Who you gonna call (PV:Frankenstein, A/T)

Invité

MessagePosté le: Mer 9 Oct 2013 - 11:33
Pour le moment, Piper avait fait chou blanc. Il avait commencé d'enquêter sur de mystérieuses disparitions d'enfants, liées à la légende du Joueur de Flûte du folklore. Il n'était toujours pas innocenté, mais l'affaire semblait étouffée dans l'oeuf faute de réponses. Du moins, c'est ce qu'il avait pensé jusqu'à ce qu'un agent du S.H.A.D.E., organe de défense du plan terrestre contre les phénomènes paranormaux, ne soit lui aussi sur les lieux, au croisement de Lincoln et Beecher Stowe. La jeune femme sortit de l'église communautaire qui s'y trouvait. Elle semblait noter quelque chose sur une tablette ou un gros smartphone, peut-être même un simple calepin. Difficile de voir d'ici.

Apparemment, ses partenaires avaient été moins hardis ; le prestidigitateur mal-aimé et le chauffeur de taxi miteux avaient pris la poudre d'escampette en voyant la veste aux lettres capitales du S.H.A.DE. et Hartley se retrouva seul, sans transport et précédé dans son enquête par une agence fédérale.

Il frappa au sol un caillou, qui vint frapper un chien non loin de là. Le youki n'apprécia pas de se faire lapider ainsi, si bien que le Fifre dut envoyer son grappin pour se soustraire au paysage. Une fois sur les toits, il utilisa un sifflet à infrasons qu'il utilisa pour éloigner le cabot. Puis, de son perchoir, il put observer le chemin qu'empruntait l'agent fédéral.

Ce qui lui venait à l'esprit, c'est qu'il s'était certainement agi de démons ou d'extra-terrestres pour que le S.H.A.D.E. vienne enquêter là-dessus. C'était clairement au-delà de ses moyens. Mais puisqu'il avait des recherches à faire, il allait les suivre dans leur baraquement secret et proposer une collaboration. En général les agences aiment bien les accords avec d'anciens criminels ; Hartley Rathaway, le Pied Piper, en savait quelque chose vu qu'il avait collaboré avec le FBI.

Bondissant de toit en toit, il parvint à poursuivre sa filature jusqu'à la lisière du bayou. Une lumière verte et surnaturelle s'en échappait, si bien qu'il se retrouva à découvert, et trop tard pour bondir à l'abri. Etait-ce une base secrète, ou l'étape supérieure de la quête du monstre voleur d'enfants ? Les amis, la suite au prochain post !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 18 Oct 2013 - 13:48
Les laboratoires, ces endroits semblaient être attachés à lui aussi sûrement que s'ils étaient suturés de la même façon que ses membres. Il se trouvait dans un bâtiment provisoire installé là pour analyser les faits qui s'étaient déroulés cette nuit là dans le bayou et auquels il avait pris part en compagnie du curieux Ballistic.

Le S.H.A.D.E aimait fonctionner ainsi, il intervenait, règlait la situation, puis tout était analysé, étudié, avant le grand nettoyage et l'enquête post-événement.
D'habitude d'autres agents se chargeaient de ses tâches là, mais pour le moment il était le seul dans les environs et il avait des specimen à conserver pour analyse. Il avait donc aligné une série de bocaux stériles dans lesquels il disposait l'espèce de pâte visqueuse qui émettait cette étrange lueur verdâtre. Il avait récupéré ces fragments sur le site de ses récents exploits, dans les ruines de La Maison Désirée où il avait affronté cette chose vermiforme venue d'ailleurs. L'odeur était des plus nauséabondes, aussi se dépèchait-il de sceller les échantillons qui, à travers le verre incassable, continuaient de briller de plus en plus faiblement.
Il retira la fiche qu'il avait plantée non loin de sa tempe afin de transférer les données de son implant sur le serveur du S.H.A.D.E., une fois ceci fait, il n'aurait plus qu'à tout ranger, jeter ses gants en caoutchouc (comme s'il risquait la moindre contamination) et se transporter auprès de Father-Time pour conclure l'affaire.

Il pianota sur une télécommande, "Beethoven Sonata No. 32 in C Mineur Op. 111", afficha l'écran alors que la musique vint rompre l'angoissant silence du laboratoire désert. La musique l'apaisait toujours, même s'il aurait préféré du violon, instrument qui avait toujours eu sa faveur. Il aurait tant aimé savoir jouer lui même, mais ses doigts étaient bien trop gros et raides pour la minutie nécessaire à la pratique d'un instrument si délicat.
Le transfert s'effectuait rapidement, conversations, données topographiques et magnétiques. Il recupéra la fiche et la rangea. Les bocaux étaient tous remplis de la matière hideuse.
Il rêvait d'un cigare, le laboratoire ne permettait pas de fumer, il se dépècha de terminer en grognant vaguement au sujet du fait que c'étaient toujours les mêmes qui devaient travailler tandis que ceux qui portaient des costumes-cravates n'avaient jamais ne serait-ce qu'à affronter la plus modeste des entités mineures de classe Z tout en s'attribuant tout le mérite des opérations, quand elles étaient un succès bien-sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 20 Oct 2013 - 0:46
Pied Piper attendit un instant, puis il crut entendre un véhicule démarrer. Il n'en était pas sûr. En tout cas, cet endroit comportait de la vie, au moins un peu. Ces lumières n'étaient pas nécessairement destinées à l'éclairer, lui. Lorsqu'il s'approcha, il remarqua des empreintes de pas, plus énormes que celles de l'agent qu'il avait suivi. Sans doute cet agent avait récupéré son véhicule sans même pénétrer là. Mais Hartley s'attarda devant l'énormité des traces de chaussures. Le jeune homme redressa son capuchon vert pour bien couvrir son visage, comme si un air mystérieux allait le protéger. C'était un peu idiot, mais il se sentait plus en sécurité sous cette capuche qui l'a fait connaître.

Il tâcha de faire le tour du lieu, mais n'en comprenait pas vraiment le fonctionnement. Il ne voyait pas clairement de portes d'entrée. Du son semblait en sortir, un air classique de Beethoven qu'il connaissait bien ; il soupira d'aise. L'idée d'être accueilli par de la vraie musique lui redonnait de la couleur aux joues. Avec la mort du Dr. Elias, qui lui avait sauvé la vie, et sa propre guérison d'un vieux mal, il comprenait qu'il fallait profiter des bonheurs de la vie ; et bien évidemment, défendre à tout prix cette vie qui n'avait pas de prix. Sans bien savoir pourquoi, il tenta de parler à la maison elle-même.


"Alors, vieille cahute, on abrite quelqu'un qui aime la musique ? Avec ma veine, c'est sûrement un nazi ou un cinglé victorien à la Shade."

Il s'employa à balancer son grappin au sommet de la bâtisse, puis se hissa jusque sur le toit. Si l'entrée était dissimulée, il entrerait par une fenêtre. Celles du rez-de-chaussée étaient condamnées ou n'avaient jamais existé. Maintenant en équilibre sur la toiture, il usa de son couteau pour forcer l'ouverture du carreau. Puis il ouvrit. Ce qu'il vit en entrant ne le laissa pas indifférent. Un véritable laboratoire, comme il ne pouvait s'en permettre de tel. Il comportait tous les avantages de son atelier, certains appareils en commun avec celui de STAR Labs, et tout un tas de choses dont il ne connaissait pas le nom, encore moins leur fonction. Le tout baigné dans une lueur électrique bleutée, avec quelques fumerolles aux origines mystérieuses. L'occupant cependant ne lui était pas visible. Il descendit, verticalement, suivant la ligne de son grappin pour dérouler son corps agile jusque sur le plancher des vaches. Puis, ajustant ses lunettes, il regarda l'outillage qui était devant lui.

"Je donnerais ma main à couper que cela analyse des fréquences vibratoires.

L'équipement en question lui évoquait le fonctionnement d'un téléporteur, du moins le matériau brut. D'après ce que Flash lui en avait dit, en tout cas. Et il sortit de sa bandoulière son accordeur, pour voir si cela pouvait s'accorder à ses tout autres projets.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 30 Oct 2013 - 2:08
Il avait poussé le volume de la musique, après tout personne n'était là pour lui reprocher de prendre un peu de bon temps au travail, et puisque la fumée était prohibée autant joindre un minimum l'utile à l'agréable.

Lorsque l'intrus foula le sol du laboratoire, Frankenstein fit mine de ne pas s'en rendre compte et il continua de s'activer ostensiblement afin de ne pas éveiller les soupçons. Comme si on pouvait s'infilter sur un site du S.H.A.D.E. en toute impunité, on n'entrait tout de même pas là-dedans comme dans un moulin, même si l'installation était provisoire. Un moulin, comme dans le film s'amusa-t-il.

Les bocaux étaient maintenant parfaitement alignés et n'attendaient que le transfert vers le "musée" où l'organisation regroupait les specimen les plus "intéressants", comprendre "dangereux".
Malgré la mise en scène qu'il tenait à poursuivre, sa main droite (si elle était réellement la sienne) descendait imperceptiblement vers la garde de sa lourde épée, fidèle compagne de ses aventures les plus folles.

Il s'attendait à ce que l'intrus intervienne, aussi il ne chercha pas à le provoquer, il attendait le moment opportun pour réagir de la meilleure façon qui soit. Honnêtement, il éspérait ne pas avoir à livrer un nouveau combat, il aspirait plus que jamais au repos et à la tranquilité. Patiemment, il déplaçait inutilement son matériel scientifique, aux aguets, prêt à répondre à la moindre provocation de celui qui venait de pénétrer dans ces lieux.

[hj : c'est terrible, je n'avais pas vu ta réponse et j'attendais comme une andouille ! J'ai fait court mais je pense que nous aurons plus à dire une fois confrontés ouvertement]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Who you gonna call (PV:Frankenstein, A/T)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Who you gonna call (PV:Frankenstein, A/T)
» Call of Duty 4 Modern Warefare
» Monstre de Frankenstein (yeux modifiés)
» Chanson jody call
» Call Of Duty Black OPS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: St-Roch :: Les Bayous-