[4ML] Bons Baisers de Kahndaq [Suicide Squad]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité

MessagePosté le: Mer 11 Oct 2017 - 9:25

Kahndaq.
Petit pays du Moyen-Orient, situé entre l’Egypte et Israël, oublié dans le concert des nations car considéré comme inutile, minuscule ou trop problématique. Ravagé par Ahk-Ton plus de 1.600 ans avant Jésus-Christ, cet Etat a disparu de la scène internationale après cet événement, ayant depuis subi une lignée de dictateurs brutaux et sadiques, sans que personne ne vienne s’en préoccuper.
Ou presque.

Car si le Kahndaq est globalement méconnu ou oublié, il ne demeure pas sans atout – et sans citoyen d’importance.
L’un d’entre eux, notamment, s’est fait connaître de par le monde, du fait de quelques actions héroïques, mais surtout par la terreur qu’il cause auprès de ceux qui oseraient le contredire.

Black Adam.
Teth-Adam, de son vrai nom, fut un habitant du Kahndaq dont la famille fut anéantie par Ahk-Ton. Cela poussa celui qui était alors le dépositaire de pouvoirs extraordinaires, donnés par le sorcier Shazam, à prendre des mesures abominables pour protéger son pays – avant de les perdre suite à ces abus, et d’être enterré pour des siècles en punition.
Mais Black Adam est sorti.

Et s’il a, un temps, fait partie de la Justice Society of America et protégé globalement le monde, Black Adam s’est depuis replié sur le Kahndaq, dont il a repris le contrôle par la force. Coupant sa Nation du reste de la planète, empêchant toute communication, Black Adam a imposé un régime dictatorial opaque – mais des rumeurs courent.
Des rumeurs actant d’abus. Des rumeurs évoquant des abominations, des armes de destruction massives, tant humaines qu’atlantes. Des rumeurs craignant un génocide.


« OK… tout le monde est en place ? »

Bien loin du Kahndaq, un métahumain important fixe les relevés de satellites du pays de ses yeux brillants qui affichent un regard inquiet…
… car Captain Atom sait que beaucoup est en jeu, ici, et que les modalités d’action sont faibles.

« Nos communications passent par des satellites LexCorps à priori sûrs – mais limitez-les malgré tout. On n’est jamais trop prudent. »

Il soupire, puis glisse son attention sur les signaux des membres du groupe envoyé directement au Kahndaq ; pour l’instant, tout va bien.

« Je vous rappelle l’objectif de la mission : reconnaissance et investigation, rien d’autre. Pas d’intervention. »

Depuis peu, Captain Atom a été nommé à la tête de la Task Force X, le groupe surnommé Suicide Squad pour le peu taux de survie de ceux qui y échouaient. Amanda Waller ayant chuté, il a été évoqué la dissolution de l’équipe, mais le Président Suarez l’a maintenue – en la réformant.
Plus de puce d’autodestruction. Plus d’enlèvement. Plus de chantage.
Les membres du Suicide Squad sont recrutés volontairement, pour des missions dangereuses mais en contrepartie d’éléments importants – argent, pouvoir, ou remise de peine. Leur première sortie a été terrible, mais a été couronnée de succès… ils ont vaincu Faora Hu-Ul, après tout ; même s’ils ignorent qu’ils sont dans l’erreur, le groupe demeure fier de cet exploit.


« Je veux un point de chacun – votre situation, vos découvertes, vos projets. Go. »

Le Kahndaq n’est pas l’Amérique, le domaine d’intervention du Suicide Squad.
Mais l’Amérique est le gendarme du monde – et des gens sont en danger au Kahndaq, d’autant plus qu’un métahumain surpuissant pourrait y préparer le pire. Cela justifie pleinement d’y envoyer l’équipe, en les faisant passer discrètement et individuellement, avec des déguisements.
L’objectif est simple : enquêter et savoir ce qu’il se passe, puis partir pour agir plus tard. Simple, donc, et sans dang…


« Euh, les gars… »

Une voix rauque et pressée s’élève dans leur réseau interne.

« J’crois que j’ai un problème. »

Les satellites se fixent sur l’intervenant, et découvrent qu’il court dans un marché de la capitale, sautant depuis un toit pour tirer sur ses poursuivants…
… dans une attitude bien connue de Grifter, qui vient hélas de perdre sa couverture.
Un membre du Suicide Squad est découvert et en danger. Et alors que Captain Atom analyse la situation pour tenter de trouver une solution, le pire est à venir – car certains membres du groupe risquent de vouloir jouer aux Héros…


(HJ/ Résumé rapide :
- Vous êtes au Kahndaq, arrivés discrètement et sous déguisement : à vous de décrire la venue et le déguisement ;
- Vous avez pour mission d’enquêter et de savoir d’où viennent les rumeurs de génocide dans un pays fermé ;
- Captain Atom vous demande de décrire ce que vous voyez : vous êtes libres ;
- Grifter a été découvert et tire sur des poursuivants : vous pouvez décider de l’aider ou non ;
- Vous avez jusqu’au samedi 21 octobre 2017 pour répondre.
Bon jeu ! /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 11 Oct 2017 - 21:54
Suite de : http://dc-earth.fra.co/t5225-4ml-la-mite-se-releve

En pleine rééducation, Killer Moth reçut une convocation de la part de sa nouvelle équipe : le Suicide Squad qui réclamait ses talents pour se joindre à une mission d'infiltration au Kahndaq. Il reçut pour se préparer un dossier complet sur le pays, son histoire et se renseigna sur la faune locale - notamment celle dotée de six pattes - auprès de ses connaissances du muséum d'Histoire Naturelle de Gotham City. Kahndaq était réputée pour la présence d'Ameles Aegyptiaca, une espèce de mante religieuse des plus remarquables et dont il n'avait pour l'heure aucune photographie ! De même qu'il n'avait jamais vu d'Apis Mellifera Lamarckii qui seraient élevées pour leur miel. Niveau papillons, la présence de Danaus Chrysippus de Pseudophilotes Sinaicus (le plus petit papillon du monde !) qu'il n'avait pas dans sa collection en faisait une destination de choix, surtout si l'administration lui payait le billet.

Hélas, impossible de rentrer dans le pays sans l'infiltrer et il dut se construire une couverture. On lui refusa l'entomologiste pour la simple et bonne raison que les frontières étaient fermées ; on lui refusa le rôle d'un diplomate étranger ; pas question pour lui de se présenter en costume de Killer Moth pour "faire ployer les barrières de la tyrannie" sous prétexte que cela irait à l'encontre du but visé.

Incapable de se déplacer sans fauteuil-roulant* tant que sa rééducation ne serait totalement achevée, ce dernier dut ruser dans la plus belle tradition du moth-gang. Il avait donc demandé qu'on lui adjoigne un interprète local, puis avait apprit par cœur les formules de politesses de circonstances et avait débarqué en Égypte sous l'identité fictive d'Auguste Newman, entomologiste féru d'expéditions scientifiques. Il s'offrit pour l'occasion quelques séances d'ultraviolets afin d'avoir un teint plus local.

Là, il entra en contact avec une bande de contrebandiers qui fournissaient à la population de la nation totalitaire quelques denrées nécessaires. Ils ne virent sous la couverture de Drury qu'un journaliste suicidaire de plus qui voulait faire fortune, sauf que celui-là portait un chapeau colonial et une tenue blanche en vogue un siècle plus tôt. Heureusement, la mite du mal avait eu la décence de venir dans un fauteuil roulant classique plutôt que dans sa version "améliorée" pour la gloire de la mite.

A l'aide d'un pot-de-vin fort généreux, il parvint à les convaincre de lui faire passer la frontière discrètement, lui, son interprète et deux locaux qu'il rémunérait grassement. Il fut promptement enrobé dans des tissus à la fois léger et solides. Affublé ainsi d'un turban troué et légèrement odorant, il fut embarqué dans à l'arrière d'une Jeep où on l'arrima avec son fauteuil. Ses accompagnateurs, toujours moins enthousiastes que lui suivirent, le reste de leur argent les attendait à la fin de l'opération.

Le voyage fut éprouvant, entre les chaos des routes mal entretenues et les reliefs des dunes lorsque le groupe traversait la frontière, Drury crut plusieurs fois rendre son petit-déjeuné. Ses accompagnateurs portaient un étrange sac cadenassé dont la mite seule conservait la clef, ce dernier contenait son merveilleux moth-équipement. Il s'en équiperait lorsqu'il serait dans un abris "sûr". Il demanda également aux contrebandiers de lui apporter la caisse 56-B-45 d'un entrepôt du Caire par livraison express dans la journée. Cette caisse contenait son moth-fauteuil-roulant qui lui serait sans doute d'un grand secours si l'opération dérapait violemment.

Les contrebandiers les laissèrent près d'un quartier pauvre de la capitale où devait commencer l'opération d'infiltration de la mite. Là ils purent trouver refuge dans un sous-sol abandonné. La vie des gens de cette partie de la ville était misérable. Maladie, pauvreté, malnutrition. La pauvreté n'a qu'un visage... La mite, aidée par ses assistants qui le transportaient au besoin, put cacher quelques uns de ses gadgets sur lui, au cas où et entreprit de dessiner son plan d'action.

Avec son interprète, il passerait pour un clochard et se déplacerait dans la ville avec un fauteuil roulant improvisé qu'ils avaient racheté à un couple de paysans qui habitaient dans une autre massure qu'ils appelaient leur chez eux. La mite entendit alors le message satellite de son supérieur. Il se contenta de répondre "Reçu", sans plus de cérémonie. Il se sentait l'âme d'un vrai espion, un vrai James Bond insectoïde !

Il arpenta, poussé par son interprète, les premières rues pauvres. Drury était les yeux, son interprète ses oreilles et sa bouche. Le visage de Killer Moth, encore marqué par les opérations de sa mâchoire arborait des cicatrices qui repoussaient les âmes les plus sensibles et l'aidaient à récolter un peu d'argent lorsqu'il tendait une main suppliante en mâchonnant des banalités affligeantes apprises par son interprète. Ses cours de théâtre payaient enfin un peu !

Ils atterrirent bientôt dans un marché plutôt vivant et entendirent des coups de feu. La foule commença à crier et à paniquer. Killer Moth invita son assistant de fortune à le pousser dans une bâtisse voisine où s'entassaient plein de monde. Il leva les yeux et vit la silhouette de Grifter, nouveau membre du Squad dont la couverture était carbonisée.

S'il avait encore eut l'usage de ses jambes et son jet-pack, nul doute qu'il aurait accouru, mais le plan était le plan et ils ne savaient pas encore ce qui se passait dans ce pays. Enfin à l'abri des balles perdues dans un local avec d'autres habitants tremblants, la mite poussa du coude son interprète pour qu'il tâche d'en savoir un peu plus.

- < Black Adam ne va pas aimer >, déclara-t-il à la masse. < Il ne va pas aimer du tout. >

il espérait faire naître une quelconque émotion dans cette foule. Drury ne quittait pas des yeux les enfants qui se blottissaient contre leurs mères, les mères paniquées qui serraient leurs sacs et leurs paniers sans oublier les hommes figés dans la gravité la plus totale.

Mieux valait pour l'heure que le ciron malveillant du monde criminel repenti reste discret et attende les prochains évènements, il avait hâte de voir à quoi ressemblait la police dans ce pays et si il avait encore un système judiciaire...

* Enfin, moth-fauteuil-roulant depuis qu'il l'avait customisé avec une paire d'ailes dans le dos et quelques gadgets de sa fabrication.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1011
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Jeu 12 Oct 2017 - 11:58
Les missions du Suicide Squad se suivent et ne se ressemblent pas.
Si la première action du groupe a été de stopper Faora Hu-Ul, la soldate kryptonienne terrible que l’équipe menée par Captain Atom sur la base du volontariat, ils doivent maintenant mener une autre tâche – bien différente, et tout autant dangereuse.
Les membres de la Task Force X doivent pénétrer dans le pays fermé et totalitaire du Kahndaq, sous le joug d’un métahumain susceptible de vaincre Superman et sur qui des rumeurs de génocide et de détention d’armes de destruction massive courent.

Facile.
Tellement facile que les membres du Suicide Squad peuvent s’en occuper quelques jours après avoir frôlé la mort face à la Kryptonienne, et sans avoir pleinement récupéré de leurs blessures… non ?

En son for intérieur, Ray Palmer ne comprend pas pourquoi Nathaniel Adam a déclenché dès maintenant cette mission – elle défie la logique humaine et la gestion des troupes ; mais s’il sait, déjà, que la situation du Kahndaq inquiète, il a surtout conscience que Captain Atom ne lui demande pas son avis.
Le scientifique a été obligé d’intégrer le Suicide Squad depuis son retour, en punition d’avoir participé à l’initiative Recrues de la Présidente Waller.
Si, en soi, il sait qu’il n’a commis aucune illégalité en agissant sous les ordres d’Amanda, car ces derniers étaient donnés par la Commandante en Chef – mais il a conscience que ces actions étaient critiquables, et qu’il doit surtout se racheter moralement ; et s’il faut souffrir dans le Suicide Squad, soit.

Après le briefing habituel de leur chef, le groupe a été dispatché et chacun a dû trouver un moyen de rentrer dans le Kahndaq.
Atom y est parvenu – à sa façon.

S’étant déplacé directement dans le pays limitrophe d’Israël, le scientifique a emmené un téléphone portable avec lui, qu’il a directement laissé tomber dans les eaux nationales du Kahndaq en passant par un bateau. Il s’était informé au préalable, et savait que les douaniers et policiers de Black Adam ont pour obligation de vérifier les profondeurs maritimes afin d’éviter toute attaque.
Le téléphone a donc été retrouvé dans l’eau, et ramené dans les locaux de la douane. Puis a sonné. Et quand un agent trop curieux a décroché…

… Atom en est sorti, et l’a immédiatement étendu via un crochet du droit surpuissant. L’agent se réveillera bien touché, mais n’osera pas évoquer l’événement – par peur du ridicule, et par peur de la sanction ; entretemps, le visiteur sera parti.

Ray, habitué à surfer sur les lignes téléphoniques, a profité de cet atout pour pénétrer aisément au Kahndaq ; c’était il y a deux jours.
Depuis, Palmer a vécu sous petite forme, pas plus haute qu’une phalange. Il s’est immergé dans la culture locale, et a commencé à découvrir l’ampleur de la mainmise de Black Adam – qui agit comme un tyran, peu présent mais dont les milices sont partout et font subir un carcan de fer ici, au moins dans la capitale.


« Ici Atom. Je suis près d’un marché, et peux me déplacer. Globalement, je sais que Black Adam a un contrôle total et base son régime sur la peur. Les gens sont terrorisés, autant les victimes les plus directes que même les miliciens, qui craignent la sanction.
Le système est bon et efficace, mais il faut être prudent – il y a beaucoup d’arrestations et de brutalité policière. »


A peine a-t-il terminé son rapport que Grifter informe de sa position… et de ses difficultés.
Atom grimace en découvrant, de loin, Cole Cash poursuivi par une demi-douzaine de miliciens et en train de sauter dans le vide.


« Bon sang… »

Ray serre les poings, réfléchit – puis prend finalement une décision.

« Je me rapproche. Je reste discret, mais je vais voir si je peux faire quelque chose. »

Palmer manipule sa masse et file alors en direction de Grifter.
Sans grand espoir de pouvoir le sauver, mais peut-être au moins de limiter la casse…


(HJ/ Résumé rapide :
- Atom est arrivé via transfert téléphonique,
- Atom a passé 2 jours à petite taille dans le Kahndaq,
- Atom voit Grifter et file à petite taille vers lui pour se rapprocher et voir quoi faire. /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Sam 14 Oct 2017 - 4:48
Il y a quelques jours, à peine, j'avais rejoins ma nouvelle équipe pour une mission très dangereuse. Combattre la kryptonienne Faora. Malgré la victoire, j'avais terminé fort blesser. Mon dos en entier avait été brûler au troisième par l'explosion finale causé par le chef de la Squad et qui termina le combat. Je me suis réveillé dans un lit de la maison de Barry Allen, mon "grand-père". Bart m'a laisser une note de remerciement pour l'avoir sauver et je souris en la lisant. Grâce à mes pouvoirs, ma peau avait commencer à guérir et mes cheveux à repousser. Je quittai donc, la résidence Allen car même si je venais de sauver Bart, ce n'était pas l'endroit le plus sûr pour moi. Je suis un Thawne et j'ai quand même essayer de tuer les Allen quelques fois.


Je rejoins mon équipe dans une cache du gouvernement ou je pus enfin récupéré complètement. J'étais à peine rétabli qu'on nous envoya de nouveau, en mission dans un pays que je ne connaissais même pas. Dès la fin du briefing, je me précipita sur un ordinateur pour en apprendre le plus possible sur le Kahndaq. Ce qui ne fût pas très long grâce à ma super vitesse. Après quelques heures seulement, j'avais appris l'histoire du pays, la langue locale ainsi que tout ce que j'avais à savoir sur l'art du déguisement. C'est utile d'être un speedster avec une super mémoire.

*Deux jours plus tard*

C'est un jeune adolescent brun de 15 ans qui parcourait le marché de la ville. Je portais des vêtements locaux, voler à une famille. J'avais mit un masque E.M.P qui permettait à son porteur de changer de visage. J'avais emprunter le visage d'un jeune garçon aux traits semblables aux miens. Je me fondais facilement dans la foule, posant discrètement des questions içi et la en donnant de l'argent aux plus pauvres. Ces gens font réellement pitié et il faut être vraiment sans coeur pour les laisser comme ça. C'est bas. Même pour un villain comme Black Adam.


J'entendis alors dans mon micro, le rapport de Grifter. Merde. Une chance que cet idiot à bien compris les consignes de ne rien faire pour le moment... Je m'éclipsa dans une ruelle pour pouvoir aller à sa rescousse quand je remarqua deux policiers qui me suivaient. On dirait qu'un adolescent qui donne de l'argent à des plus démunis est quelque chose de louche ici. Je me retourna tranquilement vers les deux hommes et les confronta dans leurs langue.


"Messieurs, Qu'est ce que je peux faire pour vous ?"

Je vis alors l'un des hommes mettre sa main à son arme. Le temp s'arrêta autour de moi. Je dois les maitrisé avant qu'ils ne puissent tirer et attirer encore plus l'attention sur moi. En a peine, un milième de seconde, je parcouru les quelques mètres qui nous séparais et j'enfonça ma main qui vibrait dans le coeur du premier homme. Le deuxième n'eut pas plus de chance, Je lui cassa le cou d'un rapide coup poing. Deux hommes de tuer et la mission venait à peine de commencer. Je savais que je devrais sauver cet homme mais une action comme ça allait détruire ma couverture déjà faible. Dans un endroit comme ça, la plupart des gens se connaissent alors il est difficile pour un inconnu de se fondre dans la masse. Je décides donc de ne pas sauver Grifter. S'il a été assez stupide pour compromettre sa couverture, ce n'est pas de notre faute. Nous le sauverons plus tard et s'il meurt alors tant pis. On ne s'appellent pas la Suicide Squad pour rien.


Je pris l'initiative d'inspecter le palais de Black Adams. J'en fis le tour en prenant tout les précautions possible. J'étudia les défenses, la sécurité, les moyens d'entré. Je ne pris pas de chance et n'entra pas par peur de déclencher une alarme.


En utilisant notre réseau interne, je dévoila à mon équipe, ce que j'avais découvert.


*HJ*

-Thad pose des questions, déguisé grâce à un masque EMP
-Il tue deux policiers dans une ruelle et cache les corps.
-Il décide de ne pas sauver Grifter et examine le palais à la place.
-Il communique ses infos avec le groupe.

Je donnes ma permission à l'animateur de jouer Thaddeus pour dire les découvertes faites par celui ci à propos du palais.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 22/03/2017
Messages : 654
DC : Slade Wilson
Situation : Dépression en cours...
Localisations : Gotham City
Groupes : Batfamily
New Titans
MessagePosté le: Sam 14 Oct 2017 - 20:29

« Bons Baisers de Kahndaq »
[ 4ML ] ft. Suicide Squad.
_____Il n’a jamais réellement souhaité être membre de cette Suicide Squad. Le destin en avait décidé autrement et cette solution était loin de lui convenir. Malheureusement, on ne lui avait pas laissé le choix, et la punition fut donné. Il a suffi d’une seconde d’inattention pour qu’un piratage, lors d’une mission tout à fait classique dont il avait pourtant l’habitude, pour que cela se transforme en cauchemar. Des millions de dollars perdues, le coupable finit par être trouvé et la sanction est tombé.
Red Robin ne supportait pas l’échec, et cet échec-là lui laissait un goût amer particulièrement dur à avaler. De la frustration, de la colère envers lui-même s’était formé depuis tout ce temps. Il ne cherchait pas à se faire pardonner pour ce piratage. Les hommes qui avaient perdu tout cet argent était déjà bourré de pognon jusque-là, ce n’était pas quelques malencontreux dollars qui allait les mettre sur la paille. Non, l’adolescent cherchait surtout à oublier cet échec, mais sa présence au sein de Suicide Squad ne l’aidait pas à remplir cet objectif.

L’adolescent avait été d’ailleurs été convoqué pour rejoindre la Suicide Squad lors de l’affrontement avec Faora. Mais, comme la plupart de ces dits collègues l’ont remarqué, il n’y avait eu aucune trace de l’acolyte de la chauve-souris lors de cette bataille. Cette absence volontaire du jeune homme n’avait pas réellement été apprécié par son supérieur. L’adolescent n’avait ni chercher à mentir en justifiant son absence par un problème quelconque, cela ne servirait à rien et le jeune homme préférait économiser sa salive.
Depuis qu’il avait rejoint la Suicide Squad, il était resté très discret, plutôt solitaire, renfermé sur lui-même, un visage qui laissait passer autant d’émotion qu’une brique. Tim est très méfiant, habitué à travailler avec des amis ou des gens qu’il estimait digne de confiance. Cette équipe ne lui inspirait pas confiance, hormis quelques exceptions.

Il avait réglé les derniers détails, falsifier un certificat médical pour s’absenter de son école afin de se rendre sur les lieux, précisément à Kahndaq en tant qu’Alvin Draper. Pas question pour lui de jouer avec sa véritable identité au sein de la Suicide Squad. Aéroport, avion en seconde classe, et le voilà rendu un jour plus tôt à destination. Il avait profité de cette avance pour faire le tour de la ville, s’orienter, déguiser sous un manteau clair typique, le visage camoufler sous une imposante capuche.
Le jour J, lui aussi parcourait les vastes quartiers abondant de Kahndaq, ressentant la peur des passants à la vue des policiers qui trainaient par là. L’adolescent avait fait preuve d’une grande discrétion, aillant l’habitude de ce genre de mission. Face aux soldats présents aux quatre coins de la rue, le jeune héros avait su se fondre dans la masse sans aucun problème. Ses papiers étaient en règle, son équipement était stratégiquement caché sur son sac à dos, une partie sur lui, caché sous le manteau, l’autre dans le sac. Son arme était en place, lui aussi à l’abris des regards trop curieux.

En s’éloignant davantage, un communicateur toujours présent dans l’une de ses oreilles, l’adolescent eu conscience du problème rencontrer. Lorsqu’il leva les yeux au ciel, il put être témoin de la spectaculaire chute libre de Grifter, qui ne passait inaperçu pour personne, encore moins pour les habitants ou les policiers qui patrouillaient les alentours. La foule commençait à paniquer, les coups de feu ne rassuraient guère et l’adolescent ne semblait pas motivé pour venir en aide à cet individu au risque de compromettre sa couverture. Mais la morale qu’on lui avait enseignée le rappelait à l’ordre, gardant un œil sur le membre de l’équipe.

« Red Robin en position sur les lieux. » lança discrètement l’adolescent au communicateur. « J’ai Grifter en visuel, je maintiens ma couverture pour l’instant mais ça ne me dit rien qui vaille… »

Sa concentration est corrompu par des cris, une voix familière, un jeu d’acteur douteux. Il retira doucement ses doigts de son communicateur, manquant de se faire bousculer par une foule en panique avant d’identifier l’individu. A quelques mètres de lui, Killer Moth, pourquoi Red Robin était surprit ? Il laissa échapper une légère grimace avant, continuant sa marche, cherchant une cachette à l’abris des regards tout en gardant un œil sur Grifter. Cela n’annonçait rien de bon.

HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4664-fiche-de-rp-tim-drake-red-robin http://dc-earth.fra.co/t4651-timothy-drake-alias-red-robin En ligne
Inscription : 16/04/2017
Messages : 317
DC : Conner Kent.
Localisations : Tapi dans l'ombre.
Secret Society
Shadowpact
MessagePosté le: Mer 18 Oct 2017 - 14:02
Deadshot n'aimait pas le sable.

En fait, quiconque a jamais manié une arme à feu avec un peu d'égards se devait de ne pas aimer le sable ; c'était une loi tacite et universelle, pour la bonne et simple raison qu'il n'y avait rien de pire pour bon nombre d'entre elles.
Beaucoup de flingues étaient aussi puissants que délicats : quand on dit qu'il suffit parfois d'un grain pour enrayer toute la mécanique, ce n'était pas une exagération. À vrai dire, Deadshot était persuadé que le premier à avoir jamais prononcé cette phrase devait posséder l'équivalent d'une pétoire à son époque, quand que cela puisse être.

Même pour qui avait la technique, c'était une horreur à nettoyer - sans parler du simple risque que l'arme en question fasse faux bond au moment le moins opportun, ou même pire. Certaines y étaient moins susceptibles que d'autres, mais aucune n'était entièrement à l'abri ; Lawton avait assisté à assez d'accidents fâcheux du même genre pour le savoir.
Enfin, il suffisait que le vent se mette à souffler pour ne plus rien y voir - pire encore qu'un écran de fumée ; si cette dernière piquait les yeux, elle n'était pas susceptible de se faufiler sous vos paupières pour y rester.
Si même lui - le plus grand tireur du monde - pouvait en être incommodé, inutile de dire que de moins capables que lui n'auraient aucun moyen d'y faire face.

Cela le mettait relativement à l'aise quant au risque d'essuyer un tir de sniper s'ils venaient à être découverts ; Black Adam était peut-être un dinosaure sous assistance respiratoire magique, mais il avait à ses ordres des soldats qui seraient ravis de pallier à ses lacunes technologiques en échange d'une vie un peu plus confortable - ou du droit de continuer à respirer.
En revanche, cela limitait d'autant sa propre contribution à la mission - si bien qu'il était en droit de se demander, en ses propres termes, ce qu'il était venu foutre dans ce trou paumé. Ce à quoi il s'était appliqué à trouver une réponse valable depuis son arrivée.


Ici Deadshot, rétorqua-t-il d'une voix que même l'absence de son casque fétiche n'arrivait pas à rendre moins maussade. En fait, peut-être même aggravait-elle subtilement la chose ; s'il était rare qu'il s'en sépare - c'était ce qu'il avait de plus proche d'un porte-bonheur, et il voulait que les gens puissent le reconnaître et avoir peur de lui -, on lui avait fait comprendre qu'il devrait faire sans. Chienne de vie. J'ai découvert que traiter l'alcool local de pisse de chat serait insultant pour les chats mais que les femmes sont à peu près potables. Je prévois de m'installer dans ce qui fait office de cabaret dans cette version low-cost des décors de la Momie jusqu'à ce qu'on me trouve un crâne où coller une balle, à défaut de pouvoir opter pour le mien. Terminé.

Et de couper court à la communication avant le remontage de bretelles qui n'aurait pas manqué de faire suite à son apport, levant sa bouteille de bière au goût abject pour en avaler la dernière goutte. C'était déjà suffisamment pénible d'être coincé dans ce bled jusqu'à nouvel ordre ; il pouvait bien tenter d'y trouver de bons côtés.
L'avis de leur chef de mission importait peu : la seule raison pour laquelle il appartenait encore à la Suicide Squad était qu'on lui avait demandé d'encadrer les « petits nouveaux » le temps qu'ils prennent leurs marques.

En vérité, il avait plutôt l'impression qu'on le gardait sous la main pour maintenir la compétence de l'équipe à un niveau acceptable ; si héroïques qu'aient été les actions de Killer Moth lors du combat contre Faora, on ne pouvait pas dire qu'il était connu pour ses performances...Quant à Red Robin, il n'avait pas franchement brillé face à lui lors de leur dernière rencontre, commettant plusieurs erreurs de débutant qui n'auraient pas manqué de lui coûter la vie si le tireur avait eu à coeur de ramener sa tête à Waller. Il faut croire qu'au plus Batman produisait de Robin, au plus ils perdaient en qualité.

Portant son cigare à ses lèvres pour en prélever une longue bouffée - l'une des rares choses qu'il ait pu trouver dans le coin qui soit digne de son intérêt -, il porta son regard sur le côté opposé de la rue à l'exact moment où une course-poursuite commençait à en traverser les toits. Il n'eut aucun mal à reconnaître Grifter - qui, de toute évidence, était à peu près aussi peu sensible que lui aux ordres de Captain Atom concernant leur anonymat ; simplement plus direct dans sa façon de l'exprimer.

Faisant claquer les larges pans du manteau qui l'avait protégé des vents du désert alors qu'il se retournait, il estima la distance qui le séparait des bâtiments d'un simple regard - et jaugea la bouteille qui lui était restée entre les doigts. La seconde d'après, celle-ci s'envolait en direction approximative, à hauteur de là où devrait se trouver le visage d'un assaillant potentiel.
Il n'avait pas eu le temps de voir ce qui était après Grifter, et n'en avait pas besoin - de même qu'il n'avait pas besoin d'une arme pour exercer la précision qui avait fait de lui ce qu'il est. Il ne s'agissait pas tant de venir en aide à un allié que de faire taire le vacarme - même s'il se doutait bien que cette escarmouche signifiait la fin des vacances ; il ne pourrait pas s'y soustraire, cette fois.

Amateurs, marmonna-t-il avant de se diriger d'un pas détendu dans la direction prise par son « camarade » (le terme ne lui avait jamais beaucoup parlé) pour voir comment il s'en tirait - non sans se demander au passage où il pourrait trouver du popcorn.

récapitulatif des actions:
 


Human beings are a disease, a cancer of this planet.

You are a plague, and we are the cure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5606-ra-s-al-ghul-memoires-d-un-immortel http://dc-earth.fra.co/t5571-ra-s-al-ghul-and-he-who-was-dead-came-forth
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1011
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Mer 18 Oct 2017 - 16:01
(HJ/ Ce tour sera relancé uniquement via ce compte. /HJ)

Le principe de la mission du Suicide Squad est simple : intégrer discrètement le Kahndaq, enquêter, ramener des informations, et rentrer.
Simple.
Difficile, certes. Compliqué, évidemment. Mais le principe est simple.

Du moins, avant que le nouveau membre soit repéré et trouve intelligent d’engager une course-poursuite sur les toits de la capitale. Du moins, avant que la police locale comprenne qu’il y a au moins un étranger dans le cœur de la Nation, et décide d’engager toutes les forces de sécurité pour le retrouver – et l’annihiler.

Ainsi, alors que Grifter court pour sa vie et tente de la défendre, les autres membres du Suicide Squad sont informés de la situation… et ont des réactions diverses.
Atom s’est rapproché, à petite taille, pour tenter de voir quoi faire – mais il apparaît relativement démuni, sur l’instant. Killer-Moth, dans un déguisement parfait, peaufine sa couverture, en tentant de parler à la foule. Red Robin demeure sous sa couverture, également passif en cherchant quoi faire. Deadshot, lui, lâche quelques réflexions et envoie, pour du beurre, une bouteille vers les poursuivants de Cole Cash – sans réussite, bien sûr.
Et Inertia, lui, se désintéresse totalement de la situation : après avoir tué deux policiers, il s’embarque vers le Palais Royal, afin d’enquêter… mais ce fut une erreur.
Encore plus grave que celle commise par Grifter.


« STOP ! STOP ! ARRÊTEZ ! »

Grifter tombe, s’écrase au sol parmi des ordures, et tire pour se défendre ; il parvient à abattre deux ennemis, et se prépare à s’en prendre aux autres – quand un gigantesque signal sonore se fait entendre, et bloque entièrement l’action.
Une alarme. Une alerte.

Les habitants se figent, tous, avant de se tourner vers le Palais Royal… pour découvrir qu’une image, un hologramme magique, vient d’apparaître au-dessus des tours du bâtiment.


« MON PEUPLE. »

Une voix terrible se fait entendre, alors que les citoyens s’agenouillent devant leur maître…
… Black Adam lui-même.

« DES ETRANGERS ONT ENVAHI NOS CONTREES. DES ETRANGERS VIENNENT DE TUER DEUX DES NÔTRES. DES ETRANGERS TENTENT DE PENETRER DANS LE PALAIS ROYAL. »

Inertia, qui vient de rentrer dans une première salle richement décorée, comprenant notamment plusieurs armes d’une technologique très avancée, découvre soudain qu’un mur à ses côtés explose.

« CELA SUFFIT ! CELA DOIT CESSER ! CELA SERA JUSTEMENT PUNI ! »

Le mur explose, donc, et révèle soudain un nouveau venu…
… un chien à trois têtes, enflammées, qui aboie et se précipite à sa poursuite – avec apparemment une super-vitesse, vu qu’il se précipite vers lui bien plus vite que quiconque !

« NOS TROUPES VONT VENIR, TOUS, VOUS ANALYSER. LES ETRANGERS SERONT IDENTIFIES… ET CHÂTIES ! »

Alors que Grifter se relève et se prépare à fuir, une trentaine de miliciens armés arrivent et le mettent en joue.
Ils sont accompagnés par six hommes et femmes, auréolés d’un halo doré. Ils s’approchent des habitants, toujours agenouillés – et les scannent, magiquement. L’un après l’autre.
Ils sont en quête… en recherche. Et les miliciens les accompagnent, pour intervenir en cas de besoin.


« Bon sang. »

Atom flotte à quelques mètres de Cole Cash, et hésite.
Que faire ? Comment agir ? Comment s’en sortir ?
Il tente d’activer son communicateur – mais se rend compte qu’il ne fonctionne plus. Il ne peut plus contacter Captain Atom, et même les autres membres sur place.

Grifter se redresse et recommence à tirer, bêtement – et Ray est coupé de tous.
Il soupire et serre les poings.
Bon sang, pense-t-il. Quelle mission pourrie, se dit-il avant de foncer contre les miliciens, plus particulièrement dans leurs jambes, pour les faire tomber et gagner un peu de temps…


(HJ/ Résumé rapide :
- Inertia découvre une salle richement décorée mais avec beaucoup d’armes très avancées technologiquement,
- Inertia découvre qu’un mur explose et révèle un Cerbère enflammé, qui se précipite vers lui à super-vitesse,
- Grifter a tué deux ennemis mais Black Adam apparaît en hologramme,
- Black Adam sait qu’Inertia est dans le Palais,
- Des miliciens et six scanners magiques interviennent et viennent vérifier chaque personne aux alentours,
- Atom découvre que les communications sont coupées : plus de contact avec Captain Atom et avec les autres,
- Atom file dans les jambes des miliciens qui tirent sur Grifter, pour les faire tomber.
Merci de vos réponses rapides ! La prochaine relance interviendra le 28 octobre 2017 ! /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 22/03/2017
Messages : 654
DC : Slade Wilson
Situation : Dépression en cours...
Localisations : Gotham City
Groupes : Batfamily
New Titans
MessagePosté le: Ven 20 Oct 2017 - 12:47

« Bons Baisers de Kahndaq »
[ 4ML ] ft. Suicide Squad.
_____La situation semblait critique et hors de contrôle. Alors que l’adolescent se retirait doucement de la place du marché pour s’isoler dans une ruelle sombre pour laisser Grifter assumer ces bêtises et ne pas détruire la couverture de ces alliés. Le gigantesque et surprenant signal sonore stoppa le jeune justicier dans sa marche active en direction d’un lieu sûr. Dos au palais et à la population, l’intuition de Red Robin semblait l’avertir que cette alarme avait un lien avec l’équipe dont il faisait partie.
Au moment où tout le monde commence à s’agenouiller, l’adolescent se retourna vivement pour apercevoir cet hologramme juste devant lui. Pas question de jouer à cette comédie, le garçon ne traina pas, activant le pas pour se noyer dans la pénombre et s’assurer une certaine invisibilité pendant une période indéterminée.

Désormais à l’abris des regards, oubliant le reste de ces coéquipiers pendant cet instant, il observa la scène, impuissant. Cet hologramme et ce monde agenouillé devant Black Adam en donnait presque des frissons au jeune homme. La fin de son discours n’était pas plus rassurante, surtout lorsqu’il remarqua ces hommes et femmes scannés les uns après les autres ces pauvres gens toujours agenouillés. Cela n’avait rien de bon ; l’adolescent recula doucement de sa cachette pour se noyer davantage dans la pénombre, cherchant à fuir le champ de vision de ces individus. Si la couverture de certains de ces collègues n’étaient pas encore corrompu malgré le bordel des autres, ce ne serait qu’une question de temps avant que Black Adam et ces fanatiques ne les repaire.

Pendant que ces derniers patrouillent les alentours à la recherche d’un éventuel intrus, Red Robin est déjà à quelques dizaines de mètres plus loin, s’enfonçant davantage dans cette même ruelle. Il finit par s’introduire illégalement dans une vieille maison abandonnée. Il ne fallait pas passer par quatre chemins pour comprendre que Grifter n’était pas le seul à avoir grillé sa couverture en un temps record. L’adolescent laissa échapper un grand soupir de lassitude, retirant doucement la capuche qui camouflait une partie de son visage avant de coller la paume de sa main gauche contre son visage, démontrant sa lassitude, quelques heures après le début de la mission.

« Mais dans quoi je suis tombé moi… ? » se demanda Red Robin avant de tenter de reprendre son calme. « Mais quel équipe de bras cassés… » il soupira de nouveau avant d’essayer de rentrer en contact avec le reste de la troupe. « Ici Red Robin, je… » Les communications ne semblaient pas fonctionner, de quoi le mettre de bonne humeur. « Bien évidemment, pourquoi serait-ce si facile ? … Bon. Je suppose que je n’ai plus besoin de ça… »

L’adolescent se débarrassa donc du reste de son équipement civil pour enfiler le reste de sa tenue. De toute manière, il allait à un moment ou à un autre être repérer et la situation semblait critique. Une fois totalement équipé, il activa son ordinateur pour le sécuriser et tenter de créer une ligne de communication beaucoup plus sécurisé, jetant un rapide coup d’œil vers la fenêtre brisée juste à sa droite pour observer l’évolution de la scène et garder un œil sur ces équipiers.

« Allez… Marche…Dépêche-toi… » marmonna l’adolescent, commençant à perdre patience. Plus tôt les communications seront rétablit, de préférence indétectable pour Black Adam et ces disciples, et plus vite ils arriveront à se sortir de ce pétrin, ou pas.


HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4664-fiche-de-rp-tim-drake-red-robin http://dc-earth.fra.co/t4651-timothy-drake-alias-red-robin En ligne
Inscription : 15/02/2015
Messages : 453
Localisations : ...


MessagePosté le: Dim 22 Oct 2017 - 14:21
Lorsque la soute de l'avion s'était ouverte, Cassandra n'avait pas pu s'empêcher d'admirer l'horizon. C'était le genre de choses que l'on pouvait se surprendre à faire, à trente kilomètres d'altitude. Quand on avait des super-pouvoirs et que l'on pouvait se permettre de partir à l'aventure sans assistance, il arrivait probablement que l'on ne prête plus attention à la beauté du paysage. C'était la force de l'habitude. Une habitude que Cassandra n'avait pas. Lourdement harnachée dans une combinaison qui avait plus en commun avec l'astronaute qu'avec le parachutiste, elle n'avait plus guère que son propre souffle et le bruit intermittent de son communicateur pour l'accompagner dans la stratosphère. Elle se surprit à lever la main pour caresser l'horizon, pour constater le contraste entre terre et espace, pour embrasser la courbure. Après quelques dizaines de secondes, enfin, la lumière rouge qui baignait la soute de l'appareil vira au vert et se mit à clignoter, une sirène retentissant toute en vibrations dans ce que l'air voulait bien lui laisser de marge de manœuvre, à cette altitude. L'Agent Orphan adressa un signe de la main aux techniciens et sauta.

Trente kilomètres de chute libre au-dessus du désert depuis un prototype de l'agence. La seule nécessité d'utiliser un tel matériel faisait preuve du sentiment qu'inspirait le Kahndaq au reste du monde.

Du reste, hormis ces menus détails, entrer au Kahndaq n'était pas des plus compliqués. Rester au Kahndaq ne l'était pas nécessairement plus, pas tant que l'on ne faisait pas trop de vagues. Survivre au Kahndaq, alors que l'attention de Black Adam était toute entière tournée vers une intrusion à laquelle elle devrait participer involontairement ? C'était une toute autre paire de manches.

Ce fut en constatant que ses communications électroniques étaient soudainement brouillées que, pour la première fois depuis qu'elle avait atterri dans le pays, Cassandra se surprit à penser à la maison... Avait-elle laissé assez de nourriture pour Krypto ? Aurait-elle mieux fait de mettre sur le frigo un "Je pars au Kahndaq, ça risque d'être dangereux." plutôt qu'un "Je suis en séminaire à Tel-Aviv, m'attends pas pour dîner" ?

Ce n'était pas que Cassandra avait spécialement peur, c'était surtout qu'elle ne savait pas comment réagir face à Black Adam. Elle boxait légèrement au-dessus de sa catégorie, sur cette mission. La vérité était qu'elle ne savait pas comment prévoir un tel cas de figure.

Il allait falloir faire avec.

Agenouillée, voilée, au milieu de la foule assemblée attendant d'être scannée par les illuminés à la solde du super-dictateur, patiente ... Jusqu'à voir la diversion prenant place non loin de là, des miliciens tombant les uns après les autres. C'était sa chance ! Cassandra se releva et bondit, enjambant les autochtones comme une sauteuse de haies, en balançant son voile en direction des miliciens pour tenter de les aveugler. Libérée de son lourd déguisement, elle dégaina une paire de bombe fumigènes qui détonèrent sur la place, lui laissant le temps d'agripper Grifter sans ménagement et de défoncer la porte du bâtiment le plus proche d'un solide coup de pied.

Orphan le laissa choir, par terre, pour mieux fermer la porte et renverser une étagère voisine qui devrait les mettre en sûreté au moins quelques secondes.

Finalement, elle se retourna pour s'adresser à l'ancien opérateur de la Delta Force :

" Agent Orphan, A.R.G.U.S.. On a à parler, Grifter. " énonça l'ancienne Batgirl, avant de désigner ses armes à feu, " Ça va être compliqué avec Black Adam sur nous. "

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Dim 22 Oct 2017 - 15:02
Une alarme, un hologramme et une voix d'outre-tombe qui fait trembler les kahndaqs présents dans le même local que la mite et annonce la punition qui s'abattrait sur les "étrangers" présents. Une mission qui se déroulait à la perfection dans les grands canons du Suicide Squad. C'était bien la peine de se casser la tête pour établir des plans d'infiltration minutieux, songeait la mite alors que les familles qui s'étaient entassées sortaient du bâtiment sous les ordres d'une milice franchement peu engageante. Le traducteur de la mite commença à pousser le fauteuil de ce dernier vers l'extérieur.

Le Soleil l'aveugla légèrement et le fit réfléchir vitesse grand V. Aucune chance pour lui d'échapper au détecteur... et aucune chance pour que leur engin soit dysfonctionnel... Killer Moth observait à droite et à gauche nerveusement. Le marché n'était plus qu'une vaste place où la population, à genoux se lassait scanner docilement. Drury nota pour lui-même si cela échappait au reste de l'équipe que le Kahndaq était sans doute une nation totalitaire et policière*.

Le milicien arriva au niveau de la mite et pointa son étrange engin** sur lui. Le moment fatidique allait...

Soudainement, le petit groupe de miliciens qui se trouvait devant lui fut fauché comme un mauvais payeur à Las Vegas. Ceux-ci se renversèrent dans le plus grand fracas, invitant les kahndaqs voisins à jeter des regards extrêmement surpris sur l'estropié de service qui était aussi étonné qu'eux.

- < J'aime le bruit du Soleil >, lança-t-il en pensant annoncer qu'il ne savait pas ce qui se passait.

- On se casse
, déclara-t-il vivement à son interprète qui se leva d'un bond dans son pantalon mouillé d'urine et commença à pousser le fauteuil bringuebalant pour quitter la place.

Paniqué, le serviteur tournait à gauche et à droite en fonction de ses instincts tandis que son supérieur lui indiquait d'autres directions. Bientôt Drury lui ordonna de s'arrêter alors qu'il se perdait dans l'étrange dédale d'étalages de nourriture. L'homme s'arrêta net et la mite reprit les commandes. De gestes des bras assurés, il fit pivoter son fauteuil et s'élança dans une allée, suivit par son employé qui hoquetait de frayeur, sa vie commençait à défiler devant ses yeux.

Le fauteuil prenait de la vitesse et vibrait dangereusement tandis que Killer Moth tournait au gré des virages qui se présentaient à lui. Droite. Gauche. Droite. Un milicien... fichtre.

L'homme qui leur faisait face n'avait pas l'air commode. La mite fit un léger dérapage qui le secoua désagréablement. Son interprète se réfugia derrière lui.

- < Il y a un cafard dans ma soupe ! >, lança Drury en guise de menace.

- < Chien d'étranger, ton accent te trahit ! > cria le garde en soulevant son arme.

- < Où se trouve le plat typique le plus proche ! Hin hin hin ! > rétorqua la mite avec un sérieux désarmant tandis que d'un geste théâtral il tirait l'un des plis de son vêtement pour dévoiler la combinaison qui se trouvait dessous.

Par un malheureux hasard, son vêtement était trop emberlificoté pour se défaire aussi simplement. Un bruit de déchirure se fit entendre et la vivacité du mouvement déséquilibra le fauteuil. Finalement le milicien put admirer un type qui déchirait la doublure de son habit avant de s'effondrer sur le flanc avec son fauteuil roulant. Il eut un mouvement intrigué***.

Alors que la mite gémissait sous les plis et replis, tricotant des bras tandis que ses jambes encore fragiles peinaient à lui répondre, l'interprète était en train de prier en essayant de le redresser.

- < Arrêtez-vous au nom de Tet-Adam ! >
cria le milicien.

- < Pourriez-vous m'indiquer l'addition ? > demandait la mite pour essayer de tenir une conversation tandis que ses mains cherchaient sous ses couches de tissus ses armes.

- < Tais-toi ! >

- < La vie est alligator ! >


- < Je t'ai dit de te taire ! >

- < Drosophile venir moi papillon rarissime cueillir ! >
balançait la mite en ne cherchant plus à faire des phrases.

Un premier coup de feu servit à calmer cette situation absurde. L'arme du milicien fumait et son visage n'était plus qu'une intense colère. Il s'approcha tandis que le vêtement de Drury continuait d'onduler sous ses recherches frénétiques.

- < Qu'est-ce que tu fais ? >
demanda-t-il à Killer Moth.

- Qu'est-ce qu'il dit ? demanda Drury à son interprète.

- < Qu'est-ce qu'il a dit ? > ajouta le milicien qui s'énervait de plus en plus.

- Mais traduis scolopendre !
ordonna la mite.

- < Traduis, chien !>
cracha le policier.

Le traducteur, les yeux rivés sur l'arme de leur adversaire bégayait et ne parvenait pas à se focaliser sur l'une ou l'autre des voix. Il regrettait d'avoir accepté ce contrat - fut-il aussi bien payé - mais surtout d'avoir menti sur ses talents "opérationnels"****.

- AH ! AH ! lança la mite en sentant la crosse réconfortante de son moth-révolver.

Le milicien recula et tira un coup de feu dans la direction du bruyant SDF. Le tir transperça son vêtement et brûla un accoudoir du fauteuil. D'un geste rapide Killer Moth sortit son arme et tira trois coups de feu qui... manquèrent leur cible mais l'obligea à se mettre à couvert.

- Redresse-moi !
ordonna-t-il au tremblant traducteur qui s'exécuta comme fouetté par le diable en personne. Des coups de feux partirent d'un coin de mur. Drury répliqua avec la même adresse consistant à faire voler de la poussière et des entrailles de fruits et légumes proches.

Sitôt sur ses roues, la mite entama de grands mouvements de bras pour vaincre l'inertie et le voilage des roues.

- < L'ananas roule toujours vers l'est > ! cria-t-il de plus belle en continuant de tirer vers leur ennemi.

Son accompagnateur, jaune devant, marron derrière, le poussa dans un nuage malodorant pour essayer de quitter le plus rapidement possible cette position indéfendable. Le fauteuil avait de dangereux mouvements de haut et de bas causés par ses roues déformées mais les deux hommes étaient trop excités et/ou apeurés pour y faire attention.

Une vis commença à se dévisser quelque part dans le bricolage mécanique qui composait ce fauteuil de dernière main. Un coup de feu fit éclater un poisson proche d'eux, la mite tira sur une pastèque qui gicla avec style. Un nouveau virage. Une roue se plia d'avantage et un accoudoir tomba au sol. Un autre virage, la vis commençait à sortir. Une longue ligne droite en frôlant les étalage d'épices que la mite prenait soin de renverser pour semer un éventuel poursuivant, puis enfin, la sortie du marché et une longue pente vers la ville basse. La vis sortit de son logement, tomba au sol dans l'indifférence générale et le dossier avec les poignées du fauteuil s'arracha.

Le traducteur qui s'y tenait se prit les pieds dedans et roula dans un étal de laitage qui se renversa sur lui tandis que Drury, sans dossier, manqua de tomber à la renverse. Il se tint à ses roues, propulsant le véhicule vers l'avant. Secoué par l'irrégularité de ses roues qui allaient toujours plus vite, dans un décor essentiellement jaune et ocre qui devenait flou et indistinct, la mite se dit qu'elle allait bientôt redécouvrir les joies de l'alitement. Drury déchira donc une partie de son turban pour s'enrouler une main dedans et attendit que le premier virage de cette pente infernale apparut. Il serra avec son membre ainsi protégée une roue et son fauteuil lui fit prendre le virage dans un courbe presque belle. Il percuta juste un ou deux enfants sur la route et il continua de zigzagué légèrement avant que la pente ne s'adoucisse et qu'il puisse à l'aide de ses bras rejoindre son repaire "secret".

Là les deux acolytes de fortune qu'il s'était payé sursautèrent à son arrivée. Une caisse imposante attendait au centre de la pièce. Il était temps "d'équilibrer le jeu".

- < Lorgnez-là ! > ordonna-t-il à ses deux sbires pour qu'ils ouvrent la caisse. insista-t-il devant leur air interdit.

Il pointa alors furieusement son index sur les barres à mine pour qu'ils comprennent leur rôle. Il se massa les bras tandis qu'ils enfonçaient lentement leurs outils dans le bois de la caisse. Elle grinça alors qu'ils forçaient et bientôt lâcha. Un pan de bois s'effondra au sol devant un Killer Moth qui ricanait comme jamais.

- Hou Hou Hou !
se frottait-il les mains. Ils vont voir ce qu'ils vont voir !

Devant lui, un fauteuil roulant doté de deux ailes dans le dos, colorié en vert et violet avec du simili-poil de mite sur les accoudoirs trônait. Mais ce n'était pas l'objet de son rire. Non, à côté de cette solution de la dernière chance, puisqu'il s'agissait encore d'une mission d'infiltration, se trouvait une tenue locale en parfait état. Killer Moth croyait fermement aux secondes chances - voire au troisième, quatrième, n-ième. Il savait qu'en cas de pépin, il devrait se prévoir de nouvelles couvertures. N'ayant pas pu obtenir de l'agence du Suicide Squad les moyens d'avoir un projecteur holographique, sous prétexte qu'il était un peu trop enthousiaste et risquait d'en faire mauvais usage, il avait opté pour trois garde-robes complètes, chacune avec une couleur différente.

Il s'habilla alors difficilement et revêtit une tenue plus propre de local garnie d'un porte-feuille contenant pas moins de 50 dollars dans la monnaie locale. L'administration avait été généreuse sur ce coup là. Il glissa un moth-pistolet à fléchettes dans les plis de son vêtement, saisit la télécommande de commande à distance de son moth-fauteuil et reprit son ancien fauteuil-roulant, un peu plus distingué en y glissant son moth-révolver rechargé.

La mite avait raté sa première sortie, elle ne raterait pas la prochaine ! Il se fit difficilement indiquer la zone industrielle sur une carte, regrettant que son interprète ne soit pas là. Avant de sortir, il activa le système d'autodéfense de son moth-fauteuil et s'en alla seul, gaiement. L'heure était venue de voir comment l'industrie de cette nation se portait...

* Dans le stress Drury passait en pilotage automatique qui impliquait de suivre le plan préétablit. En l'occurrence il suivait le point 67 : "Analyse de l'environnement immédiat".

** En tout bien tout honneur.

*** Qui ne l'aurait pas eu...

**** A savoir que si son CV était exact, il maîtrisait trois arts martiaux et pouvait survivre une semaine seul dans le désert. Sa mère qui lavait toujours ses vêtements et ses petits-amies qui avait fait ses repas auraient pu mourir de rire à sa lecture.


[HRP]
- Grâce à The Atom, Killer moth évite d'être scanné et prend la poudre d'escampette,
- Après une étrange course-poursuite dans le marché, il parvient à prendre la direction des quartiers pauvres où se trouvent ses affaires de super-criminel,
- Son interprète s'est cassé la figure dans le marché et a été courageusement abandonné par la mite,
- Drury se terre temporairement dans sa cachette pour changer de couverture, prenant celle d'un habitant des couches moyennes de la population, avec un fauteuil-roulant classique,
- Driry a activé les défenses de son moth-fauteuil-roulant de combat laissé en arrière,
- Drury se dirige alors vers la zone industrielle de la ville pour continuer sa mission d'infiltration.
[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1011
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Lun 30 Oct 2017 - 9:49
Les troupes de Black Adam commencent à scanner les habitants, en quête des étrangers qui ont osé violer le sol sacré de leur terre ; évidemment, dès qu’ils seront détectés, le courroux du Kahndaq, et surtout de son nouveau maître, s’abattra sur eux – et il n’y aura plus grand-chose d’eux, bien évidemment.
Cependant, alors que ces troupes envisageaient des moments longs et difficiles pour retrouver ces envahisseurs… ils ont l’étrange surprise de se rendre compte que cela sera bien plus rapide que prévu.

Si Grifter était clairement menacé et sur le point d’être appréhendé, une étrange nouvelle venue arrive et vient l’aider, avant de disparaître pour lui révéler quelques éléments sur sa propre situation ; néanmoins, même si Orphan est l’une des combattantes les plus discrètes et efficaces au monde, elle n’est clairement pas en milieu sûr – et elle a été détectée, hélas.
Tous deux présents dans une maison anonyme, Cole Cash se reprend, recharge ses armes, puis tourne son visage masqué vers sa sauveuse.


« Merci, m’dame, mais je maîtrisais la situation. »

Ce qui est bien sûr faux.
Mais hors de question de l’admettre à la première rencontre.


« Il faut profiter de l’absence du Big Guy pour disparaître dans la foule et mettre de la distance. Ces types ne tarderont pas à nous retrouv… »

Grifter ne peut finir sa phrase.
Car un mur vient de littéralement exploser… en fleurs.


« Hein ?! »

Cole, stupéfait, n’en croit pas ses yeux quand le béton se transforme en pétales – et perd quelques précieuses secondes à fixer, stupéfait, la situation.
Et quand il se reprend, il est déjà trop tard.


« Vous êtes coupables de crimes envers le Kahndaq. »

Une forme émerge des pétales, et apparaît devant les deux espions…
… révélant la sublime mais dangereuse compagne de Black Adam – Isis.

« Et vous en paierez le prix !!! »

Isis s’entoure alors d’un halo blanchâtre puissant, qui fait trembler la maison entière.
Isis semble surpuissante.
Mais… Isis est censée être morte, depuis des années. Elle n’est pas censée être là… mais elle semble néanmoins prête à frapper !


**
*
**

Deadshot, jusque-là, est resté relativement en retrait de la situation – ce qui était une bonne idée, vu la débâcle qui semble s’organiser pour le Suicide Squad.
Hélas, il n’en a plus la possibilité, maintenant.

Alors qu’il se prépare sûrement à se retirer, pour fuir les scanners, Floyd Lawton a la désagréable surprise de découvrir devant lui… le gigantesque et terrible Cerbère, le chien à trois têtes qui avait commencé à poursuivre Inertia.
Et qui a réussi, en fait, car le jeune Bolide est désormais inconscient et bloqué, entre les crocs de l’un des crânes.

La bête grogne et se prépare à foncer – directement dans la direction de Deadshot.
S’il a souvent songé à mourir, il n’avait sûrement jamais imaginé que cela pourrait être par une telle créature…


**
*
**

Red Robin a pu s’enfuir et tente, désespérément, de pallier les difficultés du réseau du Suicide Squad. Il arbore désormais pleinement son costume, et s’acharne sur son ordinateur pour lutter contre les difficultés techniques.
Heureusement, il n’est plus seul.


« Hé. »

Une voix se fait entendre dans le vide, à ses côtés – une voix rapidement suivie par une apparition, celle d’Atom qui reprend une taille normale.

« J’ai perdu la trace de Grifter quand la fumée a éclaté, et je n’arrive à joindre personne… j’ai de la chance de tomber sur toi. Tu y arrives ? »

Ray et Tim sont les deux seuls Héros du Squad.
Ils partagent donc un lien spécifique, car ils sont par principe plus purs et volontaires que les autres ; néanmoins, Palmer ne peut s’empêcher d’être mal à l’aise près du jeune homme, car il se souvient constamment que son ex-femme a tué le père de Red Robin pour le récupérer.
Il ignore si Tim en a connaissance, mais… ça le gêne, le hante ; et il a donc limité au maximum les contacts, jusque-là.


« Le brouillage est peut-être magique, je n’ai pas beaucoup de conn… »

Le scientifique est interrompu, par un beuglement animal… un beuglement qui se rapproche de plus en plus.

« Oh. »

Il serre les poings et se prépare au pire – quand ce dernier survient.
Un mur explose à leurs côtés, révélant l’attaquant…

… un crocodile humanoïde, qui semble enragé et prêt à tout.

« SOBEK A FAIM !!! »

Et Sobek bondit sur eux, donc.
Mais Sobek, aussi, est censé être mort…


**
*
**

Pendant ce temps-là, Drury Walker a pu reconstituer son équipement et s’enfuir.
Seul membre du Suicide Squad ayant pleinement réussi à éviter les attaques et pièges, il prend la direction opposée de ses camarades, et s’enfonce vers la zone industrielle, respectant pleinement le plan et les objectifs.
Jusque-là.

Car à peine Killer-Moth passe-t-il près d’un bâtiment industriel qu’une porte s’ouvre – et qu’un phénomène terrible d’aspiration l’emporte à l’intérieur !
Ainsi happé, il met quelques secondes à se remettre sur pied, à se redresser… et peut alors découvrir qu’il est dans une pièce remplie de machines, d’appareils défiant la logique.


« Bonjour. »

Une voix nasillarde et désagréable se fait entendre, derrière lui.

« Vous êtes venus me sauver, hein ? »

En se tournant, Drury peut alors découvrir son interlocuteur…
… le célèbre et terrible Docteur Sivana !

« Vous êtes venus me libérer de lui, hein ? »

La peur se lit dans les mots et l’attitude du génie.
Qui semble mettre tous ses espoirs en ce cher Killer-Moth !


(HJ/ Résumé rapide :
- Orphan parvient à sauver Grifter, ils récupèrent dans une maison avant d’être interrompus par Isis, qui brise un mur en le transformant en fleurs puis se prépare à les châtier… alors qu’Isis est censée être morte depuis des années ;
- Le Cerbère a vaincu Inertia, puis se place désormais, géant et menaçant, devant Deadshot, qu’il semble avoir reconnu. Il tient Inertia, inconscient, dans une de ses gueules ;
- Atom rejoint Red Robin, même s’il est mal à l’aise avec lui. Sobek bondit et les attaque, alors que lui aussi est censé être mort ;
- Killer-Moth file vers la zone industrielle, mais est happé dans un bâtiment rempli de machines extraordinaires. Il y découvre le Dr Sivana, qui semble terrorisé et espère que Drury est venu le libérer.
Vous avez jusqu’au 8 novembre 2017 pour répondre ! Bon jeu ! /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Ven 3 Nov 2017 - 16:18
De ses bras parfaitement échauffés par la précédente fuite, l'insectoïde enfant du mal progressait dans le rues de la capitale Kahndaq. Aussi perdu qu'une tique sur un parpaing, Drury regardait à gauche et à droite pour essayer de distinguer dans ces bâtisses toutes semblables celles qui pouvaient s'apparenter le plus à un entrepôt, une usine ou à défaut une boutique. Mais rien. Les façades se succédaient dans une monotonie désarmante. Il passa alors devant un bâtiment plus prometteur que les autres. Le petit couinement de son fauteuil que le sable et la poussière grippait légèrement ralentit tandis qu'il jetait des regards circulaires.

Tout à coup, la porte s'ouvre, Killer Moth veut sursauter mais ses jambes tressaillent à peine, seul son cœur fait un bond et il se retrouve finalement happé, lui et son véhicule dans l'antre étrange.

Il bondit sur ses deux jambes qui fléchissent légèrement mais... mais tiennent bon ! Il manque de pleurer de joie de sentir son poids sur ses deux membres encore tremblants. Il recule dans un petit pas de joie maladroit, et se prend les pieds dans son fauteuil renversé. Il se relève vivement de nouveau et redresse son véhicule. Trop heureux il finit par s'effondrer dans son siège et voit alors de gigantesques et impressionnantes machines.

Elles étaient superbes, et égrenaient des tintements métalliques cristallins au milieu de larges sonorités mécaniques grinçantes qui donneraient des frisson aux mécanophiles. Mais dans cette immense horlogerie d'acier et d'engrenages, l'ex-ingénieur qu'il était tiqua. Mouvements, bruits, contraction et dilatation... toutes ces machines n'étaient pas réelles. Elles ne pouvaient l'être, pas dans un espace euclidien, pas avec les règles de la perspective, pas avec des matériaux qui respectaient les lois de la physique, pas dans un monde logique et cohérent.

La voix soudaine qui retentit le fit se retourner avec vivacité. Drury porta sa main à son moth-lance fléchettes, prêt à tirer. Il découvrit alors une sorte de gnome tout sec et transpirant la peur, un sentiment que Killer Moth connaissait suffisamment pour en déceler certaines caractéristiques. Il plissa les yeux pour mieux distinguer les traits de l'individu. Il lui disait vaguement quelque chose. Il connaissait son nom, il en était sûr. Ce n'était pas le genre de visage que l'on oubliait, avec ses dents comme autant de formes de vie indépendantes et un crâne protubérant comme une pomme de terre laissée trop longtemps au Soleil.

- Bonjour ... répondit-il avec le ton vague des gens perdus dans leur mémoire,mais vous parlez anglais !

Puis l'individu, plein d'espoir, jeta aux pieds de la mite ses espoirs. Oubliant tout de sa recherche mentale, Drury bomba le torse, sourit comme un héros de comics des années trente et posa ses mains sur ses hanches. Le fait qu'il était assit donnait l'impression qu'il cherchait à imiter une poule sur le point de pondre l'œuf le plus énorme de la Création. Il parla avec une emphase durement travaillée à mi-chemin entre un violon aphone et un trombone enroué.

- Mon cher je suis votre sauveur : Killer Moth, pour vous servir ! Qui que vous... SIVANA ! ça y est, je vous remets ! s’écria Killer Moth, en le pointant du doigt. Ha ha ! Je savais bien que je vous avais déjà vu quelque part ! C'était sur un magazine ! Mais oui ! Au lieu d'acheter un Insecte-mag, l'un de mes moths avait acheté un Ingen' Mag. Et vous étiez en couverture, souvenez-vous. J'ai beaucoup aimé ce que vous aviez fait, c'était un système novateur de domotique, je crois. Une vraie révolution à l'époque.

Drury se pencha sur l'accoudoir de son fauteuil tandis qu'il racontait sa vie.

- Vous savez, je suis un inventeur moi aussi, un génie à ma manière... sincèrement c'est moche ce qui vous est arrivé, ajouta-t-il. C'est un peu honteux tout de même de voir que des génies peuvent être ainsi traités juste à cause de leur physique. Mais je vous comprends, je suis dans le même cas. Il se mit à chuchoter. Bon maintenant ça va un peu mieux, je suis au service du gouvernement. Et vous ? Quoi de beau ?

Soudain deux neurones firent un court-circuit.

- Euh attendez, vous avez dit "libérer" ? Mac'Adam non... euh.. Black Adam vous retient prisonnier ?

Killer Moth regarda autour de lui puis claqua des doigts.

- Je parie que c'est vous qui avez fait tout ça ! déclara-t-il comme s'il était le plus génial détective du monde. C'est vous qui m'avez aspiré ici avec l'un de vos bidules ?

Ça paraissait diablement logique. Drury commençait à comprendre ce que ressentait Batman c'était jouissif d'étaler sa science comme si on était à l'aise partout en mode "le monde est logique et je suis l'ordinateur ultime". La mite plissa les yeux pour faire croire qu'il observait minutieusement les alentours alors qu'il ne faisait que s'imaginer en nouveau Chevalier Noir - avec une définition très large de "noir".

- Mais pourquoi Black Adam en aurait après vous ? réfléchit-il tout haut. D'après les rapports, son truc c'est la magie et les bidules anciens pourquoi est-ce qu'il aurait besoin de l'un des plus brillants esprits du monde ? Hum... Bon, va falloir tout m'expliquer, mais avant, faut que je vous fasse quitter le territoire...

La mite sortit alors la télécommande de son moth-fauteuil et sembla hésiter quelques instants, il valait sans doute attendre les quelques explications du génie avant de décider si oui ou non il fallait user de cette arme totale qui grillerait sa couverture aussi vite que des sucres d’orge dans une école maternelle. Puis Drury vit la canne de sa future victime de sauvetage.

- Vous pouvez marcher ou vous préférez prendre le fauteuil ?
demanda-t-il naïvement. Je peux remarcher !

Il fit alors deux trois mouvements de ses jambes qui peinèrent à faire un pauvre moulinet. Les grimaces qui passèrent sur son visage n'étaient guère engageantes, mais il avait l'air d'y croire avec une telle force* que tout allait pour lui. Même la larme qui roula sur son visage ne le fit pas s'arrêter. Ce fut une horrible vérité qui le figea.

- Euh attendez, si vous êtes captif, qui vous garde ? Non parce que j’ai vu personne dehors…


Parfois les ignorants étaient bénis...

* Si Drury était croyant, nul doute qu'il aurait fait le prêcheur le plus acharné.

[HRP]
- Drury est aspiré dans le bâtiment et se rend compte qu'il peut tenir légèrement sur ses jambes ;
- Il taille une bavette avec Sivan jusqu'à ce qu'il commence à cogiter ;
- Drury s'annonce prêt à faire évader Sivana ;
- Drury demande au docteur pourquoi il est retenu prisonnier ici ;
- Drury se demande qui garde Sivana car il n'a vu personne.
[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 4 Nov 2017 - 4:35
Dans quoi me suis-je embarqué ? Je suis venu à cette époque pour tuer Bart Allen, mon jumeau et je me retrouve dans une équipe du gouvernement. Une équipe qui me fait combattre une Alien dégénéré ou sauver un peuple qui n'existera plus dans 100 ans d'un mec aussi puissant qu'un dieu. Je ne peux pas quitter juste comme ça sinon je me retrouve sans Velocity 9. Je suis rien sans mes pouvoirs. Je ne pourrai jamais accomplir ma mission sans ça.


Je me retrouve donc dans une salle richement décoré contenant ce qu'il semble être des armes. Des armes qui sont pour moi, antiques mais futuriste pour les gens de 2017. Qu'est ce que ce taré veut faire avec tout ça. Il en a assez pour armé des centaines de soldats. Des soldats qui feront des dégats énormes. Très peu de gens ont la technologie pour combattre ça. C'est comme combattre un Jedi avec un lance-pierre. J'essaye d'avertir Atom de la situation mais aucun Comm Link ne fonctionne.

"Craydl. Tu peux rejoindre les autres ?"

"Non. Même pour moi, rien ne semble fonctionner. Aucune technologie du 21ième siècle ne peut me bloqué. Soit, Black Adams possède de la technologie de notre époque ou c'est une magie puissante qui bloque mon signal."


Je m'apprête à courir rejoindre mon équipe quand un mur à ma gauche, éclate en mille morceau pour laisser passer un monstre. Un énorme chien à trois têtes comme ceux des légendes que les gens du passé affectionnent tant. Il me fonce dessus à toute vitesse en me prenant par surprise. Il est beaucoup trop rapide. Pas autant que moi mais il dépasse de très très loin, la vitesse d'un humain ordinaire. Ce ne sera pas facile comme combat. Il me frappe avec l'une de ses énormes pattes, me projetant contre le mur opposé. Je pus ralentir légèrement ma chute grace à de minis tornades mais je frappai tout de même le mur, assez fort pour m'étourdir.

"Il est rapide"

Je grognai en entendant mon ami.

"Merci Craydl, je n'avais pas remarqué"


Je couru vers le monstre avant de glissé à la dernière seconde pour frapper le plus rapidement possible dans le ventre de Cerbère. Je revins sur mes pas pour voir que la bestiole n'était pas blesser mais encore plus en colère. Il fonça vers moi à une vitesse impressionante. J'évita les crocs de la première tête avant de me faire frapper par une patte gigantesque. Je volai un peu plus et sans avoir le temps de me relever, Cerbère était déjà sur moi. La tête de droite me pris dans sa gueule et me lança quelques mètres plus loin ou je me cognai la tête contre une table. Je n'eus que le temps de voir la tête du centre me prendre dans sa gueule avant de tomber inconscient.



*HRP*

Désolé pour le retard. J'ai passé deux jours à l'hosto.

-Inertia est vaincu par la bête et git, inconscient dans sa gueule
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/12/2016
Messages : 3456
DC : Ra's Al Ghul.
Situation : Cherche sa propre voie.
Localisations : Metropolis.


MessagePosté le: Sam 4 Nov 2017 - 9:23
HRP || Inertia, il a été spécifiquement précisé dans le post d'animation que ton personnage était inconscient dans la gueule du cerbère. Dans la mesure où il s'agit d'une « pénalité » pour n'avoir pas posté au dernier tour sans l'avoir signalé, il ne t'appartient pas de contredire cette situation, encore moins sans en aviser au préalable l'animateur concerné (ici Mister Miracle).
Nous te demandons donc de bien vouloir modifier ton message pour en tenir compte, cette fois. J'en profite par ailleurs pour rappeler qu'au vu du nombre de joueurs au sein du sujet, tu es tenu d'afficher un résumé de ton tour en fin de post comme tous les autres participants pour plus de clarté. Merci de ta compréhension.
|| HRP


« No cape. No tights. No offense. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4444-superboy-rebirth http://dc-earth.fra.co/t4287-superboy-i-m-no-superman En ligne
Inscription : 22/03/2017
Messages : 654
DC : Slade Wilson
Situation : Dépression en cours...
Localisations : Gotham City
Groupes : Batfamily
New Titans
MessagePosté le: Dim 5 Nov 2017 - 1:04

« Bons Baisers de Kahndaq »
[ 4ML ] ft. Suicide Squad.
_____Dans un moment de stress intense où le moindre faux pas pouvait le conduire à un échec cuisant, se retrouvant encercler par l’armée de Black Adam, incapable de rivaliser, Red Robin n’était pas serein. Même avec toutes les compétences qu’il avait accumulé au côté de la chauve-souris, il lui serait impossible de vaincre Black Adam et son armée à lui tout seul. Sa présence n’avait pourtant pas encore été détecté par les forces de l’ordre, mais à cette heure-ci, la plupart des membres de la Suicide Squad avait logiquement grillé leur couverture. Leur action maladroite provoquera inconsciemment l’adolescent dans leur chute et c’est bien ce qu’il ne supporte pas : Ne pas avoir le contrôle total de la situation.

Lorsqu’il entendit cette voix, presque invisible, lui faire dos, c’est un Tim plutôt frustré et nerveux qui se retourna en déployant son bõ prêt à l’emploi. Heureusement pour lui, il ne s’agissait qu’un de ses potentiels alliés qui avaient fini par retrouver sa trace. Lorsqu’il aperçut Atom reprendre sa taille normale, le jeune homme jugea bon de baisser doucement sa garde face à lui. S’il n’avait pas été suffisamment réactif, inutile de dire qu’Atom se serait probablement pris un coup de bâton en plein visage.

Red Robin avait adoucit les traits de son visage fermé et distant. Il s’estimait dans un premier temps chanceux de se trouver face à Atom. S’il s’agissait d’un autre membre de l’escadron, il aurait réagi autrement, plus méfiant, plus sévère et beaucoup moins tolérant. Ray était bien l’un des seuls membres qu’il pouvait supporter jusque-là, et l’adolescent n’avait pas le cœur pour faire des efforts de sociabilisation dans cette équipe comme il l’aurait fait avec les Titans.
De plus, Ray et Tim avait plus de chose en commun qu’on ne pourrait penser, notamment un passé commun, l’assassin commun d’un de leur proche. L’acolyte du Chevalier Noir n’avait jamais éprouvé la moindre rancune envers Atom, mais il pouvait totalement comprendre la prise de distance de ce dernier par rapport au jeune garçon.
Il sentait cette gêne dans ses paroles, cette distance physique et psychologique que Ray essayait de créer entre les deux justiciers. Il aurait aimé lui dire que rien de tout cela n’était de sa faute, qu’il respectait Atom et qu’il lui serait reconnaissant pour lui avoir sauvé la vie il y a quelques mois de cela. Les lèvres du garçon s’entre ouvrait, mais aucune parole ne put en sortir. Ce n’était vraiment pas le moment.

« Oui, j’étais dans la foule quand Grifter a décidé de tous nous faire griller… » Le jeune homme reporta son attention sur son ordinateur. « Non, je ne parviens pas à rétablir les communications. Cela prendra plus de temps que je ne le pensais. Le brouilleur est sans doute magique… C’est à croire qu’il s’adapte à mes tentatives de contre-attaques… Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi le brouilleur a été activé quelques minutes après avoir grillé Grifter. A croire qu’il se jouait de nous et qu’il a parfaitement compris qu’il n’avait pas agi seul. Nous devons nous regroup… »

Le beuglement animal ne rassura pas Red Robin non plus. Il retira ces yeux de son ordinateur et redressa ces derniers sur cet immense reptile qui bondit de nulle part. Un reptile humanoïde, génial. La dernière fois qu’il s’était battu contre ce type de créature, cela ne s’était pas passé exactement comme prévu, aggravant des blessures déjà importantes.
L’adolescent a de bon reflexes et se positionna machinalement en défensif et prêt à l’attaque. Il jeta un coup d’œil rapide sur Atom pour vérifier que tout allait bien de son côté et qu’il ne s’était pas laisser surprendre par cette bestiole. Il avait sûrement rencontré pire. Sobek, ce nom ne le laissa pas totalement indifférent et tandis qu’il exécute une roulade avant pour esquiver la créature, il essaya de se rappeler tout ce qu’il savait au sujet d’un Sobek, mais sa mémoire est capricieuse et sa concentration focaliser sur le combat pour ne pas se prendre un coup.

« Je n’aime pas ça… » grogna Red Robin avant de lancer dans la gueule du crocodile, deux batarang explosifs lorsque ce dernier eu la mauvaise idée de se rapproche d’un peu trop près du justicier qui recula ensuite pour garder ces distances.


HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4664-fiche-de-rp-tim-drake-red-robin http://dc-earth.fra.co/t4651-timothy-drake-alias-red-robin En ligne
Inscription : 15/02/2015
Messages : 453
Localisations : ...


MessagePosté le: Mar 7 Nov 2017 - 19:00
Grifter était efficace. C'était un ancien de la Delta Force, la crème de la crème, les brutasses les plus brutales que l'Oncle Sam avait pu assembler dans sa croisade démocratique anti-soviétique - Un Oncle Sam rhétorique, bien évidemment, qui n'avait rien à voir avec l'avatar des Freedom Fighters, bien que celui-ci devait certainement aussi avoir ses propres griefs contre l'Ours de l'Oural -. Grifter faisait partie de ces rares personnes que l'on pouvait parachuter en slip de bain sur la banquise et que l'on retrouvait le lendemain au bord d'une piscine de milliardaire, à siroter une margarita les poches remplies de pesos. Il faisait partie de ces rares illuminés si sûrs de leurs actes et si dépourvues de sens du danger qu'ils pourraient boire de l'essence pour allumer un feu de camp avec leur urine.

C'était impressionnant, mais dans le cas présent, cela ne suffirait pas.

Et si Cassandra avait été une vocale, elle aurait laissé échapper un "C'est une blague ?". Isis, la compagne de Black Adam, Adrianna Tomaz. Selon les dossiers américains, elle était aussi dangereuse que son mari. Cassandra n'était pas d'accord. Isis avait été du bon côté. Elle l'avait toujours été à sa manière. Elle s'était toujours opposée aux abus meurtriers de son mari et ne s'était certainement mis de sang sur les mains. Et puis elle était morte.

La seule mention qui était faite d'une Isis avec des pulsions explicitement meurtrières venait d'une affaire où son frère, "Osiris", avait vraisemblablement tenté de la ramener à la vie. Cassandra avait préparé son voyage, mais elle ne s'attendait pas à ça ... Si sa reine était vivante, Black Adam n'aurait pas manqué de s'épandre, on aurait pu voir des affiches et des statues partout ...

Pour toute réponse à cette apparition soudaine, Cassandra laissa échapper un léger grognement. Un grognement qui pouvait se lire sous bien des formes, tout autant exaspéré par la réaction de Grifter que profondément jaloux de la chance qu'avaient certaines de se voir un jour conféré des capacités divines à la simple prononciation d'un mot ... Et avec un physique et une tenue qui lui donnait sincèrement envie de se défenestrer.

Il y en avaient certaines qui n'étaient tout simplement pas chanceuses, et Cassandra faisait partie du lot.

" Sssssh. " intima-t-elle autant au Grifter qu'à déesse qui leur faisait face, en levant la main en signe d'apaisement, " J'ai besoin de lui, Isis. C'est pas négociable... "

Sa main libre s'était, elle, attachée à sa ceinture, où une grenade à glue n'attendait guère que d'être expédiée au visage de la sculpturale apparition divine. Une occasion qui ne manqua pas de se présenter alors que l'aura de leur assaillante mesmérale devenait de plus en plus grandiose, et de plus en plus aveuglante.

" SHAZAM ! " hurla Cassandra en expédiant son explosif qui détonna au visage d'Isis pour la recouvrir d'une épaisse masse blanchâtre et visqueuse.

Pas d'éclairs à l'horizon. Pas de changement de costume. Pas de soudain éclair de génie ou de regain quelconque d'énergie. C'était déprimant. Quelque part au plus profond d'elle-même, il y avait une Cassandra qui aurait bien aimé pouvoir marquer ce visage si parfait d'un hématome. Pouvoir dresser son majeur à l'injustice que représentaient les super-pouvoirs face aux gens entraînés comme elle ou Grifter.

Elle pointa les cheminées de la zone industrielle et des docks du doigt à l'attention de Grifter, avant de lui intimer d'un geste typiquement militaire du poing de se magner, en se précipitant dans la brèche et dans le dédale des ruelles de la capitale du Kahndaq...

HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 16/04/2017
Messages : 317
DC : Conner Kent.
Localisations : Tapi dans l'ombre.
Secret Society
Shadowpact
MessagePosté le: Mer 8 Nov 2017 - 5:21
Bien qu'il n'y ait pas mis tellement d'effort, Deadshot fut relativement surpris de voir sa bouteille manquer sa cible. Si les armes à feu restaient son instrument de prédilection, sa précision était censée être impeccable quel que soit le moyen employé. Il s'agissait de son seul avantage contre des adversaires capables de jongler avec des camionnettes ou de cracher du feu par les yeux. Si même lui commençait à lui faire défaut, autant mettre tout de suite la clé sous la porte.
Enfin, au moins n'avait-il pas gâché de balle. Soit sa dégustation des cuvées locales l'affectait plus qu'il ne l'avait imaginé, soit ce n'étaient pas des adversaires ordinaires - c'est en tout cas ce dont il préféra se persuader pour ménager son ego.

Ce n'était de toute façon pas comme si Lawton débordait de motivation pour cette mission - même si les mauvaises langues diraient qu'il ne débordait pas de motivation pour quoi que ce soit. S'il avait l'habitude de faire parler le plomb contre beaucoup plus fort que lui et s'en était plus ou moins tiré en un seul morceau jusque là, Black Adam faisait partie de ces personnes qu'il aurait préféré éviter.
D'une part parce qu'il ne comprenait rien à la magie et qu'il ne tenait pas à ce que ça change - d'autant moins si ça impliquait d'en être le destinataire -, et d'autre part parce que si Superman et ses copains en collants tendaient à faire preuve de clémence, on ne pouvait en dire autant de sa part. Et si ce qu'il savait de lui en tant qu'homme se bornait à ce que colportait sa réputation, le bain de sang très réel dans lequel s'était faite sa prise de pouvoir faisait que Deadshot n'avait aucun mal à y croire.
Il ne tenait pas à la vie ; ça ne voulait pas pour autant dire qu'il tenait à la mort.

En bref, il aurait été tenté de croire que les choses lancées à la poursuite de Grifter n'étaient pas naturelles. Si le maître des lieux était aussi vieux qu'on le prétendait (Deadshot était disposé à le croire : il en avait vu d'autres), il avait eu tout le temps de s'entourer d'un personnel remplissant ses critères - ceux d'un dictateur mégalomane monté sur piles enchantées ; autant dire que les standards devaient être plutôt élevés.

J'ai Grifter en visuel. Je ne sais pas ce qu'il a aux fesses, mais... commença-t-il en portant la main à son oreillette - seulement pour s'apercevoir que celle-ci n'avait plus de tonalité.

Il émit un juron et s'enfonça dans une ruelle.
Pour le moment, mieux valait faire profil bas : Grifter s'en sortirait très bien tout seul. Faute de communications, ils seraient incapables de s'organiser (déjà que ce n'était pas brillant en temps normal...), et se jeter dans la mêlée chacun de leur côté ne ferait que compliquer la situation.
S'il pouvait s'en tirer par lui-même, ce n'était pas le cas de tout le monde - et il ne tenait pas à faire les frais de l'amateurisme de certains membres du groupe. Il serait navrant d'avoir attendu que la Suicide Squad ne soit plus une équipe kamikaze pour enfin passer l'arme à gauche dans le cadre de l'une de ses missions.

Mais à peine avait-il commencé à s'éloigner, tentant de trouver son chemin dans le dédale des ruelles qu'une forme gigantesque se dessina devant lui - celle d'une sorte de cerbère, qui avait apparemment choisi de faire d'Inertia son casse-croûte.
S'il n'avait que faire de la survie de ce dernier - ainsi qu'à celle de la plupart de ses coéquipiers, actuels, anciens ou futurs -, le gabarit de l'animal était à lui tout seul une raison de croire qu'il n'aurait pas assez d'une seule ration pour se rassasier.
Deadshot n'attendit pas plus longtemps pour sortir les armes ; il ne faut peut-être pas juger un livre à la couverture, mais il était persuadé que le proverbe ne s'appliquait pas aux chiens géants à trois têtes avec une lueur sanguinaire dans le regard.

J'ai horreur des animaux, marmonna-t-il tout en jetant une poignée d'objets aux pattes de la créature. S'il n'était pas équipé aussi lourdement qu'il pouvait l'être d'habitude compte tenu de la discrétion qui leur avait été demandée, il avait tout de même amené avec lui quelques jouets qui lui semblaient essentiels à une sortie sur le terrain.
Par exemple des grenades fumigènes, qu'il expédia par trois - les trois seules qu'il avait sur lui, mais il préférait mettre le paquet : si une seule des têtes du cerbère réussissait à échapper au nuage, cela n'aurait pas eu grand intérêt.

Si cette chose avait quoi que ce soit de vraiment canin, cela gênerait non seulement sa visibilité, mais aussi son odorat ; le passage où ils étaient était peut-être à ciel ouvert, mais son étroitesse ralentirait la dissipation.
Plus qu'il n'en fallait pour coller quelques balles dans le corps de cette abomination ; il n'était pas sûr de vouloir savoir où Black Adam se l'était procurait, et surtout espérait, alors qu'il finissait de passer sa cagoule, qu'il n'existe qu'en un seul exemplaire.
On peut rêver.

D'après l'hostilité manifeste avec laquelle elle s'était présentée devant lui, il était peu probable que la fumée suffise à la faire changer d'avis. Leur présence étant désormais un fait connu, il ne servait plus à rien de faire dans la dentelle... Et il en avait parfaitement connaissance, comme la prouva la grenade - celle-ci parfaitement normale - qu'il envoya rouler là où devraient se trouver les griffes de la bestiole à peine une seconde plus tard.
Au vu de sa vitesse de déplacement, il n'aurait pas parié sur le fait qu'elle la recevrait de face, mais si l'explosion réussissait ne serait-ce qu'à lui faucher les pattes arrières, ce serait déjà à son avantage. Dans le même temps, il quitta la ruelle d'un bond à reculons - s'il n'avait d'autre choix que de combattre, il pouvait au moins le faire dans un environnement qui jouerait moins en sa défaveur.
Chacune de ses mains fit alors apparaître un revolver dont le format lui aurait valu l'approbation de tout bon héros de film d'action ; sa propre version de la prestidigitation, où les chapeaux et les lapins sont remplacés par de la poudre et du sang.
Pas le sien, idéalement.

récapitulatif des actions:
 


Human beings are a disease, a cancer of this planet.

You are a plague, and we are the cure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5606-ra-s-al-ghul-memoires-d-un-immortel http://dc-earth.fra.co/t5571-ra-s-al-ghul-and-he-who-was-dead-came-forth
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1011
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Mer 8 Nov 2017 - 9:38
Team Killer-Moth.

Le Docteur Sivana demeure stoïque et silencieux durant tout le discours de Drury.
Mais son visage exprime clairement son avis envers son sauveur – clairement défavorable, au premier abord.


« Herm. »

Son grognement a tout du crachat, de l’insulte déguisée.
Lentement, son regard glisse, derrière ses lunettes rondes, sur l’allure générale de Killer-Moth, son fauteuil, sa posture générale ; une grimace de réprobation glisse sur ses lèvres, alors qu’il prend une grande inspiration.


« Je parle anglais, oui… comme la majorité des êtres pseudo-civilisés de cette planète. Et oui, je suis le DOCTEUR Sivana. »

Le vieil homme insiste sur son titre, plein d’une morgue clairement affichée.

« Je suis, en effet, l’inventeur de ces machines… sur ordre de Black Adam. Ce dernier domine tout le monde, ici. »

Volontairement, il n’évoque pas les talents scientifiques de Killer-Moth, car il ne veut pas être encore plus insultant, ni la couverture du magazine ; il faut bien vivre, lors de mois difficiles, mais il n’est pas forcément à l’aise avec ça.

« Black Adam dispose de pouvoirs mystiques… mais c’est avant tout un Homme d’Etat, conscient de l’importance de la technologie. Et c’est parce qu’il sait que le Kahndaq avait besoin d’une vraie puissance qu’il s’est adressé au meilleur – moi. »

Il se redresse et gonfle le torse, par principe.

« Cependant… Black Adam ne tient pas parole, et refuse de me laisser partir ; ce que je ne peux accepter.
J’exige donc d’être évacué – et je prendrai volontiers ce fauteuil, s’il peut être utile.
Par contre, je souligne l’urgence de la situation… Black Adam va lâcher cette satanée bombe atomique dans quelques heures… »


Le Docteur Sivana se détourne de Drury et va préparer ses affaires.
Clairement inconscient de la bombe psychologique qu’il, vient, lui de lâcher…


**
*
**

Team Inertia/Deadshot.

Floyd Lawton est un homme efficace – et sans remords.
Alors que le Cerbère s’approche de lui, tenant entre une de ses gueules le corps inconscient d’Inertia, le mercenaire et sniper d’élite ne se pose pas de question ; il se défend, quoi qu’il en coûte.

Deadshot, conscient de l’ampleur de la menace, tire directement trois grenades fumigènes pour gêner le gigantesque animal, et joint une grenade classique en espérant le blesser ; il se prépare, surtout, à répliquer et à tirer tout ce qui sortira de la fumée.
Un long silence suit cette première attaque.
Un long silence finalement coupé par deux hurlements – deux beuglements animaux terribles.

Et, soudain, quelque chose bondit de la fumée… quelque chose en est expulsé, en fait.
Inertia.
Projeté par le Cerbère, le corps inconscient du Bolide est directement envoyé vers Deadshot, si vite que ce dernier ne peut que difficilement l’éviter. L’animal enchaîne et sort lui-même de ces ombres.

Il apparaît enragé, fou.
Car une de ses têtes est blessée et inconsciente ; Floyd en a eue une.
Mais cela a provoqué une fureur absolue chez le Cerbère, qui se jette désormais sur lui et Inertia – et ouvre la gueule. Pour croquer.


**
*
**

Team Orphan/Grifter.

Cassandra Cain et Cole Cash s’enfuient dans les faubourgs de la capitale du Kahndaq.
Ils courent, vite. Ils courent comme s’ils avaient la Mort aux trousses, comme si les dieux eux-mêmes avaient décidé leur mort ; ils ont raison.

La jeune femme est parvenue à répliquer directement face à Isis, et à amener son camarade dans ces ruelles ; Grifter en est reconnaissant. Muet, car concentré, il file et court, ayant rechargé ses armes et jetant de nombreux regards derrière lui.
Ça va mal se passer – ça va très mal se passer, il le sent. Mais ils ont, peut-être, une chance de s’en sortir… s’ils gèrent bien.

Par geste, il confirme à Orphan qu’il a bien saisi l’ordre de monter sur un bateau ; bien vu. La tactique est efficace, même si elle n’a rien d’honorable – elle consiste, après tout, à abandonner les autres ; mais ils n’ont pas le choix.
Une déesse les poursuit… ils doivent sauver leurs peaux, tout simplement, et le bateau semble la meilleure solution.

Mais cela ne fonctionnera pas.
Car Isis débarque soudain du ciel, et coule littéralement tous les bateaux devant le duo improvisé.
Avant de s’échapper des flots, irradiant d’une puissance absolue – et le visage crispé par la fureur.


« A MORT ! »

Un rayon de puissance s’échappe de ses yeux, et vient frapper les docks – qui s’écroulent, soudain, dans l’eau.
Isis est furieuse, oui. Parce qu’ils ont fui. Parce qu’ils ont envahi son pays.
Parce que sa permanente a été gâchée.


**
*
**

Team Red Robin/Atom.

« Bon sang. »

Ray Palmer, à taille normale, a reculé par réflexe quand Sobek a bondi sur eux.
Heureusement, Red Robin a esquivé lui aussi et a répliqué, en lançant deux Batarangs explosifs qui touchent leur cible – mais n’arrangent rien.
Le crocodile humanoïde hurle de fureur, et semble n’être que plus énervé.


« SOBEK A FAIM ! ET MAL ! »

« Les douanes m’ont interdit de te ramener des KitKat, désolé ! »

Atom s’est repris, et tente l’humour. Il active ses pouvoirs et reprend une petite taille, haute de cinq centimètres à peine.

« Même si un Twix serait mieux… deux doigts coupe-faim, n’est-ce pas ! »

« SOBEK A FAIM ! »

Le monster recule pour bondir encore – mais le micro-Héros file directement vers lui en manipulant sa masse, et écrase violemment un poing densifié comme le béton sur la mâchoire de la créature.
Par principe, cela devrait l’étaler, le vaincre… mais non.


« Oh. »

Sobek a pris le coup, oui.
Il a reculé.
Mais il est encore debout – et il arrache, littéralement, un mur pour l’envoyer vers les deux Héros !


(HJ/ Résumé rapide :
- Sivana fait preuve d’arrogance devant Drury, explique la raison de sa présence ici, exige d’être évacué – et annonce que c’est urgent, car Black Adam va lâcher d’ici quelques heures une bombe atomique ;
- Deadshot a blessé gravement une des têtes du Cerbère. Ce dernier envoie le corps inconscient d’Inertia vers Deadshot, puis bondit pour que ses deux têtes viennent croquer les deux agents ;
- Orphan et Grifter parviennent aux docks, se préparent à monter sur un bateau, mais Isis vient tous les couler avant de tirer un rayon sur les docks, qui s’écroulent dans les flots ;
- Atom frappe brutalement Sobek, mais Sobek n’a rien, et enlève directement un mur d’un bâtiment pour l’envoyer vers les deux Héros.
Vous avez jusqu’au 18 novembre 2017 pour répondre, bon jeu ! /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Mer 15 Nov 2017 - 14:47
[HRP]Mes plus plates excuses pour le retard ! [/HRP]

L'acidité des propos de Sivanna glissèrent sur la chitine de vanité crasse et d'orgueil démesuré de Killer Moth. Les subtiles tentatives de mépris furent aussi audibles pour Drury que le furent les avertissements "L'homme ne peut pas voler" qu'aurait entendu un homme doté d'une paire d'aile avant de sauter d'une falaise. Le docteur fit valoir son titre. Le terme "Docteur" posait beaucoup de problème à l'insectoïde crétin, surtout quand le type qui s'en vantait tuait plus qu'il ne sauvait de vie. Killer Moth avait au moins le mérite d'assumer son terrible attribut d'assassin.

La voix du super-criminel était fort désagréable, comme si se terrait quelque part dans sa gorge un dispositif chargé de rendre son ton déjà grinçant carrément horrible et chargé de mépris. Au moment où il parla de Black Adam, Drury fut tout ouïe. Le type en collant noir et jaune était un tyran, un vrai de vrai. Dominateur, plein d'une intelligence malveillante, c'est en tout cas ainsi que la mite s'imagina l'homme avec la piètre description qu'en fit le gobelin aux dents dissidentes.

- Enfin un adversaire digne de moi ! déclara la mite. Hin hin hin, n'aie crainte génie prisonnier, tu as devant toi la plus fine gâchette du Suicide Squad, avec moi tu ne craindras rien !

Sivanna révéla ensuite une bien triste vérité. Il était là volontairement. Black Adam ne l'avait pas enlevé, il avait "fait appel au meilleur". Drury eut beaucoup de pitié. Qu'un maléfique esprit démoniaque s'allie à un autre est une chose, normale et nécessaire dans un monde criminel mondialisé, mais que l'on en vienne à trahir sa parole alors là ! C'en était trop.

- Le monstre, s'écria-t-il, s'il y a bien une chose qui soit pire que tout c'est bien de manquer de parole ! L'infâme pourceau, le xylophage encapé ! Ça joue les durs mais ça n'a pas une once d'élégance !

Mais bientôt une autre partie de la réponse du génie court-circuita l'esprit de l'insecte. On aurait pu entendre le bruit de la détonation de son esprit dérangé à trois kilomètres à la ronde.

- Une bombe... nucléaire ?

Il répéta les mots comme pour essayer d'atténuer l'horrible vérité. L'arme nucléaire, pour ceux qui dormaient au fond, était une sorte de machine que des esprits logiques et rationnels n'auraient jamais pu créer et démontrait à elle seule que l'Humanité n'était clairement pas destinée à vivre longtemps. Certains évangélistes que Drury avait écouté dans le métro par pure politesse - car il est impensable de snober quelqu'un qui commence à vous parler par "Veuillez m'excuser monsieur, auriez-vous quelques instants à nous accorder ?" - considéraient cette arme comme l'ultime preuve de la folie humaine, ce à quoi il répondait que de toute façon les insectes pouvaient survivre dans un environnement irradié par ce genre d'équipement de destruction massive. Généralement la conversation s'achevait sur cette vérité inattaquable.

Mais là, étonnement, la menace nucléaire devenait un peu plus concrète dans son esprit malade.

- Hop, hop, hop ! Minute papillon ! paniqua-t-il alors que l'autre préparait ses affaires comme s'il allait en vacances après un boulot plutôt banal. Comment ça "dans quelques heures" ? Et... et... mais où ? Où va-t-il balancer une tête nucléaire ?!!

Killer Moth, marionnette entre les mains décharnées de sa peur et de son instinct de survie déréglé se leva et marcha - ou plutôt différa sa chute en une course qui consistait à profiter de son déséquilibre pour avancer un pas après l'autre - jusqu'au scientifique. Il se retint contre une table recouverte de matériel mécanique de ses deux bras qui tremblotaient.

- VOUS LUI AVEZ FAIT UNE ARME NUCLEAIRE ?! hurla-t-il à son adresse. À un type qui se prend pour un pharaon ?!

C'était stupéfiant et il était stupéfait. Même lui, malgré ses ambitions à dimension variable était capable de songer à des choses défiant l'imagination, mais là, là ça dépassait de loin sa ligne rouge - qui était déjà à une distance déraisonnable.

- Mais à quoi vous pensiez ? Vous pouviez pas lui faire autre chose ? Je sais pas, un sphinx mécanique qui crache le feu, des chacals génétiquement modifiés, mais pourquoi une bombe nucléaire ?! Mais qu'est-ce qu'il veut en faire ?!

Soudain il eut une sueur froide.

- Euh attendez... elle est là ? Elle est dans cette pièce ? Où est-ce que vous l'avez rangé ? Fichtrrifchtrefichtre.

Il sortit son communicateur en manquant de le faire tomber. Pour l'occasion il était nécessaire qu'il fasse un rapport, peu importe qu'il se fasse repérer... Hélas l'objet grésilla en vain.

- "Faites confiance à la technologie américaine", cracha-t-il en mimant une publicité qu'il avait vue un jour de pluie.

Il se tourna vivement vers Sivanna, le regard étonnamment chargé d'un mélange de peur et de colère. On aurait dit qu'il se retenait de lui en coller une sévère au coin de la mandibule.

- Toi docteur follamour, lui lâcha-t-il avec le ton d'un père mécontent. T'as pas une radio ou un truc du genre ?


[HRP]
- Drury panique naturellement à l'annonce de la bombe nucléaire et demande pêle-mêle si Sivanna l'a fabriqué, pour quoi, où Black Adam veut l'utiliser et surtout quand.
- Il essaie de prévenir son supérieur mais son équipement semble défectueux, il demande finalement à Sivanna s'il n'a pas le nécessaire pour communiquer à distance.
[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 16 Nov 2017 - 2:47
Je commençais tout juste à me réveillé lorsque le combat entre le chien à trois têtes et mon allié commença. Je suis secoué d'un côté et de l'autre lorsque les grenades exploses. Je vois clairement que ce connard ne se préoccupe pas du tout de ma sécurité. Je dois trouver une façon de partir. Tant pis pour les réserves de Velocity 9 promis par cette équipe de merde qui risque tout le temps, ma mission principale. La raison pour laquelle je suis à cette époque. Tuer Bartolomew Allen.


Ma chance se présenta quelques secondes plus tard lorsque le cerbère me propulsa sur Deadshot. J'eu à peine le temps de ralentir ma chute en créant des mini tornades avec mes bras. J'étais blessé au ventre. Les cros de la bête ont transpercé mais ce n'est que superficielle. Je dois foutre le camp avant que le monstre ou mon supposé allié ne me tue.

J'examine chacune de mes options. Même si je pars, je ne peux pas laisser ce simple humain seul avec cette bestiole. Je suis un villain mais j'ai un coeur tout de même. Surtout que s'il s'en sort vivant, il va me retrouver et je sais qu'il est assez bon tireur pour atteindre un Speedster. Ma survie dépend peut-être de la sienne. Je remarques une arme qui est, pour moi, antique mais que j'ai vu dans mes livres d'histoire et mes cours de maniement d'armes. Un blaster sonique. Je couru le prendre après avoir évité la charge de Cerbère. Au lieu de tirer sur le chien, je tirai au plafond qui s'écroula dans un bruit énorme avant de me tourné vers Deadshot.


"Fuis Lawton ! Tu n'a pas à mourir pour cette satané mission !"


Je quittai alors l'endroit du plus vite que je pouvais sans même me retourner. Je savais que j'étais dans la merde mais accepter cette proposition était une mauvaise idée. Je ne risquerai pas ma vie pour des gens qui sont morts depuis des centaines d'années chez moi. En quelques secondes, j'arrivai devant le Flash Museum. Il est grand temps de trouver un endroit ou vivre et de la Velocity 9 !

*Hrp*
-Inertia se réveille et ralenti sa chute.
-Il trouve un fusil et fait exploser le plafond au dessus du monstre.
-il dit à Deadshot de s'enfuir avant de retourner à Central City
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 15/02/2015
Messages : 453
Localisations : ...


MessagePosté le: Sam 18 Nov 2017 - 2:51
Ce n'était définitivement pas la véritable Isis, ou bien il y avait quelque chose de pourri au Kahndaq. Quelque chose de véritablement infernal.

Elle venait de détruire l'un des principaux centres de production de son propre pays, sans compter tout les innocents zélotes qui y travaillaient.

Cassandra s'arrêta net dans sa course, agrippant Grifter par le poignet. Elle ne perdit pas un instant et défonça d'un coup de pied une porte de hangar qui appartenait à une pêcherie. Il n'y avait même pas besoin de directive à suivre, tant le niveau de puissance de leur adversaire parlait pour lui-même. Cassandra cabriolait parmi les tapis roulants et les carcasses de poissons, au milieu de l'odeur effroyable pour échapper à Isis.

Que pouvait-on faire maintenant ? Rejoindre l'aéroport ? Il était beaucoup plus loin, et il était absurde d'essayer de s'enfuir par les airs. Les options de survie étaient minces ; leur couverture réduite à néant. Il leur restait peut-être à essayer de contacter leur état-major, mais cela revenait à essayer de rejoindre le siège de la télévision locale, et si Isis n'avait pas hésité à détruire une partie du coeur industriel de la ville pour empêcher leur fuite, il n'y avait rien qui ne pouvait les aider à déterminer si elle ne raserait pas de la même manière la station de télévision et ses précieuses antennes-relais.

Alors qu'elle trouvait une porte dérobée pour s'enfuir du bâtiment, elle agrippa Cole pour lui exposer son plan. Une très, très mauvaise idée, mais ils ne leur restait vraisemblablement rien d'autre.

" On réussira pas à quitter le pays avec elle sur le dos. Il faut se séparer. " annonça-t-elle en dégainant une arme de poing, " Fais profil bas. Je vais l'attirer vers le Palais Royal. Reste en vie : j'ai besoin de toi. "

C'était cryptique, et Cassandra n'avait aucune intention de lever le mystère. Pas avec si peu de temps devant elle. Elle sortit toutefois son smartphone gouvernemental avant de partir, en l'utilisant pour flasher la fréquence utilisée par le Squad ... On ne savait jamais ce qui pouvait se passer, et elle voulait rester en contact avec Grifter autant que possible : c'était tout l'objectif de son opération au Kahndaq.

" Je te recontacterais. " déclara l'espionne avant de sortir du bâtiment en courant, alignant son arme sur la silhouette aveuglante qui planait dans le ciel.

" Hey ! Tu veux ma mort ? J't'attends ! " hurla-t-elle à la déesse en ouvrant le feu, avant de reprendre sa fuite vers le palais.

On en était à cette phase du plan où elle n'aurait certainement pas craché sur l'aide de Superman, mais Orphan était bien trop fière et confiante en ses capacités pour l'admettre. Elle ne savait pas trop ce qu'elle trouverait au Palais, mais elle espérait bien que la simple valeur symbolique du bâtiment pousserait ici à la poursuivre elle plutôt que Cole ... Elle trouverait bien à s'enfuir par elle-même...

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/03/2017
Messages : 654
DC : Slade Wilson
Situation : Dépression en cours...
Localisations : Gotham City
Groupes : Batfamily
New Titans
MessagePosté le: Sam 18 Nov 2017 - 12:16

« Bons Baisers de Kahndaq »
[ 4ML ] ft. Suicide Squad.
_____Red Robin avait finit par avoir la triste habitude à faire face à ces immenses creatures d’écailles. Il n’est guère impressionné par la force et la résistance de Sobek, mais ce qui le surprend un peu plus, c’était surtout de le savoir en vie. L’adolescent garda ces distances au moment où Atom commença à enchainer les attaques. Les dégâts sont minimes que ce soit avec le jeune acolyte de la chauve-souris où avec Ray. Une situation loin d’être rassurante qu’Atom essayait probablement de cacher derrière l’humour.
Toutefois, le coup de son allié semble faire effet et provoquer une certaine rage chez la créature. Tim garda toujours ces distances, tenant son arme avec ces deux bras, prêt à riposter en cas d’attaque, une attaque bien plus importante qu’il l’aurait pensé. Sobek arracha complètement un mur, son regard se tourna vers l’adolescent mais aussi vers Atom qui avait encore sa petite taille et qui était bien trop près de la créature pour pouvoir échapper à ce projectile. L’adolescent prit rapidement sa décision, il bondit en direction d’Atom pour enrouler ces doigts autour de sa petite taille et l’entrainer avec lui. Le jeune héros exécuta une roulade sur le côté pour esquiver cet imposant tas de briques collées les unes aux autres.

Un amas de poussière brûla la gorge et les poumons du garçon, relâchant doucement la pression qu’il exerçait sur ces doigts qui tenaient encore Atom et le libéra. La poussière forma un épais brouillard qui rétrécissa le champ de vision du justicier, au sol. Toutefois, Sobek n’était pas discret et émettait quelques grognements qui permettaient au petit génie de déterminer sa position malgré cela.

« Désolé, je ne grignote pas entre les combats. » rajouta le jeune garçon avant d’évaluer la situation. « Tout va bien ? » Une question stupide, il tenta de se redresser mais quelque chose semblait maintenir le bas de son corps au sol, il grimaça lorsque le brouillard commença à se dissiper. « C’est pas vrai… » grogna Tim.

L’une de ces jambes trouva bon de se nicher dans ce qu’il restait du mur, d’imposant gravats qui bloquèrent sa jambe et l’empêchaient de se déplacer pour esquiver une potentielle attaque ou même contre-attaquer. Son sang-froid et son calme légendaire laissaient sous-entendre qu’il avait la situation sous contrôle, mais étais-ce vraiment le cas. Sa respiration est lente, il essaya de dégager une fente en pivotant sa jambe et faire passer son bõ en guise d’appuie pour éventuellement se libérer. Son regard se promène entre les gravas et l’ombre de Sobek qui se rapprochait dangereusement des deux héros. Tim refroidit son visage, l’une de ses mains lâcha son bõ qui essayait toujours de servir de levier pour dégager son propriétaire des gravats. Sa main glissa dans sa ceinture et en sortit deux ou trois batarang explosif, de quoi ralentir l’avancée de la bestiole.

« L’attaquer directement au corps à corps ne nous avantagera en rien. » affirma l’adolescent, manquant d’avaler la poussière qui se baladait encore dans les environs. « On doit le priver de ses sens : sa vue, son ouïe. On doit le déstabiliser. »

Il lança le premier batarang contre un pan de mur, au plus proche de Sobek. Le centre de l’arme volatile se mit à clignoter quelques secondes, attendant de sentir la chaleur et la présence de la bête écailleuse avant de lui exploser en plein visage. Profitant de cette attaque, le jeune homme profita de ces secondes précieuses et continua sa lutte pour se dégager de là.

« S’il te plaît, dépêche-toi… » marmonna l’adolescent en s’adressant à lui-même.


HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4664-fiche-de-rp-tim-drake-red-robin http://dc-earth.fra.co/t4651-timothy-drake-alias-red-robin En ligne
Inscription : 16/04/2017
Messages : 317
DC : Conner Kent.
Localisations : Tapi dans l'ombre.
Secret Society
Shadowpact
MessagePosté le: Dim 19 Nov 2017 - 19:38
Deadshot se prépara à repousser le corps d'Inertia, mais n'en eut finalement pas besoin : celui-ci eut apparemment un sursaut de conscience avant l'impact, et parvint à se sortir de sa ligne de mire avant qu'il doive s'en charger à sa place.
Grand bien lui fasse : si les Speedsters étaient capables de guérir étonnamment vite, il doutait que cela fonctionne aussi bien pour une balle dans le crâne. Ses tactiques déloyales (non qu'il ait jamais prétendu ne pas l'être) avaient déstabilisé le monstre, et même réussi à le blesser ; s'il saignait, cela signifiait qu'il pouvait mourir - à condition de vivre soi-même assez longtemps pour porter le coup de grâce.

Le Bolide choisit de ne pas prendre de risque et, après s'être créé une diversion - ce serait trop en espérer de lui d'y voir autre chose que de l'intérêt personnel -, plia bagages en direction de Central City. S'il n'attendait rien de sa part, Lawton n'en fut pas moins consternée de voir à quelle vitesse cette « nouvelle Suicide Squad » tombait en morceaux.
Il en venait presque à regretter l'époque des bombes cérébrales : elles aidaient tout de même considérablement à motiver les membres. Si elle voyait ce que sa précieuse Task Force était devenue, Amanda Waller se retournerait dans sa tombe - ou dans sa cellule, si personne n'avait encore pris la peine de planter un quelconque poignard d'appoint entre ses bourrelets.

Trouillard, adressa-t-il sans émotion particulière à la traînée colorée qui se trouvait désormais à la place d'Inertia ; celui-ci n'était déjà plus là pour l'entendre, et ne reviendrait pas.

Tant mieux : ça éviterait qu'il lui traîne dans les pattes.
Si Deadshot avait été bien obligé de s'habituer au combat coordonné depuis qu'il avait rejoint la troupe de Waller pour la première fois (tu parles d'une élite), c'est en solitaire qu'il brillait de son plus bel éclat. Bien sûr, il appréciait d'avoir un ou deux boucliers humains sous la main autant que n'importe qui, mais la plupart du temps, avoir des « alliés » de son côté voulait juste dire devoir s'accommoder d'autant d'obstacles éventuels au moment de presser la détente.
Il était peut-être le meilleur tireur au monde, mais il restait humain ; à ce titre, il ne pouvait pas faire en sorte que ses balles passent à travers des abrutis qui auraient eu la merveilleuse idée de se mettre devant son canon avant que la balle parte. Cette horreur tricéphale était peut-être un rude adversaire, mais au moins n'avait-il plus personne pour venir le gêner. C'était entre elle et lui, si tant est que les passants ne soient pas assez stupide pour s'interposer - ce qui n'était pas le cas jusque là.

Il n'avait pas l'intention de mourir pour cette mission, non, mais encore fallait-il qu'elle présente un risque létal - et ce n'était pas le cas jusque là. Il en avait maté de plus costauds que cet animal ; si ce n'était pas sans risque, il savait comment s'y prendre. Ce qui, pour commencer, passait par se jeter sur le côté pour esquiver sa charge, qu'il termina dans l'angle du bâtiment le plus proche. Sa masse jetée à toute vitesse n'eut apparemment aucun mal à traverser le béton et à en ressortir intacte, mais Deadshot n'en attendait pas moins de sa part : la sale bête avait le cuir solide.

De toute évidence, la créature - quoi qu'elle soit et d'où qu'elle vienne - avait décidé d'en faire son quatre heure : cela voulait dire qu'elle viendrait pour lui sans qu'il ait besoin de la suivre à la trace. Ce qui lui permit de rester sur place à se préparer sans avoir besoin de courir dans tous les sens.
Peut-être qu'il était habitué à devoir rester en mouvement - tous les jobs qu'il acceptait ne se prêtaient malheureusement pas à être réglés derrière un sniper, à des centaines de mètres de la scène - mais il ne crachait jamais sur une occasion de prendre son temps, d'affiner son tir ; un maximum d'efficacité pour un minimum d'effort.

Quoi que les héros pourraient en dire, il y avait une forme d'art dans le fait de savoir identifier le moment parfait et réagir en un éclair. C'était une question de réflexes, certes, mais de maîtrise également ; il ne servait à rien d'agir vite si on était incapable d'agir bien.
Il fallait être capable de saisir au vol une occasion qui ne se représenterait peut-être jamais, de décider quoi en faire et de l'exploiter en conséquence - tout ça en une fraction de seconde, peut-être même moins. D'un point de vue technique, c'était parfaitement surhumain.

Pour Deadshot, c'était son pain quotidien.
Saisir cette minuscule opportunité, cette chance passagère, il avait eu à le faire des centaines de fois, des milliers de fois, peut-être davantage - et il en était sorti meilleur à chaque fois.
Bien sûr, il n'était qu'humain : si un dieu vivant du genre de Superman et son absurde célérité prenait le temps de raffiner cette compétence autant qu'il l'avait fait lui-même pendant plus d'heures qu'il n'en saurait compter, il deviendrait probablement meilleur que lui à un moment ou à un autre. Mais pour un humain, il ne s'en sortait pas si mal.

Alors quand le monstre s'élança vers lui, mâchoires avides et toutes griffes dehors, Lawton ne broncha pas, sachant pertinemment qu'il ne pourrait rien lui faire s'il était capable de frapper le premier.
Sa botte se campa solidement sur le maxillaire inférieur de la créature, tandis qu'un bras tendu avec fermeté en direction du palais empêchait la gueule béante de l'animal de se refermer. L'une d'entre elles, du moins, une autre tentant déjà de s'emparer de son flanc.

Leur « rencontre » l'obligea à reculer sur quelques mètres, emporté par l'élan ; son dos heurta le mur douloureusement - les débris de plâtre qui dégringolèrent de celui-ci ne lui disant rien qui vaille. Tout cela s'était fait en un instant, avec une telle fluidité qu'on aurait pu croire qu'il avait répété à l'avance.
Il n'en avait pas vraiment eu les moyens. Une erreur de calcul de sa part, une seconde trop tôt ou trop tard et il risquait de perdre un membre ; le reste ne tarderait pas à suivre.
Ce pourquoi il n'attendit pas plus longtemps... Et plongea son bras vacant dans le gosier de l'animal, pressant le doigt sur la gâchette jusqu'à ce que le pistolet chauffe entre ses doigts et que toutes les balles paraissent l'avoir quitté. Ou jusqu'à ce que sa main experte soit sectionnée du reste de son corps avant d'avoir pu en arriver là. Au choix.

récapitulatif:
 


Human beings are a disease, a cancer of this planet.

You are a plague, and we are the cure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5606-ra-s-al-ghul-memoires-d-un-immortel http://dc-earth.fra.co/t5571-ra-s-al-ghul-and-he-who-was-dead-came-forth
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1011
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Dim 19 Nov 2017 - 21:30
Les membres de la Task Force X, dit Suicide Squad, sont éclatés aux quatre coins de la capitale du Kahndaq. Ils font tous face à une terrible menace - et chacun y réagit différemment, selon son inspiration, ses capacités mais aussi ses valeurs.

Si Killer-Moth a pu trouver, par un heureux hasard, le Docteur Sivana, et apprendre fortuitement que le nouveau maître du pays dispose d'un arsenal militaire abominable, ses camarades sont en mauvaise posture.
Red Robin, coincé sous des gravats, parvient à affaiblir suffisamment Sobek pour se libérer, et se préparer au pire, avec Atom à côté.
Deadshot, laissé seul face au Cerbère, parvient à tuer la bête avec courage et quelques pulsions suicidaires, et ne peut que regretter la lâche fuite d'Inertia - qui parvient à rentrer à Central City, mais pour immédiatement découvrir des forces de police vers sa zone et toutes ses ressources bloquées ; on ne meurt plus, en fuyant le Suicide Squad, mais on y perd beaucoup.
Enfin, le joker Orphan attire l'attention sur elle en s'en prenant directement à Isis, pour permettre à Grifter de partir - et filer directement vers le Palais Royal, aussi fou ou stupide que cela puisse paraître. Cela demeure courageux et noble... mais finalement inutile.
Comme toutes les actions du Suicide Squad.

Car à peine se remettent-ils de ces événements, à peine se préparent-ils à la suite... que des terribles éclairs bleutés s'abattent, soudain, sur eux. Sur chacun d'eux.



Electrocutés, gênés, blessés, tous les étrangers du Kahndaq s'écroulent - et sont soudain soulevés, propulsés au-dessus du sol par une force surhumaine. Par une force divine.
Tous sont alors soulevés, et emmenés à super-vitesse ailleurs... dans le Palais Royal. Dans la Salle du Trône.
Où ils sont attendus.


"Vous avez envahi le Kahndaq. Vous avez trompé le Kahndaq. Vous avez amené des armes et des intentions malveillantes. Vous avez tiré sur la foule, des innocents, et mis des vies en danger - celles de mon peuple."

Une forme, massive et puissante, apparaît devant ces hommes et femmes ainsi rassemblés, ainsi blessés qui se remettent à peine.

"Vous avez violé les frontières d'un Etat souverain. Vous avez violé les règles du Droit international, sans aucune autorisation de votre Nation. Vous êtes des criminels internationaux, des terroristes ; et votre pays n'a, officiellement, aucune pitié pour les terroristes."

D'autres éclairs frappent, dans la Salle du Trône, pour éclairer...
... et illuminer Black Adam, le terrible métahumain qui dirige désormais le Kahndaq d'une main de fer.

"Donnez-moi une raison, une seule de ne pas vous exécuter sur place, terroristes."

"B... Black Adam, je me dissocie complètement de c..."

Le Docteur Sivana, enlevé avec Killer-Moth, tente de se relever et de reprendre la main.
Mais Black Adam se précipite vers lui, pour s'emparer de sa gorge et le soulever de terre ; ses yeux crépitent de pure puissance.


"MISÉRABLE CLOPORTE ! SOUS-HUMAIN ! JE T'AI PAYÉ ET TU ME TRAHIS ! TU NE MÉRITES MÊME PAS LE SAVON QUI LAVERA TON SANG DE MES MAINS !"

"OH, lâche-le !"

Atom s'est remis, et a vu la scène, avec un Sivana qui étouffe directement ; il n'a pas réfléchi, et s'est précipité à petite taille, manipulant sa masse pour filer vers Black Adam en espérant l'arrêter.
C'est noble - mais très stupide.
Car Black Adam le frappe très brutalement, d'un simple revers de main, et le propulse contre un mur. Le souffle coupé, Ray Palmer essaye de se remettre, de se libérer - mais une main écailleuse s'abat sur lui, et l'enserre.

Sobek s'échappe des ombres, suivi d'une Isis à l'allure lobotomisée. Ils se fixent derrière Black Adam, qui continue de tenir Sivana à bout de bras - puis se tourne vers le Suicide Squad.
Orphan, Grifter, Deadshot et Red Robin sont au sol... encore affaiblis, et surtout à la merci des trois métahumains ; Sivana étouffe, mais Black Adam demeure concentré sur eux.


"Je répète... UNE raison. UNE seule. UNE chacun.
Parlez.
PARLEZ MAINTENANT !"


Le tonnerre roule, comme il parle.
Et l'éclair ne va pas tarder à retomber...


(HJ/ Résumé rapide :
- Red Robin s'est libéré ;
- Deadshot tue le Cerbère ;
- Inertia a pu fuir, mais découvre bien vite la police chez lui et toutes ses ressources, matérielles et immatérielles, bloquées en contrepartie de sa trahison ;
- Tous sont soudain frappés par des éclairs bleutés, surnaturels, qui les blessent tous. Une force surhumaine les soulève alors, et les emmène directement au Palais Royal ;
- Black Adam se présente à eux et leur demande une raison de ne pas les exécuter ;
- Sivana tente de s'en sortir mais Black Adam commence à l'étouffer ;
- Atom tente de le sauver mais est violemment frappé par Black Adam, puis menacé par Sobek ;
- Isis et Sobek viennent se placer derrière Black Adam, qui rappelle sa question au Suicide Squad encore bien affaibli.
Inertia est définitivement out de la mission - bonne fuite, mais les conséquences seront lourdes. Wink
Nous sommes au dernier tiers de la mission, vous êtes affaiblis et en mauvaise posture. Vous avez jusqu'au 29 novembre pour poster, bon jeu ! /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Sam 25 Nov 2017 - 17:09
La curiosité est un vilain défaut dit-on aux enfants, sans doute pour éviter d'avoir à leur expliquer pourquoi on envoyait des gens se trucider en rangs pour préserver la paix ou pourquoi il y avait des pauvres et des riches. Drury avait été très tôt un enfant curieux. Sa vie s'était débutée avec des questions simples du genre : "Pourquoi une fourchette alors que la cuiller est si pratique ?" ou encore la classique mais indémodable question qui gêne les parents "Comment on fait les bébés ?". Dans les deux cas Drury avait posé ses questions dans le vent, son père travaillait toujours et sa mère ne l'écoutait pas, intimant un silence absolu lors des repas, histoire d'éviter au maximum la proximité avec sa progéniture, c'était dit l'enfant. Quant à ses précepteurs, ils ne répondaient jamais aux questions, ils les posaient. A l'université, il avait alors découvert une chose incroyable : on répondait à ses questions*. Les professeurs lui apportaient là un élément nouveau dans sa vie. Jadis les seules réponses qu'il obtenait n'étaient que celles de livres puis d'internet, à partir de sa vie étudiante, il leur découvrir de multiples voix qui lui avaient tant manqué. Et pourtant, chaque fois que la mite posait une question, elle s'attendaient toujours à se prendre l'indifférence crasse de l'univers et en être réduit à chercher par lui-même la réponse.

Bref, il ne fut pas frustré lorsque des éclairs, du genre que l'on voit dans les visions fantasmés de la Transylvanie en automne, s'abattit sur lui avant que des réponses ne viennent combler ses questions. Tout jeune il avait déjà léché des piles et apprécié le petit picotement généré par l'opération, mais là il avait l'impression d'avoir été contraint de lécher un câble haute tension. Son corps s'agita, il ne parvint pas à articuler une plainte autre que "eurghhhhh", ses lèvres refusant de quitter leur électrique paralysie. Sa vue se brouilla légèrement tandis que son corps touchait le sol et que ses jambes - Ô joie - lui envoyaient des messages de douleur, encore.

Ça y est, songea-t-il avec mélancolie, il était mort. Il sentit son être se soulever, comme si la physique n'avait plus aucune importance, comme si des ailes imaginaires lui permettaient de s'abstraire de cette réalité si cruelle et douloureuse. Finies les tartines grillées, finies les réunions interminables avec des ronds de cuir qui conseillaient sur les placements, fini le moth-gang, fini le suicide squad, fini... enfin... Il parcouru violemment un décor indistinct fait de jaune et de brun. Il sentit la chaleur de l'extérieur puis la fraîcheur de l'intérieur. Ça y est, ses sensations se mélangeaient, il ne faisait plus qu'un avec l'univers, il sentait que le désert et lui ne faisaient plus qu'un. La mort, cette douce caresse... Puis le choc avec la réalité, en l'occurrence le marbre d'un palais. C'était froid, désagréable, surtout lorsqu'on vous laissait choir d'au moins un mètre alors que vous étiez détendu dans l'étreinte d'une fin si délicieuse.

La voix qui retentit soudain était désagréablement sûre d'elle et impérieuse, le genre de voix qui n'appartient pas à un garde d'enfant particulièrement autoritaire mais bien à un type forgé dans le but de dominer. Les inflexions, le choix des mots, tout était fait pour vous faire comprendre de l'écraser et vite ! Les bras endoloris, et fourmillant encore un peu, Drury essaya de se relever pour distinguer la forme. Fichtre... C'était bien Black Adam, non pas que Killer Moth en douta après les premières remontrances qui ressemblaient à la lecture d'une condamnation.

Pour la première fois de sa vie, Drury se vit affublé du terme "Criminel International" et "terroriste"**, dans la même phrase. Heureusement, une petite porte de sortie s'entrouvrit lorsque Black Adam, malgré une rage certaine leur demanda une raison de les laisser vivre. Drury leva l'index lorsque Sivanna tenta de sauver sa peau d'une façon à la fois lâche et peu élégante. La mite vit alors le maître des lieux saisir le gnome malfaisant et le violenter. Puis Atom réagit et se fit mettre KO... Drury baissa son index comme s'il pouvait éviter de prendre la parole. Une sorte de crocodile humanoïde traînait dans un coin et bougea pour la première fois, ôtant l'idée qu'il était une simple statue. Une jeune femme, aussi heureuse qu'une junkie sous stéroïde se plaça dans le champ de vision de Drury. Super, un vrai carnaval, songea la mite bariolée.

Lorsque la voix du tyran tonna un dernier "Parlez Maintenant", Drury se revit projeté en classe devant l'un des pires professeurs de mathématiques de sa scolarité et manqua de s'excuser pour ne pas avoir retenu la démonstration du Théorème des Accroissements Finis. Puis il se reprit en déglutissant.

- Euh... si... euh, je puis me permettre, je... hum...
commença de manière fort éloquente la mite toujours au sol. Je pense qu'un bon monarque devrait... se montrer clément dans la victoire... Il est facile de jouer les dictateurs sans pitié, mais tôt ou tard ce genre de comportement est terrible à tenir... C'est vrai que c'est tentant... très tentant de tuer les gens comme ça comme du blé mûr, mais au delà de ça, franchement, faut pas tuer des témoins de sa puissance... Vous savez, j'ai payé un jour une équipe de conseil en communication et ils m'ont dit clairement qu'il fallait pas cherché à être compétent, mais à le montrer et... euh attendez une minute... oubliez ça... hum. Quoique non. Bref, moi je vous inviterai à nous vilipender un peu, nous gourmander et nous renvoyer fissa dans notre pays pour qu'on, enfin, qu'on raconte que vous êtes puissant, que vous avez un croco domestique et... une... euh... enfin bref, et tout et tout.

Drury tapotait le sol pour se donner un air sérieux et à l'aise alors qu'il cherchait surtout une bonne idée pour essayer de s'en sortir vivant et avec tous ses membres.

- Pour ma défense
, tenta-t-il. Je suis prêt à rembourser les dégâts que j'ai fait au marché... oui, je suis milliardaire... c'était... inélégant, dans le feu de l'action... J'ai techniquement tué personne. Après... faut reconnaître que c'est pas facile de rentrer dans votre bled, en plus vous avez des races très intéressantes d'insectes vous savez... c'est un peu cruel de faire ça. Et euh... ben, y'a cette histoire de bombe atomique un peu gênante tout de même... faudrait voir si... ben... vous êtes en règle avec l'ONU à ce niveau là ? Euh... d'ailleurs, vous... hum...

Il commençait à patauger entre ce qu'il n'aurait pas dû dire et ce qu'il aurait préféré ignoré au final. L'image d'une mite carbonisée à coup de foudre commençait à le faire bégayer.

- Et euh... euh... euh... pouh, fais chaud non ?
lâchement, il pointa du doigt le docteur. Sivana m'a demandé de lui faire quitter le territoire parce qu'il a dit que vous aviez pas tenu parole ! Il m'a manipulé ! Il m'a jamais dit que vous le payiez !

Désespéré Drury posa une main sur sa ceinture et appuya sur l'étrange télécommande déglinguée qui activait son fauteuil de secours dans l'espoir que cela fasse quelque chose d'utile pour lui. Rien qu'une diversion lui suffirait...

* Généralement avec d'autres questions, mais le choc lui avait un temps empêché de dormir.

** Pour être juste, un tailleur l'avait déjà insulté ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[4ML] Bons Baisers de Kahndaq [Suicide Squad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [4ML] Bons Baisers de Kahndaq [Suicide Squad]
» [Éditions 10/18] Bons baisers de Cora Sledge de Leslie Larson
» bons baisers de...
» HISTOIRES DE VAMPIRES (Tome 01) BONS BAISERS DU VAMPIRE de Kerrelyn Sparks
» Madagascar 3, Bons Baisers D’Europe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs-