Rock Around the Clock (ft Karaté Kid)


Inscription : 23/02/2015
Messages : 207
DC : Godspeed
Localisations : Métropolis Slums


MessagePosté le: Lun 20 Fév - 13:00
Un nouveau jour se levait sur Metropolis, et les Slums. Quelques jours s'étaient écoulés depuis qu'un étrange événement s'était déroulé sur les anciens docks de Metropolis. Deux types avaient apparemment mis au jour un trafic d'humain prenant place sur le port. Différents types avaient été arrêtés, mais le boss de tout ce business courait toujours. Eric avait beaucoup repensé à cette nuit, et malgré l'arrestation des différents types qui se trouvait sur place, il ne sentait pas pleinement satisfait : Les filles avaient été retrouvées mortes, et malheureusement, leurs bourreaux n'étaient pas encore tous présent pour être jugés.

Depuis, malgré le fait qu'Eric connaissait le numéro de Val, il ne l'avait pas appelé depuis. Les deux hommes, dont le partenariat n'en était qu'à un état d'embryon, éprouvait encore de la méfiance l'un envers l'autre. Eric attrapa alors sa télécommande pour zapper sur les différentes chaînes du câble. Depuis sa "révélation", Eric avait du mal à se dire qu'il avait passé un cap. Les choses allaient être différentes maintenant, et elles avaient déjà changées. Eric se surprenait à aller faire un tour, faire une sorte de ronde, qui étaient par rapport aux derniers événements assez ennuyeuses.

Eric finit par se lever, et attrapa quelques frusques, avant d'aller faire un tour. Il releva le col de son manteau, tout en passant devant des titres de journaux racoleurs, parlant encore de l'enquête concernant l'attaque des anciens docks. Les medias ne semblaient pas vouloir passer à autre chose, contrairement à Eric.

Mais il ne fallait pas s'arrêter là. Le crime n'allait pas baisser avec un simple coup d'éclat. Il fallait donc Depuis quelques temps, il y avait des rumeurs, un gars du nom de Clock King venait d'arriver en ville. Ce type avait pris beaucoup de territoire en peu de temps, et ces acolytes amenait la terreur en ville. Val pourrait alors aider Eric. Il attrapa son portable et composa le numéro.


- Val ? C'est Eric. J'aurais besoin de ton aide pour un truc. Je peut passer au dojo ?





"Suckas Needs Bodyguards."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 09/01/2017
Messages : 34
Localisations : Métropolis
MessagePosté le: Jeu 23 Mar - 13:57
Quand Éric arriva, Richard le guida vers le sous-sol du dojo. Un escalier en bois menait vers le bas et l'entrée était très petite, du moins pas assez grand pour qu'un colosse comme Éric passe facilement. En bas on entendait la télévision, un modèle cathodique des années 90, vomir les mensonges du porte-parole de Loro Rojo au sujet de l'incendie.

"Évidemment nous n'écartons aucune piste, l'incendie criminel pourrait être envisagé. Nous sommes franchement tristes de constater autant de morts, surtout ces jeunes femmes récemment engagées par la compagnie. Nous vous rassurons cependant que nous effectuerons d'autres embauches pour la phase d'expansion de notre atelier et que de très grosses sommes seront affectées à la réfection et à la sécurité du batimenent. Les slums peuvent compter sur nous, nous n'abandonnerons pas le quartier. D'ailleurs j'ai ici un plan d'affaire qui vous montre que"

La télé fut éteinte et la télécommande fit un vol plané dans un mur tout prêt de Éric. Val était furieux, il fulminait littéralement.

Non mais tu le crois ça? Il se positionne en héros de l'économie! Ils font du trafic humain et ils passent pour les bons samaritains. Manquerait plus qu'ils nous collent l'incendie sur le dos. Je déteste le corporate, j'ai toujours détesté ça. C'est dégueulasse. Faudra pas compté sur l'inspecteur des incendies pour trouver la raison de l'incendie, ils ont coulé le bateau. A-YAAA!

Val frappa un coup de pied latéral dans un mannequin d'entraînement qui se brisa sous le coup. Tout de suite a près Val semblait un peu plus calme. Il s'assied sur une chaise. Cela permit à tout le monde de prendre quelques secondes de repos et d'examiner l'endroit. C'était littéralement une cave. Le plancher était en ciment, les murs étaient sur le ciment aussi et 3 petites fenêtres offraient un peu de lumière. Une ampoule était au centre de la pièce et les poutres traversaient l'endroit autant verticalement qu’horizontalement. Une vieille base de lit trônait au centre de la pièce avec un matelas visiblement trop petit pour le meuble. On devinait par la légèrement moisissure sur le coté droit du meuble qu'il avait du être collé au mur à un moment donné, mais l'humidité avait forcé un changement. La télévision, 30 pouces d'un vieux modèle était posé sur un meuble à "cassette" tout droit sortie d'une décharge. Un frigidaire d'une assez bonne qualité était branché dans le mur de la droite ainsi qu'une plaque chauffante illégale pour les repas. Une vieille commode rose pastel servait pour les vêtements de val et un grand tapis moche au motif de tigre était au centre de la pièce. En rafale, il traînait partout du matériel d'art martial, de vieux livre sur une table au de salon dépareillé sur le Reiki et deux fauteuils qui avait connu de meilleur jour entourais le tapis et la table de salon. Un ventilateur dans un coin couinait péniblement pour offrir une certaine fraîcheur à l'endroit. Bref... un décor de marché aux puces ou de bazar.

Désolé pour ça. Je vais devoir m'y faire. En quoi, je peux t'aider?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 23/02/2015
Messages : 207
DC : Godspeed
Localisations : Métropolis Slums


MessagePosté le: Mer 29 Mar - 19:24
Eric arriva à pied au niveau du dojo, et chercha Val du regard, tout en sachant que la tenue de ce dernier allait aider notre colosse dans sa tâche. Il finit par le voir, lui fit un bref signe de la main avant de le rejoindre. Il le suivi, et comprit que ce dernier le conduisait au sous-sol. Le géant dû alors se retrouver quasiment à genoux pour pouvoir passer dans ce goulot. Il poussa un râle de mécontentement.

- Mes fringues vont prendre la poussière.


Il finit par atteindre ledit sous-sol, et avança au milieu de la pièce, où une télé semblait couvrir les derniers évenements. Bien entendu, tout ce qu'il avait fait sur le port avait été étouffé de manière spectaculaire, mais il n'était point à douter que les ennemis de duo semblait avoir le bras long, très long même. Etait-t-il possible que les Slums avaient totalement tombé dans leur emprise ?

"Évidemment nous n'écartons aucune piste, l'incendie criminel pourrait être envisagé. Nous sommes franchement tristes de constater autant de morts, surtout ces jeunes femmes récemment engagées par la compagnie. Nous vous rassurons cependant que nous effectuerons d'autres embauches pour la phase d'expansion de notre atelier et que de très grosses sommes seront affectées à la réfection et à la sécurité du batimenent. Les slums peuvent compter sur nous, nous n'abandonnerons pas le quartier. D'ailleurs j'ai ici un plan d'affaire qui vous montre que"


Val hurla de rage, et au terme d'un monologue où le jeune homme sembla hurler sa haine qu'il portait au monde entier, il expédia un coup de pied dans un mannequin qui vola en éclats. Le jeune homme sembla se calmer presque instanément, et se posa sur son fauteuil. Eric s'approcha alors de lui et posa une main sur son épaule.


Désolé pour ça. Je vais devoir m'y faire. En quoi, je peux t'aider?

- Je sais mec, je sais. Mais malheureusement, ça se passe souvent comme ça. Peut-être que nous ne connaîtrons pas la gloire, mais au moins, nos actions ont permit de découvrir quelque chose, et de mettre fin temporairement à un commerce qui n'a fait que trop de victimes. Au moins, je vois que tu ne baisses pas les bras, bien au contraire, et j'en suis ravi.

Il lâcha un grand sourire tout en regardant le mannequin brisé au sol. Puis il rebraqua son regard sur Val, pour lui apporter des informations :

- Si je suis là aujourd'hui, c'est pour te parler d'un nouveau type dans le milieu. Clock King. Un gars dans les armes, et dans la drogue. C'est à cause d'une enflure pareille que les mômes se retrouvent à vendre ou à consommer du crack dans les écoles.

Il se retourna et regarda à travers l'entrée du sous-sol.


- Tu sais mec, j'viens t'en parler parce que t'as su me tirer de ma torpeur, de ma mauvaise volonté, de ne pas agir, de rester caché, de sortir au grand jour et dire ça suffit. Grâce à notre action, je me dit, grâce à notre acharnement, mes compétences et les tiennes, y'a moyen de faire quelque chose, de réussir à changer quelque chose. Ce quartier, je l'aime, malgré le fait que tout s'empire.

Il revena vers Val :

- Ce type, Clock King, je sais pas où il est, mais ses dealers, on en trouve partout. Je pense qu'une petite patrouille s'impose, tu ne crois pas ? On pourrait au moins tomber sur un bras droit ?


"Suckas Needs Bodyguards."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 09/01/2017
Messages : 34
Localisations : Métropolis
MessagePosté le: Jeu 30 Mar - 14:15
Humm.

Val lançait encore quelques regards vers sa télévision. Il était en colère et contrairement à ce que Éric pensait ce n’était pas pour le manque de gloire mais c'était essentiellement un sentiment de culpabilité. Freight Train voyait le positif, mais lui comptait les victimes et les criminels impunis. Quoi qu'il en soit, il n’y avait plus rien à faire du côté du perroquet rouge. Les médias étaient focalisés sur l'entreprise et se rapprocher ne ferait qu'attirer l'attention inutilement. Val alla chercher un blouson noir avec des tintes d'orange. Un peu passé de mode, mais cela lui rappelait un de ses costumes de Karate Kid et il aimait bien.

Okay, j'en suis. Tu peux compter sur moi.


Puis dans un geste un peu cérémonieux, il tendit la main vers le colosse aux lunettes de soleil noir. Son blouson un petit peu trop petit remonta de manière à dénuder le poignet, mais l'élastique qui servait à serrer la manche avait lâché depuis longtemps ce qui ne semblait pas poser aucun problème à Val.

Je m'appelle Val Armorr, mais tu peux m'appeler Karate Kid durant nos... disons mission. Je préférais ne pas attirer l'attention sur le dojo trop rapidement, même si je n'ai aucun doute que Richard puisse se défendre.

Val était un légionnaire et malgré que ses manières de légionnaire commencent a prendre la poussière dans cette époque, il y avait quand même quelques choses de noble dans une présentation officielle. Quelques choses qui scellaient une relation que ce soit une de travail ou de plaisir. Dans ce cas, ça pourrait être joindre l'utile à l'agréable, car il avait vraiment besoin de se passer les nerfs.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 23/02/2015
Messages : 207
DC : Godspeed
Localisations : Métropolis Slums


MessagePosté le: Mer 5 Avr - 15:29
Je m'appelle Val Armorr, mais tu peux m'appeler Karate Kid durant nos... disons mission. Je préférais ne pas attirer l'attention sur le dojo trop rapidement, même si je n'ai aucun doute que Richard puisse se défendre.

- Entendu, pour ma part, mon nom de code est Freight Train.

Eric et Val commencèrent alors à sortir de la cave pour se mettre en route. Trouver un dealer n'allait pas être trop difficile en somme. Le soleil était déjà haut, et les rues semblaient illuminées, malgré l'atmosphère pesante et constante des Slums. Eric releva ses lunettes de soleil, et mis ses mains dans les poches. Les deux héros commencèrent leur ronde, et pour éviter qu'un trop gros silence s'installe, Eric amorça une discussion :

- As-tu déjà entendu parler de Clock King ? Je me permets de te demander car tu me sembles exercer ton rôle depuis plus longtemps que moi. Je me suis caché depuis trop longtemps, malgré le fait que mes pouvoirs se sont déclarés il y a déjà plusieurs années. Peut-être qu'un jour, nous pourrions parler plus franchement de nos origines, mais si tout cela me paraît quelque peu prématuré, et même inopportun pour le moment.

Il marqua une pause, pour diriger son regard vers un terrain de basket plus loin, qui semblait être un endroit idéal pour s'installer, et attendre que les éventuels revendeurs se pointent. Beaucoup d'autres endroits sont éligibles pour nos deux héros, pour qu'ils puissent établir une sorte de vigie, et commencer à remonter le système, jusqu'à dénicher éventuellement Clock King. Mais au final, peut-être qu'il devait aller plus loin, Eric se souvint dès lors qu'un parc était présent quelques blocs plus loin. Un parc pourrait permettre aux deux justiciers de mieux se camoufler.

- Que dirais-tu de poursuivre notre route pour se rendre au square, qui est plus loin ? Je pense que cela un bon endroit pour commencer non ?

Ils continuèrent leur route, jusqu'à arriver à un square, où les deux hommes s'installèrent.

- Ils ne nous restent plus qu'à attendre.

Et il ne passa qu'une demi-heure avant de voir des types louches, tous fringués avec des jeans baggys, des hoobies avec la capuche relevés. Etait-ce les indiviuds qu'ils recherchaient ?


"Suckas Needs Bodyguards."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 09/01/2017
Messages : 34
Localisations : Métropolis
MessagePosté le: Jeu 6 Avr - 18:24
Karate Kid sort de la cave et ne parle que très peu, il ruminait ce qu'il venait d'entendre, mais il avait bien hâte d'en débattre avec ses dealers de drogues, même s'il savait que c'était une guerre qu'il ne pouvait pas gagner. Même à son époque, la drogue existait toujours et en bonne quantité. Tous les efforts de la guerre contre la drogue avaient été des échecs. Tant qu'il y avait de la demande, il y aura de l'offre. Puis distraitement il entendit la question de Freight Train.

Non. Pour être honnête, j'ai décidé de jouer les justiciers avec l'histoire des filles qui nous a menés au désastre du port. Avant, je me contentais de ma petite vie de professeur d'arts martiaux.

Il omit volontairement son passé de légionnaire et du fais qu'ils viennent du futur, qu'il est voyager dans l'espace et dans différents univers parallèles et qu'il a au final été un des plus hauts gradés de l'armé de l'Empereur de jade. Il suivit Freight Train jusqu'au "square" il alla s'asseoir sur un banc de parc, parmi d'autres, perdus, de l'endroit. Puis, après un certain temps, Freight Train attira son attention sur des gens qui arrivait. Karate Kid ne les trouvait pas plus louches qu'il le fallait, mais pour lui tout le monde avait toujours l'Air louche un peu donc ce groupe ou un autre c'était sommes toute peu intéressant. Cependant Freight Train avait de l'instinct et c'était quelques choses de Val avait ressenti immédiatement en sa présence.

Bon allons les voir.

Il ne savait pas si c'était le plan de Éric, mais c'était le sien. Il se leva et alla directement vers eux avec sur sa tête sa capuche. Il marchait rapidement, le groupe le vie immédiatement et il n'y avait pas d'équivoque, car il marchait droit vers eux.

Yo! qu'est-ce tu veux petit blanc.

T'as de la cam?

Karate Kid faisait semblait de tremblé et utilisais son chi pour avoir plus chaud et transpiré un peu. Il regardait frénétiquement un peu partout autour de lui. Bref, il imitait le junkie en manque à la perfection. Évidemment c'était une imitation donc il devait faire vite avant qu'on découvre que c'était un jeu d'acteur plus que sommaire. Suffisait qu'il dise oui pour que Val lui casse un bras et le fasse chanter comme un oiseau.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 23/02/2015
Messages : 207
DC : Godspeed
Localisations : Métropolis Slums


MessagePosté le: Ven 5 Mai - 15:09
Alors que nos deux héros s'étaient posés sur le premier banc non loin du lieu habituel de transaction. Mais Eric pensait juste observer, alors que son camarade partait dans une approche plus ... directe, il avança jusqu'à eux pour tenter de leur faire cracher le morceau. Ce n'était pas une mauvaise idée, surtout lorsqu'Eric constata que Val tremblait comme une feuille, imitant un accro à la meth à la perfection, il paraissait évident que les types allaient tomber dans le panneau :

Yo! qu'est-ce tu veux petit blanc.

T'as de la cam?


L'homme commença à regarder à droite et à gauche, vérifiant que des indics ne traînaient pas dans le coin, sait-on jamais. Puis il fixa Val :

- Ca dépends. Si t'as de quoi payer.

Il souleva son sweet pour révéler un glock planqué dans son futal.

- Et gare aux gestes brusques, vu les trucs qui s'passent en ce moment, faut bien rester prudent non ? Dieu bénisse l'Amérique et ses armes à feu, comme diraient les mecs de la NRA, non ?


Il lâcha un rire, alors que deux de ses acolytes se pointaient, histoire d'entourer Val. Ils n'allaient sûrement pas le frapper, mais cette technique d'approche permettait toujours de sentir une éventuelle arnaque, et la pression recrée autour du client le forcerait à acheter, qu'importe ce qu'on lui vendrait. Par pur réflexe, Eric décida de se lever et se rapprocha de la scène, tout en restant en retrait, pour éviter de tout faire capoter. Mais c'était sans compter sur les autres types du parc, qui l'avaient remarqué, et dont un groupe se rapprocha de lui. Peut-être il ne l'avait pas joué discret, mais peut-être il pourrait fournir une plus large fenêtre d'action à Val pour se débarrasser des types qui étaient autour de lui. Un des types se rapprocha d'Eric et lâcha :

- Hé, m'sieur muscle ? Qu'est-ce que tu viens foutre ici ?

Eric se retourna pour constater qu'un groupe de trois individus se rapprochaient à vive allure de lui. le colosse continua sa route, tout en bifurquant à droite et à gauche, mais les types semblaient pas le lâcher :

- Viens là je te dit !

L'un des gus sortit un pistolet mitrailleur UZI de sa veste, et le pointa vers Eric :

- Envoie ton portefeuille et vite !

- T'es sérieux là ?


Eric attrapa l'arme et la tordit sans difficulté, en voyant ça, les deux autres individus sortirent leurs armes à leurs tours dans le but de faire feu.

- Buter moi ce mec !


Eric attrapa le leader et l'envoya voler dans un parterre de fleurs situé à droite, les autres ouvrirent le feu, criblant Eric de balles. L'énergie cinétique accumulée des coups de feu, firent augmenter la masse musculaire d'Eric de manière fulgurante. Les deux gangsters hurlèrent dès lors de terreur. Eric en attrapa un par la capuche et par un mouvement circulaire, le fit voler avant de l'écraser au sol. Le second décampa, tout en rechargeant son arme. Au lieu de lui courir après, Eric attrapa une poubelle, qui l'envoya dans le dos de son adversaire, qui s'écroula en un instant.

Après ce court combat, Eric se dirigea vers le lieu de la transaction, qui avaient sans doute tourné à une altercation ....


"Suckas Needs Bodyguards."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 09/01/2017
Messages : 34
Localisations : Métropolis
MessagePosté le: Lun 8 Mai - 15:53
Quand Éric arriva au côté de Val celui-ci avait déjà mis knock-out la plupart des crétins qui l'avait menacé et celui qui ce la jouait sympathique avec sa carte de la NRA était couchée par terre le bras bien collé dans le dos et son propre flingue sur le côté de la tête.

T'en as mis du temps... dit-il en s'adressant à Freight Train.

Val leva le bras un petit peu plus haut et cela provoqua un petit bruit de panique dans le ton du dealer. Par bruit... on pouvait entendre crie de douleur, mais c'était qu'un petit détail amusant. Il accota bien son genou dans le dos de son adversaire. Puis, il décolla le fusil du temps du bandit. Il concentra son chi dans son poing et broya la poigne de l'arme ainsi que la chambre à munition. Il laissa tomber le flingue sur le côté pour que le type voie bien que son arme était maintenant inutilisable.

Il allait justement se mettre à table.


Karate Kid se releva en emmenant le malotru dans son redressement. Puis Val le colla sur le mur et s'approcha du visage suintant de l'homme en panique. C'est à ce moment précis qu'il se rendit compte qu'il n'avait rien à lui demandé. C'était la mission de Freight Train, pas la sienne, il savait qu'il cherchait ce "Tockman" mais à part ça... silence complet.

Là, il s’avère que mon ami ici présent à des choses à te demander. Tu vas te mettre a parler ou je broierai les couilles comme j'ai broyé la crosse de ton arme. C'est clair?


Il appuya un peu plus sur le torse de son adversaire comme pour donner du poids à son argumentaire, puis il le relâcha pour lui permettre de reprendre ses esprits, mais restait très proche de lui comme pour pénétrer dans son "espace vital" et ne pas trop le laisser se "reposer".

Il est tout à toi.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 23/02/2015
Messages : 207
DC : Godspeed
Localisations : Métropolis Slums


MessagePosté le: Mer 10 Mai - 15:46
Eric arriva sur le lieu, et lâcha un grand sourire lorsqu'il vit que Val avait parfaitement maîtrisé la situation, et détenait le dealer sous bonne garde. Il fit par ailleurs une petite démonstration de ses talents, et par un geste vif et précis, il broya l'arme, du moins sa crosse ainsi que la chambre à munition, chose qui restait non accessible pour la plupart des humains lambdas. Eric s'avança encore et posa un genou à terre, à côté de Karaté Kid, et devant lui, étendu, se trouvait le dealer. Celui-ci était paniqué, surpris de tomber sur deux héros en maraude dans les Slums, quartier réputé pour son délaissement au niveau super-héroïque. Ici, Superman n'est visible qu'à la télé, pas au quotidien.

Là, il s’avère que mon ami ici présent à des choses à te demander. Tu vas te mettre a parler ou je broierai les couilles comme j'ai broyé la crosse de ton arme. C'est clair?

Freight Train s'avança alors de l'individu, et lâcha un grand sourire, histoire de faire monter le niveau de panique à son interlocuteur. Il craqua ses phalanges, alors que Karaté Kid achevait son discours.

Il est tout à toi.

- Avec plaisir ...

Eric lança alors :

- Bon, mon gars, on sait tout les trois qui est ton employeur. "Tockman". Un pseudonyme, idéal pour les nouvelles têtes, pour rester anonyme, et s'élever dans l'ombre. Or, il semblerait que ton patron ait légèrement débordé dernièrement. Sans même poser la question, tu devines que je veut savoir où il se trouvait.

Le gars lâchait à peines des mots, tellement il tremblait. Mais après quelques instant, il parvint à lâcher quelques mots :

- Je ... ne sais pas ... Je ne .... sais rien ..

- T'es sûr ?


Eric frappa alors le sol à côté de la tête du dealder, ce qui fit hurler le type en question.

- OU EST-T-IL ?

- J'en sais rien !! Pitié !!

- Tu ne sais rien ? Tu te fous de moi ?

- Non non !! Pitié !! Je connais un type, mon fournisseur !!

- BALANCE !

- Un gars, qui me fournit dans un bar à quelques blocs d'ici ... Je t'en prie arrête ça !

- L'ADRESSE !!


- 258 Franklin Avenue !!! 258 ...


Eric lâcha à nouveau un grand sourire, avant d'achever sa phrase :

- Plus jamais tu ne vendras cette merde dans la rue, c'est clair ?


Eric attrapa le type et le souleva, tout en ouvrant un pochon de drogue, qui s'apprêta à mettre dans le gosier du dealder :


- Oui oui oui !!! Je vous en prie, lâcher moi ...


Eric assomma le type d'un coup de coude bien placé, suffisament fort pour lui faire perdre connaissance. Il regarda alors Val et lança ;

- Pas de temps à perdre, on a une adresse !


Les deux héros arrivèrent près d'un vieux bar miteux, quelques temps plus tard. Celui-ci ne semblait pas gardé, et pourtant, des voitures semblait faire des tours réguliers dans le quartier. Eric attrapa Val et lança alors :

- Quel est ton plan, partenaire ?


"Suckas Needs Bodyguards."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 09/01/2017
Messages : 34
Localisations : Métropolis
MessagePosté le: Ven 12 Mai - 20:42
Allons boire un verre.

Val marcha jusqu'à l'entré du bar et ouvris la porte. Il était en rogne cognée sur le malfrat vendeur de dope ne l'avait que partiellement calmé contre se qui était arrivé à Alicia des mains du cartel. Cependant, il n'allait pas prendre trop de place c'était le truc de Freight Train, il était en support. En entrant, il adora immédiatement. Un vieux juke-box jouait de la musique dans tous les haut-parleurs de l'endroit. L'endroit avait vraiment un cachet. Le nom illuminé dans le font du bar le Ace O Clubs avait de quoi plaire à tout le monde.

Il alla s'asseoir au bar ou un vieil homme à l'air abattu lavait un verre. L'homme semblait bien bâti et portait un t-shirt à l'effigie de Superman, ce qui fit sourire Val. Il engagea donc la conversation avec l'homme alors que Éric ferait ses trucs.

Salut, je vais te prendre une bière.
Tiens.


Ça ne va pas?

ça va.

Voyant que l'homme ne désirait pas parler, il changea de sujet.

Super t-shirt.


Te ne moque pas de l'homme d'acier hein! Tu vas en prendre pour ta gueule.
Ah non, je... j'étais sérieux.
Désolé, plus personne ne respecte rien ici. Cet endroit ne ressemble plus à rien.


Bha moi j'adore, du moins l'endroit à du potentiel.

t'as l'air d'un mec gentil. T'es nouveau en ville?

On peut dire ça oui.

Je m'appelle Bibowski, mais tout le monde m’appelle Bibo. Cet endroit est à moi... enfin était à moi. Aujourd'hui je sais plus trop à qui ça appartient.

Val, enchanté *en lui serrant la main*. Pourquoi vous dites ça?

Bha regarde autour de toi, tu crois que ces gens sont de bon client? C'est la détente mec, ici les 5 clans s'arrachent tout le territoire, ici bha apparemment c'est aussi dans leur territoire, alors je n’ai pas le choix. Je me plie, j'aurais bien aimé faire comme superman, mais ils ont trop de moyens et moi pas assez. Je n’ai pas le choix, je joue le jeu.

humm... dit-il simplement en prenant une gorgée de sa bière.

Freight Train passa devant le bar et devant Val.

Oh... celui-là n’a pas l'Air là pour rigoler.


Probablement pas, on est venu ensemble.

Faites attention au matériel okay?

ok ! Dit-il en prenant une seconde gorgée.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 23/02/2015
Messages : 207
DC : Godspeed
Localisations : Métropolis Slums


MessagePosté le: Jeu 1 Juin - 13:59
Le bar avait une ambiance année 50 qui plaisait beaucoup à Eric. Un jazz enivrant était présent dans la pièce, et semblait charmer la plupart des clients dans une longue danse mélancolique, idéale pour boire un verre quand on a des problèmes. Val commença à s'éloigner d'Eric pour aller causer au taulier, qui arborait un t-shirt à l'effigie de Superman, seul pseudo-symbole d'espoir lorsqu'on vit dans les Slums. Pendant que Val arbora la discussion, Eric quant à lui commanda alors une bière, qu'il attrapa, et se leva vers différentes tables, pour essayer de jauger la clientèle. Il fit très vite le tour et se rendit compte que plusieurs groupes étaient présents, et semblait tous appartenir à des gangs différents. Les regards de ses derniers étaient par ailleurs lourds, et semblaient réticents à voir un grand type s'approcher d'eux.

Il parvint à entendre la fin de la conversation entre le taulier et Val :


- Bha regarde autour de toi, tu crois que ces gens sont de bon client? C'est la détente mec, ici les 5 clans s'arrachent tout le territoire, ici bha apparemment c'est aussi dans leur territoire, alors je n’ai pas le choix. Je me plie, j'aurais bien aimé faire comme superman, mais ils ont trop de moyens et moi pas assez. Je n’ai pas le choix, je joue le jeu.

A cet instant, Freight Train passa devant le bar, et capta la remarque du barman :

- Oh... celui-là n’a pas l'Air là pour rigoler.

- Pas d'inquiétude, on va faire gaffe.


Eric commença à s'avancer près de la table, ce que les types d'en pris pour une agression. Il s'asseya face à eux, et redressa ses lunettes. Les gars face à lui le dévisagaient. Bien entendu, l'un d'entre eux s'adressa à lui :

- Tu t'es perdu l'ami ? Ou tu cherches des amis ?

- Je pensais juste à partager un verre entre frères.

- Quels frères ? J'ai pas souvenir que tu faisais parti de la famille ...


Eric posa un silence, et lâcha un léger rire :


- Je te fais rire ? Tu veux qu'on aille dehors discuter ?


Eric se leva, et commença à se diriger vers la sortie de derrière, mais avant de poser sa main sur la porte, il senti une main agripper son épaule. Il se retourna et senti un poing s'écraser sur sa mâchoire. Le type se mit à hurler, constatant qu'il venait de s'éclater la main sur la mâchoire de Freight Train. Eric l'attrapa alors, et le lança vers l'extérieur vers lequel il comptait se rendre à la base. A l'extérieur, il commença à voir plusieurs types sortir du bar et foncer vers lui ....


"Suckas Needs Bodyguards."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 09/01/2017
Messages : 34
Localisations : Métropolis
MessagePosté le: Lun 12 Juin - 3:30
C'était comme ça et c'était tout. Les Slums c'étaient le quartier ou les poings parlaient plus souvent que la voix. C'était la parole de ceux qui n'en ont pas. On frappait et après on interrogeait, c'était l'esprit des Slums. Celui des bas-fonds comme ici et celui des policiers qui patrouillait l'endroit, le langage de la rue, mais aussi celui des tavernes, celui des hommes... de ceux qui n'avait plus rien à perdre.

Freight Train poussait la bagarre par l'extérieur, c'était une bonne chose, notamment pour Bibbo qui avait commencé à écrire sur un calepin qui brisait quoi. À la vue, de la grosseur du calepin et des nombreux pages écornés, il y avait une grosse liste de dû dans cet endroit. Il se promit de regarder un oeil à ce calepin éventuellement et d'aider ce pauvre Bibbo a récupéré une partie de la dette de ses habitués.

Un homme se leva de sa chaise à côté de Val et sortit un couteau pour aller vers Freight Train. Val savait pertinemment que Éric n'avait pas besoin de son aide et que la lame allait probablement se briser en touchant le colosse, mais Val ne pouvait juste pas laissé le type faire. C'était plus fort que lui. Il lui saisit la main et la brisa sur le bord du bar. Le couteau tomba par terre, il le ramasse et le donna à Bibbo, puis s'adressant au type qui se tenait la main.

C'est un combat au poing, alors on ne triche pas.
Bon Bibbo, prépare deux bières fraîches, on revient tout de suite.


Le souci principal de Val était essentiellement de protéger les gens qui n'étaient pas de la bataille afin d'éviter qu'il se fasse prendre en dommage collatéral. La réponse de Freight Train était la bonne. Tous ceux qui semblaient vouloir se battre devaient trouver le chemin de la porte. Karate Kid les poussait vers la porte tout en faisant bien attention de récupérer le matériel. Un type qui voulait aller se battre avec un tabouret qu'il tenait à bout de bras, reçus un coup de pied au ventre, Val rattrapa le tabouret, il fit un croche-pied et l'homme tomba assied sur le tabouret qu'il avait dans les mains quelques secondes plus tôt. Puis Val poussa le tabouret jusqu'à la porte et bloqua le pied au pas de la porte, l'homme fut éjecté.

Un autre client pour toi Freight Train.


Karate Kid remarqua que certain client commençait à fuir par la sortie arrière, il décida de ne pas les poursuives. Ils devaient tout simplement vouloir éviter la bagarre et c'était quelques choses de sage dans les circonstances.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 23/02/2015
Messages : 207
DC : Godspeed
Localisations : Métropolis Slums


MessagePosté le: Mar 4 Juil - 14:20
- Un autre client pour toi Freight Train.

Alors que l'individu sentit l'air frais s'abattre sur son visage, une immense masse fit son apparition devant lui. Il ne put se retenir, et lâcha un cri de désespoir. Face à lui, Freight Train était devenu gigantesque, et frappait les malfrats autour de lui.

Un précédent groupe de gorilles avaient tenté de l'arrêter, mais sans aucun succès. Leurs corps gisaient aux sols, marqués de divers stigmates laissant comprendre qu'ils avaient été tout bonnement assommés. Ils avaient foncé dans le colosse, qui les avait attrapé un par un, et dans une danse endiablée, les avaient propulsé un à un dans le décor de cette triste ruelle.


- Bordel, encerclez-le ! Faut le fatiguer !

Les différents rescapés du premier round s'étaient rassemblés, et désormais armés de multiples objets contondants, ils avançaient en groupe, tout en cherchant à entourant Eric. Le géant les toisait, et les laissa s'approcher lentement, même s'il avait déjà une petite idée de ce qu'il devait faire.

Il se mit alors à démarrer brusquement, et lança une charge sauvage, hurlant de toutes ses forces. Les deux types en avant du groupe furent de suite emportés par cette attaque sauvage, et finirent écrasés dans le mur quelques mètres plus loin.

Ceux qui s'en étaient sortis, en effectuant diverses acrobaties pour éviter cette masse, et certains, eurent la bonne idée de le charger à son tour, mais avant même de pouvoir le frapper, ils virent Eric attrapper une benne et la lancer dans leur direction. Surpris, et pris de court, deux autres types fut mis au tapis. Le dernier individu, terrorisé par ce qu'il venait de voir, lâcha son arme et tenta de détaler. Freight Train, qui voulu l'attraper, fut soudainement confronté à un autre groupe, qui venait de débouler d'un des côtés de la ruelle.


- Karate Kid ! Il me le faut en bon état celui là !

- Les mecs, flinguez moi ce type !


Des armes automatiques furent braqués sur Freight Train. Il sauta juste à temps derrière une seconde benne à ordure, abri naturel, qui pourrait lui permettre de reprendre son souffle ...


"Suckas Needs Bodyguards."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 09/01/2017
Messages : 34
Localisations : Métropolis
MessagePosté le: Jeu 6 Juil - 14:36
Évidemment...


Val sauta par-dessus la rampe qui servait de "balcon" à l'entrée de l'Ace O Clubs. Puis il partit à la course derrière celui qui tentait de fuir. Le fuyard tenta de couper à travers les voitures du stationnement, mais Val sauta sur les toitures pour l'atteindre. Voyant qu'il était suivi, il se retourna avec un cran d'arrêt dans la main prêt à affronter Val.

Sérieusement?

Val frappa dans la portière d'une voiture, celle-ci s'enfonça sous la puissance de son chi. La vitre se fracassa et le système d'alarme se fit entendre. Le coup n'avait pas eu l'air à prendre énormément de puissance à Karate Kid, car celui-ci n'avait même pas effectué de rotation de son corps. L'homme en question relâcha son arme et mit les mains dans les airs. Il ne voulait plus du tout combattre.

Pitié, j'ai 3 familles et 12 enfants...

... Oui sûrement. C'est quoi ton nom?

Tom Dawson...

Viens Tom Dawson, mon ami veut te parler.

À propos de quoi?


Tu verras bien, mais je te conseille une petite chose, répond à toute ses questions avec honnêteté, tu as vu comment il peut être dangereux quand il est énervé.

Mais, je ne connais rien moi, je ...

Tu commences très mal, aller avance.

Karate Kid le poussait vers l'avant, rien de bien méchant, mais juste pour insister sur le fait que fallait pas le prendre pour un con. Il entendit des coups de feu, venant de l'emplacement de FReight Train un peu plus loin. Il n'était pas nerveux pour le colosse noir, il avait vu ce dont il était capable. Cependant, il était nerveux pour des victimes civiles aux alentours qui pourraient subir une balle perdue.

Aller plus vite.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 23/02/2015
Messages : 207
DC : Godspeed
Localisations : Métropolis Slums


MessagePosté le: Ven 7 Juil - 15:05
Les balles ricochaient sur l'abri de fortune de Freight Train. Comment se sortir de cette situation délicate ? A vrai dire, Freight Train cherchait surtout le temps de prendre son souffle. Il porta la main sur ces poches et tira son étui à cigare. Il s'était juré d'arrêter, mais toute cette violence lui avait redonné envie de goûter un bon cubain, le temps que la pluie s'arrête. Il l'alluma et inspira fortement, avant de relâcher une bouffée de fumée. Puis il hurla :

- Bon, les gars, préparez-vous ! J'arrive !!

Sans crier gare, Il prit appui sur sa benne à ordure et commença à la pousser, ce qui surpris les types en face : l'abri était en train de se remuer, et avançait dangereusement en leur direction.

- Bordel, qu'est-ce qui se passe ???

La benne continua d'avancer toute seule, jusqu'à se stopper brutalement. Puis, une masse sauta par dessus l'abri, et commença à parcourir les derniers mètres qui la séparait des malfrats. Tous hurlèrent à l'unisson, ne comprenant pas la situation face à eux. Certains auraient bien vider leur chargeur sur ce colosse, mais figurez-vous que la plupart de leurs armes étaient vides !

Eric fonça dans la masse compacte et frappa avec force dans le sternum d'un de ces adversaires, qui eut le souffle coupé, le second, tentant d'ouvrir le feu, vit son collègue s'envoler pour s'écraser sur lui. Un troisième eut le courage ( ou la stupidité, à vous de voir) de foncer directement sur son adversaire, se prenant un coup de genou dans le diaphragme, lui coupant le souffle. Puis sans le moindre respect, un gifle vint l'allonger immédiatement après. Le dernier type tenta de s'enfuir, mais Eric ne voulu pas laisser de traînards s'en aller. Il attrapa la chaussure de l'un des types allongés, et la lança sur le dos de son adversaire, qui perdit l'équilibre. Quelques secondes plus tard, Eric l'assomait lui-aussi.

A vrai dire, il en profita pour continuer à fumer son cigare, jusqu'à voir Karate Kid lui ramener le fuyard qui s'était éclipsé quelques temps plus tôt.


- Merci partenaire !

Il attrapa l'individu par le col, et le souleva. L'individu, déjà blême, manqua de perdre connaissance. Eric le gifla.

- Bon, tu sais pourquoi je suis ici ? Pour choper ton fournisseur. Donne moi la planque, et vite .

(HRP : Je te laisse décider de sa réponse et de l'endroit vers lequel il nous emmène, tu as le droit d'utiliser mon perso pour le cogner éventuellement en plus du tien ^^ )


"Suckas Needs Bodyguards."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 09/01/2017
Messages : 34
Localisations : Métropolis
MessagePosté le: Ven 7 Juil - 16:13
Ma planque quelle planque?

Tom, si j'étais toi je me mettrais à parler.

,Mais je ne comprends pas ce qu'il veut. Je, je ne suis pas dans un gang, bordel je suis même pas noir.

Ouf... c'est raciste ça.

Non, mais, ce n’est pas ce que je voulais dire.

Freight Train secoua un peu plus Tom Dawson.

Je vais être plus clair. La drogue dans la rue... Tockman, c'est lui qu'on veut ou planque-t-il sa came?

Tockman? Vous voulez vous en prendre à Clock King? mais vous êtes dingue?

Oui particulièrement, alors tu veux te mettre ces deux dingues à dos?

Écoutez, je ne travaille pas pour Clock King, enfin je ne travaille pour personne... enfin si. Je fais des boulots pour tout le monde, mais personne ne veut de moi dans son groupe alors je ne sais vraiment pas grand-chose.

Commence par ce que tu sais...

Clock King, il a deux places ou il traîne. Il a une boutique d'horlogerie sur la rue Fischer, à quelques rues du bord à la limite du territoire du cartel. Vous savez le "king" de l'horlogerie. Le bâtiment vert bonbon à la menthe avec un néon en forme d'Elvis Presley. Bon c'est à lui, ça lui sert à blanchir de l'argent. Il y a jamais personne ou presque dans sa boutique, mais apparemment il fait des ventes "web", mais entre vous et moi, vous connaissez beaucoup de boutique d'horlogerie dans un quartier pourri qui vent des horloges grand-père à 6000$ et ça plusieurs fois par mois?

Karate Kid se félicitait de la personne qu'ils avaient choisie à interroger. Tom "blabbermouth" Dawson était un petit malfrat et malgré que les héros l'ignoraient encore, c'était un petit malfrat sans envergure qui avait la réputation d'être une balance. Alors peu de gens lui faisaient réellement confiance et pourtant, il réussissait toujours à avoir des petits boulots dans les différents gangs des slums. Rien de bien important, rien qui pourrait mettre la police sur le dos des grands chefs, surtout aucune preuve que des ouïes-dires que la police ne pouvait pas exploiter, mais FReight Train et Karate Kid n'était pas la police et ils se contenteraient très bien des ouïes-dire.

Le deuxième endroit Dawson...

Le club aux limites des autres quartiers de métropoles. Le "Right on time", vous savez cette boîte de nuit qui a fait exproprié des gens qui gueulait trop pour le bruit. Ça a fait un article dans le Daily Planet. Tous ceux qui chialaient contre le bruit ont été expropriés pour insalubrité. Bon bien, le "right on time" c'est à Clock King aussi. C'est les deux seuls bâtiments qui sont à son nom dans tous les slums. Il a sûrement des sociétés fantômes et autres trucs, mais ça je ne sais pas... si je peux m'en aller maintenant?

Tu as été très coopératif... Oh et en passant, si Clock King nous attend, parce que tu te sens des remords. T’inquiètes qu'on s’assure que tout le monde sache que tu nous as parlé à nous et à la police.

Freight Train lâcha Tom qui prend rapidement les jambes à son coup.

Alors à cette heure tu veux tenter le "king" de l'horlogerie ou plutot le "right on time" ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 23/02/2015
Messages : 207
DC : Godspeed
Localisations : Métropolis Slums


MessagePosté le: Jeu 20 Juil - 11:39
Très vite, le mec se mit à déballer, TOUT déballer. L'odeur d'urine devinrent aussi présente : il s'était fait dessus. Freight Train lâcha un rire gras lorsqu'il constata le petit "incident" de Monsieur, rire qui ne faisait que souligner l'aspect ridicule du gangster. Après que les esprits se soient recentrés sur l'interrogatoire à proprement parler, le malfrat cracha alors ses informations :

Clock King, il a deux places ou il traîne. Il a une boutique d'horlogerie sur la rue Fischer, à quelques rues du bord à la limite du territoire du cartel. Vous savez le "king" de l'horlogerie. Le bâtiment vert bonbon à la menthe avec un néon en forme d'Elvis Presley. Bon c'est à lui, ça lui sert à blanchir de l'argent. Il y a jamais personne ou presque dans sa boutique, mais apparemment il fait des ventes "web", mais entre vous et moi, vous connaissez beaucoup de boutique d'horlogerie dans un quartier pourri qui vent des horloges grand-père à 6000$ et ça plusieurs fois par mois?

Freight Train voyait l'enseigne de cette boutique, qui effectivement, paraissait trop chic pour le quartier. D'ailleurs il s'était toujours demandé comment pouvait-elle se retrouver encore ouverte, sachant, compte tenu des bourses des habitants, aucun ne pourrait s'acheter l'une de ses horloges. A part quelques cols blancs, ayant des liens et une réputation pour le moins louche, cet endroit semblait être destiné à un être une antre à malfrats. Mais l'autre endroit était aussi intéressant.

Le club aux limites des autres quartiers de métropoles. Le "Right on time", vous savez cette boîte de nuit qui a fait exproprié des gens qui gueulait trop pour le bruit. Ça a fait un article dans le Daily Planet. Tous ceux qui chialaient contre le bruit ont été expropriés pour insalubrité. Bon bien, le "right on time" c'est à Clock King aussi. C'est les deux seuls bâtiments qui sont à son nom dans tous les slums. Il a sûrement des sociétés fantômes et autres trucs, mais ça je ne sais pas... si je peux m'en aller maintenant?


Un club ? A vrai dire, ce club aussi pouvait être intéressant, il pourrait servir de quartier général audit "Clock King", tandis que l'autre, l'horlogerie, pourrait servir de "dépôt", ou "banque", aussi ironique que cela puisse paraître.


Tu as été très coopératif... Oh et en passant, si Clock King nous attend, parce que tu te sens des remords. T’inquiètes qu'on s’assure que tout le monde sache que tu nous as parlé à nous et à la police.


Mais il fallait prendre une décision, quoi qu'il fallait peut-être déjà relâcher le pauvre type, si on ne voulait pas qu'il inonde de pisse les godasses de deux justiciers. Freight le lâcha au sol, et le bonhomme se retrouva les fesses par terre. Mais sans attendre, il prit les jambes à son coup.


Alors à cette heure tu veux tenter le "king" de l'horlogerie ou plutot le "right on time" ?

- Tu sais ce que me disais ma mère ? "Taper dans l'argent des criminels, c'est plus efficace que les mettre dans le panier à salade !" Et je pense que l'horlogerie pourrait servir de "dépôt" si tu vois ce que je veut dire, il me parait donc évident de taper directement dans les finances de Monsieur King non ?


Il tira une boufée de son cigare, et lâcha un râle en regardant ces chaussures :

- Tom m'avait bien pissé dessus ...


"Suckas Needs Bodyguards."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 09/01/2017
Messages : 34
Localisations : Métropolis
MessagePosté le: Ven 21 Juil - 3:16
Freight Train proposa de cibler l'horlogerie qui était clairement une façade. Certes c'était judicieux frapper l'argent, mais Karate Kid ne savait pas trop. Il avait de l'intérêt à casser Clock King, mais en même temps, il lui semblait peut-être plus judicieux d'aller se présenter au dit gangster. S'il voulait assainir ce quartier, il allait falloir plus que des petits gestes, il allait devoir avoir de l'éclat.

De plus, Val avait toujours au travers de la gorge le coup du cartel. Ils auraient du frapper plus haut, ils avaient attaqué la marchandise et au final, c'est eux qui avait l'air des minables dans l'histoire. Un autre incident dans un "commerce" du quartier pousserait sûrement les flics à s'intéresser à eux. Surtout, si on croyait que ceux-ci avaient les mains liées à quelqu'un supportant soit le Black Gang, soit le cartel. Leur seule solution était d'avoir les gens du quartier de leur côté et malheureusement pour le moment ce n’était pas le cas.

Je pencherais plutôt pour le "Right on Time". Juste aller voir ce fameux Tockman, lui faire savoir qu'on a les yeux sur lui. Tu sais quelques choses d'éclatant pour que les gens du quartier sachent qu'on n’est pas les tarés qui brûle les business locaux. La mauvaise presse du Cartel pourrait nous faire bien mal, surtout si on décide de jouer "ceci" de manière fréquente.

Certes, il y avait déjà le patron du bar, mais ils n'étaient que deux types qui avaient créé une bagarre rien de plus. Ils devaient clairement se faire un nom et bien que Val préférait fortement l'ombre à la lumière, il savait que les gens "dans l'ombre" étaient souvent associés à des gens qui avait quelques choses à cacher. Le quartier n’avait assez de problèmes avec ce genre de personne sans avoir deux "lunatiques" de plus. Il savait qu'en faisant cela, il mettait le coloc de Freight Train en danger et le Dojo de Richard Dragon aussi en danger. Cependant, Richard Dragon savait se défendre et pour le coloc de Freight Train quelques choses disaient à Val qu'il savait dans quoi il s'embarquait en prenant Éric comme coloc.

Il sera toujours temps de braquer son horlogerie une autre fois. Mais tu sais je crois qu'il serait fortement le temps que les qui contrôle se quartier, sache que nous sommes là. Enfin, si on décide qu'on... joue les héros.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 23/02/2015
Messages : 207
DC : Godspeed
Localisations : Métropolis Slums


MessagePosté le: Mer 26 Juil - 14:15
Je pencherais plutôt pour le "Right on Time". Juste aller voir ce fameux Tockman, lui faire savoir qu'on a les yeux sur lui. Tu sais quelques choses d'éclatant pour que les gens du quartier sachent qu'on n’est pas les tarés qui brûle les business locaux. La mauvaise presse du Cartel pourrait nous faire bien mal, surtout si on décide de jouer "ceci" de manière fréquente.

Les deux héros semblaient être en désaccord, mais Karaté Kid marquait un point, peut-être était-t-il temps qu'ils sortent de l'ombre, même si cela voulait dire pour Eric qu'il allait devoir sortir de sa zone de confort. Mais comme Val était dans la même situation que lui, à savoir une identité publique, les deux héros affronterait donc ensemble ce qui allait suivre.

Il sera toujours temps de braquer son horlogerie une autre fois. Mais tu sais je crois qu'il serait fortement le temps que les qui contrôle se quartier, sache que nous sommes là. Enfin, si on décide qu'on... joue les héros

Eric finit donc par acquiescer aux dires de Val :

- Tu as raison, il sera sûrement temps de sortir de l'ombre, montrer aux gens qu'il n'existe pas que Superman, qui ne regarde pas les Slums. Il est temps de montrer aux Slums qu'ils ont eux aussi des héros. Des héros prêts à les défendre, prêts à combattre le crime pour eux, pour ramener paix et prospérité.

Freight Train plaça un main derrière sa tête et lâcha un rire gêné :

- Je ne penserais pas dire ça un jour ah ah !


Retrouvant son sérieux, Eric lâcha dès lors :

- Très bien, dans ce cas-là, en route vers le Right On Time !

Les deux héros attrapèrent le premier taxi et grimpèrent dedans, histoire d'aller au plus vite, et à vrai dire, pour se faire connaître, rien de mieux que prendre le taxi non ? Après, il faut reconnaître que le chauffeur lâcha un drôle de regard en voyant les deux héros rentrer dans sa voiture, mais tant qu'ils n'avaient pas de voiture à proprement parler, il fallait bien trouver un moyen de se déplacer non ?
Ils se rendirent donc à quelques maisons du Right On Time, où il établirent un plan :


- On fait comme d'habitude partenaire ? Je fonce par la porte de devant, et toi par les airs ?


"Suckas Needs Bodyguards."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 09/01/2017
Messages : 34
Localisations : Métropolis
MessagePosté le: Mer 26 Juil - 16:29
Assis dans le taxi avec Freight Train ils tentèrent d'élaborer une stratégie.

En fait, il va sûrement y avoir beaucoup de monde et beaucoup de civils. Je pense qu'on devrait entrer par la porte comme des gens "normaux". Puis bon si les videurs ne nous laissent pas entrés on s'invite. On se mêle à la foule.

Mais tu sais si on se dévoile, il y aura des impacts. Sur Richard, sur ton colocataire, sur l'infirmière qui nous a soignés. Nous allons les exposer. Je n'ai pas de problème avec ça en soi, car je sais que Richard Dragon peut se défendre... Enfin je voulais juste le dire..

Sinon, chauffeur vous connaissez le Right on Time?


Le conducteur qui jusque là se contentait de suivre la route sans réelle attention sur ses clients. Par sagesse ou simplement par désintérêt se sentit interpellé.

Le club? Oui je fais un gros chiffre d'affaires en ramenant les gens en fin de soirée pourquoi?

C'est quel genre de club?


Oh, c'est très bien. Très populaire, un gros plancher de danse, une mezzanine avec chaise et table. Il y a même un DJ sur place en permanence pour l'ambiance. Les clients sont nombreux et heureux. Bon après il paraît qu'il se trame des trucs louches, mais c'est que des ouïes-dire à cause du propriétaire, parce que moi je n’ai jamais ramené des gens qui avait eu des problèmes.

Karate Kid souris en entendant la description il avait une idée. Baissant le ton pour pas que le conducteur du Taxi entende, il reprit sa conversation avec FReight Train.

Un DJ, ça veut dire un micro. Quoi de mieux pour se présenté qu'un grand colosse au micro qui fini son petit discours d'avertissement à Clock King que de "dropper le mic".

Non mais plus sérieusement, on a une scène et un public, il faut profiter de cela. Je veux qu'il panique, qu'il appelle ses contacts, qu'il fasse de nous une cible. Il fera des erreurs, et c'est comme ça qu'on pourra le faire coincer. Il ne suffit pas de se débarrasser de Tockman, si on veut faire tomber son business, on doit le coincer et l'envoyé en tôle. On doit exposer son business et détruire son nom. Sinon, il y aura simplement un remplaçant et aucune conséquence réelle.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 23/02/2015
Messages : 207
DC : Godspeed
Localisations : Métropolis Slums


MessagePosté le: Jeu 27 Juil - 12:20
- Effectivement, il y aura du monde, ça peut-être dangereux pour eux, mais un certain avantage pour nous, je pense qu'on pourra se faufiler sans causer de vrais troubles. Sauf éventuellement à l'entrée, si l'un des videurs nous empêche d'entrer et à vrai dire ....

Puis il écouta Val sur les craintes de se réveler au monde entier :

- Effectivement, il y a un risque pour eux. Mais je pense qu'ils ne nous en voudront pas. Après tout, Jackson et Meredith attendent ce moment depuis des lustres. Depuis que j'ai su m'entourer des bonnes personnes et revenir sur le droit chemin. Je ne sais pas de ton côté, mais moi, je ne suis pas terrorisé pour le moment. J'ai certes peur pour mes amis, mais je pense que nous trouverons une autre façon de vivre.


Il jeta un regard vers les blocs qui défilaient, puis reprit :

- Je pense que les Slums ont besoin d'être défendu par des individus qu'ils connaissent. Des gars comme moi qui ont grandi parmi eux, et des mecs comme toi qu'il leur vient en aide dans la vie de tout les jours. Il faut qu'on montre qu'au delà du regard de Superman, d'autres hommes et femmes se léveront pour les protéger.

Le taxi s'arrêta, et Val exposa un court plan :

Un DJ, ça veut dire un micro. Quoi de mieux pour se présenté qu'un grand colosse au micro qui fini son petit discours d'avertissement à Clock King que de "dropper le mic".

Les yeux d'Eric s'écarquillèrent, avant qu'un immense sourire se dessine sur son visage :


Non mais plus sérieusement, on a une scène et un public, il faut profiter de cela. Je veux qu'il panique, qu'il appelle ses contacts, qu'il fasse de nous une cible. Il fera des erreurs, et c'est comme ça qu'on pourra le faire coincer. Il ne suffit pas de se débarrasser de Tockman, si on veut faire tomber son business, on doit le coincer et l'envoyé en tôle. On doit exposer son business et détruire son nom. Sinon, il y aura simplement un remplaçant et aucune conséquence réelle.


- Tu me demandes de prendre le micro pour l'annonce ? T'as ton homme, partenaire ! S'il faut ça pour s'annoncer, aucun problème là dessus !

Ils commencèrent à sortir du taxi, et s'avancèrent vers l'entrée de la boîte. Des néons lumineux flashs, une espèce de pseudo tapis rouge pour rentrer, et une énorme file d'attente. Même s'il fallait attendre une dizaine de minutes Eric se disait qu'il valait mieux la jouer fine pour le moment. Ils attendèrent jusqu'à que le videur arrive devant eux :

- Cartes d'identité s'il vous plaît.

Eric sortit de sa poche une fausse carte, quelque vestiges de ses anciens jobs, le videur regarda la carte avec un certain oeil, avant de lui rendre sans broncher, puis, il se tourna vers Val :

- Votre carte m'sieur.


"Suckas Needs Bodyguards."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 09/01/2017
Messages : 34
Localisations : Métropolis
MessagePosté le: Jeu 27 Juil - 14:46
Arrivé au club on leur demanda des papiers. Éric présenta les siens sans bronché, puis vint son tour. L'un des avantages d'avoir déjà fait partie de la légion était d'avoir des papiers internationaux et intergalactiques. Ce n'était pas des papiers "légaux" du moins aux USA de cette époque, mais ils étaient en règle. En fait, aux yeux de la personne qui les regarde, il reflétait le modèle qu'il était habitué de voir, ainsi que les caractéristiques du porteur dans la bonne langue. Par exemple, si un thanagarien présentait ses papiers cela allait être écrit : Thanagar. Fort heureusement pour Val, il était natif de la terre et avait la nationalité japonaise ET américaine. Donc dans l'oeil du videur les papiers avaient l'air américains. Certes avec une observation plus poussée il pourrait voir quelques incohérences, mais ce n'était pas un agent de l'immigration, c'était un videur dans un bar.

Merci, amusez-vous. Dis le videur en ouvrant la porte à Val et Éric.

Val entra rapidement suivi d'Éric. La musique qu'on entendait déjà de l'extérieur était assourdissante à l'intérieur. Tout était fait pour enivrer la clientèle. La lumière flashait de quoi provoqué une crise épilepsie et le DJ faisait tous les clichés associés à la mauvaise musique de cette période. Val se demandait combien de temps aller passé avant que l'électronique soit abandonnée pour revenir au vrai son, comme dans son époque. Enfin, ils étaient entrés.

Il remarqua rapidement que le taxi n'avait pas menti. En entrant, il y avait un petit corridor, mais rapidement on voyait l'ensemble de la place. C'était créé pour en mettre plein la vue. Le plancher de danse était plein à craquer et ils étaient à peine en début de soirée. On pouvait voir tout de suite à droite un escalier pour monter à la mezzanine puis un autre juste à côté écrit privé avec un videur en avant, probablement l'endroit pour monter à la loge de Clock King. Selon l'emplacement de l'escalier, on pouvait voir que la loge donnait directement face à la scène et au plancher de danse afin que celui-ci puisse profiter pleinement du spectacle. De plus la présence du videur signifiait que la loge était occupée... Tockman devait être présent. Le plancher de danse se terminé par une immense scène probablement conçus pour des prestations live, mais qui en ce moment était habité par un DJ un peu débile qui ne cessait de dire : "Woot, Woot" dans son micro toutes les 22 secondes. Val s'approcha un peu de Éric et parla pour se faire comprendre.

Va directement au DJ en passant par le plancher de danse. Je vais rester ici, si des videurs s'en mêle je pourrai les intercepter rapidement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 23/02/2015
Messages : 207
DC : Godspeed
Localisations : Métropolis Slums


MessagePosté le: Jeu 27 Juil - 17:02
Les deux héros rentrèrent dans la boîte de nuit, sans le moindre problème, mais néanmoins, il s'agissait que d'une première étape, le plus dur resterait à faire. L'endroit en lui même ressemblait à une boîte classique, avec sa musique assourdissante, faite de mêmes compilations de rythmes, dans le but de "forcer" les gens à se déhancher furieusement sur la piste de danse. Dans une autre coin, on pouvait voir comme à leur habitude des gorilles aux quatres coins de la boîte, guettant le moindre faux pas, entre la bagarre, et un vendeur qui serait "non-agré". Le vendeur officiel, celui qui bosse pour Clock King, est sûrement dans les coulisses, vu dans quel état sortent les personnes qui vont y faire un tour.

Où était Clock King ? Sûrement à la mezzanine, en train de siroter son petit verre, entourés de gardes du corps armés, et de nombreuses filles, sans l'ombre d'un doute.

Un vrai bazar que nos deux héros s'apprêtaient à démolir, de but en blanc. En rentrant de plein fouet dans la cour des grands cette fois-ci. Val, après avoir observé comme notre colosse les différents points de la boîte, déclara à Eric :


Va directement au DJ en passant par le plancher de danse. Je vais rester ici, si des videurs s'en mêle je pourrai les intercepter rapidement.

- Pas de problème partenaire !


Eric commença alors à tracer sa route vers la grande scène, mais au dernier instant, il fit une légère bifurcation. Il se dirigea vers le bar, pour choper un verre sur la table. Il y arriva sans le moindre problème, et à vrai dire, la populace était tellement démolie aux produits illicites qu'elle ne fit rien. Il faut par ailleurs ajouter que la carure d'Eric était un élément dissuasif en soi.

Il avala le contenu du verre, histoire de se donner un peu de courage, et continua sa marche vers la scène. Il commença à avancer, écartant les gens sur son passage.


- Excusez-moi.


Il finit par arriver face à l'estrade, d'où on pouvait voir le DJ qui s'amusait à hurler comme un damné, levant constamment son micro en l'air, hurlant des mots plus incompréhensibles les uns que les autres. Eric prit alors les devants, et posa ses deux mains sur l'estrade, avant de se hisser vers cette dernière. Presque instantanément, le DJ cru que ce colosse allait sûrement lâcher un pas de danse, mais rien n'en était.

Un vigile, sûrement plus réprobateur par rapport aux autres, se dirigea presque instantanément vers Eric, dans le but sûrement de le reconduire vers la piste. Même si c'était sûrement un bon gars, Eric n'eu pas le choix. Il mima une accolade vers le vigile, tout en lui décochant un coup de poing dans le plexus solaire, ce qui provoqua un affaissement de ce dernier, qui finit par retomber lourdement au sol, inanimé.

Eric profita de cet instant pour frapper la platine d'un coup de poing, explosant le système au passage, et coupant la musique d'un même trait. Le DJ, stupéfait de voir sa table fendue en deux, ne fit rien et resta stoïque, alors que Freight Train attrapa le micro que ce dernier avait dans sa main. Il tapota dessus, alors que les gens, tous surpris par ce qu'il venait de voir, étaient un peu paniqués.

- Désolé pour la table vieux, mais j'en pouvais plus de t'entendre gueuler comme un abruti. En tout cas, bien le bonsoir à vous les Slums ! Avant toute chose, non ce n'est pas un braquage, et ni une prise d'otage. Cette annonce est plutôt à caractère informative.

Il posa le micro sur le pied qui était face à lui et s'alluma son cigare.

- Il s'avère que le bouge dans lequel vous vous trouvez appartient à un caïd, nommé "Clock King". Cet individu empoissonne chaque jour nos enfants dans les cours d'écoles, de basket, et parcs à jeux en leur vendant des saloperies. Ce mec, prends vos mômes, et en fait des tueurs, qui finiront leurs jours en prison. Et lui dans l'histoire ? Qu'est-ce qu'il écope ? Rien. Tout le monde ferme les yeux sur lui. Et est-ce normal ? Est-ce normal que nous, peuple des Slums, nous ne faisons rien face à ce genre d'individus ? HEIN ?

Un silence de mort s'installa, et très vite, plusieurs vigiles commencèrent à se faire un chemin dans la foule, dans le but de faire taire Eric.

- Eh bien, pour moi, ce sera non. Je suis Freight Train. Moi et mon camarade Karate Kid sommes les nouveaux défenseurs des Slums. Les Slums sont sous notre protection à partir de MAINTENANT. Vous vous souvenez du trafic d'humains révélés il y a quelque jours ? C'était nous. A présent, il est temps ...

Il avala une énorme boufée de cigare avant de la lâcher dans l'air, englobant le dessus de sa tête de fumée. Puis il rabaissa son visage, qui lâcha un grand sourire :

- ... d'évacuer la merde de notre quartier.


Eric tendit le bras, et lâcha le micro, dans un silence, alors que la plupart des vigiles l'avaient quasiment rejoint. Eric craqua alors ses phalanges, et lâcha :

- Baston.


"Suckas Needs Bodyguards."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 09/01/2017
Messages : 34
Localisations : Métropolis
MessagePosté le: Jeu 27 Juil - 20:14
Clock King s'avança sur le bord de la rampe de la mezzanine au moment ou Éric prit le micro. Il souriait un peu étrangement en l'écoutant. Puis lorsqu'il finit de parler, il prit la parole.

Que personne ne bouge. Dit-il à ses sbires.

Quel trafic humain? Il n'y a pas ce genre de chose ici. Vous vous croyez où? Vous débarquez chez moi, m'accuser de toute sorte de choses et essayer de vous transformer en héros?

Il se retourna saisi une télécommande et alluma l'écran géant qui donnait sur la scène. Val s'approcha pour mieux voir. Lorsque le film commença, on ne voyait que Éric et Val se battre dans les flammes de l'atelier de Loro Rojo. Il est vrai que le trafic humain n'avait pas été révélé, mais Freight Train n'avait pas du voir les infos tout avait été caché par l'incendie.

Tout ce que je vois moi, c'est deux abrutis qui se battent dans un atelier opéré légalement et qui en plus y mettent le feu avant de s'enfuir. Si vous cherchez de la cocaïne les gars vous feriez mieux d'aller ailleurs, je n’ai pas envie que vous mettiez le feu à mon club.

Val sentait que les choses tournaient mal, car les gens sur le plancher de danse semblaient rire des blagues. Puis dans l'assistance quelqu'un cria.

C'est à cause de vous que mon frère a perdu son emploi. Il travaillait chez Loro Rojo.

La foule étant trop dense pour voir de qui venait le crie, mais il fut suivie de quelques murmures réprobateurs. Les emplois étaient rares dans le quartier particulièrement ceux avec une mutuelle. C'était le cas chez Loro Rojo qui bien qu'il appartenait au Cartel avait quelques employés légaux à son actif. Pour créer l'impression d'être un vrai atelier de bateau, il fallait bien réparer quelques bateaux.

Alors vous êtes venu ici réduire mon club en cendre et mettre mon staff au chômage? Freight Train reçu quelques regards réprobateurs de la part de serveuses et du DJ.

Barrez-vous avant que j'appelle la police !

Puis il fit signe que l'on repart la musique. Quelqu'un partit des pièces préenregistrées. Du fond de l'endroit Karate Kid essaya de faire signe à Eric de venir le retrouver en arrière. Mieux valait ne pas traîner trop longtemps dans le Right on Time. Ils voulaient bien paraître et ça s'était retourné contre eux. Le problème majeur que venait de dévoiler cette information c'est que le Cartel ET le Black Gang venaient de collaborer. Quelques choses n'étaient pas normales, quelques choses de plus grandes se jouaient. Quelqu'un était définitivement au centre de tout ça.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 23/02/2015
Messages : 207
DC : Godspeed
Localisations : Métropolis Slums


MessagePosté le: Lun 31 Juil - 15:32
Face à ce brutal changement de situation, Freight Train se figea. Il se disait :

* Mais qu'est-ce que c'est que ce bordel ? *

Foncer comme un forain n'avait pas été la bonne solution au final. Il resta hébété devant les différentes images qu'on lui délivrait, et en un rien de temps, la populace en place s'était finalement foutu de leurs gueule. Pour ainsi dire, Eric s'était tout bêtement ridiculisé dans l'affaire. Il sentit que les différentes personnes cherchait à le faire sortir de la scène, et s'il restait plus longtemps, tout ceci allait déraper en pugilat. Même si l'envie l'en démangeait, il serra le poing, et commença à faire demi-tour.

- Barre toi de là, taré !

- Ouais casse-toi, on veut plus te voir !


Eric lâcha un cri de rage, et frappa dans le mur. Ce dernier se fissura, puis il hurla :

- La prochaine fois, t'auras plus de dents, horloger de mes deux.

Même si cette action pouvait paraître puérile, Eric en avait besoin, il se sentait obligé d'exprimer sa frustration, sa haine envers ce type, le toisait et se moquait de lui. Néanmoins, il finit par s'avancer derrière la scène, et croisa Karaté Kid. Eric approuva ses paroles :

- Barrons-nous d'ici, on n'a rien à y faire pour le moment. Et à vrai dire, j'ai l'impression qu'on a tapé dans un nid de frelons. Comment ils ont eu les images ? Ils bossent tous ensemble j'ai l'impression.

Il sortirent de la boîte et attrapèrent un taxi, puis au moment de monter à l'intérieur, Eric regarda une dernière fois la boîte, avant de s'engouffrer dans le véhicule. Alors que le véhicule s'éloigna peu à peu de la boîte, Eric sentit son estomac gargouiller :

- On prends chinois, partenaire ?

Il lui lâcha un léger rire, malgré leur échec, Eric savait qu'ils n'en resterait pas là.

*******************************************************

Clock King, après avoir vu le numéro des deux clowns, sentit son téléphone vibrer. Il y jeta un oeil, et devint légèrement pâle en voyant le nom du contact. Il décrocha :

- Allô ?

La suite de la conversation s'enchaîna sur des "Oui, monsieur", et un stress visible sur le visage de Clock King. A la fin de cette dernière, Clock King raccrocha, et lança :

- Quelque chose me dit qu'on est loin d'en avoir fini avec ces deux abrutis ...


A suivre ....


"Suckas Needs Bodyguards."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Rock Around the Clock (ft Karaté Kid)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [JEU] ROCK BAND : Jouer avec plusieurs instrument sur son HD2 [Payant]
» Bleach 419 - Deicide21 [Transcendent God Rock]
» Fan club Rock Lee
» (J-Rock) Acid Black Cherry
» Karaté kid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Metropolis en ruines :: Suicide Slums-