Rock Around the Clock (ft Karaté Kid)


Inscription : 23/02/2015
Messages : 198
DC : /
Localisations : Métropolis Slums


MessagePosté le: Lun 20 Fév - 13:00
Un nouveau jour se levait sur Metropolis, et les Slums. Quelques jours s'étaient écoulés depuis qu'un étrange événement s'était déroulé sur les anciens docks de Metropolis. Deux types avaient apparemment mis au jour un trafic d'humain prenant place sur le port. Différents types avaient été arrêtés, mais le boss de tout ce business courait toujours. Eric avait beaucoup repensé à cette nuit, et malgré l'arrestation des différents types qui se trouvait sur place, il ne sentait pas pleinement satisfait : Les filles avaient été retrouvées mortes, et malheureusement, leurs bourreaux n'étaient pas encore tous présent pour être jugés.

Depuis, malgré le fait qu'Eric connaissait le numéro de Val, il ne l'avait pas appelé depuis. Les deux hommes, dont le partenariat n'en était qu'à un état d'embryon, éprouvait encore de la méfiance l'un envers l'autre. Eric attrapa alors sa télécommande pour zapper sur les différentes chaînes du câble. Depuis sa "révélation", Eric avait du mal à se dire qu'il avait passé un cap. Les choses allaient être différentes maintenant, et elles avaient déjà changées. Eric se surprenait à aller faire un tour, faire une sorte de ronde, qui étaient par rapport aux derniers événements assez ennuyeuses.

Eric finit par se lever, et attrapa quelques frusques, avant d'aller faire un tour. Il releva le col de son manteau, tout en passant devant des titres de journaux racoleurs, parlant encore de l'enquête concernant l'attaque des anciens docks. Les medias ne semblaient pas vouloir passer à autre chose, contrairement à Eric.

Mais il ne fallait pas s'arrêter là. Le crime n'allait pas baisser avec un simple coup d'éclat. Il fallait donc Depuis quelques temps, il y avait des rumeurs, un gars du nom de Clock King venait d'arriver en ville. Ce type avait pris beaucoup de territoire en peu de temps, et ces acolytes amenait la terreur en ville. Val pourrait alors aider Eric. Il attrapa son portable et composa le numéro.


- Val ? C'est Eric. J'aurais besoin de ton aide pour un truc. Je peut passer au dojo ?





"Suckas Needs Bodyguards."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 09/01/2017
Messages : 26
Localisations : Métropolis
MessagePosté le: Jeu 23 Mar - 13:57
Quand Éric arriva, Richard le guida vers le sous-sol du dojo. Un escalier en bois menait vers le bas et l'entrée était très petite, du moins pas assez grand pour qu'un colosse comme Éric passe facilement. En bas on entendait la télévision, un modèle cathodique des années 90, vomir les mensonges du porte-parole de Loro Rojo au sujet de l'incendie.

"Évidemment nous n'écartons aucune piste, l'incendie criminel pourrait être envisagé. Nous sommes franchement tristes de constater autant de morts, surtout ces jeunes femmes récemment engagées par la compagnie. Nous vous rassurons cependant que nous effectuerons d'autres embauches pour la phase d'expansion de notre atelier et que de très grosses sommes seront affectées à la réfection et à la sécurité du batimenent. Les slums peuvent compter sur nous, nous n'abandonnerons pas le quartier. D'ailleurs j'ai ici un plan d'affaire qui vous montre que"

La télé fut éteinte et la télécommande fit un vol plané dans un mur tout prêt de Éric. Val était furieux, il fulminait littéralement.

Non mais tu le crois ça? Il se positionne en héros de l'économie! Ils font du trafic humain et ils passent pour les bons samaritains. Manquerait plus qu'ils nous collent l'incendie sur le dos. Je déteste le corporate, j'ai toujours détesté ça. C'est dégueulasse. Faudra pas compté sur l'inspecteur des incendies pour trouver la raison de l'incendie, ils ont coulé le bateau. A-YAAA!

Val frappa un coup de pied latéral dans un mannequin d'entraînement qui se brisa sous le coup. Tout de suite a près Val semblait un peu plus calme. Il s'assied sur une chaise. Cela permit à tout le monde de prendre quelques secondes de repos et d'examiner l'endroit. C'était littéralement une cave. Le plancher était en ciment, les murs étaient sur le ciment aussi et 3 petites fenêtres offraient un peu de lumière. Une ampoule était au centre de la pièce et les poutres traversaient l'endroit autant verticalement qu’horizontalement. Une vieille base de lit trônait au centre de la pièce avec un matelas visiblement trop petit pour le meuble. On devinait par la légèrement moisissure sur le coté droit du meuble qu'il avait du être collé au mur à un moment donné, mais l'humidité avait forcé un changement. La télévision, 30 pouces d'un vieux modèle était posé sur un meuble à "cassette" tout droit sortie d'une décharge. Un frigidaire d'une assez bonne qualité était branché dans le mur de la droite ainsi qu'une plaque chauffante illégale pour les repas. Une vieille commode rose pastel servait pour les vêtements de val et un grand tapis moche au motif de tigre était au centre de la pièce. En rafale, il traînait partout du matériel d'art martial, de vieux livre sur une table au de salon dépareillé sur le Reiki et deux fauteuils qui avait connu de meilleur jour entourais le tapis et la table de salon. Un ventilateur dans un coin couinait péniblement pour offrir une certaine fraîcheur à l'endroit. Bref... un décor de marché aux puces ou de bazar.

Désolé pour ça. Je vais devoir m'y faire. En quoi, je peux t'aider?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 23/02/2015
Messages : 198
DC : /
Localisations : Métropolis Slums


MessagePosté le: Mer 29 Mar - 18:24
Eric arriva à pied au niveau du dojo, et chercha Val du regard, tout en sachant que la tenue de ce dernier allait aider notre colosse dans sa tâche. Il finit par le voir, lui fit un bref signe de la main avant de le rejoindre. Il le suivi, et comprit que ce dernier le conduisait au sous-sol. Le géant dû alors se retrouver quasiment à genoux pour pouvoir passer dans ce goulot. Il poussa un râle de mécontentement.

- Mes fringues vont prendre la poussière.


Il finit par atteindre ledit sous-sol, et avança au milieu de la pièce, où une télé semblait couvrir les derniers évenements. Bien entendu, tout ce qu'il avait fait sur le port avait été étouffé de manière spectaculaire, mais il n'était point à douter que les ennemis de duo semblait avoir le bras long, très long même. Etait-t-il possible que les Slums avaient totalement tombé dans leur emprise ?

"Évidemment nous n'écartons aucune piste, l'incendie criminel pourrait être envisagé. Nous sommes franchement tristes de constater autant de morts, surtout ces jeunes femmes récemment engagées par la compagnie. Nous vous rassurons cependant que nous effectuerons d'autres embauches pour la phase d'expansion de notre atelier et que de très grosses sommes seront affectées à la réfection et à la sécurité du batimenent. Les slums peuvent compter sur nous, nous n'abandonnerons pas le quartier. D'ailleurs j'ai ici un plan d'affaire qui vous montre que"


Val hurla de rage, et au terme d'un monologue où le jeune homme sembla hurler sa haine qu'il portait au monde entier, il expédia un coup de pied dans un mannequin qui vola en éclats. Le jeune homme sembla se calmer presque instanément, et se posa sur son fauteuil. Eric s'approcha alors de lui et posa une main sur son épaule.


Désolé pour ça. Je vais devoir m'y faire. En quoi, je peux t'aider?

- Je sais mec, je sais. Mais malheureusement, ça se passe souvent comme ça. Peut-être que nous ne connaîtrons pas la gloire, mais au moins, nos actions ont permit de découvrir quelque chose, et de mettre fin temporairement à un commerce qui n'a fait que trop de victimes. Au moins, je vois que tu ne baisses pas les bras, bien au contraire, et j'en suis ravi.

Il lâcha un grand sourire tout en regardant le mannequin brisé au sol. Puis il rebraqua son regard sur Val, pour lui apporter des informations :

- Si je suis là aujourd'hui, c'est pour te parler d'un nouveau type dans le milieu. Clock King. Un gars dans les armes, et dans la drogue. C'est à cause d'une enflure pareille que les mômes se retrouvent à vendre ou à consommer du crack dans les écoles.

Il se retourna et regarda à travers l'entrée du sous-sol.


- Tu sais mec, j'viens t'en parler parce que t'as su me tirer de ma torpeur, de ma mauvaise volonté, de ne pas agir, de rester caché, de sortir au grand jour et dire ça suffit. Grâce à notre action, je me dit, grâce à notre acharnement, mes compétences et les tiennes, y'a moyen de faire quelque chose, de réussir à changer quelque chose. Ce quartier, je l'aime, malgré le fait que tout s'empire.

Il revena vers Val :

- Ce type, Clock King, je sais pas où il est, mais ses dealers, on en trouve partout. Je pense qu'une petite patrouille s'impose, tu ne crois pas ? On pourrait au moins tomber sur un bras droit ?


"Suckas Needs Bodyguards."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 09/01/2017
Messages : 26
Localisations : Métropolis
MessagePosté le: Jeu 30 Mar - 13:15
Humm.

Val lançait encore quelques regards vers sa télévision. Il était en colère et contrairement à ce que Éric pensait ce n’était pas pour le manque de gloire mais c'était essentiellement un sentiment de culpabilité. Freight Train voyait le positif, mais lui comptait les victimes et les criminels impunis. Quoi qu'il en soit, il n’y avait plus rien à faire du côté du perroquet rouge. Les médias étaient focalisés sur l'entreprise et se rapprocher ne ferait qu'attirer l'attention inutilement. Val alla chercher un blouson noir avec des tintes d'orange. Un peu passé de mode, mais cela lui rappelait un de ses costumes de Karate Kid et il aimait bien.

Okay, j'en suis. Tu peux compter sur moi.


Puis dans un geste un peu cérémonieux, il tendit la main vers le colosse aux lunettes de soleil noir. Son blouson un petit peu trop petit remonta de manière à dénuder le poignet, mais l'élastique qui servait à serrer la manche avait lâché depuis longtemps ce qui ne semblait pas poser aucun problème à Val.

Je m'appelle Val Armorr, mais tu peux m'appeler Karate Kid durant nos... disons mission. Je préférais ne pas attirer l'attention sur le dojo trop rapidement, même si je n'ai aucun doute que Richard puisse se défendre.

Val était un légionnaire et malgré que ses manières de légionnaire commencent a prendre la poussière dans cette époque, il y avait quand même quelques choses de noble dans une présentation officielle. Quelques choses qui scellaient une relation que ce soit une de travail ou de plaisir. Dans ce cas, ça pourrait être joindre l'utile à l'agréable, car il avait vraiment besoin de se passer les nerfs.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 23/02/2015
Messages : 198
DC : /
Localisations : Métropolis Slums


MessagePosté le: Mer 5 Avr - 14:29
Je m'appelle Val Armorr, mais tu peux m'appeler Karate Kid durant nos... disons mission. Je préférais ne pas attirer l'attention sur le dojo trop rapidement, même si je n'ai aucun doute que Richard puisse se défendre.

- Entendu, pour ma part, mon nom de code est Freight Train.

Eric et Val commencèrent alors à sortir de la cave pour se mettre en route. Trouver un dealer n'allait pas être trop difficile en somme. Le soleil était déjà haut, et les rues semblaient illuminées, malgré l'atmosphère pesante et constante des Slums. Eric releva ses lunettes de soleil, et mis ses mains dans les poches. Les deux héros commencèrent leur ronde, et pour éviter qu'un trop gros silence s'installe, Eric amorça une discussion :

- As-tu déjà entendu parler de Clock King ? Je me permets de te demander car tu me sembles exercer ton rôle depuis plus longtemps que moi. Je me suis caché depuis trop longtemps, malgré le fait que mes pouvoirs se sont déclarés il y a déjà plusieurs années. Peut-être qu'un jour, nous pourrions parler plus franchement de nos origines, mais si tout cela me paraît quelque peu prématuré, et même inopportun pour le moment.

Il marqua une pause, pour diriger son regard vers un terrain de basket plus loin, qui semblait être un endroit idéal pour s'installer, et attendre que les éventuels revendeurs se pointent. Beaucoup d'autres endroits sont éligibles pour nos deux héros, pour qu'ils puissent établir une sorte de vigie, et commencer à remonter le système, jusqu'à dénicher éventuellement Clock King. Mais au final, peut-être qu'il devait aller plus loin, Eric se souvint dès lors qu'un parc était présent quelques blocs plus loin. Un parc pourrait permettre aux deux justiciers de mieux se camoufler.

- Que dirais-tu de poursuivre notre route pour se rendre au square, qui est plus loin ? Je pense que cela un bon endroit pour commencer non ?

Ils continuèrent leur route, jusqu'à arriver à un square, où les deux hommes s'installèrent.

- Ils ne nous restent plus qu'à attendre.

Et il ne passa qu'une demi-heure avant de voir des types louches, tous fringués avec des jeans baggys, des hoobies avec la capuche relevés. Etait-ce les indiviuds qu'ils recherchaient ?


"Suckas Needs Bodyguards."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 09/01/2017
Messages : 26
Localisations : Métropolis
MessagePosté le: Jeu 6 Avr - 17:24
Karate Kid sort de la cave et ne parle que très peu, il ruminait ce qu'il venait d'entendre, mais il avait bien hâte d'en débattre avec ses dealers de drogues, même s'il savait que c'était une guerre qu'il ne pouvait pas gagner. Même à son époque, la drogue existait toujours et en bonne quantité. Tous les efforts de la guerre contre la drogue avaient été des échecs. Tant qu'il y avait de la demande, il y aura de l'offre. Puis distraitement il entendit la question de Freight Train.

Non. Pour être honnête, j'ai décidé de jouer les justiciers avec l'histoire des filles qui nous a menés au désastre du port. Avant, je me contentais de ma petite vie de professeur d'arts martiaux.

Il omit volontairement son passé de légionnaire et du fais qu'ils viennent du futur, qu'il est voyager dans l'espace et dans différents univers parallèles et qu'il a au final été un des plus hauts gradés de l'armé de l'Empereur de jade. Il suivit Freight Train jusqu'au "square" il alla s'asseoir sur un banc de parc, parmi d'autres, perdus, de l'endroit. Puis, après un certain temps, Freight Train attira son attention sur des gens qui arrivait. Karate Kid ne les trouvait pas plus louches qu'il le fallait, mais pour lui tout le monde avait toujours l'Air louche un peu donc ce groupe ou un autre c'était sommes toute peu intéressant. Cependant Freight Train avait de l'instinct et c'était quelques choses de Val avait ressenti immédiatement en sa présence.

Bon allons les voir.

Il ne savait pas si c'était le plan de Éric, mais c'était le sien. Il se leva et alla directement vers eux avec sur sa tête sa capuche. Il marchait rapidement, le groupe le vie immédiatement et il n'y avait pas d'équivoque, car il marchait droit vers eux.

Yo! qu'est-ce tu veux petit blanc.

T'as de la cam?

Karate Kid faisait semblait de tremblé et utilisais son chi pour avoir plus chaud et transpiré un peu. Il regardait frénétiquement un peu partout autour de lui. Bref, il imitait le junkie en manque à la perfection. Évidemment c'était une imitation donc il devait faire vite avant qu'on découvre que c'était un jeu d'acteur plus que sommaire. Suffisait qu'il dise oui pour que Val lui casse un bras et le fasse chanter comme un oiseau.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 23/02/2015
Messages : 198
DC : /
Localisations : Métropolis Slums


MessagePosté le: Ven 5 Mai - 14:09
Alors que nos deux héros s'étaient posés sur le premier banc non loin du lieu habituel de transaction. Mais Eric pensait juste observer, alors que son camarade partait dans une approche plus ... directe, il avança jusqu'à eux pour tenter de leur faire cracher le morceau. Ce n'était pas une mauvaise idée, surtout lorsqu'Eric constata que Val tremblait comme une feuille, imitant un accro à la meth à la perfection, il paraissait évident que les types allaient tomber dans le panneau :

Yo! qu'est-ce tu veux petit blanc.

T'as de la cam?


L'homme commença à regarder à droite et à gauche, vérifiant que des indics ne traînaient pas dans le coin, sait-on jamais. Puis il fixa Val :

- Ca dépends. Si t'as de quoi payer.

Il souleva son sweet pour révéler un glock planqué dans son futal.

- Et gare aux gestes brusques, vu les trucs qui s'passent en ce moment, faut bien rester prudent non ? Dieu bénisse l'Amérique et ses armes à feu, comme diraient les mecs de la NRA, non ?


Il lâcha un rire, alors que deux de ses acolytes se pointaient, histoire d'entourer Val. Ils n'allaient sûrement pas le frapper, mais cette technique d'approche permettait toujours de sentir une éventuelle arnaque, et la pression recrée autour du client le forcerait à acheter, qu'importe ce qu'on lui vendrait. Par pur réflexe, Eric décida de se lever et se rapprocha de la scène, tout en restant en retrait, pour éviter de tout faire capoter. Mais c'était sans compter sur les autres types du parc, qui l'avaient remarqué, et dont un groupe se rapprocha de lui. Peut-être il ne l'avait pas joué discret, mais peut-être il pourrait fournir une plus large fenêtre d'action à Val pour se débarrasser des types qui étaient autour de lui. Un des types se rapprocha d'Eric et lâcha :

- Hé, m'sieur muscle ? Qu'est-ce que tu viens foutre ici ?

Eric se retourna pour constater qu'un groupe de trois individus se rapprochaient à vive allure de lui. le colosse continua sa route, tout en bifurquant à droite et à gauche, mais les types semblaient pas le lâcher :

- Viens là je te dit !

L'un des gus sortit un pistolet mitrailleur UZI de sa veste, et le pointa vers Eric :

- Envoie ton portefeuille et vite !

- T'es sérieux là ?


Eric attrapa l'arme et la tordit sans difficulté, en voyant ça, les deux autres individus sortirent leurs armes à leurs tours dans le but de faire feu.

- Buter moi ce mec !


Eric attrapa le leader et l'envoya voler dans un parterre de fleurs situé à droite, les autres ouvrirent le feu, criblant Eric de balles. L'énergie cinétique accumulée des coups de feu, firent augmenter la masse musculaire d'Eric de manière fulgurante. Les deux gangsters hurlèrent dès lors de terreur. Eric en attrapa un par la capuche et par un mouvement circulaire, le fit voler avant de l'écraser au sol. Le second décampa, tout en rechargeant son arme. Au lieu de lui courir après, Eric attrapa une poubelle, qui l'envoya dans le dos de son adversaire, qui s'écroula en un instant.

Après ce court combat, Eric se dirigea vers le lieu de la transaction, qui avaient sans doute tourné à une altercation ....


"Suckas Needs Bodyguards."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 09/01/2017
Messages : 26
Localisations : Métropolis
MessagePosté le: Lun 8 Mai - 14:53
Quand Éric arriva au côté de Val celui-ci avait déjà mis knock-out la plupart des crétins qui l'avait menacé et celui qui ce la jouait sympathique avec sa carte de la NRA était couchée par terre le bras bien collé dans le dos et son propre flingue sur le côté de la tête.

T'en as mis du temps... dit-il en s'adressant à Freight Train.

Val leva le bras un petit peu plus haut et cela provoqua un petit bruit de panique dans le ton du dealer. Par bruit... on pouvait entendre crie de douleur, mais c'était qu'un petit détail amusant. Il accota bien son genou dans le dos de son adversaire. Puis, il décolla le fusil du temps du bandit. Il concentra son chi dans son poing et broya la poigne de l'arme ainsi que la chambre à munition. Il laissa tomber le flingue sur le côté pour que le type voie bien que son arme était maintenant inutilisable.

Il allait justement se mettre à table.


Karate Kid se releva en emmenant le malotru dans son redressement. Puis Val le colla sur le mur et s'approcha du visage suintant de l'homme en panique. C'est à ce moment précis qu'il se rendit compte qu'il n'avait rien à lui demandé. C'était la mission de Freight Train, pas la sienne, il savait qu'il cherchait ce "Tockman" mais à part ça... silence complet.

Là, il s’avère que mon ami ici présent à des choses à te demander. Tu vas te mettre a parler ou je broierai les couilles comme j'ai broyé la crosse de ton arme. C'est clair?


Il appuya un peu plus sur le torse de son adversaire comme pour donner du poids à son argumentaire, puis il le relâcha pour lui permettre de reprendre ses esprits, mais restait très proche de lui comme pour pénétrer dans son "espace vital" et ne pas trop le laisser se "reposer".

Il est tout à toi.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 23/02/2015
Messages : 198
DC : /
Localisations : Métropolis Slums


MessagePosté le: Mer 10 Mai - 14:46
Eric arriva sur le lieu, et lâcha un grand sourire lorsqu'il vit que Val avait parfaitement maîtrisé la situation, et détenait le dealer sous bonne garde. Il fit par ailleurs une petite démonstration de ses talents, et par un geste vif et précis, il broya l'arme, du moins sa crosse ainsi que la chambre à munition, chose qui restait non accessible pour la plupart des humains lambdas. Eric s'avança encore et posa un genou à terre, à côté de Karaté Kid, et devant lui, étendu, se trouvait le dealer. Celui-ci était paniqué, surpris de tomber sur deux héros en maraude dans les Slums, quartier réputé pour son délaissement au niveau super-héroïque. Ici, Superman n'est visible qu'à la télé, pas au quotidien.

Là, il s’avère que mon ami ici présent à des choses à te demander. Tu vas te mettre a parler ou je broierai les couilles comme j'ai broyé la crosse de ton arme. C'est clair?

Freight Train s'avança alors de l'individu, et lâcha un grand sourire, histoire de faire monter le niveau de panique à son interlocuteur. Il craqua ses phalanges, alors que Karaté Kid achevait son discours.

Il est tout à toi.

- Avec plaisir ...

Eric lança alors :

- Bon, mon gars, on sait tout les trois qui est ton employeur. "Tockman". Un pseudonyme, idéal pour les nouvelles têtes, pour rester anonyme, et s'élever dans l'ombre. Or, il semblerait que ton patron ait légèrement débordé dernièrement. Sans même poser la question, tu devines que je veut savoir où il se trouvait.

Le gars lâchait à peines des mots, tellement il tremblait. Mais après quelques instant, il parvint à lâcher quelques mots :

- Je ... ne sais pas ... Je ne .... sais rien ..

- T'es sûr ?


Eric frappa alors le sol à côté de la tête du dealder, ce qui fit hurler le type en question.

- OU EST-T-IL ?

- J'en sais rien !! Pitié !!

- Tu ne sais rien ? Tu te fous de moi ?

- Non non !! Pitié !! Je connais un type, mon fournisseur !!

- BALANCE !

- Un gars, qui me fournit dans un bar à quelques blocs d'ici ... Je t'en prie arrête ça !

- L'ADRESSE !!


- 258 Franklin Avenue !!! 258 ...


Eric lâcha à nouveau un grand sourire, avant d'achever sa phrase :

- Plus jamais tu ne vendras cette merde dans la rue, c'est clair ?


Eric attrapa le type et le souleva, tout en ouvrant un pochon de drogue, qui s'apprêta à mettre dans le gosier du dealder :


- Oui oui oui !!! Je vous en prie, lâcher moi ...


Eric assomma le type d'un coup de coude bien placé, suffisament fort pour lui faire perdre connaissance. Il regarda alors Val et lança ;

- Pas de temps à perdre, on a une adresse !


Les deux héros arrivèrent près d'un vieux bar miteux, quelques temps plus tard. Celui-ci ne semblait pas gardé, et pourtant, des voitures semblait faire des tours réguliers dans le quartier. Eric attrapa Val et lança alors :

- Quel est ton plan, partenaire ?


"Suckas Needs Bodyguards."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 09/01/2017
Messages : 26
Localisations : Métropolis
MessagePosté le: Ven 12 Mai - 19:42
Allons boire un verre.

Val marcha jusqu'à l'entré du bar et ouvris la porte. Il était en rogne cognée sur le malfrat vendeur de dope ne l'avait que partiellement calmé contre se qui était arrivé à Alicia des mains du cartel. Cependant, il n'allait pas prendre trop de place c'était le truc de Freight Train, il était en support. En entrant, il adora immédiatement. Un vieux juke-box jouait de la musique dans tous les haut-parleurs de l'endroit. L'endroit avait vraiment un cachet. Le nom illuminé dans le font du bar le Ace O Clubs avait de quoi plaire à tout le monde.

Il alla s'asseoir au bar ou un vieil homme à l'air abattu lavait un verre. L'homme semblait bien bâti et portait un t-shirt à l'effigie de Superman, ce qui fit sourire Val. Il engagea donc la conversation avec l'homme alors que Éric ferait ses trucs.

Salut, je vais te prendre une bière.
Tiens.


Ça ne va pas?

ça va.

Voyant que l'homme ne désirait pas parler, il changea de sujet.

Super t-shirt.


Te ne moque pas de l'homme d'acier hein! Tu vas en prendre pour ta gueule.
Ah non, je... j'étais sérieux.
Désolé, plus personne ne respecte rien ici. Cet endroit ne ressemble plus à rien.


Bha moi j'adore, du moins l'endroit à du potentiel.

t'as l'air d'un mec gentil. T'es nouveau en ville?

On peut dire ça oui.

Je m'appelle Bibowski, mais tout le monde m’appelle Bibo. Cet endroit est à moi... enfin était à moi. Aujourd'hui je sais plus trop à qui ça appartient.

Val, enchanté *en lui serrant la main*. Pourquoi vous dites ça?

Bha regarde autour de toi, tu crois que ces gens sont de bon client? C'est la détente mec, ici les 5 clans s'arrachent tout le territoire, ici bha apparemment c'est aussi dans leur territoire, alors je n’ai pas le choix. Je me plie, j'aurais bien aimé faire comme superman, mais ils ont trop de moyens et moi pas assez. Je n’ai pas le choix, je joue le jeu.

humm... dit-il simplement en prenant une gorgée de sa bière.

Freight Train passa devant le bar et devant Val.

Oh... celui-là n’a pas l'Air là pour rigoler.


Probablement pas, on est venu ensemble.

Faites attention au matériel okay?

ok ! Dit-il en prenant une seconde gorgée.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 23/02/2015
Messages : 198
DC : /
Localisations : Métropolis Slums


MessagePosté le: Jeu 1 Juin - 12:59
Le bar avait une ambiance année 50 qui plaisait beaucoup à Eric. Un jazz enivrant était présent dans la pièce, et semblait charmer la plupart des clients dans une longue danse mélancolique, idéale pour boire un verre quand on a des problèmes. Val commença à s'éloigner d'Eric pour aller causer au taulier, qui arborait un t-shirt à l'effigie de Superman, seul pseudo-symbole d'espoir lorsqu'on vit dans les Slums. Pendant que Val arbora la discussion, Eric quant à lui commanda alors une bière, qu'il attrapa, et se leva vers différentes tables, pour essayer de jauger la clientèle. Il fit très vite le tour et se rendit compte que plusieurs groupes étaient présents, et semblait tous appartenir à des gangs différents. Les regards de ses derniers étaient par ailleurs lourds, et semblaient réticents à voir un grand type s'approcher d'eux.

Il parvint à entendre la fin de la conversation entre le taulier et Val :


- Bha regarde autour de toi, tu crois que ces gens sont de bon client? C'est la détente mec, ici les 5 clans s'arrachent tout le territoire, ici bha apparemment c'est aussi dans leur territoire, alors je n’ai pas le choix. Je me plie, j'aurais bien aimé faire comme superman, mais ils ont trop de moyens et moi pas assez. Je n’ai pas le choix, je joue le jeu.

A cet instant, Freight Train passa devant le bar, et capta la remarque du barman :

- Oh... celui-là n’a pas l'Air là pour rigoler.

- Pas d'inquiétude, on va faire gaffe.


Eric commença à s'avancer près de la table, ce que les types d'en pris pour une agression. Il s'asseya face à eux, et redressa ses lunettes. Les gars face à lui le dévisagaient. Bien entendu, l'un d'entre eux s'adressa à lui :

- Tu t'es perdu l'ami ? Ou tu cherches des amis ?

- Je pensais juste à partager un verre entre frères.

- Quels frères ? J'ai pas souvenir que tu faisais parti de la famille ...


Eric posa un silence, et lâcha un léger rire :


- Je te fais rire ? Tu veux qu'on aille dehors discuter ?


Eric se leva, et commença à se diriger vers la sortie de derrière, mais avant de poser sa main sur la porte, il senti une main agripper son épaule. Il se retourna et senti un poing s'écraser sur sa mâchoire. Le type se mit à hurler, constatant qu'il venait de s'éclater la main sur la mâchoire de Freight Train. Eric l'attrapa alors, et le lança vers l'extérieur vers lequel il comptait se rendre à la base. A l'extérieur, il commença à voir plusieurs types sortir du bar et foncer vers lui ....


"Suckas Needs Bodyguards."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 09/01/2017
Messages : 26
Localisations : Métropolis
MessagePosté le: Lun 12 Juin - 2:30
C'était comme ça et c'était tout. Les Slums c'étaient le quartier ou les poings parlaient plus souvent que la voix. C'était la parole de ceux qui n'en ont pas. On frappait et après on interrogeait, c'était l'esprit des Slums. Celui des bas-fonds comme ici et celui des policiers qui patrouillait l'endroit, le langage de la rue, mais aussi celui des tavernes, celui des hommes... de ceux qui n'avait plus rien à perdre.

Freight Train poussait la bagarre par l'extérieur, c'était une bonne chose, notamment pour Bibbo qui avait commencé à écrire sur un calepin qui brisait quoi. À la vue, de la grosseur du calepin et des nombreux pages écornés, il y avait une grosse liste de dû dans cet endroit. Il se promit de regarder un oeil à ce calepin éventuellement et d'aider ce pauvre Bibbo a récupéré une partie de la dette de ses habitués.

Un homme se leva de sa chaise à côté de Val et sortit un couteau pour aller vers Freight Train. Val savait pertinemment que Éric n'avait pas besoin de son aide et que la lame allait probablement se briser en touchant le colosse, mais Val ne pouvait juste pas laissé le type faire. C'était plus fort que lui. Il lui saisit la main et la brisa sur le bord du bar. Le couteau tomba par terre, il le ramasse et le donna à Bibbo, puis s'adressant au type qui se tenait la main.

C'est un combat au poing, alors on ne triche pas.
Bon Bibbo, prépare deux bières fraîches, on revient tout de suite.


Le souci principal de Val était essentiellement de protéger les gens qui n'étaient pas de la bataille afin d'éviter qu'il se fasse prendre en dommage collatéral. La réponse de Freight Train était la bonne. Tous ceux qui semblaient vouloir se battre devaient trouver le chemin de la porte. Karate Kid les poussait vers la porte tout en faisant bien attention de récupérer le matériel. Un type qui voulait aller se battre avec un tabouret qu'il tenait à bout de bras, reçus un coup de pied au ventre, Val rattrapa le tabouret, il fit un croche-pied et l'homme tomba assied sur le tabouret qu'il avait dans les mains quelques secondes plus tôt. Puis Val poussa le tabouret jusqu'à la porte et bloqua le pied au pas de la porte, l'homme fut éjecté.

Un autre client pour toi Freight Train.


Karate Kid remarqua que certain client commençait à fuir par la sortie arrière, il décida de ne pas les poursuives. Ils devaient tout simplement vouloir éviter la bagarre et c'était quelques choses de sage dans les circonstances.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Rock Around the Clock (ft Karaté Kid)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [JEU] ROCK BAND : Jouer avec plusieurs instrument sur son HD2 [Payant]
» Bleach 419 - Deicide21 [Transcendent God Rock]
» Fan club Rock Lee
» (J-Rock) Acid Black Cherry
» Karaté kid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Metropolis en ruines :: Suicide Slums-