[Year of Evil] European Strike !

Per Degaton
Per Degaton
Super-Vilains
Inscription : 03/07/2019
Messages : 122
DC : Anton Arcane
Localisations : Le Temps.

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Lun 2 Déc 2019 - 8:47
Spoiler:
 
2019.

Les voitures blindées et leurs lourds cortèges traversent la ville depuis l'aéroport le plus proche. De l'autre côté des vitres fumées, Bruxelles frissonne sous le vent d'un mois de décembre naissant. Le ciel est blanc, comme si la neige suspendait sa glaçante arrivée aux graves décisions qui allaient se prendre. Le bâtiment Europa, siège du premier ministre de la nation belge attend de sa hauteur que ses invités arrivent. A ses pieds se masse déjà une horde de journalistes laissés derrière les barricades protégées par les forces de l'ordre. 28 dirigeants qui décideront des grandes orientations de l'Union Européenne accompagnés d'une poignée d'observateurs non gouvernementaux, de lobbyistes et d'un représentant des Nations Unies convié spécialement. Les sujets sont nombreux, complexes et dimensionnant pour le vieux continent.

Plus loin, les froides eaux de la Senne clapotaient de leur langueur hivernale, profitant des dernières précipitations pour se hisser et, comme une amie gourmande, observer un peu de cette vie terrestre qui la flanque. Elle peut y mirer le reflet d'une vie qui se cherche. Les illuminations sont nombreuses et les magasins vêtus d'or et de rouge pour vaincre le gris et le blanc qui dominent comme de coutume les fins d'année émerveillent les passants.

Les familles profitent en cette journée des marchés traditionnels qui poussent un peu partout comme autant de champignons dans cette forêt consumériste. L'occasion est trop belle d'oublier un peu les malheurs de ce monde. Les images d'un Saint Nicolas ou d'un Père Noël remplacent les affiches usées de Darkseid et de ses sbires ou de la chasse aux sorcières qui s'en est suivie. On oublie rapidement les incursions infernales qui frappent le continent dans ses régions les plus reculées ; on oublie les reportages chocs de Loïs Lane au Mexique ; l'Atlantide parait irréelle depuis ses devantures où s'alignent des animatronics qui laissent planer l'insouciance et le rêve. On s'achète des châtaignes grillées et des sucreries pour effacer l'amertume de l'épée de Damoclès que Luthor fait lourdement peser sur le Monde. On ne parle plus de Coast City même si les gerbes de fleurs sont toujours posées sur les monuments aux Morts, en hommage aux victimes, on y pense d'un regard, on s'efface d'un coup de carte bleue.

On cherche à soigner son âme coupable par quelques oboles à des banque alimentaires, des médecins qui bravent les guerres ou des associations qui financent l'alphabétisation. Rien n'est de trop en ce temps si court.

Le monde est choc et oubli. Un va-et-vient incessant entre conscience et déni.

Mais décembre est un mois de paix. Dans 24 jours, la fête qui un temps vainc les frimas et la déprime d'une absence de Soleil. Mais 24 jours peuvent paraitre une éternité.

Un nouvel avion privé se pose sur le tarmac de l'aéroport, un nouveau chef d'Etat arrive. Le balais des grands de ce monde continue devant le manège coloré de la ville.

***

1995.

L'homme visite l'appartement sans trop regarder, l'agent n'est pas surpris car une telle vente se conclura vite, le quartier Européen de Bruxelles est très attractif.

L'homme hoche de la tête et ouvre sa malette, la somme en liquide exacte y est entreposée, plus une commission pour discrétion.

Encore un barbouze, songea le vendeur en sortant de l'immeuble, une lourde enveloppe dans son imperméable, une mallette soigneusement fermée à la main.

Le nouvel acquéreur se poste devant une fenêtre et observe d'un oeil amusé le bâtiment Europa. Il enlève son manteau le temps de se poser un peu. Un "D" rouge se reflète alors dans la vitre morne.

***

1999.

Autre visite. Voyez le chauffage ; vue imprenable sur le bâtiment Europa ; excellent si vous travailler pour la presse monsieur. On se serre la main, du cash, toujours, c'est un peu embêtant vous savez, faut recomptez et ... une enveloppe, une nouvelle poignée de main. On se quitte.

***

2002.

Vous avez admiré cette vue sur le Parc Léopold ? Impressionnant non ? Rare un coin de verdure dans une ville aussi prospère et...

Cinq minutes plus tard, une signature, un virement depuis un compte des îles Caîman.

Nouveaux bruits de bottes dans les escaliers...

***


2005.... 2006.... 2007.

De nouvelles signatures s'enchaînent.

***

2019.

Les appartements étaient un rien bruyant la semaine dernière non ?

Un "Enfant de Degaton" bougeait ses meubles. Quelques immeubles plus loin un autre faisait de même.

Le Bâtiment Europa était le siège de l'administration financière de belgique, mais aujourd'hui elle servait aussi et surtout de réceptacle à l'avenir.

Le parc Léopolod, lui, était flanqué en une extrémité par le lourd et impressionnant Parlement Européen. Lui aussi était en effervescence. Nouvelles session extraordinaire. Si les chefs d'Etats devaient décider de nombreux engagements immédiats, le parlement, lui, avait affaire avec une séance de concrétisation d'un projet de loi particulièrement épineux : une loi sur les méta-humains et l'aide humanitaire que l'Europe pourrait débloquer au profit de l'étrange et gênante Mosaïc. Séance houleuse en perspective.

Mais tandis que les parlementaires se réunissaient sous le regard de policiers et de militaires déployés pour l'occasion, de nouveaux meubles étaient déplacés. Des voisins se plaignirent un peu, au début, heureusement, cela se calma.

Six appartements stratégiquement choisis au travers du temps par un tyran, hélas stratège, hélas mégalomane, virent leurs salons parfaitement vidés. Seul restait en leur centre une étrange dispositif fait de câbles, d'appareils électroniques de pointe qui n'avaient pas encore été inventés et d'une dizaines d'ordinateurs aux processeurs qui défiaient présentement la science. Degaton savait piocher dans le temps et son passé de scientifique lui permettait d'en tirer le meilleur.

***

Assis sur un banc dans le froid, vêtu d'un lourd manteau de cuir noir, Degaton attend. Un sourire affreux le dévisage alors qu'il observe le fantastique Atomium de la ville de Bruxelles, à l'exact opposé de ses cibles certes, mais la guerre est aussi et surtout affaire de symboles.

Il sent monter en lui l'extase de ce moment tant préparé.

***

1808. Aux alentours de Paris.

Des femmes et des enfants de la noblesse d'Empire jouent dans les jardins d'un magnifique château. Près du pique-nique préparé avec soin, une table a été rapidement dressée, dessus, une carte de Bruxelles de 2019, annotée avec précision. Trois officiers vêtus à la mode de l'époque parlent avec leur lourd accent allemand hérité des années 30. Au milieu d'eux, Per affiche ses objectifs. Tous coordonnent, pensent, songent à cette attaque future...

Future pour eux...

Future pour les enfants uniformément blonds qui les entourent...

Future pour ces femmes insouciantes qui jouent dans les lacs où glissent paresseusement des cygnes repus du pain qu'on leur jette quotidiennement...

Future pour ces serviteurs inconscients qui servent et abreuvent la lie d'un monde dont l'Histoire ne parvient pas à se débarrasser.

***

2019.

Un nouveau coup de vent fouette le visage de Per mais il ne sent pas les aiguilles qu'il devrait sentir. Tout ceci est trop excitant, tout ceci est trop bien calculé pour échouer.

28 délégations formées d'un chef d'état, de son ministre des affaires étrangères et de son ministre des finances. Les traducteurs étaient en bonus.
751 parlementaires, hélas en ce jour, seulement 698.
Des hordes de journalistes.
Des policiers et des militaires non entraînés à ce qui les attend.

Comment ne pas se sentir grisé de toute cette agitation dans l'air ? Comment ne pas frissonner d'extase d'entendre les sirènes de police qui escortent des dignitaires ? Comment enfin ne pas sourire de sentir des années de préparation trouver ici leur conclusion ?

***

- Les pertes doivent être contenues, avait déclaré le Voyageur à ses officiers qui portaient présentement son brassard en lieu et place de leur svatiska penchée habituelle. Deux vagues. Une première pour un assaut rapide et un maximum de dégât. La seconde, plus lourde, pour tenir à distance l'ennemi lorsqu'il tentera une manœuvre. La première sera à T+10. La seconde sera prête au commandement. Le T0 sera donné par l'Atomium.

Claquements de bottes, bras levés.

***

Peu de criminels avaient répondu à l'appel, mais était-ce grave ? Il ne serait que plus délectable de les retrouver ramper pour avoir des miettes de cette victoire. Ceux qui étaient aujourd'hui présents auraient leurs bonnes parts et s'élèveraient au dessus de cette masse égoïste et imbécile.

Vandal Savage allait comprendre que la course avait commencé. Luthor allait comprendre que quelqu'un allait discipliner ce monde comme il était nécessaire. Les justiciers trembleront de cette puissance si soudaine, comprenant qu'ils seraient les prochains. Ils ne pourront que constater leur impuissance face aux bouleversements qui s'amorceront ! Car après le choc, la réaction et avec elle la naissance d'un nouveau moned.

Il avait rencontré ce cher Polaris, un lieutenant efficace, sans nul doute fidèle tant qu'il y trouverait son compte, mais trop utile pour être dédaigné. Leur synchronisation fut une formalité. Il aurait le privilège du T0, Degaton du premier sang.

Et, sur ce banc, tandis qu'il portait sa montre bracelet à son regard, Per devint étrangement calme. L'excitation, cette légère pointe de stress, tout se dissipa. Le T0 approchait.

Il se leva.

Dans les différents appartements les équipements s'allumèrent en douceur. Les troupes de chocs du premier assaut apparurent. Six groupes de quinze soldats, armés pour un assaut rapide et un maximum de dégâts humains. Autant attendaient dans l'Histoire pour la seconde vague, mais avec un équipement beaucoup plus lourd et plus dangereux qui frapperait le coeur des hommes...

Le dernier véhicule des chefs d'Etat venait de déposer leur fardeau, le président du parlement se hissait à sa tribune tandis que les 698 députés présents faisaient silence.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Queen of Fable
Queen of Fable
Super-Vilains
Inscription : 24/11/2019
Messages : 14
Localisations : Dans des livres...
MessagePosté le: Lun 2 Déc 2019 - 13:40
Trois coups puissants furent portés contre la porte des appartements royaux et cette dernière s'ouvrit d'elle même comme par enchantement, laissant s'engouffrer un lapin grisonnant au pelage noir. Celui ci, encastré dans une cuirasse recouvrant la partie supérieure de son vieillissant corps, avançait avec peine, s'appuyant sur une canne richement décorée.

Toc... Toc... Toc...

Le choc de l'extrémité de l'accessoire contre les dalles de marbres du Château résonnait dans les vastes salles de ce dernier. Puis soudainement il cessa. Le vieil animal s'inclina bien bas, autant que sa pièce d'armure et son grand âge le lui permettait. Face à lui, un large fauteuil dont il ne voyait que l'arrière ainsi qu'un bras s'appuyant sur l'un des accoudoirs, tenant un verre de vin à moitié rempli au dessus du vide.

"Votre majesté... Les derniers préparatifs ont étés achevés comme vous l'avez ordonnée. L'Ost a levé le camp et se tient prêt à marcher pour reprendre le dû de la Couronne."

Un sourire se dessina sur le blanc visage de la Reine Tsarine, qui, affalée dans son royal fauteuil, se contemplait dans un miroir.

"Fort bien. Et la cour ? Vos homologues sont-ils prêt à s'illustrer sur les champs d'honneurs ? Vous de même Messire Duc ?"

Questionna la Reine sans même offrir un regard à l'aristocrate se tenant toujours aussi bas qu'il le pouvait, ce au nom du protocole.

"Vos vassaux brûlent de pouvoir s'illustrer dans cette glorieuse campagne Majesté... Des rats aux ours, tous ont mis leurs querelles en suspens afin de faire front commun. Nous sommes vos humbles serviteurs et les intérêts de votre Majesté sont les nôtres."

Et tandis que le loyal sang bleu prononçait ces paroles ci, sa Majesté, plus que satisfaite acheva le contenu de son verre, et d'un geste de la main commanda à son vassal de se relever, tandis qu'elle faisait de même, quittant le confort de son siège.

"Parfait... Tout est parfait. Ne perdons pas plus de temps en ce cas... Nos braves doivent s'impatienter en bas.


Le lapin acquiesça d'un signe de la tête, et sans plus attendre, se lança à la suite de sa Suzeraine qui déjà entamait sa marche au sein des imposants couloirs du château.

*****


La vallée cerclée de montagne avait bien changée au cours de ces derniers mois. Les versants autrefois boisés étaient désormais dépourvus de toute végétation, seul quelques troncs abattus trainaient encore ça et là aux côtés de quelques rares pousses préservés et de rochers couverts de mousse. Dans un même temps, les rivières qui couraient dans la plaine plus bas avaient étés asséchés, plus une goutte d'eau ne circulait. Et pour ce qui était de la mer de tentes qui recouvrait l'ensemble des terres avait disparue, les feux de camps que l'on avait pu trouver ça et là n'étaient plus que des tas de cendres éteintes tandis que la large palissade qui cerclait l'ensemble du camp avait été abattu.

En lieu et place de tout ceci se trouvait une immense masse... Un ost colossal... Une armée comme l'on en avait point vue en ces terres de fantaisie depuis fort longtemps. Au sein de ce vaste ensemble tout droit sortie d'une obscure histoire mêlant armoire, lion magique, sorcière de glace et royaumes humains, il ressortait clairement que cette force imposante était divisée elle même en deux groupes.

D'un côté, une assemblée de créatures toutes plus fantastiques les unes que les autres, comprenant des centaures, des faunes, des satyres, des lycans, des nains, des minotaures, des géants, des griffons, des cyclopes et bien d'autres bêtes digne des légendes mythologiques. S'ajoutant à cela bon nombre d'animaux quadrupède dotés de la parole tel que des loups, des renards, des tigres, des léopards et plus encore. En soit, un véritable bestiaire. Ce beau monde ci patientait dans un désordre et une cacophonie des plus totales, hurlements bestiaux, masse informe, voilà ce qui caractérisait ces êtres ci en cette heure.

A l'opposée et faisant face à cette anarchie, des troupes vraisemblablements humaines disposés avec discipline selon des formations plus ou moins complexe. Piquiers, épéistes, arbalétriers, archers, chevaliers, chacun avait son rôle à jouer au sein de cette force régulière à laquelle venait s'ajouter des ingénieurs et quelques merveilles de mécanique comme des balistes et des trébuchets. Là bas, pas un son ne sortait des rangs, seul les officiers ressortaient de cet ensemble, allant et venant à travers les formations, inspectants rigoureusement leurs forces tel des limiers, traquant la moindre discordance.

Mais en fin de compte, peu importait les différences et éventuelles querelles de tous ces êtres. Tous avaient un rôle à jouer dans l'histoire que sa Majesté écrivait. Tous étaient réunis ici, en ce jour afin d'accomplir SA volonté. Tous attendaient son arrivée... Ce qui ne tarda point.

Les lourdes portes en bois du château s'ouvrirent et tel un seul corps, l'ensemble des forces composant l'armée du royaume des Contes se tournèrent vers celles ci et firent silence. La cour faisait sa sortie, les aristocrates des clans des Lapins, des rats, des renards, des loups, des ours, des lions et de biens autres bêtes sortaient les uns après les autres, arborant une nuée d'emblèmes dont ils étaient fort fiers. Derrière eux, leurs propres gens suivaient de près, hommes d'armes, valets, chevaliers. Il y en avait pour tous les goûts. La classe régnante, la véritable aristocratie. Ceux qui allaient diriger cette puissante armée vers la victoire.

Enfin, la cerise sur le gâteau. Les forces de la garde royale, en soit des chiens bipèdes arborant des armures dorées et brandissant des hallebardes plus grosses qu'eux sortirent à leurs tours en deux rangs, se tournant à un moment donné dans leur avancée afin de se faire face et croiser leurs armes pour former une haie d'honneur. Sous celle ci, un char de guerre en argent tirée par deux ours blanc s'avança, sur ce dernier, la Reine Tsarine. Elle comptait bien se faire voir lors des affrontements... Après tout, c'était pour reprendre ce qui lui appartenait de plein droit qu'elle avait assemblée cet ost... Il serait dommage de ne pas participer. Quoi que à dire vrai elle ne pouvait pas ne pas en faire partie, après tout les règles de l'histoire dont elle se servait pour l'occasion lui commandait d'être sur le champ de bataille elle aussi...

Et qu'elle était l'enjeu de cet affrontement ? L'Europe. Ni plus ni moins, ou tout du moins la Ville de Bruxelle dans un premier temps, le début de la reconquête des territoires dont Tsarine fut Reine autrefois et dont Blanche-Neige la bannie. Il était plus que temps de corriger cet affront. Peu importe l'état des lieux aujourd'hui ou les prétentions des monarques de cette époque, elle allait reprendre le vieux monde et imposer son glorieux règne à celui ci...

Déjà, sa magie refaçonnait les extrémités de la Vallée, ainsi qu'une partie de Bruxelle même, là où se trouvait le Grand Livre des Contes en soit. Ceci de tel manière à créer un passage afin de permettre à son armée de déferler. Il s'agissait là d'une guerre médiévale, ni plus ni moins, la fantaisie contre le réel. Et elle comptait bien l'emporter.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Polaris
Polaris
Super-Vilains
Inscription : 26/09/2019
Messages : 36
DC : Hal Jordan, Sandman, Silver Banshee, Lady Blackhawk
Localisations : Mexique
MessagePosté le: Lun 2 Déc 2019 - 19:33
Spoiler:
 

Bruxelles, Atomium : Décembre 2019

[Year of Evil] European Strike ! 83d7d210

“-Une seconde qu’est ce que vous f…”

[Year of Evil] European Strike ! Sketch12

L’agent de sécurité s’effondre quand une poutre d’acier prélevée sur un chantier voisin lui tombe dessus.

“J’emprunte ce lieu, voilà ce que je fais.”

Polaris jette alors un regard à Per Degaton, surpris qu’il ai décidé de venir là assister au “décollage” de la structure de 2500 tonnes.

“ Je n’étais pas satisfait de ceux dans les boutiques de souvenir.”

Dit alors dans son casque sur lequel il avait fixé un appareil de communication lui permettant de parler avec Degaton. Une sacrée rencontre que ce gars là. Avec lui en un rien de temps il s’était retrouvé l’un des hommes les plus puissants du Mexique. C’était un type réfléchi, un meneur d’homme doublé d’un fin stratège. Sa technologie de voyage dans le temps lui apportait un pouvoir démentiel. Et il avait compris lui, l’utilité de faire front commun, de s’unir contre les justiciers au lieu de chercher à les faire tomber seul. Là dessus ils se retrouvaient bien tous les deux.

Polaris lévite jusqu’à la sphère la plus haute de l’Atomium et y ouvre une brèche en levant un doigt. Une fois à l’intérieur d'une des boules de fer il se pose alors, et regarde Bruxelles devant lui en écartant les bras.

“C’est partit.”

Il se concentre alors en utilisant ses pouvoirs. La structure tremble, il a conscience que la manœuvre est ardue. Il ressent chaque point de rupture, chaque endroit où le monument risquait de se disloquer. Il ferme les yeux. Il ne doit pas le briser il doit le soulever de manière uniforme, appliquer la même force d’attraction sur chaque composant de la reproduction de la maille de cristal de fer au 1/175 milliardième. Les pieds de la structure de 102 mètres de haut finissent par céder et elle s’élève alors doucement tel un ballon gonflé d’hélium dans un bruit sourd de métal déchiré. Polaris ne l’avouerait certainement pas à Degaton, mais il a douté un instant d’y parvenir.

Mais le doute n’avait pas de place dans leur monde. L’échec non plus d’ailleurs. Ils étaient des prédateurs, ils ne luttaient là que pour leur droit légitime à disposer d'une influence sur tous ces faibles. A déterminer leurs lois, leurs règles.


La structure est désormais à une centaine de mètres d’altitude et des doigts commencent à se tourner vers elle. “Que...hein? C’est l’Atomium là bas?” Les téléphones sont de sortie, on photographie, on filme. N’était ce pas une caractéristique de notre époque de garder des images de l’incendie sous nos yeux plutôt que de chercher à l’éteindre? La structure avance silencieusement au dessus de Bruxelles en direction du bâtiment Europa. Devant la fenêtre les yeux désormais bien ouverts et avec une vue imprenable, John Nichol s’adresse à Per Degaton.

“De là je vois qu’il y a des manifestations surnaturelles en ville. Des troupes et des monstres semblent se déverser par des sortes de portails dimensionnels. “

Peut être un allié? Un ennemi? Le temps leur dira.



HJ:
Spoiler:
 


[Year of Evil] European Strike ! 541ful12
Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t6136-fiche-rp-de-hal-jordan-silver-bansh
Arthur Curry
Arthur Curry
Super-Héros
Inscription : 04/10/2019
Messages : 110
DC : Sideways & Resurrection Man
Localisations : Amnesty Bay
JLD

Feuille de personnage
Inventaire:
MessagePosté le: Mer 4 Déc 2019 - 16:58
Arthur Curry n'est plus Roi d'Atlantis.
En revenant après six mois d'absence, supposé mort, il s'est décidé à abdiquer en faveur de son épouse, la Reine Mera. Ce choix, expliqué aux Atlantes comme étant une décision de raison offrant les pleins pouvoirs à une souveraine appréciée tout en garantissant au royaume un protecteur bien plus concentré à sa tâche, n'a pas été une sinécure. Après plusieurs millénaires, la dynastie royale venait de changer de sang, et une nouvelle lignée débutait, en théorie.
Mais ce genre d'affaires prend du temps à s'acter correctement, et c'est pour cela qu'en ce jour de décembre, à Bruxelles, un grand homme blond sort du bassin Vergote, à moitié dévêtu, trident dans une main, harpon pointu à la place de l'autre, le front ceint d'une couronne d'or et de nacré. Un bijou qu'Arthur Curry aurait espéré ne jamais remettre. Mais lorsqu'en plein repos après l'attaque de Slizzath, un communiqué officiel de l'Union Européenne lui avait été envoyé, impossible de ne pas y répondre. Bien qu'encore affaibli, et pas certain de vouloir se montrer mutilé, l'ancien Roi avait accepté l'invitation. Au moins pour servir de témoin et de défense face à ces politiciens terrifiés par la puissance d'Atlantis.

[Year of Evil] European Strike ! V3v7

Paré de tous ses attributs royaux, dont le plus grand étant le Trident de Poséidon, Arthur gagne le Parlement Européen en compagnie d'une troupe de policiers et surtout d'une escorte atlante en armure, lames et armes aquatiques toutefois rangées dans leurs gaines. Il ne s'agit pas de provoquer la peur et la méfiance. Flashs de téléphone. Murmures excités. Rires. La curiosité, l'étonnement et parfois les moqueries des Humains font tressaillir certains gardes, qu'un bref contact télépathique suffit généralement à calmer. Il faut dire que les contacts n'ont jamais été faciles entre la Surface et Atlantis...
Mais c'est le lot de tous les changements de mentalité.
Un jour, les jeunes des deux mondes se demanderont pourquoi leurs ancêtres se sont affrontés, méprisés. Ce jour là, Arthur sera mort, c'est certain. Mais là où il sera, que ce soit le Paradis, l'Enfer ou toute autre "vie après" s'il y a le droit, son âme sera en paix. Ravie.
Malgré les poids qui pèsent sur son esprit, il ne peut lâcher cet espoir, qu'un jour, ses actions prendront sens.

Mais en attendant ces temps glorieux, il reste bien des choses à faire.
Notamment rassurer des dignitaires et chefs d'état européens sur la menace que peut représenter Atlantis. Faire le point sur la dernière crise en date, causes, conséquences, actions mises en place. Et leur prouver que le Royaume qu'ils refusent presque de considérer est un allié de poids, politiquement, technologiquement et militairement.
Vu leur rythme, le trajet jusqu'au Bâtiment Europa, rue de la Loi, ne prend pas bien longtemps. L'immense structure domine les espaces alentours, étrange et mystérieux, tant par son architecture que par les décisions qui sont votées à l'intérieur.

[Year of Evil] European Strike ! Rb0s

L'habitude du grandiose tue les merveilles que peut offrir ce monde, mais Arthur ne peut empêcher un frisson de parcourir son échine. Malgré une situation géostratégique on ne peut plus tendue, cet ensemble de bâtiments en acier, béton et verre renferme la volonté des peuples. En théorie, en tous cas.
Accompagnée de policiers, la délégation Atlante pénètre dans le bâtiment, et va rejoindre sa place légitime, sous l’œil tantôt étonné tantôt agressif des nombreux parlementaires qui vaquent à leurs occupations.


Présentation - Demande de RPs - Relations - Fiche RP - PNJs
[Year of Evil] European Strike ! 2ynk
"I know the oceans better than anyone, but they’re still full of secrets."
"Even to me."
Revenir en haut Aller en bas
http://dc-earth.fra.co/t6707-l-antre-de-mother-shark-arthur-curr http://dc-earth.fra.co/t6706-arthur-curry-the-aquaman
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[Year of Evil] European Strike !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» european hula hoop convention
» Presentation d\'angel ... or evil ^^
» Resident Evil 4 Chainsaw Controller
» RESIDENT EVIL
» Doublage de résident evil à l'arache

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Europe-