fate ; Tempest ; Kalel.
Situation : Accusé de meurtre, complicité de meurtres, torture, menace cosmique globale et terrorisme. Libéré sous caution et mis à l'épreuve. Obligé d'intégrer et co-diriger une JLA pour le Président des Etats-Unis d'Amérique.
Localisations : Ivy Town.
JLA
Team Atom
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Ven 15 Nov 2019 - 10:38
Un léger sourire glisse sur le visage de Ray Palmer, alors que Ralph Dibny commence à réagir.

« Ha. »

Il hoche lentement la tête ; son ami stresse, ça se sent.
Et pour cause.
Elongated Man vit un moment abominable – il doit encore se relever de la mort de son épouse, et avancer ; avec ce handicap supplémentaire, maintenant.


« Tu… tu peux te rouler dans un coin, hein. Tu peux faire le sushi.
Mais… faudra pas t’plaindre qu’on te dévore à midi, mec ! »


Ray essaye de plaisanter, pour apaiser la situation ; pas sûr que ça fonctionne, mais l’effort peut être apprécié.

« Mais… ne nous remercie pas, et t’excuse pas, Ralph. C’est… ça a été des tests difficiles, tu sais. On… on s’doute bien que… t’as morflé. »

Il grimace un sourire, et replonge dans les données et les résultats transmis sur la tablette. Le délai de dix minutes évoqué par Cyborg n’est pas encore terminé, mais beaucoup d’éléments sont déjà disponibles – et analysables.

« Hrm. »

Un petit grognement s’échappe de la gorge du scientifique, alors que ses paupières se plissent ; il cherche.
Il cherche quelque chose. Il cherche un élément. Il cherche une piste.
Il cherche un moyen de sauver Ralph – et il va le trouver ; il le jure. Même si ça lui prendra des jours et des nuits, il le jure.


« Je… j’peux pas encore te dire ce qu’il y a, au fond. »

Atom soupire, et relève ses yeux vers Ralph.

« Mais… je… »

« L’exploration interne de ta biologie est toujours dangereuse, Ralph ; autant pour toi que pour Ray.
Cependant, cette solution paraît définitivement la plus pertinente en l’état. »


Victor Stone intervient, en soutien de Ray ; ce dernier apprécie grandement, et laisse son ami continuer.

« Atom est intervenu à de nombreuses reprises dans des buts médicaux ou d’exploration… il a l’expérience. Il va gérer.
Et nous n’avons pas le choix. »


Une porte s’ouvre, soudain.

"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] Latest?cb=20140127155503
Un petit robot approche, en tendant un cocktail énergétique à Ralph.

« Merci, Dum-E. »

Victor sourit au robot, puis se tourne vers Ralph.

« Il faut agir ; il faut comprendre. »


« Il faut t’aider. »

Ray reprend la main, et hoche la tête gravement ; déterminé.

« Et… ça va l’faire, Ralph. Je… j’suis bien allé dans le corps du Joker, j’pense que je vais m’en sortir avec toi ! »

Il glousse ; pour le rassurer.
Même si la situation fait peur – même si la situation le crispe.
Même si ce souvenir de sa plongée dans le corps du Clown du Crime a tout de l’horreur, pour lui…


**
*
**

Un peu plus tard ; les préparations sont terminées.
Ralph Dibny est allongé – avec consigne d’essayer de se détendre. Même si ça n’a rien de facile.
Victor Stone a placé des capteurs et scanners, pour tout gérer. Ray Palmer s’est préparé, aussi.


"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] Latest?cb=20170219164916&path-prefix=protagonist

Il a mis son armure d’exploration ; c’est bon.
Il est prêt.
Le scientifique souffle, et se tourne vers Ralph.


« C’est quand tu veux. Tu donnes le signal. »

Atom sourit, malgré la tension ; pour Ralph.
Oui, pense-t-il. Pour Ralph.
Pour sauver Ralph !

Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Randolph W. Dibny/EM
Randolph W. Dibny/EM
Super-Héros
Inscription : 12/10/2019
Messages : 146
Situation : Acutellement malade, après être entré en contact avec des créatures du Microvers
Localisations : Opal City
JLA
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Ven 15 Nov 2019 - 18:04
J’esquisse un large sourire. Faire des sushis c’est ma spécialité, hé ! Par contre je ne suis pas sûr d’être comestible, encore moins maintenant que j’ai … ce… problème. Bon sang, j’ai encore dû mal à l’admettre. Je suis malade… Et c’est pas insignifiant, on se propulse vers le haut du palier des maladies les plus graves…
Alors on peut bien prendre quelques minutes pour plaisanter, hein !
J’essaye de montrer que ça va aller… Que tout va bien se passer. Je vais avoir dû mal à convaincre ces deux-là, mais si j’arrive à apaiser les craintes avec des bonnes paroles…
- C’était difficile, j’ai morflé, oui… Mais je suis tenace !
… au moins ça sera ça de gagné !

J’observe Ray en silence alors qu’il passe de longues minutes à regarder sa tablette. Elles me paraissent être des heures, dans lesquelles je ne peux pas faire grand chose. A part attendre, patienter le temps que mes amis trouvent un signe, un petit élément qui peut faire la différence. Ou au moins qui peut nous indiquer le chemin à suivre… Je le vois dans les regards qu’ils sont déterminés à réussir, à trouver, puis à agir. Et… Je…
Ray reprend la parole et je fronce légèrement les sourcils. C’est Victor qui finit par nous assurer que la solution d’un voyage à l’intérieur reste la meilleure solution… Hmm…
Je n’ose même pas imaginer ce qui peut se produire dans un organisme complexe d’un être vivant. Alors l’organisme d’un homme qui est modifié par certains gènes hors normes… Je connais des formules de chimie, mais pas tous les détails concernant la biologie. Je sais que Ray est bon, qu’il est calé là dedans, qu’il a déjà traversé des multivers et le Microvers… Mais… Je ne peux pas m’empêcher de lui lancer un regard, l’intimant de ne pas le faire. Qu’on peut trouver une autre solution moins risqué, que l’on peut… faire quoi exactement ? Bordel…

Je finis par acquiescer, sans chicaner. Victor a raison, nous n’avons plus le choix. Tergiverser n’apporte rien de bon. Parfois une décision difficile peut être prise sur un coup de tête, sans trop réfléchir. C’est souvent une des meilleures solutions. Alors, allons-y gaiement !
- Oh… Merci !

Ah ! Je vais mieux réfléchir après avoir bu une bonne dose d’énergie !
Victor ajoute quelque chose et Ray surenchérit derrière. Ils sont prêts à tout, nous avons à notre disposition les meilleures machines et technologies du moment, alors… Aucune raison d’avoir peur.
Mais Ray plaisante à nouveau et là je me transforme en dramaturge.
- Oh super ! Dis comme ça… C’est super ! C’est rassurant comme tout… Ouais. Et… C’était aussi délirant que le clown lui-même ? Je n’ai pas envie de te filer des cauchemars, si le corps est à l’image de l’homme…

« Si tu ne bouges pas tout ira bien... »

- Oui, c’était… juste pour la blague, Vic’ !

Vous imaginez tout qui s’étend sous ses yeux ? Vision horrifique et chimérique du Tartare ça… Mais si je ne bouge pas, aucun raison qu’il est à faire une traversée de titan pour passer d’un point A à un point B. Hein ? On se rassure comme on peut… D’accord ? Ne me jugez pas.

Ray s’éclipse quelque instant, pour se préparer à faire cette traversé et Victor me prépare aussi… Je m’allonge et… Je suis très nerveux. Il le remarque facilement…

« Tu dois te détendre, Ralph. »
- Je… Je sais…

« Tout va bien se passer, ne t’inquiètes pas ! »

Facile à dire… J’ai envie de le croire. De penser que tout va bien se passer et que tout sera réglé une fois que ça sera finit. Mais… D’expérience, je sais que les choses se compliquent toujours. C’est systématique. Je l’écoute, je souffle un coup et je me détends. Je regarde Victor qui place les capteurs sur ma tête, sur mon corps et je vois les scanners à nos côtés… Il me regarde et me sourit, et je lui rends. Bientôt, Ray Palmer, dans une combinaison faisant penser à celle de la plongée sous marine, apparaît. Il est prêt à y aller et attend mon signal.
Je prends le temps… Je regarde droit devant moi, me préparant psychologiquement à ce qui va se produire dans ce laboratoire. Au bout d’un moment, alors que je suis resté silencieux, Victor se permet de passer sa main devant mes yeux. Je souris.

« Ralph ? »

- Ouais je… J’aimerais juste dire un dernier mot avant de commencer… - Je les regarde tous les deux, tout particulièrement Ray - Tu ne penses à rien d’autres là dedans, tu oublies que c’est mon corps et tu restes concentré…

Ma pression remonte mais je fais tout pour la tempérer. Les mots qui vont suivre sont… durs.
- Si ça se passe mal, si tu n’y arrives pas, ou que tu rencontres des difficultés, ou que les choses se compliquent beaucoup pour moi… Je ne veux pas que tu… culpabilises. - Parce que je le connais, je prends les devants… J’imagine toujours le pire, surtout là, maintenant… - Pas de regrets. Pas d’effusion de larmes - Je me crispe - Bon OK, tu peux, mais pas de regrets, pas un seul instant… Parce qu’on aura tout fait pour me sortir de là… Voilà. - Je souffle un bon coup et je lève un pouce vers Victor - Et si jamais tu n’écoutes rien, Victor sera là pour te rappeler ce que je viens de dire !

« Euh… Ouais ! »

- Bon esprit ! Bon… Quand faut y aller...

J’acquiesce. Je suis prêt. J’ai peur. Je suis totalement effrayé. Mais je suis confiant… Ma vie est entre ses mains. Celle de Ray.

« Tout est prêt, on peut y aller. »

**
*
**

Le temps passe…
Il ne s’est déroulé que quinze minutes, mais l’attente est interminable. Nous gardons le silence pendant le déroulement. Victor est concentré sur ses écrans virtuels qui retranscrit la traversé de Ray. Heureusement que je ne peux pas les voir, je suis sûr que j’aurais eu la gerbe. Il ne se passe rien de spécial, hormis les échanges entre Victor et Ray. Cyborg me rassure, tout se passe bien… J’esquisse un nouveau sourire en réponse, préférant ne pas bouger davantage. J’essaye de ne penser à rien, concentré sur le calme, comme me l’a conseillé le jeune homme. J'essaye d'imaginer ce que Ray voit à travers son casque. Ce doit être à la fois terrifiant et merveilleux... Non ? Ou alors c'est juste horriblement moche... hmm... Je lui demandais plus tard lorsqu'il sera de...
Oh... Qu'est-ce que...
Je me met à grimacer. C'est si soudain que... Bon sang, c'est ... douloureux !

« Ralph ?! »

J’entends les scanners s’emballer et la voix de Victor, mais je suis bien incapable de comprendre ce qui m’arrive. Hormis une certitude. Celle de la douleur qui me traverse.
- J’ai… J’ai mal…

« Où ça ? »

Je ne réponds pas. En faite, je commence à avoir dû mal à respirer...

« Merde ! Restes avec moi ! »

… puis… C’est le noir.
Revenir en haut Aller en bas
Ray Palmer
Ray Palmer
Super-Héros
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1541
DC : Mister Miracle ; Bruce Wayne ; Fate ; Tempest ; Kalel.
Situation : Accusé de meurtre, complicité de meurtres, torture, menace cosmique globale et terrorisme. Libéré sous caution et mis à l'épreuve. Obligé d'intégrer et co-diriger une JLA pour le Président des Etats-Unis d'Amérique.
Localisations : Ivy Town.
JLA
Team Atom
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Dim 17 Nov 2019 - 17:58
Il n'a rien dit ; il n'a pas pu.
Ray Palmer est resté silencieux quand Ralph Dibny s'est adressé pour lui – il ne pouvait pas répondre, tout simplement.

Le moment est trop fort ; les échanges trop plein d'émotions.
Rien ne pouvait sortir de ses lèvres.
… mais son regard est équivoque ; il refuse. Il refuse de suivre les demandes d'Elongated Man – il refuse de le laisser, tout simplement.

Atom ne l'abandonnera pas.
Jamais.

Même si ce qu'il trouve est dangereux. Même si la tâche est compliquée. Même s'il risque sa vie.
Il ne l'abandonnera pas ; il ne reculera pas.
Parce que c'est Ralph.
Parce que c'est son ami ; parce que c'est son très cher et vieil ami. Qu'il a laissé trop longtemps – dont il s'est privé trop longtemps.

Ray adresse un dernier signe à Ralph et Victor... puis disparaît.
Il active ses pouvoirs ; il rapetisse.
Et plonge littéralement dans le corps d'Elongated Man.

Il a l'habitude. Il sait quoi faire ; il sait où aller.
Et tout se passe bien, longtemps.

Le voyage dans les veines de Ralph Dibny est ardu, mais fluide ; ça se passe bien, oui. Atom dispose de son armure, qui n'est là que par prudence. Il pourrait tenir sans, mais il préfère la garder pour l'instant.
Il file. Il se projette vers les zones les plus obscures ; vers la vérité de l'affection qui touche Ralph.

Mais.
Mais c'est trop facile, en fait ; mais ça ne peut pas durer.
Pas pour eux. Pas pour des Héros.
Pas pour Ralph et Ray, aussi.


 « Mais... »

Atom ouvre grand les yeux, et active ses défenses ; en vain.
Il ne peut empêcher ce qui arrive.
Il ne peut éviter... le choc.

"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] JV-DIY-003677-2__23147.1400271414.500.500
Une étrange énergie le frappe ; une énergie inconnue.
Et terrible.


 « Ack ! »

Ray grogne, et sent tout corps touché... se déliter.
La souffrance est terrible.


 « H... haaa... »

L'énergie s'acharne sur lui ; l'énergie détruit l'armure... et va bientôt s'en prendre à lui.
Il ne va pas y survivre.
Il le sait, il le sent ; il ne l'accepte pas.


 « Rah ! »

Palmer refuse de mourir ; pas ici, pas maintenant.
Pas après tout ce qu'il a fait pour revenir. Pas alors que tant de gens comptent sur lui.
Pas alors que Ralph a besoin de lui.
Pas ici ! Pas maintenant !


 « RAH ! »

Le scientifique s'arrach, alors ; littéralement.
Il s'échappe.
Il fuit l'énergie, et se projette directement dans une veine à proximité... et se libère de l'énergie ; et pour cause.

Ray a abandonné son armure derrière lui. L'énergie s'acharne dessus.
Lui en est libéré.
… mais il n'a plus d'accès aux communications avec Victor et Ralph ; il ignore en outre où il est.

Il est aveugle, muet et sourd ; et perdu.
Au cœur du corps de Ralph.

"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] Kd_qAo40z_fg31CQDeTlqbKFgq9Os-q7UQfjiglugTzVPFT5T4xFP_Oiccki_Lu-SWLrLN6mV2s=s1600
Où il arrive, en outre, dans une zone bien étrange... bien troublante.
Qui ne lui dit pas grand-chose.
Mais qui semble ponctuée par des... spasmes ? Des spasmes électriques ?!


 « Mais... mais ça n'est pas possible ! »

Palmer file, et se crispe.

 « Ce... cette énergie n'est pas... naturelle. Elle... elle a dû provoquer une crise chez Ralph. C'est... bordel. Il... il fait peut-être une attaque ! Ou un AVC ! »

Atom a pris le réflexe de parler à haute voix, quand il est seul ; ça l'empêche de devenir fou.
Ou pas.
En tout cas, ça l'aide... même s'il demeure crispé, là.


 « Mais qu'est-ce qui peut provoquer ç... oh. »

Il blêmit, soudain.

 « Ho. »

Car il voit.

 « HO. »

Car il les voit ; eux.
Les monstres.

"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] D7219f00178f85d85fc03eb72184a553"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] B5e559a3d675136644441e0d4e13794d"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 281016_micromonsters_6
Les monstres qui rôdent ; les monstres qui provoquent les phénomènes électriques.
Les monstres qui s'en prennent à Ralph Dibny.
Les monstres que Ray Palmer reconnaît, surtout – et pour cause.

Ces monstres viennent du Microvers ; et le Micro-Héros se fige, devant la révélation.
Le corps de Ralph Dibny est agressé par des créatures du Microvers.
Son ami est la proie d'une invasion d'entités qu'il devait protéger – et qui, ivres de rage de leur traitement dans la Zone 51, s'en prennent à Elongated Man !
Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Randolph W. Dibny/EM
Randolph W. Dibny/EM
Super-Héros
Inscription : 12/10/2019
Messages : 146
Situation : Acutellement malade, après être entré en contact avec des créatures du Microvers
Localisations : Opal City
JLA
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Lun 18 Nov 2019 - 17:21

Je vais vous le dire.
Je ne sais pas qui a raconté un jour cette histoire de long tunnel avec la lumière au bout.
Mais ce sont des conneries !
Je ne vois rien du tout. Rien… Et je ne serais pas contre une petite étincelle...





Bon, je vais continuer de ruminer, parce que sinon je vais devenir fou ! Mais… Ce n’est pas déjà le cas (?!) Hmm…
Attendez… Je crois que… Je vois…



Sue ?


Oh mince… C’est toi la lumière ?
Devrais-je…
Je pourrais… te retrouver. Mais… Je…



Non.
Non !
Je suis désolé. Mais non !
Pas maintenant…
Je ne peux pas y aller maintenant !
Il est hors de question d’abandonner… !

Je. Dois. Revenir !







… … ...
… … …

« Ralph ! »

… … …
… … …

« Réagis ! »

… … ...
… … … !!!


Oh.
Merde.


Une douleur immense, la difficulté de reprendre mon souffle, la lumière du laboratoire qui m’aveugle. Tout devient insoutenable ! Je... Je ne comprends plus rien.
Je cligne des yeux le temps que ma vue devient un peu moins flou. Victor est là, les machines aussi… Pendant un instant, j’ai cru entendre le scanner du cœur faire un bruit strident qui mutile les oreilles. Mais, là, c’est la panique générale. C’est pas bon, hein ?

- Vic… ? Je…

« Punaise, j’ai eu la trouille, vieux... »

- J’étais… ?

« Ouais, mais je t’ai ramené avec des chocs électriques… »

Oh, bordel.
Il me faut du temps pour réaliser ce qui vient de se passer et pour reprendre une respiration normale. Victor s’active sur ses claviers et les machines obéissent. Je le sens particulièrement stressé…
Ray…

- Vic…

« Restes tranquille, je t’ai fait plusieurs chocs pour te ramener, tu vas te sentir mal pendant quelques minutes. »

- Vic… Pour Ray...

Il ne répond pas et je ne sais pas où je trouve l’énergie pour insister. Mais j’insiste… Avec tout ça, je crains le pire pour Ray. Pour un ami qui se trouve quelque part dans mon organisme qui est passé à deux doigts d’être refroidis. Victor me regarde et soupire.

« J’ai perdu le contact juste avant que ton coeur s’arrête. Il s’est passé quelque chose, et je crois qu’on le tient. On va avoir des réponses. »

Il ne me rassure pas du tout, mais… Il a raison. Et Ray a peut-être trouvé les mêmes éléments à l’intérieur. J’espère juste qu’il… n’a pas eu de problèmes…
Il se passe une minute où Victor ne s’arrête pas, cherchant un moyen de rétablir le contact. Lorsqu’il n’est pas sur ses écrans, il veille à me garder éveillé. Il préfère, c’est mieux. Pourtant, j’ai bien envie de me faire un petit somme, il n’a pas idée à quel point… La douleur s’est estompée et la tension est redescendue. Mon corps est presque une pierre, alors que mon esprit lutte pour rester présent. Victor pousse un râle. Il continue à chercher…
Lorsque soudain, je distingue quelque chose venant de ses écrans…

« Oui ! Je l’ai récupéré… Ray ?! Tu m’entends… Oh. C’est quoi ces trucs ?! »

Quoi… ? Je regarde à nouveau le visage du jeune homme et… Il est partagé entre l’incompréhension et la panique. Le second point m’inquiète beaucoup plus que le premier… Parce que cela signifie que Ray est en difficulté !

- Victor… Qu’est-ce qui se passe ?!

« Je n’ai jamais vu ça auparavant mais… On dirait que Ray a trouvé ce qui a provoqué ton arrêt, et probablement tes soucis génétiques. »

Le ton qu’il emploie est grave et je sens que la suite est encore plus dramatique.

« On dirait des… créatures ? »

J’ouvre en grand mes yeux… Sur le coup, je ne sais pas trop de quoi il parle. Et pour tout avouer, je n’ai pas envie de le savoir maintenant. Tout ce qui m’importe c’est de sortir mon ami de là avant qu’il ne se fasse bouffer ou digérer ou… Oh merde ! Juste lui éviter une fin affreuse !

- Victor… Nous devons l’aider !

« Ouais, ouais, je … Je vais voir si je peux... »

- Je pourrais peut-être… ?

Je grimace alors que j’essaye de serrer mon poing. Mais il comprend où je veux en venir. Il semble réfléchir, il tapote sur ses écrans, il construit un plan rapidement dans sa tête… Et il sourit.

« Ouais, ça peut marcher, lui laisser une marge de manœuvre. Vas-y Ralph, allonge ton corps ! »

Ce qu’il me demande de faire est normalement très facile, habituel et même carrément quotidien. Je me sais de mes pouvoirs souvent et… Là. C’est. Difficile…
Oh, bon sang… Je ne me suis jamais senti aussi raide. Problématique pour un homme qui est capable de se contorsionner de façon surhumaine. Mais j’arrive à le faire… Mon torse prend plusieurs centimètres de longueurs. Je me sens lourd, peut-être parce que Victor m’a blindé de morphine. J’allonge mes bras pour m’accrocher aux machines autour de nous et me laisser plus d’amplitudes.

« Doucement, essayes de rester comme ça sans bouger. »
- F-facile…
« Tu trembles, tu sais... »
- Tu as mis la dose…
« Tu souffrais. »
- Ouais… Je suis curieux de savoir combien tu en as envoyé pour me rendre aussi nul… C’est à peine si j’y arrive…
« Haha ! Tu te débrouilles bien. Je vais aider Ray, maintenant ! »

Je reste en place alors que Victor est retourné sur ses écrans et communique directement avec Ray… qui doit se sortir de là. Je ne pourrais pas me pardonner qu’il y reste… Pas comme ça, pas maintenant ! Mais… Rah, je sais très bien comment il va agir : il va essayer de me tirer d’affaire, d’abattre ces “créatures”, d’être un héros. Il est Atom, nom de dieu ! Je ferme les yeux, je tremble mais je tiens le coup… Je réfléchis à ce qu’ils ont découvert. Qu’est-ce que ça peut être ? Je ne me souviens pas être entré en contact avec quoi que- …
Oh… ?
Oh … Si...
Restes concentré Ralph, on va attendre que Ray vienne confirmer tout ça. Et ensuite, nous pourrons construire des plans sur la comète tous ensemble pour enrayer cette affaire. J’espère que c’est clair, Ray Palmer. Ne te fais pas tuer ni par ces trucs, ni par mon organisme, ni par quoi que ce soit dans ce monde… !
Nous avons une promesse à tenir… ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Ray Palmer
Ray Palmer
Super-Héros
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1541
DC : Mister Miracle ; Bruce Wayne ; Fate ; Tempest ; Kalel.
Situation : Accusé de meurtre, complicité de meurtres, torture, menace cosmique globale et terrorisme. Libéré sous caution et mis à l'épreuve. Obligé d'intégrer et co-diriger une JLA pour le Président des Etats-Unis d'Amérique.
Localisations : Ivy Town.
JLA
Team Atom
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Mar 19 Nov 2019 - 10:55
Le choc est terrible ; la menace est totale.
Et issue du Microvers.

Ray Palmer prend conscience que les troubles qui atteignent Ralph Dibny ont bien une origine – mais une origine extérieure à l’ADN de son camarade Héros.
Tout cela vient de créatures du Microvers.
Tout cela découle des attaques nombreuses de ces créatures contre Ralph… sûrement après son passage dans la Zone 51.

Les créatures ont dû réussir à échapper à leurs micro-cellules, et ont dû vouloir se venger de leurs geôliers… mais elles ont confondu.
Elles ont pris Elongated Man pour un ennemi ; ce qu’il n’est absolument pas.


« Bordel. »

Atom grogne, et continue de se projeter ; d’agir.
Il se bat, en fait.
Il se bat contre les créatures – et les repousse. Il a conscience que les troubles qui l’ont atteint, la fameuse énergie rouge, ne sont pas naturels ; il se passe quelque chose. Les modifications des éléments qui l’entourent, des parois le confirment.

Ralph s’étire ; après avoir été atteint par des chocs.
Ça doit mal se passer, en haut.

Le scientifique ne peut correspondre avec Cyborg, car le système de communication était dans l’armure ; brisée. Victor peut sûrement voir ce qu’il se passe, grâce aux caméras sur son costume, mais… Ray n’a aucun retour.
Aucune information. Aucune donnée sur ce qui arrive à son ami.
… par sa faute.


« Rah ! »

Palmer a conscience qu’il verse trop rapidement et aisément dans la culpabilité à outrance, mais… la pensée le ronge ; le hante.
Ralph est infecté à cause du Microvers. Le Microvers a souffert à cause des Humains.
Atom devait protéger le Microvers ; il a échoué.
Ralph a donc été infecté par sa faute – et il ne le supporte pas.


« ALLEZ ! »

Il se bat, alors ; il montre les muscles.
Et affronte violemment les différentes créatures – qui ne sont pas seules. Qui se sont multipliées, pour former plusieurs congénères.
La lutte est rude ; le combat est intense… mais Ray le mènera jusqu’au bout.

Il l’a dit, il l’a promis ; il sauvera Ralph Dibny.
Qu’importe le prix !


**
*
**

Plus tard.
Après que Cyborg n’ait jamais eu aucune réponse verbale à ses demandes.
Après que Victor Stone ait assisté à la lutte d’Atom contre ces monstres, entre différentes veines.
Après que Ralph Dibny ait subi de nouvelles douleurs, et ait manqué une nouvelle fois de s’effondrer dans l’inconscience.

« Attention ! »

Cyborg quitte ses précieux écrans, pour s’approcher de Ralph Dibny ; car quelque chose se passe.
Quelque chose arrive.
… quelqu’un arrive, plutôt.


« RAH ! »

Une forme qui s’échappe d’une narine de Ralph… pour grandir.
Pour reprendre forme humaine.

"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] Mxho
Ray Palmer ; Atom.
Particulièrement marqué par la fatigue et les épreuves, dans le visage.

« Ray ! C’est…ça va ? Comment te sens-tu ? »


« Je… ouais. »

Il tremble ; il grimace.
Il a mal.
Mais ouvre sa main droite… et révèle beaucoup de petits éléments, dans sa paume ; qui vivotent, et gigotent sur le tissu de son gant.


« J’ai… j’ai quasiment pu tous les récupérer. Il… certains ont fui ; faudra voir pour gérer ça. Mais… mais ils ont peur. Ils vont limiter leurs nuisances.
Ralph… devrait aller mieux. »


Atom se tourne vers son ami, alors que Victor Stone agit.
Son bras se module, et aspire rapidement les créatures du Microvers, pour les stocker en lui ; non sans grimacer, bien sûr.


« Comment… »

« Va le voir. »

Ray acquiesce, et suit l’idée du jeune Héros ; il rejoint Ralph.
Et grimace, en voyant l’état de son ami.


« Hey. Ça… ça va… ? »

Il s’inquiète ; il culpabilise.
Il ne supporterait pas que Ralph souffre ou meure – encore plus par sa faute.
Une fois encore, Ray a manqué de vigilance… n’a pas vu ce qui arrivait ; et Ralph Dibny en souffre. Il ne le supporte pas, mais espère que son sauvetage a fonctionné – pour que ça, au moins, puisse le soulager !

Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Randolph W. Dibny/EM
Randolph W. Dibny/EM
Super-Héros
Inscription : 12/10/2019
Messages : 146
Situation : Acutellement malade, après être entré en contact avec des créatures du Microvers
Localisations : Opal City
JLA
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Mer 20 Nov 2019 - 0:31
« Bordel ! »

- Ton… langage…

« C’est pas le moment, Ralph ! »

- Faut toujours prendre le temps… de bien parler.

C’est moi qui dit une chose pareille alors que j’ai envie d’insulter le bon dieu ? C’est terrible d’être vivant, ça fait mal… Vraiment trop mal. Je ne vais pas tenir longtemps comme ça et Victor le sait. Mais il se passe autre chose…
Quelque chose qu’il ne veut pas me dire, probablement pour ne pas m’inquiéter. Mais j’ai un bon instinct et je le vois bien qu’il galère sur un élément.
- Vic… Est-ce que Ray… ?

« J’ai toujours les images, mais je ne peux pas communiquer avec lui... »

- Quoi… mais … ?

« Il les affronte, il a l’air de s’en sortir »

Les grands yeux soudains de Cyborg ont l’air de dire tout le contraire…

« Merde… Ces trucs se multiplient... »

Tiens donc il ne manquait plus que -
- OH BORDEL !

La douleur qui passe dans mes veines est intense. C’est comme si je recevais plusieurs coup de jus à plus ou moins faibles intensités. Je reprends ma forme normal pour tomber lourdement sur le lit, grimaçant et gémissant, une main sur ma poitrine. Et je suis loin d’être prêt à recevoir ce commentaire de Cyborg…

« Langage ! »

Oh le c… Ha… Haha… D’accord. Je l’ai mérité après tout.
- C’est… pas l’moment... mec…

« Essayes de respirer profondément et de rester calme. »

- Ce… Ce sera long … ?

« Ouais. »

Au moins, il a le don d’être honnête…
J’essaye de rester présent, fort, de résister à la douleur… La lutte dure longtemps, elle passe de veine en veine. J’ai des moments de blancs et Victor fait tout pour me garder éveillé. Mais je tiens, je … tiens… Pour faciliter la tâche à Ray.
Il a dit que ça risque de durer longtemps…
Mais pour une fois, les choses se passent à une vitesse folle…
Ou alors c’est moi qui commence à délirer…
A ce stade. Tout est possible…



**
*
**


Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai failli retomber dans les abysses, ni le nombre de fois où j’ai entendu Victor pousser des jurons, spectateur d’une lutte sans mercis. Mais enfin, il se passe quelque chose qui me fait sursauter. Victor crie une mise en garde et la seconde suivante Ray reparaît quelques mètres plus loin. J’entends un râle… Je ne peux pas voir son visage d’ici mais je le devine exténué et dans un état pareil au mien. Voir pire.
Cyborg a quitté mon chevet pour le rejoindre, pour s’assurer qu’il aille bien… Pour constater ce que Atom a récupéré. Je peux également l’apercevoir… Pas assez bien, non… Mais… C’est vivant, j’en suis sûr et ils ont l’air nombreux à se tortiller sur la paume de Ray. Diantre, j’en tressaille. J’entends ensuite la situation… Je grimace un léger sourire.
Il a réussi. Il en a récupéré, pas tous certes, mais sans doute une bonne partie.
Je ne suis pas encore sûr que ce sont là des créatures de la Zone 51. Je ne suis pas certain d’être vraiment tiré d’affaire, ni si je vais survivre un jour de plus, même avec un nombre réduit de ces bestioles dans les veines…
Mais… Je suis vivant. Et Ray aussi. C’est de loin le plus important.

Ayant fermé les yeux pour me reposer pendant leurs échanges, je ne saisis pas tout de suite que Ray s’est rapproché. C’est sa voix qui me secoue un peu. J’ouvre les yeux vers lui.

Bon dieu, mais est-ce qu’il s’est regardé avant de me demander à moi si je vais bien ?

Ha… Bon sang… Et ce regard. Ce regard-là… Le regard de Ray Palmer.

- La super forme… - Je dois être particulièrement convaincant : des cernes, l’impression qu’un bus m’est passé dessus, et qu’une ancre me cloue dans le lit jusqu’à la fin de mes jours… - … Vraiment je… J’vais bien…

Malgré tout, je lui souris. J’ai le sourire ! Bordel, je peux encore avoir le loisir d’être parmi eux, et même si ça fait foutrement mal ! Mon sourire s’agrandit. Il se veut rassurant et compatissant même.
- Toi par contre… Tu… devrais t'asseoir, l’ami…

Je le regarde avec insistance. Je sais qu’il est inquiet, et il s’en veut aussi. Je le vois bien…
Je finis par secouer doucement la tête. Oh mince, un millimètre de mouvement est devenu si douloureux… Mais j’emmerde la douleur et ce corps qui ne va pas bien…
- Ne me regardes pas comme ça… - Je souris à nouveau - Sérieux, Ray… Tu… Tu viens de me sauver la vie… - Peut-être pas tout à fait, mais c’est en bonne voie… - Tu étais le seul à pouvoir faire ça… Alors… Ne t’inquiètes pas, vraiment… - Je jette un coup d’œil vers Victor qui semble déjà étudier les créatures que Ray a ramené - Merci… À tous les deux, merci.

Victor relève la tête, un peu surpris sur le coup. Mais il finit par sourire et lever le pouce.
« Ne nous remercie pas encore, cette histoire n’est pas terminée... »

- Ah oui… Mais… “Ils vont limiter leurs nuisances”… hein. D’ailleurs… - Je regarde Ray, un peu anxieux. Cette question là me turlupine depuis le début de cette petite aventure… - “Ils”, ils sont quoi… Ils viennent d’où ? - Je la pose mais… N’ai-je pas déjà la réponse, hm… ? - Comment ils sont arrivés là, surtout ?

C’est toujours lorsqu’on parle du loup qu’il se manifeste, ou c’est purement un hasard (je n’y crois pas !) mais une légère douleur me crispe. Elle s’en va aussi vite… Mais elle nous rappelle qu’ils sont toujours présents, quelque part…
- … S’ils viennent de là où je pense… J’ai fait le choix d’aller là-bas, et tu le sais bien - J’esquisse une grimace et je hoche de la tête - Pour toi, Ray. Pour te tirer de l’enfer qu’est Iron Height. Et je ne le regrette pas.

Même si l’expérience fût terrible, ça en valait la peine. Même si maintenant, le monde a décidé de ne pas nous laisser en paix, j’ai pour principe de ne jamais abandonner un ami. Et plus tenace que moi sur ce point, tu en trouves rarement. Des héros qui ne lâchent rien, jamais, quitte à y laisser leur peau.

Et Ray Palmer en fait parti, lui aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Ray Palmer
Ray Palmer
Super-Héros
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1541
DC : Mister Miracle ; Bruce Wayne ; Fate ; Tempest ; Kalel.
Situation : Accusé de meurtre, complicité de meurtres, torture, menace cosmique globale et terrorisme. Libéré sous caution et mis à l'épreuve. Obligé d'intégrer et co-diriger une JLA pour le Président des Etats-Unis d'Amérique.
Localisations : Ivy Town.
JLA
Team Atom
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Mer 20 Nov 2019 - 11:19
Un sourire fatigué glisse sur le visage crispé d’Atom.

« Ha. »

Il pose ses mains tremblantes sur les barreaux du lit où Ralph Dibny repose, encore rongé par les spasmes et les douleurs.
Causés par les créatures du Microvers ; qui n’auraient jamais dû pénétrer en lui… si le Micro-Héros avait fait ce qu’il fallait, alors. Bien qu’il tente de repousser ces pensées, pour se concentrer sur plus important.


« Si… t’es en super forme, moi… j’ai pas besoin de m’assoir.
Nan ? »


Il adresse un clin d’œil complice à Ralph ; ils mentent. Ils se mentent.
Pour apaiser l’autre. Pour le rassurer.
C’est gentil. C’est doux. C’est noble.
Mais ça reste complètement ridicule, vu leurs situations.


« Mais… pff. »

Atom soupire.
Il lève une main tremblante vers son crâne, et arrache son masque.


« Je… il faut encore régler des trucs. Il va falloir agir pour que… pour que les créatures sortent ; sortent de toi.
Mais… ouais. Le pire est passé. »


Un sourire fatigué glisse sur le visage marqué de Ray Palmer.

« Et… ouais. Ouais, elles… les créatures viennent de là-bas. De la Zone 51. »

Ralph complète la pensée du scientifique.
Elongated Man y a été pour lui – pour aider et sauver Ray ; qui s’était mis dans la difficulté seul, en n’étant pas assez prudent. Pas assez intelligent. Pas assez vigilant.


« Humf. »

Il soupire lourdement, et détourne lentement les yeux.
Il pose un regard triste sur les éléments autour d’eux, alors que Cyborg s’occupe des créatures. Ray reprend lentement.


« C’est… ce sont trois formes microscopiques, en fait. Même dans le Microvers, ce serait… c’est minuscule.
Il y a les Jugo ; les Julsu ; et les Anst. Des… des formes de vies en principe pacifiques, mais… mais qui se sont acharnées sur toi ; par vengeance, contre leurs geôliers.
Ça… ça devrait se calmer, mais… il va falloir sortir les derniers. Qui se cachent. »


Ses yeux sont toujours tournés ; il se sent mal, toujours.
Oh, bien sûr, Atom a sauvé Ralph – mais c’est bien la moindre chose, car il demeure responsable de ce qui arrive à son ami. Il ne le supporte pas ; ne l’accepte plus.
Il doit faire mieux. Il doit faire plus, et mieux.
… mais pas forcément comme avant. Pas forcément seul.


« On… j’te remercierais jamais assez. Ralph. »

Palmer tourne des yeux rougis vers son ami.

« Tu… m’as sauvé. Tu m’as sorti de prison.
Sans toi, sans les documents que tu as trouvés… j’serais pas là. Et… j’te remercierais jamais assez. »


Il trouve la main de Ralph, et la serre ; franchement.

« Je… vais sortir ces trucs de là. J’vais t’en libérer.
Mais… tu devras me suivre.
On va devoir aller dans le Microvers. On va devoir y retourner, et… »


Il grimace ; ça ne sera pas facile. Ça sera dangereux. Ça sera terrible, même, car Atom y est maintenant connu comme un symbole de mort et de haine.
Mais c’est incontournable, hélas ; pour sauver Ralph.
Ils le feront, donc. Ils vaincront.


« On va régler ça. Avec… quelques alliés. Mais on va régler ça.
Ensemble. »


Ils l’ont dit ; il l’a dit.
Ils vont le faire – il va le faire.

« Mais pas tout de suite. »

Victor Stone les rejoint, et vient poser ses mains métalliques sur les épaules des deux hommes.

« Ralph doit se reposer ; toi aussi, Ray. Il faut laisser au corps de Ralph le temps de se remettre… et il vaut mieux laisser passer quelques jours. Okay ? »


« Ouais. »

Ray Palmer sourit, hoche la tête.

« On… doit se reposer, ouais. Tous les deux. »

Il se redresse lentement, et sourit.
Notamment à Ralph.


« Tu… restes là, okay ? Tu te reposes.
Je… j’vais m’allonger aussi, et j… »


« Vas-y. Je vous surveille. Promis. »

Ray sent bien que Victor n’acceptera aucun refus – et cède.
Il acquiesce, se tourne vers Ralph ; serre encore sa main, et sourit. Avant de se tourner pour partir. Quitter la pièce, et trouver la pièce.
Il se rappelle de ses mots, il se les remémore. Il y tient ; il va le faire.
Il va sauver Ralph Dibny.
Maintenant. Plus tard ; toujours.

Atom a beaucoup fait – beaucoup perdu, beaucoup subi ; ça suffit.
Ça va changer.
Il le jure, il le promet. Il sera là, maintenant. Il sera pour ses proches.
Il sera vigilant. Il sera présent. Il sera fort.
Pour eux ; pour ses amis. Pour ses proches. Pour tout le monde.
Quoi qu’il en coûte.

Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Randolph W. Dibny/EM
Randolph W. Dibny/EM
Super-Héros
Inscription : 12/10/2019
Messages : 146
Situation : Acutellement malade, après être entré en contact avec des créatures du Microvers
Localisations : Opal City
JLA
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien
"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer] 386562Rien

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Mer 20 Nov 2019 - 21:42
Spoiler:
 


Haha… Nous sommes tous les deux des durs, mais pas autant que certains de nos amis, hein… ? Regardez donc Elongated Man et Atom qui se voilent la face pour ne pas inquiéter l’autre, hé ! Je ris à sa réponse et je me maudis l’avoir fait la seconde d’après… J’ai oublié, je ne peux pas trop bouger… Je soupire en même temps que lui et je le regarde alors qu’il expose la situation.
J’ai deviné juste : Ray a bien réussi son intervention, mais il précise qu’il reste encore à faire. Qu’il faut parvenir à se débarrasser des derniers locataires indésirables… Peut-être que le pire est passé et que les derniers me laisseront un peu de répit, mais le risque est toujours présent… Mon passage dans la Zone 51 a secoué plus de monde que prévu, dont ces pauvres habitants, qui m’ont pris pour cible…
- … En principe pacifiques… - Je répète doucement ces mots et je regarde Ray, attristé - … N’importe qui serait effrayé et revanchard si on venait à l’arracher à son monde…

Je comprends. J’ai vue ce qu’ils font là-bas. J’ai aperçu le regard de ce pauvre petit, je l’imagine perdu et pleurant en pensant à sa mère, qu’il n’est pas sûr de revoir un jour. Je repense à ces pauvres bêtes qui servent d’alimentation en énergie pour une base militaire. J’ai subi les défenses du Blorp, qui a dû être tout aussi en colère que les créatures que Ray vient de citer… Ces choses ont voulu trouver un refuge et je me suis trouvé là, sur leur chemin.
C’est arrivé.
J’ai failli en mourir… certes. Mais… C’est passé. Et nous ferons en sorte de libérer les autres, ceux qui se planquent encore dans mes veines…

J’ai voulu poser la question à Ray ... Si je dois rester ici, pour être suivi, pour surveiller ces créatures, au cas où elles attaquent à nouveau… Mais je m'arrête, je ne dis rien. Je le regarde… Je vois son état. Je devine ce qu’il pense. Et je me déteste, maintenant, d’être cloué dans ce lit… ! Ray se sent responsable, je n’ai pas besoin qu’il le prononce. Il est comme un livre ouvert. Bon sang, vieux, c’est le moment de bouger et… de… le … soutenir...

Foutriquet. Je suis nul… Oui, vraiment !

Mais alors que j’essaye d’agir, je suis retenu. Par Ray. Qui prend les devants, qui va plus vite que moi. C’est facile, il peut encore bouger ! Je réprime un râle, que j’enfonce au fond de la gorge pour continuer à écouter mon ami. Il… ne me remerciera jamais assez ? Je…
Il finit par se tourner vers moi, pour me regarder enfin. Il arrive à s’exprimer, il s’ouvre, il dépeint en toutes lettre ce qu’il cache au fond de son cœur. Je sens sa main serrer la mienne. C’est… Je le laisse faire. Parce que c’est puissant. Parce que Ray n’est plus seul et moi non plus. Il veut faire mieux, il veut être présent et il est là, parmi ses amis qu’il veut protéger. Il s’est livré, je l’ai écouté et je n’ai pas su quoi lui répondre. Je… je suis touché par ses mots.
- Ray…

J’ai voulu agir, moi aussi. L’aider, à tout prix. Parce que je ne pouvais pas accepter qu’il soit en prison et je ne pouvais plus accepter ce qu'il se passait autour de moi et autour de tous les héros. Tout doit changer… Et nous le ferons tous ensemble !
A la fin Ray m’annonce la couleur pour la suite et mes yeux s’agrandissent.
Attendez, il a dit… “aller dans le Microvers” ? Avec moi aussi ?
- Je…

Ouoah… ! C’est… Je ne sais pas si je dois être effrayé par cette perspective ou par le simple fait d’être curieux vis à vis de me rendre dans un monde inconnu et qui risque d’être hostile… Je suis tout simplement fou ! C’est ça, je n’ai pas assez morflé, hé. Mais les difficultés ne doivent en aucun cas nous empêcher d’avancer. Alors… Si Ray pense qu’il faut retourner là-bas… Je… Je dois lui faire confiance…
- Ouais, d’accord, Ray…

Je lui souris, avec détermination. Je suis prêt à tout traverser lorsqu’il est là. Prêt à tout affronter, même le pire. Même l’impossible !
- On va régler ça… Je …

Mais Victor intervient. Il nous rappelle quelque chose d’essentielle. Ils nous ramène à la réalité en posant une main bienveillante sur nos épaules. Il nous conseille le repos, à tous les deux. Je ne peux pas m’empêcher de le regarder et de lever un sourcil :
- Mais je l’ai dit… Je suis en super forme !

Oh le menteur. Oh… Aïe. Non. Même bouger la main est devenue compliqué…
- Enfin… Presque…

« Hinhin... Du repos donc ! »

Plusieurs jours, il a dit ? Me reposer plusieurs jours ? Je déteste rester inactif, j’ai toujours besoin de faire des…
Bon, le regard de Victor suffit peut-être à me convaincre de rester tranquille, pour une fois.
- Je… Ouais, je reste là. - Je souris doucement à Ray et j'acquiesce - Je ne vais pas bouger, ne t’inquiète pas… Vas donc dormir.

Et c’est moi qui parle de dormir ? Mais c’est un comble, mes amis !
Il accepte la demande de Victor, il serre à nouveau ma main et il sourit avant de se détourner de nous, pour aller se reposer. Il le mérite amplement. Il le faut, pour la suite… Pour après.
Je jette un coup d’œil vers Victor, qui sent bien mon regard. Qui connait désormais ce regard là aussi.

« Non, Ralph, plus de questions… »

- Mais…

« Tu dois te reposer. »

Il retourne à ses analyses, me laissant là. Hmpff… Intransigeant ce jeune homme. Bon, tant pis pour cette fois. Je ne pourrais pas savoir immédiatement ce qu’il a pu découvrir sur les créatures du Microvers que Ray a libéré de mes veines… Mais, je reviendrais.
Je regarde le plafond, écoutant les machines qui veillent toujours sur mon rythme cardiaque et sur mon état global. Je repense aux paroles de Ray, à ce qu’il veut faire. A ce que nous allons faire…
Tout ce qui se passe se produit parce que je l’ai voulu… Il s’est passé bien des choses avant de me retrouver étendu dans ce lit à moitié crevé…
Mourir. C’est quelque chose qui a déjà failli arriver. Que j’ai souhaité que ça arrive.
Mais plus maintenant...
Vivre derrière ça a été particulièrement difficile. J’ai opté pour avancer, occuper mon esprit le plus rapidement possible avant de replonger dans des abîmes, dans lesquels je n’aurais pas pu m’en sortir. J’ai évité le pire pour rencontrer Patty et qu’elle m’expose autre chose de bien pire encore. Un ami en prison, des amis disparus, d’autres presque détruits… Et la situation des justiciers est devenue un drame. Tout doit être changé, nous devons réussir…
Une promesse. On s’est fait une promesse sous cette statue que tu as construit à l’image de ma femme. A l’image de Sue, mon amour et une amie pour tous. Ta chère amie…
Nous allons reconstruire un monde pour les héros. Un monde qui prouve que l’on peut compter sur nous. Rétablir les choses, comme elles étaient avant.
C’est comme ça que nous devons agir. Et nous ne sommes plus seuls pour y parvenir.
Je ferme les yeux. Pour le moment, je suis forcé au repos. Mais demain, nous pourrons nous relever. Et nous réussirons.
Pas seuls.
Avec les amis.
Avec la Justice League of America.


Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami.
Des bons amis.

...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

"Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami." V. [Avec Ray Palmer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [SOFT] GALLERY 3D : Visualiser toutes vos photos, vidéo, ..... [Gratuit]
» Ce que vous aimeriez changer dans le monde du catch
» Bonsoir à toutes et tous !
» Langues et alphabets du monde [quizz]
» Ton monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: Espaces :: Espace :: Watchtower - Hall de Justice-